Le Mont Fuji et la lance ensanglantée (Tomu Uchida - 1955)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le Mont Fuji et la lance ensanglantée (Tomu Uchida - 1955)

Message par Invité le Mar 15 Mar 2011 - 9:48

pour contextualiser le film

Tomu Uchida sur wikipedia :
Né à Okayama, Uchida part à 16 ans pour Yokohama pour travailler dans une fabrique de piano. Après son service militaire, il travaille comme accordeur de piano, dans une grande pauvreté. C'est durant cette période qu'il développe une passion pour le monde occidental et adopte le surnom de Tom, transcrit dans un caractère qui peut se lire Tomu.
Jun'ichirō Tanizaki lui offre ses premiers rôles au cinéma au début des années 1920. À partir de 1926, il travaille comme réalisateur pour la compagnie Nikkatsu. Il s'impose rapidement comme un des réalisateurs les plus importants de l'avant guerre au Japon, avec des films comme Kagirinaki Zenshin (1937) et Tsuchi (1939). Fervent nationaliste, il supporte l'aventure militariste du Japon et décide de s'exiler en 1940 en Mandchourie, alors contrôlée par le Japon, pour y tourner des films. Il restera en Chine jusqu'en 1953, contraint un temps au travail forcé et découvrant la pensée de Mao. La critique communiste de la société sera un élément important de sa filmographie à venir.
En 1955, il tourne un des films japonais les plus importants de l'après seconde guerre mondiale : Le Mont Fuji et la lance ensanglantée, où l'influence des idées communistes sur Uchida transparait nettement dans la critique des rapports entre les classes sociales.

la maison de production de La lance ensanglantée : la Toei :
Ce 21 janvier 2010 a démarré à la Maison de la Culture du Japon à Paris une rétrospective des films du célèbre studio Tôei. Après donc la Nikkatsu en 2007 et la Shochiku en 2008, la MCJP s’attaque à « l’usine à films » comme certains surnomment l’entreprise fondée en 1951 d’une fusion de trois petites compagnies de distribution et de production (Tôkyu Densetsu, Oizumi Eiga et Tôyoko Eiga). La Tôei devient très vite l’une des six majors japonaises et la seule a naître après le Seconde Guerre Mondiale. Le cinéma japonais vient de connaître les purges des autorités américaines, constituant alors une armée d’occupation, contre les adhérents et les sympathisants du mouvement communiste sur fond de Guerre de Corée qui témoigne de la naissance de la Guerre Froide. De peur de froisser les Américains, les responsables des grands studios préfèrent se séparer des éléments subversifs, qui plus est après les grèves soutenues qui ont lieu à la Toho quelques temps auparavant. La Tôei récupèrent ainsi nombres de professionnels à qui l’ont refuse tout contrat de travail.

tout ça justifie pleinement les citations de Mao. Wink
et aussi la question du "sens de l'Histoire" pour TU (quoiqu'il en soit de Badiou et de Deleuze - mais je ne suis pas sûr que TU les ait lus).
mais la suspension finale du gamin entre ciel et terre, entre la poursuite de Gonpachi et le retour au commun... Gonpachi à la fois domestique éternel et héros révolutionnaire... disparition de la violence révolutionnaire, du révolutionnaire incarné et instant crucial d'un choix entre la prorogation des rapports de classes en l'absence même d'une des classes, d'un des membres du rapport (l'Urss ? j'en parle dans mon papier sur Octobre : un capitalisme sans bourgeoisie (Castoriadis) - et est-ce que ce n'est pas le choix de Gonpachi ?) et le "retour au monde commun", la "nécessité de s'inventer une vie" selon les formules justes de Borges.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Mont Fuji et la lance ensanglantée (Tomu Uchida - 1955)

Message par Invité le Mer 7 Nov 2012 - 21:32

wootsuibrick a écrit:hâte de vous entendre parler du film monstrueux, de très loin le meilleur du coffret à mes yeux... Le détroit de la faim.

euh ... t'en fais pas beaucoup là Woo ? Pour aller dans l'autre sens c'est une croisière inter-île au moment où le Japon décolle. Difficile de trouver les deux mots qu'en dit Richie dans son Cinéma japonais pas fameux, j'en conviens. Le film ne m'a pas convaincu, conventionnel, assez peu mis en scène et en récit ... Navré je n'épouse pas ton avis.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum