En culture et en friche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

En culture et en friche

Message par Borges le Ven 21 Déc 2012 - 9:24

"Que d'amis j'ai perdus qui vivent encore. Ce ne fut la faute de personne : c'étaient eux, c'était moi ; l'événement nous avait faits et rapprochés, il nous a séparés. Et Merleau-Ponty, je le sais, ne disait pas autre chose quand il lui arrivait de penser aux gens qui hantèrent et quittèrent sa vie. Il ne m'a jamais perdu pourtant, il a fallu qu'il meure pour que je le perde."

je crois l'avoir déjà dit :

toujours faire attention aux mots, quand on lit et tente d'interpréter; ici l'essentiel c'est les jeux sur les différents sens du mot "perdre"; on peut perdre un être, dans un sens actif, comme quand on l'oriente mal, lui donne de mauvais conseil, un mauvais exemple, quand on fait le con et que cela provoque une séparation...et dans un sens passif, j'ai perdu la mémoire...le texte circule d'un sens à l'autre (si bien que la responsabilité se déplace sans cesse, et s'annule parfois, dans un "confusion" impossible à trancher de l'actif et du passif); et selon que l'on a en vue l'un ou l'autre sens, le texte change, et notre jugement moral, politique... c'est comme l'expérience du lapin-canard... si j'était Derrida, au lieu de perte, je parlerais de "pertance", pour rendre l'aspect actif et passif du mot. Sartre a perdu MMP au deux sens du mot, il en a été privé, et il l'a perdu, comme on perd quelqu'un par négligence, parce qu'on a pas assez fait attention, et écrivant sur lui, il le perd et le retrouve en même temps, dans le même mouvement. Le mort est toujours perdu, a toujours perdu, parce qu'il n'est plus là pour répondre et quoi qu'on en dise on le trahit, on le perd...; la fidélité absolue aux morts, à une liberté, une conscience est impossible; cette idée de perte, elle est rendue dans le mot hantise; on hante la vie, des gens, vivant et mort (cf le thème du redoublement, du chiasme, touchant-touché... si je lis, vois, regarde, autrui est toujours là comme autre vision possible... lecture... mon monde m'est toujours aussi étranger...) toujours déjà mort; absent et présent; perdu et retrouvé; ici et ailleurs; et c'est ça l'amitié, l'amour, la relation intersubjective, si on la pense au-delà de l'ontologie, de la présence; un ami, c'est celui qui est toujours déjà perdu, et en même temps celui qui ne se perd jamais, qui ne nous perd jamais, puisque son existence est toujours de l'ordre de la hantise.



avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: En culture et en friche

Message par Borges le Ven 21 Déc 2012 - 10:01

"Borges relance", et badlanders se marre..je ne relance pas, je dis que cette histoire est close;

y a que les mots, sartre et ponty sont morts; on ne peut que les perdre, que l'on prenne le parti de l'un ou de l'autre; on les a déjà perdus, suffit de parler à leur place, ou de se croire autorisé à parler à leur place, à décider de leur amitié, qui était gentil, qui était méchant;

"moi j'aime bien MMP, mais pas sartre"; quel intérêt cela peut avoir? qui cela peut intéresser?


avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: En culture et en friche

Message par Borges le Ven 21 Déc 2012 - 11:13

Je me posais cette question toujours à partir du mot perdre : quelle est la meilleure discussion, celle qui nous fait gagner un ami, ou celle qui nous le fait perdre.


car, au fond, il ne s'agit que de ça : qui perd, qui gagne..



avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: En culture et en friche

Message par Invité le Ven 21 Déc 2012 - 12:22

Borges a écrit: un ami, c'est celui qui est toujours déjà perdu, et en même temps celui qui ne se perd jamais, qui ne nous perd jamais, puisque son existence est toujours de l'ordre de la hantise.

c'est pareil pour soi, on peut se perdre, s'égarer devenir étranger à soi même, devenir fou.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: En culture et en friche

Message par Borges le Ven 21 Déc 2012 - 13:38

Badlanders : je ne te prends pas pour un con, au contraire, j'ai du respect pour toi...
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: En culture et en friche

Message par Borges le Ven 21 Déc 2012 - 13:45

Borges a écrit:
Je me posais cette question toujours à partir du mot perdre : quelle est la meilleure discussion, celle qui nous fait gagner un ami, ou celle qui nous le fait perdre.


car, au fond, il ne s'agit que de ça : qui perd, qui gagne..




Il faut bien lire : je dis bien "quelle est la meilleure discussion...?"; est-il plus important de gagner une discussion que de gagner un "ami"? Sartre et Ponty se sont séparés pour des raisons historiques, on le sait, pour la raison historique même je dirais : communisme ou démocratie libérale occidentale bourgeoise?...sartre a choisi un côté, ponty l'autre... donc, une discussion sur le sens de l'histoire... qui a perdu, qui a gagné? à quoi faut-il être fidèle? à l'ami? où à l'égalité?




avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: En culture et en friche

Message par Borges le Ven 21 Déc 2012 - 14:54

Baldanders: je vais faire chier Borges maintenant

aucun intérêt, entre nous;

je ne prends pas cette histoire de manière personnelle; sartre et ponty, je les lis, les admire... j'y prend ce qui m'intéresse, et c'est tout...

sinon avec ou sans le mec que tu convoques en lien, ce que vous dites se résume à "sartre il était pas gentil avec son ami"...mais quel intérêt encore une fois?


« Un mort tout neuf reste vif, à vif : il n'a rien fait encore que se retirer, il conserve, sans en user, son droit de regard sur nos pensées"

je ne vois pas ce que tu peux faire dire à cette phrase... sinon cette relation de la conscience à l'autre à travers le phénomène de la hantise... ( l'oeil était dans la tombe, et la tombe ici, c'est le texte de sartre hanté)



avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: En culture et en friche

Message par Borges le Ven 21 Déc 2012 - 19:20

Veuillez répéter vos questions Monsieur kunilangouste; je m'efforcerai d'y répondre dans les plus brefs délais, de manière claire et concise...mais souvenez-vous de ce que disait Martin Heidegger : suffit pas de mettre un point d'interrogation à la fin d'un énoncé pour poser une question.
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: En culture et en friche

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum