Le festival Nippon Connection

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le festival Nippon Connection

Message par adeline le Ven 1 Avr 2011 - 14:40

Pour toi Woot, mais j'imagine que tu en connais déjà l'existence.


Nippon
Connection
11e Festival du film japonais
du 27 avril au 1er Mai 2011
Francfort sur le Main
www.nipponconnection.com

Communiqué de presse du 31 mars 2011

Nippon Connection 2011 - Le programme du 11e Festival du film
japonais est fixé

11e Festival du film japonais à Francfort sur le Main

du 27 avril au 1er Mai 2011

Les terribles événements au Japon ont profondément ébranlé toute l’équipe du festival du film japonais à Francfort sur le Main. Tel qu’annoncé dernièrement dans une déclaration spéciale, le festival, bien que conscient des évènements, aura lieu comme prévu. En coopération avec l’initiative „Aktion Deutschland Hilft » Nippon Connection a fait un appel aux dons pour soutenir les victimes de ce terrible tremblement de terre (www.nipponconnection.com), d’autres actions sont en projet. Ci-dessous on trouve un compte-rendu détaillé du programme du 11e festival du film japonais sous réserve de changement à court terme, vu l’incertitude de la situation.

Le plus grand festival du film japonais au monde offre, dans le cadre du jubilé des 150 ans d’amitié germano-japonaise, du 27 avril au 1er Mai 2011, une vue d’ensemble actuel des créations cinématographiques du pays du soleil levant, avec un grand nombre de premières internationales. Dans les sections NIPPON CINEMA et NIPPON VISIONS on peut voir plus de 100 productions actuelles dont beaucoup d’entre elles seront présentées par leurs propres créateurs. Dans une rétrospective sur Sion SONO, un favori de la critique un visionnaire (LOVE EXPOSURE), Nippon Connection montre des rarités du metteur en scène peu vues jusqu’à maintenant. Le festival s’ouvre cette année avec un drame amoureux SWEET LITTLE LIES de Hiroshi YASAKI, qui jette un coup d’œil en coulisse sur une relation apparemment parfaite.

Dans la série NIPPON CINEMA, on découvre cette année un grand nombre de nouveautés intéressantes. Un des point forts du festival est par exemple le 1er film de l’artiste vidéo Yoshimasa ISHIBASHI, MILOCRORZE - A LOVE STORY, et sera présenté personnellement par lui-même. C’est un mélange de genres, bouillonnant d’idées visuelles qui regroupe habilement des éléments de musical, de contes de fées, de clips publicitaires rétro, ainsi que de drames de samouraï et qui en font une expérience cinématographique unique. DUMBEAST, 1er film du metteur en scène Mr. HIDE, né en Allemagne, sera présenté au festival en sa présence – une première européenne. Mr.HIDE met en scène un mélange très personnel d’humour et de drame dans lequel il combine des motifs d’histoires criminelles aves des drames de jeunesse allant jusqu’à la comédie pop. A plusieurs reprises l’histoire est étoffée de séquences d’animation du studio 4°C.

Pour compléter cette rétrospective, Nippon Connection présente la dernière œuvre de Sion SONO, COLDFISH, un des films le plus controversés du dernier festival de Venise, un mélange corrosif de portrait de famille énigmatique et d’implacable thriller. En revanche, PERMANENT NOBARA de Daihachi YOSHIDA (FUNUKÉ SHOW SOME LOVE, YOU LOSERS !) se montre plus subtil et quand on y regarde à deux fois, raconte une histoire d’amour tourmenté.
On attend avec impatience la première internationale de l’adaption cinématographique du Maga GANTZ qui a déjà connu l’assaut du publique dans les salles de cinéma au Japon. Le metteur en scène du film, Shinsuke SATO, a gagné le « Nippon Cinema Award » l’année dernière avec OBLIVION ISLAND : HARUKA & THE MAGIC MIRROR et va présenter son nouveau film en personne. Les fans de films d’animation japonais peuvent se réjouir: la nouvelle œuvre du Studio Ghibli ARRIETTY, realisée par Hiromasa YONEBAYASHI (animateur-clé de PONYO et SPIRITED AWAY) d’après un scenario de Hayao MIYAZAKI, fait sa première en Allemagne. De même, Keichi HARA témoigne avec son chef-d’œuvre poétique COLORFUL, de la variété des films d’animateurs japonais.

Dans la section de programmes nouvellement créée NIPPON VISIONS (anciennement NIPPON DIGITAL) qui se dédie tout d’abord aux jeunes metteurs en scène et artistes de talent, on trouve de nouveaux programmes de collaboration et d’invitation qui donnent un aperçu très complet du paysage cinématographique japonais. On peut voir, entre autre, des films primés au festival d’Osaka CO2 ainsi que des sections du festival asiatique Hot Shots de Berlin et du festival multimédia de Londres onedotzero. En outre, trois magazines du film indépendant japonais (NOBODY, HOGA HOLIC, EIGGA IKKI) présentent pour la première fois des programmes inhabituels, hors des circuits commerciaux. De plus, Nippon Connection dédie à la ville prochainement jumelée à Francfort, Yokohama, un programme spécial avec cinq films de la Haute-Ecole du film implantée à Yokohama, la TOKYO UNIVERSITY OF THE ARTS.

Le film d’animation MIDORI-KO de Keita KUROSAKA et un délice pour l’œil. Le metteur en scène a dessiné et animé cette œuvre de maître surréaliste solitaire. Le groupe CALF enrichi le festival avec une approche pratique : A part d’un programme de film spécialement conçu pour le festival, les visiteur seront invités à un workshop d’animation.

Fraichement arrivé de la Berlinale où il a gagné le prix de la critique du film international (FIPRESCI), le film de Takahisa ZEZE HEAVEN’S STORY, long de 278 mn, est un chef d’œuvre épique impressionnant sur la culpabilité et l’expatriation. Au programme encore, des documentaires passionnant qui posent un regard sur la scène filmique et artistique japonaise : COMING FUTURE de Kyuya NAKAGAWA éclaire la scène du film indépendant japonais, dans LIVE FROM TOKYO, le metteur en scène Lewis Rapkin fait le portrait de musiciens underground et dans ANPO Linda Haaglund se dédie à l’art et à la politique japonais d’après-guerre. Dans le Mocqumentaire SHIROME Koji SHIRAISHI utilise par contre des images apparemment réalistes pour une farce d’horreur profondément comique sur le groupe de J-Pop Momoiro Clover.

Deux prix sont attribués par le festival Nippon Connection. Pour la septième fois le prix du public, le NIPPON CINEMA AWARD, crée par la maison bancaire Metzler, d’un montant de €2000, allant à l’un des films en première du programme cinéma nippon. Pour la deuxième fois, le NIPPON VISIONS AWARD (anciennement Nippon Digital Award), en collaboration avec la JVTA (Académie de traduction des médias visuels japonais) allant au meilleur long-métrage de la série NIPPON VISIONS, pour le soutien des jeunes cinéastes. Le porteur du prix, décerné par un jury international spécialisé (entre autre Tom Mes (midnighteye.com) et Maggie Lee (Hollywood Reporter) bénéficie d’un sous-titrage pour son prochain film.

NIPPON RETRO présente cette année les films de Sion SONO, remarqué sur la scène internationale pour son film LOVE EXPOSURE. On pourra voir certains de ses films expressifs pour la première fois sous-titrés. Le film UTSU-SHIMI mêlant fiction et réalité que SONO a tourné pour le musée d’art préfectoral d’Aichi est montré en première internationale. De plus, au programme son premier long-métrage BICYCLE SIGHS (1990), HEYA - THE ROOM (1992), son premier succès de festival international, le Pink-film DANKON: THE MAN (1998) ainsi que STRANGE CIRCUS (2005), NORIKO`s DINNER TABLE (2006) et EXTE: HAIR EXTENSIONS (2007).

Au programme culturel NIPPON CULTURE cette année, les jeunes Cheerleaders du groupe « Gamushara-Oendan » de Tokyo se donnent plusieurs fois en spectacle et échaufferont ceux qui participeront à leur workshop. Une exposition de design d’emballage japonais organisée par Bianca Beuttel, une artiste qui vit au Japon, est un autre temps fort. Dans la galerie Kunstraum Westend, les deux artistes Yuko TAKATSUDO et Fumio OHASHI présentent leurs nouveaux travaux.
Pour les enfants, il y a une nouvelle section cette année NIPPON KIDS qui permet une approche ludique de la culture japonaise. En coopération avec l’école japonaise internationale de Francfort les enfants de 6 à 12 ans peuvent s’exercer à la peinture à l’encre de Chine ou aux pliages. Pour les parents le temps ne manque certainement pas pour découvrir les autres aspects du festival. Les jeunes spectateurs trouveront dans les salles des films pour eux : dans un spectacle pour enfants la Nippon Connection présente deux films d’animations de marionnettes CHEBURASHKA et THE BEAR’S SCHOOL avec traduction simultanée en allemand.

Pour le bien-être physique dans le tourbillon du festival il y a, entre autre, un workshop de yoga avec Yukari MATSUYAMA, une session Kendo, des workshops de shiatsu et un workshop de massage pour bébés. En outre, les visiteurs peuvent assister à des danses et chants traditionnels japonais dans le centre du festival ou essayer l’Ikebana ou les nouvelles techniques de pliage Origami. Nippon Connection n’a bien sûr pas renoncé cette année à son classique favori : les visiteurs pourront pleinement se régaler lors d’un cours de cuisine, dans le salon de thé et de Saké et pendant le traditionnel petit déjeuner du film.

Outre de nombreux exposés et discussions entre cinéastes (par exemple sur le cinéma d’avant-garde des années 60 et 70) la japanologie de la Goethe université de Francfort organise dans le cadre du jubilé « 150 ans d’amitié germano-japonaise » un colloque sur le thème : Adulte : tout seul – modèles de vie des jeunes générations dans les textes de la littérature contemporaine. Taro GOTO, un des traducteurs anglais-japonais les plus renommés propose un exposé interactif sur le thème du sous-titrage et de la synchronisation de film, en coopération avec l’Académie des médias visuels japonais.

En raison des évènements au Japon, les fêtes et concerts seront placés sous le signe de la solidarité. Pour le lounge d’ouverture, le mercredi 27 avril à partir de 21h on s’est offert le DJ Adam Torel de Londres (Third Windows Films) les artistes VJ de eyetrap.net assurent les visuals. Le vendredi 29 avril, le groupe pop japano-allemand OSCA de Berlin garantit une performance dès 23h. Et le samedi 30 avril à partir de 22h la fête HELP JAPAN avec le mythique DJ Hito de Nippon Connection et Daisuke PAK promet une danse enivrante. Les recettes de la fête seront entièrement remises au Japon.

Nippon Connection est parrainé par Eva Kühne-Hörmann, ministre des sciences et des arts de la Hesse, par Prof. Dr. Dr. Matthias Lutz-Bachmann, vice-président de la Goethe université de Francfort et par le Consulat Général du Japon à Francfort. Bien que connaissant un succès croissant, le festival de renommée internationale, est organisé par des bénévoles de l’association Nippon Connection, déclarée d’utilité publique. Pour qu’un échange culturel vivant se poursuive avec succès, le festival propose des adhésions de soutien.


Vente des cartes d’entrée à partir du 11 avril 2011
www.nipponconnection.com
Landkarten Schwarz, Am Kornmarkt 12, Francfort sur le Main
Campus-Shop, Grüneburgplatz 1 (Hörsaalzentrum Campus Westend), Francfort sur le Main

Contact Presse
Dennis Vetter, Tél. portable: +49 (0)176 6163 0693
presse@nipponconnection.com, www.nipponconnection.com

Photos et Infos
www.nipponconnection.com/presseserver/
Nom d’utilisateur: nipponpresse, Mot de passe: nipponpresselogin



Extrait du programme des films (du 20 Mars 2011)

The ABC's of Marriage (Kekkongaku nyumon shinkonhen), R: Hisashi SATO, J 2010
Abraxas (Aburakusasu no matsuri), R: Naoki KATO, J 2010
ANPO – Art X War, R: Linda Hoaglund, J 2010
Arrietty (Karigurashi no Arrietty), R: Hiromasa YONEBAYASHI, J 2010
The Bear`s School, R: Tetsuro KODAMA, J 2010
Beautiful Method (Utsukushii sube), R: Takamasa OOE, J 2009
Cage, R: Shinsuke KURIMOTO, J 2010
Cheburashka, R: Makoto NAKAMURA, J 2010
Cold Fish (Tsumetai nettaigyo), R: Sion SONO, J 2010
Colorful, R: Keiichi HARA, J 2010
Coming Future (Sinka), R: Kyuya NAKAGAWA, J 2010
Devil Has Come (Akuma ga kita), R: Shun SAKAIDA, J 2010
Doman Seman (Horikawa nakatachiuri), R: Go SHIBATA, J 2010
Door to the Sea (Umi he no tobira), R: Reiko OHASHI, J 2010
Drifting Clouds (Ukigumo), R: Daisuke HASEBE, J 2010
The Duckling (Ahiru no ko), R: Sayaka ONO, J 2010
DumBeast, R: Mr. Hide, J 2009
Gantz, R: Shinsuke SATO, J 2011
Good for Nothing (Yakutatazu), R: Sho MIYAKE, J 2009
Heavens Story, R: Takahisa ZEZE, J 2010
Helldriver R: Yoshihiro NISHIMURA, J 2010
Here Comes the Bride, My Mom! (Okan no yomeiri), R: Mipo O, J 2010
Hero Show, R: Kazuyuki IZUTSU, J 2010
Hiroshima Nagasaki Download, R: Shinpei Takeda, Mexiko 2009
Karate-Robo Zaborgar, R: Noboru IGUCHI, J 2011
Kyojima 3rd St., Sumida City (Sumidaku kyojima 3chome), R: Kota YOSHIDA, J 2010
Let's-Make-the-Teacher-Have-a-Miscarriage Club (Sensei wo ryuzan saseru kai), R: Eisuke NAITO, J 2011
Live from Tokyo, R: Lewis Rapkin, J 2010
Love Addiction (Fuyu no kemono), R: Nobuteru UCHIDA, J 2010
Midori-ko, R: Keita KUROSAKA, J 2010
MILOCRORZE - A Love Story, Yoshimasa ISHIBASHI, J 2011
Mole’s Festival (Mogura no matsuri), R: Kishu IZUCHI, J 2010
Muddy Planet (Doro no wakusei), R: Kishu IZUCHI, J 2010
Never Let Me Go (Hanasanaide), R: Sayaka FUKUI, J 2010
A Night in Nude – Salvation (Nudo no yoru: Ai wa oshiminaku ubau), R: Takashi ISHII, J 2010
Permanent Nobara, R: Daihachi YOSHIDA, J 2010
Rinco`s Restaurant (Shokudo Katatsumuri), R: Mai TOMINAGA, J 2009
The Rise and Fall of the Unparalleled Band (Aosugita guilty), R: Wataru HIRANAMI, J 2010
Sankaku, R: Keisuke YOSHIDA, J 2010
Sheep in the Night (Mayonaka no hitsuji), R: Paul Young, J 2010
Shirome, R: Koji SHIRAISHI, J 2010
Sketches of Kaitan City (Kaitan-shi jokei), R: Kazuyoshi KUMAKIRI, J 2010
Sweet Little Lies, R: Hitoshi YAZAKI, J 2009
The Tatami Galaxy, R: Masaaki YUASA, J 2010
Teto, R: Hiroshi GOKAN, J 2010
TUESDAY GIRL, R: Rikiya IMAIZUMI, J 2011
Wandering Home (Yoi ga sametara uchi ni kaero), R: Yoichi HIGASHI, J 2010
Wig (Kazura), R: Renpei TSUKAMOTO, J 2010
Yoko, R: Kayo NARUTOMI, J 2010




adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum