De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mar 9 Juil 2013 - 18:17

Mince alors, c'est le site lui-même qui a été interdit par des Instances supérieures...

C'est moche pour Trollope, Hello Kitty & Baldanders. Dans quel espace public iront-ils faire la papote pour régaler leurs contemporains? Crying or Very sad 


J'ai eu quand-même un beau cadeau: Les petites fugues, de Yves Yersin, en dvdrip. Un des plus beaux films suisses (à mon sens). Que je recommande depuis des années, et dont mon enr. sur VHS était pourri et pan&scané.
A ce propos, il me semble que c'est la version courte, hélas. Car le film dure 3h dans ma vieille copie.

NB: ça se trouve facilement en torrent. Il suffit de taper "les petites fugues dvd rip" sur google.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mar 9 Juil 2013 - 18:45

Baudouin II de Barvaux a écrit:
J'ai eu quand-même un beau cadeau: Les petites fugues, de Yves Yersin, en dvdrip. Un des plus beaux films suisses (à mon sens)...
A ce propos, il me semble que c'est la version courte, hélas. Car le film dure 3h dans ma vieille copie.
oui pareil, encore un grand merci à la personne(??) qui a fait passer ce film de Yersin... Gros coup de bol d'être tombé sur le lien, à vrai dire.  
Sinon pour la version de 3 heures du film, est-ce que tu nous fais pas une variante de Jocelyn Besniotaux? Dans tous les documents que j'ai réunis sur le film, Yersin n'en parle pas... Et puis je ne situe pas très bien les 40 minutes manquantes...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mar 9 Juil 2013 - 18:58


- Avez-vous eu des problèmes pour la sortie, lesquels?
- En France, le film a été considérablement normalisé parce qu'il était beaucoup plus long, il durait 2h30 et il se trouve que dans un circuit commercial normal il n'est pas possible de sortir un film de 2h30, surtout lorsqu'il s'agit d'un premier film... Ce qui a réduit les rôles assez importants de deux personnages du film : Josiane tout d'abord, dont on apprenait dans ces scènes qu'elle avait vécu à la ville, et Alain, le fils, dont les idées sont remises en question par sa fiancée. Le film était plus lourd, il disait plus de choses, plus laborieux à regarder.

Revue du Cinéma Image et Son (octobre 79, n°343)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mar 9 Juil 2013 - 18:59

Salut Careful.

Bizarre, ça. Le torrent que j'avais loadé depuis le chat d'enc. fait 2h10'22'' pour 1,42 go.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mar 9 Juil 2013 - 19:09

Baudouin II de Barvaux a écrit:Le torrent que j'avais loadé depuis le chat d'enc. fait 2h10'22'' pour 1,42 go.
un truc de fou. Il existe trois versions, alors... Moi-aussi j'ai celle de 2H10.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mar 9 Juil 2013 - 19:12

rhôô, mais pauvres de nous. Y nous faut un lien (en mp - et qui fonctionne), careful! Very Happy


Bon, je vais essayer de remettre la main sur ma vhs pour vérifier la durée (forcément, en VHS, c'est un peu plus long que 2h30, phénomène connu).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mar 9 Juil 2013 - 20:37

ouf, merci pour les précisions. J'ai failli me taper la lecture de tout le scénario(disponible en ligne) pour situer les scènes manquantes, mais je crois que ça n'a pas beaucoup  d'intérêt. Le film de Yersin me paraît très bien dans sa version commerciale à vrai dire. En fait les scènes supprimées vont dans un sens que Yersin a quasiment barré dans son histoire ; sa première intention était de "faire un film de critique sociale". Le fait divers qui soutient le film est terrible  :
"L'idée de ce film vient d'un fait divers que l'on m'a raconté : un ouvrier de campagne de 70 ans s'était acheté un vélomoteur avec sa retraite et cet achat lui avait permis de transformer sa vie et ses relations avec les autres gens puisqu'il pouvait aller voir les gens alors qu'avant  il attendait ceux qui voulaient bien venir le voir. Cependant, il buvait, et on lui a retiré son vélomoteur, parce qu'il devenait un danger sur la route. Alors, il s'est pendu pour cette raison."
Le film est carrément à rebours de son fait divers, et on peut citer la scène extraordinaire où Pipe dispose enfin de sa machine et prend la route sous une pluie baptismale. Comment cet ouvrier de campagne en arrive à la transgression(quitter son travail), au dépassement de soi, à la philosophie,
on n'en connaît pas vraiment la cause, comme l'écrit la plutôt bonne critique de Positif(octobre 79) sur le film : "Ce que fut le premier contact de Pipe et de l'idée du vélo nous reste inconnu". L'article est signé d'Isabelle Jordan, avec cet excellent titre "Icare photographe" qui peut bien résumer en deux mots la poésie du film.  





Un film taillé sur mesure pour vos écritures, Jerzy et Borges.

________
Breaker(suce-boules)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par careful le Mar 9 Juil 2013 - 23:11

Baudouin II de Barvaux a écrit:Bizarre, ça. Le torrent que j'avais loadé depuis le chat d'enc. fait 2h10'22'' pour 1,42 go.

Et pourtant:

double rainbow all the way:



avatar
careful

Messages : 687

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mar 9 Juil 2013 - 23:40

Careful, il me faut vitalement le 4,32 go, là (mais y a plus de licheurs ni de sideurs, enfin c'est mort, quoi.
A défaut le 1,55. lol. Parce que ces 10 minutes manquantes, ça me tirlipote et c'est pas décemment supportable, sur le plan existentiel.


Breaker: totafé, ce film ne saurait mieux illustrer tout ce que j'ai pu raconter au sujet de rancière (enfin, mon approche de rancière). C'est un film ranciérien, sans déc. De la même manière que Maine océan l'est... Et j'ai puisé dans l'expérience de ce film, de longue date, la matière de plusieurs développements sur les questions traitées, eh oui. Comme quoi... Very Happy


(PS: quand on pense que Michel Robin avait 49 ans à l'époque. Soit 2 ans de plus que moi. L'horreur. Mais bon, il a toujours eu l'air vieux, alors que mezigue, ben... non. C'est ce que je me dis.)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mer 10 Juil 2013 - 0:03

Baudouin II de Barvaux a écrit:Careful, il me faut vitalement le 4,32 go, là (mais y a plus de licheurs ni de sideurs, enfin c'est mort, quoi.
tu peux aller là pour la version 4,32 : http://pirateproxy.net/torrent/3640619/Les_Petites_Fugues
je la récupère en ce moment, ça va assez vite...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mer 10 Juil 2013 - 0:21

Waow. ça marche. Un grand merci! Espérons que ça aille jusqu'au bout.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par careful le Mer 10 Juil 2013 - 0:29

Ca marche oui car je suis le seul seeder.

Au vu des clients à qui j'envoie, Breaker tu dois être sur un réseau SFR et tu utilises Utorrent et tu as fait un footing ce matin pour te détendre. Et là, j'envoie uniquement en Belgique depuis 4 min.
On est interconnecté les gars, c'est ti pas joli ?

Mais vous allez déchanter car je dois éteindre mon ordi pour cette nuit.


Spoiler:



Bonus Attali


Dernière édition par careful le Mer 10 Juil 2013 - 0:55, édité 1 fois
avatar
careful

Messages : 687

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mer 10 Juil 2013 - 0:47

C'est merveilleux.


Bon, pas grave, on continuera demain. Pas avant 18h, en ce qui me concerne. Cool 




(c'est mon IP, ça? Mon dieu, réédite en effaçant, je veux pas que la mafia moldave s'en serve pour me niquer mon pc avec des vira).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mer 10 Juil 2013 - 3:50

Puisqu'on est dans les films suisses, on retrouve Dore Da Rosa pour un petit rôle (de 60 secondes) dans Sauve qui peut (la vie). C'est le liftier qui demande à Signor Godard (Dutronc) de le... sodomiser.


spoiler:
Bonne qualité d'image, ici, si ça manque à votre filmothèque:

http://thepiratebay.sx/torrent/4908794/Sauve_qui_put_%28la_vie%29_%28Godard__1980%29


Y a un pic à 200 ko et plus à 6h du mat, pour le Yersin. Careful s'est peut-être levé. Je vais me coucher en laissant tourner l'ordi, alors. tongue  

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mer 10 Juil 2013 - 7:42

Baudouin II de Barvaux a écrit:
Breaker: totafé, ce film ne saurait mieux illustrer tout ce que j'ai pu raconter au sujet de rancière (enfin, mon approche de rancière). C'est un film ranciérien, sans déc. De la même manière que Maine océan l'est... Et j'ai puisé dans l'expérience de ce film, de longue date, la matière de plusieurs développements sur les questions traitées, eh oui. Comme quoi... Very Happy

scuzi, c'est quoi un film rancérien ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mer 10 Juil 2013 - 14:18

slimfast a écrit:
scuzi, c'est quoi un film rancérien ?
Rancérien, j'en sais rien. Ranciérien, c'est une façon de parler, mais j'en rediscuterai une autre fois. Ou pas du tout. Si t'as suivi les débats, tu devrais comprendre ce que j'entends par là. ça veut pas dire que ce film "illustrerait" un propos de Rancière, bien entendu. Pas la peine de m'expliquer qu'un film est un film, etc, je sais tout ça...



Careful, ça stagne à 60,39. J'ai laissé l'ordi tourner toute la nuit et il continue de tourner. cyclops

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par careful le Mer 10 Juil 2013 - 14:39

Il y a un problème dans le potage.
Lorsque j'ai voulu revoir quelques scènes du film avec cette version de 4Go32, VLC m'a meurtri en m'affichant que le fichier était cassé, bordel.

Du coup, je l'ai effacé aujourd'hui pour tenter à nouveau un rapatriement. Et là, je suis au pied de la falaise bloqué à 60,30%, itou.
Je peux, si tu le souhaites, nous acheter une corde chacun.


potage:
avatar
careful

Messages : 687

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mer 10 Juil 2013 - 14:55

Qu'entends-tu par "nous acheter une corde chacun"? Je ne maitrise pas cette conceptualité technique... A moins que tu parles de corde pour se pendre? Laughing 

Conclusion: c'est définitivement un film rare. On ne le trouve dans une aucune médiathèque belge.
Anyway, au pire, je suis bien content avec ma version qui fait 10 minutes de moins. Et je remarque ceci:à 1,42 go, c'est étonnant comme la baisse de qualité est peu perceptible.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par careful le Mer 10 Juil 2013 - 15:40

Baudouin II de Barvaux a écrit:A moins que tu parles de corde pour se pendre?  
C'est bien cela. Smile
avatar
careful

Messages : 687

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mer 10 Juil 2013 - 16:06

Bah. Pô grave.

Merci pour ce bel et émouvant effort. Wink 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mer 10 Juil 2013 - 16:10

Spoiler:
je ne sais si ça peut aider (sinon je suis heureux d'avoir eu l'opportunité de participer lol):

http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:QuAf8oGQjtcJ:downparadiz.com/films/dvdrip/45350-les-petites-fugues-1979-french-dvdrip.html+&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=fr&client=firefox-a

version de 2h20, 1.55 go si les renseignements sont exacts. Sans doute une des versions possédées par Careful?
uniquement deux liens valides, heureusement complémentaires:

dfiles.eu/files/qln8aw1u0
turbobit.net an50qb5gcn69.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mer 10 Juil 2013 - 16:39

spoiler:
Merci erwan, je me lance aussitôt dans le premier (dfiles), à la grâce de dieu.

Je suppose donc qu'il faut relier les deux fichiers rar, et qu'ils sont en effet complémentaires.

J'espère que ça chargera jusqu'au bout. Car j'ai remarqué ce truc: quand ça dépasse 600 mo, chez moi, ça refuse généralement de continuer, une limite semble fixée. Je te tiens au courant...Laughing 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mer 10 Juil 2013 - 17:12

slimfast a écrit: Mais si j'ai envie maintenant d'en savoir un peu plus (fonction rechercher) c'est pour une chose que tu as dite : que Les petites fugues soit ranciérien ok, l'exploitation etc. ça à priori je peux admettre.
Mais où Maine Océan a-t-il sa place là dedans ?

Comme disait Thierry Lhermitte dans Les bronzés font du ski: "j't'expliquerai". Very Happy 

Ce n'est pas "l'exploitation" qui serait pour moi la question essentielle ici, le thème qui me ferait relier ces deux films dans leur "esprit", leur "tonalité" si tu préfères. C'est plutôt, dans les deux cas, une expérience de dés-assignation des places assignées par le champ social et économique.

Dans les deux films, différents dans leur facture je ne le nie pas, mais assez proches dans leur traitement des durées, on a affaire à des personnages qui sortent de leur "définition", liée à la valeur-travail: par une sorte de dérive, ou ligne de fuite (géographique autant que définitionnelle) qui les emmène dans le champ de l'esthétique (au sens kantien: finalité sans fin, plaisir désintéressé, universel sans concept - et goût du partage sensible associé).
Je ne vois pas tellement pour ma part le mouvement que Pipe opère en termes de "transgression", pour reprendre le terme de Breaker. Terme qui suggère une sorte de délibération consistant à contester un ordre établi. Mais plutôt en termes de "passage" d'un état dans un autre, un "devenir".
Tout est dans le passage, dans le "entre". Le devenir n'étant pas un processus d'identification, où l'on part d'un état x ou arriver à un état y, mais celui d'être entrainé (ou sur) la frontière, à (ou sur) la limite, de chacun des états ou territoires.  



Pour le dire brièvement (sous condition d'un développement plus ample):

Dans un cas comme dans l'autre, il s'agit bien de fugues ou de "petites fugues": deux types de "Travailleurs", le valet de ferme Pipe (prolétaire), les deux contrôleurs de la SNCF (petits fonctionnaires), se désintéressent de leur boulot, pour entrer dans un temps autre, un temps second, qui devient leur temps primordial: celui de la vacance, de la musardise, de la rêverie poétique...
Ils prennent la "clé des champs", se rêvent et se vivent autrement. Musiciens (le roi de la salsa pour Ménès). Pour Pipe, selon deux régimes successifs: motocyliste d'abord (cad en déplacement dans l'espace, voyageur), photographe ensuite (cad dans une action contemplative, immobile)...


Dernière édition par Baudouin II de Barvaux le Mer 10 Juil 2013 - 20:02, édité 4 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mer 10 Juil 2013 - 17:20

Il y a quand-même un gros mur voire une muraille de Chine dans cette lecture de Maine Ocean, c'est que les deux contrôleurs (qui ne sont pas les seuls personnages du film) rentrent dans ce dépaysement de façon contrainte, malgré eux (à la base il s'agît d'une vengeance contre eux, en espérant qu'ils se feront casser la gueule par les marins, leurs langues), (et les marins ne sont pas du tout dépaysés, ils restent dans leur bistrot), tandis que les niveaux sociaux supérieurs (l'avocate, même si elle s’efface à mesure que le film se déroule, son ami dans le manoir, le musicien, l'impresario) le font consciemment, d'une manière qui qui se veut exemplaire et pédagogique, ou bien restent eux-mêmes. Est-ce que c'est rancérien aussi, cette idée d'émancipation sans égalité, l'émancipation n'est-elle une confrontation à un impensé (ici le désir d'autrui de les revoir afin de se jouer d'eux) que pour les pauvres et les classes moyennes, est-ce que cela ne serait pas souvent l'inverse ?
Par contre "Adieu Philippine" est plus honnête, à la fois plus radical et plus subtil de ce côté là.
Je sais pas moi, un jour tu as taxé la Comédie du travail de raciste contre les chômeurs (parce que même dans la comédie ils restaient une foule) en décrivant avec force répugnance une scène réelle du film, j'aimerais que l'on m'explique la différence politique entre ce film et "Maine Océan"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum