ni trop tôt ni trop tard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ni trop tôt ni trop tard

Message par Borges le Mer 2 Fév 2011 - 17:15

Why fear the Arab revolutionary spirit?

The western liberal reaction to the uprisings in Egypt and Tunisia frequently shows hypocrisy and cynicism

By Slavoj Zizek

Source: The Guardian
Wednesday, February 02, 2011

What cannot but strike the eye in the revolts in Tunisia and Egypt is the conspicuous absence of Muslim fundamentalism. In the best secular democratic tradition, people simply revolted against an oppressive regime, its corruption and poverty, and demanded freedom and economic hope. The cynical wisdom of western liberals, according to which, in Arab countries, genuine democratic sense is limited to narrow liberal elites while the vast majority can only be mobilised through religious fundamentalism or nationalism, has been proven wrong. The big question is what will happen next? Who will emerge as the political winner?



When a new provisional government was nominated in Tunis, it excluded Islamists and the more radical left. The reaction of smug liberals was: good, they are the basically same; two totalitarian extremes – but are things as simple as that? Is the true long-term antagonism not precisely between Islamists and the left? Even if they are momentarily united against the regime, once they approach victory, their unity splits, they engage in a deadly fight, often more cruel than against the shared enemy.

Did we not witness precisely such a fight after the last elections in Iran? What the hundreds of thousands of Mousavi supporters stood for was the popular dream that sustained the Khomeini revolution: freedom and justice. Even if this dream utopian, it did lead to a breathtaking explosion of political and social creativity, organisational experiments and debates among students and ordinary people. This genuine opening that unleashed unheard-of forces for social transformation, a moment in which everything seemed possible, was then gradually stifled through the takeover of political control by the Islamist establishment.

Even in the case of clearly fundamentalist movements, one should be careful not to miss the social component. The Taliban is regularly presented as a fundamentalist Islamist group enforcing its rule with terror. However, when, in the spring of 2009, they took over the Swat valley in Pakistan, The New York Times reported that they engineered "a class revolt that exploits profound fissures between a small group of wealthy landlords and their landless tenants". If, by "taking advantage" of the farmers' plight, the Taliban are creating, in the words of the New York Times "alarm about the risks to Pakistan, which remains largely feudal," what prevented liberal democrats in Pakistan and the US similarly "taking advantage" of this plight and trying to help the landless farmers? Is it that the feudal forces in Pakistan are the natural ally of liberal democracy?

The inevitable conclusion to be drawn is that the rise of radical Islamism was always the other side of the disappearance of the secular left in Muslim countries. When Afghanistan is portrayed as the utmost Islamic fundamentalist country, who still remembers that, 40 years ago, it was a country with a strong secular tradition, including a powerful communist party that took power there independently of the Soviet Union? Where did this secular tradition go?

And it is crucial to read the ongoing events in Tunisia and Egypt (and Yemen and … maybe, hopefully, even Saudi Arabia) against this background. If the situation is eventually stabilised so that the old regime survives but with some liberal cosmetic surgery, this will generate an insurmountable fundamentalist backlash. In order for the key liberal legacy to survive, liberals need the fraternal help of the radical left. Back to Egypt, the most shameful and dangerously opportunistic reaction was that of Tony Blair as reported on CNN: change is necessary, but it should be a stable change. Stable change in Egypt today can mean only a compromise with the Mubarak forces by way of slightly enlarging the ruling circle. This is why to talk about peaceful transition now is an obscenity: by squashing the opposition, Mubarak himself made this impossible. After Mubarak sent the army against the protesters, the choice became clear: either a cosmetic change in which something changes so that everything stays the same, or a true break.

Here, then, is the moment of truth: one cannot claim, as in the case of Algeria a decade ago, that allowing truly free elections equals delivering power to Muslim fundamentalists. Another liberal worry is that there is no organised political power to take over if Mubarak goes. Of course there is not; Mubarak took care of that by reducing all opposition to marginal ornaments, so that the result is like the title of the famous Agatha Christie novel, And Then There Were None. The argument for Mubarak – it's either him or chaos – is an argument against him.

The hypocrisy of western liberals is breathtaking: they publicly supported democracy, and now, when the people revolt against the tyrants on behalf of secular freedom and justice, not on behalf of religion, they are all deeply concerned. Why concern, why not joy that freedom is given a chance? Today, more than ever, Mao Zedong's old motto is pertinent: "There is great chaos under heaven – the situation is excellent."

Where, then, should Mubarak go? Here, the answer is also clear: to the Hague. If there is a leader who deserves to sit there, it is him.
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ni trop tôt ni trop tard

Message par Borges le Mer 2 Fév 2011 - 18:10


Badiou, 19 janvier 2011, séminaire "Que signifie « changer le monde » ?"





Je vais vous parler aujourd’hui des émeutes en Tunisie. Nous ne sortons pas du sujet du séminaire de cette année - que signifie “changer le monde” ? – expression dont je vous ai déjà signalé le caractère équivoque [cf. l’argument introductif du séminaire].

Si on entend par “émeutes” l’action dans la rue de gens qui veulent obtenir le renversement du gouvernement au moyen d’une violence de degré variable, il faut insister d’emblée sur ce qui fait la rareté de ces émeutes tunisiennes : elles ont été victorieuses. Il y avait là un régime qui, depuis 23 ans, paraissait bien en place et le voici renversé par une action populaire qui, de ce fait même, établit rétroactivement sa nature de "maillon le plus faible". Pourquoi nous faut-il analyser ce phénomène, alors que nous pourrions nous contenter de nous en réjouir ? C’est que poind une vague inquiétude, liée au caractère obligatoire de la satisfaction qu’il convient d’afficher, de son caractère, disons-le, consensuel, en dépit de l’illégalité foncière des événements concernés. Il n’est pas facile aujourd’hui de déclarer “J’adore Ben Ali, je suis vraiment navré qu’il ait du quitter le pouvoir”. Quand on le dit, on se trouve placé dans une bien mauvaise position. Raison pour laquelle il faut rendre hommage à la ministre Alliot-Marie qui a regretté publiquement d’avoir tardé à mettre le “savoir-faire” des forces de police françaises au service de Ben Ali, en quoi elle exprimait tout haut ce que ses collègues politiques pensaient tout bas. A côté d’elle, Sarkozy est un hypocrite et un poltron. De même que tous ceux, à droite comme à gauche, qui, il y a quelques semaines seulement, se félicitaient d’avoir en Ben Ali un rempart solide contre l’islamisme et un excellent élève de l’Occident, et qui aujourd’hui sont obligés, à cause d’un consensus d’opinion, de feindre de se réjouir de son départ la queue entre les jambes.

Insistons-y à nouveau : un gouvernement renversé par la violence populaire (et en particulier par la jeunesse, qui en a été le fer de lance), c’est un phénomène rare pour lequel il faut, si on veut trouver un précédent comparable, remonter trente ans en arrière, à savoir à la révolution iranienne (1979)[11]. Trente ans pendant lesquels la conviction dominante a été que de tels phénomènes n'étaient précisément plus possibles. C'est en particulier ce que déclarait la thèse dite de "la fin de l'histoire". Cette thèse ne signifiait évidemment pas que plus rien n'allait se passer : "fin de l'histoire" voulait dire "fin de l'événementialité historique", fin de ceci que l'organisation du pouvoir pouvait être remise en jeu à la faveur d'un moment où, comme disait Trotski, "les masses entrent sur la scène de l'Histoire". Le cours normal des choses, c'était l'alliance de l'économie de marché et de la démocratie parlementaire, alliance qui était la seule norme tenable de la subjectivité générale. Telle est la signification du terme "mondialisation" : cette subjectivité devenue subjectivité mondiale. Ce qui n'était pas par ailleurs incompatible avec des guerres punitives (Irak, Afghanistan), des guerres civiles (dans des États africains délabrés), la répression de l'Intifada palestinienne etc. Ainsi, ce qui avant tout a fasciné dans les événements de Tunisie, c'est leur historicité, la mise en évidence d'une capacité intacte de création de nouvelles formes d'organisation collective.

L'ensemble formé par l'économie de marché et la démocratie parlementaire, ensemble donné comme une norme indépassable, je propose de le nommer : "Occident". C'est d'ailleurs comme cela qu'il s'appelle lui-même. Parmi d'autres noms en circulation, signalons "communauté internationale", "civilisation" (où il est opposé, comme il se doit, à diverses formes de barbarie, cf. l'expression "choc des civilisations"), "puissances occidentales" ... Je rappelle qu'il y a trente ans et plus, le seul groupe qui revendiquait ce nom – "Occident" - comme norme était un petit groupe fasciste à barres de fer (avec lequel j'ai eu à faire dans ma jeunesse). Qu'un nom puisse changer de référent de façon aussi spectaculaire ne peut que signifier que le monde lui-même a changé. Le monde n'a plus le même transcendantal.

Sommes-nous dans un temps des émeutes ?

On pourrait le penser en voyant les événements récents en Grèce, en Islande, en Angleterre, en Thaïlande (les chemises colorées), les émeutes de la faim en Afrique, les considérables émeutes ouvrières en Chine. En France même, il y a comme une tension pré-émeutière; à travers des phénomènes comme les occupations d'usines, les gens sont tendanciellement au bord d'accepter l'émeute.

Pour l'expliquer, il y a bien entendu la crise systémique du capitalisme apparue il y a 2-3 ans (et qui est loin d'être finie) avec son cortège d'impasses sociales, de misère, et le sentiment grandissant que le système n'est pas si viable ni si magnifique qu'on le disait auparavant; la vacuité des régimes politiques est devenue manifeste, avec comme unique substance le fait d'être au service du système économique (l'épisode "sauvez les banques" a été particulièrement démonstratif), ce qui a grandement contribué à les décridibiliser. Dans la même période, et justement parce qu'ils sont des opérateurs de survie systémique, les États ont pris des mesures dramatiquement réactionnaires dans plusieurs domaines (chemins de fer, poste, écoles, hôpitaux ...).

Je voudrais tenter de situer ces phénomènes dans le cadre d'une périodisation historique. Selon moi, les dispositions émeutières surgissent au cours des périodes intervallaires. Qu'est-ce qu'une période intervallaire ? A une séquence pendant laquelle la logique révolutionnaire est clarifiée et où elle se présente explicitement comme une alternative, succède une période intervallaire où l'idée révolutionnaire entre en déshérence, et pendant laquelle elle n'est pas encore relayée, une nouvelle disposition alternative n'étant pas encore construite. C'est au cours de telles périodes que les réactionnaires peuvent dire, justement parce que l'alternative est affaiblie, que les choses ont repris leur cours naturel. C'est typiquement ce qui s'est passé en 1815 avec les restaurateurs de la Sainte-Alliance. Dans les périodes intervallaires, les mécontentements existent mais ne sont pas structurés, car ils ne peuvent tirer leur force du partage d'une idée. Leur force est essentiellement négative ("qu'ils s'en aillent"). C'est pour cette raison que la forme de l'action de masse collective pendant une période intervallaire est l'émeute. Prenez la période 1820-1850 : elle a été une grande période d'émeutes (1830,1848, la révolte des Canuts lyonnais ...); mais ce n'est pas pour autant qu'elle a été stérile; au contraire, elle a été d'une grande fécondité même si de façon aveugle. C'est de cette période que sont sorties les grandes orientations politiques globales qui ont vertébré le siècle suivant. Marx l'a bien dit : le mouvement ouvrier français a été une des sources de sa pensée (à côté de la philosophie allemande et de l'économie politique anglaise).

Quel est le critère d'évaluation des émeutes ?

Le problème propre à l'émeute, en tant qu'elle met en cause le pouvoir d'État, c'est qu'elle expose l'État à une variation politique (la possibilité de son effondrement), mais qu'elle ne constitue pas cette variation : ce qui va se passer dans l'État n'est pas préformé par l'émeute. C'est la différence majeure avec une révolution qui propose en elle-même une alternative. C'est la raison pour laquelle, de tout temps, les émeutiers se sont plaint de ce que le nouveau régime soit identique au précédent (le prototype en est, après la chute de Napoléon III, la constitution au 4-septembre d'un régime constitué du personnel politique du précédent). Je vous signale que le Parti, tel que le concept en a été créé par le POSDR puis par les bolcheviks, est une structure qui est explicitement apte à se constituer comme une alternative au pouvoir en place. Quand la figure émeutière devient une figure politique, i.e. quand elle dispose en elle-même du personnel politique dont elle a besoin et que le recours aux vieux chevaux de la politique devient inutile, on peut prononcer à ce moment-là la fin de la période intervallaire.

Pour en revenir à l'émeute tunisienne, il est très probable qu'elle va se poursuivre - en se divisant – en proclamant que la figure de pouvoir qui va se mettre en place est tellement décrochée par rapport au mouvement populaire qu'elle n'en veut pas non plus. Sur quels critères peut-on donc évaluer l'émeute ? Il faut en premier lieu qu'il y ait une certaine empathie vis-à-vis d’elle, condition tout à fait nécessaire. Il y a la reconnaissance de sa puissance négative, le pouvoir honni s'effondre au moins dans ses symboles. Mais qu'est-ce qui est affirmé ? La presse occidentale a déjà répondu en disant que ce qui s’est exprimé là était un désir d’Occident. Ce qu’on peut assurer, c’est qu’il s’agissait d’un désir de liberté et qu’un tel désir est sans discussion un désir légitime au regard d’un régime aussi despotique et corrompu que l’était celui de Ben Ali. Que ce désir comme tel soit un désir d’Occident est plus problématique.

Il faut rappeler que l’Occident comme puissance n’a jusqu’à présent donné aucune preuve qu’il se souciait de quelque façon que ce soit d’organiser la liberté dans les endroits où il intervient. Ce qui compte pour l’Occident c'est : “marchez-vous ou non avec moi ?”, en donnant à l’expression “marcher avec moi” la signification d’une intériorité à l’économie de marché, si besoin en collaboration avec une police contre-révolutionnaire. Des “pays amis” comme l’Egypte ou le Pakistan sont tout aussi despotiques et corrompus que l’était la Tunisie de Ben Ali, mais on n’entend guère s’exprimer à ce sujet ceux qui sont apparus, à l’occasion des événements de Tunisie, comme des ardents défenseurs de la liberté.

Comment définir un mouvement populaire réductible à un "désir d'Occident" ? On pourrait dire, et cette définition s'appliquerait à un pays quelconque, qu'il s'agit d'un mouvement se réalisant dans la figure d'une émeute anti-despotique dont la puissance négative et populaire prend la forme de la foule et dont la puissance affirmative n'a pas d'autre norme que celles dont l'Occident se prévaut. Un mouvement populaire répondant à cette définition a toute chance de se terminer par des élections et il n'y a aucune raison pour qu'une autre perspective politique en provienne. Je propose de dire qu'au terme d'un tel processus, on aura assisté à un phénomène d'inclusion occidentale. Ce que nous dit la presse occidentale, c'est que ce phénomène est l'issue inéluctable du processus émeutier, tunisien en l'occurrence.

S'il est vrai que, ainsi que Marx l'avait prévu, l'espace de réalisation des idées émancipatrices est l'espace mondial (ce qui, soit dit entre parenthèses, n'a pas été le cas des révolutions du 20ème siècle), alors un phénomène d'inclusion occidentale ne peut pas être tenu pour un changement véritable. Ce qui serait un véritable changement, ce serait une sortie de l'Occident, une "désoccidentalisation", et elle prendrait la forme d'une exclusion. Rêverie, me direz-vous; mais c'est justement une rêverie typique d'une période intervallaire comme celle que nous connaissons.

S'il y avait une évolution différente de l'évolution vers l'inclusion occidentale, qu'est-ce qui pourrait en attester ? Aucune réponse formelle ne peut ici être donnée. On peut simplement dire qu'il n'y a rien à attendre de l'analyse du processus étatique lui-même qui, nécessairement long et tortueux, finira par déboucher sur des élections. Ce qui est requis c'est une enquête patiente et minutieuse auprès des gens, à la recherche de ce qui, au terme d'un processus de division inévitable (car c'est toujours le Deux qui est porteur de vérité, et non l'Un) sera porté par une fraction du mouvement, à savoir : des énoncés. Des choses dites, qui ne soient pas solubles dans l'inclusion occidentale. S'il y en a, de ces énoncés, ils se reconnaissent facilement. C'est sous condition de ces énoncés nouveaux que peut se concevoir un processus d'organisation des figures de l'action collective.

Revenons, pour conclure, à l'empathie. La leçon à tirer des événements tunisiens, la leçon minimale, c'est que ce qui apparaît d'une stabilité à toute épreuve peut finir par s'effondrer. Et ça, ça fait plaisir, et même très plaisir.



A.B. termine par la lecture d'un poème de B. Brecht "Eloge de la dialectique", ce poème dont le dernier vers est : Et jamais devient aujourd'hui.





http://www.entretemps.asso.fr/Badiou/10-11.htm


avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ni trop tôt ni trop tard

Message par Borges le Mer 2 Fév 2011 - 18:11

A.B. ou B.A.?
Mehdi Belhaj Kacem



Ce blog, mon tout premier, était destiné à gentiment préparer la parution de mon « Après Badiou ». En lieu et place de « Après A.B. », ce sera évidemment : Après B.A. Eh oui ! Il m’a été impossible de m’empêcher de jouer de l’allitération Alain B./Ben Ali. Il est évidemment hors de question de comparer un dictateur policier et cupide et un (très) grand philosophe dévoyé – le premier à ce point depuis Heidegger. Par contre, la coïncidence aveuglante de la microscopique révolte métaphysique, et du fait que le premier événement politique positif du 21ème siècle provienne de mon pays d’origine, mérite pleinement d’être interrogée.

Tous ceux qui me connaissent, connaissent mon travail, ont eu vent de la « mutinerie spirituelle », comme me l’a dit un ami ex-badiousiste, que j’ai activée contre le plus grand, hélas, des métaphysiciens vivants, savent que les coïncidences sont plus que nombreuses, et tout sauf fortuites. Quant à ceux qui ont déjà lu le livre, ils mesurent l’ampleur de la page qui se tourne. A tous les niveaux. Le réel par lequel le 21ème siècle commence nous est venu de Tunisie. Il est de l’autre de la providence, et de la logique pure à la fois, que pour une philosophie de l’histoire et une philosophie de l’événement, la mienne, le premier événement historique positif du vingt-et-unième siècle provienne de Tunisie et pas d’ailleurs. « L’événement tunisien », tel sera le livre dont ce blog-notes jettera les bases.

Ce blog commencera donc le jour même où je serai sur le sol tunisien. J’entremêlerai les enquêtes que je ferai là-bas, mes considérations, et le réel de ma propre crise, de ma propre paranoïa et peur, enfin de ma propre révolte philosophique de l’année dernière. Mais enfin, il suffit de lire le noyau de mon entreprise philosophique, Algèbre de la Tragédie (« L’esprit du nihilisme », Paris, Fayard, 2009), pour comprendre comment j’en suis venu là. L’événement tunisien, prodigieux, héroïque, totalement imprévisible quoi qu’on en dise après coup, agit sur ma pensée comme une véritable psychanalyse. C’est cet événement qui interprète ma philosophie et pas le contraire. C’est la révolte tunisienne qui éclaire la mienne et pas le contraire. J’ai une dette désormais infinie envers le peuple tunisien, et n’aurai de toute ma vie de m’en acquitter. Il suffit, même inculte en philosophie, même très peu lettré, d’égrener mon lexique pour savoir quel inconscient forclos travaillait cette philosophie. « Torture ». « Surveillance ». « Persécution ». « Mal ». « Droit ». « Mort ». Et quel « même » inconscient m’a poussé, fatalement, à la brouille subjective avec Alain B. La révolte philosophique, elle, couvait depuis longtemps ; seuls ceux qui ne lisent que du quatrième de couverture ne s’en doutaient pas.

Une grave dépression, de février en juin 2010, fut salutaire, de me pousser à m’avouer ce que je ne supportais plus. L’anti-démocratisme de comptoir gauchiste. Le mépris, très poseur gauchiste aussi, pour la question du Droit. L’anti-féminisme. L’égalitarisme abstrait, c’est-à-dire concrètement tyrannique. L’absence absolue de la question de la liberté, au cœur de ma dialectique propre qui a renversé la manière dont la métaphysique abordait communément le lien unissant transgression et législation. Du scandale obscène que constitue l’héroïsme grand bourgeois abstrait de qui n’a jamais fait la guerre, mais se livre à une agonistique permanente, et administre, à soixante-quinze ans, que la mort n’est rien, qu’il faut y être indifférent, et qu’on doit être prêt à verser autant de sang qu’il faudra pour la bonne cause. Les événements récents, l’héroïsme effectif du peuple tunisien, les sueurs froides que moi et ma compagne tunisienne avons endurées vingt-quatre heures sur vingt-quatre pendant des semaines en songeant à nos familles et à nos amis, ont achevé de ce que cet « héroïsme » universitaire m’apparaisse dans toute son obscénité.

L’immense après B.A. clarifie de manière radieuse mon minuscule après A.B. Comme elle clarifie la vie de chacun des dix millions de tunisiens, et à vrai dire très au-delà : le séisme historique et géopolitique de la Révolution tunisienne mettra des décennies à faire sentir ses conséquence.


http://laregledujeu.org/2011/02/01/4496/a-b-ou-b-a/
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ni trop tôt ni trop tard

Message par Borges le Mer 2 Fév 2011 - 18:12





One of the Arab world's classic heartthrobs has lent his support to the popular protest movement sweeping Egypt.

Omar Sharif, the Egyptian icon best known to Americans for his roles in "Lawrence of Arabia," "Doctor Zhivago" and "Funny Girl," reportedly told France Inter radio Monday that President Hosni Mubarak should step down.

"Given that the entire Egyptian people don't want him and he's been in power for 30 years, that's enough," Sharif said, according to Reuters.

Protests in Egypt entered their seventh day Monday as the government intensified its media crackdown. At least 100 people have been killed in clashes with security forces since the protests began.

"The president hasn't improved the standard of living of Egyptians. There are some people that are very rich -- maybe 1% -- and the rest are all poor trying to find food," Sharif said, but added that he is worried about the influence the Muslim Brotherhood could have in a post-Mubarak era.

The Muslim Brotherhood "were trapped and now are starting to come out," he said. "They have 20% of the population and it's frightening for me."

Sharif was born in 1932 to a wealthy Christian family in Alexandria and grew up during the port city's heyday as a cosmopolitan melting pot of religions and ethnicities, combining Arab, Greek, Italian, Lebanese, Jewish, Christian and Muslim influences.
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ni trop tôt ni trop tard

Message par Borges le Mer 2 Fév 2011 - 18:23




Interview: Tariq Ramadan on Tunisia and Egypt


The system in Egypt is corrupt, there is no democracy and the difficulty for the next election is posed by Mubarak's role and his son's succession, and not just that – says the influential Swiss-Egyptian philosopher, teacher and writer TARIQ RAMADAN.

Nina zu Fürstenberg / ResetDoc

Were the Tunisian events a pleasant surprise for you too? What kind of developments will there be?

I have stood against the regime for almost fifteen years. What is happening is great. But we still have to be very cautious. Even if the dictator is out, the system is still in place and we are in a transitional period. Some of his people are still around, and we are in a very tricky situation. In this transitory period the reformers must show moderation. At the same time, the whole system should be dismantled; the fact that the dictator is out is not enough. We still have to be very cautious about the “true” results of this situation. It is clear that there will be no going back; we are moving towards a more democratic system, but this democratic system should be truly democratic, with transparent elections and all the rest.

Now, would you expect similar upheavals in other countries in the area?

Change is the hope we all have. In Tunisia, we saw people being killed, killing themselves just to try to create, to provoke something… but, so far, nothing similar has taken place in other countries and I don’t think that over the short term anything will happen. It will be a long process. All countries are worried, that is certain.

Is it going to happen in Egypt?

The system in Egypt is corrupt, there is no democracy and the difficulty for the next election is posed by Mubarak's role and his son's succession, and not just that. The problem is posed by powerful and influential people and the whole authoritarian system that is supporting this regime. Ben Ali’s regime was powerful too. You ask me if something similar to like Tunisia could happen in Egypt? I would not exclude this. I have heard that they want to organize large demonstrations.


Do you think the Egyptian regime could reveal itself as weak as the Tunisian one?

I wouldn’t say that the Tunisian regime was weak. I think it was powerful, but there was a critical moment when all powers, including the army, decided not to remain on the dictator’s side. I am not sure whether the Egyptian army would act the same way. Still, I would not totally exclude the army's refusal to support the regime, because it is very corrupt.

By “weak” I meant weak in consensus, in other words unpopular.

Yes, there is indeed no support for the Egyptian regime. It is very unpopular, the people are suffering and they are against what is happening. Demonstrations or other events that symbolize something new, something bigger, might trigger some change, but honestly, I don’t really see this happening, because the Egyptian regime has totally taken control of the country for the last ten years. The American administration and supporters of the current Egyptian regime are far more scared here, I think, than they are in the case of Tunisia. Egypt is too critical.

What is happening to the entire region in terms of the involvement of the Islam and political religious movements? Are Islamists important in this situations? The Muslim Brotherhood in Egypt should play a more relevant role than it has in Tunisia.

I think that in Tunisia the Muslim Brotherhood has decided not to be visible, not to become really involved and just support change. What happened there did not come from Islamists, it came from the people. It would have been wrong for them to be seen as a driving force. They want to be acknowledged as a player within the system, and this is happening. In Egypt, the Muslim Brotherhood is more like a force of resistance, especially since the last elections, when they withdrew after the first round. They play a critical role. If anything happens in Egypt, they will join, like in the Kefaya, the 'enough is enough' movement, (a grass roots movement against Mubarak’s regime, editor's note.). They are all involved in that, and they have a lot of support. It is not a majority support, and the Islamists know that. But they also know that they will play a role. Things are different in Tunisia; no one can say the Islamists are part of the process of change, because this is not true. But if something happened in Egypt, it would be labelled as a turning point towards Islamism, and that could be used by Mubarak.

Do you think that, after having been excluded from the political process in Egypt, the movement inspired by the Muslim Brotherhood will be more or less radical, more or less democratic?

I think that if you look at what the Muslim Brotherhood has been saying over the last twenty years, it has already changed a lot. They were against democracy, now they are for democracy, for the involvement of the movement. They are changing. They have not reached a “Turkish” level yet. There still is a gap between the Turkish Islamists and the Egyptians. The current Muslim Brotherhood leadership is quite old, closer to Erbakan (old Turkish Islamist leader and Prime Minister, removed from power by a 1997 Army coup, editor's note.) than to Erdogan (today’s PM and AKP leader, editor's note.). Strictly speaking I don’t think there will be a revolution. I would rather say that today they will remain legalists, by trying to play the game at the grassroots level.

Are Egyptian and Tunisian Islamists – part of the Muslim Brotherhood and other groups – very different from each other? And are there different approaches to democracy and human rights?

This is a critical question. The West should understand that there are many kinds of Islamists, even in Tunisia. For example, Rachid Ghannouchi comes from the Muslim Brotherhood, but in the sixties and seventies he was the only one in this group to say that democracy is the right thing, while the Muslim Brotherhood in Egypt was saying no. He did not have a problem with democracy. He had a far more liberal and advanced view, even in what he wrote about women, compared to other members of the Muslim Brotherhood, even from within this group! So there was a debate. In Tunisia you also have different trends arising from those who are much more Salafite, literalists.

So there is an internal debate. But who is stronger, who will prevail?

I think that today the mainstream reference in Tunisia is much more advanced. And I would say, that between Ghannouchi and Erdogan, for example, you can see many mirroring positions on democracy, dealing with the West and dialogue. I think they are going the same way. In Egypt it is different. Here, once again, it is not a question of trends, but a question of generations. In the Egyptian Muslim Brotherhood “to be younger” means to be sixty! It was not like in the 40s. There is an internal struggle between generations and between trends, and I think that there is no monolithic reality of Islamism today.

In comparing the two countries, one can see that the driving force in Tunisia is much more advanced in dealing with democracy or with women. This is very important. A movement like Kefaya would have been impossible twenty years ago in Egypt. The Muslim Brotherhood had refused to deal with other political views, such as those of communists, “leftists” or atheists, but they changed, because they understood that you cannot resist the Mubarak dictatorship if you are isolated. If we don’t want to buy what dictators are saying, “it’s us or them” – meaning the Islamists –, and if we want to get a better sense about what the opposition could be, we need to get a better sense of what these trends within Islamism are. There are people who are moving, changing, and others who are resisting and who are more traditionalist, and sometimes even violent.
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ni trop tôt ni trop tard

Message par Borges le Jeu 3 Fév 2011 - 12:32

Chomsky

This is the Most Remarkable Regional Uprising that I Can Remember

NOAM CHOMSKY: Well, first of all, what’s happening is absolutely spectacular. The courage and determination and commitment of the demonstrators is remarkable. And whatever happens, these are moments that won’t be forgotten and are sure to have long-term consequences, as the fact that they overwhelmed the police, took Tahrir Square, are staying there in the face of organized pro-Mubarak mobs, organized by the government to try to either drive them out or to set up a situation in which the army will claim to have to move in to restore order and then to maybe install some kind of military rule, whatever. It’s very hard to predict what’s going to happen. But the events have been truly spectacular. And, of course, it’s all over the Middle East. In Yemen, in Jordan, just about everywhere, there are the major consequences.



The United States, so far, is essentially following the usual playbook. I mean, there have been many times when some favored dictator has lost control or is in danger of losing control. There’s a kind of a standard routine—Marcos, Duvalier, Ceausescu, strongly supported by the United States and Britain, Suharto: keep supporting them as long as possible; then, when it becomes unsustainable—typically, say, if the army shifts sides—switch 180 degrees, claim to have been on the side of the people all along, erase the past, and then make whatever moves are possible to restore the old system under new names. That succeeds or fails depending on the circumstances.



And I presume that’s what’s happening now. They’re waiting to see whether Mubarak can hang on, as it appears he’s intending to do, and as long as he can, say, "Well, we have to support law and order, regular constitutional change," and so on. If he cannot hang on, if the army, say, turns against him, then we’ll see the usual routine played out. Actually, the only leader who has been really forthright and is becoming the most—maybe already is—the most popular figure in the region is the Turkey’s Prime Minister Erdogan, who’s been very straight and outspoken.
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ni trop tôt ni trop tard

Message par Eyquem le Jeu 10 Fév 2011 - 16:35

Dans les kiosques, cette semaine :


Le montage des deux couvertures est intéressant.
On peut jouer au jeu des 7 différences.

avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ni trop tôt ni trop tard

Message par Largo le Ven 11 Fév 2011 - 16:58

Pip pip !

avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ni trop tôt ni trop tard

Message par careful le Ven 11 Fév 2011 - 17:07

Oui, ça y est. Enfin.

Quel courage lorsque j'y pense.
avatar
careful

Messages : 687

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ni trop tôt ni trop tard

Message par Borges le Ven 11 Fév 2011 - 19:22

Ni trop tôt, ni trop tard; le kairos,comme disent les commentateurs sportifs; le bon peuple au bon moment; si tout reste à faire, il est bon de voir s'actualiser en Egypte le cri de Jim Morrison; l'injonction révolutionnaire...








je parle du cri, pas des violences

avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ni trop tôt ni trop tard

Message par Invité le Sam 12 Fév 2011 - 10:13

arabes 2-0 dictateurs. Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: ni trop tôt ni trop tard

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum