Les 11

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les 11

Message par Invité le Lun 6 Avr 2009 - 11:24

La découverte des "11 Fioretti" de Rossellini m'a évoqué ces peintures asiatiques (chinoises, je crois, mais cela reste à vérifier) vues récemment au musée Guimet. On y voyait des groupes de moines bouddhistes qui partaient prêcher. Leurs tribulations étaient peintes sur de longs rouleaux et avaient la caractéristique de ne négliger l'"individualité" d'aucun personnage, il y avait là quelque chose de proche du croqué, de la bande-dessinée d'autant que l'esprit de ces peintures était très gai et enlevé, comme le film de Rossellini. J'ai retrouvé la même chose dans le beau et sobre film de Rossellini, dans le choix de découper le film en plusieurs petites histoires autour de quelques disciples de Saint François d'Assise.

J'aurais aimé illustrer un peu ce sujet mais malheureusement je n'ai pas trouvé sur le net d'images des peintures auxquelles je pense..

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 11

Message par ^x^ le Lun 6 Avr 2009 - 12:29

Parles-tu d'une des peintures appartenant à la fameuse collection de l'artiste U-Fan Lee ?

U-fan Lee (1936- ), peintre coréen installé au Japon depuis 1956, membre fondateur du groupe du Mono-ha.

Né au sud de la Corée, Lee U-fan a grandi dans une culture traditionnelle imprégnée de confucianisme. Après une courte période d’initiation aux beaux-arts à Séoul, il part à Tokyo pour étudier la philosophie à l’université Nihon dont il sort diplômé. Au cours des années soixante, il développe sa peinture sur la base de ses connaissances calligraphiques : celle-ci consiste à laisser des traces répétitives — points, lignes —, et à rendre visible la planéité de la toile. Il oriente ainsi sa démarche vers la fusion des gestes orientaux et du formalisme international.

Observant, à l’époque, l’échec de l’avant-garde japonaise ainsi que l’optimisme dominant face à l’émergence des nouvelles technologies qui trouve son apogée dans l’Exposition universelle d’Osaka (1970), Lee U-fan prend conscience de la nécessité de reconquérir une identité au sein de la culture asiatique. Dans cette optique, et sous l’influence des philosophies de Heidegger et de Nishida, il publie plusieurs essais critiques où il revendique pour l’art « la fraîcheur originelle du monde », le dévoilement pour elles-mêmes des choses occultées par le modernisme. Cherchant à éprouver ses idées, son travail se développe dans l’assemblage de matériaux bruts (pierre, bois, fer, coton, verre), mis en rapport un à un, sans que cela réponde pour autant à une finalité créative sous-jacente. Révélant ainsi la force immanente de la combinaison des choses entre elles, la pensée de Lee U-fan servira de base théorique aux artistes du Mono-ha. Ce mouvement marque en effet une nouvelle période dans l’art contemporain japonais, en ouvrant une voie indépendante libérée de l’influence de l’art occidental.

Dès le milieu des années soixante-dix, Lee U-fan retourne à la peinture et poursuit un système sériel à partir de touches minimales de pigment (les Relatum ; À partir du point), où se réalise l’interaction rythmique entre les mouvements corporels de l’artiste et l’espace infini de l’univers. Dans ses séries À partir du vent et Avec du vent des années quatre-vingt, les touches deviennent plus libres et flottantes, les gestes plus variables, et le fond de la toile devient quasiment invisible et transparent, au point de faire sentir la respiration même de l’artiste. D’autre part, reprenant le principe de ses anciens assemblages de matériaux, il crée de singulières sculptures composées de pierres et de plaques de fer.

http://www.asianart.com.au/__data/page/12342/KoreanDreams_select_labels.pdf

Si c'est cela, les peintures que tu as vu devaient être situées pdt la fin de la période Chosôn.
Elles proviennent de la galerie Art gallery of New South Wales de Sydney.
http://www.artgallery.nsw.gov.au/whats_on?eventid=2859



Egalement appelée dynastie Yi, celle-ci fut la dernière et la plus longue dynastie de Corée (1392-1910). Chosôn est le nom d’un antique royaume de Corée, et Yi est le nom de la famille régnante. Le bouddhisme, qui était encore actif durant l’époque précédente de Koryô (918-1392), fut remplacé par le Néo-Confucianisme. Celui-ci influença les arts, la morale, bien qu’un art original proprement coréen, d’une grande spontanéité se développa à cette époque.

A cette période, la Corée alors royaume indépendant est sous protectorat chinois. Les artistes de cette époque connaissent l’art chinois et japonais, ainsi que les techniques occidentales.




avatar
^x^

Messages : 609

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 11

Message par Invité le Lun 6 Avr 2009 - 16:25

Hello Careful,

Je ne sais pas du tout, je ne me souviens plus la région de ces peintures, leur époque. Il ne s'agit pas des choses que tu as mis en image en tout cas. Il s'agissait de peintures beaucoup plus sobres, il n'y avait pas de couleur, il me semble, juste du trait noir au pinceau, du moins sur celles dont je me souviens. J'ai l'impression qu'il s'agit plutôt de panneaux pour ce que tu nous proposes, les peintures dont je parle étaient vraiment sur des rouleaux de papiers déroulés de plusieurs mètres. Nous avions des moines joyeux qui discutaient, faisaient des acrobaties, etc..des visages très expressifs..

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 11

Message par DB le Sam 11 Avr 2009 - 12:05

salut les gars,

on trouve des choses par ici :

http://idp.bnf.fr/pages/collections_fr.a4d
avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 11

Message par Invité le Mer 15 Avr 2009 - 20:16

mouais, je vais plutôt aller chercher des références dans les bouquins à la BM à l'occasion..

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 11

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum