Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Page 6 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par Invité le Mar 3 Nov 2009 - 17:36

Pourtant, dans le fameux épisode de la bataille de livres sur la plage de Pinocchio, Eugenio ne se transforme pas en âne contrairement à Pinocchio, il se fait assommer par un des livres du pantin. lol

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par ^x^ le Mar 3 Nov 2009 - 17:46

http://www.independencia.fr/indp/5.9_DEXTER_S04E01.html

?!

Je ne comprends rien à cela; quel est le but de pondre un article (oui article) insignifiant sur une série insignifiante lorsqu'on se "dit" critique ?

Il existe bien ds l'hexagone un critique qui aurait écrit un texte conséquent, majeur, récent, autour ou sur une(des) série(s) conséquente(s) des années 2000 ?

Pr l'instant je n'ai presque rien trouvé.
Quelques bribes.

Tout cela est si prévisible,ennuyant et dogmatique. Tout ce que je lis sur ce sujet. Presque.
Je m'en veux de ne pas avoir de talent pr ça parfois,lol
avatar
^x^

Messages : 609

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par Borges le Mar 3 Nov 2009 - 18:06

careful a écrit:
Je m'en veux de ne pas avoir de talent pr ça parfois,lol

LOL

C'est que t'es peut-être seulement un génie

"l'homme de talent fait ce qu'il veut, le génie ce qu'il peut".

Wink
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par ^x^ le Mar 3 Nov 2009 - 18:17

Laughing

Alors, finalement, on a jamais vraiment tranché entre Gide ou Meredith ?

On pourrait traduire par « le génie fait ce qu'il doit, et le talent ce qu'il peut. »

Décortiquons les deux énoncés. Dans le cas de Gide, il faut entendre qu'il faut se «débrouiller» avec le génie, qu'on ne le commande sans doute pas étant considéré plus grand que soi. Alors qu'avec le talent, plus malléable, il nous permet de faire ce qu'on peut.

Le sens de Meredith est un peu le même : le génie étant au dessus, on ne peut le déconcerter. Il est maître de nous. Le génie fait ce qu'il doit faire avec l'homme. Et le talent, seulement ce qu'il peut.

Dans le cas de Gide, l'homme fait ce qu'il veut faire avec le talent, mais ne pourra dépasser cette limite.

Que conclure de tout cela ? Ma foi, que Gide aurait lu Meredith et l'aurait mentalement traduit m'apparaît une hypothèse plausible. Or, en vérifiant dans le journal de Gide, j'y trouve plusieurs entrées sur Owen Meredith. Gide en était donc un lecteur, ce qui expliquerait son « Je ne sais plus de qui ce mot admirable. »

À moins que l'on ne me trouve la phrase exacte dans une oeuvre en français, je vais considérer ma conclusion comme étant seule valable.

J'habite rue André Gide. Donc c'est Gide,et basta Laughing
avatar
^x^

Messages : 609

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par Invité le Mar 3 Nov 2009 - 18:55

"(...) Sur le seuil de la non-connaissance, Moi doit déposer ses propriétés, il doit s'émouvoir. Et la passion est cette corde tendue entre nous et Genius sur laquelle se promène notre vie funambule. Bien avant que nous nous étonnions du monde à l'intérieur de nous, ce qui nous émerveille et ce qui nous frappe est la présence en nous de cette partie à jamais immature, infiniment adolescente et qui hésite sur le seuil de chaque individuation. Et c'est bien ce gamin évasif, ce puer qui s'obstine à nous jeter vers les autres dans lesquels nous ne cherchons rien que l'émotion restée en nous incompréhensible, en espérant que par miracle elle s'éclaircisse et s'élucide dans le miroir de l'autre. Si contempler la jouissance et la passion de l'autre constitue l'émotion suprême, la première politique, c'est parce que dans l'autre nous cherchons cette relation avec Genius que nous sommes incapables d'affronter seuls, notre délice secret et notre hautaine agonie. (..)"

G. Agamben, "Genius".

Dédicacé aux cinéphiles et autres sériphiles ! Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par ^x^ le Mar 3 Nov 2009 - 20:25

ça me parle ça!
G. Agamben, "Genius".
Je note.Wink




Et cela aussi:
Borges a écrit:
Il serait bon que l'on reparte depuis la citation de Daney donnée par Erwan et redonnée par Careful, qu'on approfondisse cette idée du temps du retour, du revenant, et de la revenance...ce serait cette temporalité qui ferait la différence dans la série, de la série. Si la série va vite (en elle-même), elle revient, par contre... elle prend du temps dans le temps de sa donation... deux régimes du temps, de la temporalité (5 secondes, dans la série, intratemporalité), des années dans le temps du retour...le temps d'une autre subjectivation...d'un autre mode de la pensée... alors la série, c'est ce qui ne donne pas le temps de penser, pour se donner le temps de revenir, d'(y) revenir, à elle, et bien entendu à la pensée, au fait que l'on ne pense pas, que l'on n'a pas le temps de penser; c'est comme quand on dit, "j'ai pas le temps, mais j'(y) reviendrai"... à quoi, à la pensée, plus tard; je pense ici, comme Daney, à Proust; Daney, je crois dans le temps de ce retour fait allusion au temps mythique du retour de la mère, à la scène du baiser, je penserai plutôt au temps de Swann, qui remettait toujours à plus tard, la pensée, l'approfondissement d'une chose, d'une idée, d'une sensation... se promettant d'y revenir, mais gâchant sa vie finalement, et ne créant rien, n'atteignant aucune vérité, sinon celle du temps passé, perdu, du temps gâché...Cela nous le savons tous, que la télé est la perte du temps, le moment de l'absence de la pensée, de l'absence de vie... mais en même temps, il y a cette idée de retour, de revenance, qui n'est pas seulement celui de la perte du temps, du manque à la pensée, ou de la pensée, mais quelque chose d'autre... c'est ce qu'il faut penser, depuis l'un ou l'autre exemple, et cela ne sera pas la même chose, même si c'est toujours d'une même idée, de l'idée même de revenance qu'il sera question....identité, et différence, répétition et différence....

Que de pistes.
avatar
^x^

Messages : 609

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par DB le Mer 4 Nov 2009 - 9:28

Borges a écrit:
On peut lire ça sur le site des "Indépendants", des conneries comme ils les aiment sans une seule seconde penser ce qu'ils écrivent; ici, c'est, ER, qui peut prétendre au titre du roi des ânes de la critique.

Un peu gratuit toutes ces insultes.
avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par Borges le Mer 4 Nov 2009 - 13:09

David_Boring a écrit:
Borges a écrit:
On peut lire ça sur le site des "Indépendants", des conneries comme ils les aiment sans une seule seconde penser ce qu'ils écrivent; ici, c'est, ER, qui peut prétendre au titre du roi des ânes de la critique.

Un peu gratuit toutes ces insultes.

Pas seulement "un peu", c'est absolument gratuit; j'imagine pas une seule seconde ER me payant pour l'insulter.
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par lorinlouis le Mer 4 Nov 2009 - 13:37

Borges a écrit:
Pas seulement "un peu", c'est absolument gratuit; j'imagine pas une seule seconde ER me payant pour l'insulter.

Ce serait trop beau... Laughing
avatar
lorinlouis

Messages : 1691

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par Largo le Mer 4 Nov 2009 - 17:44

David_Boring a écrit:
Borges a écrit:
On peut lire ça sur le site des "Indépendants", des conneries comme ils les aiment sans une seule seconde penser ce qu'ils écrivent; ici, c'est, ER, qui peut prétendre au titre du roi des ânes de la critique.

Un peu gratuit toutes ces insultes.

"(...) Alors une faculté pitoyable se développa dans leur esprit, celle de voir la bêtise et de ne plus la supporter"

Depuis que j'ai lu cett phrase, j'y repense souvent. C'est dans Bouvard et Pécuchet, lol.
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par Borges le Mer 4 Nov 2009 - 18:17

Dans le séminaire "la bête et le souverain" Derrida analyse des tas de discours sur la bêtise...

qui veut faire le souverain fait la bête


qui, quoi?


C'est toujours trop facile


avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par DB le Mer 4 Nov 2009 - 21:02

Alors, un peu facile toutes ces insultes Laughing

Déja qu'on a un JM !
Razz
avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par Borges le Jeu 5 Nov 2009 - 0:07

Je n'avance jamais rien que je ne prouve; si je dis que ER raconte des âneries, je peux le montrer.





Ma bêtise, j'en suis jamais conscient, au moment où je suis bête, c'est aux autres à me la dire, révéler... ou à moi même, devenu autre, changé...C'est tout bête, c'est bête à dire, mais c'est pourtant vrai.



avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par adeline le Ven 6 Nov 2009 - 23:54

Tu parlais du Dr Housse, Borges.

Ici : http://intimedia.kaywa.com/t233l233vision/docteur-schizo.html, un bloggeur y voit du Rancière. Mais c'est dans la saison 5, je ne sais pas quelle saison tu as regardé ? Celle qui passe en ce moment sur tfin ?

Il y a certaines autres séries dont personne n'a parlé encore : Beverly Hills et Melrose Place, et les autres dans le genre (mais y en avait-il d'autres dans le genre ?) Moi c'est avec Beverly Hills que j'ai découvert le concept de pilote pour une série.

Vraiment je devrais faire une vraie typologie, en définissant certaines catégories et tout, pour y voir plus clair. Parce qu'on commence à s'embrouiller avec toutes ces séries...

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par Borges le Lun 9 Nov 2009 - 17:02

adeline a écrit:Tu parlais du Dr Housse, Borges.

Ici : http://intimedia.kaywa.com/t233l233vision/docteur-schizo.html, un bloggeur y voit du Rancière. Mais c'est dans la saison 5, je ne sais pas quelle saison tu as regardé ? Celle qui passe en ce moment sur tfin ?

Hello

Encore un âne de la critique; c'est bientôt la fin de l'année, faudra que l'on décerne les ânes d'or des Spectres.



Rancière a souvent critiqué "l'image du médecin", de la médecine, quand il s'agit de comprendre les choses, le monde, la politique....

Ici : par exemple,



"L'ordre consensuel se représente comme celui de la grande famille où les chefs sont d'abord des médecins attentifs à tous les symptômes d'une maladie qui couve, voire même d'un mal-être susceptible d'engendrer des fantasmes dangereux pour la santé collective. Le risque de consacrer un faux symptôme est alors moindre que celui d'en rater un vrai, et surtout que celui de ne pas paraître s'intéresser aux symptômes. Le souci paternel des gouvernements est ainsi en harmonie avec l'activité d'une société inlassablement occupée à la tâche de son auscultation et de son auto-interprétation. L'essentiel c'est qu'il y ait toujours des événements à interpréter, toujours des symptômes à déchiffrer. "


Bon, il est vrai que House n'a rien d'un bon père de famille, et qu'à sa manière (incorrecte), il est plutôt contre le consensus (comme Eastwood, ou Finkielkraut, ou zemmour, et bien d'autres... )
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par Largo le Mar 10 Nov 2009 - 9:38

http://www.telerama.fr/techno/hbo-imagine-a-l-internaute-de-contruire-sa-fiction,49224.php

Le livre dont vous êtes le héros a encore de beaux (?) jours devant lui. Wink
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par adeline le Mer 18 Nov 2009 - 9:40

En ce moment, le lundi soir, je regarde un peu Dr Housse. Comme le dit Borges, il doit être pensé pour plaire aux filles Wink
J'ai relu ce que disait Sébastien Bénédict sur un des épisodes de la saison 5. En ce moment, c'est la deux qui passe. Il est donc tout à fait possible qu'un retournement soudain durant la saison quatre rende ce que je vais dire caduc.
L'idée du "maître ignorant" ne marche vraiment pas du tout pour Housse, même s'il est vrai qu'il souffre comme ses patients, et que Wilson le met face à ses contradictions comme Housse le fait avec ses patients.
Mais le truc important, et que je trouve assez crade, c'est la manière dont le patient est supposé mentir. Aux médecins, à sa famille, à lui-même. Et la manière dont Housse, et lorsqu'il se compare à Dieu dans un épisode, il illustre ça parfaitement, s'arroge le droit de s'immiscer dans la vie privée, dans les maisons, dans la tête du patient, pour le "dévoiler". On retrouve ce que Borges disait de la différence en dévoilement et révélation. Housse, au prétexte de sauver la vie des gens, ce qui est certes un bon prétexte, est dans une position de pouvoir et de domination absolus sur ses patients. Il sait, non seulement d'un savoir scientifique objectif, mais il sait aussi ce que le patient ne sait pas ou tait de sa propre vie. Il est un confesseur qui dispose d'une arme bien plus forte que l'idée hypothétique du paradis ou de la vie éternelle, il promet la vraie vie. "Allez-vous enfin dire la vérité pour sauver votre fille ?" On est vraiment loin de l'égalité de intelligences de Rancière, si on regarde la série sous l'angle de cette domination-là.

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par Borges le Mer 18 Nov 2009 - 11:13

Hello Adeline
C'est bien, il faut suivre; tu nous raconteras.

C'est ça, le truc avec les séries : il y a des saisons.

Housse est détective, médecin, prêtre.... tout cela appartient à la même configuration du dévoilement, des indices, signes...

(en plus il souffre, le must pour les filles et les aristotéliciens; un médecin qui souffre, c'est mieux qu'un Rambo qui se soigne lui-même (le rêve de Kant, et de bien d'autres...)
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par DB le Mer 18 Nov 2009 - 17:54

adeline a écrit:En ce moment, le lundi soir, je regarde un peu Dr Housse. Comme le dit Borges, il doit être pensé pour plaire aux filles Wink

Pourquoi ?
avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par adeline le Mer 18 Nov 2009 - 20:05

Ben, Borges le dit plus haut, non ?

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par DB le Mer 18 Nov 2009 - 21:09

adeline a écrit:Ben, Borges le dit plus haut, non ?

Non mias toi pourquoi tu trouves qu'il plairait aux filles ?
avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par adeline le Mer 18 Nov 2009 - 21:52

Dr Housse ? Un peu pour les mêmes raisons que le dit Borges en fait, c'est un peu le type d'homme qu'on a envie d'aider, d'aimer, de ramener à la légèreté et à la beauté de la vie. On se dit, c'est un cœur tendre sous ses airs de rustre détaché de tout, etc. Il souffre et c'est car il souffre qu'il est de mauvaise humeur, ça donne envie d'appaiser sa souffrance. Exactement comme Cameron en fait. Des trucs un peu débiles de rêve de petite fille quoi Wink

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par DB le Ven 20 Nov 2009 - 10:50

Pourquoi débile ? au contraire.





Mario Van Peebles va réaliser un épisode de la série LOST...
avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par adeline le Mer 25 Nov 2009 - 8:11

En voilà qui fait des études pas débiles du tout et très sérieuses :

http://bienbienbien.net/2009/11/23/sociopolitique-des-heros-de-series/

Pas encore tout à fait lu, je ne sais pas ce qu'il raconte, mais c'est impressionnant ce sondage !

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par lorinlouis le Mer 25 Nov 2009 - 12:42

Et les séries d'animation ? On n'en parle pas des séries d'animation ? Wink
avatar
lorinlouis

Messages : 1691

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi les spectres ne parlent pas des séries?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum