Du malentendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Du malentendu

Message par Eyquem le Ven 28 Nov 2008 - 0:03

Salut à tous,

j'ouvre ce topic pour que le malentendu tienne compagnie à Rancière, avec un à propos dont je vous laisse juge.

C'est juste que Noël approche et que tout le monde prépare sa liste dans son coin, en secret.
Mais pas la liste des cadeaux à offrir aux copains, pensez-vous !
Non, la liste des "10 meilleurs films de l'année". Un truc d'égoïste.

Et je suis tombé sur cet extrait d'un entretien avec Rivette - où il est justement, de nouveau, question de la critique, des films "qui existent comme films", et du critère philosophal qui permettrait peut-être de connaître la liste des films qui resteront de cette année :

Quand j’ai envie de répéter « un film est un film », c’est aussi par rapport aux critiques que l’on peut lire à droite et à gauche, parce que très souvent, il s’agit de l’histoire, éventuellement des personnages, parfois des comédiens, rarement. Mais du fait que c’est un film, c’est-à-dire quelque chose qui doit avoir une vérité de film, au sens où Cézanne parlait de la vérité de la peinture, donc une vérité matérielle, que ça tienne sur l’écran comme un tableau doit tenir au mur, sur la toile, ça c’est quelque chose dont il est assez rarement question. Je veux bien admettre que c’est très difficile d’en parler avec des mots, c’est plutôt quelque chose de l’ordre de l’intuition… il y a un sentiment que ça existe ou n’existe pas, ce sentiment-là est très arbitraire, il est très difficile d’essayer de le justifier, et souvent on a envie de dire « c’est comme ça » […]

Qu’est-ce qui fait qu’on parle de telle œuvre parce qu’on pense qu’elle est importante, et qu’est-ce qui fait que toutes les autres, elles, peuvent avoir plein de qualités, mais on sait qu’elles n’ont aucune importance ? C’est ce qui précède : ce qui vient en premier. Après, on peut faire tous les commentaires qu’on veut, mais pourquoi est-ce qu’on parle de celui-ci et pas de celui-là ? Qu’est-ce qui fait que même les gens qui disent d’une œuvre que « c’est épouvantable, c’est monstrueux » prennent celles-ci en considération, et pas toutes les autres qu’il y a autour ? Qu’est-ce qui fait que tel tableau, ou tel livre, ou telle musique, ou tel film existent ? Qu’ils ont une existence en tant que tableau, en tant que roman, en tant que poème, en tant que symphonie, en tant que film ? C’est ça la question fondamentale, et c’est celle que tout le monde fuit. Pourquoi, pour les contemporains de Baudelaire, est-il très évident que Baudelaire est quelqu’un sur qui on s’affronte, et qu’on ne s’affronte pas sur tous les autres ? C’est évident à partir du XIXème, où il y a davantage l’idée de conflit : les œuvres importantes sont celles où il y a discussion, mais c’est déjà vrai plus tôt : quand on lit par exemple Mme de Sévigné sur Racine, il y avait discussion acharnée ; et pour Corneille, c’est la Querelle du Cid… Je ne dis pas que le seul critère de l’existence est celui du conflit, du conflit au moment de l’accueil, mais c’en est un ; il est vrai que les œuvres qui sont d’emblée trop bien accueillies par tout le monde, en général, n’intéressent plus personne dix ans après. Et en même temps, si on travaille en essayant de provoquer le conflit, on se trompe grossièrement… D’ailleurs, Baudelaire et Flaubert étaient les premiers désolés de ce qui leur arrivait, et avaient, à juste titre, le sentiment d’un malentendu épouvantable.

(Jacques Rivette, Entretien, in La Lettre du Cinéma n° 10)


Quels films ont été les plus discutés cette année ?
Lesquels ont fait naître entre les amis un malentendu épouvantable ?
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du malentendu

Message par Invité le Ven 28 Nov 2008 - 0:40

Le dernier gros conflit avec un copain autour d'un film date de cette été, à propos de "Wall-E". Lui pour, moi contre. Le truc c'est que de toute façon il est très très rare que je discute cinéma avec des potes sans que cela ne se transforme en débat et qu'à la fin j'hérite d'un "de toute façon, quand on lit les Cahiers.." plein de mépris. C'est d'ailleurs la première raison pour laquelle je me suis désabonné de la revue cette année, pour ne plus donner cette réplique cinglante à mes redoutables adversaires, et je souhaite que leurs enfants, s'ils lisent un jour les Spectres du Cinéma, n'aient pas à supporter les brimades de leurs petits camarades, comme moi j'ai dû supporter celles de mes potes parce que j'avais le malheur de lire les Cahiers !

Et puis chérie, s'endormir devant "Stromboli", je trouve ça vraiment lamentable.. lol

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du malentendu

Message par adeline le Ven 28 Nov 2008 - 9:27

Hello there,

moi c'est pas un film de cette année, mais c'est une histoire du même genre ; là le but c'était éviter le conflit. Mon frère regarde les quelques dvd que j'ai chez moi. Voilou voilou, quelques commentaires sur des Eastwood, quelques films qu'il ne connaît pas, et puis il tombe sur "Furyo" (je sais, c'est un film sorti y'a plein d'années). Le prend, me regarde, et dit, genre, comme un couperet, schlack : "Jamais vu un film aussi nul, surjoué, outrancier. Franchement, c'est même pas la peine que tu le regardes. Me demande comment on peut faire des trucs comme ça". Moi j'aurais jamais pensé qu'un jour j'entendrais ça de Furyo. Et avec mon frère, souvent on peut vraiment discuter des films, même si une fois sur deux il me traite d'élitiste-qui-lit-les-cahiers (lol JM, c'est vrai que ça a la vie dure ce truc). Pour éviter le conflit donc, je lui ai dit "ah, c'est bizarre, moi je l'ai vu deux fois, une fois au ciné, une fois en dvd, et j'ai adoré les deux fois... On n'a pas dû voir le même film". Je lui glisse au passage que Oshima, c'est quand même pas le mec qui fait des films "nuls", mais bon, je crois qu'il ne m'écoutait plus...

Ah et puis il y a les malentendus à propos des films qu'on n'a pas vus, et que personne ne comprend comment c'est possible de ne pas les avoir vus : Les Chtis cette année. Deux fois la discussion a tourné non pas autour du film, mais de savoir pourquoi je n'étais pas encore allée le voir, et pourquoi je ne comptais a priori pas le faire... Un énorme malentendu ce film LOL

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du malentendu

Message par Largo le Ven 28 Nov 2008 - 10:34

adeline a écrit:Ah et puis il y a les malentendus à propos des films qu'on n'a pas vus, et que personne ne comprend comment c'est possible de ne pas les avoir vus : Les Chtis cette année. Deux fois la discussion a tourné non pas autour du film, mais de savoir pourquoi je n'étais pas encore allée le voir, et pourquoi je ne comptais a priori pas le faire... Un énorme malentendu ce film LOL

Ah oui, j'ai eu probablement les même remarques. Idem sur les Cahiers d'ailleurs. Laughing

Et JM, c'est pas dit qu'on recolte pas les même clichés avec les Spectres. On m'a déjà dit "Wouah, c'est quand même super intello ton truc..." Wink

Les films qui ont vraiment fait débat dans les discussions que j'ai pu avoir cette année c'était La frontière de l'aube qui polarise tous ses spectateurs je crois. On est in ou on est out...

Sinon, on parle souvent de mauvaiss films sur lesquels on se retrouve. Quasi unanimité lors de plusieurs discussions pour mépriser La Belle Personne ou Vicky C B. Cela dit c'est en discutant avec un des rares fans d'Honoré que j'ai croisé (et de P. Garrel, allez comprendre) que j'ai eu envie d'écrire mon texte.

Pour cette année, j'ai remarqué que souvent les films les plus polémiques sont aussi ceux qui m'ont le plus marqué, ceux qui, passé le choc des images, ont nourrit et démultiplier les questions que je me pose : La Frontière, Hunger, Valse avec Bachir, There will be blood et quelques autres...
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du malentendu

Message par dreampeace le Ven 28 Nov 2008 - 10:50

Pour ma part y a eu des discussions très controversées sur pas mal de films et autres... Comme beaucoup, je peux être assez infernal quand je défends un film que j'aime, bon on ne m'accuse pas de lire les cahiers car je ne lis plus de revue, je parcours les cahiers comme un magazine maintenant, ce qu'il est, ma foi pourquoi pas ? Je m'en fous des cahiers en fait, y a des belles photos... (bon et quelques textes sympas parfois, mais trop censurés). Donc non, on ne me reproche pas d'être assujetti à une revue, juste d'être infernal et chiant. Mais bon après tout c'est humain de traiter un ami de connard car il n'a pas aimé La Frontière de l'aube, non ? Il reste un ami, très cher même, mais aussi un connard.
Non finalement c'est Valse avec bachir qui, je crois, a créé le plus de divisions dans mon entourage, qu'il soit réel ou virtuel.
Mais mon mystère reste The Dark Knight, qui a fait pas mal discuter aussi, surestimé sous certains aspects, sous estimé sous d'autres. C'est pas très clair tout ça, pourtant le film l'est lui, clair.

Enfin voilà, c'était pour partager un peu, je discute sur tout ce que j'aime, car j'aime ça. Mais à l'écrit j'arrive plus à être calme.
avatar
dreampeace

Messages : 140

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du malentendu

Message par lorinlouis le Ven 28 Nov 2008 - 17:04

dreamspace a écrit:
Mais mon mystère reste The Dark Knight, qui a fait pas mal discuter aussi, surestimé sous certains aspects, sous estimé sous d'autres. C'est pas très clair tout ça, pourtant le film l'est lui, clair.

Pareil pour moi. "The Dark knight" a été le film le plus discuté dans mon entourage, même si mon avis personnel était plutôt réservé. Des mises au point, positives comme négatives, également dans la presse (j'ai le souvenir d'un article de Brazil...) Et il est effectivement étonnant de voir la diversité de vues sur un film pourtant linéaire et clair. J'en discutais encore il y a quelques semaines, avec un employé cinéphile d'un fast-food et je me trouvais surpris de voir ce film retourné dans tous les sens, toujours dans l'espoir d'en saisir une perspective différente.

Mais bon, pour ma part, pas trop de propension à la discussion ou à la polémique. Je peux bien défendre un film s'il se trouve attaqué, mais toujours plus dans l'optique d'expliquer pourquoi j'ai aimé ce film que dans celle de démontrer pourquoi il faut objectivement l'apprécier.

L'éristique est un art avec lequel je me dépêtre mal...

...au contraire de vous, bande de lecteurs des Cahiers !!!! Laughing Laughing
avatar
lorinlouis

Messages : 1691

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du malentendu

Message par DB le Sam 29 Nov 2008 - 12:00

Pareil, ni prosélytisme ni polémique pour ma part.

Par contre, beaucoup de partage. Il m'arrive souvent de trainer du monde dans les salles, de prêter des livres. D'engager à la réflexion.

J'ai beaucoup discuté autour du Dark Knight par exemple, sur ce que je développe entre ces pages du numéro 2. Comment cet excès de réalisme faisait du batman un aristocrate méprisant avec une conception bigarrée de la justice et de la morale.


Toujours privilégier le dialogue à l'engueulade. Ça m'est arrivé, ça ne s'est plus reproduit. Pourtant, il m'arrive souvent d'être conflictuel.

Par exemple, le problème que vous avez avec les Cahiers, quand on me l'a sortir ce genre de réflexions je me suis amené avec un numéro et je l'ai lu avec la personne. Ou sur un article pas mal sur un film qu'on connaissait tous deux, et ça a changé pas mal d'avis souvent.

Souvenir délicat aussi, d'une visite à plusieurs (jeunes y compris !) à une super projection de 2001 : la lutte contre les représentations, les pré-notions et... enfin, la reconnaissance artistique dans leurs regards pendant la projection.
avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du malentendu

Message par r.o.t. le Lun 1 Déc 2008 - 11:14

Je ne suis pas polémiste par plaisir, mais j'ai la contradiction facile dans les discussions disons.
A part certains exemples sus nommés (the dark knight, wall-e, dur dur, je n'aime pas non plus discuter pendant des heures sur des films que je n'aime pas du tout), j'ai eu beaucoup de mal avec le film Télépolis. La discussion a d'ailleurs fini dans une imcompréhension totale.
Par contre, j'ai eu du mal a faire accepter que Dans la vie pouvait être un superbe film, original, intelligent, et avec des vrais choix, ce que certaines personne lui reprochent (mais certains reproches étaient tellement bas que j'ai cru devenir fou).
avatar
r.o.t.

Messages : 3

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du malentendu

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum