Les Etats généraux du film documentaire - Lussas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Etats généraux du film documentaire - Lussas

Message par adeline le Jeu 12 Juil 2012 - 18:11

Programmation 2012 :

Expérience du regard :


Lundi - matin
- The Devil de Jean-Gabriel Periot – 7'
- Nos jours, absolument, doivent être illuminés de Jean-Gabriel Periot – 22’
- Regarder les morts de Jean-Gabriel Periot – 22’

Lundi - soirée
- Sous le ciel de Olivier Dury – 16’
- Il se peut que la beauté ait renforcé notre résolution - Masao Adachi de Philippe Grandrieux 77’

Mardi - matin
- Manque de preuves de Kwon Hayoun – 10'
- La nuit remue de Bijan Anquetil – 45’
- Héros sans visage de Mary Jimenez – 61’

Mardi - soirée
- Jaurès de Vincent Dieutre – 82’

Mercredi - matin
- Ici rien de Daphné Hérétakis – 30’
- Les Éclats de Sylvain George – 84’

Mercredi - soirée
- Est de Charlie Rojo – 41’
- Yamo de Rami Nihawi – 70’

Jeudi - matin
- Autrement, la Molussie de Nicolas Rey – 81’

Jeudi - soirée
- Rouge de Alice Heit – 13’
- Toujours mort, enfin vivant de Richard Frank – 52’

Vendredi - matin
- Plusieurs fois la Commune de Katarina Bellan, Régis Boitier, Julien Chollat-Namy, Damien Peaucelle, Vincent Poulin, Aziz Soumaré – 50’
- Fort intérieur de Chris Pellerin – 42’

Vendredi - soirée
- L'Ambassadeur & Moi de Jan Czarlewski – 15’
- Eau douce eau salée de Aya Tanaka – 50’

Samedi - matin
- Charges communes de Anne Schiltz et Charlotte Grégoire – 83’

Samedi - soirée
- Le Gosse de Louise Jaillette – 37’
- Le Libraire de Belfast de Allesandra Sellesia – 54’

Le film de Mary Jimenez est très mauvais, et si ceux de Periot valent son 100jours ça sera à nouveau insupportable. Je ne sais pas grand chose des autres, sinon qu'il y a quelques noms connus (Dieutre, Grandrieux, George) et que Autrement la Molussie est paraît-il magnifique, ou alors pas, ça dépend des gens.

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Etats généraux du film documentaire - Lussas

Message par adeline le Dim 15 Juil 2012 - 11:31

J'ai regardé l'un des films de JG Periot : Nos jours, absolument, doivent être illuminés

C'est très beau, très émouvant.

C'est étrange de ce dire que le même réalisateur a fait ce 100jours à vomir :
https://vimeo.com/39202925

(http://spectresducinema.1fr1.net/t1087p15-100jours-2012)

Je suis étonnée de lire tous ces commentaires élogieux à propos du 100jours. Il y a quand même deux voix discordantes et critiques, mais personnes ne remarque le fait que le film, qu'on l'appelle pamphlet ou non, ressemble aux tomates (dégueulasses dit-il) qu'il reproche aux gens de manger : il est lisse, clinquant, rond, brillant, sans rien qui dépasse, sans étrangeté, sans crasse. Or, dit-il, les tomates de ce genre, gonflées aux OGM, sont de la merde. Ce film alors, serait de la merde. (Dixit le commentaire). Le film reproche "aux Français et aux autres Européens" de manger de la merde. A chaque spectateur qui le regarde donc, à toute personne ayant mangé en hiver des tomates non poussées dans son jardin, il reproche de manger de la merde. Le rapport au spectateur est vraiment le plus confiant et le plus émancipateur qui soit !

Pourtant, cet autre film, Nos jours, absolument, doivent être illuminés, n'a rien à voir avec le film-tomate.

A Orléans, au centre-ville, des prisonniers de la maison d'arrêt donnent un concert. L'auditoire est dans la rue, au pied des murs de la prison, et les artistes invisibles à l'image. Le film dure 22 mn, le temps de cinq ou six chansons, le temps de cinq ou six plans fixes sur les auditeurs, les auditrices. C'est d'une simplicité incroyable. Les chants sont très beaux, pas très bien chantés, pas toujours très justes, mais il y a dans toutes les voix une émotion, une fragilité et une beauté singulières. Les visages des auditeurs sont concentrés et émus, ils attendent les mots, les sons, de tout cœur avec celui qui chante, dans le soleil d'un après-midi en ville. Et le spectateur a le temps, au long des chants, de se construire les histoires que cachent ces visages attentifs et aimants.

C'est vraiment très beau.

Mais le réalisateur s'est-il dit en réalisant Nos jours, absolument, doivent être illuminés, que ces personnes qui chantent et ces personnes qu'il filme sont aussi les mangeurs de tomates qu'il méprise dans le 100jours ?

J'avais vu de lui un autre court métrage, très bien également, même s'il n'atteint pas la force d'autres films sur la réflexion sur le temps, et si le côté romantique donné par la musique, et l'explosion, est critiquable :

https://vimeo.com/11457021

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum