I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

égalité

Message par Terra do sol le Ven 24 Avr 2009 - 5:36

Salut à tous!
J'ai étudié avec Rancière à Paris 8 pendant un certain temps, il y a longtemps déjà, et j'ai fait quelques traductions de ses textes en portugais du Brésil. Je suis tombée sur ce forum par hasard et j'ai presque tout lu (il pleut!)... Je trouve que les réactions de Borges sont intéressantes, mais un peu à côté de la plaque. Je n'ai aucune envie de "soutenir" Rancière, mais, voyons, le postulat, ou le principe d'égalité dont il parle n'a rien à voir avec les divisions du sujet d'avec lui-même: égalité ne veut pas dire identité! Puis, que Rancière se déclare méfiant envers les radicalismes de gauche ne fait pas de lui un libéral de droite ou de gauche, encore moins un supporteur du consensus! Il faut le dire par ailleurs, la position politique "dure" de Badiou ne fait pas de lui un innovateur dans le champ de l'esthétique, ni même dans celui de la politique... Enfin, puisque vous avez déjà plus ou moins clos le débat, je ne vais pas faire long, je voulais juste ajouter qu'il me semble un peu facile de dire: "c'est con ce qu'il dit" sans faire l'effort pour mieux comprendre ou pour mieux répondre à cette connerie. Car, à la fin, Borges ne dit rien de très consistant et c'est dommage que JM semble satisfait de cette inconsistance. Puis, juste pour finir, je crois que vous avez tous deux mal compris le commentaire de Rancière sur la phrase de Godard, car il ne me semble pas qu'il dise le contraire de ce que dit Godard, mais qu'il va dans le sens de ce qu'il appelle sa provocation en appellant à une critique qui déplace "ce type de partage fondamental". Quant à la Valse avec Bachir, je ne peux rien en dire, je ne l'ai pas vu, je crois que le film n'est pas arrivé ici...
En tout cas, votre disposition à la discussion est formidable, bravo et merci. clown

Terra do sol

Messages : 2

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Ven 24 Avr 2009 - 7:30

Salut Terra do sol, et bienvenue par ici !

La discussion n'est pas close du tout, sinon nous aurions bouclé le sujet.

Je ne me satisfait pas d'inconsistance, c'est pour cela que je trouve le dernier bouquin de Rancière et ses discours répétés (ressassés) ici ou là un peu légers, chose à laquelle il ne m'avais pas habitué jusque là. L'axiome égalitaire conduit Rancière à de nombreuses simplifications vis à vis de ses "adversaires", à réduire certains discours séditieux, certaines hypothèses, d'une manière qu'on dirait volontiers réactionnaires si d'autres les prononçaient.

Je comprends mal ton propos au sujet du passage concernant Godard. Je ne vois pas de provocation dans les propos de Godard, ni d'"ironie" comme le souligne Rancière d'ailleurs, il y a juste plusieurs manière de les comprendre. Comment Rancière peut-il faire la morale à Godard là-dessus, déclarer qu'il faut déplacer le partage alors même que le cinéaste a été un des premiers à le faire par le passé. De toute façon, dans la manière répétée de Rancière de revenir là-dessus systématiquement et trop rapidement je sens comme une sorte de règlement de compte un peu nul. il me semble que Borges a répondu largement en argumentant à propos de ce passage (ça se trouve sur le blog). J'y reviendrai moi-même dans le prochain numéro des Spectres, et sur certains choix esthétiques récents de Rancière pour défendre son propos..

Je crois que Borges et moi-même, entre autre, avons aussi évoqué le fait que la position de Rancière dans son dernier livre n'est pas forcément plus nouvelle que celle de Badiou dans le "champ esthétique". Kant, Arendt ont été évoqués..

Faut quand même dire qu'il existe plusieurs Rancières, celui qui écrit sur le travail d'Eisenstein, qui explique aux lecteurs les films de Mann, de Godard, qui critique certains blockbusters hollywoodiens et celui qui, aujourd'hui, nous sort de beaux discours sur la critique qui oriente trop le spectateur, qui bat du vent en critiquant le spectacle comme miroir de l'idéologie dominante, Eisentein qui a le défaut d'être trop compliqué (c'est là, à mon sens, que l'axiome de l'égalité des intelligence prend surtout du plomb dans l'aile, dans ce genre d'allégation presque populiste entendue de mes propres oreilles), etc. Je maintiens que ce discours-là, qui arrive en des temps où la critique est plus attaquée que jamais par un vieux fond réactionnaire, fait aujourd'hui bien du plaisir à l'industrie culturelle, il suffit de voir ce que les Cahiers en ont fait, par exemple. Rancière s'est pas demandé pourquoi tout le monde lui demande de parler dans les médias à propos de ce bouquin, plutôt que d'autres qu'il a écrit ??

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Borges le Ven 24 Avr 2009 - 10:25

Salut Terra do sol; ça va? Il ne pleut pas ici, il fait très beau. Comme n'importe qui, il m'arrive de dire n'importe quoi. Mais si je suis à côté de la plaque, on peut dire que t’en es très loin ; j’ai beau regarder, scruter ton horizon de perception et de lecture, je ne vois pas la moindre plaque dans l’espace de sens où tu de te déplaces ; pas la moindre plaque à des millions de kilomètres à la ronde autour de toi ; tu dois au moins te trouver sur la planète Mars, ce qui peut permettre des perspectives neuves sur bien des choses.

Ne sois pas effrayé, d’être si loin de cette plaque dont je suis, un peu, à côté.

Je ne sais pas qui de nos deux a le plus de veine.

L’errance n’est pas mauvaise ; elle peut te permettre de voir du monde, d’ouvrir de nouvelles pistes, d’être une manière d’explorateur ; suivre les plaques n’est pas nécessairement la meilleure manière de lire, d’interpréter, de faire son chemin dans la vie, de vivre une expérience, et de prendre plaisir à écrire.

Plus simplement, traduire en portugais, du Brésil, Rancière ne t'a pas beaucoup aidé à le comprendre, à le solliciter, à en rire, à t’en moquer, et avoir suivi ses cours, pas beaucoup plus.

Je t'invite à te relire, à nous relire, et naturellement à relire Rancière, qu’on ne lira jamais assez.

En ce qui me concerne, pour me saisir, un peu, il faut distinguer dans ce que j’écris les moments de pure polémique, mes ironies, mes provocations, mes manques de sérieux…mes moments théoriques… mes rires, mes distances, mes légèretés et mes profondeurs, et parfois même oser se risquer dans mes abîmes ; écrire d’une seule voix, d’un seul ton, d’une seule manière, m’ennuie prodigieusement… comme m’ennuie en ce moment Rancière, que je lis, dont je suis le lecteur, depuis tant d’années, en tentant de le traduire dans mon expérience, mon style de vie, et mes jeux de langage.

Si j’avais été plus poli, j’aurais répondu avec Cavell : «(…) Il faut faire entrer en ligne de compte un concept que j’appellerai, avec votre permission, le concept de rencontre heureuse (en note en bas de page, il renvoie au concept de « bonne rencontre » de Spinoza ; concept essentiel dans la lecture de Deleuze). Aussi sûrement qu’il existe des moments d’écriture ou de composition inspirés, il existe des moments de lecture ou d’écoute inspirés. Des Rencontres successives avec une oeuvre ne se cumulent pas forcément ; une rencontre postérieure peut infirmer les précédentes ou peut rester sans effet. Un critique d’expérience à tendance à savoir distinguer entre ses expériences aussi sûrement qu’entre ses objets d’étude. Une œuvre que l’on aime, c’est moins quelque chose que l’on a lu, que quelque chose dont on est le lecteur, les liens se prolongent comme pour tout rapport auquel on est attaché. »

(A la Recherche du bonheur, P. 20)

La lecture aussi devrait être une comédie de remariage ; on peut divorcer d’avec une œuvre, quand elle ne nous inspire plus rien, quand on a perdu foi en elle, ou dans nos rapports avec elle, et y revenir ; aucun divorce n’est absolu ; on dira que tout ce que je dis de Rancière, en ce moment, vient de ce manque de foi, ou de ce manque d’inspiration ; le mien ou la sien ? Fausse question ; une bonne rencontre, ou une rencontre heureuse, c’est toujours au moins à deux.


Notre rencontre, à nous, Terra do sol, aura-t-elle été heureuse, un bravo suivi de beaucoup de merci ? Aura-t-elle commencé par un divorce ?


Plus sérieusement :

Peux-tu me traduire ceci?

Je n'ai aucune envie de "soutenir" Rancière, mais, voyons, le postulat, ou le principe d'égalité dont il parle n'a rien à voir avec les divisions du sujet d'avec lui-même: égalité ne veut pas dire identité!

Où as-tu lu ce que tu sembles avoir compris ?

Plus sérieusement encore :

Soyons donc des lectures de Rancière.


Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Terra do sol le Sam 25 Avr 2009 - 21:52

Caramba! Je ne pensais pas retrouver des réponses si promptes à mon intervention téméraire. J’y suis retournée aujourd’hui pour relire ce que j’avais écrit avant-hier à deux heures du matin, mais bêtement je pensais retrouver juste mes fautes de français… Bon, maintenant, je ne vais pas me dérober, d’autant plus que, je l’avoue, ça me manquait, une bonne discussion à la française! Par ici, surtout à Rio, même parmi les philosophes, on n’aime pas « se prendre la tête » et la disposition volontaire à débattre, à argumenter un désaccord est presque inexistante, tout comme la critique, d’ailleurs, que ce soit de cinéma, de théâtre ou même littéraire. Un seul sujet mobilise vraiment l’activité critique chez nous, vous devinerez lequel, le foot, bien sûr! Rien contre, j’aime bien le foot, et de fait la chronique sportive a rendu de très bons textes aux lettres brésiliennes, mais il y a quand même d’autres terrains… D’où mon enthousiasme (bravo, merci) devant, et finalement dans, votre forum. Dommage, j’ai fait un peu fort avec mon accusation d’inconsistance, ça a pris un air prétentieux. Je ne reçois pas sans une certaine gêne donc vos réponses là-dessus.
Aujourd’hui il fait beau ici aussi, Borges, et SVP ne sois pas si fâché! Je ne suis pas une nulle juste parce que, comme à n’importe qui, il m’arrive aussi de dire n’importe quoi! Pas besoin de m’envoyer sur Mars, je suis déjà bien loin et les plaques tournent, se heurtent ou se séparent même sous nos pieds…
Oui, je me suis précipitée en me parachutant dans votre débat venant d’un autre bord, pas seulement de l’Atlantique, mais surtout d’approche des écrits de Rancière. La démarche de la rencontre singulière avec une œuvre – livre, film, musique, etc – ne m’est pas du tout étrangère, encore moins antipathique. D’autre part, en me relisant, j’ai regretté que, malgré mon affirmation de ne pas vouloir « soutenir » Rancière, mon discours (avec ses repères: ancienne étudiante, traductrice) pouvait être perçu comme celui d’une dévotion à un maître à penser de plus, qui, ayant la particularité de se défendre d’en être un, néanmoins produit ses disciples à travers le monde… Or, dans mon parcours intellectuel, dans mes recherches, je n’ai jamais travaillé sur un seul auteur, j’ai toujours évité prendre la pensée d’un seul philosophe pour sujet, justement parce que je me suis le plus souvent mis en quête de ma propre pensée. Seulement, parfois, il se peut qu’on aille à la rencontre d’une pensée pour l’interroger de plus près et que cette proximité brouille quelque peu, non pas le point de vue critique tout court, mais le type de distance que vous, Borges, par exemple, prenez dans votre travail critique ou dans l’expression de votre opinion. Ce n’est pas que je croie à une quelconque vérité habitant le cœur d’une pensée, bien au contraire, ce qui m’intéresse, disons, dans l’intérêt de ma propre pensée, c’est comment une pensée se constitue, avec, bien entendu, ses trous, ses dehors, ses impossibilités. Posée cette différence de perspective, ma réaction un peu vive peut se rendre moins réactive, provocatrice et plus argumentée.
JM, je crois que Rancière fait partie de toute une génération de philosophes français qui avaient une certaine aversion au débat (on dialogue avec ses amis, mais on refuse tout pouvoir à la dialectique quelque qu’elle soit), dont Deleuze était l’un des plus éminents représentants, et qui ont pris l’habitude de parler chacun de ce qui l’intéressait, leur truc étant d’écrire des livres. Rancière, en général, ne refuse jamais de répondre aux questions qu’on lui pose, mais il fuit volontiers en public même les débats qu’il essaie de régler dans un essai…Il me semble que le plus souvent il ne fait que réaffirmer ses positions, ses raisons, et, de plus en plus, en quelque sorte je suis d’accord, il ne fait que ressasser ses concepts, aux hasard des sollicitations, dit-il. C’est là, il me semble, que l’enseignant de politique et d’esthétique, comme il était présenté sur ses livres à une époque, qui a pris ses distances avec tout geste fondateur de la philosophie (à la Badiou, par exemple), affirme sa propre disposition philosophique, signe sa philosophie.
Mais, revenons sur le passage sur Godard. Si je comprends bien, il y a, de base, de votre part, une méfiance par rapport à ce que peut dire Rancière au sujet de Godard, ce qui me paraît tout à fait compréhensible. [Curiosité parallèle, au risque peut-être de vous paraître encore plus antipathique(?): en tant que traductrice on vient de me proposer la traduction de Godard au travail, mais ce n’est encore qu’un projet en herbe. J’avais traduit un autre Bergala, L’Hypothèse cinéma, l’année dernière, dans des circonstances curieuses, si particulières qui ont fait de moi son interprète le temps de deux conférences à l’Université…] Mais, en ce qui concerne ce passage, je n’arrive pas à le comprendre comme vous, il me semble que Rancière prend note de l’ironie de Godard justement parce qu’elle dit que ce partage est à faire, ce que ne veut pas dire que Rancière pense que Godard ne l’a jamais fait. Autrement dit, il me semble qu’il prend Godard à témoin, plutôt qu’il ne lui fait la morale. Bien entendu, plusieurs lectures sont possibles, et peut-être que je me trompe dans la mienne, mais je ne suis pas encore convaincue.
Ce que j’ai dit sur Badiou, était une réaction aux propos de Borges, qui m’a paru à un moment poser la pensée politique de Badiou comme une alternative plus « ferme », ou quelque chose comme ça. Bon, je ne sais pas, on connaît les points de convergence marqués par le propre Badiou. Mais, après ça, son credo militant, jonglant avec sa fidélité au maoïste qu’il est et la démocratie moderne réduite au leurre qu’on connaît, bien que je trouve Badiou un type intéressant, sachant ajouter du charme à son ambition philosophique, je n’y vois rien de très stimulant pour penser des pratiques politiques nouvelles. En ce qui concerne l’esthétique ou la pensée de l’art , chez Badiou, je trouve que les choses y restent très embrouillées, il y a d’un côté le poème comme condition de la philosophie, très bien, et de l’autre, sur fond d’un anhistorisme résolu, une subordination de certaines catégories historiques à la philosophie (romantisme, classicisme, didactisme) toujours appelée à s’occuper de la vérité qu’elle ne produit pas…
Pour finir, parce qu’il le faut quand même, je ne sais pas, Borges, si je serai capable de me traduire pour vous puisque je sais déjà que, heurté de biais par la plaque que je vous ai impoliment soustraite, vous êtes d’avance bien peu réceptif à une communication de sens venant de ma part. Si vous y tenez, je peux essayer quand même, mais une prochaine fois. Je profiterai pour vous relire un peu, comme vous m’invitez à faire.
À une prochaine fois alors…

Terra do sol

Messages : 2

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Borges le Dim 26 Avr 2009 - 12:28

Hello Terra do sol; jolie réponse; ça va toujours? Pas terrible, le soleil en ce moment, ici. Le foot, le foot, bien entendu; y a que ça de vrai, de grand, de créatif, de beau ; c'est l'une de mes grandes passions; sachez que je ne me suis toujours pas remis de l’élimination du Brésil de 1982 par l’Italie ; ce fut l’une des plus belles équipes de l’histoire, la plus démocratique, la plus militante ; mon pseudo peut tromper, je ne suis pas du côté de votre grand ennemi, footbalisque ; avant de me décider à une carrière obscure de libre penseur critique et la science joyeuse, j’ai pensé faire footbaliste dans la vie ; j'aime ce terme, que je ne manque jamais d’utiliser, en hommage à « Providence » de Resnais, où il est utilisé par Dirk Bogarde ; très méchamment ; vous nous faites signe si vous deviez vous occuper des sous-titres de ce film, en brésilien du Portugal ; et si vous trouvez quelques minutes de libres, écrivez pour nous quelque chose sur le cinéma, brésilien, ou pas ; sur Godard et le foot, peut-être ? Cela nous ferait plaisir ; de notre côté on dira tout le bien du monde de vos traductions. Merci, et encore bravo.

Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par adeline le Dim 26 Avr 2009 - 17:04

Hello Terra do sol,

et bienvenue à toi ici ! Chuis bien contente de voir une fille pointer le bout de son nez Wink

Je n'étais pas sûre, en lisant ton premier message, mais je me demande si tu as eu connaissance de toute la discussion sur Rancière qui est en fait sur le blog de la revue, ou si tu n'as lu, de cette discussion, que ce qui est dans ce topic. Dans le doute, je me dis que ça ne mange pas de pain de remettre le lien ici :
http://spectresducinema.blogspot.com/search/label/Discussions%20trimestrielles

Voilou voilou ma contribution à la lecture de Rancière, moi je ne suis pas du tout une spécialiste !

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Lun 25 Mai 2009 - 21:13

j'ai commencé à le lire seulement maintenant et la lecture n'en n'est pas aisée, je vais lentement.

Mais je suis très contente que le discussion ne soit pas close et que je puisse porter ma pierre à l'édifice.

le début de la fable cinématographique m'avait beaucoup plus.

De toutes façons sur les questions d'images, en France, c'est le nec plus ultra.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Lun 25 Mai 2009 - 21:20


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Lun 3 Aoû 2009 - 8:11

"Tous ces Badiou, ces Rancière - pardon... pour moi c'est des guignols -, quelle vie privée doivent-ils avoir, pour avoir besoin d'une telle compensation dans leur vie publique ? L'intérêt des utopistes révolutionnaires pour le collectif n'est-il pas la compensation d'une vie privée médiocre ? La question mériterait d'être posée."

C'est du L. Ferry.

Compte-rendu savoureux par Fontenelle d'une croisière avec lui et d'autres "astres de la pensée française" dans le dernier numéro du Diplo'.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Lun 3 Aoû 2009 - 9:29

Une autre question fine ?

Illimité : Quel film montreriez-vous en boucle à votre pire ennemi pour le torturer ?

réponse de P. Arditi [attentionné pour ses ennemis] : Sauve qui peut (la vie), de Godard.


Dernière édition par JM le Lun 3 Aoû 2009 - 9:36, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par wootsuibrick le Lun 3 Aoû 2009 - 9:34

Il a l'air un peu fatigué le monsieur Rancière...
Ou alors pas du tout dans son élément.

wootsuibrick

Messages : 1835

Voir le profil de l'utilisateur http://mondesducinema.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par wootsuibrick le Lun 3 Aoû 2009 - 9:36

JM a écrit:Une autre question fine ?

Illimité : Quel film montreriez-vous en boucle à votre pire ennemi pour le torturer ?

réponse de P. Arditi : Sauve qui peut (la vie), de Godard.

Arditi c'est un monsieur de la tv? lol

wootsuibrick

Messages : 1835

Voir le profil de l'utilisateur http://mondesducinema.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Lun 3 Aoû 2009 - 9:38

wootsuibrick a écrit:Il a l'air un peu fatigué le monsieur Rancière...
Ou alors pas du tout dans son élément.

Hello woot,

tu évoques la vidéo ci-dessus ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Eyquem le Lun 3 Aoû 2009 - 9:43

Salut JM,
LF : quelle vie privée doivent-ils avoir, pour avoir besoin d'une telle compensation dans leur vie publique ?
Faut dire que c'est un genre de spécialiste mondial de la question : "Qu'est-ce qu'une vie réussie?" (2002), "Apprendre à vivre" (deux tomes parus), etc.

La substantifique moelle éthique de l'humanisme brushingué, c'est simple :
Il est des moments où nous ne sommes pas là pour transformer le monde, mais tout simplement pour l’aimer, et goûter de toutes nos forces les beautés et les joies qu’il nous offre.

Apprendre à vivre, Luc Ferry, éd. Plon, 2006 (ISBN 2-259-20247-0), p. 62
Et donc, aimer par exemple, en toute simplicité, les croisières entre soi organisées par Philosophie Magazine, plaisir naturel et nécessaire dont le sage se résigne par gros temps à goûter la frugalité et les charmes austères.

Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Lun 3 Aoû 2009 - 10:36

Salut Eyquem, en effet, un très bon sloglan pour une entreprise de croisières cette citation de Ferry ! Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par ^x^ le Lun 3 Aoû 2009 - 12:07

En mai 2008 s’est déroulée, sur le Princess Danae, la première croisière philosophique, organisée conjointement par Intermèdes et Philosophie magazine. L’enthousiasme partagé des croisiéristes et des philosophes présents, mais aussi le très grand nombre de demandes qui n’avaient pu être honorées faute de place, tout appelait une nouvelle édition. Celle-ci aura lieu du 13 au 23 mai 2009, en Méditerranée, sur le thème "Civilisations et mondialisation", un thème qui favorise un aller-retour constant entre les sites visités et les conférences philosophiques, entre les interrogations contemporaines et les traces de l’histoire. Nous nous rendrons ainsi en Libye, où sont conservés des sites grecs et romains d’une beauté inouïe, en Tunisie pour le lieu saint islamique de Kairouan, en Sicile pour Palerme et enfin en Grèce pour Santorin.

Et si la Méditerranée ne peut résumer, à elle seule, la mondialisation, elle en constitue peut-être le microcosme, car aucune autre région ne réunit, dans son histoire et son actualité, autant d’échanges fructueux et de conflits, autant de vestiges de grandes civilisations, autant de cultures diverses, et autant de beautés.

Le plateau d’auteurs conférenciers présents à bord réunit trois des personnalités les plus influentes sur ces questions.

Philosophe et ancien ministre, Luc Ferry (déjà présent lors de la croisière 2008), porteur d’un renouveau de l’humanisme des Lumières, a consacré une partie de son œuvre récente à la mondialisation et aux peurs qu’elle suscite.

Historien, essayiste, éditorialiste au Nouvel Observateur (et partenaire de Luc Ferry dans un débat très attendu, chaque semaine, sur LCI) Jacques Julliard mettra en perspective la notion même de civilisation, et de "choc des civilisations".

Enfin, Pascal Bruckner est connu aussi bien pour ses essais polémiques dénonçant une tentation masochiste de l’Occident, que pour son oeuvre de romancier et de moraliste critiquant le "devoir de bonheur".

Trois perspectives bien différentes, mais aussi une grande qualité d’estime et d’écoute mutuelle entre les intervenants, qui feront toute la saveur des échanges et tables rondes.




Juste magnifique Laughing Laughing Laughing ...ah les nonos...

^x^

Messages : 609

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Borges le Lun 3 Aoû 2009 - 12:15

Question compensation; n'oublions pas que Ferry s'est replié dans sa sphère privée (sa femme, et ses deux filles) après une expérience publique, politique, désastreuse, humiliante; on sait le mot de Chirac : "Ce type a autant de sens politique qu'une huître"; philosophiquement, autre compensation, incapable de convaincre les professionnels de la profession de sa valeur, il s'est replié sur les jeunes générations, écrivant des livres de philo, et racontant des mythes, avec pour modèle du lecteur idéal, ses deux filles (moins de dix ans; je crois); il écrit en visualisant leur visage; méthode transcendantale, et stoïcienne adaptée au 21ème siècle; siècle de la famille, et de l'amour.



Là, il fait son petit Heidegger : Gelassenheit, dire oui, laisser-être ce qui est...la mystique s'amuse.

Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Borges le Lun 3 Aoû 2009 - 12:17

Ne pas sous estimer pour comprendre cette croisière l'importance de la figure d'Ulysse dans la pensée de Luc Ferry.

Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Eyquem le Lun 3 Aoû 2009 - 12:51

en effet, un très bon sloglan pour une entreprise de croisières cette citation de Ferry

Ah oui, mais non, en fait, c'est pas du tout de l'ordre du slogan, à moins de le réécrire. Parce que Ferry, c'est un mec qui se pique de bien écrire, de ne pas écrire comme un publicitaire, et qui dit : "IL EST des moments où..." et surtout pas "IL Y A des moments où...".

(pour autant que "bien écrire", ça signifie : afficher des signes extérieurs de richesse littéraire, parsemer son texte de balises clignotant que "ceci est de la littérature". Et non seulement je soupçonne Ferry de le croire, mais de s'imaginer aussi qu'un cliché emballé de rhétorique Grand Siècle tient lieu de pensée et de philosophie.)

"IL Y A", ça, c'est publicitaire, c'est vulgaire, c'est lelouchien : il y a des jours et des lunes, et des moments où il faut goûter de toutes nos maigres forces les petits plaisirs de la vie et autres minuscules gorgées de bière, etc.

Tandis que "IL EST", c'est larochefoucalien, c'est Mme Rambouillet recevant les gens d'esprit dans sa ruelle, qui la divertissent fort, avec leurs bouts-rimés.


Un publicitaire dirait "il y a" : "il y a des moments où il faut profiter de la vie : enjoy Coca Cola".

Mais Ferry, il est philosophe, humaniste, ancien-ministre, grand maître de la Confrérie de la Raie peignée au milieu, et il sait qu'on n'attrape pas les vieilles mouches avec du Coca Cola. Donc, il trempe sa plume d'oie dans son bel encrier Montblanc, et il vous retape un bon vieux cliché de comptoir en zinc en colonnade du Louvre : " IL EST des moments où..." Ca vous a tout de suite une autre gueule : vous êtes comme forcés d'écouter ce qu'on vous dit, vous soupesez soigneusement la pertinence des propos, vous entrez dans la discussion : vous êtes cuits.


Mon arrière grand-père, qui avait fait Verdun comme tout le monde, quand il me voyait repousser le gras du jambon dans un coin de l'assiette, disait : "Y a des fessées qui se perdent !"
S'il avait dit : "Il est des moments où nous ne sommes pas là pour transformer le monde, mais pour goûter, de toutes nos forces, le jambon de la vie et et supporter stoïquement la couenne gélatineuse de nos déplaisirs", il aurait reçu le Prix Médicis Essai et celui de l'Académie des Sciences morales et politiques ; il aurait eu droit, lui aussi, à ses croisières.

Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par wootsuibrick le Lun 3 Aoû 2009 - 13:07

JM a écrit:
wootsuibrick a écrit:Il a l'air un peu fatigué le monsieur Rancière...
Ou alors pas du tout dans son élément.

Hello woot,

tu évoques la vidéo ci-dessus ?

oui.
j'évoque bien cette vidéo.

wootsuibrick

Messages : 1835

Voir le profil de l'utilisateur http://mondesducinema.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Borges le Lun 3 Aoû 2009 - 13:37

[quote="Eyquem"]


"IL Y A", ça, c'est publicitaire, c'est vulgaire, c'est lelouchien : il y a des jours et des lunes, et des moments où il faut goûter de toutes nos maigres forces les petits plaisirs de la vie et autres minuscules gorgées de bière, etc.



Au bois il y a un oiseau, son chant vous arrête et vous fait rougir.
Il y a une horloge qui ne sonne pas.
Il y a une fondrière avec un nid de bêtes blanches.
Il y a une cathédrale qui descend et un lac qui monte.
Il y a une petite voiture abandonnée dans le taillis, ou qui descend le sentier en courant, enrubannée.
Il y a une troupe de petits comédiens en costumes, aperçus sur la route à travers la lisière du bois.
Il y a enfin, quand l'on a faim et soif, quelqu'un qui vous chasse.






La perspective Heidegger.

Dans un séminaire, Heidegger fait l’éloge du il y a , qui aide à exprimer la donation, le don de l’être, sans passer, par « est ».

« Il y a exprimerait mieux que l’allemand Es gibt la donation de ce qui se rend disponible sans se soumettre à nous. Il y a l’être est mieux que : Es gibt Sein, qui a une signification plus restreinte. Heidegger cite, à titre d’exemple, l’usage de l’il y a dans les vers célèbres de Rimbaud : « Au bois il y a un oiseau... ».

(F Volpi)

Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Lun 3 Aoû 2009 - 15:08

wootsuibrick a écrit:
JM a écrit:
wootsuibrick a écrit:Il a l'air un peu fatigué le monsieur Rancière...
Ou alors pas du tout dans son élément.

Hello woot,

tu évoques la vidéo ci-dessus ?

oui.
j'évoque bien cette vidéo.

je sais pas, deux trois vieux poncifs gentillets à propos des Cahiers, ça m'a un peu surpris aussi mais bon c'est sans doute pas des questions qui intéressent beaucoup Rancière et sur lesquelles il peut vraiment nous intéresser..

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Eyquem le Dim 30 Aoû 2009 - 11:35

Ca vient de sortir :



Un recueil de ses entretiens depuis les années 70.
Apparemment, La Fabrique en prépare un autre, pour le mois d'octobre, avec les entretiens qui ne sont pas dans celui-là.

Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Borges le Dim 30 Aoû 2009 - 13:48

Une couverture avec sa photo; c'est nouveau; non? Le début de la gloire?

Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Eyquem le Dim 30 Aoû 2009 - 17:51

C'est pour prouver, par sa bonne mine, qu'il ne fait pas partie des gens fatigués. Surprised

Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:41


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum