36 vues du Pic saint Loup

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

36 vues du Pic saint Loup

Message par jll le Ven 25 Sep 2009 - 7:04

Hello,

Pourquoi le film dure si peu ?
Pourquoi le pic saint Loup ? C'est où ? En face de la montagne sainte victoire ? Rivette s'y interesse t-il particulièrement ?
Pourquoi 36 vues alors que l'on en voit que trois au quatre ?
Y a-t-il eut des articles un peu dense sur le sujet ?

jll

Messages : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Largo le Ven 25 Sep 2009 - 11:08

Je sais pas mais ça a beau être court j'ai pas tenu jusqu'au bout (et c'est chose rare !). Je dois avoir un problème avec le détachement des grands anciens, j'sais pas, lol.

Les monologues à voix haute de Jane Birkin, ses moues hideuses, c'était vraiment trop pour moi. Même les scènes des clowns étaient ennuyeuses.
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Largo le Ven 25 Sep 2009 - 11:09

(c'est pas très dense, hein, désolé Very Happy)
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Borges le Ven 25 Sep 2009 - 11:12

Largo a écrit: Je dois avoir un problème avec le détachement des grands anciens, j'sais pas, lol.

N'en fais pas une posture, de ce problème; tout de même; on connaît des gens qui se croient très originaux, parce qu'ils ont des problèmes avec Proust, Shakespeare... les Grands anciens...comme tu dis.
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Largo le Ven 25 Sep 2009 - 11:18

Alors on a pas les mêmes Grands anciens. Je parle de "classiques", mais de cinéastes qui sont considérés (certainement pour de bonnes raisons) comme des génies. Et en tant que tel, j'ai un peu l'impression qu'on part forcément du principe que leurs dernières oeuvres sont précieuses, profondes et riches, ce qui fait qu'on ne se pose même plus la question de savoir si le film est réussi ou pas, si ce qui est présenté a vraiment un intérêt. Ca ne va pas forcément de soi, si ?

Je pense à ceux (comme sur Independencia) qui disent que le film d'Oliveira est un film formidable sur la crise et le Portugal d'aujourd'hui, tout ça parce qu'il est question d'un personnage qui gagne et qui perd beaucoup d'argent très vite... Ca me laisse juste un peu perplexe.
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Invité le Ven 25 Sep 2009 - 11:20

Comme pourrait nous dire BC, je l'entends même nous le dire, "on est censé le défendre, Rivette, les Spectres!"

Rivette oublié.

Va falloir y remédier, faire quelque chose d'un peu consistant même si la rumeur dit que son dernier film ne l'ai pas trop, parce qu'on parle pas mal de Rohmer et Oliveira mais BC aurait raison, on a quand même plus de sympathie pour l'ami Rivette par ici !

Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Invité le Ven 25 Sep 2009 - 11:22

Largo a écrit:
Je pense à ceux (comme sur Independencia) qui disent que le film d'Oliveira est un film formidable sur la crise et le Portugal d'aujourd'hui, tout ça parce qu'il est question d'un personnage qui gagne et qui perd beaucoup d'argent très vite... Ca me laisse juste un peu perplexe.

lol , mais je pense que ce texte est aussi une blague, cette fois ils rendent un hommage précieux à Douchet, leur "parrain" !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Largo le Ven 25 Sep 2009 - 11:42

lol Very Happy

Pour revenir à Rivette, c'est vrai que 36 Vues est loin d'avoir retenu l'attention des critiques et de son public supposé. On se souvient pourtant de la discussion passionnante qu'on avait eu sur Ne touchez pas à la hache.

Il n'empêche, je ne vois pas pourquoi on devrait défendre certains cinéastes, par principe. Ne pas oublier Godard : "Dans la politique des auteurs, on a gardé les auteurs et on a oublié la politique" (ou quelque chose comme ça)
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Eyquem le Ven 25 Sep 2009 - 11:53

JM a écrit:
Rivette oublié.
Rivé aux oubliettes


un abonnement au Canard Enchaîné pour qui fait mieux !
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Invité le Ven 25 Sep 2009 - 12:47

Bien vu Eyquem ! Comme quoi, on peut déjà faire pas mal de chose avec des mots ! Wink

Allez Largo, je vois bien ce que tu veux dire, mais bon Rivette, quand même, on a de bonne raisons de continuer à le défendre, d'offrir pas grand chose, notre amitié au moins.. ceci dit, le meilleur moyen de le défendre, c'est d'aller voir son film, ce que je n'ai toujours pas fait !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Borges le Ven 25 Sep 2009 - 12:51

Largo a écrit: Je parle de "classiques", mais de cinéastes qui sont considérés (certainement pour de bonnes raisons) comme des génies. Et en tant que tel, j'ai un peu l'impression qu'on part forcément du principe que leurs dernières oeuvres sont précieuses, profondes et riches, ce qui fait qu'on ne se pose même plus la question de savoir si le film est réussi ou pas, si ce qui est présenté a vraiment un intérêt. Ca ne va pas forcément de soi, si ?

Deleuze à son "avis" sur cette question.
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par balthazar claes le Sam 26 Sep 2009 - 11:37

Il y a de bien belles choses dans ce dernier Rivette, un mauvais Rivette c'est mieux que le meilleur Honoré, et je ne parle même pas de politique des auteurs en disant ça, mais plutôt de politique tout court.

Mais l'écart de registre entre le truculent, débonnaire, naturel Castellito et le quintal de sombres et menaçants fantômes mis sur les épaules d'une Birkin défaite et éplorée semble parfois faire se rompre le film en éléments épars, mollement raccordés en un fourre-tout tiède, comme un montage légèrement bâclé de séquences d'un film de vacances un peu trop paisibles et élégamment ennuyées en Provence.

Un film à propos de clowns mornes et las. Un film aussi à propos de l'absence de public, et là le dispositif atteint un point de génie, puisque nous étions deux dans la salle quand je l'ai vu, et comme intégrés d'une manière exceptionnelle à la diégèse, au monde du film et à sa troupe, témoins solitaires d'une minuscule épiphanie au milieu d'un désert.

Mais bon, les clowns tristes, c'est un sujet terriblement difficile à sauver.



balthazar claes

Messages : 1009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Flavien le Lun 28 Sep 2009 - 19:50

Vous étiez deux dans la salle ? Nous devions être six ou sept. Ça fout un coup à l'idée noble du cinéma comme art de masse.

Les reniflements humides de Birkin ou les passerelles lourdes bâties entre cinéma et cirque (rejouant l'increvable ritournelle de l'impureté du cinoche) font défaut.
En revanche, c'est rare qu'un cinéaste fonde autant le coeur de son récit à partir de la connaissance de son auditoire. Faire un film pour 100 000 spectateurs, ça n'engage pas la même politique que faire un film pour 14 000 (nombre d'entrées comptabilisé par Ne touchez pas la hache).

L'indexation des audaces formelles ou narratives au nombre présumé de spectateurs ne vise pas à évaluer le degré de risques esthétiques.
Il ne s'agirait pas de mesurer sa marge d'innovation et de subversion en fonction de l'auditoire, de penser que moins il y aurait de spectateurs, plus l'audace serait permis, et inversement. C'est une logique que partagent tacitement les auteurs de cinéma expérimental.

Rivette a la lucidité de savoir pour combien de personnes il fait ses films. Il cerne à peu près son auditoire, tout en espérant l'ouvrir au mieux (c'est là qu'interviennent l'apport populaire du scénario de Bonitzer et de la photographie lumineuse d'Irina Lubtschansky).
Dans le film, le très faible auditoire qui assiste aux représentations du cirque totalise autant de personnes que dans un cinéma lyonnais -sic-.

Quant à savoir pourquoi Rivette opte pour un format si court, pourquoi il se borne aux sempiternelles idylles de femmes et d'hommes (depuis au moins Le coup du berger)...

Ce qui est sûr, c'est que la principale source de Rivette, amorcée dans le titre, ce sont les frères Lumière. Non seulement pour l'aspect "captation de réalité" mais surtout pour le logement du spectateur dans l'image. En écrivant cela, je pense surtout aux courts-métrages didactiques de Bergala sur les vues Lumières.
Le situation foraine autour de laquelle se bâtit le film renvoie aussi aux Lumière, aux premières productions Biograph, aux fondations du cinéma.

Pris dans le phénomène "grand auteur", le Pic Saint-Loup flirte aussi avec cette idée que le dernier film d'un cinéaste aguerri confine à l'économie élémentaire de son art.

Flavien

Messages : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par jll le Lun 28 Sep 2009 - 21:10

Hello Flavien,

oui il y a certainement un retour à Lumière. Tu peux dévelloper le logement du spectateur dans l'image ?

A+

jll

Messages : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Flavien le Mar 29 Sep 2009 - 20:23

Salut jll,

ce retour à Lumière, tu l'as comme moi perçu.

A l'instar de ce que tu écris sur le Forum des Cahiers, le film promet des vues, 36. Ce qui surprend, c'est que justement, Rivette refuse ce programme.
De droit, je me suis attendu à se voir manifester 36 scénettes de la vie d'un cirque, 36 points de vue sur le caléidoscope d'une grandeur et décadence d'un petit commerce du spectacle. Rivette, avec Bonitzer en co-scénariste, ne suit pas cette logique des éphémérides.

Pourtant l'immobilité des plans, à l'exception de certains qui articulent l'ensemble de l'histoire, et leur soucieuse composition rappellent Lumière. On me reprochera de faire une relation prompte entre les "vues" entendues par le titre et le format cinématographique des "vues" dites primitives sur le seul postulat étriqué qu'elles partagent une fixité a priori. Mais il me semble que Rivette suit la logique de Lumière. A deux titres, au moins :

-Le spectateur trouve à se reconfigurer dans l'image. La place, et souvent l'absence, du spectateur dans les séquences du cirque renvoie à notre condition. OK, jusque là c'est un peu le lot de tout les films qui pensent le dispositif du cinématographe. Mais la façon singulière de Rivette repose non plus sur la présence du spectateur mais sur sa place entre l'espace clairsemé de la salle et l'écran habité. Les modalités du dispositif cinématographique, si vous voulez comme il est entendu par Rancière dans La fable cinématographique ou par Michel Foucault, est reproduit à l'intérieur du récit, déployé au rang de cadre du récit. Et Rivette n'oublie pas, dans ce cadre, d'y reloger la figure/fonction du spectateur.
Le geste est similaire chez Lumière. L'arrivée du train en gare de la Ciotat est doublement symptomatique de la projection du spectateur au coeur même de l'image.
1 ) "Lumière, dernier peintre impressionniste" selon le mot de Léaud dans La chinoise, c'est bien vrai puisqu'à la suite de Renoir, Lumière met en scène son spectateur -un bourgeois- dans le front de ses images. Le spectateur des premières projections du cinématographe est dédoublé dans les signes de l'image en mouvement. Lumière, comme Rivette, est conscient de la nature de son auditoire.
2 ) Les reflets que le train arrivant miroite redoublent le processus et en formulent la mécanique. Le spectateur de Lumière se voit dans l'image et peut en même temps voir la forme du miroitement auquel il se soumet. 36 vues du Pic Saint-Loup ne donne pas à voir davantage : l'immersion réflexive du spectateur de Rivette dans les composantes du récit. Et cela engage une politique précise.

-La nature épiphanique du cinéma de Lumière est également assimilée dans les 36 vues. Le génie de Lumière, en effet, ne repose pas tant sur le document que distribue ses oeuvres que sur la façon de donner à voir un "monde qui se pense en image", pour citer Deleuze de mémoire. Et ce geste dans lequel se donne à percevoir le monde se figure, les flickers films l'ont compris, dans un mouvement d'apparition et de disparition. C'est là que repose toute la dialectique du champ et du hors champ. Et 36 vues jouent des frontières du champ (on retrouve l'apport de Bonitzer, auteur de Le champ aveugle). Ce motif épiphanique de ce qui se donne à voir avant de s'évanouir au creux de l'image est manifesté dans deux séquences remarquables :
-celle sur un ponton en devanture d'un bar où s'éclaire une scène de ménage
-et celle devant l'entrée du cirque en presque fin de film où circulent trois personnages, s'adressant à l'auditoire devers la caméra.
D'autre part, le personnage de Alexandre/Le clown Romi, dans sa double identité, redispose à l'échelle d'un personnage le motif de l'alternance épiphanique, énoncé clairement dès Lumière.

Au-delà même de Lumière, 36 vues du Pic Saint-Loup, ne serait-ce que dans l'allitération du "Saint-Loup" dans les titres, évoque jusqu'à Nicéphore Nièpce et sa première photographie de 1826, Point de vue du Gras à Saint-Loup de Varennes.


Dernière édition par Flavien le Mar 29 Sep 2009 - 22:50, édité 1 fois

Flavien

Messages : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Flavien le Mar 29 Sep 2009 - 22:35

D'autre part, je me permets de rajouter que l'épiphanie des Lumière, remise en oeuvre chez Rivette par l'alternance des présences et des absences du spectateur et de ses regards, se recoupe avec le spectral de Derrida, où se creusent des places vides à partir desquels on peut s'entretenir avec les autres.
Le spectral de Derrida telle que le punctum de Barthes, infusé dans le courant de l'image, nappe entre la jonction du visible et de l'invisible des lieux où s'entretenir, où instituer le discours des dépositaires d'un droit du regard.

De quoi s'assurer que, oui, les Spectres doivent encore défendre Rivette.

Flavien

Messages : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Invité le Mer 30 Sep 2009 - 5:27

Hello,

Voilà qui redonne un peu de force à ce film un peu partout décrier ou bien gentiment ignoré ! J'espère que je vais trouver le temps d'aller le voir un de ces jours. Tant mieux si on est au moins deux dans la salle. Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Flavien le Mer 30 Sep 2009 - 17:24

Les choix de Rivette pour son Pic Saint-Loup me rappellent une citation de Bresson rappelé par Bellour dans son Corps du cinéma et qui me fait dire que Rivette, définitivement, n'est pas bressonnien :

Croire/Théâtre et CINEMA : alternance de croire et de ne pas croire. Cinématographe : continuellement croire.

36 vues du Pic Saint-Loup, et c'est aussi certainement pour cela qu'il suscite si peu de débat, ne se donne pas comme une croyance fulgurante. C'est pas du Dreyer. C'est un film qui appelle et qui regarde son spectateur (le peu qu'il en a malheureusement).

Flavien

Messages : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Invité le Dim 4 Oct 2009 - 20:36

Hello,

Bien emballé aussi par le nouveau Rivette. J'aime bien ton texte Flavien.

Je trouve que Rivette réussi là où Desplechin échoue dans "Rois et reine". Faisant aussi appel au théâtre, il parvient à éviter un partage trop tranché entre comédie et tragédie de la vie, à ne pas faire reposer son film sur un pied puis sur l'autre de façon trop surlignée. Les clowns sont partout. Les scènes avec Kate échappent à l'esprit de sérieux de celles avec Devos dans le film de Desplechin.

Rivette a encore un sens du cadre, du recadrage, exceptionnel dans le film, deux ou trois plans avec Kate que j'ai encore en mémoire sont absolument remarquables, ils révèlent la place de ce beau personnage dans le film, au bord du film.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Flavien le Jeu 8 Oct 2009 - 22:10

Je me permets d'ajouter qu'il y a dans ce finalement modique Pic Saint-Loup (après maturation des souvenirs du film) un revival des motifs estampillés Nouvelle Vague. Ne serait-ce que les accointances avec le cirque, c'est déjà très Charlotte et son Jules. Y a du Brialy si on veut dans Castellito. En tout cas, Rivette optimise cette optique.

Et puis ces blagues de clowns/augustes, il n'y a qu'une poignée de personnes pour en rire. C'est très happy few, très Jeunes Turcs finalement, très Spectres aussi.

Flavien

Messages : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Borges le Mar 13 Oct 2009 - 11:57

Oui, tout cela est bien, mais je ne vois pas du tout de rapport avec le film, que je viens de voir.
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Borges le Mar 13 Oct 2009 - 12:04

Quelle rapport avec la légende?

(une des versions)



Au Moyen Age vivaient à Saint-Martin-de-Londres trois hommes riches et amoureux d’une même femme : Loup, Guiral et Clair.
Ayant avoué leur passion à la dame, cette dernière leur répondit qu’elle épouserait le plus glorieux. Tous les trois partir à la guerre.
Quelques années plus tard, ils revinrent couverts d’honneur mais inutilement car la jeune femme était morte pendant leur absence.
Fous de chagrin, ils décidèrent d’un commun accord de vivre en ermites. Ils montèrent chacun sur l’un des trois pics formant un triangle autour du village. Chaque année à Noël, ils allumaient un grand feu que l’on voyait de la plaine et qui signalait leur présence.
Un Noël, il n’y eut plus que deux brasiers. Puis un seul. Puis aucun.
Les trois ermites étaient morts.

En hommage à leur courage on appela les pics par leurs prénoms.
Celui sur lequel vivait Guiral devint Saint Guiral. Il est situé près du Mont Aigoual.
Celui sur lequel vivait Clair fut nommé Saint Clair. C’est à ses pieds qu’est bâtie la ville de Sète.
Celui sur lequel vivait Loup est devenu Pic Saint Loup, notre montagne emblématique.



On imagine ce que Rohmer aurait fait à la place de Rivette.

Lors du numéro du fouet, qui va libérer J. B. le mec déchire un numéro du canard enchaîné, en gros titre, première page, on peut lire : " Le Dalaï Lama, "c'est l'évité d'honneur." C'était en pleine polémique J.O., recevoir le DL ou pas... on s'en souvient encore, (pas tellement en fait)
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Flavien le Mar 13 Oct 2009 - 17:00

Borges a écrit:Oui, tout cela est bien, mais je ne vois pas du tout de rapport avec le film, que je viens de voir.
S'il y a un rapport au film dans ce que j'ai pu écrire, c'est surtout, je crois, dans le dialogue qu'il noue avec le spectateur, dans le sac où il rentre avec l'esprit du spectateur.

Tu fais bien de rappeler la légende du Pic Saint-Loup, Borges. Elle peut éclairer d'une lumière nouvelle la part épique (au sens du théâtre de Brecht ou des marionnettes de Craig) le cinéma de Rivette, où tous les personnages, dans leur apparence marmoréenne, sont des blocs de légende.
Il me paraît y avoir dans la ribambelle de tissus colorés au bord du fleuve, une image prégnante de l'épopée du film.

J'ai aussi beaucoup pensé en voyant le film à ce que Rohmer en aurait extrait.

Flavien

Messages : 70

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Largo le Mar 13 Oct 2009 - 19:28

Attention, voici la référence qui va tout changer dans votre rapport au film de Rivette. Devinez qui joue un certain Pic Saint Loup dans les films de la semaine ?

En 1577, Pic Saint Loup, grand couturier sur le déclin, se voit confier par le roi Henri III, une mission diplomatique : il doit confectionner sa plus belle robe de cérémonie pour le mariage arrangé d'un de ses neveux avec la fille d'un Grand d'Espagne. Dans une Espagne catholique intégriste qui traque protestants, maures, juifs et homosexuels, Saint Loup va se mettre en chemin entouré de ses gens. Ce qu'il ignore, c'est qu'il part avec un protestant, son fidèle secrétaire, bien décidé à cacher une bombe dans la robe pour venger les siens de la sanglante Saint Barthélémy. Il part également avec son " nègre " un maure qu'il doit transformer en blond normand, avec son parfumeur, son " nez " un juif marrane ainsi que son coiffeur, une folle perdue. Tout ce joli monde " persona non grata " va se retrouver chez le père de la fiancée, un détraqué de la pire espèce, qui n'est autre que le grand inquisiteur de Cordoba...



...Pour vous servir !

Ah, c'est revu et corrigé par Jugnot qu'il faudrait imaginer les 36 vues de Rivette Very Happy

(en passant, je vous gratifie de l'affiche la plus vilaine de l'année, Jugnot étant coutumier du fait. Mes excuses à ceux qui ne peuvent plus la voir en pâture)
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Invité le Mar 13 Oct 2009 - 20:41

C'est intéressant mais pourquoi faudrait-il imaginer le film de Rivette revu et corrigé par Jugnot. Les deux films appellent probablement simplement deux formes de rire différents..

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 36 vues du Pic saint Loup

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum