blogs forums sites revues le reste

Page 15 sur 29 Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16 ... 22 ... 29  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Invité le Sam 7 Avr 2012 - 1:05

Ben oui, je me suis cassé, comme je l'ai annoncé.

Passke je voulais pas lire, du moins pas "immédiatement", la pensée profonde de bosse de nage dont je pressentais confusément la teneur.

Cette pensée profonde, médiatement communiquée, la voici:


" non Jerzy : l'apparition virtuelle est profondément discontinue et sabre toute historicité du sujet "


Alors ça, c'est formidable. Et c'est mystérieux. C'est aussi mystérieux que le mystère du mec mystérieux.
Nous passons bien du temps, ici, à méditer, à articuler ces problèmes, à tenter de dépasser les vieilles oppositions métaphysiques, cette métaphysique de la présence, entre actuel et virtuel, présence et absence, authenticité et simulacre, origine et copie, propre et impropre, champ et hors-champ, phonè et écriture, etc etc etc.

Nous ne parlons même que de ça.

J'avais même écrit ce nième texte sur Bruno Dumont, qui reposait, again and again, ce même problème. De façon, disons, plus simple, plus frontale, mais toujours "en situation".

Problème dont, pour le redire en passant, je tentais encore récemment de rassembler des données, dans un autre texte, d'une façon qui me satisfasse davantage, parce que pas trop confuse, un peu cohérente, provisoirement, mais jamais très longtemps. Puisque la boucle (celle qui permet d'en finir enfin avec la scène de l'écriture, celle qui clôt la représentation, enfin, vers la vraie vie, toute crue toute nue, ce théâtre de la cruauté cher à Artaud), on ne la boucle jamais, et que le problème, il faut le reposer, sans arrêt, de diverses manières...

http://mainoptique.blogspot.com/2012/01/blair-witch-project-daniel-myrick-et.html

Balbanders dit apprécier mon texte sur le film de Bruno Dumont. Il trouve ce texte cohérent, du moins pas confus à ses yeux. J'en suis heureux. Or ce texte, qui n'est certes pas transcendant, et que j'ai torché à la hâte, dans un débat circonstancié ("le cinéma est-il de gauche ou de droite"), ne fait que dire et re-dire la même chose, reposer le même problème.
Ce que je critique vertement chez Dumont, c'est exactement cette vieille mystique oraculaire de la présence, qui transpire, lancinante, dans le discours d'un bosse de nage, cette vieille mystique droitière, catho-bigot (à l'insu de son plein gré, sans doute: ce qu'on chasse par la grande porte a souvent la bonne ruse de revenir par la fenêtre), de la présence, de la chair, de "la chair qui rend présent" (belle intuition, très neuve, de bosse de nage), etc, quasiment à chaque phrase, formule, qu'il cisèle avec bcp d'auto-satisfaction partagée (et faut pas croire, bosse de nage, je le lis, régulièrement, et je suis effaré, littéralement effaré), et que résume parfaitement cette formule, parmi tant d'autres qui disent la même chose :


non Jerzy : l'apparition virtuelle est profondément discontinue et sabre toute historicité du sujet

[qu'est-ce que l"historicité du sujet, un sujet historique. Vaste programme, question ô combien complexe. Une temporalisation qui produit un "sujet"? Un processus historique de subjectivation? Qu'est-ce qu'un sujet, qu'est-ce que l'histoire. Quelles sont leur(s) condition(s) d'apparition, historiques (discontinues) ou anhistoriques.... On sait pas. Mais nous semblons saisir (vaguement) ceci, en passant, avant de retourner bosser: l'historicité du sujet, c'est apparemment pas une virtualité discontinue, ce serait une sorte de "donnée" continue, immédiate, de la conscience, peut-être, comme chez Bergson. Si c'était ça, sait-on jamais, est-ce encore de "l'historicité"? Et peut-on parler de "sujet"?

C'est pas une apparition virtuelle et discontinue de bosse, dont on perçoit l'aileron louvoyer à intervalles discontinus sur la surface des shouts et des boxs, en eaux profondes, le temps du cri du hibou, comme dirait Patricia, qui nous l'expliquera, c'est à craindre. Ni dans sa revue de pensée géniale et profonde - "enculer" - qui encule tout. Avec ses formules amphigouriques et creuses, dont la confusion n'a d'égal que son désir d'enfouir cette confusion - en accusant au besoin les autres de nier, d'arraisonner, la richesse de son "dire" profus. Car oui, on peut le craindre, la "pensée" de la "nage" de notre bosse, un coup hors de l'eau, un coup sous l'eau, discontinue, c'est peut-être une stratégie de nage autant que de dissimulation, un tour de passe-passe, ni vu ni connu j't'embrouille, qui abrite une crainte, en tapinois, d'exposer - s'il se risquait à une exposition plus prolongée - la platitude désolante, fort banale au demeurant, d'une "pensée" confuse, incohérente, pur jeu de et avec les mots, cette génialité par génération spontanée, faite de brics et de brocs confus et confusément intégrés puis remontés, hocus-pocus.
"Pensée" que partagent tant et tant, partout et toujours, de "théoriciens" tellement originaux, indépendants, anti-académiques, auto-intronisés, auto-diktatiques, syncrétiques, déclinaisons de MBK à l'infini, qui ont la bosse du génie à peu de frais. Mais toujours, les impressionnables, au royaume des borgnes qui ne portent pas de perruques, n'y voient que du feu, trouvent ça épatant, étincelant. Un vrai feu de bengale. Ceux qui voient les grosses ficelles, on les qualifiera, au besoin, de ptits instits psycho-rigides, tristement et incurablement rationalistes, normatifs, qui sentent rien, qui sentent pas les choses, qui sentent pas le génie sous les bosses.
On veut bien être gentil, sympa, empathique, tendre même, mais on nous fera pas prendre des courges pour des tournesols, ni des canards domestiques pour les enfants du bon dieu, ni de la sodomisation d'anophèles pour une pratique, vaguement inspirée de Deleuze, de la pensée comme "enculage". Tout ça à cause d'un jeu de mot marrant de Gilles, qu'on a trop pris au pied de la lettre, apparemment.

Le charlatanisme, les charlots, c'est quelque chose qui existe. Et qui se voit, quand on a un minimum de cohérence non confuse dans l'exigence de voir, comme le pif au milieu de la figure. A vrai dire, c'est terrifiant. Tout qui accorde la moindre valeur à une forme de cohérence et d'endurance dans le labeur de penser, d'écrire, sera terrifié par ce salmigondis pseudo-conceptuel, qui compose la littérature de bosse de nage. Donc, bosser, c'est un peu comme dans le sketch des inconnus. Faut distinguer "bosser" et "bosser" comme on distingue le bon et le mauvais chasseur]



Alors je me dis que c'est bizarre, comme dirait l'autre. D'un côté, je lis bosse de nage qui, à l'occasion, défend mollement Derrida contre je ne sais quel cuistre parigot, dans je ne sais quelle revue à la con (faut vraiment avoir du temps à perdre, en effet), qui crache sa bile, sa haine, envers Derrida.
Et Bosse de Nage dit, en somme, quelque chose du genre: ah oui mais non, c'est ben triste, cette prétention, cette connerie, qui consiste à cracher sa haine sur un penseur que manifestement on lit pas, on comprend pas.
Et d'autre part, Bosse de Nage concède, se concède à lui-même, pourrait-on dire, avec cette mansuétude à l'égard de sa propre pensée à bien des égards si juste, si précise, si pensante, en un mot clarifiante, que Derrida, oui bon, c'est quand même une vieille poétisterie heideggerienne, ou quelque chose dans le genre:

Et qu'est-ce qui peut rendre si urgent de publier un pensum anti-intello d'une aussi pesante vulgarité? On peut comprendre que la mausoléification d'une vieille courge heideggerienne énerve ; oui, on peut regretter que sa mort rende plus difficile que jamais le nécessaire exercice d'en couper les vieilles ronces poésardes. Mais il faudrait déjà s'en donner les moyens.


Alors, c'est bizarre, en effet. Doublement bizarre. Bizarre sous deux perceptions:

- d'un côté, nous avons un Bosse de Nage qui se plaint, avec pertinence, d'une certaine haine de la pensée, d'une certaine façon de liquider, expédier, un travail de la pensée, une patience. Et qui nous rappelle, avec justesse et justice, que quand on lit pas Derrida, quand on comprend pas Derrida, on évite de raconter des conneries. Mais qui, de l'autre, avère constamment, non pas qu'il n'est pas "derridien" (on a le droit de ne pas être "derridien", évidemment), mais qu'il ne comprend rien, strictement rien lui-même, à Derrida, et qui en dit pourtant, au lieu de s'abstenir, une grosse... courgette bien épaisse: poétisme heideggerien, un truc du genre... Oui, c'est à se demander, en effet, de quels (petits) maitres, vieux sillons usés, bouclés sur une boucle, bosse se fait la voix, non pas pathé marconi mais pâtée canigou.

(Comme quand y causait de Sartre, de tout le mal qu'a pu faire Sartre, du Sartre "si mauvais écrivain" et "si peu philosophe": et ça, il le disait au nom de Deleuze, en plus. Cf. "il a été mon maître", 1964, repris dans L'Ile déserte: http://anaximandrake.blogspirit.com/archive/2007/09/06/rumor-vicinatis.html
Pis autre part, bosse de nage nous causait de Blanchot, et s'emportait comme un beau diable: nous expliquant qu'il fallait vraiment être un fieffé imbécile, comme Sartre, pour aller s'imaginer que la "littérature" a pour fonction de poser des problèmes philosophiques. (C'est que bosse de nage a le verbe éloquent et cru: il encule à sec tous les poncifs dans ton cul).
Et basse de noge nous expliquait, du haut de sa riche fréquentation de Blanchot Maurice, que chez Maurice, ce qui comptait, la seule chose qui comptait même, existait, c'était le texte. La textualité. Tout se joue dans la textualité, y pas d'extériorité au texte. Et de Nage, bosse, d'invoquer encore Nabokov, qui avait bien compris tout ça, disait-il. L'espace littéraire, nous expliquait prestement Noge de Basse, c'est l'espace du texte. Ceux qui voient pas ça chez Blanchot sont de gros nigauds. Blanchot, il n'en a que faire, des "grosses questions philosophiques" lourdingues: le texte, c'est tout ce qui l'intéresse. Bosse de Nage réduisant Blanchot aux pires stéréotypes de "tout au texte", dans le texte et par le texte, à la vieille sauce pas fraiche d'un structuralisme à la "tel quel", à la feu-Sollers, Ricardou et compagnie. Bref tout ce contre quoi tout Blanchot, tout Derrida, en somme, constituent la plus intense protestation.
C'est que boss qui nage, comme tous les "penseurs" pressés et tous les nageurs qui ne savent plus que l'eau mouille (les "sportifs au lit", comme dit Michaux), aime à changer de "paradigme" comme on change de chemise, selon l'humeur et le mystère de l'instant, les caprices de l'atmosphère, le bleu du ciel à la terrasse d'un café: un jour c'est "tout-texte", le lendemain, c'est "tout-chair". Ce qui est au fond la même chose: une pure présence. Mystique du texte et mystique de la chair allant de pair, comme chez Bruno Dumont, avec tout son folklore afférant.



Et avec bosse, vu que c'est un homme pressé, et qui bosse, et qu'a pas de temps à perdre avec le bavardage insane, discontinu, virtuel, qui sabre "l'historicité" du sujet (aaah, le sujet, le sujet propre, historique, continu, homogène, relativement identique à lui-même, etc), on sait à quoi s'en tenir: il nous révèle régulièrement des vérités trop longtemps oubliées, sédimentées par le vain bavardage virtuel. Il nous rappelle les vertus, les belles vertus, de la présence in vivo, celle des cafetards et des terrasses de cafetards, où il fait bon vivre, où les choses belles et authentiques de la vie s'échangent, entre deux murmures, deux silences, dans ces petites choses évanescentes, si précieuses, faites de gestes, cette grâce fragile, irremplaçable, de l'instant pur, ce moment de vérité où l'être est saisi, dans sa manifesteté concrète, physique, actuelle, intime, riche phonè vibrante trouée de petits lacs de silence, etc etc etc.

Pis Bosse, qui n'a que trop parlé, qui ne s'est que trop sali, impurifié, dans l'anhistoricité discontinue du verbe verbeux virtuel, s'en retourne content, repu, plein de sa substance authentique, vers d'authentiques travaux, noble labeur, dont on devine la préciosité rare. Noble au sens de la noblesse de quelque chose qui ne serait pas vulgaire, bien entendu.

- D'un autre côté, Baldanders trouve, lui, que mon texte sur Bruno Dumont est un texte juste, dont il approuve le sens, qui pourtant dénonce tout ce qui fait la vision du monde, et de l'art, et de la parole, et de la pureté "hors-champ", d'un bosse de nage (tellement "poétisterie heideggerienne", ni au sens de la poétisterie, ni même au sens de Heidegger, mais au sens de la plus vieillotte, la plus pontifiante, métaphysique de la sacralité de l'art... Mais faut croire qu'il s'en rend pas bien compte. Tout pénétré qu'il est de sa bosse, de sa profondeur auto-validante, édifiante, mystérifiante, où chaque mot se dispute quasiment la saisie poiétiquement juste quoique intuitive, oblique, nageante, risquée, en eaux troubles, d'un "je ne sais quoi" de presque indicible...).


Ce sont des choses qui donnent à penser, ouida. Mais on mettra ça sur le compte de ma trop grande émotionnalité: parce que je confuse, émotionnellement, entre le réel et le virtuel, le sens et le non-sens, le clair et le confus, la vie et la fiction, et toutes ces choses...



Dernière édition par jerzy P le Mar 10 Avr 2012 - 10:58, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Eyquem le Dim 8 Avr 2012 - 8:49

hello Jerzy,
"Pensée" que partagent tant et tant, partout et toujours, de "théoriciens" tellement originaux, indépendants, anti-académiques, auto-intronisés, auto-diktatiques, syncrétiques, déclinaisons de MBK à l'infini, qui ont la bosse du génie à peu de frais. Mais toujours, les impressionnables, au royaume des borgnes qui ne portent pas de perruques, n'y voient que du feu, trouvent ça épatant, étincelant. Un vrai feu de bengale. Ceux qui voient les grosses ficelles, on les qualifiera, au besoin, de ptits instits psycho-rigides, tristement et incurablement rationalistes, normatifs, qui sentent rien, qui sentent pas les choses, qui sentent pas le génie sous les bosses.

Donc, bosser, c'est un peu comme dans le sketch des inconnus. Faut distinguer "bosser" et "bosser" comme on distingue le bon et le mauvais chasseur

Il y a un texte amusant de Nietzsche sur les vraies bosses de ceux qui bossent, et les fausses bosses de ceux qui font semblant de bosser :
Nous lisons rarement, nous n'en lisons pas plus mal, - oh ! combien nous devinons vite comment un auteur est arrivé à ses idées, si c'est assis devant son encrier, le ventre enfoncé, penché sur le papier : oh ! combien vite alors nous en avons fini de son livre! Les intestins comprimés se devinent, on pourrait en mettre la main au feu, tout comme se devinent l'atmo­sphère renfermée, le plafond, l'étroitesse de la chambre. -Ce furent là mes pensées en fermant tout à l'heure un brave livre savant, j'étais reconnaissant, très reconnais­sant, mais soulagé aussi... Dans le livre d'un savant il y a presque toujours quelque chose d'oppressé qui oppresse : le « spécialiste » s'affirme toujours en quelque endroit, son zèle, son sérieux sa colère, sa présomption au sujet du recoin où il est assis à tisser sa toile, sa bosse, tout spécialiste a sa bosse. - Un livre savant reflète toujours aussi une âme qui se voûte : tout métier force son homme à se voûter. Que l'on revoie les amis avec qui on a été jeune après qu'ils ont pris possession de leur science : hélas! c'est toujours le contraire qui a eu lieu, hélas! c'est d'eux que, dès lors et pour toujours, la science a pris possession. Incrustés dans leur coin jusqu'à être mécon­naissables, sans liberté, privés de leur équilibre, amaigris et anguleux partout, sauf à un seul endroit où ils sont excellemment ronds, - l'on est ému et l'on se tait lorsqu'on les retrouve. Tout métier, en admettant même qu'il soit une mine d'or, a au-dessus de lui un ciel de plomb qui oppresse l'âme, qui presse sur elle jusqu'à ce qu'elle soit bizarrement écrasée et voûtée. Il n'y a rien à changer à cela. Que l'on ne se figure surtout pas qu'il est possible d'éviter la déformation par quelque artifice de l'éduca­tion. Toute espèce de maîtrise se paye cher sur la terre, où tout se paye peut-être trop cher : on n'est l'homme de sa branche qu'au prix du sacrifice qu'on lui fait. Mais vous voulez qu'il en soit autrement - vous voulez payer « moins cher », vous voulez que ce soit plus facile -n'est-ce pas, Messieurs mes contemporains? Eh bien! allez-y! Mais alors de suite vous aurez autre chose, au lieu du métier et du maître vous aurez le littérateur, le littérateur habile et souple qui manque en effet de bosse -si l'on ne compte pas celle du gros dos qu'il fait devant vous, comme garçon de magasin de l'esprit et comme « représentant » de la culture -, le littérateur qui au fond n'est rien, mais qui « représente » presque tout, qui joue et « remplace » le connaisseur, qui, en toute humilité, se charge aussi de se faire payer, vénérer et célébrer à sa place. - Non, mes amis savants! Je vous bénis, même à cause de votre bosse. Et aussi parce que vous méprisez, comme moi, les littérateurs et les parasites de la culture! Et de ce que vous ne savez pas faire marché de votre esprit! Et de ce que vous n'avez que des opinions qui ne peuvent s'exprimer en valeur d'argent ! Et de ce que vous ne représentez pas ce que vous n'êtes pas ! Parce que vous n'avez pas d'autre volonté que de devenir maîtres dans votre métier, en respect de toute espèce de maîtrise et d'excellence, et en aversion radicale de tout ce qui n'est qu'apparence, demi-vérité, clinquant, virtuosité, façons de démagogues et de comédiens in litteris et artibus - de tout ce qui ne peut pas se présenter devant vous avec une probité absolue dans sa préparation et ses moyens!

(Le gai savoir, §366)

avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Invité le Lun 9 Avr 2012 - 16:39

Dernières niouzes de noce de bâge:

Sa définition du mal, ce serait "séparer le pur de l'impur". C'est pourkwaa bâse de noch, qui ne craint ni la saleté ni la contamination, ni l'exposition prolongée de son génie clandestin immaculé, et préfère se lover tout "safe" dans son terrier et s'y auto-valider en enculant tout, y va pas lire le forum des spectres, déjà qu'il perd trop de son temps précieux sur enculture. Et c'est pas gentil pour eux, de le leur rappeler si souvent, qu'il perd son pur temps en leur compagnie (discontinue).

Ah oui: un des rares petits inconvénients de la vie de province, paraîtrait-il, c'est qu'on manque, foutremerdre, l'exposition Artemisia au musée Maillol. Faudrait être complètement tireli-couin-couin pour manquer ça.
Fin bon y en a un beau au Tessé, pas trop loin de chez ouam (z'avez-vu, je faisai du verlan parce que je suis trop cool). Sinon, quwoaa, faut la pister, Artemisia: Bologne, Rome, Florence. Je croââs en avoir vu un à Londres, mais je suis plus très swûûer. Bon, je retourne behaûsser...

Prout-prout. La vérité en peinture...

Oh le mec eh.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Eyquem le Dim 22 Avr 2012 - 13:57

La véritable élection aura lieu cet été :

This summer Sight and Sound, the magazine of the British Film Institute, will issue the seventh edition of their international poll of critics and directors on the greatest films of all time. While there have been plenty of lists and polls of this kind conducted over the years by innumerable publications, websites and other outlets, the Sight and Sound poll occupies a special place among them. It polls a select number of participants that rank among the most respected authorities on film (the 2002 edition polled 145 critics and 108 directors). To my knowledge it is the longest-running poll of its kind, having first been conducted in 1952, and conducted only once every ten years.
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Eyquem le Mar 24 Avr 2012 - 18:20

Je lis depuis quelques numéros, et c'est vraiment très bien :



Dans ce numéro, il y a notamment un entretien avec Arlette Farge, le récit de l'odyssée de Keita du Mali à la Suisse en passant par la Lybie, un article sur le recours de plus en plus massif à "l'outrage à agent de police", etc.

En plus, niveau maquette et dessin, c'est hyper inventif.

J'y pense, car le dernier vient de sortir, avec une couverture assez poilante :









http://www.article11.info/
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par careful le Mar 24 Avr 2012 - 18:56

Salut Eyquem,

Spoiler:

Justement heureux j'étais de trouver hier, dans une supérette Casino, le numéro de Février- Mars, alors que j'avais pété un ridicule scandale lorsque les dites "librairies pointues" de Toulouse me faisaient tout un baratin autour de la non rentabilité blabla...vous voyez ? "Veuillez revenir dans 2 semaines...Non, revenez dans 20 jours, laissez un message sur notre répondeur...Non,nous pouvons plus le distribuer, faute de vente(s)..."

Carton, l'année dernière, avait parlé de ce journal.
Je crois, que depuis, GM et Carton, ont quelques réserves à présent. Certes Smile

http://enculture.free.fr/viewtopic.php?t=658&highlight=article

D'ailleurs Breaker je crois que tu rejoins ces réserves au sujet du numéro que je t'avais envoyé, non ?


Tu as lu, Eyquem, le texte au sujet du gars, homo, en taule ?
Rien encore lu de celui ci pour l'instant.




Dernière édition par careful le Mer 25 Avr 2012 - 22:32, édité 1 fois
avatar
careful

Messages : 687

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Eyquem le Mar 24 Avr 2012 - 19:04

Salut Careful,

Tu l'as lu, Eyquem, le texte au sujet du gars, homo, en taule ?
dans le numéro de février mars ? Oui.


C'était sur quel sujet, les réserves de Carton, GM, Breaker ?
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par GM le Mer 25 Avr 2012 - 6:00

(aucune réserve pour ma part sur cette revue que je lis depuis son premier numéro, je recommande aussi chaudement Le Tigre et L'Impossible)

GM

Messages : 94

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par careful le Mer 25 Avr 2012 - 12:13

Ah mince, sorry. C'était plutot sur le Tigre alors ,non ?
C'est si loin dans mes souvenirs Surprised
avatar
careful

Messages : 687

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par GM le Mer 25 Avr 2012 - 17:55

Pas davantage.

GM

Messages : 94

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par careful le Mer 25 Avr 2012 - 19:32

lol

Ok, je reviendrai d'ici 13 ans. Le temps de prendre des vitamines pour ma mémoire.
avatar
careful

Messages : 687

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Largo le Mer 25 Avr 2012 - 22:14

Sur vos bons conseils, je me suis abonné à Article 11 donc, puisque je ne le croise à peu près jamais en kiosque (contrairement au Tigre)
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Borges le Lun 30 Avr 2012 - 8:41

A "00:52:29", aujourd'hui, Badlanders s'est posé deux questions vraiment importantes : Zohiloff a-t-il aimé? En a-t-il parlé?




avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Invité le Mer 2 Mai 2012 - 16:35


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Largo le Jeu 17 Mai 2012 - 15:40

So Foot et Capricci lancent So Film, début juin : http://www.sofilm.fr/

Skorecki et Moullet sont de la partie.

Bien curieux de lire ça.
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Invité le Jeu 17 Mai 2012 - 17:00

Capprici se développe.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Borges le Jeu 17 Mai 2012 - 18:30

raconter le cinéma, c'est une très bonne idée, mais faut du talent, des écrivains...
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par IQI le Sam 19 Mai 2012 - 8:49

Un commentaire à l'article du Figaro sur la remise en liberté conditionnelle de Rouillan :

si l'échelle est identique sinon pire, Staline a fait déporter et tuer une centaine de millions de personnes.

Qu'importe que l'URSS ne comptait que 150-200 millions d'habitants entre 30 et 40, l'emballement quant aux lourds méfaits des dictatures communistes conduit à une énormité plus grosse qu'elle.

Commentaires amusants, dans l'ensemble, où se redonne à constater la puissance du dogme du monopole de la violence légitime par l'Etat- quand on "feuillette" - pour être honnête, le cours de PB sur l'Etat, c'est éloquent.

Tel que les gens en parlent, c'est encore plus qu'un crime, c'est un crime contre la raison d'Etat qui est commis via l'assassinat ciblé, semblable au parricide - pour tracer vers les catégories de Legendre. Y avait eu un article de cette odeur il y a quelques années, sur le 11 septembre, disant que les terroristes étaient "symboliquement" des parricides.

http://plus.lefigaro.fr/article/action-directe-rouillan-en-liberate-conditionnelle-20120518-937522/commentaires?page=2

Ces trucs là (comparaisons nazisme/communisme) vont pas s'arranger.

IQI

Messages : 66

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Largo le Sam 19 Mai 2012 - 13:10

Kaganski se chauffe contre l'édito de Delorme dans le dernier numéro des Cahiers : http://blogs.lesinrocks.com/kaganski/2012/05/19/cahiers-du-cinema-etat-critique/
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Eyquem le Sam 19 Mai 2012 - 14:01

salut Largo,
L'éditorial de Delorme ressemble à ceux de Positif (le critique comme guide, vers les vrais films).

Mais dans son article suivant, il s'en prend aux "experts" : le critique comme guide, c'est pas un "expert" ?
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Largo le Sam 19 Mai 2012 - 14:08

J'ai pas lu son article mais oui, il continue à nous faire le coup de la critique prescriptrice qui voit venir les bons films à la jumelle du haut de sa tour d'ivoire, c'est ridicule. Du reste j'ai arrêté de les acheter pour de bon.
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Invité le Sam 19 Mai 2012 - 14:40

Kaganski a écrit :

Benoit Jacquot (dont Les adieux à la reine n’ont pas plu non plus aux Cahiers)




il aurait plus manqué que ce nanar plaise au cdc !

sur ce point il perd une occasion de se taire.

ce qui est sûr est que je ne lis jamais les inrock pour choisir les films que je vais voir. on dirait qu'il parle d'une place privilégiée visible à 360 °. on rêve !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Eyquem le Sam 19 Mai 2012 - 15:03

Dans "Les experts (de la poudre aux yeux)", il débine (avec raison) Drive et La Taupe, et Millenium (que je n'ai pas vu). Mais les oppositions sont convenues, pas vraiment mises à jour.

Extraits :

- geek contre cinéphile
"Le cinéma qui arrive est le produit de la culture geek. Et le cinéma de geek n'est pas un cinéma de cinéphile. Le geek est une figure d'expert, tandis que le cinéphile est une figure d'amateur, du moins tel que, de Bazin à Daney, le cinéphile s'est construit. Le geek sait et il montre qu'il sait. Il compte et il exclut. Et il adore les signes de reconnaissance. La cinéphilie, c'est l'art d'aimer, pour reprendre le titre définitif de l'ouvrage de Jean Douchet."


- maîtrise contre émotion
"La maîtrise est forcément la grande affaire de ces films (...) Le cinéma a besoin d'air et la maîtrise peut être le pire des défauts, c'est tout ce que nous a appris le cinéma moderne, de Renoir à Rossellini. Ce qui échappe à la maîtrise, c'est précisément la vie, l'idée, l'émotion, tout ce qui fait qu'un film respire et n'est pas un produit.


- manque d'âme contre monde humain
"Derrière leur obsession d'impressionner, de séduire et d'intimider, ces films manquent d'audace parce qu'ils manquent d'âme. (...) Si le monde est tout ce qui a trait à l'humain, avouons que, plus encore que le cinéma, c'est ce monde qui nous manque aujourd'hui."



Bon, est-ce que c'est vraiment utile d'aller chercher Renoir et Rossellini pour parler de Fincher ?

Il aurait dû différencier "experts" et "experts".
Par exemple, il écrit au début de son article :
"L'expert est le spécialiste qui connaît son domaine par coeur, quitte à avoir un regard de taupe sur le reste (le monde, les humains). Il va vite, il sait faire, il contrôle."
Savoir faire vite, "assurer", (les mômes, aujourd'hui, diraient : "gérer"), qui n'en a pas envie ?
Est humain ce qui est "pataud", continue-t-il. Bof : c'est pas super sexy comme destin de l'humanité.

"Contrairement aux grands films sur les experts (Conversation secrète par exemple, qui influence La Taupe et Millenium), l'aliénation de l'expert n'est pas questionnée. A savoir son humanité, son autisme, son rapport aux autres (les autres n'existent pour ainsi dire plus)."
Je n'aime ni La Taupe ni Drive, mais il me semble qu'on ne peut pas leur reprocher de ne pas mettre en question cette "aliénation", vu que les personnages sont justement filmés comme des zombies, des fantômes, qui ont tout sacrifié, tout perdu.

avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Invité le Sam 19 Mai 2012 - 16:28

oui mais voila c'est lui Delorme qui est aux manettes et que les cdc n'aillent pas chercher renoir et rossellini c'est comme si le forum des spectres n'allait pas chercher ... qui, au fait ? de vieux philosophes de service ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Invité le Sam 19 Mai 2012 - 16:32

y'a une manière de réagir vite fait bien ou mal fait qui n'est pas dans la culture forum qui pourtant court toujours après.

c'est une contradiction. le forum c'est comme cannes c'est un monde clos.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: blogs forums sites revues le reste

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 15 sur 29 Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16 ... 22 ... 29  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum