Les écrits corsaires aujourd'hui

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les écrits corsaires aujourd'hui

Message par Le_comte le Sam 23 Oct 2010 - 16:00

JM avait conseillé par ici le livre de Pasolini, les fameux Écrits corsaires, argumentant son intérêt par une phrase qui retient l'attention : "On ne peut pas penser aujourd'hui sans Pasolini". Quelques idées assez fortes se dégagent de ma première demi-lecture (je ne suis qu'à la moitié du livre). Comment ces textes, situé politiquement et historiquement dans un cadre précis (l'Italie des années 70) résonnent-ils avec notre époque ?

- Pasolini avance systématiquement une idée : le fascisme est devenu la norme. On ne peut plus distinguer un fasciste d'un anti-fasciste, ni un conservateur d'un révolutionnaire. Tout acte serait le produit de l'idéologie hédoniste d'une société. Pasolini considère cette idée comme acquise. Mais qu'est-ce que cela signifie plus profondément ? Comment juger d'un acte "terroriste" ?

-D'autre part, il refuse, du moins il l' insinue, l'idée d'un fascisme naturel qui serait lié aux être à la naissance. Aucune culture, ni tradition, ni "type d'homme" n'auraient de prédestination fasciste en soi. C'est là que se trouverait l'humanisme de Pasolini, en parallèle à sa posture critique : tous les hommes sont égaux, seul un étouffement au sein de la société peut les amener à être fasciste.

-J'aime bien le passage où il dit que l'iconoclasme (Je ne sais plus le mot exact, c'est assez embarrassant) est une attitude de gauche, et la parodie une posture de droite. Très actuel sans doute dans le paysage télévisuel d'aujourd'hui.

-Sa nostalgie d'une période où les hommes menaient une "existence nécessaire" est connue, mais peut-être parfois mal comprise, la preuve avec la remarque qu'on lui adresse et qui est la base du droit de réponse qu'il donne. Souvent, on dit que la "trilogie de la vie" est une critique de la société ou un cri de désespoir. Pas sûr.

-Ce qu'il dit de la télévision est bien entendu d'actualité.


Mais bon, je devrais plutôt laisser parler JM à propos de ce livre !

Le_comte

Messages : 336

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les écrits corsaires aujourd'hui

Message par Leurtillois le Sam 23 Oct 2010 - 18:13

Au risque de paraître un peu obsessionnel avec les Annonces Google qui s'affichent en haut de la page, voici la publicité qu'appelle ton texte :

Michel Onfray ?
Le crépuscule d’une idole Réduction immédiate de -5%
Chapitre.com/Michel_Onfray

La série de textes sur l'avortement m'avaient beaucoup marqué ; l'impression d'assister au développement d'une pensée risquée qui avance, se rectifie, avance encore, sous le feux des intellos italiens de l'époque. Si le contexte politique, occidental, dans lequel elle s'inscrivait n'est pour le coup plus vraiment d'actualité, on peut dire que cette série de textes s'élève contre l'idéologie Onfray non ? "l'impératif Jouis" dont parle Badiou dans un article posté sur le forum.

Leurtillois

Messages : 131

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les écrits corsaires aujourd'hui

Message par Invité le Dim 24 Oct 2010 - 1:34

Hello,

Question difficile, Le comte.

Je peux peut-être partir d'un film vu récemment (qui n'est pas de lui) pour évoquer quelque chose de Pasolini, même si ses écrits corsaires semblent quelque peu mettre de côté le cinéma.

Dans "Le jardin des délices" (1970) de Silvano Agosti, on assiste, à un moment donné, à une "opposition" entre l'Eglise (représentée par une procession d'enfants en soutane défilant en un long cortège) et une bande de jeunes "à cheveux longs" (les mêmes que ceux dont parle Pasolini dans un texte qui porte ce titre, j'imagine) très chics qui dansent et chantent à moitié nus en pleine nature. La scène est remarquable, c'est très bien fait les champ/contre-champ, je vous invite à la regarder à l'occasion.

Le problème est que, croyant décrire deux faces opposées de la société italienne de l'époque en prenant bien sûr parti pour la seconde, cette scène décrit au contraire deux pôles qui sont bien plus liés qu'il n'y parait. La position de Pasolini à propos de ces questions sur lesquelles il revient longuement dans les écrits corsaires (je ne reviens donc pas là dessus, "penser avec Pasolini", ça veut dans un premier temps dire le lire ;o) ) est encore totalement d'actualité, qu'on se situe en Europe (j'ai lu je ne sais plus où récemment des choses à propos des nouveaux articles du Vatican, les Acta Apostolicae, sur leur position par rapport à la globalisation par exemple, c'est carrément affligeant, on peut aussi penser en France aux positions politiques récentes et ridicules de quelqu'un comme Boutin dans le gouvernement), ou même en Chine où un confucianisme (famille,travail,patrie) a été réhabilité à grand coup de propagande en parallèle au développement de la société de consommation.

Je crois qu'on a dû plus ou moins déjà parler de tout ça, sans évoquer Pasolini, dans le topic sur le film d'Ang Lee, "Hotel Woodstock".

Voilà, Pasolini a tenté d'échapper aux positions binaires. S'en est pris violemment à l'aliénation, à celle des autres, à la sienne.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les écrits corsaires aujourd'hui

Message par Borges le Dim 24 Oct 2010 - 8:37

Stéphane Pichelin a écrit:Vues à Nantes, deux affiches publicitaires :
-"all you need is fun", pour une soirée dance
-"all is all you need", pour une franchise hôtelière.
Double allusion à la chanson des Beatles "All you need is love/Love is all you need". Utilisée ici parce qu'elle a marqué les esprits (ou les mémoires?).
Sauf que dans les pubs, "love" manque, l'amour est absenté au seul profit des marques. Ce que nous propose toujours la pub, d'ailleurs : a brand new life !


avant les beatles, faut se souvenir que ce fut d'abord le slogan de Jésus (les beatles plus célèbre que jésus a dit lennon, disques brulés etc.)






«Je vois s'étendre sur nos cités l'ombre horrible de la croix gammée ... » ; « L'Italie est tapissée d'affiches représentant des derrières revêtus de blue-jeans sur lesquels on lit "qui m'aime me suive". Le Jésus du Vatican a perdu» ; « Le fascisme [ .. . ] n'a pas même, au fond, été capable d'égratigner l'âme du peuple italien, tandis que le nouveau fascisme, grâce aux nouveaux moyens de communication et d'information [ ... J, l'a non seulement égratignée, mais encore lacérée, violée, souillée à jamais ... »

(Pasolini)


«Depuis le matérialisme pragmatique du capitalisme, une culture hédoniste de la consommation, grâce aux moyens de communication nouveaux et d'abord à la télévision, imprègne les masses d'un indifférentisme (somatique et vestimentaire) et d'un conformisme (mental et comportemental) sous le masque laïc d'une fausse tolérance. »
(Pasolini)




comparer avec "le matérialisme démocratique" de badiou



Pasolini distingue trois fascismes au moins :

-le fascisme fasciste (historique)
-le fascisme démocrate-chrétien
-le fascisme nouveau (qui est la mort du peuple, italien, il atteint l'être, l'âme, la conscience...)

"Les italiens sont devenus (surtout dans le Centre-Sud) en quelques années un
peuple dégénéré, ridicule, monstrueux, criminel - il suffit de descendre dans la rue pour le comprendre. [ ... ] Moi, malheureusement, je l'aimais, ce peuple italien, aussi bien en dehors des schèmes du pouvoir (au contraire, en opposition désespérée avec eux) qu'en dehors des schèmes populistes et humanitaires. C'était un amour réel, enraciné dans mon caractère. j'ai donc vu avec "mes sens" le comportement imposé par le pouvoir de la consommation remodeler et déformer la conscience du peuple italien, jusqu'à une irréversible dégradation; ce qui n'était pas arrivé pendant le fascisme fasciste, période au cours de laquelle le comportement était totalement dissocié de la conscience. »


(pasolini)

on peut se demander si SilvioB incarne un nouveau fascisme.


le vrai problème dans la pensée de pasolini, c'est sa notion de "peuple" au sens authentique du mot.







avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les écrits corsaires aujourd'hui

Message par Invité le Lun 25 Oct 2010 - 5:11

Hello,

Je cause un peu de Pasolini dans un texte qui se trouve sur mon site.

http://www.scienezma.com/DC/she_a_chinese

(à cette occasion, j'annonce d'ailleurs publiquement mon départ de la rédaction des Spectres)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les écrits corsaires aujourd'hui

Message par Invité le Lun 25 Oct 2010 - 16:48

Borges a écrit:
Stéphane Pichelin a écrit:Vues à Nantes, deux affiches publicitaires :
-"all you need is fun", pour une soirée dance
-"all is all you need", pour une franchise hôtelière.
Double allusion à la chanson des Beatles "All you need is love/Love is all you need". Utilisée ici parce qu'elle a marqué les esprits (ou les mémoires?).
Sauf que dans les pubs, "love" manque, l'amour est absenté au seul profit des marques. Ce que nous propose toujours la pub, d'ailleurs : a brand new life !


avant les beatles, faut se souvenir que ce fut d'abord le slogan de Jésus (les beatles plus célèbre que jésus a dit lennon, disques brulés etc.)

Oui mais je crains que Jésus ait beaucoup moins marqué les esprits que les mémoires.
Wink

Pasolini distingue trois fascismes au moins :

-le fascisme fasciste (historique)
-le fascisme démocrate-chrétien
-le fascisme nouveau (qui est la mort du peuple, italien, il atteint l'être, l'âme, la conscience...)

Vu avant-hier Le profond désir des Dieux, de S. Imamura. Ça se passe sur une île divisée au début en deux strates économico-politiques :
une strate archaïque résiduelle basée sur la riziculture (production vivrière), avec tyrannie patriarcale domestique et spatialisation chaotique (jungle)
et une strate moderne hégémonique basée sur la culture et la transformation de la canne à sucre (production commerciale), avec tyrannie patriarcale locale et spatialisation labyrinthique régulée (bocage).
Les deux cèdent in fine devant une économie post-moderne basée sur le tourisme (commerce « sans » production), avec tyrannie patriarcale dématérialisée et spatialisation unilinéaire (chemin de fer).
Donc, toute une problématique proche de celle de PPP.
Pour situer, le film date de 1968.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les écrits corsaires aujourd'hui

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum