De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Page 5 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mar 14 Mai 2013 - 18:22

[Additions dans le post de 0h54, et nouvelles illustrations des pataquès confusionnistes accablants du pauvre type K.

Notamment -mais pas que - le point f) placé entre doubles parenthèses: "(("/ "))" .


Dernière édition par Baudouin II de Barvaux le Mar 14 Mai 2013 - 21:32, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mar 14 Mai 2013 - 18:35

Tony le Mort a écrit:Ravi de l'apprendre

ça m'étonne pas de ta part, l'autre expert insurpassable en confusionnisme mental et verbal.

Va plutôt t'occuper de tes derniers tissus d'inepties en date, commentés dans le détail ici:

http://spectresducinema.1fr1.net/t1149p225-au-dela-des-mondes-des-spectres#40108


Et si tu comptes m'administrer dans ce topic une de tes nouveaux concentrés de paralogismes invertébrés, je t'efface aussi sec et sans préavis. Te voilà prévenu et faudra pas venir te plaindre.
Va donc émettre tes déjections scripturales dans la shout d'à côté, c'est ton lieu destinal. Fini de rire, coco.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mar 14 Mai 2013 - 19:28

Venant de quelqu'un qui est lui-même un grand styliste (que j'ai remarqué singulièrement porté sur l'insulte scatologique quand il s'agît de dénigrer. Attention cela pourrait devenir un procédé lassant) tes menaces me blessent vraiment. Je dois dire que je suis très intimidé, j'ai parfois l’impression d'avoir contre moi le Léon Bloy de l'HTML 4, le Thomas Bernhard du forfait Bande Passante Illimité de Belnet, le Pierre Guyotat de la Guerre du Troll. Bref le dernier maverick qui a choisit de combattre la bêtise sur son terrain et en retournant ses médias, et qui nous protège de la matrice et du formatage intellectuel par son intempestivité.
Je te remercie aussi de faire avec autant de zèle œuvre de salut public en pointant mes insuffisances et prétentions matière de philosophie qui démasquent bien-sûr le caractère illégitime et perversement trompeur de mes propos. Le zèle en matière de salut public est en effet une qualité devenue trop rare de nos jours, surtout en matière d'idées qui trompent.
Parfois l'autre est demi-philosophe ou tiers-philosophe, tu le vis mal, je le comprends fort bien. Mais -et cela n'engage que moi-, il me paraît encore plus regrettable d'en arriver à dire autant de conneries et à verser dans des invectives aussi immatures en ayant ton histoire et ton parcours philosophique. Tu rappelles la manière de s'exprimer des personnage de l'Elève Törles de Musil, même niveau, mêmes enjeux, même logique : rabaisser pour ne pas prendre le risque de tromper autrui et de se tromper soi-même. Cela ne marche apparemment pas: Cercle Vicieux, vie de Sisyphe à toujours recommencer.
Sinon autant de pugnacité et de loquacité pour transformer Internet en un endroit où tout s'exprime et peut être relié à une trace, mais où rien ne se dit plus laisse pantois.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mar 14 Mai 2013 - 20:32

Rien à battre de tes considérations vaseuses sur Musil & consort.

Je répondais ici à un mec malhonnête qui une nième fois enfile des sophismes sur mon dos, manipule mes propos pour "prouver" des trucs aberrants.

Si ça te plait pas, c'est ton problème. J'ai pas à me justifier de ça aussi.

Déjà que si tu ne t'étais pas cru obligé, de ton côté, d'essayer à nouveau de "prouver" quelque chose à mon sujet (comme à côté: que mes interventions avéraient un "bouffage de gamelle opportuniste"), je n'aurais pas été obligé de perdre mon temps à indiquer l'absurdité de tes pseudo-raisonnements et de ta lecture amalgamante de mes propos.

Moi, je ne cherche pas à "prouver" des choses, ici. Je m'entends très bien avec des tas de gens que je respecte profondément, qui ne sentent pas obligés, par rivalité mimétique, de "prouver" à chacun de mes propos que je suis un pseudo-philosophe manquant de rigueur, ou un type malhonnête, opportuniste, ou qui "refoule", ou qui "évite", ceci ou cela, et qui est encore ceci, et encore cela, à l'infini.
Faut bien que je réponde à un salopard qui fait ses sophismes répugnants sur mon dos, et je ne vois pas, en vertu de je ne sais quelle politesse qui sied aux gentlemen authentiques, que je dois avaler ses couleuvres puantes en usant d'une terminologie tirée à quatre épingles.

A présent que tu m'as fait part de tes légitimes soucis concernant ma petite personne, cher tony le mort, si tu pouvais aller poursuivre, sur un autre topic, ta mission louable de dénoncer la vacuité céans de l'usage d'internet (ce que je ne conteste point et étant d'accord avec toi sur ce point), ce serait fort bien sympathiquement gentil de ta part. Laisse donc ce pauvre Sisyphe s'emmerder à remonter son rocher tout seul, ça te fera des vacances Wink

Bisou.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mar 14 Mai 2013 - 23:02

Voilà: post de 0h54 additionné en suffisance.
Les principaux paralogismes confusionnistes du récipient d'air étant formulés et illustrés.
Faudrait écrire un bouquin complet pour en compiler toutes les variations, modulations, dans sa shoutbox où il continue certainement (comment pourrait-il en être autrement) à auto-enfiler ses perles, ce champion olympique de l'auto-cuninlingus par contorsion.

Comme ultimement posté dans son micro-lupanar de vice: plus la peine d'aller consulter son fort chabrol où il se shoute. Y a des limites qu'impose le respect pour sa propre santé.
Terminé, je referme le couvercle.
J'en ai bel et bien fini avec cet éloquent représentant de sa propre "enculture". Il est parvenu, je lui concède ce mérite minimal, à me guérir d'aller lire les émanations de ses gogues confinées qu'il nomme avec fierté son "chat-machine", ne subsistant plus que comme un souvenir désagréable du passé, rémanence du mauvais rêve d'avoir côtoyé un coma dogmatique incurable.

THE END.

PS: et comme je ne tiens plus à lire le moindre remugle de sa prose de petit monsieur pervers épuisant, je bannis son avatar Bub(on) du forum, après délibération avec moi-même suivie d'auto-confirmation immédiate. Ce Bubon n'ayant jamais émis sur ce forum qu'une dizaine de pets de grenouille sans intérêt pour personne, et n'ayant jamais servi, au juste, qu'à emmerder moi-même et borges, et susciter l'indifférence de tous les autres membres de ce forum, ce ne sera une perte pour personne.

Désormais: on délie.
Plus de communication intervallaire entre "enculture" et les "spectres". Borges sera certainement d'accord, qui a compris depuis longtemps, et bien avant moi, que ce n'était que fatigue et perte de temps. On se passera aisément d'"enculture" pour poursuivre notre petit bonhomme de chemin erratique, comme "enculture" se passera aisément de nous pour alimenter sa machine à chat.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mer 15 Mai 2013 - 11:40

Il y a trois ans encore la cinéphilie était pour moi une nécessité, c'était la possibilité de tenir un discours qui soit à la fois rigoureux, libre, critique et collectif. C'était un domaine où chacun était engagé pratiquement et de manière viscérale dans sa définition de l’honnêteté intellectuelle, et où ces conceptions s'affrontaient mais aussi se complétaient. A présent c'est juste le pénible sentiment d'appartenir à un club d'enculeurs de mouche. Difficile de défendre l'importance de ce qui s'écrit et est lu ici et ailleurs vis-à-vis du monde extérieur.

Note:
Quand j'écris ce mot sur un Android, il est remplacé par "onduleurs". Par contre ce système est suffisamment bien programmé pour se rajouter tout seul une majuscule à son propre nom, qui au départ était celui d'une morphologie plus large que la seule espèce qui l'incarne. Vive Google

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mer 15 Mai 2013 - 12:25

Salut Tony le Mort,

je m'en tamponne, de la cinéphilie.


(d'autant que nous sommes ici dans la rubrique: "autres sujets de conversation", et sur un topic au titre bien spécifique).


Mais je comprends ton humaine souffrance.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mer 15 Mai 2013 - 16:35

Pour moi le vrai tournant c'est quand Borges a qualifié la Chine est Encore Loin de film d’Instituteurs Laïcs.
C'était pas forcément faux et même juste pour certains aspects, mais venait seul, désormais l'enjeu principal de notre discours était sa propre clôture. Peut-être est on passé un peu vite sur le fait que si la dénonciation de cette catégorie était pertinente, celles de film "pour les profs de fac pas laïcs mais qui travaillent quand-même dans le public" l'était alors tout autant.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mer 15 Mai 2013 - 17:55

Je ne saisis pas de quoi tu parles, et ça n'a de toute façon aucun rapport avec ce dont je me suis préoccupé dans ce topic.
Chacun son truc. Moi ici je me suis intéressé au thème: démembrage de cadavres de mouches par des chirurgiens isolationnistes pervers.

Ouvre un topic sur ton aut'truc, Tony. Comme ça tu pourras développer ta pensée fertile. Et comme ça a l'air passionnant, ça attirera... des non-mouches.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Jeu 23 Mai 2013 - 1:33

Suite et espérons (bof) fin de Voyage au bout de Cunul en Lingurie (incluant les posts effacés par un gentleman) :



1.

(19:17:54) (722012): Il se peut que ce soit le pervers manipulateur au QI de moule qui a effacé mes insultes (méritées). Depuis que sa manipulation a été démontrée par le menu, il ne se montre plus trop, ce rigoureux analyste d'énoncés. J'en ai fini avec lui et sa shout. Quant à baldanders, qui pendant plus d'un an a pris fait et cause pour toutes les saloperies manipulatoires sémantiques du pervers à QI de moule, tout en plaignant à tire larigot de ne pas être respecté en tant que personne, j'en ai bientôt fini avec lui. Il restera à poster la démo finale de son bidonnage médiocre et malhonnête par lequel il a pendant un an soutenu, tout en changeant régulièrement les bases de "sa" démo, qu'il avait repéré un motif "inconscient" dans le texte de s sur mp, rien qu'en examinant rigoureuement les rapports impliqués par la structure des phrases: procédé d'ignare prétentieux, prenant le contradicteur pour le malhonnête qu'il est lui-même...
(19:19:06) Baldanders: on s'en fout, Jerzy
(19:20:37) Baldanders: je ne me plaignais pas, je justifiais les insultes que moi je te lançais, mais j'en ai fini, et d'ailleurs j'ai tout effacé, donc merci de ne pas me faire chier
(19:20:47) Baldanders: mais fais ce que tu veux
(19:21:36) Baldanders: Kitty : faudrait que je te retrouve la citation exacte, c'était dans une ITW donnée à Positif en compagnie de Lvovsky, je crois que c'était à propos d'une scène où elle ne peut pas s'empêcher de pouffer devant une nana qui lui parle de la misère du monde
(19:21:55) (722012): Et quand j'aurai posté cette fastidieuse conclusion, j'en aurai fini définitivement avec ces deux individus non-respectables, dont les énoncés ne sont pas hétérogènes à leur personne, qui la représentent bien. D'où le mépris définitif aussi bien pour leurs énoncés que pour leurs personnes, et les insultes non-ambigües que j'y associerai sans que ça me pose aucun cas de conscience. Quant à votre shout de zéro-communicants ignares, cons, snobs et méprisants et prétentieux: idem. Je lui crache dessus, virtuellement. Et si vous étiez devant moi, je vous cracherais dessus itou. Ce sera la conclusion du topic jerzy pervers pourri et pourrave. Bye
(19:23:24) Baldanders: t'es un punk, Jerzy, va t'occuper de tes chiens plutôt
(19:41:15) Trollope: c'est quoi ta came, Jerzy?
(19:41:20) Trollope: non mais c''est
(19:41:34) Trollope: non mais c'est trop marrant, c'est fou.
(20:56:30) (610037): Ma came, trollope (que je trouve sympa, je le répète), c'est l'hyper mauvaise foi érigée en science quasi-exacte: ça, ça me tue et ça me revient intermittemment par vagues verticales de 50 mètres. Comme par exemple le fait que le pervers manipulateur au QI de moule n'a pas même eu la décence minimale d'acter, de reconnaître, par exemple le point f (dans le lien ci-après) où est MATHEMATIQUEMENT démontrée la manipulation d'un de ses sophismes majeurs, fondé sur l'anachronisme qu'il M'attribue - et alors même qu'il n'a cessé de se prévaloir de la calme rigueur du gars qui, lui, n'a commis aucune erreur, ni de mauvaise foi, ni de confusion. Vois-tu, trollope, ça me tue, ça. ça me tue qu'un mec parfaitement malhonnête, dont l'absence de rigueur, la confusion, a été démontrée par A+B, n'ait pas même le courage minimale , l'honnêteté minimale d'assumer, d'affronter sa propre erreur. Systématiquement, le pauvre type pervers et méprisable se barre, prend la tangente, pour noyer again le poisson.
(21:00:08) (610037): C'est ça qui me rend fou, trollope mon ami. Comprends-tu? Cette marque de malhonnêteté et/ou de lâcheté fondamentales. De la part de mecs qui prétendent vous donner des leçons de rigueur. Et de ça, cher trollope, je pourrais causer des heures et des heures, le coeur battant la chamade, haletant, estomaqué par une telle manifestation de cynisme et de médiocrité humaine. Et en un sens, c'est trop marrant, donc tu as raison. C'est fou, comme dans la pub Perier, et fuck the queen. Je suis un dangereux psykopat dans ma tête, voilà. Bonne soirée et bises.
(21:01:17) (610037): point f, donc. Pour rappel, et pour en finir avec les pervers pêle-mèle et pourrave au QI de moule: http://spec tresducinema.1fr1.net/t1192p90-de-la-confusion-conceptuelle- erigee-au-rang-de-bel-art-de-la-ratiocination-permanente
(21:02:06) (610037): là dessus, un suppo à l'acide chloridrique et c'est marrre.
(21:10:10) (846595): chlorhydrique. Et autres pataquès dactylophobes pour petites frappes honteuses.
(21:11:33) Trollope: non je pensais qu'on en avait fini avec le gag récurrent de faire référence à cette discussion sur Sartre
(21:11:36) Trollope: enfin bon
(21:11:45) Trollope: French filmmaker Yann Gonzalez. Picture The Breakfast Club remixed by Jean Cocteau, Paul Morrissey, Dario Argento and Peter Greenaway, and you’ll get an inkling of what this avant-garde item has in store.
(21:11:58) Trollope: je pense que c'est suffisamment éloquent.
(21:16:57) (846595): Et on peut me traiter de pourri, de tout ce qu'on veut, ça me fait pas vibrer une couille d'un demi-millimètre. Par contre, le genre de prob qui m'agite les valseuses, c'est quand on use de sophismes gros comme des baraques à frites. Et concernant Baldanders, il a trop été content de proclamer pendant 1 an que le pervers au QI de moule avait raison et que j'étais un sophiste. Pour s'autovalider ensuite dans ses trucs, ne jamais acter, sinon par le dédain, le jeu de mot, l'entourloupe rhétorique, les contradictions logiques de base, que je n'ai jamais cessé de relever. Quant à son ukase asséné, que moi j'avais pas eu les couilles de lire ce texte (alors que je l'ai lu, et que le prob concernait un passage précis, censément lu sans présupposé externe au passage, juste depuis l'examen de la structure de phrases dans un énoncé x): si tant est encore qu'il croit pouvoir sauver l'honneur (logique) sur cette entourloupe fumeuse, je posterai ultérieurement la dernière mise au point, et concernant le passage replacé dans le contexte.
(21:20:23) (846595): ... du texte complet, et concernant le non-sens évident d'avoir prétendu dégagé dans le passage "x" ce qu'il prétendait avoir dégagé. Et je le répète, je m'en contrefiche, moi, qu'on me traite de tous les noms. Je me réserve ce même privilège et j'en abuse. Pour ce qui est de la rigueur et de la manipe consistant à faire passer des vessies pour des lanternes, c'est une autre paire de manches. C'est là que Raoul y lâche pas le morceau. Tu comprends, trollope? Vois-tu qui est la bête sauvage en face de toi-même ici présent, hirsute, refoulant du bec et sentant des pieds? Allez, bonne soirée je le dis plus.



2.

(21:57:59) Kuni_l'hungus: Le tien de sophisme a été démontré ave cinsistance zizi, alors tu peux t'amuser
(21:59:57) Kuni_l'hungus: lol tu crois que je me montre plus à cause de ça?
(22:03:47) Kuni_l'hungus: comment peut-on prétendre ça si c'est pas pour essayer d'pater la gallerie
(22:03:58) Kuni_l'hungus: j'ai arrêté parce que j'avais tout dit et que t'entends rien
(22:04:12) Kuni_l'hungus: et qu'en ce qui concerne la gallerie ça fait longtemps qu'elle en a plus rien à foutre
(22:04:28) Kuni_l'hungus: je remercie d'ailleurs le numéro qui me l'a fait comprendre
(22:04:57) Kuni_l'hungus: et qui m'a surtout fait comprendre que j'étais parti en couilles à te répondre
(22:05:15) Kuni_l'hungus: -et vice versa, aussi, sans doutes.
(22:23:32) (846595): Continue bien à t'auto-valider en dépit de l'évidence, sombre merde, et à l'infini dont ta connerie vacuitaire est le réceptacle effarant. Et je note ceci, en passant avant de repartir nauséeux comme chaque fois que je lis tes pattes de mouches vasectomiques alignées en mitrailles: on t'a plus lu nulle part, ici, depuis tout ça. T'avais rien d'autre à dire, comme dab, rien qui puisse retenir l'attention, même d'un lecteur ne s'intéressant à rien. Il a fallu qu'on invoque ta nature vraie de pervers manipulateur au QI de moule pour que tu sortes de ta grotte à crustacés visqueux pour que t'aie à nouveau des trucs à énoncer. Non, je vrois que pas que tu ne te sois plus montré à cause de ça (je n'en suis plus à croire qu'on ce qu'on nomme "conscience" ou "honnêteté intellectuelle" soient des phénomènes qui puissent te mouvoir en quelque manière). Mais je crois par contre que t'avais besoin qu'on se souvienne verbalement de l'existence inutile et incertaine de ton QI de moule, pour écrire à nouveau dans ta shout-fort chabrol...
(22:25:36) (846595): Là-dessus je te laisse, définitivement, comme déjà énoncé. Tant tu me répugnes depuis le tréfond des chairs mollusquesques où tu te contorsionnes. Beurk. Pauvre type incurablement médiocre, et c'est PROUVE, démontré, jusqu'à extinction de ton zona à pets scripturaux.
(22:53:36) Kuni_l'hungus: de même de mon côté ça tombe bien
(01:09:26) (677849): Oui, c'est merveilleux. D'autant que de ton côté, ce qui tombe bien, c'est exclusivement des crottes de mouches dans ta petite shout anaéobique. Contrairement à toi - à qui il arriva d'admirer dans le passé tel texte de ma petite personne, il ne m'arriva jamais d'admirer quelque "texte" de ta part. Et ça aussi, c'est prouvé. Scientifiquement. So what? So rien, dégoûtant.
(01:26:26) (677849): Car à part sodomiser des cadavres de mouches, ce qui a peut-être suscité la mansuétude de quelques quidams comme de juste disparus depuis, de ton biotope mortifère (1 ou 2 "anciens" oubliés, dont tu aimes à rappeler qu'ils te trouvaient quelque qualité aussi rare que mystérieuse - ce qui est somme toute émouvant - pour toi)... Il n'en demeure pas moins, que mon avis t'indiffère ou pas, que tu es un petit posteur incurablement médiocre, minable, dépourvu de toute once de talent, de tout atome de pensée, de tout fantôme d'intelligence. Autant de "preuves" de ton insignifiance destinées à l'heureux oubli.
(01:30:13) (677849): Beurk étant derechef le mot de la fin, sur lequel je t'adresse mes adieux redondants. Ce qui me rappelle la blague idiote de la dame qui se plaint à son médecin: "- je comprends pas docteur, chaque fois que je me déshabille pour aller au lit, mon mari fait: beurk". - "Tiens, c'est étrange. Déshabillez-vous...". ... - Beurk.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Jeu 23 Mai 2013 - 1:35



3.

(14:19:17) Kuni_l'hungus: "Contrairement à toi - à qui il arriva d'admirer dans le passé tel texte de ma petite personne, il ne m'arriva jamais d'admirer quelque "texte" de ta part. Et ça aussi, c'est prouvé. Scientifiquement. So what? So rien, dégoûtant." Mais lol. c'est d'une débilit&é ça encore. C'est prouvé (et encore... lol) mais ça prouverait quoi? Comme tu dis rien, si ce n'est une non preuve ridicule pour montrer que tu serais je sais pas quoi meilleur que moi, encore une fois sur un sujet totalement auttre. Han... tu apprécies mes textes et moi pas les tiens. halala! quelle preuve de ta petitessse.
(14:19:24) Kuni_l'hungus: et sutrtout de mentir pour cela...
(14:19:57) Kuni_l'hungus: à quoi bon, franhcement si ce n'est pour épater la gallerie avec un raisonnement et une échelle de valeurs niveau maternelle...
(14:21:29) Kuni_l'hungus: oui, de mentir hein parce que parler "d'admirer certains de tes textes".... lol, quoi. Tu sais très bien que je n'ai jamais aprpécié dans ton écrit autre chose que ton style, je l'ai déjà dit. Et jamais tu ne trouveras autre expression que des qualificatifs d'ordre esthétique "très beau".
(14:28:30) Trollope: faudrait leur dire de ne pas s'enflammer à Télérama, parce que la traduction des critiques en anglais franchement http://www.telerama.fr/festival-de-cannes/2013/only-god-forgives-by-nicolas-winding-refn-movie-review,97846.php
(14:28:42) Kuni_l'hungus: dès lors qu'il est question de discursvité, je ne vois que tes entorses à la logique élémentaire (prétendre avoir invalidé un énoncé en réfutant un énoncé qui n'a rien à y voir) tes déformations (Des termes dans une "résonnance", ou en faisant croire qu'il y a circularité logique, dès que l'autre répète son argument, parce que tu réponds à côté. Pour rappel, un argument circulaire est un argument dans lequel la conséquence d'une prémisse devient prémisse de cette prémisse à son tour. Rien à voir avec la réptition d'un argument quand tu l'as toi-même évité), tes évitements du problème dont il est question (les lignes de preuves de choses à côté de la question, et du fondement d'une argumentation)
(14:29:02) Trollope: avec un "mercilessly ruthless" du plus bel effet qu'on traduira par "impitoyablement impitoyables".
(14:30:32) Kuni_l'hungus: Mais, concernant la malhonnêteté, le mieux est encore la suite, celle qui me concerne. Oui, l te faut bie entendu montrer que moi j'appprécierais certains de tes textes et toi AUCuN des miens. Donc jamais on n'aura pu lire "il est très bien ton texte" de ta part, à mon sujet (la première mouture de mon texte sur la tétralogie d'ossorio)
(14:31:59) Kuni_l'hungus: Jamais on n'aura pu lire sur le forum des cahiers, dans un de tes ènièmes messages d'adieu que les seuls dont tu regrettes les textes étaient eyquem et le nietzschéen errant.
(14:32:06) Kuni_l'hungus: Non, jamais...
(14:32:29) Kuni_l'hungus: oui ils étaient partis avant toi et tu les regrettais et les saluais.
(14:32:57) Kuni_l'hungus: et jamais tu n'as "apprécié mes qualités", bien plus récemment.
(14:33:14) Kuni_l'hungus: Or, personnellement je m'en fous hein de ce que tu penses de mon écrit.
(14:34:19) Kuni_l'hungus: Par contre, ce qui m'amuse plus ce sont tes changements de position, encore une fois à des fins stratégiques.
(14:36:33) Kuni_l'hungus: Allez, épargne-toi tout ce mal. Tu te le fais tout seul. Retourne à tes listes de courses chez les spectres. elles sont "très belles"
(14:46:33) Trollope: ""Le sujet de "Tip Top", pour être basique, c'est le rapport à l'autre. Peut-être que les romantiques allemands avaient raison, peut-être que l'art est l'épreuve de l'étranger. "Car l'esprit n'est pas chez lui au commencement / Il n'est pas à la source / Et nous avons presque perdu la langue à l'étranger""
(14:47:17) Trollope: Je suis curieux de voir Tip Top, tu vois le film qui ne consistent qu'en des intentions, comme celle qui consiste à prendre Samy Nacéri et à en faire un victime de violences conjugales.
(14:48:18) Trollope: L'égotrip de Samy Nacéri (que j'aime assez comme acteur) dans l'interview qu'on peut voir sur allocine est assez hilarant à ce titre, où il parle du film comme d'un playdoyer en sa faveur (je ne sais pas ce que lui a dit Bozon)
(14:49:00) Trollope: pas sûr que c'est qu'y verront "téléspectateurs" dont parle Nacéri.
(14:49:40) (282467): "Pour lui rendre hommage, Murielle Joudet, jeune et talentueuse critique à Chronic'Art (qui écrit ici sur Tip Top), et moi-même, avons conjugué nos couleurs hier soir, lors de la soirée de La Semaine de la Critique. Verte ou rose, laquelle est à qui ?"
(14:50:15) Trollope: Elle est quand même hilarante Isabelle Régnier


4.


(14:54:23) (812861): ""Contrairement à toi - à qui il arriva d'admirer dans le passé tel texte de ma petite personne, il ne m'arriva jamais d'admirer quelque "texte" de ta part. Et ça aussi, c'est prouvé. Scientifiquement. So what? So rien, dégoûtant." Mais lol. c'est d'une débilit&é ça encore. C'est prouvé (et encore... lol) mais ça prouverait quoi? Comme tu dis rien, si ce n'est une non preuve ridicule pour montrer que tu serais je sais pas quoi meilleur que moi, encore une fois sur un sujet totalement auttre. Han... tu apprécies mes textes et moi pas les tiens. halala! quelle preuve de ta petitessse."
(14:57:08) (812861): ----> Mais quel QI de moule: je ne fais là qu'ironiser sur tes récurrents "c'est prouvé", et te prenant au mot, puisque tu dis "pareil de mon côté". Tu te crois encore obligé d'administrer un poison à une vanne en répndant: 'mais ça prouve quoi? Non preuve ridicule"; etc etc. Effarant.
(15:06:13) (812861): Pour tout le reste: c'est vraiment le simplet qui copicolle une défintion de "circularité logique" pour éviter de buter sur la sienne. Tes stratégies d'évitement, de déformation, ayant atteint, si c'est possible d'aller plus loin encore, leur acmé. Alors que tout simplement, logiquement, conceptuellement, techniquement, et philosophiquement dans l'acception la plus large possible, ton incompétence est bien plus qu'alarmante, pour un gars qui prétend avoir fait des études de philosophie. Ah oui, sur ce plan, tu vas sans doute répéter compulsivement: "je m'en tape, moi, des diplomes. Je lis les énoncés et j'en évalue la rigueur sans me laisser influencer par les lieux d'autorité, qui d'ailleurs sont souvent synonymes d'incompétence et blablabla". Et tu auras raison d'affirmer la singularité de ta "méthode", de ta "recherche rigoureuse de critères". Parce que manifestement, tu as un niveau tellement ridiculement bas que j''en viens sincèrement à douter que tu puisses avoir simplement réussi à décrocher une licence quelque part.
(15:15:40) (812861): Pour ce qui est de tes confusions permanentes et ahurissantes, plutôt que de noyer là encore le poisson dans des généralités fumeuses sur la logique élémentaire (que tu exploses chaque fois que tu t'essaies pitoyablement à simplement proférer un raisonnement, même le plus simple) et des circonvolutions foireuses qui ne tromperont que des ignares basés prêts à te suivre sur n'iimporte quelle entourloupe destinée à "prouver", selon ton toc infantile, que je manque de la rigueur minimale dont tu es pourvu; plutôt donc que de détourner les questions par tes consternantes dénégations qui ne peuvent qu'inspirer une forme de pitié, réponds simplement au point f de mon message du 13 mai à 00h54: quels que soient les écrans de fumée que tu déploies ici, ce point f, sans la moindre contestation possible, relève simplement la circularité logique d'un de tes "arguments" majeurs. Circularité, fondée ici sur un anachronisme, et qu'un enfant de 6 ans comprendrait. Pas besoin de réciter toutes les définitions possibles et imaginables de....
(15:18:41) (812861): ce qu'est une circularité logique, pinailler à l'infini sur les termes définissant le mieux l'absurdité de ton "raisonnement" en f. N'importe quelle personne un tant soi peu honnête lira l'évidence de ta manipulation, ressortissant soit de la malhonnêteté la plus profonde, soit de la bêtise la plus répandue; soit des deux, ce qui n'est en rien incompatible.
(15:22:37) (812861): Anyway, comme une bonne âme soucieuse ici de courtoisie, comme à la radio du même nom, efface 3/4 de mes interventions, je ne vais pas me fragmenter davantage le postéral à faire semblant de "communiquer" avec un type affligé d'une incompétence aussi radicale, manifeste, consternante, qui croit encore pouvoir faire illusion, on se demande véritablement comment c'est possible, devant deux ou trois types complaisants qui y trouveront leur compte. Cad du moment que ça les rassure, eux aussi.
(15:27:22) Kuni_l'hungus: Mais elle est où la contradiction, logique ou chronologique? Tu me dis à 2h05 qu"'on ne voit pas "envoyer un message privé" Je te dis à 16h00, l'après midi du lendemain, donc, que tu as lu la mention "murmure à l'oreille de", puisque tu as commenté le message qui venait avec. Et en effet je t'ai appris la veille que ce murmure corresponait à un message privé. Mais ça je m'en étais excusé plusieurs fois déjà en disant "'jignorais que tu ne savais pas que le murmure" indiquait un messagfe privé".
(15:29:44) Kuni_l'hungus: c'était cela qui, je le croyais alors, proquait la mésentente, jsqu'à ce que tu contestes aussi avoir lu un quelconque "murmure"
(15:30:05) Kuni_l'hungus: et donc c'est devenu ce murmure, le problème.
(15:32:29) Kuni_l'hungus: Que tu ignores que ce murmure correspondait à un message privé, j'en avais convenu et m'en étais excusé.
(15:33:07) (812861): Rien à voir avec ta re-traduction du problème: ta contradiction manifeste est relevée dans le point f: il suffit d'être capable de lire Manifestement, tu es incapable de saisir ta contradiction. Il suffit de lire ce point f.
(15:33:25) Kuni_l'hungus: (02:07:24) (255275): mais quand bine même tu as vu ce "murmumre à 'oreille de" (02:07:35) (255275): je croyais que tu savais que toi seul avait pu recevoir ce message (02:07:41) (255275): visiblement tu l'igorais (02:08:17) (255275): là ce message tu es le seul à l'avoir reçu (02:08:40) (255275): désolé tu ne l'avais pas compris
(15:33:46) Kuni_l'hungus: alors quelle est la contradiction?
(15:33:58) (812861): Je te le replace sous les yeux, puisque, de toute évidence, tu déformes, évites, selon tes termes, à un degré frisant la pathologier:
(15:34:02) (812861): - (16:50:19) Kuni_l'hungus: tu réponds ceci : (190545): [à 2h05'20":] Je ne vois ça nulle part. Quand on écrit, en tant qu'intervenant exterieur au site, on voit pas de "envoyer un message privé". Tous les msgs qui sont écrits sur ce chatt sont par définition des msgs privés [cad "publics" - lapsus de ma part corrigé à 2h10'10""). - (16:50:40) Kuni_l'hungus: tu parles bien de "envoyer un message privé" [°°°]. Pas de "murmure à l'oreille de". - (16:52:11) Kuni_l'hungus: et j'ajoute que le lien vers le film était précédé lui aussi de cette mention. - (16:52:34) Kuni_l'hungus: donc que cette mention tu l'as lue, à un moment puisque tu as commenté le film.
(15:35:16) Kuni_l'hungus: oui je ne vois toujours pas de contradiction.
(15:35:55) Kuni_l'hungus: je dis que tu réponds "je ne vois ça (ici donc "envoyer un message privé") nulle part.
(15:36:11) (812861): Arrêt sur image, puisqu'il le faut: (16:50:40) Kuni_l'hungus: tu parles bien de "envoyer un message privé" [°°°]. Pas de "murmure à l'oreille de". ---> Le msg de moi auquel tu te réfères, est de 2h05; donc. Relis bien ton propre propos: tu cites mon msg de 2h05'20'', précisément.
(15:37:02) Kuni_l'hungus: bah oui.
(15:37:21) (812861): toujours arrêt sur image, la phrase de moi que tu cites, est, à 2h05'20": [à 2h05'20":]" Je ne vois ça nulle part. Quand on écrit, en tant qu'intervenant exterieur au site, on voit pas de "envoyer un message privé""
(15:37:22) Kuni_l'hungus: ce que tu ne vois nulle part, c'est envoyer un message privé.
(15:37:31) Kuni_l'hungus: d'après ce que je lis.
(15:38:04) Kuni_l'hungus: et j'ajoute que le lien, lui contenait cette mention, la dernière sus nommée, donc "murmure à l'oreille de"
(15:38:52) Kuni_l'hungus: parce qu'entre 2h05 et 16h50, tu as nié avoir lu cette mention "murmure",
(15:39:01) (812861): Second arrêt sur image: tu tires de cette phrase, qui ne fait à 2h0520", que tes propres termes à 2h04'05" ((02:04:05) Kuni_l'hungus: tu pourras voir sous chaque interlocuteur l'option "envoyer un message privé" [°°°]), tu tires de cette phrase donc l'argument suivant: .
(15:40:03) Kuni_l'hungus: et tu me le remontres en me disant que tu ne voyais rien de tout cela". mais tu parlais de "envoyer un emssage privé", enfin pour ce que je croyais.
(15:41:46) Kuni_l'hungus: oui j'écoute l'argument.
(15:42:45) (812861): " (16:50:40) Kuni_l'hungus: tu parles bien de "envoyer un message privé" [°°°]. Pas de "murmure à l'oreille de". - (16:52:11) Kuni_l'hungus: et j'ajoute que le lien vers le film était précédé lui aussi de cette mention. - (16:52:34) Kuni_l'hungus: DONC que cette mention tu l'as lue, à un moment puisque tu as commenté le film." ---> Pour la 10è fois, si je parle de "envoyer un message" et pas de "murmure à l'oreille" dans cette phrase de 2h05'20", c'est parce que c'est toi qui à 2h04'05", emploie cette expression et m'expliques que le lien était précédé de cette mention. C'est toi-même qui m'expliques le sens de "'murmure à l'oreille" à 2h04: rappel: (02:04:05) Kuni_l'hungus: tu pourras voir sous chaque interlocuteur l'option "envoyer un message privé" [°°°]. (02:04:29) Kuni_l'hungus: c'est ce qui fait le "murmure à 'oreille de" [°°°] (02:04:46) Kuni_l'hungus: signifiant un message que toi seul a reçu et pu lire, dans ce chat
(15:43:47) Kuni_l'hungus: attends stp. Stop les démonsttratifs là. Je ne vois plus à quoi ils sont selon toi censés renvoyés.
(15:44:02) Kuni_l'hungus: *er
(15:44:29) Kuni_l'hungus: ah ok.
(15:44:53) Kuni_l'hungus: non je ne dis as que les liens sont précedés de a mention "envoyer un messge privé"
(15:44:56) Kuni_l'hungus: *pas
(15:46:58) Kuni_l'hungus: ce que je dis, pour t'expliquer qu'il s'agit bien d'un message privé c'est que si tu vas dans le cadeau bonux (dans lequel tu n'as jamais foutu les pieds, ce que j'igorais alors, mais aucune importance, à ce moment c'était pour les besoin de l'explication), tu verras cette mentio, et c'est celle-ci qui fait qu'on reçoit un "murmure à l'oreille de"
(15:47:43) (812861): Puisque tu ne le comprends toujours pas: à 16h50 et sv, tu prétends déduire de mon msg de 2h05'20", où j'emploie l'expression "envoyer un message priv", une "preuve" que j'ai lu la mention "envoyer un msg privé", alors que je ne fais que reprendre tes propres termes à 2h04. Ton raisonnement est donc parfaitement circulaire et entièrement bâti sur un anachronisme manifeste. Si, alors que j'attire ton attention une fois de plus, alors qu'il suffit de lire ce point f, tu ne comprends toujours pas ta propre contradiction, alors là on peut dire que ton cas est incurable. Bye
(15:47:55) Kuni_l'hungus: dans un premier temps il me semble que ce que tu dis ne pas voir c'est le "envoyer un message privéé". et je te réponds tout de suite que je suis désolé je ne savais pas que tu ignorais qu'il s'agaissait d'une mention privée.
(15:48:33) Kuni_l'hungus: mais non.
(15:48:40) Kuni_l'hungus: Lis moi. C'est ce que je t'expliuqe là
(15:48:55) Kuni_l'hungus: je ne is pas que tu as lu la mention "envoyer un message privé"
(15:49:01) Kuni_l'hungus: jamais
(15:49:17) Kuni_l'hungus: à aucun moment pas à 2h, pas à 16h jamais
(15:50:29) (812861): T'es un phénomène d'évitement hallucinant. Continue à buter sur ta vitre.. Il suffit de LIRE. Tu en sembles véritablement incapable. C'est ton problème, je peux pas faire plus. J'y vais, j'ai des trucs importants à faire.
(15:50:52) Kuni_l'hungus: Mais lol.
(15:51:42) (812861): Tu comprends rien, pauvre: relis ce que tu as écrit: "- (16:50:19) Kuni_l'hungus: tu réponds ceci : (190545): [à 2h05'20":] Je ne vois ça nulle part. Quand on écrit, en tant qu'intervenant exterieur au site, on voit pas de "envoyer un message privé". Tous les msgs qui sont écrits sur ce chatt sont par définition des msgs privés [cad "publics" - lapsus de ma part corrigé à 2h10'10""). - (16:50:40) Kuni_l'hungus: tu parles bien de "envoyer un message privé" [°°°]. Pas de "murmure à l'oreille de". - (16:52:11) Kuni_l'hungus: et j'ajoute que le lien vers le film était précédé lui aussi de cette mention. - (16:52:34) Kuni_l'hungus: DONC que cette mention tu l'as lue, à un moment puisque tu as commenté le film."
(15:52:25) Kuni_l'hungus: oui je viens de te l'expliquer là :
(15:54:36) Kuni_l'hungus: (15:37:22) Kuni_l'hungus: ce que tu ne vois nulle part, c'est envoyer un message privé. (15:37:31) Kuni_l'hungus: d'après ce que je lis. (15:38:04) Kuni_l'hungus: et j'ajoute que le lien, lui contenait cette mention, la dernière sus nommée, donc "murmure à l'oreille de"
(15:54:51) (812861): Relis bien ceci, et mets le en rapport avec l'historique de ma phrase de 2h05 à partir de laquelle tu formes ton raisonnement: "tu parles bien de A, pas de B", et j'ajoute que le lien vers le film était précédé lui aussi de A". Or si parle bien de A à 2h05, la veille, c'est parce qu'à 2h04 tu m'en parlais et je ne faisais que reprendre tes termes: relisons l'échange qui mène à mon msg de 2h05:
(15:55:15) (812861): "- (02:02:0 (190545): je n'ai lu ça absolument ça nulle part, (ici jerzy), et je répondais à tes propos dans un chatt public, tu appelles ça "en privé"? De quel message privé parles-tu? Je suis ici sur le chatt, pas sur un profil lisant des messages privés. Serais-tu un parfait menteur, kuni, ce qui réveille mes soupçons jamais éteins sur tes méthodes - (02:02:56) Kuni_l'hungus: es-tu dans le "cadeau bonux, du chat, jerzy? [NDJ: Bien sûr que non, je ne suis pas dans son "cadeau bonux du chat", j'y ai jamais foutu les pieds] (02:03:5 (190545): Si tu voulais pas en causer en public, fallait pas lancer la discussion dans un chatt public, et y poster un lien. C'est pas moi qui ai causé de ça, c'est toi, et c'était pas privé. Le chatt est lisible non pas en privé, mais en public. Et j'écris sur le chatt comme intervenant public, sans profil privé. C'est quoi, ce fatras de sophismes? (02:04:05) Kuni_l'hungus: tu pourras voir sous chaque interlocuteur l'option "envoyer un message privé" [°°°]. suite:
(15:55:23) Kuni_l'hungus: eh, là tu as écrit ton message avant de me laisser le temps de répondre
(15:55:43) Kuni_l'hungus: donc :
(15:55:48) (812861): (02:04:29) Kuni_l'hungus: c'est ce qui fait le "murmure à 'oreille de" [°°°] (02:04:46) Kuni_l'hungus: signifiant un message que toi seul a reçu et pu lire, dans ce chat (02:05:20) (190545): Je ne vois ça nulle part. Quand on écrit, en tant qu'intervenant exterieur au site, on voit pas de "envoyer un message privé" [°°°].
(15:56:37) Kuni_l'hungus: le "cette mention tu l'as lue, à un moment puisque tu as commenté le film" il s'agit de la dernière mentionnée, donc "murmure à l'oreille de".
(15:57:03) Kuni_l'hungus: ce qu'entre 2h05 et 16h50 tu as contesté
(15:58:18) (812861): Y a même pas à tourciver, comme tu le fais: ta contradiction est massive, manifeste, circulaire, anachronique, paralogique, tout ce que tu veux. Ce que tu "prouves" en le déniant en boucle, là encore? Ta totale inaptitude à saisir tes propres contradictions. C'est desespérant, mec. Allez, bye, joue sur les mots, segmente, démembre, remembre, jusqu'à tant et si bien que.... Je le répète, pour toute personne de bonne volonté et de bon sens, tout ceci est clairement indiqué dans le point F, on ne peut pas faire plus.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Jeu 23 Mai 2013 - 1:36



5.

(15:58:52) Kuni_l'hungus: mais ton posutlat eest faux:
(15:59:09) Kuni_l'hungus: jamais je ne conclue de quoique ce soit "tu as lu la mention "envoyer un message privé"
(15:59:14) Kuni_l'hungus: jamais.
(15:59:28) Kuni_l'hungus: etr nulle part cela n'apparait dans les extraits cités.
(16:00:44) Kuni_l'hungus: "tu parles bien de A, pas de B", et j'ajoute que le lien vers le film était précédé lui aussi de B"
(16:01:16) Kuni_l'hungus: (ta restitution formelle corrigée)
(16:01:35) Kuni_l'hungus: voilà mon propos.
(16:01:48) Kuni_l'hungus: parce qu'entre temps tyu as nié aussi avoir vu B.
(16:02:49) Kuni_l'hungus: j'ajouter donc que tu as vu B puisque tu as commenté le film qui accompagnait B.
(16:03:03) Kuni_l'hungus: *j'ajoute
(16:03:53) Kuni_l'hungus: je ne suis nullepart en train de dire "tu vois tu l'as vu, envoyer un message privé puisque tu en parles". ce serait tout à fait con.
(16:05:11) Kuni_l'hungus: en plus à ce moment là, à 16h05 le débat porte sur le fait que tu aies vu ou non le murmure.
(16:05:34) Kuni_l'hungus: c'est n'importe quoi, là.
(16:09:45) Kuni_l'hungus: dans tout ce qui suit, la discussion continuue de porter sur le fait que tu aies lu ou non le murmure.Ce n'est que bien plus tard que tu reviens sur ce point là, en faisant comme si je parlais de "envoyer un message privé". or dans le contexte de a discussion, je ne cesse même de dire que tu ignorais que c'était privé et je m'en excuse.
(16:11:06) Kuni_l'hungus: dans toute la suite du débat tu te justifes d'avoir vu le "murmure". Pas le "envoyer un message privé". Pourquoi faire croire que je te contestais cela alors que nous ne faisons depuis lors que discuter du "murmure"?
(16:11:21) Kuni_l'hungus: c'est pas "tronçonner", ça?
(16:11:41) Kuni_l'hungus: c'est pas déplacer?
(16:11:53) Kuni_l'hungus: c'est pas esquiver?
(16:12:11) Kuni_l'hungus: bah si, parce que le point de contestation n'a jamais porté là dessus.
(16:12:38) Kuni_l'hungus: t tu fais comme si je t'avais contesté ça.
(16:12:51) Kuni_l'hungus: tout cela pour me trouver un sophisme.
(16:46:22) Kuni_l'hungus: et là encore alors que j'explique plusieurs fois que le "cette mention" ne se rapporte pas à "envoyer un message privé", tu ne lis pas, tu répètes et assènes, simplement pour marteler "c'est dans le point f. Y a pas à discuter". Bah tu refais et reconfirmes ton autodialogue tout seul avec un type qui n'était pas moi mais ta restitution de mes propos, préalablement enculés par tes soins.
(17:15:10) (965019): http://www.directmatin.fr/monde/2013-05-22/le-chef-emerite-miki-nozawa-tue-pour-des-nouilles-trop-cuites-468203
(17:47:36) (120816): On touche ici (que dis-je, on n'a cessé de les toucher) à une synthèse de la "méthode" ahurissante d'évitement, déformation, tronçonnage, segmentation, démembrement, recomposition, de cunilingus roi de la manipe au royaume des simplets. Pour un "résultat" qui est simplement de rendre parfaitement incompréhensible le relevé de ses propres entourloupes logiques de niveau classe élementaire. Tout ceci déjà commenté: un tel procédé de pinaillage s'auto-validant jusqu'au délire, comptant aussi peut-être (?) sur la confusion de "lecteurs-témoins" qui ne se reportent ni à l'archive ni à mon post subséquent du 13 mai sur les spectres, n'ont rien suivi de tout ça, prêts en conséquence à accorder un blanc-seing aux contorsions sémantiques, logiques, effarantes, de cet athlète de l'auto-chatouille érotomaniaque, un tel procédé donc (le même qui permet d'éluder et rendre confus les débats antérieurs) repose, délibérément ou par opacité de la mauvaise-foi, sur l'usure de la contradiction. Pour un résultat connu d'avance: .....>
(17:50:20) (120816): l'auto-confirmation autiste, en vase clos, de lingus qui n'affrontera un élément extérieur à sa propre circularité infalsifiable. Donc, je ne peux ici que remettre le lien, pour consultation, et en pure perte: attirant une fois encore l'attention sur le point f. C'est clair, lisible, manifeste: http://spec tresducinema.1fr1.net/t1192p90-de-la-confusion-conceptuelle- erigee-au-rang-de-bel-art-de-la-ratiocination-permanente#40145
(17:56:22) (120816): Je ne crois pas un seul instant que lingual puisse un jour opérer un retour réflexif critique sur sa "logique" tordue de sophiste d'opérette à guichets fermés. Son truc, c'est qu'il vous épuise, jusqu'à sa saturation, jusqu'à ce que vous perdiez votre sang-froid et lui administriez les insultes qu'inspire une telle malhonnêteté si effarante. A chaque fois, on se prend encore à espérer un sursaut, une pièce qui tombe. Mais non. D'où la seule issue possible: l'adieu, la fuite définitive hors de sa shoutbox ne servant qu'à le bétonner. Perversion, manipulation, pêle-mèle. Je le redis: on ne peut pas y laisser sa santé. Ce genre de pervers, il faut le fuir, couper court. Après avoir essayé. Pour un échec qui libère, la réaprropriation de son énergie dans autre chose. C'est déprimant, sauf à oublier activement l'existence de pervers de ce type... THE END. Jerzy.


6.


(17:58:12) Kuni_l'hungus: Voilà qui n'invalide rien de mon propos.
(17:58:32) Kuni_l'hungus: que tu ne lis pas, te contentant de réptter, asséner, marteler.
(18:00:13) Kuni_l'hungus: Alors que c'est toi qui as sans cesse entretenu cette confusion entre le "envoyer un mesage prive", le murmure", le "message de 1:03:35, et "le message qui accompagnait le lien".
(18:00:56) Kuni_l'hungus: je n'aéi cessé d'essayer de distinguer ce que tu assimiles pour qu'on ne sache plus de quoi nous parlons.
(18:02:12) Kuni_l'hungus: Et là encore tu parles de tronçonnage, mais qui a coupé au moment qu'il fallit pour qu'on puisse croire que ce "cette mention" pourrait éventuellement référer à "envoyer un message privé"?
(18:02:14) Kuni_l'hungus: toi
(18:05:26) Kuni_l'hungus: pour le reste, tu ne fais que postuler "nan c'est toi qui t'autovalides, c'est toi qui déformes c'est toi qui évites, c"'est toi qui tronçonnes". Mais à chaque fois que tu essaies de le justifier, tu es obligé de jouer sur des confusions que tu as instauré.
(18:05:55) Kuni_l'hungus: *ées
(18:07:35) Kuni_l'hungus: Et là fautr vraiment être un con (dans le sens de "idiot") ou un gros connard pour affirmer, de surcroît en ayant suivi le contexte que j'affirme "j'ajoute que tu as vu cette mention "envoyer un message privé".
(18:08:16) Kuni_l'hungus: ce que tu fais en formalisant comme suit :
(18:08:35) Kuni_l'hungus: "tu parles bien de A, pas de B", et j'ajoute que le lien vers le film était précédé lui aussi de A"
(18:13:00) Kuni_l'hungus: ah pardon, continuons la citation non... TRONCONNEE:
(18:13:06) Kuni_l'hungus: (16:52:34) Kuni_l'hungus: donc que cette mention tu l'as lue, à un moment puisque tu as commenté le film. (16:55:10) Kuni_l'hungus: rien d'autre de ta part ne précise que tu ne lis pas de "murmure à l'oreille de"
(18:13:18) Kuni_l'hungus: Je continue de préciser que je pare de celle-ci!
(18:13:38) Kuni_l'hungus: mais ça, bien entendu ça n'apparait pas dans ton commentaire...;
(18:13:55) Kuni_l'hungus: qui tronçonne ici? Qui ajoute de la confusionnite?
(18:13:57) Kuni_l'hungus: CONNARD!
(18:15:16) Kuni_l'hungus: la voilà la preuve de tronçonnage, et de mauvaise restitution de mon ppropos suite à un tronçonnage merdique.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Jeu 23 Mai 2013 - 1:36

7.

(00:40:13) (623085): Ultimes réponses aux dernières tentatives desespérantes en date, par Kuni, de valider son insondable pataquès paralogique/anachronique. En 16 points, que je poste en redondance de mes adieux, et dans l'espoir fol qu'à la fois ça reste dans la shout, et que surgissant de sa marre telle la grenouille semi-comateuse, il ne dégaine point ses mitrailles atomisantes:
(00:43:30) (623085):
1) 3è arrêt sur image, face à la phraséologie cunilinguale tortueuse, confuse, approximative, qui jette le lecteur sur des lost highways serpentins desquels il ne revint jamais. Relisons l’invertébrant : « - (16:50:19) Kuni_l'hungus: tu réponds ceci : (190545): [à 2h05'20":] Je ne vois ça nulle part. Quand on écrit, en tant qu'intervenant exterieur au site, on voit pas de "envoyer un message privé". Tous les msgs qui sont écrits sur ce chatt sont par définition des msgs privés [cad "publics" - lapsus de ma part corrigé à 2h10'10""]. - (16:50:40) Kuni_l'hungus: tu parles bien de "envoyer un message privé" [°°°]. Pas de "murmure à l'oreille de". - (16:52:11) Kuni_l'hungus: et j'ajoute que le lien vers le film était précédé lui aussi de cette mention. - (16:52:34) Kuni_l'hungus: DONC que cette mention tu l'as lue, à un moment puisque tu as commenté le film." »
(00:44:00) (623085):
2) Il faudrait à présent comprendre (?) en se cassant les yeux, à partir de ses ajustements rédigés avec le gros orteil (un ado de 15 ans écrirait plus clairement), que le contenu de ce post de 16h50’19, clairement déplié, était un truc du genre : « Tu écris xxx (à 2h05’20). Tu parles bien de A (‘envoyer un msg privé’) [NB: pour dire que je ne le vois pas]. Pas de B (‘murmure à l’oreille de’) [je n'en parle pas, mais je le ne vois pas davantage]. En réponse à mon post précédent, où je te précisais que le lien vers le film était précédé lui aussi de B. DONC B, tu l’as lu, à un moment puisque tu as commenté le film ».
(00:44:30) (623085):
3) Si lingual de kunie avait eu le souci minimal, déjà, de s’exprimer par une tournure non ambiguë ou non ambivalente, pour se faire comprendre de son interlocuteur, il aurait dû reconsidérer a minima son verbe "ajouter" (& le temps de ce verbe) source de confusions - voir 14; ensuite préciser que ‘cette mention’ renvoyait à B : rien ne permettant de saisir dans sa phrase que ‘cette mention’ est B et pas A - n’ayant pour ma part vu ni l’une ni l’autre, pour toutes les raisons expliquées dans mon témoignage, mais qu’il a tenu à invalider unilatéralement dès le début, en persistant comme encore plus haut à soutenir que que j’ai NIÉ avoir lu ou vu cette mention (l’une ou l’autre peu importe, n’en ayant vu aucune) :
(00:45:54) (623085):
4) ---> reformulation par ses soins de mes propos ( : je n’ai nulle part ‘nié avoir lu/vu’ - reformulation qui suggère une dénégation de ma part -, mais juste affirmé tout du long n’avoir jamais vu/lu, ce qui est très différent) pour valider sur mon dos son sempiternel argumentaire général qu’il m’impose : ‘tu n'as pas vu, dis-tu, ni le murmure "indissociable' du lien ni le murmure de 1h03, mais le second, tu ne peux pas ne pas le voir, il est bien sur TON écran, et le premier, tu ne peux pas ne pas l’avoir lu si tu as lu le lien (selon la logique incontestable de l’informatique du chat, logique faillible comme je le lui rappelle, tant à sa demande ultérieure qu’en réponse à sa demande d’aller lire son ‘murmure’ de 1h03) ;
(00:46:20) (623085):
5) ajoutant à cela son verrou supplémentaire : ‘ton archive ne sert donc à rien puisque le lien ne s’y trouve pas’ (lien effacé avant l’archive, ne servant donc pas sur ce point comme rappelé à plusieurs reprises, mais pour le 1h03 dont il s’acharna à signifier qu’il ne pouvait pas ne pas être sur MON écran, et bien après l’archive faite à 5h du mat).
(00:46:58) (623085):
6) Soit. Reconsidérons à présent sous l’angle 2 sa ‘démonstration’ à 16h50 censée établir donc, non pas que j’ai forcément lu la mention A, mais que j’ai forcément lu la mention B. Est-ce que a) d’une part, il « prouve » (par son ‘donc’) que j’ai lu sa mention B à un moment ? Est-ce que b), d’autre part, ce réajustement change quoi que ce soit à l’affaire, change quoi que ce soit à son paralogisme fondé sur un anachronisme ?
(00:47:21) (623085):
7) Non, ça ne change strictement rien. Il ne « prouve » pas davantage a) selon son obsession pathologique, que j’ai lu la mention B (‘murmure susurré à l’oliphant’) dans son lien puis à 1h03 : comme l’ensemble de l’échange l’atteste, il peut juste continuer à dire - ce que je n’ai contesté, nié, nulle part - que son lien était dans un murmure, puis qu’il a été suivi d’un autre murmure. A quoi je n’ai cessé de répondre que le fait que ce fut sur SON écran ne prouve nulle part que c’était sur le MIEN, en dépit de sa foi de charbonnier envers ‘l’incontestable logique informatique du chat’, inefficace quoi qu’il en pense. Pour ce lien, effacé, ça restera un problème insoluble, plus la peine d’essayer de prouver après-coup - comme il le fait pourtant encore à 16h50, entre autres - que je ne pouvais pas ne pas voir le ‘murmure précédant le lien du film’. Quant à son ‘murmure’ de 1h03, voir point 5, ad libitum.
(00:47:41) (623085):
8 ) - b) Cet ajustement ne change pas non plus le paralogisme circulaire/anachronisme manifeste de son post de 16h50 : il ne peut pas plus sous cet angle déduire de mon post de 2h05’20, sauf à s’auto-valider de manière circulaire, que ‘j’ai lu la mention B’ (voir points suivants:)
(00:48:14) (623085):
9) 4è arrêt sur image, relisons again le post de kougni-glu : « - (16:50:19) Kuni_l'hungus: tu réponds ceci : (190545): [à 2h05'20":] Je ne vois ça nulle part. Quand on écrit, en tant qu'intervenant exterieur au site, on voit pas de "envoyer un message privé". Tous les msgs qui sont écrits sur ce chatt sont par définition des msgs privés [cad "publics" - lapsus de ma part corrigé à 2h10'10""]. - (16:50:40) Kuni_l'hungus: tu parles bien de "envoyer un message privé" [°°°]. Pas de "murmure à l'oreille de". - (16:52:11) Kuni_l'hungus: et j'ajoute que le lien vers le film était précédé lui aussi de cette mention. - (16:52:34) Kuni_l'hungus: DONC que cette mention tu l'as lue, à un moment puisque tu as commenté le film." » --->
(00:48:51) (623085):
10) A 2h05’20, je réponds ce que K cite : je parle bien, comme il l’écrit, de « envoyer un msg privé » (pour lui répondre que non, je ne vois pas cette mention) - pas de « murmure à l’oreille » (à propos duquel j'aurais dit la même chose, à savoir que je ne l'ai pas vu non plus). Cad en réponse à ses 2 posts (de 2h04’05 et 2h04’29) : « tu pourras voir sous chaque interlocuteur l'option "envoyer un message privé" - « c'est ce qui fait le "murmure à 'oreille de". Que je réponde à cela, à 2h05’20 : « Je ne vois ça nulle part. Quand on écrit, en tant qu'intervenant exterieur au site, on voit pas de "envoyer un message privé" », ce n’est pas, une fois encore, parce que j’écris (que je ne vois pas) ‘envoyer un msg privé’ (A) et non (que je ne vois pas) ‘murmure à l’oreille de’ (B) que ça ‘prouve’ on ne sait où que DONC j’ai vu B !! ça a même encore MOINS de sens (si c’était possible), en plus de l’anachronisme. --->
(00:49:14) (623085):
11) L’anachronisme est toujours là : c’est lui qui m’apprend l’existence de « murmures » que je n’ai vus nulle part sur mon écran ---> 1è précision que je lis sous la plume sur la nature ‘PRIVEE’ de son lien ou autre, à 1h42’11 - après son effacement de la deuxième partie de mon développement ; 1è mention que je lis sous sa plume (sans comprendre ce que ça veut dire) de ‘MURMURE adressé à l’oreille’, à 2h00’23 ; 1è explication de sa part sur la signification de ‘murmure’, qui équivaudrait à la mention ‘envoyer un msg privé’ dans le « cadeau bonux » (où je n’ai jamais mis les pieds, là encore il m’apprend un truc que je ne pouvais savoir préalablement ni d’eve ni d’adam), à 2h04’05, 2h04’29 & 2h04’46 donc --->
(00:49:36) (623085):
12) à quoi je réponds mon fameux, à 2h05’20 : « Je ne vois ça nulle part. Quand on écrit, en tant qu'intervenant extérieur au site, on voit pas de "envoyer un message privé". Tous les msgs qui sont écrits sur ce chatt sont par définition des msgs privés [cad "publics" - lapsus de ma part corrigé à 2h10'10"]. » Dans l’historique de l’échange, il est absolument indubitable que je viens d’apprendre, entre 1h42 et 2h04, successivement l’existence de msg privés sur la shout, puis leur apparition sous forme de ‘murmures’ équivalant à ‘envoyer un msg privé’ dans le ‘cadeau bonux’ --->
(00:49:54) (623085):
13) De ce que je réponde à 2h05’20 ‘je ne vois ça nulle part’ puis « on ne voit pas de ‘envoyer un msg privé’ (A) », plutôt que « on ne voit pas de ‘murmure à l’oreille de’ (B)», ça n’a aucune espèce d’importance, c’est tout aussi indifférent : n’ayant vu ni l’un ni l’autre, j’aurais tout aussi bien pu répondre que je ne voyais pas B plutôt que répondre que je ne voyais pas A *** ; ça ne donne strictement aucune indication à partir de laquelle K s’autoriserait à ‘déduire’ après-coup, absurdement, à 16h50, du fait que je parle de A et non de B, « que DONC cette mention B (plutôt que A) tu l'as lue, à un moment puisque tu as commenté le film ». Non seulement c’est tout aussi absurde, tout aussi anachronique, après ajustement du sens de son post amphigourique de 16h50, que ce que j’avais compris sous le premier angle : à savoir qu’il déduisait que DONC j’ai lu A (plutôt que B), mais encore...
Spoiler:
*** Ce que je lui rappelle à plusieurs reprises, après sa "démo" contorsionniste de 16h50, que ce soit au sujet de A ou de B, ou que ce soit au sujet d'un murmure x ou d'un murmure y (n'en ayant vu aucun, ce qu'atteste la simple consultation de l'archive):
16h56’11 : « L'un ou l'autre ça n'a JAMAIS apparu sur mon écran »
17h48 : « je parle des DEUX messages, puisque ni l'un ni l'autre ne sont APPARUS sur mon écran, ce que je t'explique depuis le début. »
18h04’23 : [...] y a au moins 5 clarifications, et chacune, tu as essayé de la tordre pour valider tes "tu ne pouvais pas ne pas lire" ceci OU cela, peu importe, puisque je n'ai RIEN lu, hormis le lien que tu as posté, base de mon développement dont la première moitié n'a pas été effacée, et puis poursuivant sur TA question.
(00:50:19) (623085):
14) ... ça a même moins de sens si possible, disais-je, c'est encore plus aberrant : par sa cabriole d’anachronisme paralogisant ou de paralogisme anachronisant, kunien le lingueux soutient ainsi à 16h50 (de façon tout aussi parfaitement obscure et incompréhensible - pour tout autre que lui) que SI je parle bien (à 2h05'20) de A ( [n'avoir pas vu de:] "envoyer un msg privé") et non de B ([n'avoir pas vu de:] "murmure à l'oreille"), compte tenu du fait, "ajoute-t-il (- et en vertu de quoi, sinon de ses "explications" de 2h04’05 & 2h04’29 antérieures à mon 2h05 ?!), que 'le lien vers le film est précédé lui aussi de cette mention' (Laquelle? Comprendre donc B, apparement, après son ajustement amphigourique), cette mention (comprendre B, là encore) je l'ai DONC bien lue à un moment puisque j'ai commenté le film. !!!

(00:50:45) (623085):
15) Or, pour qui n’aurait toujours pas saisi ce pataquès paralogique/anachronique (exactement le même: que je sois censé avoir vu B plutôt que A, ou A plutôt que B, ça change nada, peau de nib, à ce pataquès): c’est LUI-MEME qui m’apprenait, avant que je réponde mon 2h05 (dont il déduit formidablement ce que je suis censé avoir vu), aussi bien la nature ‘privée’ de msgs dans la shout, l’option ‘envoyer un msg privé’ lisible dans le Cadeau Bonux, et la mention ‘murmure adressé à l’oreille’. C’est LUI - repeat - qui m’expliquait, avant que je lui réponde (en l’occurrence "je ne vois pas tout ça ; je ne vois pas A"), que 'murmure à l’oreille' correspond à l’option ‘envoyer un msg privé’ dans le Cadeau Bonux.
Et c’est toujours LUI qui déduit ensuite (à 16h50), en revenant à ma réponse de 2h05, la ‘preuve’ indirecte que j’ai vu B !!! Parce que - tenez-vous bien - j'y dis que je ne vois pas A (sans mentionner que je ne vois pas B non plus) !!!! T'as bien dit là que t'as pas vu A, t'as pas parlé de B, donc je m'autorise à en déduire que t'as vu B, nananèreu ! T'es zlatané !
[Addendum:] J'avais déjà répondu, pourtant, à 2h02'08, à ses posts mitraillés à 2h003 et 2h023 ("quant au lien il était donné en privé" - "en msg privé" - "murmure à l'oreille de..."): "je n'ai lu ça absolument ça nulle part, (ici jerzy)". ça aurait dû suffire pour qu'il comprenne que j'avais vu que le lien sans le "murmure à l'oreille" qui le précédait et ne pouvait en être dissocié (selon l'infaillible logique informatique faillible et inefficace de son chatt chéri); mais non, s'en foutut ou foutat: ce que je disais, ça comptait pas. Ce qui comptait, c'était sa propre vision que je ne pouvais pas ne pas partager, sauf à "prouver" que décidément je savais pas lire, ou qu'incapable de lire les autres, je ne lis que mes propres posts...
Dans mon fameux 2h05'20", objet de ses attentions sodomites ultérieures, je commence bien par dire, là encore: "Je ne vois ça nulle part" (en réponse à ses fabuleuses explications en 2h04'05/2h04'29: "tu pourras voir [dans le "Cadeau Bonux"] sous chaque interlocuteur l'option "envoyer un message privé" [=A] - "c'est ce qui fait le "murmure à 'oreille de" [=B]).
Là aussi ça aurait dû suffire, pour comprendre que "je ne vois ça nulle part" englobait aussi bien B que A. Mais horreur et putréfaction fatales! J'ai le malheur de simplement ajouter à cela: " Quand on écrit, en tant qu'intervenant exterieur au site, on voit pas de "envoyer un message privé".
Hélas, trois fois hélas donc, je n'avais pu ou su, malheureux que j'étais donc, prendre le temps, le soin, dans le feu de l'action, sous pression de ses mitrailles enfilées staccato, de mentionner également à cette occasion que je ne voyais pas B non plus (ce qui ne change rien, tombait sous le sens, puisque A comme B c'est lui qui m'en apprend l'existence de 1h42'11 à 2h00'23, puis me renseigne explicitement de 2h04'05 à 2h04'46 sur leur nature ou fonction) ! !! (et aussi: ! )
Ah de quel manque de précision, de rigueur millimétrée, d'à propos psycho-maniaque n'avais-je pas "fait preuve" là, mes amis !! Le Lucky-luke rectomaniaque des shouts, athlète olympique de l'examen "terme-à-terme" au cordeau de chaque énoncé pris isolément (désintégrant ainsi le sens général de vos interventions), le zlataneur-enculteur super-classe AAA, qui dégaine plus vite que son ombre, ne cesserait plus d'exploiter, jusqu'à la nausée, au nom de son implacable "rigueur", cette absence de mention d'un "je n'ai pas vu B": qu'il enculterait maniaco-perversement jusqu'à tant et si bien que la mention "je n'ai pas vu A" accouche (à 16h52'34) de son monstrueux et terrifiant bébé Donge mutant: "DONC tu as vu B, à un moment puisque tu as commenté le film." (bah mais non-lol quoi!) (- et "beurk").

(00:50:58) (623085):
16) Ainsi, de A à Z, kougnion de Lingurie n’a fait que s’auto-valider, pour ne pas reprendre l’expression fâcheuse, sur mon dos. Tirant de mes propos, comme autant de lapins de son chapeau, des ‘preuves’ directes (par ex son ‘murmure’ de 1h03 que je ne pouvais pas ne pas voir, ce qu’il me répéta bien après que l’échange soit archivé) ou indirectes (que j’ai vu ceci ou cela, B plutôt que A, parce que je dis ne pas avoir vu A - et alors que j’aurais tout aussi pu dire ne pas avoir vu B, ce qui ne change rien de rien, n’ayant vu ni A ni B. Etc etc.


* * *


(00:51:30) (623085): Lire deuxième lettre de l'alphabet en lieu et place des stupides smileys à lunettes.
(00:53:51) (623085): Cadeau bonux: se référer, pour la majorité des manipes navrantes du prince kunégondi, à mon post déjà mentionné en lien. Et je conclurai par deux morphèmes témoignant de la richesse conceptuelle merveilleuse de kaos-lang: "bah"', et "mais lol". Fin de l'émission. Adieu.
(00:58:41) (623085): Erratum: lire chiffre venant après 7 en lieu et place de smileys à lunette.
(01:00:43) (623085): deuxième lettre de l'alphabet ET chiffre venant après 7 = smileys à lunette. Les deux étant victimes de cette incontestable logique informatique du chatt. Le suppo, etc.
(01:04:17) (875442): juste une question jerzy : t'as quel âge ?
(01:04:46) (623085): je te réponds si tu me dis qui tu es.
(01:05:06) (875442): je ne suis pas kuni l'hungus
(01:05:53) (623085): alors dis moi qui tu es, pseudo (et pas de faux-fuyant): dans ce cas je satisfais ta curiosité légitime.
(01:06:27) (875442): mais pourquoi légitime ?
(01:06:54) (875442): en tout cas tu es très drôle
(01:07:26) (623085): ou illégitime: qu'importe, tu me demandes quel âge j'ai. J'ai le droit de vouloir répondre moyennant un échange équitable d'information.
(01:07:56) (875442): c'est pasgrave, c'était juste en passant
(01:08:31) (623085): 47 ans, et je te fais un gentil poutou pédophilique si t'as pas l'âge de recevoir cette confidence. Allez, bonne nuit.
(01:08:58) (875442): merci
(01:10:36) (623085): Oui, trop vieux pour toutes ces conneries, je sais... Je m'en désole, crois-le bien. Je vais me coucher en méditant sur le naufrage de la vieillesse ennemie n'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie...
(01:17:57) (623085): point 10: lire évidemment 2h05'20 et non 2h50'20: ça tombe sous le sens, puisque c'est toujours ce même post. Mais gageons que si je me fends pas d'un erratum, le prince de Paralogie se fera un devoir d'en tirer une nième contradiction. En plus de toutes celles qu'il ne manquera pas de tirer, cet homme rigoureux, admiré tant pour cela que pour son talent de scripteur, qui réjouit tant deux, non trois, non quatre, allez 5, plus les anonymes... rhzz
(01:24:25) (623085): Correction valable aussi pour le point venant après 7, et partout où ça pourrait se reproduire. Petites coquilles dues à la fatigue, comme d'autres de natures diverses...
(01:27:03) Baldanders: (désolé de t'interrompre Jerzy)
(01:27:20) Baldanders: Zad, si tu trouves 20mn, regarde The Booth at the End !
(01:27:25) Baldanders: tu m'en diras des nouvelles
(01:27:37) Baldanders: (ça devrait te plaire à toi aussi, sacré Jerzy)
(01:28:11) (623085): J'ai fini, autrement dit terminé. Adios, à la vie à la mort, et toutes ces sortes de choses. C'est épuisé que tu me trouves présentément, mon ami, mon ami baldanders, ami de toujours...
(01:30:27) Baldanders: si tu as envie de te creuser les méninges sur d'autres sujets, télécharge moi ça, Jerzy, et reviens m'en parler : uptobox.com/6l7fgwpbmflm
(01:31:25) (623085): J'archive ce lien. Je reviendrai, peut-être, un jour, en causer, qui sait, si je clique dessus, avant de mourir, possibilité imminente....


(01:32:14) Baldanders: on dit ça... et puis on se réveille quand même, pas très frais, mais vivant(01:33:06) Baldanders: (j'ai mis du temps à reconnaître l'acteur principal de cette série et celle qui joue la nonne...)(01:33:12) Arlette ChatBot: Baldanders se déconnecte du Chat.(01:33:14) (623085): Oui, c'est vrai. Je vais donc me coucher, en espérant me réveiller quand-même, pas très frais mais vivant. Merci de m'encourager. Bise et bonne nuit.



* * * *


[Sur ces 2 ultimes échanges, on peut constater que, mon attention ayant enfin été attirée par le "Cadeau-Bonux", j'ai cliqué dessus pour la première fois. En effet, repassant vers 2h, je vis que la shout était vide: plus rien. Heureusement, je m'étais archivé au fur et à mesure. J'ai alors cliqué sur "Cadeau-Bonux" et là, je pus voir que le point 7 était encore lisible (seulement là, et apparaîtrait-il à nouveau dans la shout? No sé. J'ai plus été voir cette shout morbide depuis, par goût de la vraie vie vivante). C'est pour ça qu'on peut lire dans cette dernière archive les derniers posts de Baldanders, suivis de "arlette chatbot: baldanders se déconnecte du chat", suivis de mon "bonne nuit".
Mieux vaut, là encore, préciser ces choses. Informé des stratégies rectomaniaques de Lingalkougniant l'analchroneux: il serait bien capable de se jeter là-dessus pour transformer ça en "contradiction": ]
- ha, bah mais lol quoi, zizi va dans le Cadeau-Bonu
-x
- alors qu'il a prétendu ne jamais y avoir mis les pieds! Petit z
- izy essaye à présent de nous faire croire qu'il n'y va que mainten;ant ,stratégie mi
- nable deptit zizi
- il a y fforcéments étés avant ,quand je lui ais dis est tu dans le cad
-eau bonUx
- donc il a bien vu la mention #envoyer un message privé" , ce qu
- il nie avoir vu
- preuve qu'il deformE et q'
- quil évite
- Cest patthétique .
- Se rend il compte a quel points il est ri
-dicule , en dessous de tout ?
- il me décoit meme plus .Il n 'est plus que l'ombr
-e
- de lui -m^emes
- et menteur : il avait appreciér des txetes de moi sur le formu des cAhiers

---> Wrong. Epic fail. Impossible. Dans ses rêves. Mais le contraire est "prouvé", scientifiquement:

Spoiler:
" Ceci sans parler de savoir à quoi cela avance de savoir s'il est cartésien ou spinoziste -jerzy avait écrit si je me souviens sur la main optique ou sur un autre forum un très beau texte à ce sujet. "

(un de mes plus mauvais textes, aucun goût le gluglux-klan frit)

Par contre, un de ses débilo-tetxes les plus longueux, donc contenant le plus de débiloyades au cm3, il en a toujours pas corrigé les coquouilles:

[...] voilà pouruqoi une grande part des encore réticents se trouvent maintenant à en découvrir la "jouissance"
[...] Par chance pour Quentin ceux qui lui demandent l'orgasme sont au mieux des éjaculteurs précoces
[...] Ou alors le cinéma n'en est réduit qu'à sa fonction cathartique. Disons que c'est pas l'idée que je me fait de ce que permet le cinéma et de son rapport avec le monde environnant
[...] En faisant cela l'identification aux vengeresses était accompli et brisée en même temps. Alors que nous étions dans la vengeance, nous sommes dans le coup, nous le recevons, la mécanique de la vengeance est brisée, et Bob le cascadeur est éjecte. Plus qu'une chose : le coup de pied dans la gueule. Touts réunis en cet acte, le spéctateur lui-même n'est plus spectateur ni identification à un personnage mais l'entièreté de la situation. Il est écran.
[...]
on est embarqué sans être entraîne
[...]
Du coup ça reste suivable, les acteurs font ce qu'ils peuvent pour sauvr ce qui peut l'être, mais ça n'a plus aucun goût.

Mais voilà que, au gré du vent mauvais qui me fait surfer par dessus les rûynes d'un âge dort engloutiche, je tombat sur ceçi, qui s'il n'existait point devrait être consécament inventé:


Mon côté prof. Toujours obligé de reformuler.

Bah mais bah mais lol quoi. KuNihil-land semant dans la cas présent-passé le chaos partout sur sa rut, contribuant à l'arrêt du progrès à l'éduaction nationale. Vive la france!

(01:03:33) Kuni_l'hungus: [Citation: "Dans la cas présent, un premier remplaçant a pris le poste, mais a lui même été malade, et un temps a été nécessaire pour mettre en place un deuxième remplacement. Il a été fait appel à deux collègues titulaires qui se partagent l'emploi du temps, et non pas les classes comme cela a été dit ou écrit."]
(01:03:46) Kuni_l'hungus: de mieux en mieux on arrête pas le progrès dans l'éduaction nationale
(01:03:51) Kuni_l'hungus: vive la france!
(01:07:46) Kuni_l'hungus: par ailleurs le "temps nécéssaire " (nous soulignons) , c'est un mois et demie... mais ça on a l'habitude maintenant






- alors qu'essaie à présent de faire petit ziz I ici. Lisons la startegie pathétique de zizi .Bah quelle strategye minable la encore du pauv zizy. qui essaye encore de prouver ici qu'il n'a jamais admiré mes testex du temps des cahiers; alors que bah faux, et surtout il détourne la
- encore le probleme. il déforme en isolant les troncons d'un segment, comme il prétend faussement que je le lui ai appris à faire (or contresens là: prouvé à 23h67 . tout le monde a pu le lire. T'es déculoté petit zizi.
- Bah alors qu'essaye à nouveau de faire i ci zizi? déformer en évitant par une imitation minable de moi postant dans le chat-machine (c'ets un Chat-machine bordel pas une shouTbox combien
- de fois je devrais le répeter, putain!)
- Et pas drôle - minable. Voila ou en est acculé le ptit zizi, encore. Tu l'as déjà fait ça ptit
-zizi, encore après la fois d'avant ou tu prétendit imitée Leon Zitrone alors que c'était
- raté et que personne n'a ri: et là non plus et personne n'a ri zizi faut t'y faire .tout le monde a bien pu le voir et des amis personnels qui ne fréquentent meme pas le Chat
- machine m'ont écrit des gsm privés confirmant que t's pas drôle mon pauv'zizi. Pas drôle et pathetique.
- et surtout, bah?
- quelle preuve ?Une fois de plus ?
- Quel rapports avec la disucssion? L'éDuaction nationale? Hors -sujets n'importe quoi, c'est ridicule
- .iL invente des prémices qu'il empreinte d'ailleurs pour confirmer la majeur de sa mineure ! Totalement illo
- gique.
- il tronconne et il
- déforme et puis
- le pauvre zizi mélange tout: mes murmu,res tarentino ,la jouissance .eT quels rapport avec Spinoza et dEscartes ? N'imp
- orte quoi bah
- cest patéthique mi
- nable
- je l'ai zlatané
- et il a pas supporte
- il revient encore pour se venger
- en mélengeant des trucs qui no'nt rien mais alors rien a voir
- avec sa non-preuve ridicule
- CoNNaRD!
- parce que bah
- il l'a bien profonde le petitzi zi
- 6699432: et surttot c'est un vieux con raté de 47 balais (47 balais putain) qui ne s'est en tujuors pas remis que les franc-maçons trostkystes vérvietois lui ont piqué son job à l'université à ce couillon et pendant ce temps tornade à Oklahoma occultant la proletarisation ontho-téologique de la petite bourgeoisie peri-urbaine; ce qu'avait très bien vu Kracauer avant Fanon et après Heiddeger, qui n'a jamais rien compris la paupèrisation des villes.
- bah t'a raison numéro c'est un conn
- art
-jusqu' où arrêtera t'il de s'enfoncer plus bas que terre ce pauvre homme
- comment est-ce t'il possible de descendre encore plus bas ,quelle déchéance!
- 6699432: c'est surtout la cinéphilie du net informatique qui prouve que je suis dégoûté, moins pire que télépro mais pas moins mieux que les infos de tv5 que les petits vieux consomment à l'hospice sans illusion parce qu'ils savent ce que savait déjà Kracauer, et que la grande bourgeoisie des campagnes ne peut plus comprendre parce qu'elle a en partie disparu sauf dans les premiers Chabrol. D'ailleurs le pétainisme poujadiste de la classe intellectuelle a été battu en brèche par l'illusion transcendantale des conditions de possibilité de l'inversion de son contraire.
- bien daccord avec toi numero.tu devrais repassé plus souvent.
- bah...
- bonne nuits à tousse je me leve a 5 heure
- pour acheter du poissont aux halles
- du frais
- qui sent la mor-hue jusque dans le
- ceour des frittes
- bah j'irai le noyé demain après -midi.
- points à tout.




Dernière édition par Baudouin II de Barvaux le Ven 24 Mai 2013 - 0:32, édité 26 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Jeu 23 Mai 2013 - 15:46

Borges je t'arrête tout de suite : les délires, les fantasmes il ne faut jamais les castrer sinon cela devient de lamentables masturbations sans jouissance.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Jeu 23 Mai 2013 - 16:18

très souvent on a des avortons de délires ou de fantasmes : c'est parce que l'on ose pas les pousser assez. aucun philosophe sur terre nous dit qu'il faut les poursuivre jusqu'au point de satisfaction (ils sont aussi godiches que nous).
surtout qu'il n'y a pas de contamination, de passerelle avec le réel, chez quelqu'un de normalement constitué. c'est un champ aussi vaste, mais plus jouissif, que le cinéma !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Jeu 23 Mai 2013 - 16:53

slimfast a écrit:Borges je t'arrête tout de suite : les délires, les fantasmes il ne faut jamais les castrer sinon cela devient de lamentables masturbations sans jouissance.

Je ne réponds pas pour Borges, je réponds pour moi.

Puisque ta petite perversion, ta petite jouissance médiocre et honteuse, ici, n'est-ce pas de "dire" à nouveau quelque chose à mon sujet, indirectement, en t'adressant à Borges? Revenir sur mon "cas" de manière oblique, détournée, obvie, en évitant de t'adresser à moi; en prenant un autre comme témoin non consentant d'insinuations à mon endroit? Pratique classique de tout pervers-manipulateur de bistrot virtuel.

(Et en matière de "manipulation", tu t'es largement illustré : voir ton topic "clé à molettes" où je mets en évidence ta stratégie, notamment, consistant à signaler, en anonyme, à l'hébergeur, un propos à caractère obscène/pornographique de ma part, qui ne faisait que citer le propos obscène d'un autre me visant. Mettant ainsi en péril la structure matérielle du forum. Ce même post précis, le mien et pas un autre, que tu dénonças obstinément en tant que forumeur, ivre de rage parce qu'il n'était pas sanctionné, et sans avoir compris qu'il ne faisait que citer cet autre post... Comme par hasard...
Manipe méprisable, témoignant une fois de plus de ton haut degré de confusion mentale maintes fois avéré. Et à cela, tu as bien pris soin de ne jamais répondre, n'est-ce pas slimfast? Histoire de continuer à "jouir" en évitant la "castration"...)


Je m’étais promis de ne plus te répondre à ton retour, slimfast, pour ne pas "castrer tes fantasmes, délires", et pour qu’il ne "deviennent" pas ce qu’ils furent toujours, au fond : de « lamentables masturbations sans jouissance »
(pour peu qu’on accorde foi à toute cette tendance consistant à interpréter, en position de maitrise ou surplomb, ce qu’écrivent les autres, selon un schéma psychanalysant aussi arbitraire que paternaliste).


Ainsi une fois de plus, à tenter de te lire, on se demande again de quoi ou de qui tu peux bien parler - de quels délires, de quels fantasmes et de qui, au juste.

En l’occurrence (et tant mieux si c’est à ça que tu fais allusion, sinon tant pis), je réponds, j’objecte, je refuse de me laisser empapaouter-castrer par les tentatives récurrentes de kougnion de Lingurie qui (selon un schéma de cet ordre), sous prétexte d’on ne sait quelle démo de rigueur (inexistante chez lui) assénée sur mon dos, ne sont pour lui que l’unique occasion/prétexte de "lamentables masturbations sans jouissance" dans sa shout. Autrement dit des auto-chatouilles érotomaniaques par contorsions de son "con" et de sa "langue". Qu'il en jouisse, c'est fort douteux, considérant l'état de son "con" qu'il malmène, voire mutile, sous les assauts sadico-pervers de sa "langue" bubonique en forme d'aupinel ou de foreuse en spirale rouillés.

Car en ce qui le concerne, comme suffisamment remarqué, on ne le lit jamais s’adonnant à autre chose que ces dernières. Le plus clair du temps, on le lit pas, il n’a rien à dire, juste quelques pets phatiques de grenouilles dénués d’intérêt depuis sa petite shout anaérobique. Sa seule motivation, irrégulièrement, sa seule source d’inspiration constante, à travers le temps, étant de « démontrer » que je ne sais pas lire, n’ai aucune rigueur, évite, déforme, etc etc. Et ça, cet aliment, il peut l’exploiter sans fin, les ressources de la mauvaise foi et de la sophistique qu’elle mobilise étant infinies.


Si t’as rien à dire d’intéressant sur ce topic délimité dans une rubrique délimitée, autre que tes fumeux diagnostics psychanalyseux, va donc édifier ton petit monde sur d’autres topics, et depuis d’autres sujets. Car je n’ai ni l’intention ni le désir de servir de matière à tes « lamentables masturbations sans jouissance ».
Car à mes yeux, ta prose est de la même matière poreuse, confusionniste et paralogique que celle de glukon. Et je te l'ai suffisamment dit, sans détours.
Elle fut d'ailleurs, en son temps, la matière-première de la moitié de ce présent topic. Topic destiné à relever diverses formes de "confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente)"...


Va donc causer de cinoche - source honorable, et partagée ici par tous, de tes jouissances - dans les rubriques ad hoc, en créant au besoin de nouveaux topics, c’est pas la place qui manque.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Jeu 23 Mai 2013 - 19:35

Addendum au point 15 du copicol 7: pour plus de clarté pédagogique encore, si possible.


Et cinq-deux rutabagas mous en manière de Cadeau Bonux.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Dim 26 Mai 2013 - 17:44

Truc marrant que je note pendant la pause (c'est que j'ai un boulot de dingue en ce moment, qui me fera m'absenter du forum pendant une semaine). Ma réputation de Tröll se confirme, à l'insu de mon plein gré, apparemment Very Happy

Banni de fdc (pour un jour, et nom d'utilisateur), simplement pour ceci:


Hier, je passe dans la shoutbox de filmdeculte pour simplement répondre à Tom et Léo, qui citaient mon pseudo à plusieurs reprises, et déploraient les querelles infinies dans la shoutobx d'enculture, qui se poursuivent depuis un semestre. Formulant le vœu que ça cesse enfin. Puis Tom trouvant hallucinant, notamment, mon fameux post que j'ai réédité 78 fois.

Je passe donc simplement dire:

"Salut Tom. Tu sais si on peut se rééditer dans la shout? J'y vais, bcp de boulot, là."

Puis :

"Alors, s'tu veux, Tom, on a sodomisé pendant un an, et non un semestre, deux phrases de Sartre à propos de Merleau-Ponty. Mais là on se radicalise, on vivisectionne un fœtus de blatte: une histoire de "messages privés" dans la shout, sous formes de "murmures" que je ne pouvais pas ne pas voir sur mon écran..."

Puis:

"Sur cette riche matière, j'ai pondu quasiment un bottin. Mais si je veux passer à la postérité, je dois rééditer soigneusement mes posts. Je vise la perfection absolue. N'est-ce pas passionnant? Mais si. lol. Allez, bonne nuit".

Là-dessus, Cow Boy s'exclame: "merde, vlà l'autre taré, maintenant".

Je lui réponds (tout cet échange de mémoire, n'ayant plus accès à la shout): "aah, Cow-Boy! Toi aussi tu m'as manqué Very Happy ".
Puis: "Et comment va Allan? Toujours en couple? Je lui rappelle, juste en passant, que je suis toujours là, patient comme pas deux. On prendra tout le temps qu'il faut mais on y arrivera".

Puis: "oh mais je vois qu'on peut se rééditer aussi dans la shoutbox. Cool..."

Lui: "vas-y, fais mumuse".

Allan: "merde, je demande une injonction d'éloignement".

Je repasse dans la nuit pour informer Tom et Léo, en écho de leur échange de la veille, de ma résolution:

"j'ai décidé une bonne fois de ne plus jamais repasser dans la shoutbox d'enculture. Ce n'est pas un serment d'alcoolique. Je me suis guéri du chat-machine d'enculture, par le chat-machine même. Je vais me trouver un job, fonder une famille. Fini la lose".

A quoi Cow-boy vient ajouter le matin: "mec qui répond à un truc que personne lui demande. Warning-Ego explosion-warning!"

Ozymandias ajoute: "warning - bannissement imminent - warning".

Tom: "lol il est chaud, Ozy".

Ozymandias: "quand je lis ce genre de truc, je bous".


Je repasse, pour dire: "hello Cow-boy, je ne faisais que répondre aux échanges de Tom & Léo, où est le prob?

Cow-Boy: "Ta gueule, Jerzy, va t'aérer".

Moi: "je ne fais là que répondre à ton "mec qui répond à un truc que personne ne lui demande": où est le prob? Ah, fallait la fermer donc. Bannis, ça m'aérera une bonne fois".

Cow-Boy: "je n'ai pas ce pouvoir".

Moi: "demande à Ozy, l'est chaud bouillant"

Cow-Boy: "tu crois que tu m'intéresses à ce point?"

Moi: "... alors que je suis un fan de base de fdc, que je rappelle régulièrement ailleurs le plaisir que j'ai à lire le forum de fdc c'est trop injuste... Bon, je --->"

Puis: "... si tu t'intéresses pas à moi, pourquoi tu te sens obligé d'intervenir sur un truc qui ne te concernait pas, où je ne fait que répondre à la question d'autres? Qui prend ici son Ego pour le centre du monde. Un peu de cohérence, mec".

Cow-Boy: "j'attendais cette réponse. ça fait quoi d'être prévisible de bout en bout"?

Moi: "ça fait quoi quand on soulève tes incohérences alors que tu t'y attendais?"

Cow-Boy: "je vais pas m'en remettre. Je vais me trouver une corde pour me pendre".

Moi: "je suis surpris par ta réponse".

(Quelques heures passent)

Karlito: "putain, y en marre des barbus!"

Tetsuo: "Jerzy est barbu?"

Moi: "réplique inattendue de Tetsuo Wink "

Puis, plus tard encore: " Mais j'aime à le redire, même si tout le monde s'en fout: je passe chaque jour lire les critiques du forum de fdc avec bcp de plaisir. J'y trouve des tas d'infos que je ne trouve nulle part ailleurs. De bonnes plumes, des angles d'analyses fouillés, qui m'ont ouvert les yeux sur un tas de trucs, des genres que j'avais un peu tendance à mépriser dans le passé. Filmfreak et d'autres y sont pour quelque chose. Plaisir de dire. Gratitude. Cadeau."

Puis encore: ... " Et David Swinton (souvent en phase avec sa sensibilité, sur certains films qu'il défend contre vents et marées), Art Core, Tom, j'en oublie plein d'autres. Bon, j'y vais, je croule sous le boulot. Et si je continue, je sens que je vais me monter le melon".



Je retourne donc bosser. Ainsi passe la nuit, tendre nuit. Aujourd'hui, à 19h, petite pause. Je veux aller voir, par curiosité, s'il y a eu une suite.

Sans rire, je pensais vraiment que mes derniers messages, sympathiques et apaisants (du moins selon l'idée - apparemment ringarde et à côté de la plaque - que je me fais de la sympathie et de la paix), d'une totale sincérité, avaient été accueillis par un smiley ou autre, l'expression d'une bonne humeur quelconque...

(Faut vraiment me percevoir comme une sorte de manipulateur pervers ou que sais-je, pour y lire du sarcasme... C'est ça mon prob: parce que je pratique l'ironie, bcp sont persuadés que je suis pas sérieux, ne dis jamais ce que je pense, ressens [pour Allan, notamment], voire, allez, que je serais - me demande bien où, quand et comment; moi, la grâce, la légèreté incarnées, et un corps de dieu grec - relou, etc.).

Voilà ce que j'ai lu:


Vous avez été banni de ce forum jusqu’au 27 Mai 2013, 12:38.

Contactez l’Administrateur du forum pour plus d’informations.

Raison du bannissement: Relou

Votre nom d’utilisateur a été banni.


Ben ça alors.

Dégoûté je suis. Estomaqué, contrit.

Bannissez-moi définitivement, Princes cyniques de là-bas.
Je suis là aussi guéri de vous, par vous-mêmes. Sob. Et Meuh. Je continuerai à vous lire, avec plaisir, à goûter vos critiques, de loin.

Je ne parlerai plus, je ne pleurerai plus; je me cacherai là, à vous regarder danser et sourire. A vous écouter chanter et puis rire. Je serai l'ombre de votre ombre, l'ombre de votre main, l'ombre de votre chien. Il est parait-il des terres brûlées donnant plus de blé qu'un meilleur avril (et mon doigt?). On a vu souvent (dans mon cul?) rejaillir le feu de l'ancien volcan qu'on croyait trop vieux (eh bien tintin riquette).

Moi, je ne vous offrirai pas de perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas. Oh non: vous êtes bien trop trop méchants.

Je ne vous raconterai pas - ça m'ferait mal - l'histoire de ce roi mort de n'avoir pas pu vous rencontrer. Je me contenterai de creuser la terre, de faire un domaine où l'amour sera roi, ou l'amour sera loi, et vous serez reines de Radio Courtoisie et de la chiclette.


J'ai besoin qu'on m'aime,
Mais personne ne comprend
Ce que j'espère et que j'attends.
Qui pourrait me dire qui je suis?
Et j'ai bien peur
Toute ma vie d'être incompris
Car aujourd'hui je me sens mal aimé,

Je suis le mal aimé.
Les gens me connaissent tel que je veux me montrer.
Mais ont-ils cherché à savoir d'où me viennent mes joies?
Et pourquoi ce désespoir caché au fond de moi.


Claude François



* * * *

Je conclurai par l'expression consacrante, avant de m'en alloir comme un prince:



Mais lol quoi.


(Édité combien de fois, Tom? Y a la mise en page, tout ça, puis j'essaie de me rappeler les mots précis que j'avais utilisés... On aime le travail bien fait ou on ne l'aime pas.)





Spoiler:
Et bisou à Allan.

Ils essayent de dresser des barrières entre nous. Le coup classique.





Dernière édition par Baudouin II de Barvaux le Dim 26 Mai 2013 - 21:00, édité 13 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Dim 26 Mai 2013 - 18:05

ça y est t'as conclu, t'as rien à rajouter ?
le prétexte est futile, car s'il y a un mec qui n'est pas relou, c'est bien toi, toujours à ne rien comprendre ce qu'on te dit. preuve.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Dim 26 Mai 2013 - 18:11

Non j'ai pas fini. Je réédite un passage, avec une citation de Jacques Brel.

Tu permets que je fasse ma drama queen, le relou en chef? Bise et bye. Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Dim 26 Mai 2013 - 18:15

basta. je t'ai déjà vu à l'oeuvre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Dim 26 Mai 2013 - 18:25

Moi aussi je t'ai déjà vu à l’œuvre. Et c'était pas beau à voir. C'est d'ailleurs toujours aussi moche à voir.



toujours à ne rien comprendre ce qu'on te dit. preuve

Dans ce domaine, tu es médaillé olympique en confusion mentale, palmé de tous les festivals de la dure-comprenette, 5 fois prix spécial du jury en paralogisme, catégorie amnésie instantanée. Ton dossier accablant est long comme trois tunnels sous la manche.




A la semaine prochaine.
Si je veux.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Dim 26 Mai 2013 - 20:18

et surtout si t'es encore là.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum