archives

Aller en bas

archives Empty archives

Message par Invité le Ven 11 Jan 2019 - 10:19

___


Dernière édition par breaker le Dim 30 Juin 2019 - 11:47, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

archives Empty Re: archives

Message par Invité le Sam 26 Jan 2019 - 20:39

____


Dernière édition par breaker le Dim 30 Juin 2019 - 11:47, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

archives Empty Get used to the bear behind you

Message par Invité le Jeu 14 Fév 2019 - 8:36

___


Dernière édition par breaker le Dim 30 Juin 2019 - 11:48, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

archives Empty Re: archives

Message par Invité le Lun 18 Fév 2019 - 10:37

___


Dernière édition par breaker le Dim 30 Juin 2019 - 11:48, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

archives Empty Re: archives

Message par Invité le Lun 18 Fév 2019 - 10:46

___


Dernière édition par breaker le Dim 30 Juin 2019 - 11:48, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

archives Empty Re: archives

Message par Invité le Mar 19 Fév 2019 - 21:23

____


Dernière édition par breaker le Dim 30 Juin 2019 - 11:48, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

archives Empty Re: archives

Message par Invité le Lun 11 Mar 2019 - 14:07

____


Dernière édition par breaker le Dim 30 Juin 2019 - 11:48, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

archives Empty Re: archives

Message par 에르완 le Ven 22 Mar 2019 - 9:45

à propos d'Herzog, Deleuze y revient souvent dans ses cours, enfin tu dois connaître déjà
(...) Mais Herzog est un tout autre cas parce que ça se passe au niveau de ce qu’il a dans la tête. Voyez, je fait une gradation : la forme technique, encore une fois la manière de voir et ce que quelqu’un a dans la tête, c’est à dire l’idée. Il n’a que deux idée Herzog, mais c’est énorme deux idées, vous vous rendez compte ? Si on en avait autant ! Il a deux idées qui lui reviennent sous les formes les plus variées. Et le problème pour moi, c’est : Estce qu’elles se mélangent les deux idées ? Estce que c’est la même quelque part, encore plus profond, est-ce que c’est la même ? Il est hanté, l’idée, c’est ce qui vous hante.

-  Et bien Herzog est hanté par deux choses. Il est hanté par l’idée de quelqu’un qui concevrait une tâche démente et grandiose, et parce qu’elle serait démente et grandiose, il la réussirait, ou même la ratant, il la réussirait quand même. C’est une drôle d’idée, ça. Pourquoi ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Vous voyez qu’il se met du côté, pour traduire dans mes termes, il se met du côté S A S mais dans des conditions très particulières. Ce n’est pas la situation qui impose une action grandiose, non, ça on s’en fout. Il faut qu’il nous présente un fou suffisamment fou pour avoir un projet grandiose ; dès lors, il est fondamentalement égal à l’action, il n’a même pas à devenir égal à l’action, il l’est. Il l’est, et il l’est dans sa certitude absolue. C’est le cogito de la folie, quoi. Et en un sens, plus cet acte, plus cette tâche sera démesurée, plus il lui sera égal. C’est une voie, il y a une autre voie. Supposez que le même homme... Supposez que cette question vous intéresse . Supposez, c’est ça que j’appelle... Supposez ça vous intéresse, là on est pas dans le domaine ? Estce qu’il a tort ou est ce qu’il a raison ?. Il va en tirer une oeuvre ; ou il va en tirer une oeuvre bonne ou il va en tirer une oeuvre médiocre, bon. Mais on ne va pas discuter, on ne va pas lui dire « T’as tort. », qu’estce que ça voudrait dire ? C’est son problème à lui. Si quelqu’un me dit : « Tu vois, mon problème... » C’est ça qu’il m’arrive de reprocher à des étudiants quand ils veulent faire un travail précis, c’est qu’ils n’ont pas leur problème, donc ils n’ont aucune raison de commencer le travail, et ils demandent au prof de le leur inventer, le problème. Mais ils ne peuvent pas. Moi, je ne peux pas inventer les problèmes de quelqu’un d’autre. Il faut avant tout que vous ayez les vôtres. Sinon il n’y a rien de mal. Sinon votre heure n’est pas encore venue de travailler pour vous même, c’est évident. Alors, il a ça. Il se dit que c’est une idée un peu tordue mais intéressante. Imaginons des personnages qui soient égaux à l’action grandiose. Conditions : Il ne faut pas que l’action grandiose soit donnée comme à faire ; il faut qu’elle germe de leurs cerveaux, de leurs cerveaux illuminés.

Ce sont des illuminés. Il va pousser la formule S A S jusqu’à l’illuminé. Par là, il va la transformer. Et puis alors, il a en même temps l’autre problème. Il pourrait s’en tenir là, ce serait possible. Mais non, il a en même temps l’autre problème. Qui est : Comment imaginer des pauvres types, tellement pauvres types qu’ils suivent des débiles, des idiots qui s’accrochent à une ligne d’univers. On est dans la formule A S A, mais dans de telles conditions que jamais ils ne saisiront comment un noeud peut s’unir à un autre noeud, peut se connecter à un autre noeud. Et ils seront complètement perdus car devant toute action, si minuscule à faire qu’elle soit, et devant toute situation réversible, ils seront radicalement sans défense. L’idiot sans défense, l’idiot radicalement sans défense, la créature radicalement sans défense d’une part. Et d’autre part, l’illuminé par nature égal à l’action la plus démesurée qu’on puisse imaginer. Supposez que ce soit son double problème, il ne le raisonne pas, c’est ça qui l’intéresse. Il va nous faire tantôt une oeuvre d’un type et tantôt une oeuvre de l’autre type. Et quand même, il faudra bien qu’il lâche des secrets. Et lui même alors ? C’est là que c’est intéressant les rapports de la vie et de l’oeuvre de quelqu’un. Lui-même, il lui arrive une fois une idée très bizarre, il apprend qu’une vieille dame à laquelle il doit beaucoup, estime t’ilet pour laquelle il a beaucoup de respect, à savoir **Loth Hessner*, est très malade, à Paris. Et lui-même il est dans le fond, je ne sais plus quoi, de la Forêt Noire ou en Prusse... Je ne sais pas où il est, enfin il est très loin. A Munich. ? A Munich, il est ? Enfin, il sent une ligne d’univers et il dit : « Il faut que j’y aille, il faut que j’aille la voir sinon elle va mourir. Si je n’y vais pas, elle meurt. Il faut que j’y aille à pied, si je n’y vais pas à pied... » Pourquoi il veut y aller à pied ? Il tient son journal de bord, moi que je ne trouve pas très bon et qui est paru en français, traduit en français, le journal de son voyage, là. Et il y a, comme quoi il ne faut jamais trop se hâter de fermer un livre, il faut essayer d’aller jusqu’au bout ; à la dernière page, il y a une phrase qui m’a tellement touché que je me suis dit... Mais là j’ai oublié de l’amener alors je ne vais pas vous la lire la phrase. Mais surtout que c’est dans une subordonnée, il le dit comme une chose allant de soi alors qu’il n’en a pas dit un mot avant, il dit : « Comme tous les êtres marchants... » mais c’est dans une subordonnée du type « Parce que comme tous les êtres marchants, durant tout ce voyage, j’avais été sans défense. »

Je me dis, merde alors, en voilà une idée. (...)

에르완

Messages : 40

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

archives Empty Re: archives

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum