Les 3 Continents à Nantes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les 3 Continents à Nantes

Message par Invité le Ven 11 Nov 2011 - 13:53

Compétition internationale
10 films
Dix longs métrages de fiction, en première française en provenance d’Afrique, d’Asie, et d’Amérique Latine.

Flying Fish
(2011) de Sanjeewa PUSHPAKUMARA - Sri Lanka
Honey PuPu / Xiao Shi Da Kan
(2011) de CHEN Hung-I - Taïwan
Saudade
(2011) de Katsuya TOMITA - Japon
Ha-Shoter / Policeman
(2011) de Nadav LAPID - Israël-France
Girimunho / Swirl
(2011) de Helvecio MARINS JR. & Clarissa CAMPOLINA - Brésil-Espagne-Allemagne
The Sword Identity / Wokou De Zong Ji
(2011) de Xu HAOFENG – Chine
People mountain people sea / Ren Shan Ren Hai
(2011) de Cai SHANGJUN - Chine
P-047
(2011) de Kongdej JATURANRASMEE – Thaïlande
Fable of the Fish
(2011) de Adolfo Borinaga Alix Jr. – Philippines
Hoy no tuve miedo
(2011) de Ivan Fund - Argentine





Sélection Officielle Hors compétition
10 films
Dix films récents et significatifs et n’ayant pas fait l’objet d’une sortie française ou des films du patrimoine mondial présentés dans leur version restaurée

En Ouverture officielle mardi 22 novembre à 19h30
au Grand T :
The Day he arrives
(2011) de HONG Sangsoo - Corée du Sud
En Clôture officielle le lundi 28 novembre à 19h30 à la Cité des Congrès :
Le Miroir
(1997) de Jafar Panahi - Iran

-----------------------------------------

Chatrak / Mushrooms
(2011) de Vimukthi JAYASUNDARA - Inde-France
Cut
(2011) de Amir NADERI - Iran-Japon
Miss Bala
(2010) de Gerardo NARANJO – Mexico
Koundi et le jeudi national
(2010) de Ariane Astrid ATODJI - Cameroun
El Lugar mas pequeño / The Tiniest Place
(2011) de Tatiana HUEZO SÁNCHEZ - Mexique
The fall of Otrar
(1990) de Ardak AMIRKULOV - Kazakhstan
Sur la planche
(2011) de Leïla KILANI - Maroc-France-Allemagne
Les vieux chats / Viejos gatos
(2010) de Sebastián SILVA et Pedro PEIRANO - Chili




Rétrospective : 100ème de la Nikkatsu (Studio japonais)
26 films
26 films pour découvrir le plus grand studio japonais de l'Histoire du cinéma japonais, de 1921 à 1985, du thriller au film de gangster, du roman-porno au film de sabre...
Gôketsu Jiraiya
(1921) de Shôzô MAKINO
Chôkon
(1926) de Daisuke ITO
La Marche de Tokyo / Tôkyô Kôshinkyoku
(1929) de Kenji MIZOGUCHI
Hometown ou Le village natal / Fujiwara Yoshie no Furusato
(1930) de Kenji MIZOGUCHI
Jirokichi le rat / Oatsurae Jirokichi Kôshi
(1931) de Daisuke ITO
Tange Sazen and Pot Worth a Million Ryo / Tange Sazen Yo Wahyakuman Ryô no Tsubo
(1935) de Sadao YAMANAKA
Kôchiyama Sôshun
(1936) de Sadao YAMANAKA
Duel à Takadanobaba / Kettô Takadanobaba
(1937) de Masahiro MAKINO & Hiroshi INAGAKI
Singing Love birds aka Samurai Musical / Oshidori Uta Gassen
(1939) Masahiro MAKINO
Mud and soldiers / Tsuchi no Heitai
(1939) de Tomotaka TASAKA
Earth / Tsuchi
(1939) de Tomu UCHIDA
Till we meet again / Ashita kuru Hito
(1950) de Yûzô KAWASHIMA
Crazed fruit / Kurutta kajitsu
(1956) de Kô NAKAHIRA
Sun in the Last Days of the Shogunate aka Shinagawa Path / Bakumatsu Taiyôden
(1957) de Yûzô KAWASHIMA
Rusty knife / Sabita Naifu
(1958) de Toshio MASUDA
The women from the sea / Kaitei Kara Kita Onna
(1959) de Koreyoshi KURAHARA
The warped ones / Kyônetsu no kisetsu
(1960) de Koreyoshi KURAHARA
Dancer in Izu / Izu no Odoriko
(1963) de Katsumi NISHIKAWA
Intentions of murder ou Désirs meurtriers / Akai Satsui
(1964) de Shôhei IMAMURA
Black sun / Kuroi Taiyô
(1964) de Koreyoshi KURAHARA
Tokyo Drifter / Tôkyô Nagaremono
(1966) de Seijun SUZUKI
A Colt Is My Passport / Koruto wa Ore no Pasupôto
(1967) de Takashi NOMURA
The Oldest Profession : Sex Market / Maruhi : Shikijô mesu ichiba
(1974) de Noboru TANAKA
Assault! Jack The Ripper / Bôkô Kirisaki Jakku
(1976) de Yasuharu HASEBE
Rape And Death Of A Housewife / Hitozuma Shûdan Bôkô Chishi Jiken
(1978) de Noboru TANAKA
Love Hotel / Rabu Hoteru
(1985) de Shinji SOMAI

De l'art du Benshi ou la voix du cinéma japonais
2 films
Vendredi 25 novembre à 20h30 au Grand T :
Né au japon au 20e siècle, le Benshi consiste à présenter les films muets, en commentant l’action, en révélant (avec plus ou moins de véracité) le contexte et les dialogues.

En point d’orgue de la rétrospective Nikkatsu, la venue de Midori Sawato au Grand T le vendredi 25 novembre : cette artiste du Benshi va œuvrer sur deux classiques du cinéma japonais :
La Marche de Tokyo de Kenji Mizogushi et Jirokichi the Rat de Ito Daisuke.

Midori Sawato
Diplômée de l'Université Hosei (Section de la littérature: Philosophie). Midori Sawato a donné des performances de «benshi» dans de nombreux pays, entre autres en France, en Allemagne, en Italie et aux Etats-Unis. Elle est lauréate de nombreux prix, dont le Prix d'Excellence du Festival de l'Agence de la Culture. Son vaste répertoire va des films occidentaux aux films de "Samurai". Elle est une figure incontestée du renouveau de l'art des benshis et très populaire au Japon.





Hommage à Arturo Ripstein, invité d'honneur (Mexique)
10 films
Né à Mexico le 13 décembre 1943. Fils du producteur Alfredo Ripstein Jr., Arturo Ripstein est depuis son enfance très lié à l'industrie cinématographique. Il fait des études de droit à l'UNAM, d'histoire au Colegio de Mexico et d'histoire de l'art à l'Universidad Iberoamericana. Au début des années soixante, on le voit tenir des seconds rôles dans plusieurs films.
En 1962, il est assistant réalisateur de Luis Buñuel sur le tournage de l'Ange exterminateur. A vingt et un ans, il fait ses débuts de réalisateur avec Tiempo de morir d'après un scénario de Gabriel Garcia Márquez.
El Castillo de la pureza
(Le Château de la pureté) / 1972
Lecumberri - El Palacio Negro
(Lecumberri - Le Palais noir) / 1976
El Lugar sin limites
(Le lieu sans limites) / 1977
El Imperio de la fortuna
(L'Empire de la fortune) / 1986
Principio y fín
(The Beginning and the End) / 1993
La Reina de la noche
(La Reine de la nuit) / 1994
Profundo carmesi
(Carmin profond) / 1996
La Perdición de los hombres
(The Ruination of men) / 2000
Así es la vida
(Such is Life) / 2000
Las Razones del corazón / 2011





Hommage à Mani Kaul (Inde)
6 films
Cet hommage est un premier pas dans le sens d’une redécouverte des films de Mani Kaul. Décédé au mois de juillet 2011, il était une des grandes figures du cinéma indien contemporain, souvent distingué pour la singularité de son travail documentaire et son intransigeance. Diplômé du Film and Television Institute of India (FTII) où il étudia sous la direction de Ritwik Ghatak , il en devint plus tard enseignant lui-même.
Uski Roti (Notre pain quotidien)(1970)
Duvidha (Indécision)(1973)
Arrival (1980) documentaire Court-Métrage
Dhrupad (1982) documentaire
Siddheshwari (1989) documentaire
Nazar (Le Regard)(1989)





Programme thématique : Figures du héros
9 films/ Jeunes Publics

D’où viennent les héros ? En réponse à cette question, une image fait retour en moi, d’abord drapée d’évidence, elle dévoile aussi sa part de trouble : le magistral plan d’ouverture de The Searchers (La prisonnière du désert, 1956) de John Ford lorsque la porte d’une maison perdue s’ouvre sur le désert indien pour voir lentement s’avancer du fond du plan la silhouette reconnaissable de John Wayne qui semble revenir d’entre les morts. Les figures, surhumaines ou hommes simples, dont nous reconnaissons la valeur héroïque ont ceci en partage qu’elles portent exemplairement jusqu’à nous la marque des épreuves, d’un défi lancé à la mort, parfois aussi à l’ordre commun. Le héros déborde sa condition de mortel pour devenir une image dont le simple rappel emballe le récit. Les trajectoires héroïques représentent comme des surimpressions de nous-mêmes, incarne un point d’éclat imaginaire de notre humanité qui s’actualise, s’adapte, voyage, se réinvente à travers les temps, les géographies et les cultures. C’est véritablement cette fabrique du héros que nous voudrions interroger sur plusieurs modes en glissant des vertus du film d’action à l’épopée historique et collective, de destins individuels sans gloire aux métamorphoses les plus signifiantes. Derrière le cliché et l’attente, de quelle autonomie la figure héroïque jouit-elle et à quelle nécessité répond-elle ? En saisissant l’universalité d’un motif parcouru du Mexique au Japon, de l’Inde au Sénégal, prenons place aux côtés de quelques figures héroïques pour mieux penser la nôtre dans le monde qui va. JB
Antonio das Mortes (O dragao da Maldade contra o Santo Guerreiro)de Glauber ROCHA / Brésil / 1969
Cabeza de Vacade Nicolas ECHEVARRIA / Mexique / 1990
La Forteresse cachée (Kakushi toride no san-akunin)de Akira KUROSAWA / Japon / 1958
Un Héros (O herói)de Zézé GAMBOA / Angola / 2005
Horus, Prince du soleil (Taiyo no oji : Horusu no daiboken)de Isao TAKAHATA / Japon / 1968
Moolaadé de Sembene OUSMANE / Sénégal / 2004
Opération dragon (Enter the Dragon)de Robert CLOUSE / Hong Kong / 1973
Pour un seul de mes deux yeux (Nekam achat mishtey eynay)de Avi MOGRABI / Israël / 2005
Vamonos con Pancho Villade Fernando DE FUENTES / Mexique / 1935





Programme thématique : Dans les rues de Kaboul (Afghanistan)
5 films de court-métrage
Jeudi 24 novembre à 20h45 au Concorde et Dimanche 27 novembre à 14h au Concorde

Les rues de Kaboul ne sont pas tout à fait comme toutes les rues des villes du monde. La présence discrète de la mort, qui frappe partout et n’importe quand, en fait l’un des endroits les plus dangereux au monde. Pourtant, quelle que soit la violence, la peur, les drames et les traumatismes vécus, la vie reprend toujours le dessus. Ce lointain décor pour nous est le quotidien des réalisateurs, ils y vivent. Comme tous les kaboulis, ils errent pour trouver une adresse dans un quartier où les rues ne portent pas de noms. Ils voient les ambulances bloquées par les embouteillages monstres, un facteur sur son vieux vélo croulant sous les énormes sacs de lettres et se faufilant entre les camions et les 4x4, une femme voilée au volant d’un taxi, ils écoutent aux check-point les discussions entre civils et policiers : ce sont tous les problèmes de l’Afghanistan qui sont déballées en quelques minutes. C’est bien à travers ses rues que l’on peut lire le Kaboul d’aujourd’hui et de demain.

CheckPoint (2011) de Ahmed ALIZADA
Kaboul Ambulance (2011) de Taj Mohammad BAKHTARI
Permis de conduire (2011) de Mahbouba EBRAHIMI
Petite Afghanistan (2011) de Bassir SIRAT
Une Journée du facteur Khan Agha (2011) de Wahid NAZIR






Programme thématique : QUINZAINE DES DROITS DE L’ENFANT
2 films
La Quinzaine des Droits de l'Enfant, coordonnée par la Direction de l'Enfance de la Mairie de Nantes, a lieu du 12 au 26 novembre 2011 à Nantes. Le Festival des 3 Continents s'associe à l'évènement en consacrant deux séances spéciales Jeunes Publics l'après-midi du 23 novembre au Cinématographe à partir de 14h30. L'occasion d'explorer la figure de l'enfant à travers le cinéma des 3 continents.

Le Cahier (Buda as sharm foru rikht)
de Hana Makhmalbaf (2007)
Iran / 81’ / fiction
avec Nikbakht Noruz, Abbas Alijome

Le film aborde de la vie quotidienne des Afghans de Bâmiyân. Parmi cette population qui vit dans des grottes à flanc de montagne, il y a Baktay, une petite fille de 6 ans, qui veut apprendre à lire et aller à l'école « pour écouter des histoires drôles ». Seule, elle brave tous les dangers pour acheter un cahier. Sur le chemin elle se heurte à la violence des garçons qui jouent à la guerre.

Les Petites Voix (Pequeñas Voces)
de Jairo Carrillo, Oscar Andrade (2010)
Colombie / 80’ / documentaire - animation

A partir des dessins et déclarations d'enfants colombiens de 8 à 13 ans, ce documentaire nous conte la violence et la misère, vues au travers des yeux de Pepito (9 ans), Jhoncito (11 ans), Margarita (9 ans), Juanito (12 ans)...







Séances ACSE
Dans le cadre du soutien apporté par l’Acsé au Festival des 3 Continents, le Festival consacre deux séances spéciales à la Comission Images de la Diversité, co-gerée par le CNC et l’Acsé et à l’action ainsi menée tout au long de l’année pour valoriser la pluralité des populations de la France au travers de projets cinématographiques et audiovisuels de qualité.

Lettre à la prison
de Marc Scialom (1979)
France / 70’ / fiction

En 1970, un jeune tunisien débarque pour la première fois de sa vie en France, où il est chargé par sa famille de porter secours à son frère aîné, accusé à tort d'un meurtre et emprisonné à Paris. Il fait d'abord halte à Marseille. Là, il rencontre des tunisiens étrangement différents de ceux qu'il croisait en Tunisie, des français qui lui paraissent énigmatiques et une ambiance générale assez inquiétante à ses yeux pour le faire douter peu à peu de ce dont il était sûr, c'est-à-dire de l'innocence de son frère, de sa propre innocence, de sa propre intégrité mentale. Le thème développé dans ce film est celui d'une identité culturelle et personnelle mise en péril, sur fond de post-colonialisme.


Moolaadé
de Sembene Ousmane (2004)
Sénégal / 117’ / fiction
avec Fatoumata Coulibaly, Maïmouna Hélène Diarra

Le cycle de la salinde (purification) a lieu tous les sept ans. Au village, une grande cérémonie est préparée par la gent féminine. Toutes les fillettes de cinq à dix ans doivent être " purifiées ", c'est-à-dire excisées. Mais cette fois, six d'entre elles s'enfuient avant l'opération. Les deux premières disparaissent dans la nature, tandis que les quatre autres demandent le moolaadè (droit d'asile) à Colle Ardo.




Produire au Sud
(Atelier de formation aux outils de la coproduction internationale)
L'atelier de coproduction internationale revient, avec la rencontre de réalisateurs et de producteurs du Sud et de professionnels du cinéma, le temps d’une semaine à Nantes.

La sélection des projets de films 2011

BRÉSIL
Nem mais um copo de leite (No more Milk)
Réalisé par Thiago Taves Sobreiro
Produit par Matheus Antunes

KENYA
2 Princes
Réalisé par Philippa Ndisi-Herrmann
Produit par Atieno Odenyo

MEXIQUE
Invocando a Dolores (Invoking Dolores)
Réalisé par Daniel Eduvijes Carrera
Produit par Paola Guadalupe Rivera Perez

PHILIPPINES
Above the Clouds (Alapaap)
Réalisé par Pepe Diokno
Produit par Bianca Balbuena

RÉPUBLIQUE DOMINICAINE
El hombre que cuida (The Man who cares)
Réalisé par Alejandro Andujar
Produit par Amelia del Mar Hernandez

THAÏLANDE
Departure Day
Réalisé par Phuttiphong Aroonpheng
Produit par Pimpaka Towira

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum