De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Page 4 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Lun 14 Mai 2012 - 19:28

Cette "place" n'est garantie nulle part, dans aucun panthéon ou musée de l'admiration figée, sanctifiée.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Lun 14 Mai 2012 - 19:54

oui bien sûr on peut penser, et ça m'arrive, que dans quelques temps le néoréalisme ne sera plus rien.

je ne sacralise pas les oeuvres, les metteurs en scènes etc ... mais RR ajouté à sa période historique a quand même produit ce "truc" dont la nouvelle vague, Godard se sont réclamés

à l'échelle de l'histoire du cinéma que je me représente ça n'est pas rien.

mais je comprends que l'on puisse dire ça n'est pas grand chose.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Lun 14 Mai 2012 - 20:01

On ne va pas très hypocritement faire semblant de découvrir tous les soirs qu'il ya des gens qui ont été facistes en prétendant être seulement modernes.

Quant à l'argument "vous ne pouvez rien dire du facisme tant que vous ne connaissez pas ses riantes productions intellectuelles", il est sinistre, c'est celui par lequel le négationisme se présente comme une science (très beau texte de Manchette sur cela, dans les Yeux de la Momie.
Genre vous êtes des cons, "vous n'avez lu que Pavese, Bassani, ces contre-valeurs commerciales, mais moi je suis un intellectuel j'ai lu Gentile dans le texte.".
Et j'ai pas vu "le Juif Süss" non plus, andouille.
Comme si c'était plus scentifique de ne se baser que sur l'image que le pouvoir voulait donner de lui-même, qui chez les enfants ou les idiots devenait une foi, pour le comprendre.
On devrait commencer par s'interroger sur la validité d'une doctrine sociale qui demande en permanence de s'identifier à l'intention du pouvoir pour être "objectivement comprise", et cela non pas seulement de façon historique, mais au quotidien et non pas terminer sur cela.
Ceci dit continu comme cela, il ya beaucoup de cons, et cette science qui peut rayonner longtemps, ue ce soit à 100, 70 ou 30% de lucidité, c'est un bon créneau pour durer...

Puis le cinéma n'est pas qu'une histoire des formes, qui s'engendrent et se succèdent les unes dans les autres dans la vérité de l'esprit, surtout sur des écarts de 10 ans/20 ans. Chez Godard la référence au muet ou à l'idée de l'art comme visage d'une civilisation à la Malraux court plus profondément que l'inspiration néo réaliste et son dolorisme magique, même si elle n'est pas directe, elle passe soit par une image seule, soit par la littérature, Une influence peut être à la fois objective et partielle, et réciproque. Cela s'appelle la réflexion. Tu vois de quoi je parle...hein? non?

(Pintilie il ya quelque temps a fait presque un moyen métrage dans la veine que j'ai décrite, assez mauvais en fait)


Dernière édition par Tony le Mort le Lun 14 Mai 2012 - 20:35, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Lun 14 Mai 2012 - 20:25

Encore une fois, slimfast, je n'ai jamais dit - et personne n'a ici dit - que "ça n'est pas grand chose". Je dis juste: le rapport que nous avons avec les œuvres est celui d'un débat perpétuel.

Tout le monde aimerait fixer dans le marbre l'objet de son admiration ou de son amour, préservé, intact, des modifications du temps. Un repère stable, un point fixe, invariant.

Tu parles, à côté, de ces films de chevets qui sont pour toi des objets parfaitement "finis".

Finis.

Question complexe de la finitude, une fois encore. Toujours cette question, lancinante.

"Fini" peut se comprendre en plusieurs sens, pas nécessairement opposés: "achevé", "complet", "bouclé", dans sa perfection, mais aussi ce à quoi l'infinité, au sens de la complétude, manque, et pour cela inachevés, "inachevables", soumis à l'altération, à la modification.

Mine de rien, ça engage plusieurs genres de "cinéphilies", autant que de "cinémas", ce rapport à la finitude, au temps.

En ce qui me concerne, j'ai aussi des films "de chevet", mais je ne suis pas indemne d'une forme d'angoisse à leur sujet: il peuvent, avec le temps, devenir "finis", au sens de " c'est fini, terminé, je n'en tirerai plus rien", "ils ont fait leur temps en moi", "j'ai changé, je ne suis plus ce même homme qui a vu ces films", etc.
(Ou encore, comme disait à sa fille le personnage nommé "Godard" dans sauve qui peut (la vie): toi qui t'intéresses aux nombres, demande à ta mère ce que ça veut dire: "un homme fini". Enfin, quelque chose comme ça, je ne me souviens plus exactement de la réplique.)

Ils peuvent aussi m'apparaître encore, mais pour combien de temps, "finis" au sens de cette complétude désirée, qui est peut-être le leurre que j'entretiens pour neutraliser, nier cette altération, cette finitude du temps (qui n'est ni présent pur, ni passé pur, conservés dans leur pureté statique, mais pro-jet, ex-stase, être jeté au devant de, vers l'indétermination de l'à-venir. Dont l'horizon est ma mort. Cette mort, inactuelle, "à venir" qui travaille dans le présent, qui fait que je m'arrache à ce présent en me pro-jetant aussi bien dans l'avenir que dans le passé du souvenir, qui sont peut-être un seul et même mouvement de "temporalisation", dirait Heidegger) [l'ancien nazi, qui disait par là bien autre chose, peut-être, que les nazis, obsédés par l'éternité conquise et fixée dans le marbre des statues qui demeurent].
( Et là, on est loin de Deleuze, le spinoziste, qui ne cesse de dire, lui, que cette analyse du temps, celle qui insère la mortalité, l'inactualité de la mort, dans la vie, est l'aberration même, qu'il faut combattre).

Et je sais, je sens, de cette anxiété anticipée à l'anse de toutes les tasses, comme disait Pessoa, que rien de tout ça n'est garanti. Et ça me renvoie à ma finitude, à l'expérience du temps, à l'altération de toute chose - que, comme tout le monde, je désire conjurer plus que tout. Tout en sachant, plutôt devinant, sans jamais l'admettre tout à fait, que c'est impossible.
Ce désir d'être à la foi "en soi" et "pour soi", dirait Sartre dans une approche voisine, mais distincte, de la négativité ( non liée essentiellement à la mortalité): la passion de l'homme par excellence, la passion d'être dieu, une passion inutile, mais insurmontable, inextinguible.


Dernière édition par jerzy P le Lun 14 Mai 2012 - 21:22, édité 16 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Lun 14 Mai 2012 - 20:28

Dans une veine para nationale-plombante, où des enfants batifolent dans le front de l'est pour faire de la guerre un symbole, il y a aussi "Silence et Cri" et "Mon Chemin" de Jancso, un peu. Mais fait 20 ans après la guerre

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mar 15 Mai 2012 - 16:41

revu, hier Salo' ou les 120 Jours de Sodome, de PPP. film terrifiant par ce qu'il montre et pourtant tout à fait soutenable parce qu'il donne d'abord à penser avant de donner à s'émouvoir - ou peut-être en même temps. enfin, tout le contraire de la mièvrerie droit-de-l'hommiste.
une de ces choses qu'il donne à penser, et qui était un souci important de PPP, c'est la continuité du fascisme historique et de nos sociétés. je ne crois pas que l'om puisse envisager sérieusement le fascisme si on ne le déconnecte pas de son associé nazi. le nazisme s'envisageait comme une rupture, était une rupture, un délire intempestif. le fascisme au contraire était résolument "moderne" - fascisme du futurisme italien, fascisme d'Ezra Pound, fascisme des créateurs à venir du néo-réalisme (dont PPP lui-même fut un héritier), en continuation historique et trouvant à perdurer ensuite dans la Démocratie Chrétienne. il n'y a aucune exagération à dire que le fascisme, c'est maintenant, au moins comme tendance. alors, que RR et Antonioni ait été fascistes ne me parait pas avoir beaucoup d'importance. car divinement nous le sommes, l'étions et le serons - et bien d'autres choses encore, simultanément.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par wootsuibrick le Mar 15 Mai 2012 - 17:37

o O
comme quand on est caca et pipi en même temps, tout en étant sang et larmes?
avatar
wootsuibrick

Messages : 1841

Voir le profil de l'utilisateur http://mondesducinema.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mar 15 Mai 2012 - 20:55

C'est beau, hein? Laughing


(pas la pipe à pipiche, ce qu'il met dedans, je veux dire. Et c'est de la fine, pas coupée. Enfin, je suppose, je touche pas à ces trucs là, moi, c'est caca.
Pis le retour au pipicaca partout, c'est pas très futuriste. Y en a même qui appellent ça un "retour à l'archaïque". Enfin on va pas... ça va, pipiche, en forme? ... de quoi?)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Mar 15 Mai 2012 - 21:21

Stéphane Pichelin a écrit:revu, hier Salo' ou les 120 Jours de Sodome, de PPP. film terrifiant par ce qu'il montre et pourtant tout à fait soutenable parce qu'il donne d'abord à penser avant de donner à s'émouvoir - ou peut-être en même temps. enfin, tout le contraire de la mièvrerie droit-de-l'hommiste.
une de ces choses qu'il donne à penser, et qui était un souci important de PPP, c'est la continuité du fascisme historique et de nos sociétés. je ne crois pas que l'om puisse envisager sérieusement le fascisme si on ne le déconnecte pas de son associé nazi. le nazisme s'envisageait comme une rupture, était une rupture, un délire intempestif. le fascisme au contraire était résolument "moderne" - fascisme du futurisme italien, fascisme d'Ezra Pound, fascisme des créateurs à venir du néo-réalisme (dont PPP lui-même fut un héritier), en continuation historique et trouvant à perdurer ensuite dans la Démocratie Chrétienne. il n'y a aucune exagération à dire que le fascisme, c'est maintenant, au moins comme tendance. alors, que RR et Antonioni ait été fascistes ne me parait pas avoir beaucoup d'importance. car divinement nous le sommes, l'étions et le serons - et bien d'autres choses encore, simultanément.


Tu débloques, le facisme ce n'est pas la rencontre avec Igitur. Et dans le cas du néo-réalisme il n'y a pas de facisme à venir (Pasolini fils de militaire, mais son frère est mort au maquis), ni une condamnation générale de la DC (il soutenait Moro, et par ailleurs lui-même sur l'avortement avait une position proche de la DC). Pourquoi persister à faire dériver le cinéma moderne de quelque chose qui serait métaphysiquement "la droite" ou "le facisme"? A quoi on joue ici? Qu'est ce qui permet de dire que Francesco Rosi est faciste? A la fin vous allez dire "il l'est, la preuve il appartient aussi au néo réalisme, et ce n'est pas le meilleurs ni le plsu représentatif, donc il l'est encore plus". C'est trop facile...


Il ne faut pas déduire de l'impossibilité d'être intégralement ou même suffisamment émancipé le fait que le facisme soit inéluctable. Il est structuré autour d'éléments précis: la co-présence de l'avant-garde technique et du provincialisme moral, un racisme qui est nécessaire pour définir par soustraction qui fait partie de la société et qui 'en fait pas (ou plutôt plus) partie, le fait que la subjectivité soit perçu une menace pour le pouvoir, l'idée qu'un seul chef protège de la crise. Mais ces éléménts n'obéissent pas à une nécessité ni à une position ontologique fondamentale. C'est un certain état de la bourgeoisie, du prolétariat ou du pouvoir qui se met à y adhérer. Et cela se fait en ayant d'abord abandonné quelque chose (même rapidement)...

Ce qui m'a touché récemment, c'est de lire des gens comme Léon Werth ou Jarry où tu as la langue de la modernité sans la présomption qu'elle soit liée à une idéologie faciste (même s'il ya toujours une ambiguïté: Werth très fin sur le rapport de la gauche à l'anarchisme qui idéalise la paternité et a des propos carrément homophobes, pour lui la part d'homo-érotisme du facisme c'est l'homosexualité elle-même , Jarry qui se moque du physique d'un poète juif).
Mais ces limites vont contre la cohérence de l'oeuvre, sont justement le fait de convertir des idéologies ou des comportement en essence (qui est avant tout psychologique), qu'à présent on applique à son tour au facisme, qui devient "transcendantal". Comme c'est rassurant et cela se manipule bien: on ne dira plus "vous êtes faciste" à tort ou à raison, mais vous l'êtes "transcendantalement", c'est à dire à raison, dans la mesure où c'est lui qui est supposer vous habiter et vous déterminer même si vous n'y adhérez pas. Même Badiou n'est pas aussi con. Pitié...

Puisle ressort des phrases qui commencent par "il n'y aucune exagération à dire que..." c'est forcément de la connerie. Un effet d'estrade en HTML 4.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Jeu 17 Mai 2012 - 16:32

wootsuibrick a écrit:o O
comme quand on est caca et pipi en même temps, tout en étant sang et larmes?
Woot', tu es à côté du problème. On oppose pas pipi et caca mais boudin et caca ; et pas non plus sang et larmes mais sang frais et boudin. Toujours du boudin, et l'important est de pouvoir s'étonner, ne plus chanter « Tiens ! Voilà du boudin ! » mais « Tiens ? Voilà du boudin. » Wink


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Jeu 17 Mai 2012 - 16:34

jerzy P a écrit:C'est beau, hein? Laughing


(pas la pipe à pipiche, ce qu'il met dedans, je veux dire. Et c'est de la fine, pas coupée. Enfin, je suppose, je touche pas à ces trucs là, moi, c'est caca.
Pis le retour au pipicaca partout, c'est pas très futuriste. Y en a même qui appellent ça un "retour à l'archaïque". Enfin on va pas... ça va, pipiche, en forme? ... de quoi?)
comme tu vois, en forme. De quoi ? D'emmerdeur, apparemment. Business as usual, dirais-tu. Mais tu te trompes quand tu parles de ce que je mets dans ma pipe – enfin, celle qui se fume : je n'y mets plus rien. La réalité est le vrai fade quand on y rencontre des drogues (pas des drogués) comme toi. Castaneda aussi a fini par ne plus prendre de peyotl. Seul dans une chambre d'hôtel à observer les effets de la drogue sur les murs, fleurs bleu-vert explosantes, prêts à se rabattre sur pauvre – et tout de suite après marchant dans la nuit et riant des effets du monde sur la drogue. Consommation : very bad trip. Usage : very good trip. Michaux, Burroughs. De plus en plus usager, je n'en finis pas de sortir d'être consommateur. Assez rassurant pour toi ? Wink


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Jeu 17 Mai 2012 - 16:48

Tony le Mort a écrit:
Tu débloques, le facisme ce n'est pas la rencontre avec Igitur. Et dans le cas du néo-réalisme il n'y a pas de facisme à venir (Pasolini fils de militaire, mais son frère est mort au maquis), ni une condamnation générale de la DC (il soutenait Moro, et par ailleurs lui-même sur l'avortement avait une position proche de la DC). Pourquoi persister à faire dériver le cinéma moderne de quelque chose qui serait métaphysiquement "la droite" ou "le facisme"? A quoi on joue ici? Qu'est ce qui permet de dire que Francesco Rosi est faciste? A la fin vous allez dire "il l'est, la preuve il appartient aussi au néo réalisme, et ce n'est pas le meilleurs ni le plsu représentatif, donc il l'est encore plus". C'est trop facile...


Il ne faut pas déduire de l'impossibilité d'être intégralement ou même suffisamment émancipé le fait que le facisme soit inéluctable. Il est structuré autour d'éléments précis: la co-présence de l'avant-garde technique et du provincialisme moral, un racisme qui est nécessaire pour définir par soustraction qui fait partie de la société et qui 'en fait pas (ou plutôt plus) partie, le fait que la subjectivité soit perçu une menace pour le pouvoir, l'idée qu'un seul chef protège de la crise. Mais ces éléménts n'obéissent pas à une nécessité ni à une position ontologique fondamentale. C'est un certain état de la bourgeoisie, du prolétariat ou du pouvoir qui se met à y adhérer. Et cela se fait en ayant d'abord abandonné quelque chose (même rapidement)...

Ce qui m'a touché récemment, c'est de lire des gens comme Léon Werth ou Jarry où tu as la langue de la modernité sans la présomption qu'elle soit liée à une idéologie faciste (même s'il ya toujours une ambiguïté: Werth très fin sur le rapport de la gauche à l'anarchisme qui idéalise la paternité et a des propos carrément homophobes, pour lui la part d'homo-érotisme du facisme c'est l'homosexualité elle-même , Jarry qui se moque du physique d'un poète juif).
Mais ces limites vont contre la cohérence de l'oeuvre, sont justement le fait de convertir des idéologies ou des comportement en essence (qui est avant tout psychologique), qu'à présent on applique à son tour au facisme, qui devient "transcendantal". Comme c'est rassurant et cela se manipule bien: on ne dira plus "vous êtes faciste" à tort ou à raison, mais vous l'êtes "transcendantalement", c'est à dire à raison, dans la mesure où c'est lui qui est supposer vous habiter et vous déterminer même si vous n'y adhérez pas. Même Badiou n'est pas aussi con. Pitié...

Puisle ressort des phrases qui commencent par "il n'y aucune exagération à dire que..." c'est forcément de la connerie. Un effet d'estrade en HTML 4.
Salut Tony,
je suis très impressionné par tout ce que tu écris là. C'est vraiment décisif comme lectures. Alors :
1-Je n'ai jamais écrit que les néo-réalistes étaient les créateurs d'un fascisme à venir (même si je serais curieux de lire un texte défendant cette idée) mais bien que les futurs créateurs du néo-réalisme étaient avant cela des fascistes – donc rien d'autre que ce qui se disait déjà sur ce topic. Que Pasolini ait été à son tour l'héritier du néo-réalisme, donc d'une forme créée par d'anciens fascistes, je ne crois pas que ça prête à de longues discussions (voir Accatone) et c'est justement un truc très fascinant.
2-Portrait de PPP en soutien de la DC : quel contresens. Au moins à partir du milieu des années 60, PPP assimile la DC à une continuation de l'ancien régime fasciste, du fascisme historique, qu'il oppose à un néo-fascisme « modernisateur », en fait unificateur par arasement de toutes les sous-cultures qui lui résistaient encore (jerzy, avant que tu t'excites, il y a une note plus bas à ton intention). Qu'ensuite il ait eu des prises de position superficiellement semblables à celles de la DC ne signifie pas du tout qu'il l'ait soutenue. Sur la question de l'avortement, par exemple, ces critiques concernent avant tout la campagne menée par le PCI en faveur du oui au referendum, qu'il voit comme une avancée du néo-fascisme et de son utilitarisme faussement immoral mais profondément moralisateur. Relis F., Ecrits Corsaires, Pétrole.
3-« Il n'y a pas d'exagération » : formule qui te fait apparemment vomir. Très bien. Je ne me suis pas trompé en l'utilisant. Parce que ton argumentaire, c'est essentiellement que j'exagère en écrivant que nous sommes dans un système tendanciellement fasciste et que nous sommes tous plus ou moins empreints du système dans lequel nous évoluons. Mais tu nous donnes les preuves que nous ne sommes pas fascistes, qu'il n'y a pas de continuité entre notre système et le fascisme historique : car le fascisme était provincialiste, avait l'innovation technologique en fétiche et portait en son coeur l'amour du chef. Ah ! Je suppose que c'est très exactement l'autoprotrait que selon toi un partisan de Mussolini aurait donné de lui-même ? Ou bien non, un partisan de Mussolini se serait imaginé plutôt moderne, à preuve son goût pour l'immovation, plutôt universaliste, comme l'église catholique (universelle) romaine, plutôt radical et prêt à se soumettre à une centralisation gage d'efficacité ? Mais dans ce second cas, mutatis mutandis, comment montreras-tu que nous ne sommes dans le même état d'esprit, avec nos bécanes à puces, notre religion des droits de l'homme et du droit d'ingérence, et le récent petit ballet de Nosferatu à Flanby ?
Si tu me dis que cet état d'esprit ne prouve rien, tu auras raison. Mais je n'ai pas l'intention de prouver quoique ce soit. Ce sont là de pures assertions arbitraires, subjectives, anti-scientifiques, etc... tout ce que tu veux. Mais je préfère m'intéresser aux politiques fascistes, d'où qu'elles viennent, qu'aux gens que l'on croit ou qui se disent fascistes. Tu vois, je ne t'accuse de rien. Wink
4-Je trouve très discutable ta façon d'enlever d'une oeuvre ce qui ne t'y plaît pas pour ensuite affirmer sa cohérence. D'une part je ne vois pas la nécessité absolue d'affirmer la cohérence d'une oeuvre – même si ça peut être un moment productif dans une réflexion. D'autre part, de cette manière, on ne va pas tarder à pouvoir célébrer la cohérence des oeuvres de Madelin, Faurrisson, voire la cohérence de Mein Kampf. J'exagère, encore une fois ? Je te conseille la lecture de l'article sur le bouquin de Le Pen dans le Monde Diplomatique de février.
5-Je ne crois pas que le problème soit ici de savoir si le cinéma est de droite OU de gauche OU ni à droite ni à gauche OU parfois à droite parfois à gauche. Le cinéma ni les films n'ont d'opinion politique. Nous, oui.

Note rapide pour jerzy sur la notion de sous-culture chez Pasolini.
Le Frioul possède une sous-culture relativement à la culture italienne : cela veut dire que la sous-culture frioulane est un particularisme dans la culture italienne. Mais ce caractère, elle le partage avec la culture italienne académique, qui est aussi une sous-culture de la culture italienne. Car la culture italienne, ou n'importe quelle culture, n'existe pas en tant que telle mais uniquement dans les particularismes qui l'expriment : sous-cultures régionales, professionnelles, sociales. Et en retour, chacune de ces sous-cultures est une culture relativement à toutes les sous-cultures qui l'expriment : culture frioulane composée des sous-cultures de telle vallée, de tel village. Et la culture italienne elle-même est une sous-culture exprimant la culture méditerranéenne et une sous-culture exprimant la culture catholique, qui est elle-même une sous-culture occidentale, etc... La notion pasolinienne de sous-culture n'implique donc aucun jugement de valeur intrinsèque entre deux cultures dont l'une serait supérieure à l'autre. Ok ? Wink


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Jeu 17 Mai 2012 - 16:51

Plaît-il?

Mais je n'ai jamais été inquiet, rassure toi.
A-t-on besoin de rassurer un mec comme moi: normal, normatif, fade, gris-souris, sans éclat, platement réel, dépourvu de poésie, ennuyeux comme une porte de prison. Bref, un vrai fonctionnaire.

Business as usual, donc. Very Happy


PS: pourquoi en forme d'emmerdeur? Pas du tout: gentil, avenant, gentleman. Et je ne plaisante pas. J'éprouve toujours une sorte de remords, de mauvaise conscience, après m'être moqué avec rudesse de tes énoncés souvent savoureux (par leur incohérence très inventive).


Dernière édition par jerzy P le Ven 18 Mai 2012 - 3:12, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Jeu 17 Mai 2012 - 16:53

Pour la suite: ok. Ah whouais, tiens. C'est super intéressant. Merci. (lol standard, au tarif syndical)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Ven 18 Mai 2012 - 11:04

(par leur incohérence très inventive)
absolument ! Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 4:30

Non-dial nocturne dans la shoutbox d'enculture, avec Kuni, aka "dédé la mitraille".

Et que je replace pour la marrade. Du moins ce que j'ai pu archiver avant de quitter.


ça pourrait faire une assez bonne scène de théâtre de l'absurde d'avant-guerre, au Trianon. Dans le style: "amusons-nous à parler pour ne rien dire".


Le contexte: Kuni avait écrit qu'il était tombé sur un texte de blogueur qu'il avait trouvé pas mal, et que comme le reste était pas terrible, ça "dérogeait du blog".
Là-dessus, je suis passé, par désœuvrement, faire un petit coucou, et j'ai écrit:

" on dit pas "ça déroge du blog", mais ça "dénote"/"détonne"/"tranche" avec... Mon brav'Kuni. Rigueur et précision vois-tu ;-) "

Suivi de:

" (C'est comme oser écrire 30 lignes en se grattant les testicules. Comme ça tu demandes pas qui c'est. lol) ".



Résultat: une cinquantaine de posts en enfilade de Kuni, où il me "répond" comme à son habitude en se répondant à lui-même. Je n'ai pas pu en prendre connaissance. Parce que, une fois de plus, 50 posts de Kuni à la suite, dans son gloubiboulga volapükien, c'est pas encourageant. Et ça ne parvient pas bien à accrocher la rétine. C'est une problématique de film d'horreur de série z ratée. Une affaire d'horreur que le vide inspire à la nature, pour le redire.
Repassant lors d'un vol de nuit, je relève dans la shout qu'il avait écrit cette cinquantaine de posts l'un après l'autre. Et c'est ici que commence ce non-dial drolatique et hallucinatoire:





(02:32:15) (378944): (tiens: deux posts de ma part in the shout, et, immanquablement, 50 posts en enfilade où Kuniguili se répond à lui-même, comme un automate buggé. Mais 50 post en enfilade, ça fait pas 30 lignes. lol). JP
(02:34:49) (378944): (C'est qu'il est comme marqué comme à vif, le pauv'garçon. C'est le seul truc qui semble l'inspirer. Pour le reste, on l'entend pas, motus. Un petit "bizou" de ci de là, de Finlande ou d'ailleurs... Te frappe pas hein, Kuni. c'est pas grave, tout ça. Bon je vais me coucher...
(02:34:57) Kuni_l'hungus: oh il est mimi il la joue mini. Bah c'était que deux lignes. Il en oublierait presque l'objet des énoncés et le fait qu'il saute sur une occase minable.
(02:35:14) Kuni_l'hungus: c'est toi qu'est au taquet mon bonhomme hein
(02:35:20) Kuni_l'hungus: *qu'es
(02:35:47) (378944): ça y est, te v'là remonté comme le lapin avec les piles duracell. Vazy dédé la mitraille.
(02:36:22) Kuni_l'hungus: C'est toi qu'essaie encore de rentrer dedans à la moindre fausse occase.
(02:36:41) (378944): (je quitte. Bcp écrit cette nuit. Plus de 200 lignes, au moins. Bisouille)
(02:36:43) Kuni_l'hungus: de montrer comme je suis moins que toi
(02:37:48) (378944): (j'adore ce running gag des 30 lignes: ça marche sur toi comme "zouave" sur Tournesol. C'est dans Objectif lune, si je ne m'abuse). Ceci est un post-scriptum. lol
(02:38:13) Kuni_l'hungus: haha. il essaie encore de jouer son comparatif.
(02:38:27) Kuni_l'hungus: ah? Quand est-ce que j'en ai reparlé?
(02:38:53) Kuni_l'hungus: hum... pas depuis que je te l'ai mise profond le mois dernier
(02:39:01) Kuni_l'hungus: ah pardon attends.
(02:39:10) Kuni_l'hungus: Faut que j'essaie de faire une faute de raisonnement là
(02:39:20) Kuni_l'hungus: donne moi une occase.
(02:39:43) Kuni_l'hungus: je vais te la donner ta revanche.
(02:41:01) Kuni_l'hungus: promis
(02:41:11) (378944): Nulle part ici: tu comprends pas, je dis juste que deux lignes de ma part, où il est question des "30 lignes", ça suffit à déclencher chez toi une avalanche de posts en rafales de mitraillettes où tu te parles à toi-même. D'ailleurs, sur le temps que j'écris ce post, 5, non 6, non 7, de ta part. Faut-y que tu sois remonté hein. Alors que moi je passais juste dire bonjour, en clin d'oeil, avec rappel de ce running gag.
(02:41:29) Kuni_l'hungus: c'est toi qui comprneds pas ce que je dis
(02:41:52) Kuni_l'hungus: nulle part c'est le running gag des 30 linges qui me fait réagir
(02:42:13) (378944): (donc je répondais, avant d'être criblé de mitraille: nulle part tu parles plus haut de 30 lignes). Alors, c'est quoi qui t'a fait réagir?
(02:42:31) Kuni_l'hungus: Exactemetn tout le reste
(02:42:46) Kuni_l'hungus: Tout ce que je mentionne justement dans ces lignes
(02:42:47) (378944): Dis moi précisément ce qui t'a fait réagir, parce que là, y a eu un autre post qui n'était pas de moi.
(02:42:56) Kuni_l'hungus: oui bien entendu
(02:43:04) Kuni_l'hungus: et quand bien même
(02:43:40) Kuni_l'hungus: les deux lignes suffisent déjà à jsutifier tout mon propos... même sans ton gag au sujet des trente lignes
(02:43:54) Kuni_l'hungus: c'est pas quand tuparle sde 30 lignes que t'es pathétique.
(02:44:19) (378944): Quoi, dans ces deux lignes, a motivé 50 posts en enfilade? Précisément, parce que là...
(02:44:45) Kuni_l'hungus: c'est précisé dans ces 50 "posts"
(02:44:48) Kuni_l'hungus: je vais pas te les refaire
(02:45:16) (378944): (277942): on dit pas "ça déroge du blog", mais ça "dénote"/"détonne"/"tranche" avec... Mon brav'Kuni. Rigueur et précision vois-tu ;-) (23:21:40) (277942): (C'est comme oser écrire 30 lignes en se grattant les testicules. Comme ça tu demandes pas qui c'est. lol).
(02:46:15) (378944): Voilà tout ce que j'écris. Le reste c'est pas moi. T'imagine pas que je vais me fader 50 posts pour prendre connaissance de ta virevoltante overréaction?
(02:46:17) Kuni_l'hungus: le fait du retour, déjà en lui même, de la manière dont tu sautes sur l'occase pour essayer de relancer la rigueur sur un truc aussi minable.
(02:46:38) Kuni_l'hungus: oulala... mais c'est pas virevoltant ni "over"
(02:46:41) Kuni_l'hungus: c'est un rire
(02:46:47) Kuni_l'hungus: un rire qui valait bien 50 lignes
(02:46:53) Kuni_l'hungus: dans toutes ces llignes je me marre
(02:47:14) Kuni_l'hungus: c'est pour ça que j'écris d'aileurs
(02:47:17) Kuni_l'hungus: parce que j'en peux plus
(02:47:22) Kuni_l'hungus: faut que ça se comminque
(02:47:26) Kuni_l'hungus: c'est énaauuurme
(02:47:33) Kuni_l'hungus: *communique
(02:48:09) (378944): Moi, c'était juste une façon de dire "bonjour", avec une allusion comique à une controverse passée. Faut croire que tu as gardé une sacrée réserve de ressentiment envers moi, mon ptit kuni adoré et adorable. lol
(02:48:10) Kuni_l'hungus: je trouve ton intervention et ton attitude d'un grotesque qu'elle déclenchent un rire de 50 posts
(02:48:28) (378944): que j'ai pas lu, je reprécise
(02:48:29) Kuni_l'hungus: bah ça aurait pu être vrai si j'avais été en colère
(02:48:56) (378944): pas que ça à fout, non plus. Ah, t'es pas en colère, mais alors tout va bien. Y a pas d'malaise. Oufff
(02:49:40) Kuni_l'hungus: mais ta tentavie -encore- grotesque de te baser sur de la quantité pour dire "t'as une reserve dsentiments envers moi... et là encore comme si ça devait signifier quelque chose elle est complètemetn àcôté dela plaque encore
(02:50:16) Kuni_l'hungus: ouais t'es comique. Mais paspour les raisons que tu crois zizi
(02:50:45) (378944): que veux-tu, c'est à cause de l'habitude engendrée par ta "technique" de mitraille dans la controverse passée: j'ai été acquis à l'idée que ça exprimait de la colère... Au temps pour moi, alors.
(02:51:07) Kuni_l'hungus: tu sais pas lire
(02:51:10) (378944): Si tu te marres comme je me marre présentement, alors tout va bien.
(02:51:30) (378944): Non, j'ai pas le temps de lire: sur le termps que je tape, tu en fais 4
(02:51:35) Kuni_l'hungus: on a même loué le calme avec laquelle j'avais mitraillé y un mois
(02:51:56) (378944): justement: pourquoi deux lignes de moi = 50 post?
(02:52:25) (378944): Si c'est pas de la colère, c'est de l'inspiration? lol
(02:52:29) Kuni_l'hungus: attends c'est une question ça?
(02:52:55) Kuni_l'hungus: y a un truc illogique là dedans?
(02:53:05) Kuni_l'hungus: Je t'ai rpondu mec
(02:53:07) Kuni_l'hungus: c'est un rire
(02:53:23) Kuni_l'hungus: que je communique pendant tout ce temps
(02:53:54) Kuni_l'hungus: et toi tout ce que t'as c'est un problème de comptable
(02:54:03) Kuni_l'hungus: 2 lignes = 50 lignes?
(02:54:34) Kuni_l'hungus: et deux automatismes
(02:54:46) Kuni_l'hungus: biens gras avec des gros sabots bien lourd
(02:55:20) Kuni_l'hungus: "pour écrire cinquante ligne après deux lignes, faut être en colère. ou être inspiré"
(02:55:47) Kuni_l'hungus: t'as quelque chose de plus grossier encore, comme grille d'analyse?
(02:55:52) (378944): Et si ce n'est ni de la colère ni de l'inspiration (ce qui est bien sûr une fausse question), ce n'est pas davantage de la communication (phatique), car 50 posts à la suite où parle tout seul à un récepteur absent, ça s'appelle un monologue. Et voilà, 7 posts sur le temps que je tape: la décence minimale quand on "dialogue" est d'attendre que l'autre ait fini de poster pour répondre.... Avec toi, et B., jamais le temps: tout se joue dans la mitraille. Vous n'attendez pas que l'autre réponde, vous mitraillez nerveusement. Et trois posts de plus... Non 4
(02:56:24) Kuni_l'hungus: bah en qoi ça t'empêche de répondre?
(02:56:39) Kuni_l'hungus: j'attends après.
(02:56:42) Kuni_l'hungus: aucun pb.
(02:56:59) (378944): Et en plus, t'as l'air sérieux comme un pape. Mais j'ai répondu à ce que je pouvais. Je peux pas lire tous tes mini-posts en enfilade, sois logique
(02:57:41) Kuni_l'hungus: surtout que quand t'es absent, quand je monologue, tu peux pas dire "pas le temps de répondre". Puisque t'as déjà le truc en bloc.
(02:57:42) (378944): Non, là, t'as pas attendu. Maintenant, t'attends, merci. Un peu de respiration....
(02:57:50) Kuni_l'hungus: ouais vaq-y
(02:58:04) Kuni_l'hungus: j'avais pas fini de répondre à tout ce que t'aais dit c'est tout.
(02:58:09) Kuni_l'hungus: *t'avais.
(02:58:25) (378944): Donc, j'ai, si tu me donnes le temps de simplement te lire, la possibilité de lire tous tes posts en enfilade. ça y est, tu continues!
(03:00:33) Kuni_l'hungus: (de même que moi j'avais pas fini de répondre. Dans un de tes blocs tu dis toi même beaucoup de choses. Que ce soit haché ou non n'y change rien).
(03:00:45) (378944): Bien. J'ai rapidement survolé. Scuze je suis fatigué. So. Où est le prob? J'ai écrit deux lignes, guère méchantes, juste un clin d'oeil je le répète, et tu as sorti de tes doigts 50 posts en enfilade (eux, pas encore lu, désolé. Je dois manquer quelque chose d'intéressant). Où est le problème?
(03:01:10) Kuni_l'hungus: aucun.
(03:01:19) Kuni_l'hungus: Je trouvé tes lignes très drôles.
(03:01:21) Kuni_l'hungus: J'ai ri
(03:01:25) Kuni_l'hungus: je m'en suis exprimé
(03:01:27) (378944): Permets moi de dire quelque chose au sujet du rythme de postage
(03:01:34) Kuni_l'hungus: je t'en prie.
(03:01:55) (378944): (attends: je dis "à toi" quand j'ai fini, ok?) lol
(03:02:03) Kuni_l'hungus: ok
(03:02:26) (378944): parce qu'ici, c'est pas comme sur msn messenger, on sait pas quand l'autre écrit, tout simplement... A TOI
(03:04:45) Kuni_l'hungus: j'entends bien. Mais perosnnellement c'est pas parce que j'ai tendance à appuyer sur entrée à chaque phrase que j'ai fini de répondre. Et de même que tu dis beaucou de choses en mettant plusisuers phrases dans le même messages, j'essaie de répondr eà chacune. Ca morcelle tout autant que de le dire en trois messages.
(03:05:19) Kuni_l'hungus: (j'ai pas fini)
(03:05:20) (378944): Oui, mais alors, dans ce cas, conclus le post terminal par "à toi", lol.
(03:05:31) (378944): ok
(03:08:35) Kuni_l'hungus: on a donc plusieurs points qui se dégagent de chacun de tes messages. Et au bout de plusieurs réponses ça n'a plus de sens. enfin ça part dans tous les sens plutôt. Donc oub ien on laisse passer plein de trucs parfois qui nous semblent importants ou bien on arrive à une discussion qui n'a plus ni quque ni tete. C'est la même chose dans une discussion à l'oraltu vois. Y a un type qui dit plein de choses. L'autre il veut répondre sur un point précis parce qu'il y a plein d'autres choses différentes qui vont venir.
(03:08:50) Kuni_l'hungus: (j'ai pas fini)
(03:09:08) Kuni_l'hungus: (erf enfin si je peux faireune pause là.
(03:09:11) Kuni_l'hungus: )
(03:09:15) Kuni_l'hungus: A TOI.
(03:12:03) (378944): Au bout de plusieurs réponses, dis-tu, ça n'a plus de sens. Oui, mais suis-je responsable de cette confusion? Moi, ici, j'essaie de rédiger dans un seul post une phrase avec un début, un milieu et une fin bien déterminés. Pas de réagir au mot par mot, dans la foulée... C'est d'ailleurs la différence pour moi entre "échanger" phatiquement et communiquer. Sommes-nous d'accord sur ce point? A TOI
(03:13:00) Kuni_l'hungus: (Ici on a la chance justement de pouvoir répondre point par point en plus. Parce que les lignes ne s’échappent pas (ou bien en 24 heures, donc ça va en gros). Donc on se coupe même pas la parole et on ne coupe même pas le raisonnement de l'autre.
(03:13:12) Kuni_l'hungus: (juste un ajout à mon dernier message)
(03:13:19) (378944): à moi?
(03:13:28) (378944): Je ne suis d'accord...
(03:14:51) (378944): Je considère que ça rend techniquement impossible tout échange qui n'est PAS de l'ordre de l'info phatique. Dès qu'on veut dépasser le phatique pur, techniquement la shout rend cela impossible. Du reste, c'est aussi ce que Bosse remarque fort pertinemment. A TOI
(03:16:46) Kuni_l'hungus: Est-ce selon toi dû au morcellement?
(03:18:12) (378944): D'ailleurs, Bosse, ou Baldanders, ou Zad, ou toi, utilisent la shout pour écrirer des phrases longues non interrompues, où ils se donnent le temps de développer une idée unitaire. Cela, ils pourraient en faire un post sur le forum. Ce n'est pas morcellé, et aussi pour une raison précise...
(03:20:03) (378944): Parce que chacun écrit dans un temps chronologique bien différent. Dans le cas, comme ici, d'un temps immédiat, la shout, techniquement, rend impossible l'intelligibilité d'un débat un peu suivi, car les posts surgissent comme des bulles qui éclatent sur l'écran pendant qu'on rédige sa réponse...
(03:21:30) (378944): Surtout si une phrase surgit directement après une autre, tronçonnée: l'autre peut pas savoir si la phrase est complète ou incomplète, et quelque part, ça donne un pouvoir arbitraire à celui qui écrit comme ça...
(03:22:08) (378944): A TOI
(03:22:30) Kuni_l'hungus: oui. Celui de transformer une fin imprévisible. En ai-je fait usage?
(03:23:00) Kuni_l'hungus: pardon je précise.
(03:23:27) Kuni_l'hungus: t'ai-je reproché d'avoir mal lu quelque chose qu'en réalité tu n'avais pas eu le temps de lire car tu ne l'avais pas vu?
(03:23:35) Kuni_l'hungus: ou lutôt
(03:23:38) (378944): Ah oui.
(03:23:44) Kuni_l'hungus: ah?
(03:23:47) Kuni_l'hungus: quand?
(03:24:03) (378944): plus haut, lol. c'est perdu dans la mitraille...
(03:24:10) Kuni_l'hungus: je remonte
(03:27:06) Kuni_l'hungus: la suele fois où je t'ai dit aujourd'hui tu sais pas lire c'était sur le fait que mes lignes expriaient de la colère. Parce que je l'avais déjà expliqué et tu l'avais déjà pris en note dans une des réponses venues entre temps.
(03:27:32) Kuni_l'hungus: (je redescend ma remontée)
(03:27:52) (378944): puis-je?
(03:28:00) Kuni_l'hungus: ej t'en prie
(03:30:08) (378944): Mais comment puis-je savoir, moi, le sens véritable de cette simple phrase, au milieu de toutes les autres qui crépitent? Ce n'est pas manifeste, le sens d'une petit phrase isolée au milieu des autres. Dans le contexte, ça semble dire "tu ne sais pas lire ce que je viens d'écrire", mais passons, ce n'est pas intéressant en soi. Une autre chose que je voudrais soumettre à ta vigilante attention, concernant la problématique des shouts, c'est à propos justement de cette manière de réagir au mot par mot...
(03:31:01) Kuni_l'hungus: je peux?
(03:31:11) (378944): bien sûr.
(03:32:26) (378944): tu veux répondre quelque chose, là dessus? En d'autres termes, tu "peux" ou tu "veux"? lol
(03:33:00) Kuni_l'hungus: ah bah tu vois toi non plus tu laisses plus le temps là
(03:33:19) (378944): ben oui, tu vois, on sait pas.
(03:34:16) Kuni_l'hungus: Bah si on sait. Ton "bien sûr" semble me laisser croire que tu vas me laisser parler. Et tu repars sur un autre truc.
(03:34:34) Kuni_l'hungus: Avant que j'ai eu le temsp de répondre.
(03:34:50) Kuni_l'hungus: (j'ai pas fini)
(03:39:13) Kuni_l'hungus: Maintenant ce qui est marrant. Et çe le serait autant si tu avais dit tout ça en plusieurs phrases, comme au milieu de ta tirade de 3:30:08, c'est que j'ai le choix entre répondre à une partie de ce message concernant le "tu sais pas lire," son contexte, etc... répondre à une autre partie quand tu en fais un cas général sur "une petite phrase au milieu des autres", répondre à la question du mot par mot (c'est pour ça que je t'ai coupé d'ailleurs pour que tu ne puisses pas lancer sur autre chose avant que je ne puisses continuer là dessus, répondre sur le je veux ou je peux...
(03:39:52) (378944): a moi?
(03:40:07) Kuni_l'hungus: humje t'en prie
(03:41:59) (378944): justement, c'est ça que je dénonce, pour ma part: la réponse qui consiste à tronçonner le msg de l'autre en partie hétérogènes. Tu te souviens de filmdeculte? C'est exactement la technique, qui consiste à transformer l'échange en joute purement verbale au détriment de toute argumentation. Et.... (suite)
(03:43:25) (378944): Je remarque, ça n'engage que moi, que c'est une technique assez largement pratiquée. On réplique au mot par mot, comme si chaque mot avait en soi une réserve de signification autonome, en escamotant volontairement ou non l'unité de sens générale du post. C'est là où intervient le pouvoir arbitraire dont je parlais, car...
(03:45:07) (378944): ... de cette manière, on peut aisément se donner le droit de ne jamais répondre sur un contenu, mais uniquement se contenter de jouer avec les mots de l'autre. Sur filmdeculte, cette technique me fait bondir
(03:45:40) (378944): A toi
(03:46:31) Kuni_l'hungus: Comme quoi ce n'est pas une question de shoutbox, mais juste de discussion. Mais plusieurs choses.
(03:47:14) (378944): (la shoutbox démultiplie cet effet, en l'occurrence, selon l'interlocuteur. Et tu es coutumier de cet usage, désolé)
(03:47:58) Kuni_l'hungus: grrrrrrrr
(03:48:02) Kuni_l'hungus: j'avias pas fini
(03:48:37) (378944): oui mais je dois bien répondre à ça: c'est pas une question générale de discussion,mais de technique d'isolement de phrases
(03:51:53) Kuni_l'hungus: D'abord tu caricatures ce "mot par mot" qui ne veux pas dire (d'ailleurs je dis "terme à terme" personnelment) que chaque mot a une reserve de signification autonome, bien évidemment un mot a toujours un sens dans le contexte qui le lui donne et dans le réseau de signification dans lequel il est mêlé. Là tu enfonces une porte ouverte pour finalement déplacer le problème. Deuxième chose : le terme à terme n'empêche pas de répondre sur l'usage du terme dans son contexte. Surtout si ce n'est plsu le même car au final on joue necore plus avec les mots quand on les change... quand on reprend quelqu'un de manière morcellée c'est rarement sur un mot c'est le plsu souvent sur une phrase qui est mal restituée, par exemple. Le "terme à terme" permet de retrouver la précison sur ce poitn donné.
(03:52:24) Kuni_l'hungus: et rarement
(03:52:37) (378944): (comme ici: tu retraduis ma remarque en tenant pour acquise la véracité de la tienne, et aussitôt enchaines: "mais plusieurs choses". Ce qui te permets d'enchainer sans que l'autre ait la possiblité de dire: ah non, ce n'est pas ça.
(03:52:53) (378944): Et tu le fais encore, à tous points de vue, dans ta réponse.
(03:53:30) Kuni_l'hungus: Ah non! J'utilise la même technique que quand tu finis par un car.
(03:53:42) Kuni_l'hungus: (même si...
(03:54:33) Kuni_l'hungus: erf... pas de même si... c'est la même chose que quand tu finis par un "et"
(03:54:33) (378944): Tu isoles chaque mot que j'écris pour lui administrer son poison spécifique, au détriment du sens général de ce que j'essaie de dire. Bien sûr, j'enfonce des portes ouvertes, mais tu les tiens bien fermées. Désolé, je n'acquiesce pas à ta méthode de" communication".... Nous nous acheminons donc vers la fin de cette tentative de dial mort-née
(03:54:49) Kuni_l'hungus: oui alors jsutement
(03:54:57) Kuni_l'hungus: laisse moi reprendre à partir de mon "et rarement"
(03:55:15) Kuni_l'hungus: s'il te plait.
(03:56:08) (378944): le terme à terme ne permet pas du tout ces clarifications supposées
(03:56:25) Kuni_l'hungus: et rarement le sens général rattrappe un point particulier... sur lequel il s'appuie.
(03:56:42) (378944): mais soit. Vas y, si pinailler sur chaque mot employé t'amuse.
(03:56:52) Kuni_l'hungus: sans quoi d'ailleurs tu le ferais -précisémment" remarquer.
(03:56:54) Kuni_l'hungus: non
(03:57:05) Kuni_l'hungus: c'est pas pinailler sur chaque mot employé.
(03:57:16) (378944): oh que si
(03:57:24) (378944): c'en est même épuisant
(03:58:14) Kuni_l'hungus: quand tu me dis "tu dis ça" et que je te dis "non je dis pas ça je dis ça" C'est que ce que tu dis de précisémment érroné lorsque tu réstitues mes propos fait une diéfférence essentielle qui transparait dans la globalité du message
(03:58:36) Kuni_l'hungus: avec mon propos dans sa globalité
(03:58:59) (378944): je comprends pas ta phrase, désolé
(03:59:32) (378944): ce que je comprends, en relisant, c'est que c'est surtout toi qui pratiques ça
(03:59:35) Kuni_l'hungus: héhé je suis à plus de 10 énnoncés et j'en ai qu"'un qui est dépourvu de sens.
(03:59:58) Kuni_l'hungus: merci tu m'aides à m'améliorer.
(04:00:17) Kuni_l'hungus: moi qui ne cesse de clamer que je suis là pour progreser.
(04:00:24) (378944): tsss
(04:01:01) Kuni_l'hungus: ah ok. Donc si d'après toi c'est moi qui le pratique c'est bien que tu en as tiré un sens, décrivant lui-même des ratiques.
(04:01:15) Kuni_l'hungus: nous avançons.
(04:01:22) (378944): encore des jeux sur les mots...
(04:01:41) Kuni_l'hungus: euh... les tiens, là.
(04:01:46) Kuni_l'hungus: tes jeux.
(04:01:52) Kuni_l'hungus: c'est toi qui joues, là.
(04:02:06) (378944): Si je dis que tu le pratiques, et que c'est une pratique courante, où dis-je que j'en tire un sens?
(04:02:21) Kuni_l'hungus: hum... tu déformes.
(04:02:29) (378944): c'est toi ici qui déformes
(04:02:56) (378944): quel sens, déjà?
(04:03:12) Kuni_l'hungus: tu tires un sens du message dans lequel je te dis ce que tu pratiques, puisque tu arrives-toi même à voir que le message décrit une pratique.
(04:03:49) (378944): arrête ce jeu rhétorique, qui tourne en rond sur du vide pur...
(04:04:09) Kuni_l'hungus: (04:02:06) (378944): Si je dis que tu le pratiques, et que c'est une pratique courante, où dis-je que j'en tire un sens?
(04:04:42) (378944): et alors, quel rapport avec ta réponse?
(04:05:16) (378944): à part jouer vainement sur le mot "sens"?
(04:06:27) Kuni_l'hungus: mais moi je ne fais qu'utiliser le mot sens je ne peux pas jouer changer sa signification avant de l'avoir répépté. Or c'est toi qui le répètes.
(04:06:36) Kuni_l'hungus: qui le déplace
(04:06:40) Kuni_l'hungus: pour l'appliquer à autre chose.
(04:07:19) Kuni_l'hungus: (attends je précise)
(04:08:37) Kuni_l'hungus: quand tu dis "où dis-tu que j'en tire un sens" on ne sait pas si ce "en" désigne le message dans lequel je décris des pratiques ou "les pratiques que je décris et dont tu m'accuses".
(04:08:54) Kuni_l'hungus: donc là y a confusion. Et elle vient pas de moi.
(04:09:22) (378944): Encore une fois: je ne vois pas où tu veux en venir. Je dis que tu pratiques la joute rhétorique sur du "mot par mot", que tu prétends que ça permet des clarifications. Je prétends que ça n'en permet pas, et que c'est une pratique courante. Là dessus, tu m'expliques que j'en tire un '"sens" pour cette pratique, je ne vois même pas ce que tu veux dire. Pour moi, y aucun sens à tirer de ça. Sauf à jouer vainement sur le mot "sens": si tu veux, j'en tire le sens que ça n'a pas de sens. Si c'est ça que tu essaies de dire, je ne vois pas d'intérêt autre que de purement jouer sur les mots...
(04:09:42) Kuni_l'hungus: mais non.
(04:11:44) (378944): Bien sûr, c'est moi qui "confuse": il y a confusion, manifeste, mais ce n'est pas de mon fait: j'essaie simplement de comprendre, déjà, ce que tu essaies de dire, et n'en saisis pas véritablement la portée. Je n'essaie pas de "prouver"' quelque chose, contrairement à toi, et en me focalisant sur un "mot" dans une phrase.
(04:12:07) Kuni_l'hungus: je parlais à ce moment précis du message que tu disais ne pas comprendre mais auquel tu n'as, après relecture compris qu'une chose : que c'est moi qui fais cela.
(04:12:10) Kuni_l'hungus: rien de plus
(04:13:18) (378944): Bon, on va conclure? J'ai vraiment du mal à communiquer avec toi, et c'est sans doute de mon fait. Je suis visiblement confus et ambigu, nous allons dire ça....
(04:14:35) Kuni_l'hungus: Tu appuies sur la petite croix quand tu veux Jerzy.
(04:14:59) (378944): Quand on est pas connecté, il y a pas de petite croix, Kuny. Me reste le libre arbitre de quitter la shoutbox.
(04:15:27) Kuni_l'hungus: y a pas de petite crois en haut à droite de ta fenêtre?
(04:15:31) Kuni_l'hungus: *croix
(04:15:56) (378944): Ah, je suis invité à quitter le navigateur internet, en toute simplicité. lol
(04:16:15) Kuni_l'hungus: bah tu peux dire au revoir hein
(04:16:21) Kuni_l'hungus: ou rester
(04:16:30) Kuni_l'hungus: t'es invité à faire comme tu veux.
(04:16:58) (378944): de quoi pourrait-on parler, qui serait intéressant? Quand on parle de communication, on se comprend pas. Mais quand on parle d'autre chose, ça marche pas mal.
(04:17:16) Kuni_l'hungus: ah? De quoi?
(04:17:28) (378944): vas-y, propose
(04:17:36) (378944): si t'as pas sommeil
(04:17:38) Kuni_l'hungus: bah je sais pas ce qui ne marche pas mal
(04:18:08) (378944): ça y est, tu recommences à pinailler sur les mots, lol
(04:18:55) Kuni_l'hungus: Attends c'est quoi qui dans la globalité nie le fait que tu penses qu'il y a des sujets qui marchent pas mal entre nous?
(04:19:21) Kuni_l'hungus: il veut dire quoi cet énoncé, là?
(04:19:26) Kuni_l'hungus: c'est peut-être une blague?
(04:19:46) (378944): ça veut dire quoi, cette phrase? "Attends c'est quoi qui dans la globalité nie le fait que tu penses qu'il y a des sujets qui marchent pas mal entre nous?"
(04:19:54) (378944): Je comprends même pas.
(04:20:33) Kuni_l'hungus: rah lala deux énoncés vide de sens.
(04:20:38) Kuni_l'hungus: *vides
(04:20:45) (378944): deux, pas plus. lol
(04:20:55) (378944): tu progresses
(04:21:02) Kuni_l'hungus: surles autres t'as répondu comme s'ils en avaient un
(04:21:37) (378944): j'ai essayé de leur en trouver un, c'est possible, même quand ils en étaient dépourvus, ce qui "prouve" ma bonté.
(04:22:35) Kuni_l'hungus: Y a que deux sortes d'énoncés. Ceux qui n'ont pas de sens et ceux que tu arrives à reformer(déformer)
(04:22:57) (378944): Oh non: il y a bien d'autres sortes;
(04:23:23) Kuni_l'hungus: comment pourrais-tu le savoir...
(04:23:47) (378944): Il y a ceux qui ont du sens et que je comprends, ceux qui ont un sens que je ne parviens pas à comprendre parce qu'ils sont quasi-incompréhensibles, etc...
(04:23:52) Kuni_l'hungus: faudrait que tu saches quand tu déformes.
(04:24:23) (378944): Justement, je ne peux pas le savoir. Déjà parce que, à la base, tu déformes tout ce que je dis dans une joute rhétorique fondée sur du "mot par mot"
(04:25:14) (378944): Et déformer, sorry, c'est ta spécialité, que tu m'alloues généreusement.
(04:25:44) Kuni_l'hungus: d'où le "(03:58:14) Kuni_l'hungus: quand tu me dis "tu dis ça" et que je te dis "non je dis pas ça je dis ça" C'est que ce que tu dis de précisémment érroné lorsque tu réstitues mes propos fait une diéfférence essentielle qui transparait dans la globalité du message (03:58:36) Kuni_l'hungus: avec mon propos dans sa globalité
(04:26:26) Kuni_l'hungus: (mon premier énoncé vide de sens)
(04:27:34) Kuni_l'hungus: reprenons : il m'arrive fréquemment de te reprocher de déformer en effet. Dans ces cas là je te dis "non je n'ai pas dit ça".
(04:27:38) (378944): je comprends toujours pas, désolé: la structure de cette phrase est tout simplement incompréhensible. Laisse là en l'état, plutôt que d'effacer quand ça t'arrange: que tout le monde puisse bien en juger
(04:28:04) (378944): La phrase précédente, je précise, pas celle que tu as ajouté entretemps
(04:28:29) Kuni_l'hungus: je l'ai remise telle quelle, parce que je me suis demandé si j'allais commencer par remettere la phrase.
(04:28:37) Kuni_l'hungus: ou par l'expliquer
(04:28:44) Kuni_l'hungus: puis j'aéi décidé de la mettre quand même
(04:29:13) Kuni_l'hungus: je ne sais pas dans quelle mesure c'est "effacer quand ça m'arrange"
(04:29:47) Kuni_l'hungus: donc il m'arrive fréquemment de te dire "non je n'ai pas dit ça. Alors que toi tu restitues à ta sauce ce que je dis.
(04:30:14) Kuni_l'hungus: (quand tu me dis "tu dis ça" et que je te dis "non je dis pas ça je dis ça" dans la phrase initiale)
(04:30:20) (378944): franchement, c'est quoi l'intérêt ou la portée de ce dial? Je me contente de dire, plus haut, que quand on cause de communication, on ne se comprend pas, toi et moi, mais que quand on parle d'autre chose, ça marche pas mal: ce qui veut dire, on se comprend mieux. Et là dessus, il te faut pinailler, cisailler, jouer sur le sens des mots, me rappeler que je déforme, à l'infini
(04:31:09) (378944): Le vrai problème, ici, le seul problème réel, c'est que tu poursuis visiblement cette obsession récurrente de "prouver" quelque chose à mon sujet: que je ne sais pas lire, que je déforme, etc...
(04:31:17) Kuni_l'hungus: mais non.
(04:32:15) Kuni_l'hungus: C'est toi qui dis que je joue un jeu réthorique au "mot par mot"
(04:32:33) Kuni_l'hungus: je te dis ce qu'il se passe quand je te réponds sur des mots.
(04:32:45) Kuni_l'hungus: en général c'est justement quand je t'accuse de déformer
(04:32:54) Kuni_l'hungus: c'est pour ça qu'on en revient là
(04:33:32) (378944): Exactement, c'est moi qui le dis. Et moi, je ne joue pas au mot par mot. Là encore, tu joues sur les mots: en l'occurrence, tu joues sur le mot "mot": moi, je parle d'idée qui passe à travers les mots...
(04:34:34) Kuni_l'hungus: ah bah jouer sur les mots ce n'est pas jouer sur lesidées
(04:34:59) (378944): c'est ce que je me tue à te faire remarquer
(04:35:12) Kuni_l'hungus: bah faut croire que non.
(04:35:40) Kuni_l'hungus: tu déconnes là
(04:35:43) (378944): Et c'est que tu t'évertues à pratiquer, noyant tout échange d'idée: si, relis tout ça à tête reposée, c'est manifeste
(04:36:12) Kuni_l'hungus: euh... a haque fois que j'ai relu jusqu'ici un truc sur lequel y avait confonsion je l'ai trouvé chez toi hein
(04:37:03) (378944): Bien Kuni: y a pas de porte de sortie, ton système est bien verrouillé. Faut bien que je te laisse continuer à tourner en rond, à t'auto-confirmer à l'infini, en reprenant sur les "mots".
(04:37:08) Kuni_l'hungus: quand tu me dis que je joue sur les mots je te réponds qu'en changeant les mots de l'autre tu changes aussi leurs idées.
(04:37:32) Kuni_l'hungus: donc que je suis obligé de revenir sur les "mots".
(04:38:10) (378944): Que tu sois confus: c'est une évidence. Qu'il soit difficile de comprendre ta prose, c'en est une autre. Que tu joues en permanence sur les mots pour faire passer cette confusion pour une argumentation (sur du vide), c'en est encore une autre.
(04:38:26) Kuni_l'hungus: c'est exactement ce que tu fais oui
(04:40:10) (378944): C'est exactement ce que je dénonce depuis le début, et je suis bien obligé, puisque c'est à ça que tu me condamnes ici: à participer à ton petit jeu verbal, à mon corps défendant, à en dénoncer la circularité. C'est le sens de notre non-discussion depuis le début, y a qu'à relire.
(04:40:56) Kuni_l'hungus: Et quand tu me dis que couper la phrase sur les mots permet d'écahpper à l'argumentation globale, je te dis que quand je le fais c'est que le global ne vient pas sauver la défrmation qui nait à partir d'un ou plsuieurs termes.
(04:41:42) Kuni_l'hungus: et là oui y a trop de propositions grammaticales pour toi dans cette phrase.
(04:42:05) Kuni_l'hungus: dnoncla structure tre sera incompréhensible.
(04:42:06) (378944): laisse aussi cette phrase en l'état: les hommes de bonne volonté pourront juger sereinement de la quasi-impossiblité d'en saisir le contenu.
(04:42:15) (378944): voilà
(04:42:57) Kuni_l'hungus: j'archive.
(04:43:13) (378944): Mais on va dire, là encore, que c'est moi qui suis confus, que je "déforme"... Question: peut-on déformer ce qui est informe?
(04:44:35) Kuni_l'hungus: La structure grammaticale de cette phrase est en tous points correcte.
(04:46:37) (378944): Je parle pas de la structure grammaticale: encore une fois, c'est TOI qui en parles, ici. Moi, j'ai juste dit que cette phrase est incompréhensible. Tu vois ta méthode? Tu rebondis sur tes propres énoncés en croyant établir la non-pertinence des miens.
(04:47:09) Kuni_l'hungus: Non. Tu dis qu'elle est informe.
(04:48:05) Kuni_l'hungus: c'est autre chose que de dire qu'elle est incompréhensible.
(04:49:04) Kuni_l'hungus: alors je ne vois pas à quelle forme tu fais allusion.
(04:50:07) Kuni_l'hungus: toi, tu te déformes toi-même.
(04:50:39) (378944): J'ai écrit: quasi-impossiblité d'en saisir le contenu. Et j'ai ajouté qu'on ne peut pas déformer ce qui est informe. Tu vas jouer encore sur les mots? C'est synonyme d'incompréhensible. Je ne peux en saisir le contenu. Et je parle d'informe en réaction de ton obsession à prouver que je "déforme": à cela je réponds que je ne peux pas déformer ce qui à mes yeux est informe. Informe au sens d'incompréhensible. Va-y, joue sur les mots à l'infini: ce que je dis est clair et distinct
(04:50:58) Kuni_l'hungus: Non Jerzy
(04:52:06) Kuni_l'hungus: car bien sur ce qui est informe est incomprehensible. mais en disant que c'est informe tu ne dis pas "juste" que c'est incompréhesnible. Tu places cette incompréhesnibilité sur un plan précis.
(04:52:31) Kuni_l'hungus: et ce n'est donc pas une question de jeu sur les mots.
(04:53:07) Kuni_l'hungus: Ce qui est informe est incompréhensible mais ce qui est incompréhensible n'est pas forcément informe.
(04:53:23) Kuni_l'hungus: quand tu dis "informe tu places l'incompréhensiblité sur le plan formel.
(04:54:18) (378944): toujours ta technique de la joute verbale au mot par mot: tu écris une phrase incompréhensible (pour moi), je le relève, tu ajoutes qu'elle ne me sera pas compréhensible grammaticalement, puis que non, elle est correcte grammaticalement, fais la question et la réponse tout seul. Et tu continues à pinailler sur les mots: maintenant, te voilà lancé dans un débat sémantique "pointu" sur la différence entre "informe" et "incompréhensible" dans mon propos. Ce qui change quoi à mon propos?
(04:54:39) Kuni_l'hungus: alors je ne peux pas faire autrement que de chercher où se situe le plan formel sur lequel tu places son incompréhensibilité.
(04:56:10) Kuni_l'hungus: bah c'est quand même gênant non? TUme dis "c'est incompréhensible pour cette raison" alors je cherche mais en fait c'était pas cela.
(04:56:22) Kuni_l'hungus: tça change quoi?
(04:56:33) Kuni_l'hungus: ça change que je sais même pas sur quel plan corriger s'il y a lieu
(04:57:03) Kuni_l'hungus: ça change qu'on est sur des fausses pistes perpétuelles en essayant de discuter avec toi
(04:57:10) (378944): Je ne peux pas t'aider sur ce point, vu que pour moi c'est incompréhensible, et en ce sens informe, dans un sens que tu peux comprendre sans jouer sur les mots comme si on était dans un séminaire de sémiologie appliquée. Une fois de plus, tu feras toi-même la question et la réponse, ce qui te permettra de t'auto-valider en prouvant je ne sais quoi au sujet de ma confusion et de ma tendance à "déformer".
(04:57:48) Kuni_l'hungus: Mais comment je peux saoiver si tu dis un mot à la place du'n autre?
(04:59:52) Kuni_l'hungus: merde on a quand même des bases communes de vocabulaires et toi tu dis n'importe quel mot sur lequel nous avons tous les deux une certaine culture commune nous permettant de nous entendre (en l'occurence tu sais ce que signifie formel et ce que signifie "incompréhensible")
(05:00:07) Kuni_l'hungus: à la place de n'importe quel autre
(05:00:47) (378944): Oui, avec toi, comme interlocuteur, je dois bien dire que je suis sur des fausse pistes perpétuelles.... C'est ça, joue sur les mots.... Tu peux le savoir en mettant en rapport "informe" dans ma phrase avec ce qui précède, qui est l'énoncé de la quasi-impossibilité pour moi d'en saisir le contenu. Archive bien tout ça: qu'il apparaisse clairement à un lecteur neutre que tu essaies tout simplement de me faire tourner en bourrique en jouant sur chaque mot, chaque sens de mot, jusqu'à rendre toute communication impossible. Bonne nuit Kuni.
(05:01:01) Kuni_l'hungus: pour finir par dire "oh mais j'ai dit "patate" à la place de "haricot"






PS: après examen permis par un minimum de ce qu'on nomme le temps, il semblerait que Kuni, à l'heure actuelle, s'auto-persuade toujours de me l'avoir "mise bien profonde le mois dernier". S'il fait allusion à ses "démonstrations" dont le sens profond ou superficiel continuera de m'échapper jusqu'à la saint glinglin, passons. Mais s'il fait allusion, par hasard, et par exemple - mais ce n'est qu'un exemple -, à la controverse sur le texte de Sartre à propos de MP, il faut dire ici, et le redire, que les dernières réponses de Kuni - ainsi que Baldanders - témoignent du fait qu'ils n'ont manifestement pas compris mon explication et le nœud logique de leur contresens.
Je n'ai pas poursuivi, pour respecter une demande de Baldanders, qui estimait que je m'acharnais sur lui et semblait en souffrir en quelque manière. Mais le fait demeure: la "démo" de Baldanders est un pur jeu rhétorique, et sophistique, de A à Z. Et il l'a maintenue sur la xième réitération de son contresens massif, toujours inaperçu de lui visiblement.
Quant à Kuni, en tant que "mouche du coche", il a témoigné de la même incompréhension notoire de ce contresens massif, auquel il s'est proposé de prêter main forte... histoire de "prouver" quelque chose. Mais quoi?


http://enculture.free.fr/viewtopic.php?t=896&start=90&postdays=0&postorder=asc&highlight=


Piqûre de rappel:

" Quant à Baldanders: il révèle que nous nous sommes accordés sur une trêve en MP. Pourtant, il la brise aussitôt, pour poursuivre son auto-démons​tration coué obsessionne​lle.
J'aurais pu poursuivre pour indiquer à Baldanders qu'il n'a pas compris du tout la contradicti​on logique que je relève, j'ai même le texte déjà rédigé.
Mais je ne l'ai pas posté, pour respecter cet accord. "


* * * * *


Je ne souhaite toujours pas spécialement tenter d'expliquer à Baldanders ce qu'il est susceptible de ne toujours pas comprendre. Mais il ne faut jamais dire fontaine je ne boirai plus ton lait opaque de l'inhumaine tendresse. Et puisque Kuni se plait à imaginer qu'il me l'a "mise bien profonde", je tiens en réserve la suite et fin du démontage rigoureux de ce jeu rhétorique.


Un petit rappel de la "conclusion" provisoire apportée à ce débat par B & K:

Baldanders, comme Kuni, ont simplement joué sur les mots au final, pour "intégrer" ma réponse sous le seul aspect d'une simple question de "mots", de "formulation", sans avoir à remettre en question les prémisses de leur sophisme logique. Il ont détourné le problème en jouant sur la différence à faire, par ex, entre "déguiser" et "déguiser à peine", "adresser un reproche voilé" et "adresser un reproche à peine voilé."

Ma réponse fut développée en deux temps: celle qui répondait à Baldanders et celle qui répondait à Kuni. J'ai comme l'impression que, du fait que le deuxième temps s'adressait à Kuni, Baldanders a cru que ça ne concernait plus sa propre interprétation, et qu'il pouvait ainsi s'épargner d'en tenir compte ou d'en prendre connaissance. Or les deux réponses formaient une seule et même réponse à l'interprétation de B.

Réduisant la portée de ma réponse à un élément secondaire - une question de glissement sémantique entre un motif "inconscient" déguisé, voilé (non intentionnel) et un motif "inconscient" à peine déguisé (presque intentionnel sans vraiment l'être dira-t-on) -, ils ont cru pouvoir sauver par cette "nuance" l'idée d'une motivation "inconsciente" se manifestant dans une tournure langagière spécifique, et donc sauver l'Enfant en nettoyant un peu l'eau du bain: cad l'Idée au fondement de la "démonstration": que c'est l'Inconscient qui opère sans l'intention, la volonté ou le consentement du scripteur.
Or ces distinctions ou nuances à faire entre "déguiser" et "déguiser à peine" sont pour moi parfaitement secondaires, négligeables, et surtout non-opératoires. Ma réponse ne se fondait en rien sur cette distinction. Que le motif soit, dans l'hypothèse de lecture de B, "déguisé" ou "à peine déguisé" ne change rien, strictement rien, au fait du contresens logique massif dont j'ai déplié la structure dans ma réponse en deux temps. Il pourrait, ce motif, être décrit comme "déguisé" tout court, ou "à peine" déguisé, peu importe.

Le nœud du contresens logique, c'est que quelle que soit la forme, mineure ou majeure, attribuée par B. à tel "déguisement", elle n'est et ne peut être, par quelque bout qu'on la prenne - et dans les termes mêmes de la "lecture", de l'analyse textuelle, de B. , de l'ordre de ce fameux "inconscient" qui joue des tours (en perturbant la logique de l'énoncé, par des "lapsus" et autres "couacs" se révélant à l'attention d'un "analyste").
Elle n'est et ne peut être - dans les termes mêmes de la lecture de B., je le répète- , qu'un déguisement concerté, délibéré, conscient, usant de tournures ou procédés rhétoriques les plus classiques, consistant non pas à dissimuler ce qu'on aurait préféré taire, mais au contraire dissimuler pour mieux exhiber, faire entendre, quelque chose dont on souhaite qu'il soit bel et bien entendu, compris.

Et dans le cas précis des tournures phrastiques telles qu'examinées par Baldanders depuis son horizon d'interprétation anté-textuel (pré-requis auquel il faut encore accorder foi), ces tournures témoigneraient (dans la place précise des mots, virgules, antépositions, inversions, etc) d'une stratégie rhétorique de déguisement faisant du "caché" un atout maitrisé (non un "retour de refoulé" malvenu), puisqu'elles proposent au lecteur une complicité partagée dans et par l'entente d'un double-sens d'autant plus efficacement perfide qu'il est bien dissimulé.

L'art de la rhétorique, dont l'éristique fait partie, ayant aussi pour but de gagner à sa cause des lecteurs acquis à une cause adverse, en ridiculisant cette dernière par l'expression d'une critique que l'adversaire prend argent comptant pour un compliment. Ou encore: réjouir ses partisans par l'expression subtile, codée, ouvragée rhétoriquement, d'une critique (ou d'un trait d'esprit ironique, une moquerie, etc) qu'ils auront su entendre mais que le camp adverse, lui, n'a pas pu entendre: ceci flattant leur intelligence, leur sentiment d'appartenir au clan le plus malin. Etc, etc. Les ruses de la rhétorique sont multiples, et pour divers objectifs et avantages bien spécifiques. C'est très bien expliqué, d'ailleurs, par Schopenhauer, dans son opuscule sur "l'art d'avoir toujours raison".

Le texte de Sartre, même s'il n'appartient pas au genre de l'éristique, et ne peut s'appréhender dans un contexte de cet ordre, est cependant lu, décodé, par Baldanders précisément comme agençant une organisation de tournures sophistiquées destinées à dissimuler pour mieux mettre en valeur un double sens plus ou moins subtil, qu'un lecteur attentif, au seul examen de la structure des phrases, se chargera de mettre à jour. Et fort paradoxalement, ce que Sartre est censé dire/écrire par la "lecture" de Baldanders, il le dit/écrit sans lapsus ni perturbation de l'organisation syntaxique ou autre de l'énoncé. Bien au contraire, il organise des tournures témoignant d'un art rhétorique consommé d'écrire et de faire passer des ambiguïtés et des double-sens (du moins selon la "lecture" de Baldanders, qui n'hésite pas à voir de tels double-sens dans des tournures qui n'en demandaient peut-être pas tant): c'est bien que c'était agencé ainsi pour être lu, entendu, compris. Logique de l'intention.

On ne peut donc absolument pas postuler, premièrement, ce qui relève de l'aberration logique, que le sens déplié par B. des tournures précises de S, échapperait à S, ne serait pas l'effet de sa volonté, de sa délibération.

On ne peut pas postuler, en deuxième lieu, ce qui relève de la même aberration logique, que Sartre, dans ce texte, en même temps, à la fois, souhaite (à l'intention de) se donner "le beau rôle": celui de l'ami fidèle (en contrepoint d'une apparence d'éloge de MP exprimant indirectement, "pour qui sait entendre", un blâme sur son infidélité à lui), et, en même temps, à la fois, n'a pas le souhait, l'intention de signifier cela même: sa fidélité, par un blâme tourné en éloge, ou autre ambiguïté perfide. En somme occulter, dissimuler sous le tapis, ce qu'il avait bien l'intention de signifier.

On dira alors: oui, mais c'est justement parce qu'une telle motivation (s'auto-valoriser sur le dos d'un ami mort) comporte une telle part de médiocrité ou de mesquinerie, pas bien valorisante moralement pour lui, qu'il occulte ce motif peu avouable d'autovalorisation. On arrive alors à un troisième effet, relevant de la même aberration logique: que Sartre écrit sur MP pour se valoriser en le dévalorisant, mais qu'un tel motif est si mesquin, honteux, inavouable, que c'est son "inconscient" qui fait passer ce "message" en le travestissant. Un travestissement bien étrange, qui n'est pas de l'ordre d'une perturbation involontaire de l'énoncé - laquelle ferait ressurgir ce qu'on aurait préféré taire ou cacher -, mais au contraire le fruit d'une construction rhétorique ouvragée - dissimulant un contenu pour mieux faire ressortir, en mobilisant une aptitude minimale au déchiffrement, ce qu'il importe bel et bien de faire entendre (à qui sait entendre).
S écrit donc dans un but précis, utilise pour cela les ressources de l'art rhétorique du travestissement concerté, du double-sens: mais ce but est pourtant inconscient, inavouable, lui échappe. Intention non intentionnelle, volonté involontaire, aveu inavouable, conscience inconsciente.


En résumé: par quelque bout qu'on prenne les motifs interprétatifs organisant l'examen, par Baldanders, de la structure des phrases, ils se réduisent à la forme logique suivante, contradictoire et circulaire: "S. ne veut pas dire ce qu'il veut dire, il n'a pas l'intention de dire ce qu'il a l'intention de dire."


( Notons au passage les motivations de psychologie de bazar ou de sitcom inconscients qui organisent la "lecture" de Baldanders: désir de gloriole, se tresser des lauriers, se donner un beau rôle, être le premier de la classe, stigmatiser l'infidélité d'amis disparus, etc. Motivations on ne peut plus plausibles, à l'origine d'un tel texte. Car bien idolâtre et aveuglément servile serait celui s'obstinerait à penser qu'un Sartre, tout penseur intéressant qu'il fût, n'était pas lui aussi agité de pied en cap par des stimulations qui font le sel de la star-academy, ou du Loft, ou de Quizz divers et variés. Combien petits sont ceux qu'on fantasme grands, voilà le grand message profond qui nous est délivré pour notre instruction: ils ne rêvent, même reconnus, célébrés, encensés, au faîte de la "gloire", qu'à plus de reconnaissance, célébration, admirations encore. Et tous les moyens sont bons! C'est le hochet des vanités humaines, m'sieur. Comme je vous l'dis!)



Ainsi, de deux choses l'une, aussi absurdes l'une que l'autre sur le seul plan des "motivations", consciente ou inconsciente:


1. Soit S. a bien l'intention de se tresser des lauriers sur le dos de MP, et c'est bien ce qu'il fait (dans la logique psychologique pré-supposée par b), exprime, dans une tournure rhétorique précise consistant à dissimuler son propos pour mieux le mettre en valeur - Et dans ce cas, foirage de la stratégie sur toute la ligne: en suggérant par ce procédé rhétorique classique sa propre valeur, il exprime tout au contraire son peu de valeur, son humaine mesquinerie.

2. Soit S. est agi par une "motivation inconsciente" de se tresser des lauriers sur le dos de MP; il n'a pas l'intention de l'exprimer. Mais ça ressort inconsciemment des éléments du discours, qui machine à son insu, sans son consentement, sans sa volonté, exactement cette même tournure rhétorique précise ne pouvant, dans sa structure même, concertée, que dissimuler elle aussi son propos pour mieux le mettre en valeur. - Et dans ce cas, foirage encore plus énorme de cette stratégie ou motivation inconscientes: en cherchant à occulter son propre éloge ainsi que le blâme qui lui est latéralement associé, le Texte l'exprime à sa place pour exhiber un résultat strictement identique: l'expres​sion(non consciente) de son peu de valeur, son humaine mesquinerie.

Même en accordant la foi la plus inextinguible du charbonnier, à une théorie freudienne, para-freudienne, freudo-lacanienne, et autres, généralement post-structuralistes, de l'Inconscient, mais aussi de l'Inconscient du texte, on ne peut absolument pas interpréter en termes de stratégie, désir, motivation inconscients - opérant dans le dos et l'insu du scripteur - des tournures phrastiques précises et concertées, de l'ordre de la rhétorique dont il est ici question, et qui est une logique de l'intention et de la délibération.
Si l'inconscient selon Lacan est structuré comme un langage (ce qui revient aussi à dire qu'il n'est pas purement et simplement un langage, sans reste), organisation de signifiants dotés d'une certaine autonomie qui échappe au proférateur ou au scripteur, il ne l'est pas au point - quand-même! - d'élaborer tout seul des tournures stylistiques, grammaticales, complexes, ressortissant de l'art consommé de la rhétorique, et destinées à dissimuler pour mieux exhiber.
Ce qui est l'exact contraire de ce qu'on nomme les stratégies de l'inconscient (brouiller le motif, le rendre inintelligible, non déchiffrable. Même si s'échappent, par des retours malvenus, des scories langagiers, gestuels, etc, qui révèlent des aspects de ce qui aurait dû rester refoulé du champ de conscience).

Tout au plus "l'inconscient" d'une formulation, si on croit à l'hypothèse de l'inconscient, peut influer sur des constructions indésirables, non voulues, sous formes de dénégations, déplacements, lapsus signifiants, etc (par ex: "la séance est close", au lieu de dire "la séance est ouverte") - et toujours soumises à l'autorité interprétative de l'analyste, susceptible d'indiquer que le refus par l'analysé d'acquiescer à cette dernière est une opération de résistance qui confirme la justesse de ladite interprétation. (D'où la critique, par Popper et d'autres, du "bouclier" ou "verrou" d'infalsifiabilité dont s'entoure certaine pratique psychanalytique pour "intégrer" tout élément, schéma, externes à sa théorie, la contrariant, comme déjà inclus dans cette dernière).

Dans le cas de figure, rien de cet ordre qui puisse être convoqué ou exercé sur le texte à titre de "matière inconsciente" s'offrant à une interprétation. Mais au contraire, un pur jeu rhétorique d’interprétation, sans valeur heuristique, uniquement fondé sur des pré-suppositions psychologiques anté-textuelles constituant l'horizon de lecture, et, avant elles, le postulat, qui est un contresens massif, d'un inconscient-conscient, d'une intention-non intentionnelle, d'une volonté-involontaire, etc.

On peut encore montrer, point par point, par l'exemple, que dans la décision par B. d'interpréter les éléments précis des phrases dans le sens précis qu'il dégage, il se fonde quasi-exclusivement, pour chaque occurrence "lue sans interprétation préalable" sur cette antinomie logique consistant à postuler en même temps, à la fois, de façon purement contradictoire, l'intention ET la non-intention, le délibéré ET le refoulé, le volontaire Et l'Involontaire. Et ce ne sont pas ces distinctions ou nuances d'apprêt entre "déguisement voilé', "à peine voilé, etc, qui résorberont cette contradiction logique, majeure, massive et manifeste: quelle que soit la forme du "déguisement" ici considéré, il appartient, dans la logique même de la lecture de B., aux effets rhétoriques les plus classiques, impliquant tout le contraire d'un rapport, même vague, avec celui d'un Inconscient en travail, textuel ou non textuel.

Ce sera l'objet d'une ultime mise à plat, laborieuse autant que fastidieuse. Car il est utile, sain, peut-être, de ne pas laisser les gens s'enfermer à double-tour dans leurs paralogismes auto-validés. Sauf s'ils tiennent, bien sûr... Et nous-autres, on passera son temps de façon plus profitable, à peigner les girafes.


On prendra le temps, peut-être, mais on y arrivera - ou pas. A moins bien sûr que la police ne vienne m'arrêter, dans les prochains mois, pour harcèlement moral, cruauté sadique, envers personne psychologiquement fragile, manipulée par les "forces de l'inconscient".



Quant à Kuni, le brav'Kuni, il ne parvient toujours pas à retenir un peu l'attention, hélas.


(légèrement réédité, ce lundi 15 à 0:15, pour plus de clarté & précision. Avec des redondances voulues, selon le précepte pédagogique: pour mieux faire comprendre un raisonnement, ne pas hésiter à le répéter sous différentes formes et modulations, mais aussi variations du même énoncé.
A l'attention des archivistes rompus au bel art de la réplique "terme à terme".)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Ven 5 Avr 2013 - 23:46

Kuni me soupçonne à présent d'avoir ajouté, 3 mois après, cette réponse consultable ci-dessus (spécifiquement celle qui vient après les 5 étoiles, destinées à séparer le divertissement inter-villes de l'analyse proprement dite), et dans le dessein pervers de reprocher à mes contradicteurs de n'en avoir tenu aucun compte à l'époque:

: "mais non tu te gardais peut-être ce réarrangement pour trois mois après en nous accusant de ne pas l'avoir fait"


J'en appelle donc à la bonne foi des lecteurs qui confirmeront avoir déjà lu, il y a bien longtemps, cette réponse (qui suit les 5 étoiles). L'ensemble du post ayant bien été posté intégralement à la date indiquée (14 janvier).


[entre autres supputations grotesques, pathétiques et surtout se contredisant les unes les autres, de Kuni:

A) Je demande hier qu'on copie-colle cette réponse ancienne dans les archives, mais Kuni m'explique que le texte s'y trouve bien. Il lui a même été répondu, en long, en large et en travers, mais pauvre de moi, je ne vois pas ce qui se trouve pourtant sous mes yeux.

B) Kuni y avait déjà répondu "par avance".

C) Ah mais non... Je n'avais pas dûment attiré l'attention de mes "contradicteurs" sur ce texte: comment auraient-ils pu deviner, ces braves, qu'il fallait aller lire après "les 5 étoiles" - alors que j'en ai fait explicitement la demande le 5 février, à l'occasion de leur relance ubuesque par la triste affaire "tetsuo".
Attention, y a une explication fabuleuse: J'avais pas mentionné qu'il y avait quelque chose "après les 5 étoiles": alors ça c'est ballot!! C'est donc à cause de ça qu'il n'ont pas été y voir, alors même que je prie explicitement Baldanders - dans ce post du 5 février - d'aller y voir, à ce texte du 14 janvier: "[...] je rappelle que sa sophistique rhétorique sur un passage de sartre a été démontrée à nouveau, dans le détail. Il ne l'a visiblement pas consultée, aussi je vais placer le lien". Et je lui place sous le nez la première phrase de ce développement, pour lui indiquer sans ambiguïté possible, où il faut commencer à lire.
Question: pourquoi alors je lui aurais demandé, le 5 février, d'aller y voir en précisant que manifestement il ne l'a pas consulté? Réponse: parce qu'il n'y a répondu nulle part, voyons. Et si nos deux aigles à l’œil perçant avaient cliqué sur le lien, à ma demande, ils l'auraient vu, ce texte, qu'il soit placé avant ou après 5 malheureuses étoiles.
Et surtout:
faut vraiment me prendre pour un "débile", en effet, pour considérer que la partie précédant les 5 étoiles, à savoir la partie précédant ma réponse proprement dite, constituait à mes yeux une "argumentation", nécessitant que j'insiste pour qu'on y revienne parce que non consultée: c'était juste le théâtre de guignol introductif: dont je ne peux douter un seul instant qu'il en ont pris connaissance, puisque c'est un simple copié-collé de leur propre shoutbox!. Et la seule chose au fond qui les intéresse vraiment, et à quoi ils ont en effet répondu (forcément), prenant sans doute cette partie pour une "argumentation".
Je reviens donc, une deuxième fois après le 5 février, hier soir, pour leur indiquer la lune, et il ne voient, une deuxième fois, que le doigt, nos chers Dupondt. (Comme si je leur disais, donc: "ohé, pouvez-vous aller voir svp, again, le copié-collé de votre propre shoutbox, je pense que vous ne l'avez pas encore consulté!"). Ou plutôt ils déduisent aussitôt que j'attire à nouveau leur attention sur ce même doigt, auquel ils ont administré vaillamment son poison. Attendrissant duo de clowns dignes du cirque Hipparque. Dont le génie logique n'égale que la rigueur et la capacité d'attention illimitée.

L'explication de Kuni le contorsionniste lingual ne tient donc pas un micro-atome de seconde: qui espère-t-il convaincre, en incriminant ma propre confusion et détourner l'attention de son incapacité à comprendre ce que je lui explique sans relâche hier soir dans la shout? Lui-même, bien sûr, en premier lieu: auto-confirmation. En boucle close sur elle-même. Baldie-fidèle, ensuite? Mais voyons: Baldie-fidèle est prêt à embrasser n'importe quelle contorsion linguale de Kuni, n'importe quelle circularité logique, pourvu qu'elle le confirme dans la certitude d'avoir "prouvé" quelque chose que Kuni a confirmé (en s'auto-confirmant à l'infini). Selon sa belle formule, son cri du coeur: "kuni a raison, et jerzy est un sophiste!". Deux princes, quoi.

Manifestement, ni Baldanders ni Kuni n'allèrent y voir, anyway et donc. (Car s'ils avaient été y voir, derechef, y aurait eu au moins une réponse, un accusé de réception, en l'espace de trois mois, même sous la forme habituelle d'une collection de sophismes et fût-ce sous forme d'un addendum à mon dossier déjà fort lourd).

Pourquoi on m'a pas répondu? Se demandait ainsi (depuis 3 mois) l'idiot que je suis.
Deux possibilités très simples, nullement contradictoires, et pour nous résumer (à l'attention des esprit lents, à qui la répétition-again placet):

1. Parce que trop occupés, le 5 février - à me régler mon compte (again) sur le nouvel os providentiel à mordiller (le texte infâme et débile de tetsuo commenté par mes soins: on a vu le résultat, et les insultes méritées résultant de ce résultat).
2. Parce que, et ça signale bien le degré d'auto-validation façon méthode Coué de ces athlètes de la chasse aux sophistes, ils sont tellement persuadés avoir tout dit, démontré, de façon définitive, qu'ils ne semblent pas pouvoir concevoir une seconde qu'il y avait une suite possible à leur collection de pataquès d'anthologie. Aussi, malgré ma demande d'aller y lire (et donc d'y donner suite, comme on imagine), il ne se sont pas donné la peine de cliquer sur le lien, persuadés qu'à titre de "débile" ou de "délirant", ou de "pervers" enferré dans le déni ou que sais-je, je ne pouvais que leur demander de consulter une réponse qu'ils avaient déjà lue, même si (ou surtout si) j'insistais sur le fait qu'elle n'a pas été consultée.

Ce qui entraine la contradiction suivante, couronnant en un feu d'artifice éblouissant la brillante méthode kunienne du "je-n'-essaie-même-pas-de-comprendre-ce-que-vous-me-dites-, je-me-concentre-sur-vos-énoncés-au-terme-à-terme":

D) Kuni dit enfin n'avoir pris connaissance de l'existence de ce texte que ce soir-même. Et subséquemment, me soupçonne - en toute rigueur et logique (les siennes, bien sûr, il n'en connait pas d'autres) - d'avoir ajouté ce texte 3 mois après. Conclusion: une insondable tartufferie de Kuni, prince des paralogismes en tous genres: incapable de faire un mini-arrêt réflexif dans ses contorsions sémantiques, pour simplement essayer de comprendre ce que je lui dis, auto-persuadé qu'il est de camper dans l'auto-Vérité infracturable, et tout occupé à finement analyser à la loupe les énoncés qu'il a sous les yeux, en cherchant honnêtement à comprendre "où je veux en venir".

Et c'est moi le débile, c'est moi qui nage en pleine "confusion". Documentation: voir ci-dessous, l'échange dans la shout. Un sommet de pitrerie sophistique où, décidément, Kuni, l'honnête Kuni, chercheur infatigable de critères dont il ignore la nature, se surpasse dans la cécité et la surdité.]


Donc.

Pendant que Baldanders rattrape le coup, mieux vaut tard que jamais, en administrant dans la shout la nième démonstration de mes propres sophismes rigolos (ce qui nous promet une "after" qui va booster le jerk d'enfer dans les chaumières avec le retour du beau temps), ceci pour rappel, qui donne la mesure des aptitudes talentueuses de kuni pour la manipulation et le noyage de poisson en règle:


1.

(04:18:41) (534106): tiens, repassant en vol furtif, et dûment informé sur le fait que tu ne vas pas lire les specy
(04:22:19) (534106): tres, hormis depuis les copiés-collés qui t'en sont faits, je me permets, kuni, d'attirer, modestement, ton attention sur la dernière réponse en date, argumentée et déjà vieille, que j'avais faite sur la question de l'interprétation du texte de sartre. Cette réponse mannque, me semble-t-il, aux archives de la stasi. Ce qui est d'une certaine faon dommage, puisque personne ne semble en avoir pris connaissance ou à tout le moins semble s'en ficher éperdument, à juste ou injuste titre:
(04:22:48) (534106): http://spectresducinema.1fr1.net/t1192p90-de-la-confusion-conceptuelle-erigee-au-rang-de-bel-art-de-la-ratiocination-permanente
(04:24:51) (534106): Je te serai donc reconnaissant d'archiver la susdite, aux fins que cette réponse ne soit pas tout simplement abolie, en tant que bibelot purement insonore, dans l'oubli de l'oubli... d'une question fort ancienne à jamais engloutie dans les ruines de l'atlandide.
(04:26:01) (534106): sorry pour le pataquès des posts répétés, prob de clavier, là, depuis un portable à cheval sur le lit...
[...]
(18:33:03) (672926): (kuni) c'est déjà archivé depuis longtemps cette réponse Jerzy: où ça, s'il te plait? J'ai beau chercher, je ne la vois nulle part. (jerzy)
(18:34:41) (672926): Je ne parle pas des trucs de la shout, je parle, je le répète, de ma réponse qui suivait, après les cinq petites étoiles.
(18:35:43) Kuni_l'hungus: page 7 du topic qui t'est consacré dans le ring renvoit à la page 7 du topic consacré sur le forum des spectres
(18:37:07) Kuni_l'hungus: baldanders y cite ta réponse dans la sienne
(18:40:57) (672926): désolé, je ne la vois nulle part. Si tu peux me citer les premières phrases de cette réponse (je le rappelle, elle venait après les 5 étoiles dans le post de mon lien supra), nous pourrons mieux saisir si nous parlons de la même, ou d'une autre, ou d'une partie située avant ces 5 étoiles, ou d'une autre réponse faiite sur le topic d'enculture
(18:45:33) (672926): Je ne vois qu'un lieu, noyé au milieu des copiés-collés de la shout, et strictement aucun commentaire sur le contenu de cette réponse développée, hormis des comms sur ce qui la précède.
(18:47:21) (672926): Il conviendrait dès lors, par souci d'exhaustivité, de placer également cette réponse, qui commence par: "je ne souhaite toujours pas spécialement..."
(18:48:30) (672926): lire "je ne vois qu'un lien" et non un 'lieu"
(18:58:44) (672926): ça va, Kuni, tu t'y retrouves?
(19:02:48) Kuni_l'hungus: pardon je m'étais absenté
(19:02:59) Baldanders: pour aider Kuni : j'ai répondu évasivement à ton post, Jerzy, très exactement là : http://enculture.free.fr/viewtopic.php?p=26011#26011
(19:03:19) Baldanders: pourquoi évasivement ? parce qu'il me semblait t'avoir déjà répondu là : http://enculture.free.fr/viewtopic.php?p=25914&highlight=#25914
(19:03:51) Baldanders: ainsi, pour moi l'affaire était close, et ton post final ne faisait que redire ce à quoi j'avais déjà répondu
(19:04:08) Baldanders: c'est d'ailleurs pourquoi je ne remets plus le sujet Sartre sur le tapis depuis lors
(19:04:15) Kuni_l'hungus: ah, moi je la voyais là http://enculture.free.fr/viewtopic.php?p=26088#26088
(19:04:40) Kuni_l'hungus: il est vrai que cela ne présie pas "après les 5 étoiles", mais tout le message y est.
(19:04:55) Kuni_l'hungus: *précise
(19:05:38) Baldanders: je me sauve, vous vous y retrouverez bien sans moi
(19:06:14) Baldanders: (je propose un truc : on efface tout et on continue à s'engueuler sans pouvoir se référer aux textes, ça pimenterait les débats non ?)
(19:07:07) Kuni_l'hungus: de toutes façons j'ai arrêté d'éarchiver par pudeur l'autre soir
(19:07:22) Kuni_l'hungus: où jerzy paraissait si mélancolique.
(19:08:48) Kuni_l'hungus: je peux quand même répondre à une demande
(19:08:54) Kuni_l'hungus: par honnêté.
(19:09:07) Kuni_l'hungus: appremment le lien ne te convient pas jerzy. Que te faut-il?
(19:09:47) (672926): j'ai bien lu, baldanders: je répète, pour la 3è fois, tu ne réponds pas là ce développement, mais à un truc qui précède, de l'ordre de la joute hors-argumentaire. Libre à toi de considérer que le développement ultérieur, le dernier en date, daté du 15 janvier, ne fait que redire ce à quoi tu avais déjà répondu: ce n'est pas le cas. Il met en évidence au contraire des trucs auxquels tu n'as pas répondu. Et Kuni, dans ce que tu vois là (le genre de texte que tu as "sous les yeux", si tu veux) n'est pas la réponse dont je parle. C'est un peu facile, n'est-ce pas, d''éluder cette réponse d'un revers de main en disant qu'on y a déjà répondu, par prétérition, qu'elle ne fait que redire, etc. Je suppute donc que votre diifficulté à identifier clairement cette réponse, datée du 15 janvier, suggère que vous n'avez jamais pris le temps de la consulter, considérant en votre for intérieur que vous aviez administré vos "démonstrations" définitives .
(19:11:17) Kuni_l'hungus: je l'ai lue en long en large et en travers, personnellement j'avais déjà répondu par avance à ce qui m'y concernait c'est à dire pas grand chose en fait.
(19:11:23) (672926): La pudeur, à présent: comme c'est touchant. T'as tout archivé, sauf la dernière réponse développée, qui reprenait le problème et désignait précisément le noeud du sophisme logique. Par pudeur... lol
(19:11:50) Kuni_l'hungus: non je parle de l'autre soir avec les posts "vous me dégoutez"
(19:12:16) Kuni_l'hungus: il y a une semaine à peu près en chat machine
(19:12:59) Kuni_l'hungus: et dans ce que je vois là, (le genre de texte que j'ai sous les yeux) on trouve bien la réponse aux 5 étoiles
(19:14:55) Kuni_l'hungus: après, que baldanders l'ait élud est une autre prblème. Cesse d'éluder, Baldanders!
(19:15:26) (672926): Facile, ça, Kuni: tu DIS que tu as répondu par avance, mais c'est faux, puisque ce à quoi tu CROIS avoir répondu par avance, cette réponse met en évidence que ta réponse par avance ne fait que repéter le même paralogisme, qu'il fallait bien mettre une nouvelle fois en évidence. Mais bien sûr, ne voyant sous tes yeux que les certitudes dont tu es pénétré, tu n'as pas réellement cette réponse: tu as lu ta réponse "par avance" à des objections auxquelles TU estimes, magnanimement, avoir déjà administé leur poison. Ceci témoigne, faut-il le dire, d'une certaine conception de la méthode, et de la rigueur, qu'on voudra bien mettre sur le compte de la distraction, en plus de la pudeur.
(19:16:32) Kuni_l'hungus: Alors... reprenons les choses une par une.
(19:16:58) Kuni_l'hungus: Dans cette réponse, tu t'adresses trè-ès peu à moi, déjà. D'ailleurs je ne reitens pas l'attention.
(19:17:06) (672926): Où vois-tu, diable, dans ton lien, ma réponse qui venait après les 5 étoiles?
(19:18:50) Kuni_l'hungus: * * * * * Je ne souhaite toujours pas spécialement tenter d'expliquer à Baldanders ce qu'il est susceptible de ne toujours pas comprendre. Mais il ne faut jamais dire fontaine je ne boirai plus ton lait opaque de l'inhumaine tendresse. Et puisque Kuni se plait à imaginer qu'il me l'a "mise bien profonde", je tiens en réserve la suite et fin du démontage rigoureux de ce jeu rhétorique.
(19:19:01) Kuni_l'hungus: ce qui commence par ce paragraphe
(19:19:11) Kuni_l'hungus: suit bien 5 étoiles
(19:19:17) Kuni_l'hungus: c'est à cela que tu fais référence?
(19:19:48) (672926): c'est ça, tu vas "argumenter" sur des éléments tertiaires, qui concernent les adresses personnelles moqueuses aux deux contradicteurs, tu prendras soin d'éviter le coprs de la démonstration. Car la première partie revient sur ta propre "démo", où tu fais toi même, comme baldanders, un usage parfaitement contradictoire de la notion d'inconscient: cette contradiction logique autorisant de je ne jamais buter sur mon objection.
(19:20:02) (672926): Oui
(19:21:22) Kuni_l'hungus: ok donc elle y est.
(19:22:00) Kuni_l'hungus: je vais relire ce à quoi il parait que je n'ai pas répondu
(19:22:50) Kuni_l'hungus: mais dans mes souvenirs, cette réponse faisait appel aux mêmes réduction des mnifestations de l'inconscient aux lapsus et actes manqués à quoi j'avais répondu par la sublimation
(19:26:22) (672926): Non, elle n'y est pas: tu te moques de qui, là? Y a juste un simple lien, et ce qui entoure ce lien évite de prendre en compte tout le corps du développement. Maintenant, quand tu auras reconnu cette élision en bonne et due forme, il faudra encore répondre point par point, sans tronçonner le contenu de cette réponses en parties non causalement liées, pour administrer à chacune un traitement localisée qui rend inintelligible la globalité du raisonnement. Et bien sûr, ce n'est pas dans la shout, dont je connais l'usage (à savoir tronçonner des bouts de phrase, les isoler, etc), qu'une réponse rigoureuse, méthodique, honnête peut être espérée.
(19:27:40) Kuni_l'hungus: bah je la prends dans le même lien
(19:28:26) Kuni_l'hungus: et comme je précise, nulle part n'est précisé "lire cette réponse à partir des 5 étoiles je te le concède
(19:29:00) Kuni_l'hungus: que veux tu que je fasse? que je mette un renvoi à partir des 5 étoiles?
(19:29:12) Kuni_l'hungus: dans la dernière page du topic?
(19:29:41) Kuni_l'hungus: ça ce n'est pas dans mes capacités, je ne peux que mettre un renvoi à un message.
(19:32:15) (672926): Tes souvenirs sont honorables, mais les souvenirs... Et non, ça ne parle pas que de lapsus et actes manqués: le noeud du problème y est exposé de façon nette: cad au delà des nuances que vous avez apporté l'un et l'autre entre "déguisement voilé" ou "à peine" voilé. J'explique que "voilé/dissimulé" "à peine" ou "non", cette nuance n'est pas opératoire. C'est toute l'antinomie de postuler, dans l'interprétation et la lecture qui s'ensuit, la coexistence paralogique d'une intention de dire non intentionnelle, d'une volonté involontaire, d'une inconscience consciente: et ce ne sont pas là affaire que de mots accessoires. C'est toute la démo de B qui s'effrite point par point, démo à laquelle tu t'es efforcé bravement de prêter main forte, en cherchant à ton tour à établir que qui faisait de la rhétorique sophistique, là, sinon moi?
(19:33:41) Kuni_l'hungus: attends faut que j'aille voir où es-ce que je je dis que cet "à peine" est important
(19:34:00) Kuni_l'hungus: t'es un grand malade
(19:36:49) (672926): "ça ce n'est pas dans mes capacités, je ne peux que mettre un renvoi à un message." Oui, Kuni, je vois... Tu as la capacité de mettre un texte sous les yeux, mais étrangement, dans certaines occasions, y a comme un blocage. Ah oui, ne te focalise pas sur le "terme" à "terme", seule chose que tu saches faire: prends bien en compte la logique du raisonnement dans sa globalité, au lieu d'isoler des parties et les traiter en unités de sens indépendantes. Tu tentais de faire valoir la réponse de baldanders en reprenant toi même le postulat, non interrogé dans sa cohérence, d'un Inconscient.
(19:37:04) Hello--Kitty: parenthèse: http://www.mediapart.fr/files/cqfd_2013.JPG
(19:37:37) Kuni_l'hungus: le truc c'est que jamais je n'affirme que cette distionction est opératoire, et jamais je ne me repose dessus
(19:38:49) Kuni_l'hungus: et oui en effet je ne peux pas isoler une partie de message, c'est téchniquement impossible, non.t'es un marrant toi. Tu fais un gros tas en editant et tu viens nous revoir trois mois après en disant qu'en reprenant ton moessage il n'apparaît pas monté comme tu le souhaitais?
(19:39:46) Kuni_l'hungus: bon si tu veux, ce que je peux faire c'est simplement tout citer à partir des étoiles et le mettre en fin de topic.
(19:39:50) Kuni_l'hungus: Ca tre va?
(19:40:48) (672926): On poursuivra, je le redis (en tant que grand malade que personne ne lit attentivement) que la shout, son usage (voir plus haut), ne peuvent en aucune façon être le lien d'une argumention rigoureuse. Donc il faudra se fendre d'un développement suivi et articulé, chez kuni, non de tronçons isolationnistes lâchés dans la shout, qui pointent tel élement x tout en éludant un élement y, comme l'atteste ta méthode.
(19:41:54) Kuni_l'hungus: bah là le tronçon isolationniste c'est toi qui me le demandes
(19:43:13) (672926): " ça ce n'est pas dans mes capacités, je ne peux que mettre un renvoi à un message." : tu ne sais pas faire un copié-collé de cette réponse, qui vient après les étoiles? Tu veux dire que c'est techniquement impossible de faire le copié-collé de ce texte? Je ne fais pas un gros tas: je remarque, et je remarque depuis longtemps, que cette réponse est absente du dossier.
(19:48:09) (672926): "tu viens nous revoir trois mois après en disant qu'en reprenant ton moessage il n'apparaît pas monté comme tu le souhaitais?" ---> encore une fois, de qui te moques-tu? Cette réponse a été rédigée il y a 3 mois, il suffisait de la copier-coller, ce qui est la chose la plus possible techniquement au monde. Mais tu ne l'as pas fait, alors que tu copies colles tout le reste. Et tu viens dire maintenant que je dis que mon "message n'apparait pas monté comme je le souhaitais"? Qui parle de "montage", ici, sinon toi? Moi, j'appelle montage le fait d'éluder complètement une réponse argumentée et longue. Il n'est nullement question de ce que "moi", je souhaite: je ne souhaite rien, aucun "montage" qui soi-disant m'arrangerait... Qu'est-ce que c'est que cette rhétorique insinuante qui ne cherche, là encore, qu'à noyer le poisson à coups de sophismes plus ou moins subtils?
(19:57:12) (672926): Et qu'elle date de trois mois, chacun qui l'a lue pourra en témoigner. Qu'elle ne fut jamais prise en compte il y a 3 mois par vous, ça n'implique nulle part, sauf dans une forme de malhonnêteté intellectuelle usant de tous les sophismes possibles pour se dédouaner, que "je reviens trois mois après en disant que reprenant mon message il n'apparait pas monté comme je le souhaitais? Je ne souhaitais pas qu'il fut "monté", au contraire. Je souhaitais qu'il soit reproduit. Il ne l'a pas été. Et c'est moi que tu accuses indirectement de montage, dirait-on. Cerise sur le gâteau, tu m'expliques à présent qu'il t'est techniquement impossible d'isoler une partie de message: quelle tartufferie, kuni: il ne s'agit nulle part d'isoler une partie de message, mais de simplement copier-coller un texte suivi, qui forme un tout délimité, et dont il est bien au contraire impossible d'isoler une partie. Et cela, tu ne l'as jamais fait. Tu t'étonnes donc que trois mois après, je m'étonne encore que cette réponse n'ait jamais été archivée?
(20:02:01) (672926): Là-dessus, je vous laisse opérer toutes les manipes rhétoriques auxquelles vous êtes tellement habitués que vous les prenez visiblement pour des "argumentations". Il est assez clair, pour moi, qu'on ne peut pas vraiment compter ici sur une forme d'honnêteté dans la conduite d'un débat: tout est perpétuellement déformé pour "éviter". L'évitement, bien sûr, qualité que tu ne cesses de m'attribuer, chez kuni: j'évite, en permanence, tes "arguments" si gênants pour moi. Bien sûr. Tant leur rigueur impartiale ont mis à nu, à chaque fois, mon imposture sur laquelle je tiens tant à m'aveugler....
(20:03:05) (672926): Donc, t'as raison, je suis un grand malade. Là-dessus, bonne soirée. Je mets pas de smileys, parce qu'ici, les smileys ont vraiment une sale tronche.



Dernière édition par Baudouin II de Barvaux le Sam 6 Avr 2013 - 18:47, édité 34 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Ven 5 Avr 2013 - 23:47

2.

(23:22:17) Kuni_l'hungus: t'es un grand malade et ta volonté d'apparaître comme grand vainqueur de je ne sais quoi t'emmène à te perdre dans le nonsens
(23:26:18) Kuni_l'hungus: Oui je m'étonne que trois mois après, tu t'etonnes qu'elle n'ait jamais été archivée, car elle l'a été telle quelle. Le message est reproduit, oui, il apparait tel qu'il est dans le lien... qui revoit justement au message.. tel qu'il est (puisque c'est le lieu... du lien).
(23:27:26) Kuni_l'hungus: "Mais tu ne l'as pas fait, alors que tu copies colles tout le reste". encore une confusion, puisque tu assimiles dans un tout très vague des choses très différentes.
(23:28:43) Kuni_l'hungus: Je copie colle les passages de chat machine et je renvois à des liens quand les messages se font en topic.
(23:31:47) Kuni_l'hungus: je ne vois pas pourquoi copier coller dans ce cas là puisque la réponse est telle quelle dans le topic (d'autant qu'avec les multiples edits on pourrait manquer un nouveau changement) quoiqu'il en soit malgré la belle confusionnite que tu nous fais là dans un grand tout qui rassemble n'importe quoi (encore une fois) je ne copie colle pas des messages entiers lorsuq'ils apparaissent dans un topic et que je peux y référer directement
(23:35:16) Kuni_l'hungus: et là où cela dievent un non sens c'est lorsqu'il apparait que nous aurions dû citer le message après les fameuses 5 étoiles, comme si nous pouvions savoir, malgré l'unité du message que c'était ici que ce situait ce qu'il fallait copier.
(23:35:28) Kuni_l'hungus: c'est débile.
(23:39:10) Kuni_l'hungus: et comme si maintenant cela devait être une stratégie réthorique que de mettre le lien vers un message dans sa complétude, au lieu d'en isoler une partie comme tu ne l'as pas fait toi-même
(23:41:01) Kuni_l'hungus: c'est n'importe quoi, là
(23:41:11) Kuni_l'hungus: non seulement c'est réthorique ais c'est complètement débile.
(23:43:16) Kuni_l'hungus: enfin trois mois après, oui tu reviens nous dire, en dépit de tout bon sens qu'il aurait fallu que nous copiions trois mois avant cette partie spécifiquement sans le reste? Tout ça pour quoi? pour laisser appraiître en dernier lieu la partie d'un de tes messages à laquelle nous n'aurons pas répondu, après tout ce que tu as éludé des nôtres?
(23:43:26) Kuni_l'hungus: et là ce n'est pas de la réthorique bien sûr
(23:44:02) Kuni_l'hungus: ...
(23:44:52) Kuni_l'hungus: ni même un procédé d'affichage pour montrer que "haha nous ne répondons pas à tes messages, la preuve celui-ci vous avez raté cette partie, or c'est ici tout ce qui fait la force de ma démonstration"
(23:46:03) Kuni_l'hungus: non pas du tout...
(23:47:08) Kuni_l'hungus: mais tu sais quoi? Je vais copier ton message. Ainsi que tout lereste bien entendu pour que l'on observe la stratégie par laquelle tu cherches à faire apparaître en dernier lieu que c'est nous qui ne répodons pas.
(23:47:39) Kuni_l'hungus: et oui dans une arguentation générale avec tout ce que nous nous sommes dits, je n'ai peut-être pas répondu à toutes les parties en même temps tu as ésquivé toutes les meinnes.
(23:48:01) Kuni_l'hungus: D'ailleurs je ne sais pas si je me suis exprimé à ce sujet là depuis ton fameux message aux 5 étoiles.
(23:48:04) Kuni_l'hungus: j'en sais rien.
(23:48:28) Kuni_l'hungus: je m'en branle en fait, parce qu'il y avait aussi avant un message de ma part auquel tu ne répondais pas.
(23:48:41) Kuni_l'hungus: mais on va mettre le tien en dernier tsé.
(23:49:06) Kuni_l'hungus: avec cette réclamation débile.
(23:49:13) Kuni_l'hungus: et surtout pitoyable.
(23:50:16) Kuni_l'hungus: d'un petit garçon qui vient en effet trois mois après réclamer ce qu'il aurait dû obtenir trois mois avant alors que personne ne pouvait savoir qu'une partie spécifique de son message devait ressortir.
(23:51:21) (738645): Parmi l'enfilade de sophismes dénégatifs offerts en colliers de perles par kuni, notons celui-ci en passant:
(23:51:25) (738645): et là où cela dievent un non sens c'est lorsqu'il apparait que nous aurions dû citer le message après les fameuses 5 étoiles, comme si nous pouvions savoir, malgré l'unité du message que c'était ici que ce situait ce qu'il fallait copier.
(23:51:29) Kuni_l'hungus: d'un pauvre type qui reivient trois mois après pour qu'on remonte ses messages (oui c'est moi qui parle de montage et alors? C'est toi qui veux qu'on remonte c'est toi qui veux qu'on isole une partie comme tu le veux, c'est toi qui veuwx qu'on réarrange les choses)
(23:51:29) (738645): dit kuni.
(23:52:38) Kuni_l'hungus: ça pour quoi?
(23:52:44) Kuni_l'hungus: Une simple rpésentation
(23:53:36) (738645): Il est fort curieux, surprenant, que kuni, qui ne cesse de me rappeler que, fort d'une rigueur que je n'aurais jamais, et soucieux de voir tout ce que moi j'évite en permanence, "oublie" soudain que cette réponse, venant après les trois étoiles, j'en avais fait MENTION dans l'échange ancien, dans la SHOUT, où je demandais expressément à mes deux amis contradicteurs de bien vouloir en rendre compte.
(23:54:14) Kuni_l'hungus: hein?
(23:54:16) Kuni_l'hungus: quand?
(23:54:34) (738645): tu veux que je te cite le passage, je suppose.
(23:54:47) Kuni_l'hungus: la premièère fois que j'ai entendu parler de ces étoiles en chat machine c'est ce soir
(23:54:55) Kuni_l'hungus: ou hier je sais plus t'en avais peut-être djà parlé
(23:55:11) Kuni_l'hungus: mais certainement pas à l'époque non
(23:55:55) Kuni_l'hungus: et comme tu le dis, à l'époque je copiais "TOUT" (ce que je reprécise en "tous les passages de chat machine"), donc ce serait aisément trouvable
(23:56:36) Kuni_l'hungus: en plus si vraiment tu avais voulu que cette partie ressorte isolément tu aurais édité ton messafge et recopié la partie spécifique dans un autre message, faut pas déconner.
(23:57:17) Kuni_l'hungus: mais non tu te gardais peut-être ce réarrangement pour trois mois après en nous accusant de ne pas l'avoir fait
(23:59:39) (738645): 5 février, lors de la relance par la grâce de l'affaire tetsuo, de l'entreprise rigoureuse et méthodique d'établissement de ma sophistique frauduleuse, et consultable en tes archives, ceci:
(23:59:43) (738645): Quant à Baldanders, qui ne sait que mitrailler des phrases, concevant une argumentation comme une interruption du discours des autres, une intimidation permanente, je rappelle que sa sophistique rhétorique sur un passage de sartre a été démontrée à nouveau, dans le détail. Il ne l'a visiblement pas consultée, aussi je vais placer le lien, à partir duquel il pourra s'adonner à son sport favori: démembrer les phrases puis les réagencer jusqu'à ce qu'elles disent ce son imaginaire tout puissant leur fait dire Je ne souhaite toujours pas spécialement tenter d'expliquer à Baldanders ce qu'il est susceptible de ne toujours pas comprendre.: http://spectresducinema.1fr1.net/t1192p90-de-la-confusion-conceptuelle-erigee-au-rang-de-bel-art-de-la-ratiocination-permanente
(23:59:46) Kuni_l'hungus: mais donc pour continuer sur cette histoire de présentation, il aura bien du mal à présent à faire croire que tout cela n'est pas qu'une affaire de réthorique et d'apparence
(00:00:31) Kuni_l'hungus: et bah quoi? y a une mention à tes gourmet 5 étoiles de merde là dedans?
(00:00:58) Kuni_l'hungus: une mention à la partie du message spécifique?
(00:00:59) (738645): et kuni, ce post, tous les lecteurs qui l'ont consulté, pas seulement à ma demande explicite ici même le 5 février donc, a été posté le 14 janvier, et quelques coquilles rééditée le 15.
(00:01:19) Kuni_l'hungus: lol. en touche.
(00:01:44) Kuni_l'hungus: à quelle débilité t'en es mon pauvre.
(00:03:14) Kuni_l'hungus: bon je reviens je vais baiser
(00:03:19) (738645): Maintenant kuni, alors même que tu prétends, ici même, avoir LU ce texte et long, en large et en travers, y avoir répondu par avance, voilà en même temps que tu soutiens à présent: comment pouvais-je savoir qu'il fallait prendre ce texte en compte, puisqu'il n''était écrit nulle part qu'il fallait consulter ce qui venait après les 5 étoiles. Or j'avais fait encore d'autres rappels.
(00:03:40) Kuni_l'hungus: putain mais tu la vois même pas ta confusion là?????
(00:03:51) Kuni_l'hungus: bref je vais baiser
(00:03:56) Kuni_l'hungus: à dans deux heures
(00:04:45) (738645): Oui, bien sûr, Kuni: tout ça pour éviter de discuter sur le FOND, l'argumentation, pour EVITER, comme tu aimes à dire, et t'accorder magnanimement cette rigueur que je n'aurais jamais, expédié d'un revers de main tous mes sophismes énormes, si énormes, n'hésitant pas, en outre, à suggérer que moi, je fais du MONTAGE
(00:08:29) (738645): Bien sûr, traite moi de débile, n'hésite pas à prendre à témoin "tout le monde", qui aura bien vu à quel point je me rends "ridicule", et ne t'étonne pas en passant de recevoir le qualificatif d'imbécile: la réalité est là, incontestable: cette réponse, plusieurs fois rappelée, n'a jamais été reproduite, pour être discutée en tant que somme d'énoncés, puisque c'est ta grande qualité, d'analyser les énoncés. Juste mentionnée en lien, comme je l'avais fait moi-même, pour recevoir, comme unique "feedback", un expéditif: "on a déjà répondu"
(00:10:23) (738645): je te laisse te débrouiller dans cette somme de plus en plus ubuesque de mensonges, de manipes, de contorsions, destinées à EVITER, une fois de plus, comme il en fut toujours, de ta TOTALE incompétence à te livrer à une analyse de textes, d'énoncés, et de ta TOTALE malhonnêteté, consistant à projetter cette lacune irrémédiable sur ma pomme.
(00:15:24) (738645): Franchement, qu'imagines-tu? Qu'avec ta petite sophistique élémentaire d'éristiqueur d'arrière boutique, tu vas vraiment, dans cette entreprise d'auto-confirmation tournant depuis longtemps à la farce pure et simple, tu as rendu justice de mes objections, renvoyées, elles, à de purs sophismes? Permets de te dire, cher Kuni, pour reprendre une formule qui t'est chère: tout le monde pourra constater que tu ne cesses de noyer le poisson de façon incroyablement grossière, dont la moindre n'est pas de tenter pathétiquement de me faire passer ici pour un débile qui ne verrait pas, dans les archives, sa réponse dernière, pas même "analysée" (au prétexte qu'elle l'avait déjà été, ou alors, au prétexte faux qu'elle n'était pas connue)
(00:16:57) (738645): réponse qui ne s'y trouve pas, et alors même que tu rappelles avec auto-conviction que toi, ton truc, c'est de t'en tenir aux énoncés, strictement.
(00:20:55) (738645): Y a pas de: "à dans deux heures". Cette grosse entreprise drôlatique et anthologique consistant à en finir une fois pour toutes avec jerzy p comme pervers, pourrave, pele-mele, dis toi bien qu'elle est destinée à ne jamais finir. De la même manière que ta propre façon de noyer, sous le tapis, et sur mon dos, ta totale incompétence à saisir un simple problème de contradiction logique, use sans fin, des mêmes trucs et ficelles, pour éviter, c'est bien le mot conclusif, toute espèce d'argumentation rigoureuse
(00:24:21) (738645): surtout si monsieur ne lit pas, ou alors les énoncés qu'il a choisi de lire: en fonction de sa recherche de critères, une recherche rigoureuse: il sélectionne les énoncés qu'il "lit", les autres n'existant tout simplement pas: et même quand on le prie à plusieurs reprises d'aller y jetter un oeil: il vous dit, alternativement dans le même élan: j'ai déjà répondu en long et en large ET je prends seulement ce soir de l'existence de ce texte.
(00:29:21) (738645): La méthode de Kuni, sa recherche de critères, son amour de la rigueur, louable certainement, a ceci d'extrêmement curieux qu'elle se fonde sur l'examen de certains énoncés, uniquement ceux qu'on place apparemment sous ses yeux, sans souci des autres: une méthodologie élémentaire commanderait à tout "contradicteur" rigoureux de tenir compte de tous les élements d'une discussion; de les chercher de lui-même, d'aller lire le forum à côté, en fonction d'un rappel fait, pour consultation. Mais non: Kuni se contente de ce qui passe sous ses yeux, uniquement sous ses yeux: il ne s'intéresse pas à ce qui s'écrit ailleurs. Il le lui dit lui-même dans un bel élan d'humilité désinteressée: je ne lis que les liens qu'on me place sous les yeux. Hélas, pas tous.
(00:34:37) (738645): Et même quand on le lui rappelle, pour une deuxième voire une troisième fois: il évite le tout en déclarant soit les avoir déjà lu, y avoir déjà répondu (donc c'est pas la peine), soit qu'il n'en connaissait pas l'existence, alors même qu'on l'en lui avait déjà informée de façon insistante. Et pour quelle issue prévisible: laissez-moi deviner. Kuni va certainement sophistiquer quelque chose du genre: "ouaih, j'ai lu, là, et en effet, pas la peine de répondre, il répète les mêmes sophismes auxquels j'ai déjà rigoureusement répondu, tout le monde l'a bien vu, sauf jerzy qui lui, comme d'habitude, évite mes pertinentes démonstrations, préférant se fermer les yeux, nier, dénier, pourvu qu'il entretienne l'illusion d'avoir raison. Pauvre homme...A-t-il conscience de se rendre à ce point ridicule?", etc etc etc
(00:36:55) (738645): S'il s'en trouve, et ne doutant pas qu'il s'en trouve, pour prendre des vessies pour des lanternes, et accorder fois aux multiples, et il faut le dire lamentables manipulations sophistiques de kuni, qui ne sont que les syllogismes de la mauvaise foi érigés en science inexacte pure, tant mieux pour eux.
(00:37:11) (738645): Mais il n'en a pas encore fini. Et ce sera pas pour ce soir.
(00:37:16) (738645): Bye.
(00:42:41) (815594): PS, just in case. Va re-consulter tes propres archives, Kuni: ce passage, donc, du 5 février: "Quant à Baldanders, qui ne sait que mitrailler des phrases, concevant une argumentation comme une interruption du discours des autres, une intimidation permanente, je rappelle que sa sophistique rhétorique sur un passage de sartre a été démontrée à nouveau, dans le détail. Il ne l'a visiblement pas consultée, aussi je vais placer le lien, à partir duquel il pourra s'adonner à son sport favori: démembrer les phrases puis les réagencer jusqu'à ce qu'elles disent ce son imaginaire tout puissant leur fait dire Je ne souhaite toujours pas spécialement tenter d'expliquer à Baldanders ce qu'il est susceptible de ne toujours pas comprendre.: http://spectresducinema.1fr1.net/t1192p90-de-la-confusion-conceptuelle-erigee-au-rang-de-bel-art-de-la-ratiocination-permanente"
(00:45:39) (815594): Comment expliques-tu que la première phrase, que je cite pour situer le lecteur, (qui) se trouve après les 5 étoiles, se trouve dans tes propres archives? Maintenant, tu as le front d'accuser, moi, d'avoir simplement bidonné, si je comprends bien, en ajoutant par la suite cette réponse là? Puisqu'en fait, une fois de plus, tu me traites simplement de menteur, suspectes à nouveau ma malhonnêteté, il faut donc que j'en appelle à des lecteurs externes, qui confirmeront bien que ce texte a été intégralement posté le 14 janvier, et légèrement corrigé de ces coquilles le 15. Bien sûr, il faudra aussi soupçonner qu'ils mentent.
(00:51:05) (815594): nous terminons donc en repplaçant sous les yeux de kuni une de ses cabrioles: "mais non tu te gardais peut-être ce réarrangement pour trois mois après en nous accusant de ne pas l'avoir fait"
(00:51:15) (815594): A méditer. Bonne nuit, cette fois.





Dernière édition par Baudouin II de Barvaux le Sam 6 Avr 2013 - 18:48, édité 4 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Ven 5 Avr 2013 - 23:52

Que Baldanders (qui véritablement ne doute pas qu'il détient rigoureusement les critères que Kuni cherche encore) prenne soin de demander à son palefrenier dévoué d'archiver sa brillante démo, qu'il qualifie avec une magnamité émouvante (et validée par Kuni) de consciencieuse (ici, je me retiens de pouffer). Ce serait dommage qu'elle se perde dans les tuyaux d'évacuation de la lessiveuse. Car je vais pas dilapider mon énergie séance tenante, dans l'urgence taraudante de l'instant pulsionnel, à tenter d'en démêler toutes les onctueuses arabesques, toujours plus torsadées.


On y accordera bien sûr, en prenant le temps qu'il faut, toute la rigoureuse attention qu'elle mérite, même s'il confesse lui-même avoir autre chose à faire, ce qui l'honore. Je formule donc le vœu qu'il puisse enfin s'occuper d'autre chose. Comme moi, qui, malgré mon désœuvrement, ai bien des tâches importantes à accomplir. Mais comme c'est parti, cette redistribution de temps libre n'est pas encore à l'ordre du jour, au ministère du même nom.
Certes, et selon le noble projet de longue haleine qui retient l'attention de tout-le-monde-de-5-allez-6-allez-7-personnes, c'est pour en finir avec jerzy P comme Perdu Perrave Pêle-mêle. Ce qui suggère, bien sûr, qu'aussi longtemps qu'on en a pas fini d'en finir, ben... ça continue de finir.

Bon, allez, un ptit streaming. rhzz.

Bonne nuit les gars. Very Happy


PS: J'adresse ou je n'adresse pas là-bas à Kuni la prière express d'aller lire ce que je réponds ici? Supposant que désormais, informé de l'existence d'un monde forumique extérieur à sa petite shout moelleuse, il viendra me lire de lui-même sans y être invité par pneumatique... Bon ok, je le préviens quand-même. Un homme averti deux fois en vaut quatre.

Dans l'attente que Baldanders le prenne par la main, en lui murmurant: viens, kuni, allons-y voir, n'aie crainte; comme je te l'ai expliqué, ce n'est pas vrai qu'on tombe dans le vide après l'onglet, là-bas; tu risques rien, c'est juste un onglet, ton pc va pas exploser. Siii, fais moi confiance, allons, je te mentirais pas, et pourquoi d'ailleurs? - Nan, je veux pas! Je m'intéresse qu'aux énoncés qu'on met sous mes yeux! Sinon ça m'intéresse pas, je veux pas le savoir! - Mais Kuni, je t'assure, c'est intéressant! - Naaan naaan, j'entends rien-eu. - OoooOh Kuni, viens voir, à la fenêtre, une belle bleue! Puis une belle mauve! - Même pas vrai-eu, et d'ailleurs j'entends rien-eu, je vois rien-eu. Etc

PS2: par anticipation paranoïde: ne tentez pas de bidouiller les archives en y insérant après-coup cette fameuse réponse qui y manquait, comme dument rappelé. Dans l'espoir, avant un naufrage inévitable, inexorable, promis à votre horizon de sophistiqueurs d'opérette syldave, de "prouver" que c'était sous mes yeux mais qu'aveuglé par la mauvaise-foi, je ne l'avais pas vu. J'ai bien sûr archivé préalablement vos propres archives, just in case, si des modifs apparaissaient entre-temps.
On est jamais trop prudent, surtout quand on constate le niveau de haute-performance acquis par Kuni dans l'art de la manipe (inconsciente, si on croit à l'inconscient; fruit de la mauvaise foi si on n'y croit pas; ou résultant d'un phénomène désigné sous le terme peu avenant "d'imbécilité", si comme les "débiles" on ne croit ni à l'un ni à l'autre).
Signé: colonel Sponsz.




(... mon dieu, comme c'est triste, lui qui promettait pourtant, il y a dix ans... Ce pauvre malheureux a sombré dans le déni, l'évitement pathologique, la folie... Se rend-il compte qu'il est ridicule, baldie? - Je sais pas mon kuni. Tu sais, faut pas trop chercher à comprendre ce qui se passe dans la tête d'un fou, on peut y laisser la santé. Ce sont des mystères étranges, vois-tu, qui nous dépassent. Nous sommes attirés par ces maléfices, qui titillent en nous notre face obscure. - oui, tu as raison, baldie... C'est effrayant, non? Oh je veux rentrer à la maison, tout de suite! - N'aie pas peur mon kuni, je suis là, je te protège. Ne t'ai-je pas promis de toujours te protéger, toi qui m'a appris à bien lire les philosophes, et débusquer les sophismes? Prends ma main, et ce rutabaga mou... - Oooh Baldie... que serais-je sans toi que ce balbutiement? - Ne sois pas modeste mon kuni, tu m'as tout appris, tu es mon maitre, mon maitre et mon ami.- OooOOoh, embrasse-moi you fool... )

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Dim 12 Mai 2013 - 3:03

L'archive ci-dessous contient tout ce qu'un lecteur/posteur non connecté à enculture peut lire dans "le chat machine".

Kuni me parle de ses fameux "messages privés" adressés de façon "privée" à un posteur/numéro non connecté, cad que lui seul peut voir sur son écran. Et il insiste, malgré le fait que je le lui explique, fasse le copié-collé de ce que je vois sur mon écran, et qui ne montre aucun "message privé" que moi seul pourrais lire. Il continue à soutenir, à 2h22, que je n'ai qu'à consulter son message privé (que moi seul pourrais lire) de 1h03.
Je lui indique que non.
Tout ce que je vois étant contenu dans l'archive ci-dessous.

Pourtant, Kuni a continué à poster ses messages dits "privés" pendant cet échange, pour m'en faire la démonstration: par exemple, il m'explique à 2h10'46'' qu'il m'a adressé un message "privé" à 2h10'2 - qu'il le voit, lui, et que personne d'autre ne peut lire sauf moi: or l'archive en témoigne, ça n'apparaît nulle part. J'ai cependant vu, de ci de là, au cours de cette démo, des post éclater furtivement sur l'écran pendant une seconde puis se volatiliser aussitôt - et que je n'ai en conséquence jamais pu lire.
En fait, les seules occurrences de "murmures adressés à l'oreille" (du numéro anonyme qui suis seul, m'explique-t-il, à les lire) que je lis sont les copiés-collés par Kuni, aux fin de sa démonstration, de ses "murmures adressés à l'oreille", postérieurs donc aux dits "murmures".





(10:31:54) Zahad_le_rouge: Black moon, aussi, non?
(12:05:15) Trollope: Black Moon, c'est bien sur le papier, comme disent les journalistes sportifs, mais c'est un peu contraint je trouve
(13:48:55) (169773): " Leur histoire a pris tout le monde de court. Aujourd’hui, Sophie Davant est heureuse d’affirmer qu’elle partage une belle histoire avec l’écrivain Erik Orsenna. "
(13:54:43) (169773): " Elle écrit simplement une nouvelle page de sa vie. Et qui de mieux placé qu’un académicien pour l’y aider ? " Est-il écrit aussi.
(13:54:52) (169773): Bon, le suppo...
(17:04:22) (662124): vu Holly Motor
(17:04:59) (662124): pas génial et superficiel, même si j'ai bien aimé les deux scènes où Lavant est père (avec sa fille, puis les singes)
(17:05:31) (662124): dans la scène avec les singes il dit "j'ai une grande nouvelle, ntre vie va chaanger"
(17:05:37) (662124): mais sans dire laquelle
(17:06:00) (662124): à moins que cela soit la vérité de la scène suivante, quand les limousins annoncent la mort de la machine
(17:06:35) (662124): il y a une opposition entre une famille d'animaux, qui sont dans la routine, mais sans conscience de la mort
(17:12:08) (285449): et où le sens se transmet sans parole
(17:12:34) (285449): avec une société de machine, où il ya de l'irréductible, plusieurs langues
(17:12:51) (285449): mais dont le seul objet de conscience c'est la mort
(17:13:21) (285449): le film est réactionnaire car il reconstruit l'humanisme de la machine qui n'était pas perçu tel dans le XXèe siècle
(17:14:14) (285449): l'idée que la civilisation, c'est une suture ou une simultanéité entre ce qui est de l'ordre de la répétition, de la routine, et la mort
(17:14:28) (285449): que le cinéma incarne et qu'Internet déconstruit
(17:15:16) (285449): il y aussi cette idée française: il n'y a de choix qu'entre le naturalisme, ou le fait d'énoncer soit même le sens de son action
(17:15:46) (285449): le personnage de la fille est assez beau car il n'y a pas de raison, pas de sens à so comportement
(17:16:15) (285449): mais le film l'abandonne, son père lui indique que c'est cette absence de raison qu'elle doit surmonter pour être vraiment sa fill
(17:16:16) (285449): r
(17:16:59) (285449): fin du sketch
(17:17:34) (285449): pas de différence entre le réel et l'injonction de grandir et d'assumer une filiation
(17:18:08) (285449): la filiation est plus objective qu'un désir
(17:19:48) (285449): du point de vue du film
(17:21:11) (285449): les personnages de Lavant et Piccoli postulent la mort du cinéma pour le faire échapper à sa limite
(17:21:41) (285449): qu'il a besoin de répétition, de décors, de post production, qu'il créée uen durée artifcielle
(17:22:25) (285449): il jaouse plutôt qu'il ne critique le point de vue des caméras de surveillance, qui crééent la possibiltié d'un "cinéma in vivo" comme dit Badlandaers
(17:23:32) (285449): "rien ne sert de lutter contre une paranoï qui est déjà là, déjà notre passé"
(17:24:23) (285449): mais ce qui fait l'objet de cette capture en temps réel est de la mémoire, du cliché
(17:24:46) (285449): la Samaritaine, les catacombes du Père Lahaise
(17:25:06) (285449): Lachaise
(17:25:30) (285449): la noirceur du film c'est que même la mort nedérge pas à l'idée d'une surveillance permanente
(17:25:55) (285449): cette permanence est l'inconscient du cinéma, et le désir de la télé surveillance
(17:26:28) (285449): en fait le film reconstruit un chaînon manquant dans la filiation qui irait de Méliès àla CCTV
(17:27:02) (285449): c'est le croisement de Michel Bouret et de Guy MAddin
(17:27:38) (285449): ne déroge
(18:15:54) (469211): (cette prose chaotique et parfaitement incompréhensible, qu'on croirait torchée par un hémiplégique directement avec le postérieur, alors qu'il cherchait un bidet qu'il n'avait jamais trouvé, comme David Vincent: on aura reconnu le fort dispensable tony le mort, beek. Qui en sus est à la coquille ce que le saint bernard est à l'hermite. Oui, je sais: meuh.
(18:17:21) (469211): Erratum: "que jamais il ne trouva"
(18:52:44) (824345): tu sais reconnaître les numéros à ême leur rose, jerzy?
(19:34:27) (824345): *prose
(20:29:13) (554231): (pas forcément, mais là.... à force de me fader ladite prose. Aucun doute possible, c'est scientifik. J)
(21:50:00) (809448): (d'ailleurs, je t'ai reconnu aussi, là, à ton "ême leur rose". Seul tlm est capable de faire jaillir les associations les plus follement powétiques; de faire surgir dans "à même leur prose" la possibilité inaperçue "d'êmer leur rose".
(22:01:51) (809448): Et comme dit le père Lahaise, êmer la rose, ça annule la différence entre le réel et l'injonction de grandir et d'assumer une filiation. Qu'entendait-il par là? A mon avis, pas grand chose. Mais ce qui est bien, ou mal, ou je saispas, c'est qu'il créée ainsi uen durée art-ficielle. Parce qu'il jaouse. Non seulement il jaouse, mais encore il négerde. Il néderge une possibilitié. De celles qui crééent une paranoï. Merci Lahaise, t'es bouret mon michel.
(22:05:12) (809448): erratum: "il néderge une possibiltié" et non "Il néderge une possibilitié". La nuance est minuscule, c'est une sorte de "i" en plus ou en moins, qu'on met sur des points, comme ême à dire Badlandaers.
(22:11:34) (824345): raté c'est pas tony. La poésie de a faute de frappe, c'en est un autre;
(22:12:22) (824345): mais c'est joli ton piti texte là encore
(22:14:07) (809448): Prouve le que c'est pas tony. Ah oui, juste encore ceci: qui c'est, d'ailleurs, Michel Bouret? Je connais bien Jean-Claude Bourret... Y a un rapport?
(22:17:07) (809448): Sinon, il y a "Étienne-Michel Bouret, financier français du XVIIIe siècle, né à Nantes en 1709 et mort à Paris le 10 avril 1777." Mais je ne pense pas que ce soit lui. Donc, le mystère demeure: du croisement entre Michel Bouret et Guy MAddin.
(22:21:35) Kuni_l'hungus: le texte de cet aprèm c'est peut-être tony. Mais je ne laisserai pas le numéro, et titre de 824345 m'échapper!
(22:22:46) (809448): Je suis gripped, kuni. D'où mon passage ici. Je tousse, je crache et j'renifle, pis je tousse je crache et j'renifle, comme disait De Funes dans Le petit baigneur.
(22:23:16) (809448): C'était toi, alors, ême la rose? lol
(22:23:35) Kuni_l'hungus: ah oui. et j'en suis fier.
(22:24:16) Kuni_l'hungus: Mince, je ne comprends pas ton lol du coup.
(22:24:59) (809448): c'est magnifique. Bon, allez, je vais cracher mes poumons... Avec mon asthme, c'est pas une partie de plaisir. Bonne nuit. Ben oui, lol. Parce que c'est drôle, non? Bonne soirée.
(22:25:47) Kuni_l'hungus: c'est drôle que ce soit moi?
(22:26:27) (809448): Sinon, bien sûr, plus haut c'est tony, ma main à couper. Drôle que ce soit toi, oui. Et drôle en soi, drôle tout court. Fais pas ton badlandaers. lol
(22:27:40) Kuni_l'hungus: Sinon j'ai rien compris au réactionnaire de la machine humaniste, personnellement, pas plus que le discours français énonçant lui-même le sens de sonaction.
(22:27:54) Kuni_l'hungus: Et je ferai mon moi en disant que Baldanders n'a jamais dit ça
(22:28:00) Kuni_l'hungus: lol.
(22:28:27) (809448): J'ai rien compris non plus, aucun prob. Pourtant, j'ai bien relu l'énoncé, en déformant le moins possible. LOL
(22:29:12) Kuni_l'hungus: bonne nuit.
(22:30:19) (809448): Bonne nuit blanche. Car impossible de poser la tête à l'horizontale, j'étouffe. Comme John Merrick. Donc, je vais essayer de dormir debout, ou assis. Roh, quelle chiasse...
(22:31:15) Kuni_l'hungus: =la chiasse en plus c'est pas cool.
(22:32:00) (809448): c'est un belgicisme, pour dire quelle galère. Mais tu me charries, c'est de l'humour, hein? C'est ça? Mh?
(22:32:55) Kuni_l'hungus: ouais je blaguais là. Désolé d'avoir fait mumuse.
(22:33:20) Kuni_l'hungus: tiens, tu te défends, un peu en syntaxe, grammaire, tout ça?
(22:34:56) (809448): Quand je ne suis pas malade, oui. Malgré ce qu'en pense trollope, je me débrouille bien. Hormis les fautes de frappe dans la shout. Je suis même sollicité par des éditions scientifiques pour corriger des ouvrages divers et variés.
(22:35:38) Kuni_l'hungus: Super, ça. Uolino faisait ça, aussi.
(22:35:49) Kuni_l'hungus: (le scythe)
(22:36:21) (809448): ah, c'est lui! J'avais jamais fait le rapport entre les noms sur enculture et ceux sur fdc.
(22:36:58) Kuni_l'hungus: le scythe = ugolino et Rorsach.
(22:38:27) (809448): Et phèdre? Pourquoi on l'a jamais revu? C'était bien dreamspace?
(22:38:28) Kuni_l'hungus: enfin bref, je peux te demander de regarder bénévolement deux minutes quand tu seras plus en forme pour me dire si une association de deux phrases est un non-sens, grammaticalement?
(22:38:44) Kuni_l'hungus: ouais phèdre c'est dremspace The black addiction.
(22:39:12) Kuni_l'hungus: plus revu parce qu'il e veut plus écrire sur des films ou des oeuvres, et parce qu'il a aussi cécsssé toute cinéphilie pour devenir cinéaste.
(22:39:33) Kuni_l'hungus: "cécsssé", lol
(22:40:10) (809448): Là, je suis trop atteint par l'asthme, je crache vraiment tout mon mucus. Une autre fois, pour ces deux phrases. Oui, je me souviens avoir lu dans la shout qu'il voulait devenir cinéaste, et que du coup, il a dû cesser toute cinéphilie.
(22:40:52) (809448): Comme le mec qui dirait: je veux devenir écrivain. Bon ok, j'arrête d'écrire sur les livres que je lis.
(22:41:28) Kuni_l'hungus: Peut-être mais dans la cas de Phèdre ça se comprend.
(22:42:29) Kuni_l'hungus: il était atteint d'une sorte d'excès de proximité, pour certaines oeuvres.
(22:43:19) (809448): c'est quoi, une sorte d'excès de proximité?
(22:44:40) Kuni_l'hungus: disons une dfficulté de sprendre du recul, qui pouvait faire de ses projets des pastiches.
(22:45:02) Kuni_l'hungus: ou de pâles copies.
(22:46:41) (809448): ça ne me paraît guère plausible, comme conception d'un processus créateur... Comme si créer ou oeuvrer à quelque chose necéssitait une retraite, un recul - en termes d'écriture.
(22:48:47) (809448): Ou de vision critique, au sens de réflexive. C'est qu'on ne veut plus lire ou voir ce qui risque de vous influencer, croit-on, qu'on a le plus de chance d'en faire une pâle copie sans s'en rendre compte. Car la copie, le pastiche, il se tient tapi dans l'ombre, dans le désir même d'éviter ses modèles.
(22:49:08) (809448): C'est quand on..., voulais-je dire.
(22:50:44) Kuni_l'hungus: je comprends ton propos, je ne dis pas qu'il le faut en soi, je n'envisage pas non plus la possibilité de se débarrasser de toute influence, ce n'est pas forcménet le problème.
(22:50:50) (809448): Si on veut fuir la vision de telle ou telle oeuvre, c'est que l'emprise sur soi de cette dernière est prégnante, à la mesure même de cette fuite. Le bon rapport, la bonne distance n'étant pas la fuite ou l'occultation de l'objet, mais son commentaire...
(22:52:08) Kuni_l'hungus: voilà c'est sur cette emprise que je voulais en venir concernant Phèdre.
(22:52:24) (809448): Or plus on fuit, plus on souhaite occulter volontairement tel type d'objet, ça veut dire qu'on est véritablement sous son emprise, et qu'en le fuyant on a toutes les chances de le reproduire, c'est burlesque....
(22:52:39) (809448): C'est pourtant un grand classique de l'imitation, le refus du modèle...
(22:53:04) Kuni_l'hungus: et je suis d'accord avec toi aussi quant à la fuite qui est à la mesure de l'empirse. et vice versa.
(22:53:31) Kuni_l'hungus: et puis je suis mal à l'aise aussi pour en parler à sa place
(22:53:54) (809448): Le vrai créateur assimile tous les modèles, s'en imprègne, s'en nourrit, et pour cela peut s'acheminer vers un dépassement possible des modèles admirés. Y a qu'à voir en musique: Beethoven par rapport à Mozart, etc etc etc
(22:54:20) Kuni_l'hungus: Il me dirait certainemen, et avec raison, que je n'ai rien compris, ou que je dis n'importe quoi de ses motivations.
(22:55:43) Kuni_l'hungus: En plus, personnllement je dirais q'au lieu de fuir Garrel, par exemple, il aurait plutôt dû écrire dessus et y persévérer, alors qu'il n'est finalement jamais arrivé à le faire.
(22:56:07) (809448): ça m'étonne quand-même de sa part, si c'est bien ce type de motivation... Et sinon...
(22:56:33) (809448): Fuir Garrel: perso j'ai aucun problème pour le fuir, aucun effort particulier à fournir. lol
(22:57:58) Kuni_l'hungus: Quand j'ai écrit ce texte de merde en traitant Garrel de pute parce que je ne supporte pas la manière dont il se film dans les sunlights, après la suicide de son actrice, je crois qu'il a pris conscience de son incapacité à écrire de la merde sur une oeuvre, et que c'est pour ça qu'il n'a pas voulu me répondre. ne pouvant répondre de la merde à de la merde, sur une oeuvre qu'il aimait.
(22:58:40) Kuni_l'hungus: Quand j'ai écrit ce texte de merde en traitant Garrel de pute parce que je ne supporte pas la manière dont ce dernier se filme dans les sunlights, après la suicide de son actrice, je crois que Phedre a pris conscience de son incapacité à écrire de la merde sur une oeuvre, et que c'est pour ça qu'il n'a pas voulu me répondre. ne pouvant répondre de la merde à de la merde, sur une oeuvre qu'il aimait.
(22:58:55) (809448): Oui, enfin bon, il faudrait qu'il s'exprime sur ce "problème", si c'en est un pour lui. Mais admettons quand même que c'est bizarre, comme... "méthode".
(22:59:13) (809448): Par exemple...
(22:59:33) (809448): en ce qui me concerne, c'est connu, je suis fan de base du genre "fantastique"...
(23:00:40) Kuni_l'hungus: Personnellement j'écris pour trouver des critères, et pour mettre le doigt dessus. (ça devient une antienne. lol). Donc je lui aurais plutôt conseillé de le faire.
(23:01:37) (809448): Eh bien je pense exactement le contraire d'un phèdre sur ce point: j'ai besoin de multiplier les visions de films fantastiques, même les plus mauvais, pour réfléchir sur leur mécanisme, saisir ce qui rate, ce qui réussit. Si j'avais l'ambition d'écrire des nouvelles fantastiques, au contraire il faut selon moi connaitre le plus de choses possibles, ce qui permet éventuellement de ne pas reproduire des schémas, là où on croit frayer un chemin non fréquenté.
(23:02:29) (809448): L'évitement est donc le plus sûr chemin pour récréer des stéréotypes là où on veut les éviter.
(23:03:55) (809448): En dehors de ça, l'idée qu'on se ferait de la "création" relève d'une mythologie naïve de "l'inspiration", qui aurait besoin d'être "coupée du monde". C'est même comique, à ce point là.
(23:07:28) (809448): Et il a fait quelque chose, concrètement, depuis qu'il s'est fixé cet objectif?
(23:08:22) Kuni_l'hungus: il a réalisé un ou deux films, je crois. Il est sur un troisième je crois. A moins que je ne me trompe dans les chiffrs.
(23:08:38) (809448): Ah, et c'est distribué?
(23:08:55) (809448): C'est Christophe Honoré, en fait?
(23:09:05) Kuni_l'hungus: lol
(23:10:04) Kuni_l'hungus: des courts. Je ne sais si, ni où ils on été distribués
(23:11:01) (809448): c'est vraiment étrange, cette "retraite", je trouve.... Pour toutes les raisons énoncées supra, mais au delà de ça, il y a quelque chose de pas clair...
(23:12:21) (809448): 10 secondes de plan m'ont suffi à m'exclamer: "mais c'est du Garrel dernière manière!" Au millimètre près.
(23:13:07) (809448): A mon avis, phèdre vit DANS un film de Garrel. lol
(23:22:47) (809448): Y devrait faire retraite en Ardèche, ou dans les Ardennes, y verrait pô les choses pareil.
(23:23:20) Kuni_l'hungus: tu vois je te le disais.
(23:23:36) (809448): C'est une quête mystique, je crois bien. Voilà. Y a tous les éléments. lol
(23:23:54) (809448): C'est dingue, quand-même...
(23:24:47) (809448): la mystique de la "présence pure", au sens précisément où Derrida en a opéré la critique.
(23:26:47) (809448): Et on ne compte plus le nombre de jeune cinéastes "français" qui font le même genre de truc, exactement au poil près. Persuadés de toucher la "vraie vie vivante" ou "vécue", dans l'intériorité la plus pure: une lumière, des visages, des voix, des cigarettes, et dieu que c'est gniangnian, déja-vu, mille fois vu...
(23:29:00) (809448): D'un évitement de l'écriture, du "commentaire", de la "greffe", du "supplément, comme dupliquant/polluant l'accès direct, ou brut, à la chose même. On est dans un schéma hyper-classique. C'est dommage, c'est entretenir un leurre, et, pour le coup, on peut le dire: s'auto-valider. lol
(23:29:56) (809448): Jusqu'à éviter internet... C'est fou.
(23:31:47) (809448): Bon, cette fois, le suppo. ça s'impose. Ou plutôt le thermomètre, dans la zone ad hoc. Bonne nuit.
(23:47:40) Kuni_l'hungus: où tu vois de la "vraie vie vivante"?
(23:55:07) (809448): Nulle part, puisque c'est une construction métaphysique. Que nombre de gens, cinéastes ou autres, sont persuadés de toucher du doigt, ou de capter, ou de révéler. C'est que je dis plus haut.
(00:05:31) (809448): Une "vraie vie vivante" qui consiste en l'occurrence à être plutôt "fausse" et "pas très vivante", bien sûr; mais cela-même participe d'une variante de ce stéréotype vitaliste, dans un traitement qu'on connaît bien, d'un certain cinéma "auteurisant" germanopratin, dont garrel me semble la fine crème ou synthèse, à savoir...
(00:11:19) (809448): ... des gars et des filles qui trainent leur désoeuvrement existentiel dans un monde obscurément nuiteux, avec cependant des éblouissements-z-inouïs, sortes de fantômes ventriloqués par des voix absentes, et qui disent que la "vraie vie vivante" est de préférence "absente", ou "en deuil d'elle-même". Mais pourquoi alors pourquoi "mimer" une pseudo-intériorité, cette nostalgie d'une authenticité perdue, sous la forme de son absence? C'est toute cette pause que je supporte pas dans le garrel dernière manière
(01:16:19) Trollope: je suis d'accord avec tout le monde, sacrément impressionnante la première partie de Sunshine
(01:39:41) (621680): censsssuuurre !
(01:39:52) (621680): dégueulasse !
(01:41:52) Kuni_l'hungus: ouais
(01:42:11) Kuni_l'hungus: sauf que c'est un truc que je t'ai filé en privé
(01:42:26) Kuni_l'hungus: et que je t'ai prévenu deux fois

(01:45:00) (190545): C'est pas moi qui ai écrit "censure" et "dégueulasse". Quant à ce sur quoi j'ai rebondi, c'est un lien que kuni a place dans la shout puis l'a effacé après. Il ne me l'a donc pas filé "en privé", et ne m'a prévenu aucune fois. (jerzy)
(01:46:17) (190545): prévenu qui, ou et quand? Faut pas délirer, j'ai pas quitté l'écran, avec ma toux qui m'empêche de dormir...
(01:51:26) (190545): Kuni lance une conversation, poste un lien, me demande en quelque sorte d'argumenter où je vois de la "vrai vie vivante", je développe pourquoi, par l'exemple, en montrant le paradoxe de la mystique de la présence pure par son absence. Puis soudain, il gomme le tout, ne laisse que le début, qui n'a plus de sens sans ce qui suit. Et il ajoute: "c'est un truc que je t'ai filé en privé", et "je t'ai prévenu deux fois"....

(01:51:54) (190545): Si c'est à moi qu'il cause, bien sûr...
(01:52:14) (190545): en répondant à un type qui n'est pas moi...
(01:59:30) Kuni_l'hungus: (01:03:35) Kuni_l'hungus: (murmure à l’oreille de (80944 ) ça te gêne que j'efface ça? je te l'ai donné en privé, c'était pas pour en avoir un commentaire public.
(01:59:54) Kuni_l'hungus: ensuite j'ai dit parmi ce que j'ai effacé : "je te préviens j'efface, je te l'ai donné en privé
(02:00:03) Kuni_l'hungus: quanft au lien il était aussi donné en privé
(02:00:07) Kuni_l'hungus: en messge privé
(02:00:23) Kuni_l'hungus: "(murmure à l’oreille de (80944) "

(02:02:08) (190545): je n'ai lu ça absolument ça nulle part, (ici jerzy), et je répondais à tes propos dans un chatt public, tu appelles ça "en privé"? De quel message privé parles-tu? Je suis ici sur le chatt, pas sur un profil lisant des messages privés. Serais-tu un parfait menteur, kuni, ce qui réveille mes soupçons jamais éteins sur tes méthodes
(02:02:56) Kuni_l'hungus: es-tu dans le "cadeau bonux, du chat, jerzy?
(02:03:58) (190545): Si tu voulais pas en causer en public, fallait pas lancer la discussion dans un chatt public, et y poster un lien. C'est pas moi qui ai causé de ça, c'est toi, et c'était pas privé. Le chatt est lisible non pas en privé, mais en public. Et j'écris sur le chatt comme intervenant public, sans profil privé. C'est quoi, ce fatras de sophismes?
(02:04:05) Kuni_l'hungus: tu pourras voir sous chaque interlocuteur l'option "envoyer un message privé".
(02:04:29) Kuni_l'hungus: c'est ce qui fait le "murmure à 'oreille de"
(02:04:46) Kuni_l'hungus: signifiant un message que toi seul a reçu et pu lire, dans ce chat

(02:05:20) (190545): Je ne vois ça nulle part. Quand on écrit, en tant qu'intervenant exterieur au site, on voit pas de "envoyer un message privé". Tous les msgs qui sont écrits sur ce chatt sont par définition des msgs privés.
(02:05:22) Kuni_l'hungus: comme ce lien vers le film de Phèdre.
(02:05:27) Kuni_l'hungus: non
(02:05:29) Kuni_l'hungus: mpeut-êttre
(02:05:38) Kuni_l'hungus: mais tu vois "murmurre à 'oreille de"
(02:05:40) (190545): Tu me prends vraiment pour un débile, je crois
(02:05:55) (190545): J'archive cette preuve de ta malhonnêteté profonde
(02:05:56) Kuni_l'hungus: (et non quand on écrit en tant qu'intervenant extérieur on peut le faire aussi.
(02:05:59) Kuni_l'hungus: ppreuve
(02:06:09) Kuni_l'hungus: j'arrive en numéro et je t'envois un message privé dans le chat
(02:07:14) (255275): je n'y parviens plus
(02:07:24) (255275): mais quand bine même tu as vu ce "murmumre à 'oreille de"
(02:07:35) (255275): je croyais que tu savais que toi seul avait pu recevoir ce message
(02:07:41) (255275): visiblement tu l'igorais
(02:08:17) (255275): là ce message tu es le seul à l'avoir reçu
(02:08:40) (255275): désolé tu ne l'avais pas compris
(02:09:01) (255275): le reste je te l'ai dit et cela figure encore dans l'historique puisque cela n'a pas encre été recollé
(02:09:07) (255275): je ne t'accuse de rien
(02:10:01) (190545): Tous les msgs qui sont écrits sur ce chatt sont par définition des msgs publics voulais-je dire, et j'y ai répondu par ta sollicitation, c'est pas moi qui ai lancé cette discussion. Je répète: je ne lis nulle part de "envoyer ou répondre à un msg privé". Impossible techniquement, depuis la position d'un posteur public, apparemment c'est toi qui ne le sais pas. Mais qu'importe, tu fais un usage complètement ambivalent du chatt: tu engages une discusssion, publique, puis tu effaces en disant que c'était privé et que tu m'as prévenu deux fois que tu allais effacé. Si j'avais lu que tu me prévenais, je n'aurais pas développé. C'est vraiment une logique tordue. Allez, je te laisse en privé dans ta shout privée. Tu as réussi à m'en guérir une bonne fois.
(02:10:46) (255275): je vieens de t'envoyer ça : (02:10:2 (255275): (murmure à l’oreille de (190545)) alors qu'est ce que je fais là?
(02:10:54) (255275): ça, personne d'autre ne l'a lu

(02:10:57) (255275): mais quand bien même
(02:11:06) (255275): le murmure à l'oreille était pour ça
(02:11:33) (255275): j'en suisdésolé
(02:12:01) (190545): C'est ça que tu appelles un "msg privé"? ce truc que je viens de voir apparaître une seconde puis disparaître, sans même avoir le temps de lire son contenu? C'est ça "un message privé"? Un message public clignotant... alleeez
(02:12:08) (255275): ç
(02:12:09) (190545): je me casse.
(02:12:11) (255275): a disparu?
(02:12:12) (255275): non
(02:12:27) (255275): je le vois encore moi
(02:12:44) (255275): et ça n'a pas été public

(02:13:19) (255275): pfffff tu fais ggrand cas de pas grand chose et en profite pour revenir sur ce truc de m"thdes"
(02:13:48) (190545): ton truc, à 2h10, " je vieens de t'envoyer ça : (02:10:2 (255275): (murmure à l’oreille de (190545)) alors qu'est ce que je fais là?" Quel rapport avec je ne sais quel "message privé" que tu m'aurais adressé, et qui m'aurait prévenu "deux fois"? Arrête ton cirque, kuni
(02:14:12) (255275): et ça, ça y est encore : (01:59:30) Kuni_l'hungus: (01:03:35) Kuni_l'hungus: (murmure à l’oreille de (80944) ça te gêne que j'efface ça? je te l'ai donné en privé, c'était pas pour en avoir un commentaire public.
(02:15:30) (255275): le "je viens de t'envyer ça, était quant à lui une réponse à ton "c'est impossible pour un utilisateur public". Là encore tu t'amuses à faire répondre mes phrases à autre chose...
(02:16:38) (255275): comme si avec ça j'essayais de traffiquer quoi que ce soit.
(02:16:58) (255275): Et bien non. je répondais simplmeent à ce que tu avais ajouté par la suite.
(02:19:50) (190545): Mais ça vient après ton effacement de tout mon développement, ce que tu tu cites. Je n'ai lu en repassant après être allé aux toilettes qu'un numéro, qui n'est pas moi, et qui dit "censure", je n'ai rien lu qui précédait cet effacement; j'étais aux toilettes, n'importe comment, ça me sidère que tu parles de "message privé", que tu appelles "message privé" un truc que j'ai pas lu, qui a disparu, et ne voyant que tes "murmures à l'oreille" postérieurs à ton effacement, et avec la précision que cette discussion était de nature privée, sur un chatt public. N'importe quoi. Et je reste poli
(02:20:35) (255275): (01:46:17) (190545): prévenu qui, ou et quand? Faut pas délirer, j'ai pas quitté l'écran, avec ma toux qui m'empêche de dormir...
(02:21:07) (255275): les murmures à 'oreille sont des messages privés! c'est ce que j'essaie de te dire
(02:21:11) (255275): toi seul les lis

(02:21:19) (255275): et c'est ce que j'vais cru que tu savais.
(02:21:51) (255275): pour le reste : (02:14:12) (255275): et ça, ça y est encore : (01:59:30) Kuni_l'hungus: (01:03:35) Kuni_l'hungus: (murmure à l’oreille de (80944) ça te gêne que j'efface ça? je te l'ai donné en privé, c'était pas pour en avoir un commentaire public.
(02:22:07) (190545): et tu vas jouer sur les mots, les phrases, au couteau, au terme à terme, pour prouver que je t'ai pas lu, que je déforme. En fait, t'as rien changé de ta non-méthode de menteur, bidouilleur, et c'est tout simplement pas possible de communiquer avec toi au delà de deux ou trois conneries sans intérêt.
(02:22:20) (255275): regarde à 1: 03 : 35 , tu le verrras.
(02:22:52) (255275): là c'est encore toi qui ne lis pas.

(02:23:37) (190545): Je ne vois RIEN entre le post de trollope et le post du numéro, qui n'est pas moi, et qui dit "censure".
(02:24:17) (190545): "(01:16:19) Trollope: je suis d'accord avec tout le monde, sacrément impressionnante la première partie de Sunshine (01:39:41) (621680): censsssuuurre ! (01:39:52) (621680): dégueulasse ! (01:41:52) Kuni_l'hungus: ouais (01:42:11) Kuni_l'hungus: sauf que c'est un truc que je t'ai filé en privé (01:42:26) Kuni_l'hungus: et que je t'ai prévenu deux fois"

(02:25:17) (255275): (01:03:35) Kuni_l'hungus: (murmure à l’oreille de (80944) ça te gêne que j'efface ça? je te l'ai donné en privé, c'était pas pour en avoir un commentaire public. je l'ai quand même pas inventé pour te le recoller
(02:25:24) (255275): (en plus j'aurais pas fait de faute)
(02:25:48) (255275): quant à toi pour t'en ddédire, tu dis que t'as pas quitté l'écran puis que t'étais en fait allé aux toilettes....
(02:25:56) (255275): mais c'est sans doutes moi qui joue sur les mots.
(02:26:11) (190545): --->voilà exactement ce que je lis, et mes développements effacés venaient après le post de trollope, à la suite de quoi je lis un numéro qui se plaint de censure, puis toi qui parle de trucs filés en privé: trucs que j'ai lus après que tout soit effacé, et sans nullement avoir été prévenu.. Relis l'échange plus haut
(02:26:23) (255275): (mon "en plus j'aurais pas gfait de faute était iroique bien entendu)
(02:26:51) (255275): bien.
(02:26:56) (255275): Alors je te résente mex excuses.
(02:27:10) (255275): *préssente.
(02:27:15) (255275): merde
(02:27:16) (190545): j en crois rien du tout
(02:27:24) (255275): tu ne crois rien à quoi?
(02:27:51) (255275): mais franchement jerzy, en réfléchissant deux secondes... ça m'avancerait à quoi?
(02:28:04) (255275): ça m'avancerait à quoi de tout effacer, déjà?
(02:28:34) (255275): si ce n'était parce que je t'avais donné quelque chose que je ne voulais as voir public?
(02:30:04) (255275): (que je ne voulais pas voir public parce que cela m'a été confié par un ami, qui ne m'a pas autorisé à le montrer partout, sur enculture par exemple.
(02:31:49) (255275): après, ce que tu crois, c'est ton problème.
(02:34:03) (255275): Je ne vois pas où serait l'intérêt de ma malhonnêté. surtout que'en plus c'est moi qui passe pour un con parce que oui j'ai effacé des messages.
(02:34:21) (255275): des mesages dans lesquels je n'étais pas moi-même attaqué
(02:34:58) (255275): (chose que je n'ai jamais faite)
(02:37:16) (255275): Alors tu cherches à rebondir là dessus pour donner le preuve de ma malhônneteté, grand bien te fasse. Pour cela tu as quand même été obligé de dire que tu n'avais pas quitté l'écran, puis qu'en fait, tu étais parti aux toilettes.
(02:37:47) (255275): mais peut-être que tu ne parle spas du même moment dans les deux cas.
(02:37:51) (255275): soit. Admettons.
(02:39:53) (255275): en tous cas, moi je ne t'ai accusé de rien. Et je n'avais absolument aucune autre raison de "censurer", que de ne pas afficher publiquement des commentaires à l'oeuvre d'un ami, alors que c'est moi qui l'y ai exposé.
(02:40:01) (255275): je pense que cela, tu peux le comprendrre.
(02:42:20) (255275): après reste l'histoire du prévu/pas prévenu. Pour ce que cela importe...
(02:43:06) (255275): là encore quel intérêt aurais-je à inventer a postériori une prévention?
(02:44:22) (255275): il me suffisait de dire ce que je viens de dire là : "je suis désolé c'est moi qui ai exposé cet ami sans son autorisation, je n'aime pas une telle exposition qui n'est que de mon fait".
(02:45:43) (255275): Il reste encore cette histoire de message privé. et en effet, un "murmure à l'oreille", est bien un message privé, lisible seuleent par l'expédieur et le destinataire du message.
(02:46:03) (255275): Je suis désolé que tu ne l'aies pas su.
(02:46:38) (255275): Car j'ai bien choisi délibérément de ne pas te montrer cela publiquement. Cela avait une signification opur moi.
(02:47:00) (255275): Et je ne vois pas comment ni pouruqoi aller chercher autre chose dans cette "affaire"
(03:05:15) (665946): Je m'en cogne que t'effaces, ça n'a aucune importance. Je te dis juste, depuis le début, que je n'ai lu et que je ne lis NULLE PART tes fameux messages "privés" qui m'avaient prévenu "deux fois". Je ne lis, sur cette shout, que le message de trollope à 1h16 sur sunshine. (sur lequel j'ai enchainé avec le développement "x" gommé), puis, directement après ce post de trollope, un numéro qui n'est pas moi, qui écrit "censure", "dégueulasse", à 1h39. Puis toi qui réponds à ce numéro en le prenant pour moi et écrivant, à 1h41/42: "ouais - sauf que c'est un truc que je t'ai filé en privé (01:42:26) Kuni_l'hungus: et que je t'ai prévenu deux fois"
(03:08:04) (255275): et quand bien même?
(03:08:34) (255275): c'est ce que je te dis, que ça n'a aucune importanc, que j'efface, alors pouruqoi j'aurais monté tout ce truc pour un machin sans importance,???
(03:11:03) (665946): Je dis aussi que je suis allé aux toilettes: qu'avant d'y aller, ce développement était encore là; après être revenu, il n'y était plus. Tous tes trucs de "murmures à l'oreille", lisibles sur MON écran, depuis ma situation d n° non connecté, sont POSTERIEURS à l'effacement en question. Ce que je n'admets pas, c'est ton jeu sémantique sur "message privé", "truc que je t'ai filé en privé", "prévenu deux fois": non seulement je l'ai pas lu et la consultation de l'archive prouve qu'il y a rien entre le post de trollope et le mec qui crie censure, mais encore faut me prendre pour un débile que de parler de trucs que tu m'as filé en privé: sur l'écran, je vois rien de tout ça, je vois juste des posts publics qui défilent, et que tu stimules une conversation publique pour dire ensuite qu'elle était "privée". Que tu souhaites effacer tout ou presque, ça te regarde, assume le, sans m'emmêler dans ces trucs de "'messages privés" qui m'avaient "prévenus". Puis de jouer sur les mots, les posts, en arguant que j'ai écrit que j'ai pas....
(03:11:18) (255275): la "prévention" dont il est question ici n'a pas non plus d'importance j'aurais pu me justifier après d'un effaçage sans importance
(03:11:46) (255275): ah et ça, non ce n'est pas un jeu "sématique"
(03:12:11) (255275): et je l'assume c'est ce que je te dis
(03:12:23) (255275): on s'en fout de cette prévention
(03:13:16) (255275): et non ce n'es tpas un jeu "sémantique. Les messages qui commencent par un "murmure à l'oreille de" sont des messages qui ne sont lisibles que par deux personnes. L'expédieur et le destinataire
(03:13:23) (255275): ils sont donc privé.
(03:13:37) (255275): Le message dans leuqle je t'ai envoyé le lien était un tel message
(03:13:54) (255275): ainsi que ces messages dans lesquels je t'ai dit que j'efface et pouruqoi
(03:15:43) (665946): quitté mon écran, mais que je suis allé aux toilettes: donc, quelque part, c'est moi qui ai menti, etc etc, c'est moi qui joue sur les phrases. C'est toujours comme ça avec toi, apparemment, tout se termine par des bidouillages sémantiques confus. C'est là la cause de ma colère. Et non, franchement, honnêtement, c'est épuisant ce mode de communication, qui consiste à "prouver" que l'autre a pas compris un truc que t'as mis bien en évidence. Je le répète, pour la 10è fois: on voit PAS de mention "privé" ou je ne sais quoi, quand on poste en anonyme. Et dans le cas que tu invoques, on ne les voit PAS: je te l'ai montré plus haut, en copiant collant ce que moi je vois sur mon écran: mais même ça, il faut que tu le contestes, me dises que je joue sur les phrases, incapable d'admettre, toi, qu'en effet, matériellement, un posteur public non connecté ne voit que ce que j'ai copié-collé. Point barre. Bonne nuit et idem pour les nuits à venir.

Pas été consulter la suite: trop déprimant.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Dim 12 Mai 2013 - 22:44

(16:08:20) (358350): (jerzy) kuni l'hungus: l'intégralité de l'échange de la nuit passée est copiée-collée là: http://spec tresducinema.1fr1.net/t1192p90-de-la-confusion-conceptuelle- erigee-au-rang-de-bel-art-de-la-ratiocination-permanente Tu pourras constater de tes propres yeux que tes fameux msgs privés n'ont jamais apparu sur mon écran. En conséquence, et ne m'interromps pas par tes jets de mitraille épileptique...
(16:11:40) (358350): En conséquence, lorsque tu répètes à plusieurs reprises que je n'ai qu'à consulter ton "message privé/murmure" de 1h03, qu'il y est toujours, que toi tu le vois, il ne te vient pas une seule à l'idée de douter qu'il soit visible par moi. Mais... et c'est pas fini...
(16:12:06) Kuni_l'hungus: jerzy forcément après plusieurs numéros
(16:12:27) Kuni_l'hungus: après plusieurs changements de numéro, pardon
(16:12:38) Kuni_l'hungus: je et je ne dis pas que tu es de mauvaise foi en plus
(16:13:44) Kuni_l'hungus: et je ne comprends toujours pas c equ'on en a à foutre et pourquoi je mentirais là dessus.
(16:14:21) Kuni_l'hungus: je te dis en plus que ce message de 1h03 je ne l'aurais pas inventé et recrée de toutes pièces.
(16:14:31) Kuni_l'hungus: sans faire de faute de surcroît.
(16:14:41) Kuni_l'hungus: et à quoi ça m'avancerait, je ne comprends toujours pas.
(16:15:09) Kuni_l'hungus: Je sais que tu ne le vois plus puisque tu as changé de numéro entre temps (pas volontairement bien entendu)
(16:17:04) (358350): Ton msg "privé de 1h03, étant antérieur au développement que j'ai écrit directement à la suite de l'intervention de trollope, s'il était visible par MOI, je n'aurais pas écrit ce développement, bien sûr. Et comme tu insistes sur le fait que tes msgs privés étaient toujours bel et bien là au moment où nous discutons du problème, à quoi bon chercher à saisir je ne sais quelle contradiction ou dedi dans le fait que j'ai été aux toilettes: j'ai été aux toilettes après avoir rédigé le développement effacé, OR puisque tu as posté ton "msg privé" à 1h03, je l'aurais forcément lu s'il était visible, avant d'écrire mon développement.
(16:17:24) Kuni_l'hungus: J'essaie simplement de te dire que je l'ai envoyé. et que si tu ne le vois plus, je ne l'ai pas reconstitué.
(16:18:02) (358350): mais putain, tu vas me laisser expliquer sans m"'interrompre avec tes mitrailles, une seule fois dans ma vie?????
(16:18:08) Kuni_l'hungus: oui
(16:18:12) Kuni_l'hungus: finis pardon
(16:19:25) Kuni_l'hungus: j'avais mal compris ton "c'et pas fini"
(16:23:57) (358350): En conséquence, disais-je et pour en finir: tu n'a jamais accordé de crédit à mes protestations sur le fait que je ne voyais nulle part des msgs privés dont tu disais qu'ils étaient toujours consultables, lisibles par moi seul, et qu'il suffisait que je les consulte. Tu écris même des trucs comme "regarde à 1: 03 : 35 , tu le verrras. (02:22:52) (255275): là c'est encore toi qui ne lis pas" ----> Incapable donc, comme dab, d'accorder la moindre valeur à mon témoignage répété, que je lis pas tout ça, tu insistes: "c'est encore toi qui ne lis pas", et autres "tu ne pouvais pas savoir que "murmure à l'oreille" voulait dire "msg privé,: ben non puisque ces messages n'ont JAMAIS apparu sur mon écran, sans quoi je me serais abstenu d'ajouter un développement, bien sûr. Ce qui indique que non seulement tu ne parviens pas à considérer le point de l'autre, mais encore qu'il fallait vraiment postuler que je sois une sorte de pervers qui développe des posts alors qu'on lui a demandé dans un "msg privé", AVANT qu'il ne développe, d'ef
(16:24:04) (358350): facer ce qui précède.
(16:24:21) Kuni_l'hungus: je peux?
(16:24:54) (358350): Et ceci résume l'espèce d'incommunicabilité récurrente, épuisante, défiant toute logique, de nos tentatives de dialogues. Moi, je laisse tomber, tu m'épuises.
(16:25:18) (358350): Va lire l'archive, point barre. Je me casse d'ici. Pour de bon.

(16:23:57) (358350): En conséquence, disais-je et pour en finir: tu n'a jamais accordé de crédit à mes protestations sur le fait que je ne voyais nulle part des msgs privés dont tu disais qu'ils étaient toujours consultables, lisibles par moi seul, et qu'il suffisait que je les consulte. Tu écris même des trucs comme "regarde à 1: 03 : 35 , tu le verrras. (02:22:52) (255275): là c'est encore toi qui ne lis pas" ----> Incapable donc, comme dab, d'accorder la moindre valeur à mon témoignage répété, que je lis pas tout ça, tu insistes: "c'est encore toi qui ne lis pas", et autres "tu ne pouvais pas savoir que "murmure à l'oreille" voulait dire "msg privé,: ben non puisque ces messages n'ont JAMAIS apparu sur mon écran, sans quoi je me serais abstenu d'ajouter un développement, bien sûr. Ce qui indique que non seulement tu ne parviens pas à considérer le point de l'autre, mais encore qu'il fallait vraiment postuler que je sois une sorte de pervers qui développe des posts alors qu'on lui a demandé dans un "msg privé", AVANT qu'il ne développe, d'ef
(16:24:04) (358350): facer ce qui précède.
(16:24:21) Kuni_l'hungus: je peux?
(16:24:54) (358350): Et ceci résume l'espèce d'incommunicabilité récurrente, épuisante, défiant toute logique, de nos tentatives de dialogues. Moi, je laisse tomber, tu m'épuises.
(16:25:18) (358350): Va lire l'archive, point barre. Je me casse d'ici. Pour de bon.
(16:25:48) Kuni_l'hungus: Je peux ou non?
(16:32:47) Kuni_l'hungus: Bon, tant pis. Sache tout d'abord que les problèmes quand nous revenons sur ce qu'a dit l'interlocuteur, dans nos discussions, sont dûs à la difficile remise des choses dans l'ordre;. Si l'on arrive, le plus souvent à dire ce dont nous parlons, il semble qui'l nous soit plus dificile de dire de quand on parle.
(16:32:55) Kuni_l'hungus: AAlors remttons les choses dans l'ordre.
(16:33:17) (826965):
(16:35:52) Kuni_l'hungus: Je t'envois un lien, avec ce "murmure à l'oreille de". Depuis il n'apparaît plus parce qu'il a fait partie de mon effaçage. je n'aurais pas dû ce n'était pas la peine, c'était privé, mais c'est parti avec.
(16:36:16) Kuni_l'hungus: plus tard, dans la ocnversation qui suit, jefface une partie de tes commentaires,.
(16:39:17) Kuni_l'hungus: un numéro proteste de la cesnure.
(16:40:56) Kuni_l'hungus: je lui réponds (en le prenant pour toi) en confirmant, mais arguant que je t'avis filé le ien en privé, et avais prévnu deux fois.
(16:45:47) Kuni_l'hungus: tu reviens et me dis que tu n'as rien lu de tout ça et que tu rien n'était privé puisque c'était sur le chat.
(16:46:06) Kuni_l'hungus: là dessus j'essaie de t'expliquer que ce qui est sur le chat peut être privé.
(16:50:19) Kuni_l'hungus: tu réponds ceci : (190545): Je ne vois ça nulle part. Quand on écrit, en tant qu'intervenant exterieur au site, on voit pas de "envoyer un message privé". Tous les msgs qui sont écrits sur ce chatt sont par définition des msgs privés.
(16:50:40) Kuni_l'hungus: tu parles bien de "envoyer un message privé". Pas de "murmure à l'oreille de".
(16:52:11) Kuni_l'hungus: et j'ajoute que le lien vers le film était précédé lui aussi de cette mention.
(16:52:34) Kuni_l'hungus: donc que cette mention tu l'as lue, à un moment puisque tu as commenté le film.
(16:55:10) Kuni_l'hungus: rien d'autre de ta part ne précise que tu ne lis pas de "murmure à l'oreille de"
(16:56:11) (358350): L'un ou l'autre ça n'a JAMAIS apparu sur mon écran, comme l'atteste l'archive consultable à côté. Et tu CONTINUES encore, malgré mes clarifications pour la 10è fois, à SOUTENIR que j'ai LU cette mention "murmure à l'oreille". Je te le REPETE, en vain: je n'ai lu aucun "murmure" ou que sais-je dans le lien que tu as POSTE, juste le lien, qui est resté longtemps avant de disparaître, et sur lequel j'ai fait mon développemement, a TA demande ultérieure même, puisque TU me demandes ensuite "où vois-tu de la vraie vie vivante". Tout ça pour ensuite dire que tu n'as jamais voulu que ça se discute en public? T'es d'une mauvaise foi ahurissante!!!!
(16:56:28) Kuni_l'hungus: non.

(16:56:28) Kuni_l'hungus: non.
(16:57:19) Kuni_l'hungus: Je soutiens seulement que tu n'as pu que la lire dans le message par lequel je t'envois le lien, message maitnenant effacé) puisque tu as reçu ce lien (puisque commenté)
(16:58:31) Kuni_l'hungus: et que ce lien, qui est resté longtemps après effaçage, était ans un message "murmuré"
(16:59:55) Kuni_l'hungus: oui après j'ai eu le tort de ne pas cliquer sur message privé pour te le demander. Mea culpa encore.
(17:00:52) (761429):
(17:01:41) Kuni_l'hungus: le message de 1h03, par contre il existe eet était là bien avant le message de trolloppe et je le vois encore
(17:01:59) Kuni_l'hungus: http://img11.hostingpics.net/pics/726782messagetoujoursvisiblede1h03.png
(17:03:00) Kuni_l'hungus: tu as répondu à trolloppe par la suite.
(17:03:08) Kuni_l'hungus: (ce que j'ai effacé)
(17:04:36) Kuni_l'hungus: et je ne sais plus si tu étais encore 80 000 et queqlues ou déjà devenu 19000 quand tu as répondu à trollope
(17:04:42) Trollope: vous êtes complètement tarés...
(17:04:58) Kuni_l'hungus: dans le premier cas, tu aurais vu. dans ledeuxièe cas non. Tant pis. je te crois.
(17:07:00) Kuni_l'hungus: de même que je ne sais pas à quelle période tu es parti aux toilettes, d'(oùl'incomréhension premère à ce sujet dont je fais déjà mention cette nuit.
(17:07:24) (156099): je veux voir le court métrage
(17:07:31) Kuni_l'hungus: (pendant le message de troloppe ou après lui avoir répondu, et pendant la "censure"
(17:14:50) Kuni_l'hungus: et tout cela pour dire, par ailleurs que, quels que soient Jerzy, tes retournements pour dire j'avais dit ça et tu n'en as pas tenu compte tu joues sur les mots, ça c'était avant tu ne tiens pas compte ce qu'écrit ton interlocuteur,, tu continues de dire que je ne te lis pas alors que c'est toi, t'es de mauvaise foi", si tu n'a spas lu ce "murmure", c'est que tu n'as pas lu le message.
(17:15:11) Kuni_l'hungus: et ça c'est dès le DEBUT.
(17:15:32) (761429): on veut tous voir le court métrage et lire ce qu'a écrit Jerzy
(17:15:48) (761429): on a les jeux, on veut le pain !
(17:16:00) Kuni_l'hungus: lol
(17:16:50) (926893): Il continue à marteler que son message de 1h03, il le voit encore. J'ai bien compris qu'il le voit encore. Je lui montre l'archive de mon écran, qui prouve que ça n'a JAMAIS apparu, que ce soit "murmure" ou "msg privé" peu importe (puisqu'il m'explique que ça veut dire "privé", lisible par moi seul); ET que si je l'avais VU, je n'aurais pas continué mon développement, en cours, juste après la phrase de trollope sur sunshine à 1h16. Mais non, malgré l'archive, malgré ces clarifications, kuni CONTINUE à SOUTENIR que je n'ai pu que "la lire" (sa mention "murmure etc") dans le msg du lien. Je lui REEXPLIQUE, + Archive, que je n'ai vu que le LIEN lui-même. Et que j'ai développé suite à SA demande dans la shout, m'invitant à préciser ma pensée sur "la vraie vie vivante". Kuni semble incapable de DOUTER que ce qu'il voit, lui, sur SON écran, un autre ne le voit PAS. Et s'emberlificote à présent dans une "reconstruction" par ses soins, de l'historique de l'échange. Dans laquelle il AUTOVALIDE sa version. Bref, nouvelle démo.....
(17:17:45) Kuni_l'hungus: MAIS JE SAIS QUE TU NE L'AS PAS LUE, J'AI COMPRIS C'EST BON! Je l'AI COMPRIS LA NUTI DERNIERE!
(17:18:05) Kuni_l'hungus: JE SAIS QUE TU N'AS PAS VU MON MESSAGE DE 1H03
(17:18:39) Kuni_l'hungus: JE TE L'AI DIT PLUSIEURS FOIS CA
(17:19:02) Kuni_l'hungus: mais tu t'entêtes à dire que j'essaie de dire le contraire.
(17:19:54) (926893): ___ de sa mauvaise foi absolument indécrottable, de sa manie à sodomiser un bout de phrase, à le segmenter, le tronçonner, jusqu'à tant et si bien qu'il parvienne à vous faire DIRE ce que lui a l'intention de vous FAIRE DIRE, soutenir que vous ne pouviez pas ne PAS lire ce que lui lit encore. Et ainsi de suite, pour ne jamais accorder de crédit aux clarifications de l'autre. Et surtout, NOYER LE POISSON: puisque ce développement, c'était à sa
(17:20:13) (447056): non mais c'est une blague
(17:20:29) (447056): bande de pédés putain
(17:20:31) (926893): DEMANDE publique ("où vois-tu de la vraie vie vivante là-dedans?") que je l'ai posté.
(17:21:06) (447056): flippant en tout cas
(17:21:32) (926893): Oui, c'est une blague, une blague pas drôle, à la Kuni. On en m'y reprendra plus, d'essayer d'avoir un échange LOGIQUE avec un mec qui TORT la logique pour toujours retomber sur ses pattes. THE END. PARAMOUNT PICTURES



(17:21:52) Kuni_l'hungus: Par contre, dans aucune archive on ne voit que le lien lui-même. On ne voit plsu le lien il a &éété effacé.
(17:22:18) Kuni_l'hungus: et tu trods tout encore une fois en mélangeant le message de 1h03 et le messge du lien.
(17:22:23) (447056): ouais enfin je ne vois pas pourquoi ça devrait te tenir tant à coeur
(17:22:34) (447056): enfin ton monde s'écroule semble t il
(17:23:06) Kuni_l'hungus: ce message du lien n'apparaissant dans aucune archive.
(17:23:48) (761429): moi je confirme que dans les archives, vers 1h17, j'ai vu passer un truc comme ça
(17:24:00) (761429): mais il a été effacé avant ou après
(17:24:28) Kuni_l'hungus: et ce murmure y était bien visible par toi, non pas parce que je doute de ce que je ne vois pas, mais parce que les "murmures" se lisent par le destinataires.
(17:25:06) (447056): moi en tout cas si vous etiez mes voisins je flipperais grave
(17:25:17) Kuni_l'hungus: zet que si tu as vu le lien le murmure ne pouvait pas ne pas y être
(17:25:27) Kuni_l'hungus: parce que j'avais pris soin de le mettee en message privé.
(17:25:36) (761429): oui c'est sûr que jerzy a lu ce "murmure à...", c'est obligé, il s'enferre dans sa mauvaise foi, car le murmure ne pouvait pas ne pas pouvoir n'y être pas
(17:25:36) (447056): et je ne vous confierais pas mon chien that's for sure
(17:25:45) Kuni_l'hungus: tu habites où, 44 mille et quelques?
(17:25:57) (447056): paris
(17:26:17) Kuni_l'hungus: ça va, alors
(17:26:27) (447056): soulagé !!!!!!!!!!!!!
(17:26:30) (447056):
(17:27:25) (761429): en même temps faut reconnaître que si jerzy l'avait VU, il n'aurait pas continué son développement, en cours, juste après la phrase de trollope sur sunshine à 1h16
(17:27:43) Kuni_l'hungus: on s'appelle la prochaine fois que je viens on se fait une bouffe?
(17:27:56) (761429): c'est pas que je doute que kuni l'hungus doute de ce qu'il ne voit pas, mais presque
(17:27:58) Kuni_l'hungus: mais je sais, trollope, mais moi je ne l'accuse de rien
(17:28:52) Kuni_l'hungus: simplement d'essayer de saisir ce nn rpoblème pour prouver une malhonnêteté de ma part qui n'y est pas.
(17:29:18) (761429): enfin message privé ou pas, il y a ce que disent les archives, il y a ce que disent les protagonistes, il y a ce qu'en pensent les visiteurs, et tout ça doit bien finir par accoucher d'une situation, fut-elle grotesque
(17:30:02) (761429): cela dit c'est possible que cette mention il l'ait lue, à un moment puisque il a commenté le film
(17:30:12) (761429): enfin je dis ça
(17:30:52) (761429): il y a bcp de mauvaise foi de part et d'autre, et en même temps de sincérité presque naïve, difficile de faire la part des choses
(17:30:57) Kuni_l'hungus: Je ne doute pas qu"'il n'ait pas vu ce murmure". Néanmoins, du coup, s'il ne l'a même pas vue dans le message où le lien lui a été envoyé, il prouve ici par lui même, et sans que j'aie eu besoin de vouloir quoi que ce soit, qu'il ne lit pas les messages qui lui sont adressés.
(17:31:45) (761429): oui mais alors il n'y a pas de contradiction
(17:32:44) Kuni_l'hungus: mais qui a dit qu'il y en avait une?
(17:34:46) (761429): ainsi tout va bien, et il n'y a que jerzy qui nous pique une crise ?
(17:35:06) Kuni_l'hungus: mais moi je ne l'ai accusé de rien je ne cesse de le dire
(17:35:53) (761429): ce ne sera pas la première fois que tu auras profité de sa manie de piquer des crises pour rien...
(17:36:17) (761429): signé : un visiteur occasionnel qui tombe à chaque fois sur vos engueulades
(17:36:22) (761429): bonne soirée
(17:36:34) Kuni_l'hungus: profité à quelle fin?
(17:37:16) (926893): Pour le mec qui comprend rien, enferré dans sa mauvaise foi sans cause ni fin: 1) j'ai écrit, pare xemple: Et tu CONTINUES encore, malgré mes clarifications pour la 10è fois, à SOUTENIR que j'ai LU cette mention "murmure à l'oreille". Je te le REPETE, en vain: je n'ai lu aucun "murmure" ou que sais-je dans le LIEN que tu as POSTE, juste le LIEN, qui est resté longtemps avant de disparaître, et sur lequel j'ai fait mon développemement, a TA demande ultérieure même, puisque TU me demandes ensuite "où vois-tu de la vraie vie vivante". Tout ça pour ensuite dire que tu n'as jamais voulu que ça se discute en public?"
(17:37:43) (926893): A quoi Kuni répond: 1) (16:56:2 Kuni_l'hungus: non. (16:57:19) Kuni_l'hungus: Je soutiens seulement que tu n'as pu que la lire dans le message par lequel je t'envois le lien, message maitnenant effacé) puisque tu as reçu ce lien (puisque commenté)"
(17:39:19) Kuni_l'hungus: oui je suis revenu là dessus.
(17:39:37) Kuni_l'hungus: en disant que si tu ne l'as pas lu... c'est que tu ne lis pas.
(17:40:09) (761429): j'ai compris l'argument de kuni l'hungus : jerzy n'a pas lu ce qu'il a lu - ouf
(17:40:34) Kuni_l'hungus: lol
(17:40:43) Kuni_l'hungus: jerzy n'a pas lu ce qui était sous ses yeux.
(17:41:12) Kuni_l'hungus: ce qui lui était adressé.
(17:41:23) (761429): jerzy n'a d'yeux que pour ses propres posts
(17:42:06) (761429): enfin il faudrait plutôt dire qu'il est à moitié sourd, puisque c'est de murmure que l'on parle
(17:42:24) (761429): faut pas murmurer à l'oreille d'un âne
(17:42:48) Kuni_l'hungus: Et ça aucune archive ne pourra montrer que ça n'y est pas, malgré la confusion qu'il essaie d'instaurer entre ce message dans lequel appraît le lien, et celui d'1h03
(17:43:07) (761429): (je dis ça tout en pensant sincèrement que dans cette embrouille, c'est jerzy qui est de bonne foi)
(17:43:17) Kuni_l'hungus: qui lui, en effet, a pu ne jamais se montrer à ses yeux.
(17:43:52) Kuni_l'hungus: ouais mais toi 76, tu as une revanche à prendre sur les deux.
(17:43:56) (761429): "la confusion qu'il essaie d'instaurer entre ce message dans lequel appraît le lien, et celui d'1h03" : c'est pas toi qui essaies de l'instaurer cette confusion ?
(17:44:22) (761429): enfin je dis ça
(17:44:52) (926893): 3) La conclusion s'impose, y a qu'à lire: il continue là de soutenir - en 2 - que je ne pouvais pas ne pas lire un truc "b", alors que je lui explique, une fois encore, en 1, que ça n'a jamais apparu son mon écran, comme l'archive en témoigne. Donc, forme logique de cet échange: 1. j'écris "tu continues à soutenir que je ne pouvais pas ne pas lire ce msg dans le lien"; 2. tu me réponds: "NON, je soutiens que tu ne pouvais pas ne pas lire ce msg dans le lien". .... Voilà comment kuni vous lit, vous reconstruit, vous interprète, avec une absence alarmante de logique. Il rendrait complètement marteau n'importe quoi.
(17:44:56) Kuni_l'hungus: Bah c'est lui qui justifie de n'avoir vu l'un avec les archvies montrant qu'il n'a pas reçu l'autre...
(17:45:33) Kuni_l'hungus: ah
(17:45:36) Kuni_l'hungus: tu vois 76
(17:45:44) Kuni_l'hungus: c'est lui qui confond les deux messages
(17:45:51) (761429): ah oui en effet
(17:46:33) (761429): quoique j'ai pas bien compris à quoi son truc "b" fait référence
(17:47:48) Kuni_l'hungus: c'est ça la confusion. On sait plus à quoi fait référence ce à quoi on répond.
(17:48:36) (926893): Mais non, sophiste, je parle des DEUX messages, puisque ni l'un ni l'autre ne sont APPARUS sur mon écran, ce que je t'explique depuis le début. Tu sais pas lire mes phrases, sans les tordre. J'ai expliqué que ton message de 1h03 n'a jamais apparu sur mon écran, première chose. Tu me parle ensuite du message associé à ton lien, dont je dit: "pareil, il n'a jamais apparu sur mon écran, juste le lien: que j'ai commmencé à commenter, bien avant que tu effaces, et ajoutant une précision à ta demande sur "où vois-tu de la vraie vie vivante"...
(17:49:32) Kuni_l'hungus: c'étazait pas un message associé à mon lien c'était le message dans lequel le lie apparaissait.
(17:49:40) Kuni_l'hungus: *lien
(17:50:51) Kuni_l'hungus: et ça je continue de dire que du coup si tu ne l'as pas lu ce n'est pas parce que ce n'est pas apparu sur ton écran, c'est strictement impossible, puisque le lien était "mumrmuré"
(17:52:47) Kuni_l'hungus: et donc ton sophisme à toi, auto validant c'est de dire que si tu ne las p'as lu ce n'est pas parce que tu ne l'a spas lu mais parce que ce n'est pas apparu sur ton écran.
(17:53:11) Arlette ChatBot: Erreur : Statut de connexion: 500
(17:53:11) Kuni_l'hungus: Mais comment le saurais-tu si tu n'y as même pas regardé, en sautant simplement sur le lien.
(17:53:14) Kuni_l'hungus: ?
(17:53:30) Kuni_l'hungus: il est impossible que ce murmure n"'y fût pas.
(17:54:18) Kuni_l'hungus: donc si tu ne l'as pas lu, tu es peut-être de bonne foi... mais tu ne lis pasd.
(17:54:23) (926893): Et tout ça, je le réeplique, mais toi, tu tords mes propos, les isoles, redistribues l'historique à ta sauce, m'impute ceci et cela.... " c'étazait pas un message associé à mon lien c'était le message dans lequel le lie apparaissait." ----> C'est quoi la différence, puisque je ne l'ai vu nulle part sur mon écran? Pas associé à ton lien, mais dans lesquel le lien apparait ça change stictement rien, puisque je n'ai vu qu'un lien. Joue donc sur les mots, à l'infini, pour rendre le problème parfaitement incompréhensible, alors que tout ceci était clair. Tu es très fort pour ça. Et il s'en trouve pour trouver de la pertinence à tes syllogismes véritablement vicieux. Je ne crois pas en ton honnêteté intellectuelle. Tu peux continuer à tordre le bazar à l'infini.
(17:55:41) Kuni_l'hungus: ça change quelque chose dnas la mesure où tu pourrais te justifier d'un message qui n'est pas apparu. Cela change tout même puisque cela coupe lcourt à mon argument précédent disant que si tu as lu le lien tu as forcément reçu le "murmure"
(17:57:22) (926893): Tu me dégoûtes profondément Kuni: tu vaux baldanders et baldanders te vaut, vous pratiquez la même sophistique pseudo argumentaire, et n'y trouveront leur compte que ceux qui ont besoin de croire que je n'ai pas de rigueur. Ce numéro, avec ou sans Baldanders, c'est fini. C'est vous les pourris, les pervers et les pele-mele. J'en ai fini avec vous deux et cette shoutbox pourrie qui sert par sa forme même à noyer le poisson et le tronçonner en segments opposables.... Beurk. Adieu.
(17:57:30) Kuni_l'hungus: alors ne m'accuse pas de tordre. Tu viens de changer la formulation laissant planer un doute et ensuite quand je précise les choses, cela te permet d'affirmer "cela ne change rien tu tords tout, et tu joues sur les mots". Joli jeu sur les mots de celui qui s'en dédit....
(17:59:46) Kuni_l'hungus: la sophistique? Tu as sans cesse mêle les messages auxquels tu faisais allusion, faisant en sorte que je ne sache plus à quoi je réponds, pour finir par dire que tu parles des deux (bah ouais mais moi j'aimerais pouvoir répondre précisément sur chacun sinon c'est un mélimélo).
(18:01:07) Kuni_l'hungus: ensuite tu laisses planer une formulation douteuse, qui, si je la laissais passer, réfuterait le point crucial que j'ai avancé (que tu ne peux pas ne pas avoir reçu le murmure dans le message du lien)
(18:01:35) Kuni_l'hungus: Et quand je reviens dessus, par souci de précision tu en fais une preuve que je tords, et que c'est de la sophistique.
(18:04:14) Kuni_l'hungus: Et toi qui n'as pas lu un message que tu ne peux qu'avoir reçu puisque tu as commenté le lien qui y était lié, tu t'en défends en disant que tu n'as vu que le lien. Bah oui. Mais de facto il est impossible que cela n'ait pas été dans un murmure. Mais toi comment peux-tu affirmer que cela n'y étyait pas si tu ne l'as simplement pas vu?
(18:04:23) (926893): j'ai rien changé, malhonnête, tout ceci est expliqué depuis le début. y a au moins 5 clarifications, et chacune, tu as essayé de la tordre pour valider tes "tu ne pouvais pas ne pas lire" ceci OU cela, peu importe, puisque je n'ai RIEN lu, hormis le lien que tu as posté, base de mon développement dont la première moitié n'a pas été effacée, et puis poursuivant sur ta question. T'es à GERBER, kuni. Tu confirmes, et tu prouves, oui: que t'essaies de noyer dans une shout ta totale incapacité à argumenter rigoureusement, toujours à effacer les marques de ta mauvaise foi, toujours à pinailler sur des queues de cerise que tu tronçonnes, pour ne pas te confronter à la seule chose réelle, que tu évites: que tu sais pas penser, pas réfléchir, pas conceptualiser, que t'as aucune rigueur, que tu écris comme un porreau chaotique, etc : et tout ça, tu t'en décharges sur mon dos, tu m'en charges au prix de tes contorsions sémantiques perpetuellement malhonnêtes. T'es juste dégoûtant, huileux et tourciveur. Je te laisse retourner dans ton.
(18:05:10) Kuni_l'hungus: je n'ai rien effacé si ce n'est les messages sur un fuilm qui ne me concerne absolument pas
(18:07:31) Kuni_l'hungus: mais toi tu ne fais qu'assimiler des choses qui n"'ont rien à voir, pour laisser des impréssions. Cela n'a jamais été clarifié, tu ne clarifies rien tu assismiles des messagfes différents, répond sur l'un et quand on te répond renvoit sur l'autre ou bien même ne précise pas duquel tu parles pour qu'on réponde sur le mauvais, puis tu avoues que tu parles des deux indifféremment.
(18:07:51) (926893): marais, parce qu'en dehors de ces occasions que tu saisis pour "prouver" que je sais pas lire ceci ou cela, bref, des conneries sans intérêt, comme ici, on te le lit pas, t'as rien à écrire qui vaille la peine d'être lu; t'es certainement le posteur le plus médiocre d'enculture. Tous les autres à côté me paraissent infiniment plus sympathiques, à côté de la purge que représente l'obligation de se justifier de tous les sophismes que tu agences sur mon dos. Retourne donc à tes "affaires", qui n'intéressent personne, à tes considérations vasectomiques sur ceci ou cela, qui jamais ne dépassent le niceau d'une cuvette de wc autiste pour tradmag. Bye.
(18:09:07) Kuni_l'hungus: Bah alros toi qui prétends savoir argumenter, savoir penser, je me demande comment tu peux savoir faire tout cela en étant si indifférencié dans tes expositions qui se prétendent clarifications.
(18:09:24) Kuni_l'hungus: et sache que s'il y a un avis dont je me fous c'est bien du tien.
(18:10:03) Kuni_l'hungus: *le tien.
(18:10:14) (926893): Tant mieux, que veux-tu que ça me foute que tu te foutes de mon avis? ça change rien. Adios débilos profondicum

(18:10:46) Kuni_l'hungus: quant à la mlhonnêteté de base elle consiste surtout à essayer d'utiliser cette affaire qui n'était rien comme preuve d'une malhonnêteté.
(18:11:21) Kuni_l'hungus: Alors que rien n'y avait d'importance et que comme je te le disais depuis longtemps je ne t'accusais de rien.
(18:11:43) Kuni_l'hungus: mais toi il a fallu que tu essaie deme faire provuer quelque chose
(18:12:01) Kuni_l'hungus: et que tu rattaches ça à ta thèse préalable sur ma méthode.
(18:12:06) (761429): https://play.spotify.com/artist/0vmrFTWCwK3gFGDzeUzeMg
(18:13:43) Kuni_l'hungus: qui est le rhéteur là? celui qui finit par amener l'autre dans un jeu de preuve alors que je te disais que ce n'était pas mon cas?
(18:18:05) Kuni_l'hungus: Il n'y avait aucun problème, aucune dispute, ni aucun enjeu, mais il a fallu que tu en crées une, faisant comme si j'avais voulu prouver quelque chose à ton sujet...
(18:18:21) (761429): On aurait pu se dire tout ça
(18:18:35) (761429): Ailleurs qu'au café d'en bas
(18:18:45) (761429): Que t'allais p't-êt' partir et p't-êt' même pas rev'nir
(18:18:53) (761429): Mais en tout cas, c'qui est sûr c'est qu'on pouvait en rire.
(18:19:13) (761429): Alors on va s'quitter comme ça comme des cons d'vant l'café d'en bas.
(18:19:25) (761429): Comme dans une série B on est tous les deux mauvais
(18:19:32) (761429): On s'est moqué tellement d'fois des gens qui faisaient ça.
(18:19:55) (761429): J'voulais quand même te dire merci pour tout le mal qu'on s'est pas dit
(18:19:58) (926893): ET c'est dans les archives: donc danse sur ta tête, à l'infini et ad libitum. Jusqu'à ce ce que tu avances l'idée plaisante que j'ai bidonné mes archives. Ben oui, que valent-elles, puisque toi t'as vu autre chose sur ton écran: ce qui prouve que je ne pouvais pas ne pas lire cet autre chose, et qu'ensuite j'essaie d'escamoter par des sophismes que je ne pouvais pas ne pas le lire. Bouclant ainsi ta boucle, t'autoconfirmant, comme toujours. Un mec qui "raisonne" comme ça ne peut être qu'un salaud, un malhonnête, un mec profondément méprisable, et je parle de corps et d'affects. Bye, pauvre merde. J'arrête de lire tes ajouts honteux, ça me file la Nausée.
(18:20:02) Kuni_l'hungus: bah non. Tant que tu ne m'as pas dit que c'était bien le murmure" que tu ne voyais pas (et non le "envoyer un message privé"), j'ai cru que tu le voyais.
(18:20:15) (761429): Certains rigolent déjà, j'm'en fous : j'les aimais pas
(18:20:20) (761429): On avait l'air trop bien. Y en a qui supportent pas.
(18:20:27) Kuni_l'hungus: ais tu dis n'importe quoi, là
(18:20:49) Kuni_l'hungus: tu ne bidonnes pas tes archives mais tu leur fais dire n'importe quoi
(18:21:55) (926893): Je ne leur fais rien dire, puisqu'elles sont la capture de ce que j'ai vu, depuis le début. Pauvre enculteur de mouches désespérement malhonnête.
(18:22:02) Kuni_l'hungus: tes archives elles ne font pas apparaître le message du lien vers le film.
(18:22:12) Kuni_l'hungus: alors si nous parlons de lui elles ne prouvent rien.
(18:23:04) (926893): J'enlève cette machine perverse de l'onglet, tu continueras bien à t'auto-confirmer à l'infini, incurable tache insignifiante.
(18:23:15) Kuni_l'hungus: quant au message de 1h03 tant que tu ne dis pas que c'est ce message que tu n'as pas reçu je ne le crois pas en effet. Il a fallu attendre que tu le dises pour que j'en prenne connaissance. Dingue...


(18:32:22) (785003): Parmi tant de sophismes dégoûtants, on ne sait que choisir: ("18:20:02) Kuni_l'hungus: bah non. Tant que tu ne m'as pas dit que c'était bien le murmure" que tu ne voyais pas (et non le "envoyer un message privé"), j'ai cru que tu le voyais.". Je n'ai fait que reprendre tes termes, "murmure" dont tu m'expliques que ça veut dire "message privé", n'ayant vu ni l'un ni l'autre. Mais quel sombre enculé, ce mec!!!
(18:32:44) Kuni_l'hungus: mais quel rapport?
(18:33:00) Kuni_l'hungus: c'est quand tu me dis que c'est cela que tu n'as pas vu que je m'y accorde

(18:34:48) Kuni_l'hungus: jamais tu ne me parles de ce message, ou des murmures
(18:35:30) (785003): Si t'étais devant moi, je te prie de croire que je te taperais sur la tête. Aucun rapport, andouille dégénerescente, aucun rapport, en effet, dans tous tes enculages de mouche sémantiques. Pauvre Merde inqualifiable, et inqualifiée, car les mots sont impuissants pour décrire la vilenie honteuse de tes acrobaties qui n'épateront que des demeurés. Bon, je bazarde cet onglet de malheur. Sans quoi je pourrais, je dis bien je pourrais, finir par devenir impoli, éventuellement.



(18:35:59) Kuni_l'hungus: mais oui c'est ce que je te dis
(18:36:22) Kuni_l'hungus: je ne cesse de revenir sur ce message de 1h03 tant que tu me parles d'autre chose
(18:36:28) Kuni_l'hungus: jamais tu ne me réponds là dessus
(18:36:39) Kuni_l'hungus: tant que tu en es là je continue de croire que tu les vois.
(18:36:41) Kuni_l'hungus: en effet.
(18:37:01) Kuni_l'hungus: ensuite je comprends que tu ne vois pas le message de 1h03
(18:37:20) Kuni_l'hungus: puis encore plus tard je comprends que c'est parce que tu ne portes plus le même numéro.
(18:37:38) Kuni_l'hungus: (donc le message, privéà 80 et quelques n'est pas lisible par 19 et quelques
(18:45:39) (785003): 1.(18:34:01) Kuni_l'hungus: " à mon "relis à 1:03:35, tu vas même jsqu'à répondre "je ne vois rien entre le messagfe de trollope et celui du nuémro "censure!" (18:34:10) Kuni_l'hungus: or le messagfe de trollope est à 1h16" ; "jamais tu ne me parles de ce message, ou des murmures"---> Et alors, sombre enculé, quoi de plus logique, puisque je n'ai rien vu de tout ça sur mon écran. De la même manière que ton fameux "murmure" inséré ou serti dans le LIEN, je ne l'ai vu nulle part sur mon écran: et c'est bien pour ça que j'ai développé, toi-même m'incitant à développer plus encore avec ton "où vois-tu de la vraie vie vivante".
(18:47:19) Kuni_l'hungus: sbah comment veux-tu que je sache que tu ne les as pas lus, si tu ne m'en parles pas?
(18:48:22) Kuni_l'hungus: et le murmure que tu n'as pas lu, il est la preuve que tu ne lis pas, reuve que je ne voulais pas donner parce que je n'avais rien à prouver, au départ.
(18:49:19) Kuni_l'hungus: le murmure dans le message du lien ce n'est pas parce que je le vois encore et que je doute que tu puisses ne pas voir ce que moi je vois que j'en déduis que tu n'as pas lu ce que tu as reçu.
(18:49:48) Kuni_l'hungus: mais parce que tu as reçu ce message (sans quoi tu n'aurais pas commenté le lien) et qu'il était dans un murmure.
(18:50:18) Kuni_l'hungus: c'estpas une question de "'qui le voit, ça", mais une question de forme du message.
(18:50:29) Kuni_l'hungus: tu as reçu ce message, tu as reçu le murmure.
(18:51:10) Kuni_l'hungus: celui-ci ayant été effcé en même temps que les messages suivant ceux de troloppe, tu ne me diras qu'en vain que tes archivent y prouvent quoi que ce soit.
(18:51:20) (785003): 2. e ne cesse de revenir sur ce message de 1h03 tant que tu me parles d'autre chose (18:36:2 Kuni_l'hungus: jamais tu ne me réponds là dessus (18:36:39) Kuni_l'hungus: tant que tu en es là je continue de croire que tu les vois." ---> Je ne te parle au contraire que de ça, pour t'expliquer cent fois que ce message de 1h03 n'a jamais apparu sur mon écran, je passe mon temps à te répondre là dessus, PUIS à te répondre sur ton fameux lieu inséré dans un "murmure" que je ne peux pas ne pas avoir lu, selon ta logique tordue, alors que je me tue là ausi à t'expliquer que je ne l'ai pa plus VU que celui de 1h03, raisons pour lesquelles j'ai développé, sinon je ne l'aurais pas fait. T'es vraiment le roi des enculés enculeurs de ta propre logique, et tu t'autoconfirmes dans tes sophismes délirants."continue" donc "à croire que j'ai reçu ce message( sans quoi je n'aurais pas commenté le lien), et qu'il était dans un murmure": il l'était sans doute sur TON écran, et je m'époumonne à te montrer qu'il ne l'était pas sur le MIEN. --->
(18:52:10) Kuni_l'hungus: je sais que tu ne las pas plus vu. C'est là leproblème.
(18:52:40) Kuni_l'hungus: je suis d'accord que tu n'as pas vu. Mais ça y était.
(18:52:43) Kuni_l'hungus: c'était sur ton écran
(18:52:50) Kuni_l'hungus: il est impossible que ça n'y ait pas été.
(18:53:03) Kuni_l'hungus: c'est toi qui doutres de tout ce que tu ne vois pas.
(18:53:13) Kuni_l'hungus: Et là ce n'est pas une question de sens mais justement de lgique.
(18:54:49) (785003): ce que montre l'archive: mais dans ta logique tordue, qui ne veut pas par principe accorder de crédit à mon témoignag---> Ta "logique tordue" = Tant que je ne peux pas te "démontrer" (et comment le pourrais-je, puisque j'ai pas lu ce murmure? C'est bien pq j'ai développé) que je n'ai pas lu ton murmure dans/avec le LIEN, tu es censé t'autoriser à continuer à postuler que je l'ai biel et bien lu.
(18:55:41) Kuni_l'hungus: non.
(18:55:59) Kuni_l'hungus: Dans la logique tordue mais informatique du chat, un murmure envoyé est un murmre reçu.
(18:56:15) Kuni_l'hungus: c'est tout
(18:56:20) Kuni_l'hungus: c'est mo seul argument.
(18:56:41) Kuni_l'hungus: un murmure non reçu est un murmure non envoyé, aussi.
(18:56:58) Kuni_l'hungus: un murmrure disparu est un changement de numéro.
(18:57:15) Kuni_l'hungus: ou un message effacé.
(18:58:05) Kuni_l'hungus: d'où ma foi dans le fait que tu avais bien, à une heure trois ou non mais au moins avant, lu un murmure.
(18:59:42) Kuni_l'hungus: et d'où ensuite, et ceci aujourd'hui, mon affirmation selon laquelle si tu as commenté le lien tu as reçu le message, comportant ce murmure.
(19:00:00) Kuni_l'hungus: (murmure) si tu me copies et colle ça qu'est ce qui apparaît?
(19:00:49) Kuni_l'hungus: (murmure) à partir du 19:00:00
(19:01:05) Kuni_l'hungus: *colles
(19:01:15) Kuni_l'hungus: erf lol
(19:01:18) (785003): Mais ça sert à rien d'essayer de t'expliquer cette évidence, pauvre merde, sombre enculé, puisque tu machine tes sophismes pour t'autoconfirmer dans des soupçons absurdes. ça suffit. La logique informatique du chat, c'est ton argument de merde, puisque je me tue à t'expliquer que cette logique est démentie par le fait que, malgré que tu sois persuadé du contraire, un n° qui poste sans être connecté ne voit rien de tout ça. Si TOI tu le vois, même en tant que numéro, ça implique d'autres raisons, comme par exemple tes cookies ou que sais-je: peu importe, c'est pas à MOI de te prouver que je ne peux pas voir ce que je suis censé voir selon la "logique informatique du chat", sombre merde et pauvre enculé, qui s'encule lui-même/ Pour la 100è fois, si j'avais eu connaissance du "murmure envoyé qui est un murmure reçu", y compris dans le LIEN, je n'aurais pas développé après, puisque tu m'expliques qu'en postant le lien, tu disais si j'ai bien compris que c'était un truc privé à ne pas commenter. Mais bien sûr, ta logique....
(19:01:43) Kuni_l'hungus: mais j'ai répondu à ça aussi.
(19:02:05) Kuni_l'hungus: ah et là je viens de t'envoyer deux choses.
(19:02:14) (785003): Je te lis même plus, j'ai plus la patience, tu m'as trop cassé les couilles.
(19:02:26) Kuni_l'hungus: ben tiens.
(19:02:45) (785003): Là, oui, je vois deux murmures: et alors, ça prouve quoi? Que j'aurais dû voir les autres? Pauvre con.
(19:03:18) Kuni_l'hungus: pas forcément celui de 1:03, puisque tu n'as pas reçu les messages.
(19:03:30) Kuni_l'hungus: mais l'autre, dans la mesure où tu as reçu le message.
(19:03:38) Kuni_l'hungus: (puisque commenté le lien)
(19:05:33) Kuni_l'hungus: puisque quand tu reçois un message murmuré tu reçois le murmure.
(19:06:10) Kuni_l'hungus: donc tu n'as bien pas lu quelque chose que tu as reçu.
(19:06:29) Kuni_l'hungus: ce n'est pas grave ça nous arrive à tous.
(19:07:15) Trollope: putain c'est grave
(19:07:25) Trollope: moi j'aime bien Jean Ray sinon.
(19:08:28) Kuni_l'hungus: cependant je n'ai rien eu à prouver à ton sujet avant que tu n'essaies de montrer que mon insistance sur le m"urmure" était une preuve de malhonnêteté ou de sophistique.
(19:08:58) Kuni_l'hungus: et j'ai bien compris que tu n'avais pas reçu mon message de 1h03
(19:08:59) (785003): Ben tiens, oui, ça fait des heures que j'essaie d'expliquer un truc simple à un enfoiré qui refait tout à sa sauce depuis sa logique. Mais bordel, sombre abruti: je te dis, pour la dernière fois, que ton LIEN, que j'ai commenté, ne contenait rien d'autre: c'est bien pourquoi j'ai développé, et plus encore, à ta demande ultérieure? Tu vas éluder ce fait jusqu'à la fin, en t'autorisant à supputer que je ne pouvais pas ne pas le lire "selon la logique informatique" Quitte carrément à me soupçonner soit de mentir, soit de l'éviter, etc. Mais tes contorsions consistant à dire que si je reçois à présent ceci, je l'ai forcément reçu à l'époque du prob considéré, sont démenties par le simple examen de l'ARCHIVE, qui montre que rien n'est apparu sur mon écran. Et que contrairement à ce que tu n'as cessé de supputer en m'invitant à aller relire, ton msg de 1h03, censé visible par moi, ne l'est pas: tout ça est lisible dans l'historique de l'archive. Malhonnête salopard, et là dessus je te laisse car ton but si t'en as un, c'est d'essa
(19:09:49) Kuni_l'hungus: mais comment saurais-tu qu'il ne contenait rien d'autre si tu ne l'as pas vu. or oui, nous venons de voir que tu reçois les "murmures"
(19:10:26) Kuni_l'hungus: L'archive????? mais l'archive ne contient pas ce message du lien!
(19:10:31) (785003): yer de me rendre chèvre ou maboul, pour ensuite te la jouer "voyez comme je suis resté courtois, gentleman, tout au long de cet échange, et lui insultant, ne sachant maitriser ses nerfs", ce qui prouve bien quelque chose, mes amis.
(19:11:57) Kuni_l'hungus: "voyez comme je suis resté courtois, gentleman, tout au long de cet échange, et lui insultant, ne sachant maitriser ses nerfs" qui a fait ce plan là?
(19:12:03) (785003): " mais comment saurais-tu qu'il ne contenait rien d'autre si tu ne l'as pas vu. or oui, nous venons de voir que tu reçois les "murmures"" ----> JE REPETE, abruti malhonnête, je parle de ton LIEN qui ne contenait rien d'autre: donc j'ai VU ce lien, je ne dis que ça depuis le début: c'est bien pour ça que j'ai développé par la suite. T'es vraiment un enculé
(19:13:11) Kuni_l'hungus: oui tu as vu ce lien mais pas le message dans lequel il si'insérait.
(19:13:22) Kuni_l'hungus: Je te répète, tu te montes un truc tout suel je le dis depuis hier
(19:13:30) (785003): t'as le truc des tarés, pour t'autoconfirmer à l'infini. Faut être vicieux, ou con, ou médiocre, humainement. Et tout ça, tu le PROUVES, à chaque sophisme, déformation sémantique que tu ajoutes à ton mille-feuilles. Beurk final.


(19:15:32) Kuni_l'hungus: nous sommes d'accord sur le fait que tu as vu ce lien mais pas ce qui y était accolé. et sur la fait aussi que si j'ai continué à m'expliquer sur cette histroire de "murmures" c'est parce que je n'ai pas pu croire que tu ne l'avais pas vu, au moins dans le message du lien (partant du principe que tu lis les messages qui te sont adressés).
(19:16:09) Kuni_l'hungus: quand bien même j'eus compris que tu n'avais pas vu le message de 1:03 avant qu'il ne disparaisse.
(19:16:44) Kuni_l'hungus: il n'y a aucune déformation sémantique là dedans.
(19:18:10) Kuni_l'hungus: Par contre j'affirme que tu peu dire "je n'ai vu que le lien" mais pas "il n'y avaitt que le lien".
(19:18:37) Kuni_l'hungus: et nous pouvons tous les deux affirmer qu'il y avait bien cemurmure.
(19:18:51) Kuni_l'hungus: dans ce que tu as reçu, puisque tu les reçois.
(19:24:12) Kuni_l'hungus: et là c'est toi qui tords, en faisant comme si j'affirmais que tu n'as pas vu le lien. Le fait que tu aies vu le lien est ce qui me fait affirmer que tu as reçu le murmure. Donc je ne dis pas le contraire. Tu vois que c'est toi qui déformes.
(19:41:56) (370730): Tes murmures postés supra, ils se retrouvent à présent dans mes archives. Donc je peux les voir, tout comme je pouvais voir ceux qui ne se trouvent pas dans les archives de cette nuit: et pour lesquels tu as insisté qu'ils étaient bien là, lisibles, il suffisait de lire le post de 1h03 par exemple, qui se trouvait toujours là disais-tu, que je ne pouvais pas ne pas voir (c'est donc, dans ta logique, que par distraction je ne l'ai pas lu mais il s'y trouve bien, etc: or tout cet échange est précisément consultable dans l'archive de ma capture d'écran où je te réponds que ce post n'y est pas, et on voit qu'il n'y est pas, dans l'archive. A présent, tu fais deux "murmures" dans la shout: ceux-là, je peux les voir, je les archive: il est impossible que je ne puisse les voir.
(19:43:24) Kuni_l'hungus: tu les vois encore là?
(19:43:26) Kuni_l'hungus: maintenant?
(19:44:07) Kuni_l'hungus: qu'on parle bien du même moment, car tu es le spécialiste des anachronisme et autres antidatages.
(19:45:01) Kuni_l'hungus: je pense qu'il es timpossible que tu les lisemaintenant que tu es 37mille
(19:45:14) Kuni_l'hungus: *lises
(19:45:36) (370730): ET quand tu dis, en parlant des "murmures de cette nuit: (18:52:10) Kuni_l'hungus: je sais que tu ne las pas plus vu. C'est là leproblème. (18:52:40) Kuni_l'hungus: je suis d'accord que tu n'as pas vu. Mais ça y était. (18:52:43) Kuni_l'hungus: c'était sur ton écran (18:52:50) Kuni_l'hungus: il est impossible que ça n'y ait pas été. (18:53:03) Kuni_l'hungus: c'est toi qui doutres de tout ce que tu ne vois pas : tu oublies que notre dialogue, où tu me dis d'aller voir le post de 1h03 qui s'y trouve encore, et où je te réponds que je ne le vois nulle part, est entièrement consultable dans la shout. Si ce post était consultable sur MON écran au moment du dialogue en question, il apparaîtrait dans l'archive. De la même manière qu'apparaissent dans l'archive, à présent, tes deux murmures de tout à l'heure. Donc tes sempiternels "il est impossible que ça n'y ait pas été", et obligatoire que MOI je ne les ai pas LU même s'ils étaient bien là: ça ne tient pas une seconde, c'est juste un paralogisme
(19:54:44) (370730): C'est toi le spécialiste des anachronismes et antidatages: tes murmures supra, posté à 19h, je les vois ici comme dans mes archives. Et si j'avais vu les autres comme tu insistas, dans ton msg précis de 2h22,me disant que le msg de 1h03 était toujours là et que moi seul pouvais lire (tout cet échange, incluant ma réponse, lisible dans l'archive, y compris l'absence du post sur MON écran, puisque que nous parlons de ça en direct et c'est dans l'archive). Ces murmures, dont tu soutenais dans le dial à 2h22 qu'ils étaient visibles au moment du dial, démenti par l'archive, ils devraient être selon ta même logique visible de la même manière, dans mes archives, que les deux murmures de 19h dont voici le copié-collé depuis mes archives (D'ailleurs tout ceci est archivé et sera posté à la suite du reste, à côté
(19:54:49) (370730): (19:00:00) Kuni_l'hungus: (murmure) si tu me copies et colle ça qu'est ce qui apparaît? (19:00:49) Kuni_l'hungus: (murmure) à partir du 19:00:00 (19:01:05) Kuni_l'hungus: *colles (19:01:15) Kuni_l'hungus: erf lol
(19:58:19) Kuni_l'hungus: la copie a été faite après le changement de numéro bien entendu.
(19:59:08) Kuni_l'hungus: bon je vais manger. Tout est clair du coup.
(19:59:28) Kuni_l'hungus: Pouruqoi moi j'ai cru que tu ne pouvais pas ne pas avoir vu, et le fait que je me tormpais
(19:59:35) Kuni_l'hungus: a plus on en reparle. Ou pas.
(20:09:57) Kuni_l'hungus: bon sans déconner maintenant ton sophisme est éclatant ici
(20:10:06) Kuni_l'hungus: et je t'ai laissé le développer sans t'interrompre
(20:10:09) Kuni_l'hungus: je suis content
(20:10:12) Kuni_l'hungus: on en reparle.
(20:10:15) Kuni_l'hungus: ou pas.
(20:10:29) Kuni_l'hungus: enfin on a de quoi discuter là.
(20:11:42) Kuni_l'hungus: a tout à l'heure
(20:25:11) (622741): " bon sans déconner maintenant ton sophisme est éclatant ici "----> "Mon" sophisme? Le tien, entretenu par ton postulat d'évidence, incontestable, mais démenti, et tout ce qui en découle, qui a été commenté abondamment. Quelles que soient les cabrioles et contorsions logiques et sémantiques que tu feras peut-être un devoir de pondre pour dissoudre toute valeur à mon propos. 'culé.
(20:44:10) (600910): Et je reprendrai, point par point, l'ensemble de tes contradictions logiques, que tu m'imputes, sur topic où j'ai posté l'archive à 5h30, archive faisant état de tous les échanges depuis 10h31 jusqu'à 3h15 du mat visibles sur MON écran, moins le développement que tu as effacé, moins aussi les posts-"murmures" auxquels tu me demandes de me référer en direct et moi te répondant en direct que je ne les vois nulle part; moins également le LIEN que tu as posté, visible chez moi sans aucun "murmure" sans lequel selon toi il n'aurait pu être vu, lien qui a disparu, sans doute parce que tu l'as effacé. Lien qui a fourni le prétexte d'un développement que tu as toi-même encouragé, en amont et en aval, avant de sabrer ce qui t'indisposait sans doute, et en recourant à ton argumentaire anachronique sur les "murmures". Tout cela, dans le détail, j'y reviendrai, autre part que dans cette shout qui rend inaudible par le mitraillage systématique segmentant chaque phrase jusqu'à noyer le sens général. En attendant, je vais me reposer. 'culé=
(20:48:10) (583055): PLUS l'archive complète de ce jour, contenant d'ailleurs des tas de truc que tu as effacés, mais que moi j'ai conservé, de 16h08 à maintenant.
(20:52:28) (583055): Et je prendrai mon temps. Après, y aura encore l'invalidation de tous les glissements sémantiques opérés par Baldanders pour étayer sa pseudo démo. Je ne vous laisserai, quoi qu'il en soit, faire croire à quelque public impressionnable, que vous êtes des mecs rigoureux, cohérents, à l'inverse de moi, parango du sale type délirant. Autant dire que l'affaire jerzy-pervers-pourrave-pele-mele n'est pas close. Elle le sera peut-être avec la désintégration définitive de cette misérable shout ainsi que du misérable forum indigent qui la fournit généreusement. Vous allez connaître la souffrance, a world of pain, ouaip. Bonne nuit.

(21:05:07) Kuni_l'hungus: Alors que nous fait le zizi ici? Pour réfuter la logique selon laquelle "un "murmure enovoyé est un murmure reçu sauf en cas d'effaçage ou de changement de numéro", Jerzy montre, après changment de numéro qu'il peut encore recevoir les murmures. En effet cela invalide tout à fait l'idée qu'il serait certain qu'e le message de 1:03:35 a été reçu. En effet, il ne figure pas dans l'archive, alors que la condition qui devrait l'en empêcher (changement de numero)ne l'epêche pas. Sauf que nous étions d'accord pour dire qu'il avait pu ne pas le recevoir (même s'il a bien été envoyé comme le montre la capture d'écran plus haut. D'ailleurs Jerzy mentionne une capture d'écran de sa part que personne n'a vue, mais ce n'est pas le sujet). Mais cela devrait prouver aussi qu'il a pu ne pas recevoir le murmure du message dont il a commenté le lien? Mais par quel miracle logique? Cela pourrait tenir si le message n'avait jamais été lu, de même que l'autre message n'apparaissant pas dans l'archive... La preuve qu'il peut ne pas recevoir un m
(21:05:28) Kuni_l'hungus: (erf trop long?)
(21:10:17) Kuni_l'hungus: donc je disais : la preuve qu'il peut ne pas recevoir un murmure envoyé alors qu'il a lu le message et qu'il reçoit les murmures, ce serait qu'il peut encore archiver un message murmuré alors même qu'il a changé de numéro, invalidant ainsi l'énoncé "un murmure envoyé est un murmure reçu sauf en cas d'effaçage ou de changement de numéro"? Et c'est moi qui joue sur les mots, là, peut-être. lol.
(21:11:23) Zahad_le_rouge: "A le voir, on se dit alors qu’il est bien difficile de faire du cinéma." : est-ce le moment où Orignac décide donc d'arrêter sa carrière de court métragiste ?
(21:11:31) Zahad_le_rouge: (hélas non)
(21:11:53) (163604): En attendant on a vu un fou dire qu'il ne lisait pas ce qu'il lisait et qui archivait ce qui prouvait que les enculés, enculteurs et les pauvres cons étaient derrière la fin du monde et le complot judéomaçonnique siono-illuminatisque mais on a toujours pas vu le film dont il est question c'est un peu (pauvre) con
(21:13:45) Kuni_l'hungus: Mais où est-il prouvé, en dépit de toute logique qu'un message envoyé en "murmure" pouvait être lu tout en voyant disparaître sa mention "murmure"??? nulle part. Même dans son archive super balaize qui résiste au changement de numéro, la preuve qu'il donne ne perd pas sa mention "murmure".
(21:16:58) Kuni_l'hungus: De plus ses archives super fortes qui montrent tout ce qui devrait être apparu, qui prouvent tant de choses... ne restituent pas le message contenant le lien, message qu'il a pourtant reconnu avoir reçu.
(21:17:06) Kuni_l'hungus: alors ça prouve quoi ses archives?
(21:17:08) Kuni_l'hungus: queue dalle.
(21:18:05) Kuni_l'hungus: Si: ça prouve que zizi est capable de jeter un nouvel écran de fumée pour prouver quelque chose sur lequel nous étions d'accord : il est possible qu'il n'ait pas pris connaissance dumessage de 1:03:35
(21:18:53) Kuni_l'hungus: ça prouve qu'un message, même murmuré, peut encore être reçu, malgré un changement de numéro.
(21:19:47) Kuni_l'hungus: Bah ouais, mais de là à prouver qu'un message envoyé avec ce murmure puisse être reçu sans cette mention, donc être altéré, y a un grand sauf, en termes de logique.
(21:19:52) Kuni_l'hungus: *saut
(21:23:52) Kuni_l'hungus: ah, au fait. au sujet d'un soi-disant effaçage. je n'ai rien effacé concernant notre discussion, la seule chose que j'ai effacé, je l'ai dit et le répète, c'est hier, un passage de ton commentaire sur la bande annonce dont je t'ai passé le lien en murmure.
(21:26:30) Kuni_l'hungus: de 16h08 à maintenant je n'ai rien effacé. Peut-être des messages de moi-même que j'ai aussitôt reformulés,éventuellement, et qu'un enregistreur de chat (ça doit bien exister) aurait pu garder, mais rien que je n'aie fait disparaître.
(22:40:18) (783090): Reflexion faite, deux fous
(23:42:00) (563036): A Kuni, qui répète à plusieurs reprises que son post de 1h03 il le voit sur SON écran (notamment 2h21'51": ça y est encore"; 17h01: je l'y vois encore): puisque la page de shout contient encore l'ensemble des interventions, qu'il fasse donc un copié-collé express de cette page, déjà. ça permettra, dans un premier temps, d'opposer à l'archive de cette même page sur MON écran, d'opposer l'archive de cette page sur SON écran: puisqu'il continue à voir cela que moi je ne vois pas, non seulement dans mon archive, mais encore en reconsultant directement la page (alors que je vois ses deux murmures de 19h). S'il ne fait pas rapidement ce copié-collé en le poste dans un topic, et alors que je le vois on line, je m'autoriserai de penser qu'il est en train de bidonner son propre copié-collé.
(23:42:26) (563036): La suite viendra sur le topic des spectres. En son temps, avec toutes ses contorsions débiles.
(23:46:12) Arlette ChatBot: Erreur : Statut de connexion: 500
(23:56:23) Kuni_l'hungus: mais lol quoi
(23:56:48) Kuni_l'hungus: je te dis depuis cet aprèm que je sais que tu ne la vois pas et que tu ne l'as pas vue
(23:57:03) Kuni_l'hungus: alors pourquoi remonter ça?
(23:57:08) Kuni_l'hungus: ça n'a stritement aucun sens.
(23:57:40) Kuni_l'hungus: Si ce n'est d'essayer d'ebrmouiller encore et d'amener à une étape précédente, éloignant de ton dernier sophisme
(23:58:31) Kuni_l'hungus: (16:15:09) Kuni_l'hungus: Je sais que tu ne le vois plus puisque tu as changé de numéro entre temps (pas volontairement bien entendu)
(23:58:39) Kuni_l'hungus: c'est bien avant 17h01, ça?
(23:58:51) Kuni_l'hungus: donc je l'ai admis, concédé.
(23:59:27) Kuni_l'hungus: mais tu isoles cette phrase, prise au moment où je fais le récapitulatif chronologique.
(23:59:47) Kuni_l'hungus: pour dire que je continue d'affirmer cela.
(23:59:57) Kuni_l'hungus: mais non ça fait longtemps à ce moment que je tre l'ai concédé
(00:00:38) Kuni_l'hungus: même la veille à la fin de la discussion je ne parle plus de murmure qu'en référence au message dans lequel est posté le lien
(00:00:49) (532843): voilà, ça va faire 24h, record battu de durée d'échanges absurdes sur shout ! bravo les fous !
(00:00:50) Kuni_l'hungus: mais il te faut fraire croire que je continue d'affirmer cela bien entendu.
(00:01:25) Kuni_l'hungus: je proteste, numéro 53 et quelques; On a déjà fait bien plus de 24heures
(00:02:33) (532843): je proteste, ça n'a jamais été aussi absurde
(00:02:45) (532843): (et aussi drôle)
(00:02:49) (532843): (du coup)
(00:02:50) Kuni_l'hungus: lol. C'est vrai.
(00:03:06) Kuni_l'hungus: parce que là c'est sûr du rien en plus.
(00:03:12) Kuni_l'hungus: mais vraiment
(00:03:24) (532843): bonne nuit ! Et courage !
(00:03:29) Kuni_l'hungus: y a pas de texte à la base,, pas de lecture, rien.
(00:03:43) Kuni_l'hungus: nan mais je suis binetôt couché, je bosse demain
(00:03:55) (532843): on dit ça...
(00:05:21) (532843): j'attends la volée de bouts de phrases cinglants échangés entre 3h et 4h30
(00:07:28) Kuni_l'hungus: je pourrai pas, là, vraiment
(00:07:40) Kuni_l'hungus: debout 7 heures moins vingt
(00:13:02) Baldanders: ça laisse du temps


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Dim 12 Mai 2013 - 22:54

Deux trois trucs, au débotté, dans cette boue fumeuse du malhonnête kuni, qui après m'avoir remercié récemment en privé, là on peut le dire c'est le terme exact, de l'avoir "réveillé de son sommeil dogmatique", y replonge aussi sec et, n'en doutons pas, se rabibochera comme de juste avec les répliques de lui-même en sophismes débiles sur des queues de cerise, histoire de "prouver" qu'ils n'ont rien d'autre à faire.



Kuni soutient mordicus que si je dis n'avoir jamais vu ses fameux "murmures", incluant celui qui était associé au LIEN, ce n'est pas parce qu'ils n'étaient pas visibles sur mon écran (il est impossible, assène-t-il à plusieurs reprises, que celui de 1h03 notamment ne s'y trouve pas, sur MON écran - quand à l'autre il l'a effacé donc on n'a plus à arguer là-dessus, mais il le soutient toujours ***), mais parce que je ne les ai pas LUS, par distraction.


*** si j'ai vu le lien, j'ai forcément vu le "murmure" qui va avec, assène-t-il dans sa logique absurde - soutenant le caractère incontestable de ce qui ne peut plus être prouvé° (puisqu'il a effacé ce lien par après, quand je poursuivais mon développement).


a)
Relisons, quasi au hasard tant ça pullule entre tant de paralogismes où il s'auto-confirme lui-même, un pseudo argument fumeux et bidonné que Kuni m'administre: de 19h18 à 19h24:

- "Par contre j'affirme que tu peu dire "je n'ai vu que le lien" mais pas "il n'y avaitt que le lien" ---> Tiens donc je ne peux pas affirmer qu'il n'y avait que le lien sur MON écran: ce que veut justement dire "je n'ai vu que le lien"; et ce qui n'implique nulle part que je dirais qu'IL n'y avait que le lien, mais juste que JE n'ai vu que ce lien sur mon écran, ce qui est très différent ---> cela donc que "je ne peux pas dire" ("qu'il n'y a que le lien")- et que je ne dis nulle part -, c'est donc l'abruti qui le place dans ma bouche au gré de ses propres glissements sémantiques.
Et pourquoi?
PARCE QU'il décrète, lui, d'emblée, que ce n'est pas possible: parce le lien apparaissait dans ce message (17h49'32''), que "le lien était "murmuré" (17h50'51, et suivants). On tourne donc en rond et il ne fait que s'auto-valider lui-même en décrétant que si je ne l'ai pas vu, ce murmure, c'est forcément une distraction de ma part.
Et quand je répondais: "ça change quoi, puisque sur mon écran j'ai vu le lien mais pas le murmure en question (17h54'23'')? Il me rétorque: "ça change quelque chose dnas la mesure où tu pourrais te justifier d'un message qui n'est pas apparu" (17h55'41"")
---> Où - again - je chercherais à me justifier d'un message qui n'est pas apparu??
Bis in idem: je ne dis pas qu'il ne l'a pas posté, ce putain de message-murmure, ou "qu'IL n'y avait que le lien", je dis juste qu'il n'est pas apparu sur MON écran et que je n'ai vu que le lien.
Ce qu'il m'accorde généreusement de dire, pour auto-valider en douce son "alors, c'est que tu l'as pas lu, parce qu'il était forcément sur TON écran"; et s'accorder dans la foulée de soupçonner, ce brave homme magnanime, que de la sorte je "pourrais me justifier d'un message qui n'est pas apparu"!! (ce que je ne dis nulle part, mais qu'il suppute, lui, après avoir avoir interprété à sa façon mon "je n'ai vu que le lien", voir supra).
Qu'importe!
Il décrète que quand je dis que "je n'ai vu que le lien" (ou, par ailleurs, que je ne vois nulle part son "murmure" de 1h03 qu'il dit que je ne peux pas ne pas voir) - c'est tout simplement impossible depuis SON idée que c'est la "logique informatique du chatt": c'est que j'ai pas "voulu" le voir, son putain de "murmure", et que je peux en plus prétendre faussement qu'il n'y avait que le lien ("me justifier d'un msg qui n'est pas apparu"), etc and so on: boucle auto-circulaire du brav'kuni.
Et c'est tout le temps comme ça, tout au long de l'échange: le mec s'auto-enculte, s'auto-confirme sur mon dos en réinterprétant systématiquement mes propos à sa sauce, leur attribuant une signification qu'ils n'avaient pas.

b)
Mais cette "logique informatique", pour y revenir, elle n'est pas si infaillible, puisque je lui montre ensuite (répondant simplement à sa demande: vois-tu mes nouveaux "murmures" - et non selon je ne sais quelle stratégie roublarde comme il essaie de l'établir), que ses murmures ultérieurs (à 19h), apparaissent bien sur mon écran (qui plus est: alors que je ne suis plus sous le même numéro), et donc peuvent être archivés de la même manière que j'ai archivé tout ce qui précédait. L'archive n'étant qu'un copié-collé de ce que je vois sur mon écran:
donc, si (le lien ayant disparu, plus la peine d'y revenir) le fameux murmure de 1h03, qu'il voit encore sur son écran, ne peut pas selon lui ne pas apparaître sur le mien, il doit forcément apparaître alors sur mon écran, et dans le copié-collé de la page de shout, de la même manière que les murmures de 19h y apparaissent, ainsi que dans le copié-collé archive: NÉCESSAIREMENT puisque c'était l'objet d'un dialogue précis, encore consultable à cette heure là, et archivé, où il me demandait de me reporter à ce post de 1h03, et où je lui réponds que je ne le vois pas. Le copié-collé ne peut pas escamoter un post qui se trouve bien, selon lui, sur MON écran, au moment où il me demande d'aller le consulter, mais qui ne se retrouve ni sur MON écran de la page de shout, ni dans son copicol.
Et une fois encore: je ne conteste en rien que kuni ait posté ses "murmures": je dis juste qu'ils ne sont pas apparu sur mon écran (sauf quand mentionné dans la shout, à l'occasion de ses démo ultérieures qui foirèrent: une seconde, pas même, en "clignotage", éclatant comme une bulle sur mon écran en se désintégrant, sans même que je puisse en prendre connaissance °°).
Mais ça, rien que ça, rien que ce témoignage de ma part, il ne veut pas l'admettre, il lui faut "prouver" que c'était bien sur MON écran, mais que je n'ai pas pris le temps de le lire. Et toutes ses contorsions fumeuses, anachroniques, pour établir ce "fait" depuis sa logique "incontestable" - que je prouve même rien qu'en la contestant, à suivre ses sophismes serpentins...

[°° Comme rappelé plus haut, donc, et consultable: kuni copicolle, à 2h10'46'', un nouveau "murmure" : "je t'ai envoyé ça (2h10)". Murmure à 2h10 qui a éclaté moins d'une seconde sur mon écran avant de disparaître. Ce qui prouve encore, puisque c'était déjà prouvé, que cette technique des "murmures" non seulement n'est pas infaillible, mais rate apparemment souvent. Puisque le "murmure" a disparu aussitôt (du moins de MON écran): seulement lisible dans son copicol par K; et à quoi je réponds, à 2h12 "C'est ça que tu appelles un "msg privé"? ce truc que je viens de voir apparaître une seconde puis disparaître, sans même avoir le temps de lire son contenu? C'est ça "un message privé"? Un message public clignotant... alleeez".
Tout ceci ne faisant que confirmer le ratage aléatoire de ses murmures, le caractère défectueux de sa prétendue "infaillible logique informatique du chatt".
Et il a beau s'auto-valider en mode Coué en m'assénant continuellement que son Lien (effacé après), étant dans un "murmure"/"msg privé", je ne pouvais pas ne pas avoir pris connaissance de ce dernier, ce n'est pas parce que c'était manifeste sur SON écran, selon son témoignage, que ça l'était nécessairement sur le MIEN comme il s'acharne à essayer de le "prouver" par ses cabrioles sophistiques navrantes (- voir encore, dans le développement f) infra, entre doubles-parenthèses, une de ses manipes sémantiques grotesques, jouant sur l'anachronisme, où il essaie à nouveau de le "prouver" en dépit de toute logique). Que son lien soit apparu sur mon écran dissocié de son "murmure", même si ça lui semble un profond scandale à la fois logique et technologique, rien ne permettra jamais de "prouver" le contraire. Ce qu'il s'acharne pourtant à essayer de "démontrer" en s'auto-validant lui-même.
Quant à l'archive, comme re-expliqué plus haut et plus bas°, elle sert à mettre en évidence bien autre chose: inutile donc de constamment rappeler, au cas où quelqu'imbécile masochiste continuerait à se persuader du contraire, qu'elle n'est d'aucune utilité sur l'affaire de "lien". Ténébreuse affaire, diraient les Dupondt, qui a désormais rejoint les énigmes les plus insolubles de l'Humanité, tel l'Atlandide et autres civilisations disparues].


c)
Et tout ça, ces précisions ineptes, pour quoi?
Parce que, selon kuni, je lui chercherais des mobiles, des intérêts à avoir effacé mon développement.
Mais je m'en cogne, de ça, qu'il efface.
Qu'il efface si ça lui chante, c'est pas ce qui me soucie dans cette controverse aussi débile que les précédentes, c'est que par pétition de principe, il ne veut pas accorder le moindre crédit à mon témoignage sur ce que je vois sur MON écran, ni à l'archive qui ne fait que copier coller ce qui est visible sur mon écran. Il joue sur les mots, suppute une confusion de ma part: on ne saurait trop de quoi je parle, du post 1h03 ou du lien, etc. Et il m'invalide en s'autoconfirmant perpétuellement par ses "impossible que tu ne le vois pas sur ton écran", etc.
C'est forcément que je lis mal, que je ne vois pas ce qui est forcément visible, même s'il concède, grand prince, que oui, il veut bien croire que je suis de bonne foi quand je dis que je ne l'ai pas LU. Je ne l'ai pas LU, mais ça s'y trouve quand-même, et sur mon écran! Y sort pas de là. Mon témoignage, l'archive, ça compte pas.

D'ailleurs il s'étonne lui-même par la grâce de ses propres contorsions logiques
": L'archive????? mais l'archive ne contient pas ce message du lien!" ° (faux problème qu'il nous resservira régulièrement, notons-le. 21h16 et sv: "de plus ses archives super fortes qui montrent tout ce qui devrait être apparu, qui prouvent tant de choses... ne restituent pas le message contenant le lien, message qu'il a pourtant reconnu avoir reçu [NDJ: je n'ai absolument nulle part reconnu cela, ad inf. rep - juste rappelé sans cesse que je n'ai vu sur mon écran que le lien: c'est lui qui par ses contorsions paralogiques me fait dire ce que je ne dis nulle part, cf. a, b, e, et surtout f].- alors ça prouve quoi ses archives? - queue dalle") :

---> Ben forcément, puisqu'il a effacé le lien bien avant que j'archive la page (à 5h03, sur les spectres). Où est le problème? Répétons-le inlassablement, puisque l'épuisant K en fait son beurre inépuisable: l'archive ne sert pas pour ce LIEN, c'est acté par tout le monde depuis le début et pas la peine donc de vaticiner dans le vide à propos de ce lien-qui-est forcément-un-murmure etc. Ce qui ne peut plus être prouvé, puisqu'effacé: faux problème, problème insoluble (comme montré supra et infra); agité sans cesse pour escamoter une des fonctions de l'archive/copicol. L'archive sert, entre autres, pour l'autre post-murmure de 1h03 dont il n'a cessé de dire que lui le voyait encore et qu'il était forcément visible sur mon écran, m'invitant à le consulter.

d)
Mais le plus important, qu'il a escamoté d'emblée, c'est que c'est lui qui a initié cette conversation, dans la shout. Là encore, l'archive en témoigne: je n'ai fait que rebondir sur ses propos à propos de Phèdre. Puis il me poste un lien, où je peux voir un extrait d'un film de phèdre, que je commente. Il me laisse d'ailleurs le commenter: subsiste une moitié de mon développement (sur ce film), qui ne le gêne pas plus que ça.
Il me pose même la question: "où vois-tu là-dedans la vraie vie vivante"?
Ce qui m'oblige à reformuler ma pensée:
pourquoi donc me poser cette question publique (qui m'oblige à une clarification dont il efface la seconde partie), s'il affirme que son lien-murmure-message privé (que seul moi pouvais lire) avait en quelque sorte pour vocation, si j'ai pigé, de me faire saisir que c'était un truc privé dont il ne souhaitait pas que je discute publiquement ???... Pauvre type, va, qui te démens, anachronises, te contredis tout seul, sans l'aide de personne. Refais bien l'historique à ta sauce et avec tes gymnopédies sémantiques, pour bien montrer - terme à terme, en sodomisant mes énoncés comme tu sais si bien le faire- qu'il n'en est rien: c'est lisible dans l'archive supra, que tu le veuilles ou non, baltringue.

Puis il efface la seconde partie, donc en s'adressant à un numéro qui n'est pas moi mais qu'il prend pour moi, en "me" disant (1h41/42): "ouais - sauf que c'est un truc que je t'ai filé en privé - et que je t'ai prévenu deux fois". Ce qui enclenche toute la discute puisque je n'ai jamais vu sur mon écran ces avertissements, l'archive de la page complète de la shout vue sur mon écran en témoigne.
Mais surtout: il a beau jeu de me dire soudain m'avoir filé un lien en privé, après avoir effacé ce lien, m'expliquer que forcément, je n'avais pas pu ne pas voir ses "murmures" dont en effet j'ignore la fonction (d'où je la connaîtrais, déjà?), premièrement, m'expliquer rétroactivement, ensuite, que toute cette discussion, qu'il a enclenchée, c'était en fait un truc privé dont il ne souhaitait pas débattre: alors que les 3/4 de cette discussion sont lisibles par tout le monde dans la Shout, ses interventions comme les miennes. A moins que toutes ses interventions n'aient été, allez savoir, que des "murmures" que moi seul pouvais lire: dans ce cas, il faut bien que les autres lecteurs de cette discussion confirment qu'il l'ont lue telle quelle, jusqu'à l'événement de l'effacement.
Mais c'est pas la peine, c'est lisible aussi bien dans mon copicol que dans n'importe quel copicol que je demande en vain à Kuni de simplement poster sur un topic. Voir post suivant: son entourloupe pour escamoter cette simple demande "dépourvue de sens". Pourvue de sens déjà parce que ça montrerait bien qu'il a participé à 3/4 de la discussion publique sans songer à l'effacer une seule seconde, sans invoquer qu'elle était privée, etc.

Il a lancé ses "murmures"-avertissements, puis effacé le passage, vraisemblablement quand j'étais aux chiottes donc. Puis a répondu à je sais pas qui qu'il a pris pour moi. Moi, aussitôt revenu devant mon écran, j'ai simplement constaté l'effaçage, lu sa réponse à un autre qu'il prend pour moi, et aussitôt posté ma réaction, qui dément avoir été prévenu deux fois. Prévenu deux fois c'est possible, je m'en cogne: ces deux avertissements n'étant de toute façon pas là sur mon écran à mon retour. Pas plus que son fameux "murmure" de 1h03 n'était visible sur mon écran quand je postais la suite de mon développement après trollope parlant de sunshine (la partie effacée par kuni, donc, et si j'avais vu sur mon écran son "murmure" de 1h03, je me serais abstenu de poursuivre, sauf à postuler que je suis soit malhonnête soit incapable de lire un "murmure" que je ne peux pourtant pas ne pas voir).
Ni à fortiori le "murmure" de son "lien-murmure" sur le film de phèdre: lien qui, murmure ou pas murmure, a déclenché mon développement qu'il a LUI-MEME stimulé par ses propos, sa question publique m'obligeant à préciser... Cf supra. Et là, j'étais pas aux chiottes, puisque j'étais devant mon écran, à répondre à cette question. Dont il conserve la première partie (sur le film proprement dit) tout en effaçant la seconde...

Mais de tout ça, kuni en tire aussitôt une duplicité, un "dédire": j'ai prétendu que j'ai pas quitté mon écran, mais je me démens en disant avoir été aux chiottes! Comme si ça changeait quoi que ce soit au problème discuté: comme si ça changeait le fait que son "murmure" de 1h03, autant que son lien-murmuré, c'était avant que j'aille aux chiottes: donc je l'aurais vu sur mon écran, ce murmure deux fois (par le lien, puis par le murmure de 1h03), puisque j'étais devant mon écran à répondre à SA propre question publique. Et c'est à mon retour des chiottes que j'ai vu qu'il en avait effacé une partie, en causant à "x" de ses deux avertissements, etc etc etc. Mais le brave, l'honnête kuni, cherche dans tout ça des "contradictions" qui invalident mon témoignage, et "prouvent" que je ne pouvais pas ne pas avoir vu ses murmures, même si je suis de bonne foi en disant que je les ai pas LU.
(Quel brave homme, qui me reconnait généreusement à la fois ma "bonne foi" et le fait que cette "bonne foi" prouve en même temps que je suis un nigaud distrait qui ne le lit pas.... Comme c'est rusé. Une ruse pour débiles mentaux ou gosses de 5 ans en retenue... Il faudrait dire: "merci, mon brave, pour cette marque d'honnêteté et d'humilité émouvantes de ta part" ou un truc du genre. En tout cas pas des insultes bas-de-plafond, ma chère, voyez vous-même où ce pauvre être impuisssant en est réduit: agonir d'injures son contradicteur droit dans ses bottes et au calme d'airain.)

(La suite du commentaire de son entourloupe pour débiles profonds, voir post infra).


Reprenons l'historique, en guise de résumé de tout ceci:

- 23h12'21'': je commente le teaser, à partir de son "lien-murmure", qui était posté pour étayer la série de ses propos dans la conversation au sujet du projet de phèdre (de 22h09 à 23h10'4").

- A quoi il répond, à 23h23'20"": "tu vois je te le disais". ça l'indispose absolument pas, donc: il n'est nulle part question de m'inciter au silence ou je ne sais quoi, parce que c'est "privé". Au contraire, il semble être content d'être ainsi confirmé: "tu vois je te le disais".

- Puis je continue: ça le gène toujours absolument pas, ce développement public. Il n'efface rien, n'exprime toujours nulle part que c'était privé, en raison de son "lien-murmure", et que j'avais pas à le commenter. Au contraire, là encore: il me demande même de préciser, à 23h47'40"": "où tu vois de la vraie vie vivante"? ---> je réponds, première partie du développement: qui ne le gène absolument pas puisqu'il ne l'efface pas non plus, qu'il ne suggère nulle part que là encore, j'avais pas à commenter.

- Puis trollope arrive à 1h16 en causant de sunshine: à quoi je rebondis en rédigeant la seconde partie de mon développement: et là, Kuni efface.
Puis à partir de là, auto-kunilingus ne cessera plus de m'expliquer après-coup que son "lien-murmure" m'incitait à ne pas causer de tout ça en public; qu'à 1h03 il m'a posté un "murmure" qui me demande si ça me gène pas qu'il efface, et que je ne pouvais pas ne pas voir sur mon écran ce murmure adressé à moi seul, qu'il y est encore, ce qu'il répète plus tard, etc etc.

Considérant l'historique global de l'échange: quelle manipe de bas étage. Faut croire qu'il ne percute pas lui-même sur ses propres contradictions, ses propres démentis, son propre anachronisme. C'est ahurissant.

[Alors, bien sûr, sous pression, je fais des lapsus, comme lorsque je réponds (à 2h23'37"), au "regarde à 1h03'35", tu le verras" de K (à 2h22'20"): "Je ne vois RIEN entre le post de trollope et le post du numéro, qui n'est pas moi, et qui dit "censure".
J'aurais dû dire à ce moment là: "je ne vois RIEN entre mon post de 0h11'19" et le post de trollope à 1h16'19".
Ceci ne changeant strictement rien au fait que n'apparaissaient sur mon écran (comme le montre le copicol) ni le post que K me prie d'aller regarder à 1h03'35" ni, forcément, tout ce que K a effacé entre le post de Trollope à 1h16'19" et le post du mec qui dit "censure" à 1h39'41".
Ce lapsus mineur permettant à Kuni_l'hungus de corriger (à 18h34'01"): " à mon "relis à 1:03:35, tu vas même jsqu'à répondre "je ne vois rien entre le messagfe de trollope et celui du nuémro "censure!", puis (18:34:10) "or le messagfe de trollope est à 1h16" ; "jamais tu ne me parles de ce message, ou des murmures".
---> Ce qui ne change strictement rien au problème débattu: je ne pouvais parler d'aucun de ses "murmures", qui n'apparurent pas sur mon écran (comme suffisamment précisé supra) - que ce soit celui de 1h03'35" (précédant la seconde partie de mon développement, effacée par K - effacement que je découvre après mon retour des chiottes) ou que ce soit le "murmure" de son lien-murmure (effacé x temps après par K., et qui entraîna la première partie de mon développement, à partir de 23h12'21", partie que K commenta publiquement sans que ça lui pose apparemment le moindre problème).]




e)
La suite de son raisonnement circulaire, donc, de 19h18'37"" à 19h24'12":


- "et nous pouvons tous les deux affirmer qu'il y avait bien cemurmure." ---> Selon son postulat, toujours, discuté plus haut, il décrète pouvoir parler pour nous deux, sous la forme contraignante: "nous pouvons tous les deux affirmer que"? Non, il peut juste affirmer que de son côté à lui, y avait bien murmure - ce que je ne conteste pas - , mais il ne peut pas affirmer que de mon côté à moi aussi: sauf à m'imposer unilatéralement son postulat et proclamer que je "déforme" si je refuse d'y souscrire.

- "dans ce que tu as reçu, puisque tu les reçois." (toujours son même postulat asséné en boucle close)
- " et là c'est toi qui tords, en faisant comme si j'affirmais que tu n'as pas vu le lien. Le fait que tu aies vu le lien est ce qui me fait affirmer que tu as reçu le murmure. Donc je ne dis pas le contraire. Tu vois que c'est toi qui déformes."

---> Une fois encore, où ai-je fait comme s'il affirmait que je n'ai pas vu le lien? Je n'ai juste cessé de dire que son "murmure", dont il m'explique qu'il contenait le lien, je ne l'ai pas vu sur MON écran, mais seulement le lien, ne lui en déplaise et même si ça heurte son respect absolu de l'infaillible "logique informatique du chatt". Une fois encore, quel rapport entre ce que j'ai dit et ce qu'il me fait dire de façon "tordue" par lui? Mais il me ressort en boucle son histoire de murmure indissociable du lien, murmure que j'ai pas vu sur mon écran, donc, - mais que j'ai forcément vu d'après lui, sinon j'aurais pas vu le lien lui-même... S'auto-validant sans mon consentement: je n'ai pour moi que la "bonne foi" de ne pas avoir lu ce que je ne pouvais pas ne pas voir... And so on: le mec verrouille son truc, à double tour, etc etc.



f)
(( Autre saisissante manipe confusionniste, parmi tant d'autres, de la part de mister K s'auto-métamorphosant de blatte en papillon étincelant. Autre preuve mathématique du fait qu'il s'auto-valide tout seul selon sa propre logique tordue.

Il essaie absurdement, dans ce passage ci-dessous, de "démontrer" (le lendemain) que si j'emploie (la veille: à 2h05'20") l'expression "envoyer un msg privé" [°°°] et non "murmure à l'oreille de" [°°°], cela "prouve" que j'ai forcément lu cette mention "envoyer un msg privé" dans son Lien vers le film - puisque "ce lien était précédé lui aussi de cette mention":


- (16:50:19) Kuni_l'hungus: tu réponds ceci : (190545): [à 2h05'20":] Je ne vois ça nulle part. Quand on écrit, en tant qu'intervenant exterieur au site, on voit pas de "envoyer un message privé". Tous les msgs qui sont écrits sur ce chatt sont par définition des msgs privés [cad "publics" - lapsus de ma part corrigé à 2h10'10"").
- (16:50:40) Kuni_l'hungus: tu parles bien de "envoyer un message privé" [°°°]. Pas de "murmure à l'oreille de".
- (16:52:11) Kuni_l'hungus: et j'ajoute que le lien vers le film était précédé lui aussi de cette mention.
- (16:52:34) Kuni_l'hungus: donc que cette mention tu l'as lue, à un moment puisque tu as commenté le film.

Or ici comme ailleurs, Kuni l'embrouille ne fait que s'auto-valider lui-même en boucle circulaire, donc, dans le plus parfait bidouillage chronologique des propos de l'autre, ou la plus parfaite confusion chronologique de l'historique de l'échange. Car c'est LUI-MEME qui m'apprenait à 2h04'05" que "murmure à l'oreille de [°°°]" signifie "envoyer un message privé"[°°°]. ---> C'est bien pourquoi je fais ma réponse à 2h05'20", où je ne fais que reprendre ses propres termes: mais dont il tire ici anachroniquement la "preuve" que si j'emploie cette expression, c'est parce que j'ai bien lu cette mention précédant son lien!

Il suffit en effet de lire mon propos, ainsi que les siens auxquels il fait suite, dans l'historique :

- (02:02:08) (190545): je n'ai lu ça absolument ça nulle part, (ici jerzy), et je répondais à tes propos dans un chatt public, tu appelles ça "en privé"? De quel message privé parles-tu? Je suis ici sur le chatt, pas sur un profil lisant des messages privés. Serais-tu un parfait menteur, kuni, ce qui réveille mes soupçons jamais éteins sur tes méthodes
- (02:02:56) Kuni_l'hungus: es-tu dans le "cadeau bonux, du chat, jerzy? [NDJ: Bien sûr que non, je ne suis pas dans son "cadeau bonux du chat", j'y ai jamais foutu les pieds]
(02:03:58) (190545): Si tu voulais pas en causer en public, fallait pas lancer la discussion dans un chatt public, et y poster un lien. C'est pas moi qui ai causé de ça, c'est toi, et c'était pas privé. Le chatt est lisible non pas en privé, mais en public. Et j'écris sur le chatt comme intervenant public, sans profil privé. C'est quoi, ce fatras de sophismes?
(02:04:05) Kuni_l'hungus: tu pourras voir sous chaque interlocuteur l'option "envoyer un message privé" [°°°].
(02:04:29) Kuni_l'hungus: c'est ce qui fait le "murmure à 'oreille de" [°°°]
(02:04:46) Kuni_l'hungus: signifiant un message que toi seul a reçu et pu lire, dans ce chat
(02:05:20) (190545): Je ne vois ça nulle part. Quand on écrit, en tant qu'intervenant exterieur au site, on voit pas de "envoyer un message privé" [°°°].

Là encore donc, on ne peut qu'être effaré par le mélange de confusion et de malhonnêteté manifestes du pauvre type kuni. Le mec ne fait que segmenter le lendemain vos propos de la veille, les isoler du contexte de l'échange, pour les sodomiser et auto-valider après-coup sa "démonstration", en commettant les anachronismes dont il vous accuse.
(Mais bien sûr, bien évidemment, comme il ne cessera de le répéter régulièrement, comme à 21h16 : "ça prouve quoi ses archives? - queue dalle ".)
La principale vertu si épatante de sa rigoureuse méthode, qui est d'examiner au tire-ligne chacun de vos énoncés pour relever vos contradictions, vos contresens, étant que c'est lui qui empile contresens sur contresens, ajoutant un nouveau sophisme à ses sophismes précédents. Rendant quasi impossible, dans le feu de l'échange, de ses mitrailles, que vous puissiez vous démêler de la nasse de confusions qu'il crée lui-même et dans laquelle il vous empapaoute. Jusque tant et si bien que le problème débattu soit rendu parfaitement incompréhensible. Ce dont bien sûr il ne manquera pas de vous accuser.
[Et dans toute la suite, Kuni l'auto-enfumeur-enfumé ne fera que sodomiser chacun de vos termes, propos, jusqu'à en tirer la rigoureuse démo que c'est vous qui cherchez à noyer sous un écran de fumée l'évidence de ce qu'il entend démontrer par ses propres écrans de fumée. N'hésitant jamais à faire feu de tout bois, à tirer du moindre de vos lapsus émis dans le feu de l'échange matière à jeu vicieux sur les mots, une preuve supplémentaire de vos contradictions. ))


g)
Une fois établi que c'est selon SES explications ultérieures dans la shout, que j'ai saisi que par "murmure" il entendait "un message privé", qui en l'occurrence me demandait d'arrêter ou me prévenait qu'il allait effacer (ce que je ne pouvais savoir ni d'eve ni d'adam, surtout si ça n'apparaît pas sur mon écran), comment postuler encore, a postériori, partant de ma surprise compréhensible de l'effacement du développement, qu'à la limite je n'ai pas été attentif à ses avertissements précédents? Postuler, donc, que je lis pas attentivement ses posts, que je poursuis, sourd en quelque sorte, sur ma lancée, etc. Alors même que je développais à partir de SA question, de SES propos antérieurs (cf point d)... Bref, autant de postulations psychologiques ineptes, mais qui correspondent en quelque sorte à l'image persistante que kuni s'est forgé de ma personne (avec la collaboration active de l'autre plouc, son golem en débilités vasectomiques profondes), et que là encore, il va se charger de "prouver" par l'exemple... Alors qu'à simple relecture de l'ensemble de l'échange toujours consultable, indépendamment de la partie effacée, il est clair que le caractère "privé" de cet échange n'a JAMAIS été mis en avant. Bon dieu, quel pauvre type... Pouah.

Et kuni, le pauvre type, aurait pu s'y prendre bien autrement: pour me faire comprendre simplement, qu'il souhaitait effacer ceci ou cela et que cette converse était en fait privée: il lui suffisait de me le dire, simplement, sans ses putains de "murmures" débiles que moi-seul-ne-peux-pas-ne-pas-voir-sur-mon-écran, parce qu'ils ne s'adressent qu'à moi, seulement lisibles par l'émetteur et le récepteur de ces "murmures" de taré. Où était donc le si vibrant mystère qui exigeait de me communiquer ce simple souhait en recourant à un tel stratagème, à une structure de "messagerie" aussi tordue, dont j'ignorais forcément l'existence, indépendamment du fait qu'elle s'est révélée totalement inefficace? Bien que Kuni s'auto-persuade toujours, le pauvre homme, de son efficacité imparable fruit d'une Logique informatique infaillible?

On croit rêver... Le mec, le pauvre mec, au lieu de postuler dans son auguste coin, que j'allais forcément "capter" des messages subliminaux adressés à moi seul - que j'ai jamais captés (parce que je suis distrait, un truc dans le genre, pauvre homme que je suis, en proie à l'auto-radotage), il pouvait pas simplement poster cette requête toute simple sous sa forme la plus incontestablement lisible et visible: cad publique. Et je n'aurais strictement opposé aucune réticence à acquiescer à cette demande. Je n'y oppose d'ailleurs aucune réticence: c'est pas moi, je le rappelle, qui ai crié à la "censure", et c'est absolument pas l'objet des mises au point subséquentes.



h)
Tout ceci est donc une tartufferie, digne de la "manière" kunienne, qui est de systématiquement noyer le poisson en "démontrant" que c'est l'autre qu'a pas lu, qu'a pas été attentif, qu'il déforme, etc etc.
Il explique sans broncher qu'il "assume" sa position: mais il ne l'a assumée nulle part, au contraire il a lancé une éristique digne de la casuistique jésuitique à propos de "murmures" qui m'alertaient, en amont, qu'il fallait pas que je cause de tout ça sur la shout publique, parce que c'était privé, mais que j'ai pas vu ni compris. N'importe quoi! N'importe quoi pour me faire passer, au fond, pour un débile, et escamoter le fait central: que c'est lui, pas moi, qui a lancé, stimulé et nourri cette conversation publique (cf. d). Et ça, il l'assume pas: il tient à tout prix à mettre sur mon dos sa propre bévue, à charger la mule providentielle que j'apparais être dans ce contexte, se déchargeant de ses responsabilités dans la discussion, et faisant de moi le nigaud, qui n'a pas compris, le pauvre, que c'était privé. Parce qu'il ne lit que ses propres posts, ce pauvre homme, confirme opportunément un autre intervenant. Et il faudrait gober, une fois encore, une fois de plus, une fois de trop, avec bonhomie, politesse, dérision, cette grosse couleuvre agencée en toute "simplicité".

Et attention, je ne dis pas que c'est délibéré, de la part de kuni, ce pauvre type. Je constate juste que ce sont les syllogismes de sa mauvaise foi, avérée, ici comme ailleurs. Matière à ses désormais légendaires "démonstrations" (fondées sur l'isolation des phrases, leur segmentation, tronçonnage, au "terme à terme", jusqu'à pulvérisation du sens au profit de celui qu'il lui substitue), au sujet de mon inaptitude à lire, ou aptitude à "déformer", "éviter". (Oh le pauvre homme... Lui qui ne promettait rien, pourtant, il y a 10 ans voire même avant. Comme c'est triste... Se rend-il compte à quel point il est ridicule, comme il aime à me psalmodier? Rien n'est moins sûr: y a au moins 1 ou 2 ou 3 types aussi confus et malhonnêtes que lui pour le rassurer sur ce point).


Et le pauvre mec, il me disait encore dans son mp qu'il aime pas les forums où les posts sont trop longs, où les gars ne se lisent pas les uns les autres, postule-t-il généreusement. Préférant la dynamique de sa shout, qui permet, à l'en croire, une "vérification" sur le champ, dans un régime d'expression court et rapide, de la valeur, ou que sais-je, de ses "critères" qu'il cherche rigoureusement, etc. C'est vraiment le discours d'un parfait Idiot. J'ai déprimé sec quand j'ai lu ça, je voyais pas comment je pouvais répondre à une telle ineptie répétée avec la même assurance. Raison pour laquelle j'ai jamais répondu à son MP.
Quand on voit comment il utilise sa shout, la soi-disant "rigueur" qu'elle lui permet - qui ne consiste qu'à segmenter les propos de l'interlocuteur au terme à terme, où le sens est pulvérisé par ses bons soins, c'est effarant.
Désespérant: y a jamais rien qui en sort, nada, du vent. Le mec est tout simplement incapable, basiquement, d'écrire autrement qu'en sodomisant les mots de l'autre. ça doit être ça, son "enculture", je vois que ça: la pratique rigoureuse rendant rigoureusement fou n'importe qui, de la sodomisation perpétuelle de mouches signifiantes atomisées. Si vous rentrez dans son jeu parfaitement pervers, à l'insu (??) de son plein gré, vous êtes fichu: condamné à l'engluement inexorable dans sa "non-méthode" pseudo-argumentaire; condamné à de vaines mises au point kilométriques; chaque phrase que vous écrirez, chaque terme, chaque mot, il se chargera, avec l'obstination des Idiots réels, de lui administrer son poison spécifique, et croyez le bien: ce sera sans fin. Jusqu'à ce qu'épuisé, vous déclariez forfait, ou que bien avant, il s'auto-congratule lui-même sans l'aide de personne, par des "haha, je te l'ai mise bien profonde, et tu l'as pas supporté!".
Et baldanders, c'est pareil comme modus discursif: le pauvre kuni en a fait l'amère expérience, dont il se plaint en MP à mézigue, dès lors qu'il comprit la "manière" baldandersienne. Mais hélas pour lui, le pauvre kuni, a pas vraiment percuté que c'était la sienne aussi, par mimétisme de ces deux athlètes l'un sur l'autre.
Aussi gageons que cette dyade fusionnelle, fracturée à grands fracas il y a peu, va se ressouder en retrouvant l'ennemi commun, objet de leur art éristique de baltringues, retrouvant la vertu d'un "front uni" de la Gauche des Idiots, sans doute, contre les vilains mèssieurs méprisant leur être de chair, leur putain de sensibilité délicate. Ces crétinoïdes d'anthologie.
Il a d'ailleurs repris aussi sec son toc sur "zizi", après s’être louablement contraint à se contrôler dans sa folle créativité lexicale, ce brave homme. Le "zizi", c'est bien la seule chose qui l'obsède, comme déjà expliqué ailleurs: il passe son temps à vous accuser de tout réduire à des concours de bites, mais lui, il ne sort de son silence quasi pariétal, de son trou de taupe amorphe, que pour se lancer à corps perdu dans des concours de bites. C'est son seul moteur. En dehors de ça: nada, l'oscillogramme plat de la grenouille. Pauvre homme, pauvre type...


Et dans quel but? Pour quelle raison, quel motif, tout ça? Pour reprendre ses propres questions, qu'il ferait bien de s'adresser à lui-même au lieu de me les adresser. Car moi, j'ai aucun intérêt à défendre, dans cette discussion parfaitement inepte: je suis juste passé, à ce moment là, dans la shout, tailler une bavette: il m'a fourni les motifs de la discute, les anciens, scythe, phèdre, me livrant des infos sur ce que faisait phèdre, et j'ai rebondi, pour taper la discute. Sinon, je m'en fous, je m'en tape, je m'en branle, de ce que peut faire phèdre.

Par contre, j'ai pas l'intention de me faire balader une fois encore par la technique de mitraillage de sophismes, paralogismes, contorsions sémantiques du gars Kuni, qui n'a jamais réussi ici à prouver qu'une seule chose: sa totale incapacité à causer sérieusement de n'importe quel sujet. Il n'est jamais autant inspiré que lorsqu'il s'agit de "prouver" que je sais pas lire un truc, comme dans l'affaire sartre-baldanders, comme dans l'affaire tetsuo.

Et pour quel résultat, au juste, à chaque fois?
Une sinistre pantalonnade méprisante et méprisable, où il ne cessa de "prouver" son incapacité à saisir des enjeux de réflexion au delà de l'opposition de personne, ou rivalité mimétique, qui semblent le ronger. Mais qu'il se confirme tout seul ce triste sire débile, comme il l'a toujours fait, et pas sur mon dos, qu'il se confirme à lui-même qu'il a des trucs intéressants à dire, quelque part, au sujet de quelque chose. Jusqu'ici, j'ai rien lu, et je m'en fiche. Il n'a rien à prouver? C'est clair: littéralement, il n'a RIEN à prouver. C'est un mec qui prouve rien, jamais, ni l'intérêt de ce qu'il peut bien raconter, ni la rigueur de ses pseudo-raisonnements éristiques qui ne convainquent que deux ou trois prétentiards dans son genre, qui aiment trop à prendre des vessies pour des lanternes.

Donc, s'il insiste, ce petit monsieur médiocre, je reviendrai, post par post, à chacun de ses paralogismes. C'est pas fini, ça fait même que commencer. Au delà des insultes que je lui ai adressées, et qui sont parfaitement méritées, que j'assume même, et que je revendiquerai même devant un tribunal des facultés kantiennes en délire.

- - - - -

Et c'est réédité, 77 fois. Les 77 cercles de l'enfer. En hommage au Zat 77 du capitaine Haddock. En hommage aux tintinophiles de 7 à 77 ans. Non, 78, raté. Avec des ajouts in progress, pour les lucky-luke des shouts qui mitraillent au quart de tour tout ce qui tombe sous leurs yeux, parce que tout se joue toujours pour eux dans l'urgence de l'instant des énoncés ou que sais-je. Car forcément, ça prend du temps, de démêler l'écheveau confusionniste enduit de vase, recouvert de purée de pois, et noyé dans les fumigènes multidirectionnels du roi de l'embrouille.
Faut être maniaque, faut souligner les passages, clarifier par des balises, se relire sans cesse pour corriger (au mieux, il en restera toujours) ses coquilles, fautes de frappe, de ponctuation, etc. Sachant que les empapaouteurs isolationnistes se jetteront bien entendu comme la misère sur le monde sur le moindre terme, bout de phrase, qu'ils segmenteront, démembreront puis réarrangeront à leur sauce. Tels des chirurgiens pervers sortis de La maison des 1000 morts de Rob Zombie, sodomisant avec un délice mortifère des cadavres de mouches qu'ils transformeront en mouches mutantes... Pour se donner raison, jusqu'au bout, à n'importe quel prix.

Pauvres mecs. Sauf Trollope, qu'est plutôt sympa. Et les autres, plutôt absents.



Dernière édition par Baudouin II de Barvaux le Mer 15 Mai 2013 - 4:49, édité 78 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Invité le Lun 13 Mai 2013 - 1:32

PS:

(23:42:00) (563036): A Kuni, qui répète à plusieurs reprises que son post de 1h03 il le voit sur SON écran (notamment 2h21'51": ça y est encore"; 17h01: je l'y vois encore): puisque la page de shout contient encore l'ensemble des interventions, qu'il fasse donc un copié-collé express de cette page, déjà. ça permettra, dans un premier temps, d'opposer à l'archive de cette même page sur MON écran, d'opposer l'archive de cette page sur SON écran: puisqu'il continue à voir cela que moi je ne vois pas, non seulement dans mon archive, mais encore en reconsultant directement la page (alors que je vois ses deux murmures de 19h). S'il ne fait pas rapidement ce copié-collé en le poste dans un topic, et alors que je le vois on line, je m'autoriserai de penser qu'il est en train de bidonner son propre copié-collé.
(23:42:26) (563036): La suite viendra sur le topic des spectres. En son temps, avec toutes ses contorsions débiles.

(23:46:12) Arlette ChatBot: Erreur : Statut de connexion: 500
(23:56:23) Kuni_l'hungus: mais lol quoi
(23:56:48) Kuni_l'hungus: je te dis depuis cet aprèm que je sais que tu ne la vois pas et que tu ne l'as pas vue
(23:57:03) Kuni_l'hungus: alors pourquoi remonter ça?
(23:57:08) Kuni_l'hungus: ça n'a stritement aucun sens.
(23:57:40) Kuni_l'hungus: Si ce n'est d'essayer d'ebrmouiller encore et d'amener à une étape précédente, éloignant de ton dernier sophisme
(23:58:31) Kuni_l'hungus: (16:15:09) Kuni_l'hungus: Je sais que tu ne le vois plus puisque tu as changé de numéro entre temps (pas volontairement bien entendu)



---> Admirons donc, again, cette entourloupe (déjà commentée sous un premier angle supra) du fumeux et fumiste Kuni.
Il m'explique à plusieurs reprises, comme rappelé plus haut, que son murmure de 1h03, il est toujours là, qu'il le voit, que je ne peux pas ne pas le voir.
Comme je ne le vois pas, comme rappelé, ni dans la page de shout ni dans le copicol archivé, je lui demande simplement de poster à son tour son propre copicol de cette page de shout.
Forcément, et selon sa propre logique imparable, ce que je ne vois pas, lui, il le voit bien. Il le voit si bien qu'il me rappelle à plusieurs reprises, texto, que je ne peux pas ne pas le voir, que c'est forcément sur mon écran.
Il est donc naturel de lui demander de simplement poster son copicol de la page de shout, toujours consultable à cette heure, à partir de la conversation publique en cours au sujet de phèdre, qu'il initia publiquement.

OR Il ne veut pas accéder à cette simple demande. Prétextant que ça n'a strictement aucun sens. Parce qu'il me dit "depuis cet aprèm qu'il sait que je ne la vois pas et que je ne l'ai pas vue".

Kuni prend authentiquement les gens pour des débiles profonds juste capables de gober sa propre ineptie:
on le sait bien, que je ne la vois pas; comme on sait bien que lui, la voit, il le dit assez. Il lui suffit de me le démontrer, par le simple copicol de ce qu'il voit de sa shout, depuis son écran; là je verrai enfin ce que je ne peux pas ne pas, selon lui, voir, alors que ça s'y trouve bien, selon lui, sur mon écran comme ça se trouve sur le sien.

Donc, il dit que ça n'a strictement aucun sens, sinon pour embrouiller encore et amener à une étape précédente, etc. Comme c'est étrange, ce refus expédié par un "ça n'a aucun sens", alors que précisément ça a tout son sens. S'il ne veut pas faire simplement ça, on est en droit de penser que c'est parce que, malgré ses assertions répétées qu'il voit toujours son "murmure" sur son écran, il prétend le voir, bluffe. Il lui suffit donc de démonter d'un coup sec mon soupçon par son copié collé de la page de shout complète. Refusant à 23h57 d'acquiescer à ma demande de 23h46, le fera-t-il plus tard, quand il aura eu le temps de bien bidonner son copicol, murmure le paranoïaque en moi?


* * *


... Mais anyway, ceci n'est qu'un micro détail piquant. L'essentiel est énoncé plus haut.
Il s'en trouve encore, qui ont réussi à être entièrement dupés par les pirouettes franchement lamentables de la sophistique kuniennne, pour accorder la moindre valeur à son tissu de glissements sémantiques gros comme des baraques à frites, rappelés plus haut par de simples exemples, et pour escamoter le motif principal de son argumentaire tartuf(f)ier: qu'il a initié cette discussion publique, et que les 3/4 de cette discussion, aussi bien mes interventions que les siennes, sont consultables publiquement. L'argument bricolé après, à partir de ses "murmures" bien réels mais que je n'ai pas vu sur mon écran, étant de soutenir rétro-activement que toute cette converse, tous ses propos, sur lesquels j'ai rebondi, c'était en fait un truc privé qu'il ne souhaitait pas rendre publique.

Ce pauvre type est un bloc inentamable de mauvaise foi et de manipulation de 5è zone. Gageons qu'il tronçonnera mon post plus haut, en éléments hétérogènes, pour leur administrer à chacun leur poison spécifique, occultant systématiquement le sens global. Seule chose qu'il a jamais su faire, et qu'il fera jamais, à l'ombre rassurante de sa shout où il enculte ses mouches en s'auto-confirmant, avec l'aide ou sans, de quelques confirmateurs qui ne manqueront pas de proclamer: "oui, kuni a raison, et jerzy est un sophiste! Merci kuni, tu as dit bien mieux que moi ce que je n'arrivais pas à formuler", etc etc.

Des princes magnanimes, entourant un fumiste incurable. Beurk exposant l'infini.



* * * *


Il faut cesser, non par philanthropie, mais pour s'épargner autant de peine inutile, d'alimenter ce sombre crétin méprisable. Crétin parce qu'il a choisi librement d'être un crétin, libre jusque dans sa passivité la plus profonde, comme disait l'autre. Avec la confirmation désintéressée de mecs aussi rigoureux que lui.
La vedette, la vedette absolue.
Je comprends qu'il souffrait tant, quelque part au niveau du vécu, de retenir aussi peu l'attention. En se signalant, régulièrement, à mon attention, par ses arguties crétiniquement anthologiques, je suis bien obligé de tenir compte de son existence. Comme d'une sorte de scandale ou de gag épistémologique permanent, qui scie littéralement les pattes. Comme d'une purge, un fardeau cauchemardesque dont on n'aspire qu'à se libérer après 5 minutes de la consultation de sa prose d'invertébré à qui le royaume des cieux appartient depuis la sombre nuit des temps. Le prob, je m'en rends compte avec horreur et putréfaction, c'est que j'alimente ce pervers paradigmatique. Je le nourris, je le fais grossir, il étend son emprise, distille jusque dans mes neurones le venin de sa logique tordue, bloquant toutes les issues, invalidant toute critique extérieure par l'auto-confirmation compulsive de lui-même.

J'aurais dû ne jamais relever la sophistique putride, sordide, morbide on peut le dire, de ce pauvre type incapable de penser hors de l'encultage de mouches qui s'intéressent un peu à lui, de force, après avoir trouvé ça rigolo pendant un temps trop bref, hélas.
Tout est de ma faute. Aujourd'hui, je m'en veux sincèrement d'avoir soulevé un peu de la culotte de zouave abritant son ptit zizi caché par la main du masseur. C'est dégoûtant. Derechef.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la confusion conceptuelle érigée au rang de bel art (de la ratiocination permanente) - suivi de petites fugues...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum