Raya Martin - Independencia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Raya Martin - Independencia

Message par Le_comte le Sam 20 Mar 2010 - 9:51

J'ai commencé les films de Raya Martin.

Le premier que j'ai vu, Next attraction, me paraît plutôt faible. C'est un énième film qui interroge la possibilité du faire du cinéma aujourd'hui à l'ère "post-moderne" (comme on dit). Next attraction est divisé en deux parties : d'une part le "reportage" sur un tournage, d'autre part le film issu de ce même tournage qui avait été jusqu'à alors réservé à l'imaginaire du spectateur. Celui-ci avait le loisir d'imaginer les scènes que l'équipe enregistrait. On se rapproche, je crois, du dernier Kiarostami. Intéressant, sur de nombreux points (la place de la caméra, le double regard sur le réel, le statut de la fiction aujourd'hui, etc.) mais vain : on s'embourbe dans ce jeu au final lassant de la Distanciation, de la méfiance envers l'image, de la révélation du processus de production, surtout que ces dimensions ne résonnent sur rien d'autres qu'elles mêmes (auto-contemplation...). J'espère que Raya Martin a autre chose à nous proposer que ce genre d'essai théorique simpliste qui ne va jamais au-delà d'une simple "réflexion" autarcique sur le 7ème art (n'est pas Godard qui veut). A suivre donc.

Le_comte

Messages : 336

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Raya Martin

Message par Largo le Dim 21 Mar 2010 - 1:15

Il faudrait voir ou revoir Independencia, hé hé.

Pour ma part, j'ai dormi What a Face
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Independencia - Raya Martin

Message par Eyquem le Lun 26 Avr 2010 - 12:10

« Ainsi, dans le temps des fables, après les inondations et les déluges, il sortit de la terre des hommes armés qui s’exterminèrent » *





* Montesquieu, De l'esprit des lois. Cité par Godard dans Notre Musique.
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raya Martin - Independencia

Message par Eyquem le Lun 26 Avr 2010 - 15:17

Je ne sais pas vous, mais en ce qui concerne l'histoire des Philippines, j'ai comme des lacunes. Bien obligé de mettre le nez dans des articles d'histoire, pour comprendre un peu le fond sur lequel se trame cette fable :
En 1521, Magellan découvrait les Philippines ; l’archipel fut conquis par les Espagnols qui s’y maintinrent trois siècles durant en dépit des efforts réitérés des Portugais puis des Hollandais pour les en chasser, ainsi que de plusieurs tentatives d’insurrection locales. Ce n’est qu’en 1898 que les Espagnols, battus par les Américains, durent leur céder la place. Ces derniers occupèrent les Philippines jusqu’au débarquement des Japonais en 1941. Après la libération des Philippines de l’occupation japonaise par les troupes américaines en 1944-1945, des élections générales eurent lieu en avril 1946, et, le 14 juillet 1946, la république des Philippines fut officiellement proclamée.
L'action du film se situe donc à la charnière du 19e et du 20e siècle, au moment où un envahisseur chasse l'autre, l'Américain s'asseyant à la place de l'Espagnol.

Tout est dit en quelques plans, les premiers du film. Une poignée de Philippins chante et danse, sans doute au moment où ils fêtent l'insurrection nationale et la retraite des Espagnols. Un coup de canon retentit, hors-champ : ce sont les Américains. La fête n'aura pas duré longtemps. Une mère et son fils fuient dans la montagne...

On comprend vite les choix formels du film : un coup de canon hors-champ vaut pour toute une armée ; quelques plantes arrangées devant des toiles peintes valent pour toute une forêt ; une famille (la mère, le fils, puis, le même fils, une jeune fille, un enfant) vaut pour tout un peuple. Principe d'économie, de la partie pour le tout. Principe de la synecdoque - ou de la petite forme, comme on préfère simplifier.
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raya Martin - Independencia

Message par Eyquem le Jeu 29 Avr 2010 - 14:42

L’image qu’on emporte avec soi, c’est d’abord celle de cette forêt. Une drôle de forêt, reconstituée en studio selon les codes du cinéma exotique produit aux Philippines par l’occupant nord-américain, dans les années 20. Quelques plantes arrangées au premier plan, l’amorce d’un étang et de quelques troncs d’arbres ; au fond, de grandes toiles peintes qui simulent l’horizon d’une forêt où personne ne pourra jamais s’enfoncer ; et voila tout ce qui doit suggérer les grands massifs montagneux et forestiers des Philippines. De temps en temps, des tortues batifolent dans l’étang ; ou bien, c’est une poignée d’oiseaux qui se projette dans les airs comme des balles de fusil ; on s’attend toujours à voir apparaître dans le champ l’animalier qui vient de les lâcher dans le décor. La caméra, fixe, à distance moyenne, décompose cet espace en une série de petits fragments plats, disjoints les uns des autres. C’est comme la scène d’un théâtre de poche ou comme les vitrines d’un muséum naturel, spécialement arrangées pour qu’y éclate comme un événement sensationnel, comme un coup de théâtre, l’apparition du vivant. Et c’est vrai qu’on est comme saisi de surprise au moment où l’on voit surgir dans le champ de cette forêt de pacotille un jeune homme, une jeune fille, un enfant, bien vivants et en taille réelle, un échantillon complet de l’espèce humaine. Mais par un curieux renversement, quand paraissent dans le champ une tortue, un oiseau, ou un être humain, c’est plutôt l’effet inverse qui se produit : au lieu que ces spécimens animés accusent l’artificialité du décor, ce sont eux qui paraissent faux et déplacés, et c’est la forêt qui paraît vraie. Le petit miracle qui se produit, c’est quand cette forêt d’opérette se met à vivre pour elle-même, parce qu’un ventilateur ou une lance cachés hors champ l’animent d’un semblant d’intempéries, font trembler le feuillage et briller une rosée d’emprunt. C’est toute l’intelligence de Raya Martin d’avoir fait en sorte que cette forêt de studio où rien n’est vrai, pas même le soleil, joue constamment de son double statut de leurre, de pastiche dénoncé comme tel, et de beau mensonge auquel on soit tenté de croire. Si la tornade finale, toute en éclairs et en ombres, nous saisit d’une vraie peur, c’est peut-être seulement parce que cette forêt d’opérette, continuellement dénoncée comme fausse, nous a, par cela même, laissé une chance d’y croire.

Soit donc cet espace faux, cette profondeur maigre, cette forêt de vitrine, juste animé du semblant de vie qui nous oblige continuellement à nous demander ce que nous voyons. Quelle sorte de drame humain peut bien se jouer sur une telle scène ? Le titre, le sujet, l’arrière-plan historique sur lequel se déroule l’action, nous promettaient quelque chose d’épique : « Independencia », qu’on imaginait lancé comme un cri de guerre, la revendication de liberté de tout un peuple, au moment où les Philippins s’allient aux Américains pour repousser les Espagnols mais tombent sous la coupe de ces nouveaux maîtres. Or le film raconte tout autre chose : non une guerre, non une insurrection, mais une fuite, un exil – un exil qui n’est pas une simple retraite dans la montagne, à proximité du monde, mais un exil hors de l’histoire, hors du siècle, dans le pays des songes. Toute l’intrigue tient en quelques lignes : une mère et son fils, surpris en pleine fête par l’invasion américaine, fuient dans la montagne, aménagent une cabane abandonnée et s’y installent, dans l’attente d’on ne sait quoi ; ils recueillent bientôt une jeune fille abusée par des soldats américains ; la maladie emporte la mère ; un enfant naît. Les années passent. Le fils est resté bien sagement là où la mort de sa mère l’a laissé et vit dans la crainte d’être retrouvé par les Américains. L’enfant a grandi et se promène, en mangeant des fruits. Par une nuit de tornade, le fils et l’enfant se perdent dans la forêt ; le fils s’éteint au petit matin ; restée seule à la cabane, la jeune fille ne survit pas non plus. L’enfant, abandonné, erre seul dans la forêt. Bientôt poursuivi par des soldats, il trouve l’issue de la forêt et guidé par le bruit de vagues, débouche sur l’océan. Du haut d’une falaise, il se laisse tomber dans le vide.

Difficile d’imaginer une histoire d’indépendance plus décevante. Où est la lutte contre l’occupant ? Où le peuple prend-il conscience de ce qui fait de lui un peuple ? Où sont les faits et les causes qui rendent lisible la marche d’un peuple vers son indépendance ? Où sont les liens par lesquels un peuple transforme ce qu’il sait de lui-même en énergie et en action susceptibles de lui donner la liberté ? Nulle part – ou alors dans d’autres films, un de Ken Loach par exemple (Le vent se lève), mais pas dans celui de Raya Martin, qui s’emploie justement à défaire l’évidence de ces liens entre savoir et action, conscience et résistance, et à proposer de l’histoire une image où les causes ne rendent pas raison des faits.

Plus qu’une histoire d’indépendance conquise, c’est donc l’histoire d’un peuple en attente de son indépendance, égaré entre temps dans un songe qui n’est pas le sien et n’entretenant plus avec sa propre histoire que des liens diffus, en passe d’être actualisés. Le titre, Independencia, aurait déjà dû nous en avertir, qui proclame l’indépendance, mais dans la langue de l’occupant, en espagnol. Et tout le film est ainsi, dans cette indécision, ce flottement, où les mots et les images ne coïncident jamais pleinement avec ce qu’ils disent, avec ce qu’elles montrent. D’un côté, le film accumule les images d’une occupation subie, d’un peuple en exil dans son propre pays, dépossédé de son histoire, de son imaginaire. De l’autre, il énumère les mots et les récits d’un passé légendaire, héroïque, où le peuple avait la force de s’emparer de son propre destin. Mais de l’un à l’autre, le lien n’est jamais fait – et toute l’action du film se déroule dans cet entre-deux, dans cette forêt de conte où, par un sortilège, ce passé héroïque s’est endormi, et où les personnages, comme des somnambules, errent engourdis comme dans un sommeil de l’histoire.

Les images du film se distribuent ainsi de façon simple, selon deux catégories. D’un côté, celles qu’on voit parce qu’on nous les montre. De l’autres, celles qu’on voit parce qu’on nous les raconte.
Ce qu’on voit d’abord, c’est cette forêt de conte, tout droit sortie d’un de ces vieux songes de « l’usine à rêves », Hollywood, et découpée en petites portions d’espace disjointes les unes des autres. L’une des principales occupations des personnages est alors de se perdre dans cette forêt reconstituée en studio dans un recoin grand comme un mouchoir de poche. Pris, comme entre deux vitres, entre l’arrière-plan barré d’une forêt en trompe l’œil et les ombres que dessinent, au premier plan, comme sur l’écran lui-même, les ramures d’un arbuste éclairé en contre-jour, ils traversent inlassablement le champ de droite à gauche, de gauche à droite – comme dans ce plan comique où la caméra, fixe, attend patiemment que le fils entre et sorte du champ plusieurs fois, d’un côté puis de l’autre, pour suggérer une longue errance. Chaque plan de la forêt vaut pour lui-même et compose, en miniature, la forêt entière, dont les morceaux disjoints ne s’assemblent jamais en un espace cohérent. Les fragments se succèdent ainsi les uns aux autres, toujours les mêmes, toujours changeants, par une simple redisposition des éléments du décor qui rend chaque fois la forêt méconnaissable. Et c’est ainsi qu’elle se déploie, comme un espace illisible, où ne se laisse jamais déchiffrer aucune trace, laissée par le passage d’un homme ou d’un animal, où ne peut jamais non plus s’écrire la moindre trace d’une histoire. Espace de transition, où tout passe sans s’imprimer ni durer, les choses comme les êtres, étranger aux personnages qui ne peuvent que le traverser sans y tracer aucun chemin capable de lier un plan à l’autre, un fragment à l’autre, de telle manière que s’y configure un lieu habitable, une expérience simplement humaine.
Ce n’est donc pas dans ces errances discontinues que peut se tracer le chemin qui mène hors du pays des songes. Ce n’est pas dans cette profondeur maigre que peut se creuser une durée par quoi les hommes peuvent s’approprier leur propre histoire. Il faut que, lassés de se perdre, les hommes s’assoient et racontent. Il n’y a que la parole, comme puissance de fabulation, qui puisse desserrer l’étau de cet espace à deux dimensions, à peine moins plat qu’une image, qu’un tableau. C’est le deuxième type d’images, celui qui, au moment où le fils évoque ses souvenirs légendaires, ouvre cet espace sans promesse de dehors sur un autre horizon que celui des toiles peintes qui en interdisent sans cesse l’accès. Des légendes, le fils en raconte plusieurs, au moins trois. Celle tout d’abord d’une ville en lisière de forêt, autrefois prospère, et que des hommes avides venus d’ailleurs auraient si bien réduite en ruines que depuis elle ne compte plus âme qui vive et que les bois l’ont entièrement recouverte. Celle ensuite de son grand-père, héros local qui aurait débarrassé ses terres de tous les serpents qui l’infestaient et dont il aurait fait un grand tas plus haut que lui. Celle ensuite d’une amulette, qui aurait permis à ce grand-père de réaliser son exploit et que le père, depuis, aurait perdue, parce que la foudre la reprend, raconte le fils, « quand on agit mal ». On n’a pas de difficultés à voir ce que le fils, par ses récits, nous montre, mais que lui-même ne semble pas voir : cette forêt qui a recouvert la ville légendaire, c’est celle dans laquelle il se trouve, au moment où Américains et Espagnols s’entretuent pour déposséder les Philippins de leur propre pays ; ces serpents décimés par son grand-père, ce sont les occupants de la terre philippine ; cette amulette perdue, c’est l’impuissance à laquelle le fils se voit réduit dans cette forêt, lui qui ne rêve que chasse, qu’océan, et qui pourtant demeure là, tout songeur, à attendre dans la crainte l’arrivée des Américains.
C’est cela que le film montre : cette disjonction entre le passé légendaire, les rêves héroïques, dont le fils se berce, et la situation d’exil dans lequel nous le voyons. C’est cela qu’il dévoile, cette coupure qui détache la mémoire collective, faite de luttes et d’héroïsme, de l’action qui permettrait pourtant à ce peuple de se réveiller hors de cette forêt de songe où son histoire s’est comme endormie.

C’est l’enfant trouvé, dans sa chute finale, qui découvrira la possibilité d’une issue hors du pays des songes. Sans doute que cette chute fait signe pour « la longue peine des Philippins » (selon le sous-titre de A short film about the Indio nacional) mais elle fait signe aussi pour autre chose. D’abord, parce qu’elle ouvre une direction inédite, une dimension nouvelle, par rapport aux errances latérales du fils : plus qu’une sortie hors du champ, c’est un saut hors du cadre, par quoi l’enfant trouve le chemin qui mène hors de la forêt, vers l’océan auquel rêvait le fils. C’est important aussi que le film se termine sur le bruit des vagues, sur le son de l’océan, parce que c’est d’un coup ce qui fait exister les Philippines comme îles, ce qui donne forme à leur territoire en leur donnant une limite – alors que dans la forêt, on avait constamment le sentiment d’être au milieu d’un cercle dont la circonférence n’était nulle part. L’océan joue ce double rôle de fermeture (d’un territoire qui se constitue comme tel et prend conscience de lui-même) et d’ouverture (d’un pays en voie de se réapproprier sa propre histoire). Cette ouverture, c’est encore l’irruption de la couleur qui la signale : le film se bariole, non pas du bleu de l’océan, mais du rouge de la tunique de l’enfant, qui se transmet ensuite au ciel, dans toutes les nuances du levant et du couchant. Peintes à même le film, ces couleurs sont tout à la fois le signe d’une promesse, d’une énergie nouvelle, capable de réveiller l’action – et le feu où le film se consume comme film, pour signaler les limites de ce qu’il peut, en tant que film, pour orienter les hommes sur le chemin de l’indépendance.
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raya Martin - Independencia

Message par Borges le Jeu 29 Avr 2010 - 16:13

quelques tournures étranges, mais quel très beau texte

pas vu le film,

on peut penser à une autre forêt, très différente, celle d'Avatar...?

avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raya Martin - Independencia

Message par Eyquem le Jeu 29 Avr 2010 - 18:18

Je n'ai pas pensé à Avatar, mais à ce que tu avais écrit sur le réveil.

Merci pour le commentaire, mais il faudra que tu me dises à quelles tournures étranges tu penses - parce qu'en vérité, ce texte, je l'ai en partie écrit contre celui de Mathieu Macheret (sur Critikat), où il y avait plein de tournures qui me paraissaient étranges justement... (mais c'est le seul site qui ait pris le film au sérieux et en ait dit quelque chose. Celui de Renzi a publié entretien et vidéos, mais pas de critique).

Je m'attends pas spécialement à ce que la discussion s'enflamme sur ce film, que personne n'a dû voir, en effet ; il est sorti sur deux salles à Paris, et en 2e semaine, il ne passe déjà plus qu'à des heures impossibles. (Je parle même pas du désert français autour...)
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raya Martin - Independencia

Message par Borges le Jeu 29 Avr 2010 - 20:24

rien d'important, c'est une affaire de style, en général, ou des trucs comme :

Celle tout d’abord d’une ville en lisière de forêt,

C’est le deuxième type d’images, celui qui, au moment où le fils évoque ses souvenirs légendaires, ouvre cet espace sans promesse de dehors sur un autre horizon que celui des toiles peintes qui en interdisent sans cesse l’accès.

Celle ensuite de son grand-père, héros local qui aurait débarrassé ses terres de tous les serpents qui l’infestaient et dont il aurait fait un grand tas plus haut que lui
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raya Martin - Independencia

Message par Chocobox le Mar 4 Mai 2010 - 23:35

Et comment interprètes-tu le passage avec le soldat qui flingue l'enfant voleur, si ce n'est une dénonciation bouffonne de l'occupation ?
Et le fantôme qui apparaît sur la pellicule ?

Chocobox

Messages : 66

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raya Martin - Independencia

Message par Invité le Ven 7 Mai 2010 - 7:41

tu as lu la critique de Delorme dans les cdc Eyquem? Apparemment ça dézingue le film.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Raya Martin - Independencia

Message par Van Stratten le Ven 7 Mai 2010 - 11:43

Répondre, immédiatement répondre. Je vous lis toujours, spectres, et avec quel bonheur ! Le mot n'est pas trop fort : si on peut désormais difficilement, voire pas du tout voir le film à Lyon ou à Paris, imaginez ce qu'il en est à ... Clermont Ferrand ! (j'espère que le film passera toujours au MK2 Hautefeuille le week end de Pentecôte... croisons les doigts...)
Eyquem, je te lis désormais les yeux fermés. Je sais vraiment, dans Independencia, le dernier opus en date de Raya Martin, donc, je sais d'où l'on filme et d'où l'on parle. Et tu en parles, tu le dis avec acuité. Merci. C'est déjà beaucoup, pour ceux qui ne peuvent pas voir le film, du fait de distributeurs de films qui ne seraient même pas capables de distribuer des radis et des couches culottes. Passons. Merci. Non seulement les films qui savent d'où ils montrent, sont rares, ils sont même bien rares à simplement
montrer encore. Mais les textes qui savent d'où ils parlent sont encore plus rares.
Bien à vous.

Van Stratten

Messages : 165

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raya Martin - Independencia

Message par Invité le Sam 8 Mai 2010 - 11:52


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Raya Martin - Independencia

Message par Eyquem le Lun 10 Mai 2010 - 23:39

'soir,
Chocobox a écrit:Et comment interprètes-tu le passage avec le soldat qui flingue l'enfant voleur, si ce n'est une dénonciation bouffonne de l'occupation ?
La réponse est dans la question, non ? Wink
Pour le 2e point, aucune idée.

JM a écrit:tu as lu la critique de Delorme dans les cdc Eyquem? Apparemment ça dézingue le film.
Toujours pas acheté le numéro, en fait.

Van Stratten a écrit:Eyquem, je te lis désormais les yeux fermés.
Hum... tu ne devrais pas. Mon film préféré de ce début d'année, ça reste "Shutter Island". lol.

J'attends surtout de voir ce que vous direz quand vous aurez vu le film.
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raya Martin - Independencia

Message par Invité le Mar 11 Mai 2010 - 7:34

hello,

et cette affiche ne t'inspire pas ? Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Raya Martin - Independencia

Message par Eyquem le Jeu 13 Mai 2010 - 14:07

Donc, la critique de S.Delorme :
Raya Martin est typiquement une hallucination cannoise (...) veine poétisante mais creuse aux allégories confuses (...) Si on a le malheur de se demander "so what ?", ce faux cinéma primitif se dégonfle d'un pfuittt. On arguera que le jeune cinéaste fait l'histoire de son pays. Mais en guise d'histoire, on ne voit qu'une femme et son enfant cachés dans la forêt, écrasés par quelques petites coquetteries formalistes
Et il met une bulle dans le tableau final.

Moi j'aurais mis, disons, deux étoiles.

Bon. Mais je vois pas trop ce qu'on peut dire contre sa critique. Il dit qu'il y a rien à voir, rien à dire. Donc, on peut rien répondre à ça. Il a raison d'être aussi économe si ça lui dit rien qui vaille.
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raya Martin - Independencia

Message par Van Stratten le Ven 14 Mai 2010 - 15:45

Je maintiens. Je trouve ton texte vraiment écrit. Et je trouve que tu as tort de justifier la posture tiède et molle d'un Delorme. Qu'il aille au diable, avec sa circonspection. Dans tous les cas, Raya Martin est un cinéaste d'une grande importance (il y en a peu dont on puisse le dire aujourd'hui).

Van Stratten

Messages : 165

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raya Martin - Independencia

Message par Invité le Sam 15 Mai 2010 - 13:20

SalutEyquem,

ça a l'air d'un beau film. A lire ton texte, je regrette de n'avoir pas pu le voir mais apparemment la diffusion est restreinte. En tous cas, je n'ai pas remarqué qu'il soit passé près de chez moi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Raya Martin - Independencia

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum