I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Borges le Mer 24 Déc 2008 - 16:10

Marco : que de banalités dans toutes ces citations ; comme si on en était encore à devoir affirmer l’égalité des gens, leur activité ; quelle époque ! quel besoin de ne cesser de le répéter ?

Au fond, que de condescendance il y a encore dans ce ton, dans cette volonté de parler des autres, de les défendre, qui se veut modeste, qui refuse toute violence symbolique, toute hiérarchie, la parole de l'expert ou du maître de vérité; c'est à pleurer. Car après tout les « dominés », qui sont aussi intelligents que lui, ils ne passent pas leur vie à le trouver aussi intelligents qu’eux ou à le défendre des opinions que les autres se font de lui ?

Qu’est-ce qu’il nous dit ? « Ils sont comme moi, ils sont comme nous (nous qui ne sommes pas dominés, ou alors le sommes autant d’eux ?), tous ces gens dont nous disons (nous, qui avons la possibilité, le pouvoir d’émettre des jugements sur l’intelligence, les compétences…) qu’ils sont dominés, aliénés (contrairement à nous ?) ».

Il ne dit pas je suis comme eux ; mais ils sont comme nous ; naturellement, il est la norme, le paradigme. C'est un peu comme avec le film de P Costa; Ventura est comparé à des modèles normatifs légitimes de la grande culture; il est Oedipe, il est le roi Lear... Si on peut admirer cette volonté d'élever, on peut se poser des questions sur le sens du mouvement, qui maintient la hiérarchie, la différence...Et pourquoi Ventura n'est pas comparé à je ne sais quel héros africain?


Ces débats sur les dominés, ça se passe entre intellectuels, ou presque, si l’on considère que les journalistes sont aussi des intellectuels, libres, égaux, bossant dans le meilleur des mondes, sans contraintes, rusant avec leurs patrons pour nous faire passer des infos d’ émancipés ; le débat se passe entre ceux qui sont autorisés à parler pour les autres, des autres…

C’est la même lutte que celle des débuts, celle qu’il a fini par abandonner, mais déplacée, parce que c’est le même problème : « doit-on leur apprendre ou faut-il apprendre d’eux ? » ; on sait qu’il a fini par échapper à cette alternative, pour se constituer en défenseur de l’intelligence, de l’égalité de tous. Les uns disent « ils sont aliénés », à gauche et à droite, (BS comme AF) ; lui, et d’autres, « mais non, ils ne le sont pas, ils sont capables, ils sont intellectuels, actifs; on ne la leur fait pas ».

Ca rappelle bien des choses ; des choses pas si terribles que ça, et aussi vieilles que le monde ; différence et répétition de la scène des intellectuels; les rôles sont écrits depuis toujours ; les places assignées ; Rancière, c’est l’ami du peuple (comme on disait "l’ami des Nègres", des "Arabes", des "Femmes", des "Indiens"…), des dominés, qui ne le sont pas, des masses, qui ne sont pas si massives, des consommateurs, qui ne sont pas seulement des consommateurs mais des créatifs rusés ; face à lui, y a les autres, ceux qui ne croient pas en une égalité des intelligences ou qui pensent qu’il faut fournir des armes, éclairer…

Redis autrement, tout ça ressemble assez à ces vieilles querelles qu’on avait dans le temps d’avant, à propos du peuple et de ses autres ; les uns disent, « comme ils sont bêtes, sales et méchants » ; les autres, « mais non, ils sont intelligents ; faut pas les sous-estimer ; ce sont des gens très capables, ce sont nos égaux, des intellectuels comme nous » ; ici est là la norme est toujours la même, c’est le sujet qui parle qui la pose, qui l’incarne.

Rancière aime le western ; on pourrait le voir dans le rôle d'un shérif (pas celui du train qui siffle trois fois, plutôt John Wayne dans "Rio Bravo", qui démontre que tous peuvent; les jeunes, les filles de mauvais genre, les handicapés vieux, les types ravagés par l’alcool ; tous sont capables ; curieux que l’optimisme de Rancière communique avec le libéralisme individualiste (d'extrême droite) de HH et JW ; mais bon, rien de neuf ; on avait déjà causé de ça ; ses analyses de la communauté, sa perception de la relation individu/groupe, c’est celle des westerns de AM ).

« Nous sommes tous des intellectuels, des maîtres ignorants » ; mais Rancière, étrangement ne tient pas compte de l’ignorance dans la formule ; il fait comme si tout le monde était un maître qui s’ignore, qu’on ignore, dont on ne tient pas compte.

La seule ignorance, les seuls incapables, la seule incapacité dans son monde, c’est celle des intellectuels (de gauche ou de droite) des élites, des dominants ; c’est son seul problème ; avec le discours consensuel, dont on sait pas comment dans son monde il constitue "la fiction dominante"; ni pourquoi on cherche à dominer, ni comment on y réussit?

Chez Rancière, pas de négatif, pas de dehors, pas d’influences, pas de déterminations externes, pas d’inconscients, de passivités… le pur sujet d’une phénoménologie idéalisée ; tout le monde est actif, intelligent, égal à tout le monde; c’est évident, même si moi-même par rapport à moi-même, il m'arrive de ne m'être pas très égal, de me sentir en-deçà de ma propre puissance; degré fini de la nature, ils nous arrive bien souvent d'être séparés de notre puissance d'agir... Le désir ne manque de rien, mais il peut se trouver séparé de lui-même...





Merci pour les citations de De Certeau.
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Mer 24 Déc 2008 - 16:55

Salut Borges,
(ceci est une réponse à ta première réponse, chaque chose en son temps…)

Ne fait pas exprès de caricaturer. « Moi, je sais que je suis plus actif en lisant James Joyce qu'en regardant un match de foot ». Là, effectivement, on est dans la banalité. Et en affirmant cette banalité, tu réinjectes du passif par là où l’on prétendait l’évacuer. « Oui, personne n'est passif » dis-tu. Et en disant cela, tu affirmes en même temps que, si, un peu quand-même, on n’est pas tous égaux devant l’action, etc. Mais je pense que tu fais exprès de confondre tous les niveaux et de rendre ainsi tout caricatural. C’est comme si on parlait sur des lignes temporelles différentes. L’agir au sens de Rancière et de De Certeau a quelque chose de fragile, de temporellement fragile, que le gros buldozer de tes comparaisons écrase volontiers. Les deux hommes parlent d’ « indéterminé ». L’indéterminé, je sais, c’est pas sérieux. Pour d’autres, il fait peur. Ce n’est pas nouveau. C’est normal, on n’a jamais prise sur lui. Il déjoue les calculs. Pas seulement les calculs de ceux qui assignent aux autres des places, les nôtres aussi. Car on ne peut pas déjouer le calcul de l’autre sans défaire le sien en même temps. Ou alors, il s’agit d’affiner ce que l’on entends par calcul : un calcul qui ne capitalise pas ses avantages (voir la citation plus bas).

« chez De Certeau y a tout de même quelque chose comme une lutte quotidienne devant les forces de domination, des stratégies, des détournements... »

Oui. Mais tu confonds stratégie et tactique. Tu penses stratégie quand De Certeau parle tactique.

« J’appelle « stratégie » le calcul des rapports de forces qui devient possible à partir du moment où un sujet de vouloir et de pouvoir est isolable d’un « environnement ». Elle postule un lieu susceptible d’être circonscrit comme un propre et donc de servir de base à une gestion de ses relations avec une extériorité distincte. La rationalité politique, économique ou scientifique s’est construite sur ce modèle stratégique.
J’appelle au contraire « tactique » un calcul qui ne peut compter sur un propre, ni donc sur une frontière qui distingue l’autre comme une totalité visible. La tactique n’a pour lieu que celui de l’autre. Elle s’y insinue, fragmentairement, sans le saisir en son entier, sans pouvoir le tenir à distance. Elle ne dispose pas de base où capitaliser ses avantages, préparer ses expansions et assurer une indépendance par rapport aux circonstances. Le « propre » est une victoire du lieu sur le temps. Au contraire, du fait de son non-lieu, la tactique dépend du temps, vigilante à y « saisir au vol » des possibilités de profit. Ce qu’elle gagne, elle ne le garde pas. Il lui faut constamment jouer avec les événements pour en faire des « occasions ». »
De Certeau, L’invention du quotidien – 1.Arts de faire, p.XLVI.

S’il y a ou non occasion, tu ne le sais jamais par avance. Ca ne veut pas dire qu’il faut tout vivre dans l’instant. Ca veut simplement dire qu’il ne faut pas écraser ce niveau fragile du temps, de l’indéterminé, à la limite du pensable. C’est un choix, un pari qu’il faut faire. Comme celui de l’égalité. Il faut « prendre au sérieux la logique de cette pensée qui ne se pense pas » (p.XLI.) Avec tes exemples trop gros, tu évacues ce pari. C’est ta stratégie (non, je sais, tu n’en as pas… ;-) ).

Tout cela se rapproche du héros mannien analysé par Rancière :

« En bref, faire et devoir faire sont des actes un peu plus compliqués qu’il n’y paraissait d’abord, disjoints qu’ils sont par la logique des some things. Le héros mannien peut bien être justicier à l’occasion ou criminel repenti. Mais ce n’est pas de là qu’il reçoit sa qualité. Il n’appartient à aucun lieu. »
Rancière, La fable cinématographique, p.110-111.


« Les seules différences qui comptent sont celles qui se perçoivent dans l’instant de la situation et de la décision. « Strictly a gamble », énoncera plus tard le dépendu. A chaque instant le pari de la communauté est renouvelé.
[…]
La vraie communauté du justicier […] est avec ceux que la logique du hasard, d’épisode en épisode, a attaché à ses pas.
Rancière, La fable cinématographique, p.114-115.


Dernière édition par _Marco le Jeu 25 Déc 2008 - 8:18, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Borges le Mer 24 Déc 2008 - 17:33

Hello Marco, non je confonds rien, je faisais pas la différence entre la tactique et la stratégie; au fond, je dois bien dire que ces subtilités me sont pas très sensibles, en ce moment; tout cela me semble assez dépourvu d'intérêt; du moins ça ne m'intéresse, pas; pas en ce moment; je veux dire; d'autres fois, selon d'autres lieux, d'autres stratégies, tactiques, oui, mais ici, en ce moment, dans ce dont nous débattons, pas trop; j'ai dit que commencé il y a bien 15 ans, le livre de MDC, ça ne m'a jamais passionné; peut-être un jour.

Oui, je crois que nous ne sommes pas tous égaux, à nous-mêmes, aux autres; pas tout le temps; pas sur tout; pas en tout; pas dans tous les domaines ; nous sommes plus ou moins actifs, passifs, joyeux ou triste ; la puissance d'agir varie et nous le sentons, par affects ; je devrais compliquer, car ici s'introduit comme une idée de comparaison, qu'il faudrait éviter; comme disait Wittgenstein, parfois le cerveau il va pas fort; mais comme disait Deleuze, dans ses explications de Leibniz, le philosophes des petites perceptions, cela n'interdit rien; personne n'est condamné ; celui qui sait pas ceci peut savoir cela, passifs ici, nous sommes actifs, ailleurs,autrement; et même le pire des flics, il doit bien avoir quelque chose, une zone de clarté, plus grande que celle d'un autre....


Pour ce qui des analyses de Rancière de AM, c'est très bien, nous en avions discuté sur le FDCC, si tu te souviens, avec JM ; c'est du cinéma, juste un western; le gars qui n’appartient à aucun lieu ; bon, on voit ça à la fin des albums de Lucky Luke, le lonesome cow boy ; Deleuze dit aussi ça assez bien, « la fameuse âme sur la route », lisant les Américains, et DHL ; les héros de AM n’ont rien d’extraordinaires, humainement, politiquement, moralement ; pas plus que AM et encore moins James Stewart ; et puis rien là de neuf, pour qui sait un peu de philo ; ces disjonctions et ces analyses qui se veulent subtiles, c’est de la philo de base, qui marche bien parmi les critique de cinéma, quand ils manquent de culture philosophique ; ce sont des catégories aussi anciennes que la philo grecque ; il s’agit de la contingence, du kairos… du « je ne sais quoi » du « presque rien », de l’impondérable… on trouve des millions de pages dans des millions d’auteurs sur toute cette logique de l’instant, de la décision, du peut-être, de l’indéterminé… logique esthétique, logique sensible, du sensible, logique du cas, et de la situation; rien là qui doive nous faire sauter au plafond devant tas de nouveauté...

(Lire Arendt, Platon, Aristote, Montaigne, Aubenque sur Aristote, par exemple, et bien sûr, tout Nietzsche, des tas de bouquins de Jankélévitch, ou encore la 3ème critique, consacrée toute entière au dépassement de la logique du concept, de l’entendement, de la raison, au pont, à la jonction du sensible et de l’intelligible; jugement réfléchissant : juger la situation singulière, en l’absence de toute règle, de tout concept, selon la règle sentie dans le moment… de là aussi se détermine une idée de la communauté, non présente, non donnée…




Merci de discuter, ici;
joyeux Noël et tout....

Wink
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Mer 24 Déc 2008 - 17:44

Borges a écrit:Hello Marco, non je confonds rien, je faisais pas la différence entre la tactique et la stratégie; au fond, je dois bien dire que ces subtilités me sont pas très sensibles, en ce moment; tout cela me semble assez dépourvu d'intérêt; du moins ça ne m'intéresse, pas; pas en ce moment; je veux dire; d'autres fois, selon d'autres lieux, d'autres stratégies, tactiques, oui, mais ici, en ce moment, dans ce dont nous débattons, pas trop; j'ai dit que commencé il y a bien 15 ans, le livre de MDC, ça ne m'a jamais passionné; peut-être un jour.
[…]
ces disjonctions et ces analyses qui se veulent subtiles, c’est de la philo de base, qui marche bien parmi les critique de cinéma, quand ils manquent de culture philosophique ;

[et vlan !! Wink ]

ce sont des catégories aussi anciennes que la philo grecque ; il s’agit de la contingence, du kairos… du « je ne sais quoi » du « presque rien », de l’impondérable… on trouve des millions de pages dans des millions d’auteurs sur toute cette logique de l’instant, de la décision, du peut-être, de l’indéterminé… logique esthétique, logique sensible, du sensible, logique du cas, et de la situation; rien là qui doive nous faire sauter au plafond devant tas de nouveauté...

Et bien moi, L'invention du quotidien - Arts de faire de De Certeau j'ai trouvé ça génial, ça m'a fait sauter au plafond !
Désolé pour mes subtilités d'ignorant.

Ah, je vais enfin pouvoir me servir de cet émoticon:
santa santa santa santa
Joyeux Noël et j'en passe…

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Borges le Mer 24 Déc 2008 - 17:47

_Marco a écrit:Salut Borges,
(ceci est une réponse à ta première réponse, chaque chose en son temps…)

Ne fait pas exprès de caricaturer. « Moi, je sais que je suis plus actif en lisant James Joyce qu'en regardant un match de foot ». Là, effectivement, on est dans la banalité.


Sans doute, c'est banal, mais c'est toute la banalité qui sépare Rancière de Bourdieu; les uns écoutent Webern, les autres Dalida... par exemple, pour ne pas parler que de foot et de Joyce; mais ceux qui écoutent Webern, jamais ne diront que les autres sont aussi actifs, distingués, qu'eux; bref, les objets de goût forment des hiérarchies et des degrés d'activité et de puissance; moi, banalement, refusant cette distinction, je faisais juste passer cette différence en moi... et non plus dans une opposition, moi et les autres, qu'ils écoutent Dalida ou Webern; et en cela, banalement, je suis proche de Rancière; je dis juste que je suis d'aucun de ces lieux, que je voyage de l'un à l'autre, sachant pourtant que devant un match de foot.... Mais même les héros de AM savent que certains problèmes, certaines choses à faire réclament plus de puissance pour les résoudre que d'autres, et que nous sommes pas ouverts à toutes les compositions de rapports...
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Borges le Mer 24 Déc 2008 - 17:52

santa santa santa santa


Oui, il est bon de sauter au plafond, de joie, de passer d'un degré de puissance à un plus grand; et comme disait Tarantino, dans le grand entretien : "faut toujours faire attention en sautant au plafond à ne pas se cogner la tête; certains plafond sont plus hauts que d'autres"
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Jeu 25 Déc 2008 - 10:21

Salut,

Ouais je crois que je vois un peu ce que tu veux dire Borges, ton point de vue, je suis un peu dans ta mood, moi aussi parfois je me dis que c'est ou c'était pas la peine d'en faire autant autour du dernier bouquin de Rancière finalement. Tu nous l'avais pourtant dit assez rapidement, "on est pas obligé de se sentir concerné". Il y a sans doute des choses plus importantes à lire, nous les aurons peut-être évoqué dans notre discussion. Il n'y a qu'à écouter Rancière dire très ironiquement qu'il regarde surtout la télé quand il est à l'étranger dans les hôtels parce qu'il n'y a rien d'autre à faire pour se rendre compte que tout ça va pas très loin. On sentait une sincérité et une certaine honnêteté lorsque Daney disait ça, il avait d'ailleurs des arguments très sérieux, et puis je crois qu'il en profitait plutôt pour regarder les chaînes locales... et puis le baratin à propos de Obama, ça plutôt que de renvoyer à son bouquin sur la démocratie.. moi je fatigue, je vais donc retourner à mes lectures, à la pratique, et passer à autre chose..

bientôt une nouvelle discussion autour du dernier Godard, "Notre Musique", je le signale ici à tous les gens de passage.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Sam 27 Déc 2008 - 10:10

Puisque le débat semble chercher sa clôture, en guise de conclusion — provisoire (nécessairement) :


« S'agissant du problème de l'éducation on peut dire ceci : Rancière n'affirme pas que l'éducation occupe une position centrale dans le processus politique. En ce sens, il n'entérine pas la conclusion platonicienne. Mais il n'affirme pas non plus le contraire, à savoir que l'éducation est une superstructure sans privilège aucun. C'est un bon exemple, et peut-être la source, de ce que j'appelle son style « médian ». Par « médian », je ne veux pas dire centriste, mais plutôt, qui n'est jamais immédiatement conclusif. Ce style médian résulte de ce que Rancière cherche toujours un point d'où les solutions héritées entrent dans un jeu qui les obscurcit, cet obscurcissement valant démonstration que ces solutions n'ont pas l'évidence à laquelle elles prétendent. »
Alain Badiou

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Eyquem le Dim 18 Jan 2009 - 13:14

Hello,

pour info, le dernier bouquin préfacé par Rancière, c'est celui-ci :



Un livre qui porte sur les minstrel shows, vous savez, ces spectacles où des blancs se noircissent le visage pour jouer Sambo, la caricature du noir du Sud.

La thèse du livre, d'après la recension que j'ai lue, c'est de montrer que ces spectacles ont servi la cause antiraciste, contrairement à l'idée reçue. Ils reposeraient sur un renversement carnavalesque (au sens de Bakhtine) des identités de la société de classes et de races, et auraient favorisé la constitution d'une culture populaire, ouvrière, dans laquelle descendants d'esclaves et immigrés blancs auraient reconnu qu'ils partageaient le même destin.

C'est quand même curieux... Où Rancière ne va-t-il pas chercher les lignes qui font bouger le partage du sensible...

PS : la recension que j'ai lue, c'est celle-ci (seule l'intro est en ligne)
http://revuedeslivres.net/articles.php?id=305
Je vous ai déjà dit que cette revue était très bien ?
OK, alors je me tais.
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Dim 18 Jan 2009 - 15:01

Salut Séb,

Merci pour cette info.

En attendant de consulter ce bouquin, voici le montage de Spike Lee à la fin de son film Bamboozled. Lee n'y fait aucune séparation entre minstrel show et mise en scène raciste des noirs à Hollywood.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Dim 18 Jan 2009 - 15:38

.. et puis la vidéo des Little Brother (censurée à l'époque sur BET TV) du morceau "Lovin' It" sur l'album ... "The Minstrel Show" (2005) ...


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Dim 18 Jan 2009 - 19:55

« Mon intention est d’analyser la multiplicité des aspects du blackface dont la pratique et les effets, loin d’être figés, sont fluctuants. »
W. T Lhamon, Raising Cain, p.7


http://books.google.fr/books?id=6dgo3kEcGiYC&printsec=frontcover&source=gbs_summary_r&cad=0

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Dim 18 Jan 2009 - 21:56

Allez, je continue avec les vidéos :




Fiction OU documentaire ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Lun 19 Jan 2009 - 17:18

Selon le moment où l’on traque l’étrange carrière de Jim Crow, « Jim le Corbeau », on lève plusieurs gibiers. Je ne chasse pas le corbeau de l’historien C. Vann Woodward. Il a découvert un ensemble de lois bien codifiées qui ont culminé pendant la ségrégation des années 1950. Il définit Jim Crow comme « l’expression la plus élaborée et la mieux formulée de l’opinion dominante blanche sur le racisme ». Mon intention est plutôt d’observer l’image culturelle de Jim Crow au moment de son premier envol, et de partir à la recherche de ce jeune oiseau avant qu’il ne devienne une loi, lorsqu’il n’était encore qu’un oisillon sans plumes, sans expérience et sans souveraineté. Les premiers envols de ce corbeau sont audacieux sans être majestueux. Les classes moyennes ont détourné son énergie pour légitimer leur propre souveraineté. Je parle ici de deux entités fugitives.
W. T Lhamon, Raising Cain, p.187.

Je vais aussi lire ce livre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Borges le Mar 20 Jan 2009 - 11:45

On peut trouver sur le Net, la préface de Rancière; si cela n'a pas déjà été dit; je dis.
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Mar 20 Jan 2009 - 14:59

Borges a écrit:On peut trouver sur le Net, la préface de Rancière; si cela n'a pas déjà été dit; je dis.
Oui, ici :

http://www.lekti-ecriture.com/contrefeux/Preface-au-livre-Peaux-blanches.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Borges le Mar 20 Jan 2009 - 15:04

Hello Marco

Oui, j'étais tombé dessus, par hasard; il y a quelques mois à l'époque où je refaisais l'histoire des USA, pour mon texte sur Apocalypto.
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Eyquem le Lun 26 Jan 2009 - 21:46

Toujours à la périphérie du dernier Rancière,

vous vous souvenez de cette photo ?



Sophie Riestelhueber expose en ce moment au Jeu de Paume :

Le site de l'expo
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Sam 14 Fév 2009 - 16:57

Eyquem a écrit:Toujours à la périphérie du dernier Rancière,

[…]

Sophie Riestelhueber expose en ce moment au Jeu de Paume :

Le site de l'expo
Et ça aussi:
"Images de conflits / Conflit d’images"
sous la direction de Georges Didi-Huberman
le 07 mars 2009 10h30 - 13h00
Colloque sous la direction de Georges Didi-Huberman, avec Jacques Rancière et Sophie Ristelhueber : un débat sur la "position", au sens simultanément matériel et politique, prise par les images dans le monde contemporain.

À l'auditorium Concorde, le samedi 7 mars à 10 h 30. Réservation (dans la limite des places disponibles).
Contact : 01 47 03 12 41 / serviceculturel@jeudepaume.org


> "Images de conflits / Conflit d’images" : un programme de conférences et de films qui vise à mettre en tension différents sujets liés aux dimensions politique, sociale et idéologique de la mise en images des conflits, ainsi que les éléments qui déterminent la production, la diffusion et la réception de ces images. Il est organisé à l'occasion des expositions de Robert Frank et de Sophie Ristelhueber, et de celles, programmées au printemps 2009, d’Harun Farocki et Rodney Graham, et d'Agustí Centelles.
http://www.jeudepaume.org/?page=article&sousmenu=&idArt=899&lieu=1&PHPSESSID=d65108f96c6cb7f58fdacc4a398f0ab5

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Jeu 5 Mar 2009 - 11:30

"J'ai fait mon introduction comme ceux qui n'ont été à l'école que bien juste assez pour pouvoir lire les prières de la messe et chanter les vêpres avec le curé de la commune les dimanches et fêtes. Il a fallu que les journaux, les petits livres que nous avons lus, continssent des vérités bien simples, bien convaincantes sur notre organisation sociale, pour que nous, pauvres déshérités, ayons pu nous débarrasser de tous les mensonges, de tous ces contes fabuleux de revenants, de loups-garous, du diable, de l'enfer, du purgatoire, des rois et des princes, des nobles, des riches bourgeois, des merveille des hommes de guerre, de leurs exploits dans la destruction."

J-P Drevet, Le Socialisme pratique, 1850.
(introduction à l'intro du livre "La parole ouvrière" signée Rancière et Faure)


"Si l'illettré connaît seulement une prière par cœur, il peut comparer ce savoir avec ce qu'il ignore encore : les mots de cette prière écrits sur du papier. Il peut apprendre, signe après signe, le rapport de ce qu'il ignore avec ce qu'il sait. Il le peut si, à chaque pas, il observe ce qui est en face de lui, dit ce qu'il a vu et vérifie ce qu'il a dit."
J. Rancière, "LSE", p.16

Comment Rancière, aujourd'hui, fonde-t-il l'inégalité ? Que le critique, l'artiste, le professeur, le spécialiste tiennent un discours de domination est un fait qu'il décrit très bien, mais comment celui-ci s'inscrit-t-il dans la nature humaine pour Rancière ? Il parle plusieurs fois de l'animal humain dans une forêt de signe dans son dernier bouquin. Pourquoi, lorsqu'il s'agit de Rancière, on ne doit plus s'intéresser au "pour quoi faire" de l'émancipation ? L'homme à l'état de nature était-il "émancipé" ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Jeu 5 Mar 2009 - 11:50

A propos de la seconde citation, Rancière évoque la bible ailleurs comme livre possible d'apprentissage (lors d'une émission radio, à France Musique, je crois). Ca paraît étonnant, pourquoi pas prendre un numéro de "Podium" ou un "Picsou magazine" ?

L'étape de l'apprentissage est bien situé dans la nature humaine (p. 16 toujours), mais moins la notion d'égalité et d'inégalité j'ai l'impression ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Eyquem le Sam 21 Mar 2009 - 12:46

PENDANT CE TEMPS...

JM, tu seras ravi d'apprendre qu'en dépit de nos efforts, "Taken" vient de sortir aux Etats-Unis et bat des records de recettes :

USA Weekend Box-Office Summary
week of 13 March 2009

1 Race to Witch Mountain (2009) $24.4M
2 Watchmen (2009) $85.8M
3 The Last House on the Left (2009) $14.1M
4 Taken (2008/I) $127M

http://www.imdb.com/chart/
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Sam 21 Mar 2009 - 13:11

Eyquem a écrit:PENDANT CE TEMPS...

JM, tu seras ravi d'apprendre qu'en dépit de nos efforts, "Taken" vient de sortir aux Etats-Unis et bat des records de recettes :

USA Weekend Box-Office Summary
week of 13 March 2009

1 Race to Witch Mountain (2009) $24.4M
2 Watchmen (2009) $85.8M
3 The Last House on the Left (2009) $14.1M
4 Taken (2008/I) $127M

http://www.imdb.com/chart/

Hello,

Je n'étais pas au courant mais cela peut difficilement étonner...

PENDANT CE TEMPS : L'assemblée nationale entérine le retour de la France dans l'OTAN, le ministère de l'intérieur sort l'artillerie contre les "bandes".. terminé le flic incompétent, avec sa baguette sous le bras.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Mar 7 Avr 2009 - 17:04

Hello,

Avant de revenir plus longuement sur le film dont je sors ("Inland") dans le sujet qui lui est consacré - vous verrez, c'est lié -, je voudrais signaler ici un article ("Le couteau sans lame du social-libéralisme") assez intéressant de Evelyne Pieiller dans le dernier numéro du Monde Diplomatique (#661) qui me semble aller comme une sorte de prolongement du bouquin de Rancière "La haine de la démocratie". Elle revient sur la position libérale de la gauche politicienne en France qui échafaude, sous couvert de grands mots ("progressisme", "démocratie", "égalité des chances", "solidarité"...que l'on trouve d'ailleurs comme elle le constate dans les discours de gauche comme de droite), d'autres manières plus subtiles que celles en place actuellement pour maintenir le pouvoir oligarchique à la tête du pays.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Invité le Mer 15 Avr 2009 - 9:28



Rancière pour les nuls ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: I Autour du nouveau livre de Jacques Rancière,

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum