Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Page 39 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Lun 24 Sep 2012 - 14:17

Ooops, sorry Tony: en voulant rééditer mon propre post, j'ai réédité le tien... Fausse manip (faut vraiment que je fasse attention, dans le feu d'un échange). Donc, c'est moi qui écrivais plus haut, sous ton nick. What a Face


je crois que tu confonds l'objectivité , "les couches qui résistent", avec une impossible critique totale du réel

Je ne vois pas du tout de quoi tu parles. Il suffit de lire mon analyse sans y greffer des éléments qui n'y sont pas, et par lesquels tu la retraduis à ton gré, sous la forme habituelle du "si je te comprends bien, tu dis que", ou encore "je crois que tu confonds ceci ou cela".
Non, je ne confonds pas ceci et cela. Je ne parle nulle part d'une "impossible critique totale du réel": où lis-tu cela?

Ce que je dis est très simple à saisir, il faudrait que je donne des exemples pour mieux me faire comprendre encore, mais là, j'ai pas le temps, je dois aller m'acheter un casque anti-bruit. J'en ai repéré au brico-center, je suis tout excité. Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Lun 24 Sep 2012 - 14:47

Bon Brico...

Tu connais Ultravox? Les premiers sont bien. Le groupe n'a pas fait que "Vienna"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Lun 24 Sep 2012 - 18:07

Baudouin II de Barvaux a écrit:
Non, je ne confonds pas ceci et cela. Je ne parle nulle part d'une "impossible critique totale du réel": où lis-tu cela?


Indirectement dans l'idée que le dynamitage d'un ordre social contraint et imposé (pour ce qu'il a d'injuste) est un point de départ, plutôt qu'un but, pas forcément accessible.
C'est justement cela le cinéma à la Cayate: un mec compromis dans cet ordre décide d'être bon car c'est l'essence de la modernité que d'être bon, pendant ce temps là la société continue à fonctionner par soustraction et élimine ses ennemis personnels qui sont aussi dépassés par leur époque, et le monde s’aligne sur lui.
Chez Moullet il y a un humour franchouillard, régressif, mais aussi l'idée d'un but irréductible à ce ridicule (dans ses films, la seconde moitié détruit souvent une réconciliation qui a eu lieu pendant la première partie).

Pour ma part, lorsque je vois un film, je me dis que lorsque je pense qu'un autre film moins réactionnaire, plus lucide, plus radical était possible à partir du film, c'est souvent à mettre au crédit du film. Toi tu juges le film réel à partir du film possible, où la dignité de chacun est pleinement restituée dès le début.

Mais bon c'est un peu abstrait (je parle par rapport à ton point de vue sur un film, il m'arrive d'être radical par rapport à un film, et démissionnaire politiquement dans la vie, pour d'autres c'est sans doute l'inverse).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Lun 24 Sep 2012 - 21:41

C'estu n peu con ce que je dis plus haut, mais j'aimerais quand-même défendre Moullet de l'imputation d'humour rance...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par DB le Mer 26 Sep 2012 - 9:39

une interview hyper complaisante avec la copine de tout le monde maiwenn

Mais Polisse est arrivé tard. Au départ, je voulais l'appeler Police. Je me disais "Oh je m'en fous ! Pialat il m'emmerde! Il n'a rien inventé ". C'est pas comme si j'avais décidé de l'appeler Maman, j'ai raté l'avion! Ca c'est une vraie phrase, il fallait la trouver. Alors que Police, c'est un mot. Pompier, police, avocat... mais mon producteur était contre.

le summum
avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Mer 26 Sep 2012 - 14:22

Je n'ai aucune sympathie pour Maïwenn et encore moins pour ce film, mais je ne vois pas la complaisance, là: son propos sur Pialat, c'est justement une dérision sur sa prétention à repiquer le titre de Pialat, une manière d'indiquer que Pialat l'impressionne.
Comme si je disais: " au départ je voulais appeler mon texte La Métamorphose. Je me disais: "Oh je m'en fous! Kafka il m'emmerde! Il n'a rien inventé ".

Faut saisir le ton de la phrase, c'est tout.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par DB le Mer 26 Sep 2012 - 14:33

Baudouin II de Barvaux a écrit:Je n'ai aucune sympathie pour Maïwenn et encore moins pour ce film, mais je ne vois pas la complaisance, là: son propos sur Pialat, c'est justement une dérision sur sa prétention à repiquer le titre de Pialat, une manière d'indiquer que Pialat l'impressionne.
Comme si je disais: " au départ je voulais appeler mon texte La Métamorphose. Je me disais: "Oh je m'en fous! Kafka il m'emmerde! Il n'a rien inventé ".

Faut saisir le ton de la phrase, c'est tout.

NOn la complaisance ça vient du journaliste et des réponses "au début j'en avais rien à foutre du cadre".

Ce qui m'a gonflé dans cette citation c'est ce que tu te pointes, c'est la connerie derrière l'humour de façade. Style "non mais moi je suis une grande déconneuse aux grosses lèvres" alors qu'en fait c'est "je suis une grande prétentieuse aux grosses présomptions".

OU alors je suis irascible.
avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Borges le Mer 26 Sep 2012 - 14:36

kafka n'a rien inventé, mais il a métamorphosé beaucoup de choses : lol
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Mer 26 Sep 2012 - 14:39

DB a écrit:

OU alors je suis irascible.

Rien qu'un peu, lol. A ce compte là, toutes les interviews sont cons. Et elle le sont, sans aucun doute. Very Happy


Moi j'aime bien les lèvres de M.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par DB le Mer 26 Sep 2012 - 14:57

Baudouin II de Barvaux a écrit:
DB a écrit:

OU alors je suis irascible.

Rien qu'un peu, lol. A ce compte là, toutes les interviews sont cons. Et elle le sont, sans aucun doute. Very Happy


Moi j'aime bien les lèvres de M.

J'ai pas dis que j'aimais pas.

Et oui ça doit être ça pour l'interview. Mais vraiment c'est tellement creux et vain, elle ne dit rien. Mais rien.

avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Mer 26 Sep 2012 - 15:04

Elle a de jolies lèvres, et elle me fait un certain effet. Cela dit, c'est pas Nathalie Sarraute, hélas.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Mer 26 Sep 2012 - 15:22

Oui, si c'était un homme vous ne la trouveriez pas surestimée, ou vous ne verriez pas qu'il se serait.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par DB le Mer 26 Sep 2012 - 15:39

Tony le Mort a écrit:Oui, si c'était un homme vous ne la trouveriez pas surestimée, ou vous ne verriez pas qu'il se serait.

Personne n'a dit qu'elle était surestimée ici.

Nous parlions d'une interview trop pourrie de la mort qui pue.

Il se trouve que la personne interviewée a des grosses lèvres, de grosses presomptions et effectivement est une réalisatrice.

Et puis il se serait quoi ?
avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Mer 26 Sep 2012 - 15:41

Hello cher ami à la prose granitique et altitudinaire,

Oui, si c'était un homme vous ne la trouveriez pas surestimée


Pourquoi ce "vous" englobant alors qu'on ne dit pas la même chose (j'ai dit avoir aimé le bal des actrices; Pardonnez-moi bcp moins; quant au film polisse, même si j'ai dans l'idée que c'est idéologiquement profondément débile, je le verrai peut-être, je ne demande qu'à changer d'avis), et pourquoi postuler que ce ne serait pas le cas si c'était un homme (je ne surestime ni ne sousestime davantage la beauté des lèvres d'un homme, allons)

ou vous ne verriez pas qu'il se serait.

Qu'il se serait quoi?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Mer 26 Sep 2012 - 15:54

Addendum.

J'avais écrit sur la page comment de mon blog ceci, qui montre que je m'intéresse à M., comme à quiconque, homme ou femme, dans le "paysage ciné-médiatico-politique":


Bonjour monsieur, ou madame.

J'ai vu les précédents films de Maïwenn, je les connais très bien, les ai appréciés, et pourrais vous en proposer une analyse détaillée, si je n'étais occupé de considérations encore plus inutiles.

Si vous me pressez d'en dire quelque chose, à brûle pourpoint, je vous répondrais que Maïwenn est une ex-petite fille bien malheureuse, mais qui se soigne en pardonnant à tout le monde. Instrumentalisée par une maman actrice schizophrène qui voulait absolument la transformer en Shirley Temple, elle surmonta un premier temps ce trauma originaire en se lançant sous les feux de la rampe, pour un exorcisme libératoire. Elle joua cependant de malchance, poursuivie par un fatum inquiétant: repérée puis abusée par Luc Besson - aka wolf-man - qui la prit pour une minimoy. Pour s'en sortir, elle décida de réaliser un vrai-faux reportage psychodramatique sur le père fouettard, puis de devenir la plus jolie petite fille du bal. Le bal fut une réussite. De tout Paris, on se pressa pour venir l'admirer. Enfin reconnue, elle put réviser ses ambitions artistiques à la hausse, vers un cinéma davantage préoccupé de sociologie et de l'état du monde contemporain.

Sortit alors "polisse", cri d'amour déchirant et bouleversant, adressé à tous les enfants qui souffrent, même en dehors du milieu du cinéma, en même temps qu'ode libertaire à tous les inspecteurs Derrick et Navarro déguisés en papas et mamans Noël, nous protégeant, parfois au mépris de leur santé, des vilains spykopats-sociopathes hantant les zones sub-urbaines.

J'ai bon, ou je suis complètement à côté de la plaque en or?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Mer 26 Sep 2012 - 15:54

"qu'il le serait" pardon (désolé pour le suspens aussi insoutenable qu'involontaire et accidentel).

Dans le Bal des actrices, il y a déjà une référence à Pialat quand Marine Foïs dit (à peu près) que ceux qui le croyaient dur avec les acteurs font de la dureté une caution culturelle .

Bon d'un autre côté c'est juste une référence pour mettre un nom d'artiste sur une posture sociologique: plus qu'une citation, moins qu'un point de vue.

Mais pourquoi je parle de ce film?


Dernière édition par Tony le Mort le Mer 26 Sep 2012 - 15:59, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Mer 26 Sep 2012 - 15:56

Si j'ai bien suivi c’est la petite fille de Chris Marker, donc?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Mer 26 Sep 2012 - 15:58

Tony le Mort a écrit:Mais pourquoi je parle de ce film?

passke t'aimes bien faire causette, je ne te jette pas la pierre.

Je n'ai pas connaissance de cette paternité markérienne. Mais je sais que Claude Sarraute, qui est une grosse conne, est la fille de Nathalie, laquelle était mariée à un imbécile notoire, Jean-François Revel, ce qui ne prouve rien pas plus que le contraire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Mer 26 Sep 2012 - 16:00

Ha non, la demi-fille en fait.

Ah merde, j'ai été sur la page Wikipédia...je vais changer de sujet.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Mer 26 Sep 2012 - 16:04

Ben whouais,
passke si tu connaissais l'oeuvre cinématographique de Maïwenn, tu saurais que dans son premier LONG, Pardonnez-moi, elle traite du fait d'avoir été battue violemment par son père. Si Chris Marker avait eu un fils qui battait violemment sa fille, M. en l'occurrence, on en aurait parlé, du moins lorsque le film est sorti.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Mer 26 Sep 2012 - 16:11

C'était un peu le thème aussi de "Demi-Tarif" d'Isild le Besco (pas les coups, mais le désamour -où ce qui est perçu a posteriori tel- des parents qui crée paradoxalement un espace singuliers pour les enfants).
Je ne sais pas que qu'elle entend par "violence". Ce mot recouvre beaucoup de situations différentes dans une famille.
C'est un peu vertigineux quand quelqu'un colle une citation dans Wikipédia où elle accuse sa mère d'avoir rédigé sa fiche Wikipédia. Un jeux de renvois à la Kafka (qui n'avait pas non plus des rapports faciles avec son père)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Mer 26 Sep 2012 - 16:14

Tony le Mort a écrit:
Je ne sais pas que qu'elle entend par "violence". Ce mot recouvre beaucoup de situations différentes dans une famille.

Dans le film, on voit ce qu'elle entend par là: coups de pieds et coups de poings, sur le corps et la tête, jusqu'à commotion cérébrale et hospitalisation. Ce qui laisse peu de place à l'interprétation.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Mer 26 Sep 2012 - 16:16

C'est Lacan qui impute la psychose à la forclusion du nom du père tout en disant qu'en temps normal, on ne connaît pas "ce" qu'est réellement son père (ce qu'il est en dehors du jeu des symbole, de leur organisation et de leur signification, du fait que Lacan met le père à l'origine de la "loi").
Mais c'est sans doute la même chose pour la mère aussi (ce que dit Lacan tombe dès qu'un homme et une femme ont le même rapport à la mort et sont parents).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Mer 26 Sep 2012 - 16:22

Je ne vois pas le rapport avec ce qui précède.

Quand on se fait tabasser par un nom du père, fut-il forclos, la psychanalyse lacanienne n'est pas d'un grand secours, déjà qu'elle n'est pas d'un grand secours en général, mais on va pas développer. Car on l'a fait, amplement. lol.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Invité le Mer 26 Sep 2012 - 16:27

Ca me met mal à l'aise quand elle met apparemment sur le même plan la violence de sa mère et le fait qu'elle était une "actrice ratée" (ce qui est faux, au moins pour Level 5), et que finalement la violence est mise sur le même plan l'accusation d'un transfert sur elle.
Il y a plein de familles où cela merde justement à cause des transferts des parents sur les enfants sans qu'il n'y ait violence ni perversité de leur part (d'un autre côté: la famille est souvent un espace par nature violent, cela peut-être destructeur,, de façon intentionnelle ou non).
Et cela aurait changé quoi qu'elle soit plus connue?

On ne vit pas que pour liquider des transferts...


Dernière édition par Tony le Mort le Mer 26 Sep 2012 - 16:36, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vu (lu, entendu) où l'on parle de tout sauf de films

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 39 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum