Sans-papiers en marche et en lutte

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Sans-papiers en marche et en lutte

Message par adeline le Mar 30 Mar 2010 - 7:55

Et voilà, le nouveau CRA du Mesnil Amelot est ouvert...



Derrière les barbelés du « camp Besson »

Par Marie Barbier le lundi 29 mars 2010, 08:00 -


D'une capacité de 240 places, le centre de rétention du Mesnil-Amelot 2 doit entrer en fonction aujourd'hui. Visite guidée d’un complexe sécuritaire high-tech au service du ministère de l’Immigration.


Le Mesnil-Amelot 2

Chambres truffées de caméras, détecteurs de mouvements, portes automatisées, policiers retranchés derrière des interphones, double enceinte de barbelés... Bienvenue dans le plus grand camp d’enfermement des étrangers de France : le nouveau centre de rétention administrative (CRA) du Mesnil-Amelot qui doit entrer en fonction aujourd’hui.

A quelques mètres des pistes de l’aéroport international Roissy-Charles-de-Gaulle (Val de Marne) et à un kilomètre du premier centre de rétention qui compte déjà 140 places, le « Mesnil-Amelot 2 », comme on l’appelle déjà, pourra «accueillir» jusque 240 sans papiers en attente d’une éventuelle expulsion. Le plus grand complexe jamais construit depuis le CRA de Vincennes, ravagé par un incendie en juin 2008 après le décès d’un Tunisien de 41 ans. Dénonçant une nouvelle étape dans l’« industrialisation de la rétention », les associations n’hésitent pas à qualifier ce nouveau centre de « camp d’internement pour étrangers ». Et redoutent les effets d’une violence institutionnalisée : automutilations, grèves de la faim et tentatives de suicides, dont ils seront les seuls témoins, puisque les journalistes y sont persona non grata.

Face à cette criminalisation des migrants, des voix s’élèvent. « Il existe une disproportion complète entre ce qu’on leur reproche et la dureté de la politique menée à leur égard » s’indigne ainsi Damien Nantes, chargé de la rétention à la Cimade, association qui sera habilitée à apporter une aide juridique aux étrangers retenus dans ce centre. Une pétition a déjà recueilli près de 30 000 signatures. A 13h30, une manifestation silencieuse exceptionnelle se tiendra devant le centre.
Les bâtiments administratifs : accessibles seulement via interphones

A l’entrée du centre, le rez-de-chaussée des bâtiments administratifs regroupe les intervenants (Office français de l’immigration et de l’intégration, infirmerie et Cimade) ainsi que les salles de visites pour familles, avocats et consulats. Au premier étage, les agents de la police aux frontières contrôlent le centre grâce à des écrans de vidéo surveillance. Lorsque les retenus voudront se rendre dans ces locaux administratifs, ils devront solliciter les policiers via un interphone, afin que ceux-ci activent l’ouverture d’une « porte hachoir ». Un système qui fait craindre à la cimade, des autorisations au compte goutte, des incidents graves ou des traitements punitifs.
Les « unités de vie » : des lieux sous haute surveillance et sans intimité

Le centre compte six « unités de vie » où sont logés les retenus. Chaque unité, composée de deux bâtiments, de vingt places chacun, a son propre réfectoire et son espace de promenade. Les unités sont séparées entre elles par de grandes palissades grillagées rendant impossible pour les retenus le passage d’une unité à l’autre. Dans les chambres, le mobilier est vissé au sol pour empêcher tout risque de détérioration. Clémence Richard, de la Cimade, qui a pu visiter les locaux y a vu « le paroxysme de la déshumanisation » : isolement des retenus dans chaque module de vie, portes vitrées ne empêchant toute intimité dans les chambres, caméras de surveillance. « Le risque est que les grèves de la faim, les automutilations et les tentatives de suicide se multiplient », regrette cette intervenante qui rappelle que les personnes placées en rétention sont déjà « dans une situation de grande anxiété».
Les pistes de décollage : un avion passe au dessus du centre toutes les minutes

A quelques mètres des pistes de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le Mesnil-Amelot 2 se situe dans un couloir aérien très dense : en moyenne, un avion passe toutes les minutes au-dessus du centre. Au point que le terrain était jugé inconstructible jusqu’en juillet 2008, date d’une délibération du conseil municipal modifiant le Plan d’Exposition au Bruit pour permettre la construction du CRA. Outre les conséquences sur la santé, ces nuisances sonores ne seront sûrement pas sans effets sur des retenus déjà fortement stressés par leur possible expulsion.
Les clôtures de sécurité : quadrillage sécuritaire

Une double enceinte entoure l’ensemble du centre : hauts grillages, barbelés, haies épineuses et chemin de ronde. L’intérieur et les alentours sont truffés de caméras de surveillance et de détecteurs de mouvements. Adepte des euphémismes, le ministre de l’Immigration continue à parler de «prestations hôtelières» pour les centres de rétention qui ont pourtant toutes les caractéristiques du monde carcéral.
Le « village judiciaire » : une « justice d'exception » à l'intérieur du centre

A partir de juillet 2010, les audiences du juge des libertés et de la détention (JLD) du tribunal de Meaux seront délocalisées à l’intérieur du Mesnil-Amelot 2. Attenant au centre, le village judiciaire comptera deux salles d’audience. « Pourquoi les étrangers seraient jugés en dehors des palais de justice ? » s’interroge Marianne Lagrue, du Syndicat des avocats de France qui dénonce la création d’une «justice d’exception». Pour Patrick Henriot, du Syndicat de la magistrature, ces salles d’audience délocalisées « contreviennent à l’un des impératifs d’un procès équitable : la publicité des débats » : « Ceux qui auront le courage d’aller jusqu’au centre ne pourront accéder aux salles d’audience qu’après un contrôle d’accès par badge et détecteur volumétrique ». Éloigné de tout regard, le JLD devra travailler à flux tendu : un centre de 240 places représente quarante arrivées par jour en moyenne, soit autant de « dossiers » à traiter. Dans ces conditions, les associations craignent un traitement « expéditif et superficiel » des dossiers.
L'« unité familiale » : deux bâtiments réservés aux enfants et à leurs parents

Au sein du Mesnil-Amelot 2, deux « unités de vie », soit 40 places, sont réservées aux familles. Du jamais vu. « Soit le gouvernement gaspille l’argent public et ne compte pas remplir ces places, soit il envisage de lancer une chasse à l’enfant à grande échelle », s’inquiète Richard Moyon, du Réseau éducation sans frontières. La législation interdit l’expulsion des mineurs mais autorise, depuis 2005, leur placement en rétention sous prétexte de ne pas séparer les familles. Cet enfermement n’est pas sans conséquences : irritabilité, troubles du sommeil et de l’alimentation, mutisme... La défenseure des enfants elle-même préconise « l’assignation à résidence des familles avec enfants plutôt que le centre de rétention ».
Un centre hors la loi

Selon le Code de l’entrée et du séjour des étrangers, la capacité d’accueil des centres de rétention ne peut dépasser 140 places. Pour contourner cette législation, le ministère de l’Immigration a fait construire deux centres limitrophes, de 120 places chacun. En 2008, le contrôleur général des lieux de privation de liberté s’inquiétait de «la fiction de «plusieurs centres» placés en un même lieu». Une inquiétude reprise par la Cour des comptes en 2009 : «Le nouveau projet du Mesnil-Amelot va entraîner une concentration massive de retenus dans le secteur, avec de grands risques d’effets néfastes». Pour la haute juridiction, «il peut être considéré qu’au-delà de 80 places, le CRA devient une sorte «d’usine à éloigner» peu propice à l’attention individuelle que doit recevoir chaque retenu». Plusieurs associations, dont la Cimade, ont déposé un recours contre l’ouverture du Mesnil-Amelot 2 devant le conseil d’État. Sa décision devrait être rendue dans les prochaines semaines.

Paru dans l'Humanité du 29 mars 2010

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans-papiers en marche et en lutte

Message par Largo le Mer 31 Mar 2010 - 12:29





(une production Les Films d'Ici)
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans-papiers en marche et en lutte

Message par Largo le Jeu 15 Avr 2010 - 14:59

Des nouvelles de la CAFDA (sujet du documentaire ci-dessus) :



19h50
Corruption : 4 salariés d'un centre pour demandeurs d'asile en examen



Quatre salariés d'une association soupçonnés d'avoir demandé de l'argent à des demandeurs d'asile en échange de places d'hébergement ont été mis en examen pour corruption, acindiqué vendredi une source judiciaire. Ces quatre personnes -un Russe, un Marocain, un Algérien et un Géorgien-, salariés de la Coordination de l'accueil des familles demandeuses d'asile (Cafda), sont soupçonnées d'avoir réclamé des sommes comprises entre 1.000 et 2.000 euros à des familles pour leur obtenir un logement ou une place en centre d'accueil en région parisienne. Deux des quatre salariés ont reconnu les faits devant la police, a indiqué la source. Les quatre personnes ont été placées jeudi soir sous contrôle judiciaire, avec notamment l'interdiction de se rendre dans les locaux de la Cafda. L'information judiciaire ouverte jeudi pour corruption a été confiée au juge du pôle financier du palais de justice de Paris Jean-Christophe Hullin. Les locaux de la Cafda ont été perquisitionnés par la police mardi en raison de possibles tentatives d'extorsion de fonds "qui auraient été exercées sur des demandeurs d'asile, d'origine tchétchène essentiellement", selon le Centre d'action sociale protestant (Casp), qui gère la Cafda. "Alertée" par des rumeurs, la direction du Casp avait mené une enquête interne en mars 2008 qui n'avait pas permis de confirmer ou d'infirmer ces bruits. Elle avait ensuite demandé une inspection à la Ddass avant de porter plainte contre X le 9 octobre 2008 auprès du procureur de Paris à la suite d'une "résurgence des rumeurs". La Cafda est la première plate-forme française d'accueil, d'orientation, et d'accompagnement de demandeurs d'asile en famille, selon le Casp.


http://lci.tf1.fr/filnews/france/corruption-4-salaries-d-un-centre-pour-demandeurs-d-asile-en-examen-5690931.html

(jetez un oeil aux commentaires. Elle est glorieuse la France des spectateurs de TF1...)
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans-papiers en marche et en lutte

Message par Largo le Mer 2 Juin 2010 - 11:40

Dimanche 6 juin se tiendra dans l’allée du Square Louise Michel qui longe la rue Ronsard (pied du Sacré Coeur) un événement festif et solidaire. :
UN VIDE GRENIER ET UN PIQUE NIQUE AVEC ANIMATION MUSICALE

Cet évènement est organisé par le réseau de soutien militant et politique du 18e aux travailleuses et travailleurs sans papiers en grève depuis octobre 2009 et par le Réseau Education sans frontières des 8e, 9e, 17e et 18e arrondissements.

Dans un quartier marqué par l’histoire du peuple de Paris, cette journée solidaire prolongera les nombreuses manifestations de soutien des habitantes et habitants du Nord-Ouest de Paris aux parents d’enfants sans-papiers arrêtés, emprisonnés en centre de rétention, menacés d’expulsion, voire expulsés. Elle sera un moment d’échange et de partage avec les grévistes engagés depuis 8 mois dans une lutte courageuse et exemplaire, qui demandent des critères clairs et objectifs pour la délivrance d'autorisations de travail et de séjour aux travailleurs migrants et la fin du règne de l'arbitraire en préfectures.

Dans ce beau cadre de verdure, face à la halle saint Pierre, de 11H à 18H, les visiteurs pourront, sur fond d’animation musicale, chiner quelques objets dont le produit de la vente ira directement aux travailleurs en grève. Ce sera aussi l’occasion pour tous ceux qui le souhaitent de venir partager petits plats, gourmandises, et boissons en prenant le temps de mieux se connaître, de comprendre les raisons de cette lutte et les situations de chacun et, pourquoi pas, de rire ensemble !

- VIDE-GRENIER : bibelots, vaisselle, vêtements, musique, etc. Chacun est invité à apporter entre 10h et 11h ses objets directement sur place.

- PIQUE-NIQUE : repas partagé et convivial, nous comptons sur toutes et tous pour apporter boissons et friandises.

Au programme musique :
- PAVE
- Guyom Touseul
- Frederic Truche

Organisent et soutiennent cette journée : RESF NORD-OUEST (8e, 9e, 17e, 18e), Le FRONT DE GAUCHE 18ème (PARTI DE GAUCHE , PCF,GU, FASE, CUGAL, Alternative citoyenne), LDH (section Paris 18), CSU 17ème, NPA18ème, VERTS 18ème, PS18ème

EDIT :Tout le monde participe, même le Ministère de la régularisation des sans-papiers, hé hé...
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans-papiers en marche et en lutte

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum