Le programme de Dérives à Lyon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le programme de Dérives à Lyon

Message par adeline le Lun 21 Sep 2009 - 19:32

Je vais poster ici le programme des projections et autres de Dérives quand je le reçois en newsletter, je pense que ça peut intéresser les Lyonnais, et d'autres bien sûr :


> > Tous les 15 du mois, Dérives diffuse un nouveau film sur derives.tv

15 octobre
# Bruit de fond, une place sur terre
Film de Olivier Derousseau, 2002

> >Chaque mois, nous diffuserons en ligne un film, des photographies
ou textes en résonance.

# The world on fire
Photographies de Ziad Boustani, 2008
http://www.derives.tv/spip.php?article392

> > Nouveautés sur le site internet de Dérives :

# Soutenir les cinémas CNP à Lyon
septembre 2009
http://www.derives.tv/spip.php?article402


> > A l'heure où les salles de cinéma indépendantes disparaissent en centre ville,
Dérives amplifie ses programmations. Cette démarche nous semble essentielle pour
renforcer le lien avec le public des oeuvres que nous défendons.


# Lyon. Projection et rencontre les dormants de Pierre-Yves Vandeweerd
mardi 6 octobre 2009 à 20h30 au cinéma Le Comoedia
http://www.derives.tv/spip.php?article396


# Lyon. Projections, atelier et rencontre autour du cinéaste Philippe Cote
14 et 15 novembre 2009 à la Médiathèque de Vaise et à l’Atelier des Canulars
http://www.derives.tv/spip.php?article398


# Arcueil. Projections et rencontres autour des films de Véronique Goël
Pendant Les Écrans Documentaires, du 27 octobre au 1er novembre 2009
http://www.derives.tv/spip.php?article406

# Lyon. Projections et rencontres pour le lancement de Dérives numéro 2
Festival Les Inattendus
26 et 27 janvier 2010 à l’Elysée et CNP
http://www.derives.tv/spip.php?article397


# Lyon. Projections autour du cinéaste Stephen Dwoskin
Festival Les Inattendus
29 et 30 janvier 2010 à l’Elysée
http://www.derives.tv/spip.php?article399



adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le programme de Dérives à Lyon

Message par adeline le Mer 11 Nov 2009 - 12:41

Le programme de Dérives pour novembre:


Bonjour,

Novembre est là, partons à la dérive.

> > Dérives numéro 2 autour de Tariq Teguia et Akram Zaatari

Images, textes, et sons, traceront les contours d’un territoire contemporain, entre Maghreb, Europe, et Proche-Orient. Modernités plurielles, dépassement de l’histoire coloniale, subversion des
représentations dominantes de part et d’autre de la méditerranée : autant de chemins et de directions empruntés pour cette seconde dérive.

Pré-sommaire et prévente en ligne (parution Janvier 2010).

http://www.derives.tv/spip.php?article297



> > Le cinéaste Philippe Cote à Lyon les 14 et 15 novembre


Silencieux et poétique, les films du cinéaste nous ramènent à des gestes empruntés au cinéma des origines. Philippe Cote a réalisé près de quatorze films depuis 1998. Il est l’un des membres fondateurs de la coopérative L’ETNA, un laboratoire artisanal fondé en 1997.


# Samedi 14 novembre
--------------------

Médiathèque de Vaise
Place Valmy, 69009 Lyon
Métro Valmy
Entrée libre

De 15h à 16h30
projections et rencontre avec Philippe Cote

Projection en 16 mm et Super 8 des films du cinéaste : Emergences ( 2 ), L’en dedans, L’Angle du monde, Va regarde ( 1 ) accompagnés de Images d’Ostende de Henri Storck et Berliner stilleben de Laszlo Moholy-Nagy.


# Dimanche 15 novembre
----------------------

L’Atelier des Canulars
91 rue montesquieu, 69007 lyon
Métro Saxe-Gambetta
Prix libre

de 20h30 à 23h
carte blanche à Philippe Cote en partenariat avec le nouveau collectif de cinéma

Projection en 16 mm et Super 8 des films : THE VISITATION de Nathaniel DORSKY / SÉDIMENTS de Philippe COTE / EVERGREEN de Robert Todd / DES NUAGES AUX FÊLURES DE LA TERRE de Philippe COTE / IN THE STREET de Helen LEVITT / KALIGHAT FETISH de Ashish Avikunthak / BLACK AND WHITE TRYPPS NUMBER THREE de Ben RUSSELL

Plus d'informations sur : http://www.derives.tv/spip.php?article398



> > Nouveautés sur le site internet de Dérives :

# Nous et l’innocent*
Texte de Fernand Deligny, 1976
http://www.derives.tv/spip.php?article420

# Profiter de tout pour faire des films
Entretien avec Jean-Daniel Pollet, 2001
http://www.derives.tv/spip.php?article390

# Légère comme la poussière dans le soleil (à propos d’Esquisses kirghizes)
Texte de Bruno Le Gouguec, 2009
http://www.derives.tv/spip.php?article419



> > Les membres de Dérives "hors les murs"


# L'Europe après la pluie, film de Jérémy Gravayat sera projeté à Oullins le samedi 28 novembre lors du festival A Nous de Voir.
http://www.mjc-oullins.com/data_film/film_prog_day.htm#28

# les oiseaux d'Arabie, film de David Yon (prix du court-métrage aux Ecrans Documentaires 09)
sera projeté à Lyon le samedi 28 novembre à 11h au cinéma Le Comœdia lors du
festival Doc en Courts.

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le programme de Dérives à Lyon

Message par Largo le Mer 11 Nov 2009 - 22:16

Tiens, tiens, Téguia...

Je suis curieux
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le programme de Dérives à Lyon

Message par balthazar claes le Mar 17 Nov 2009 - 13:53

carte blanche à Philippe Cote en partenariat avec le nouveau collectif de cinéma

Projection en 16 mm et Super 8 des films : THE VISITATION de Nathaniel DORSKY / SÉDIMENTS de Philippe COTE / EVERGREEN de Robert Todd / DES NUAGES AUX FÊLURES DE LA TERRE de Philippe COTE / IN THE STREET de Helen LEVITT / KALIGHAT FETISH de Ashish Avikunthak / BLACK AND WHITE TRYPPS NUMBER THREE de Ben RUSSELL

Veni, vidi. Philippe Cote présente une sélection de court-métrages qu'il qualifie de cinéma expérimental, mais d'un expérimental tourné vers l'immanence et la question de la voyance, un cinéma de voyant.

THE VISITATION de Nathaniel Dorsky, que Philippe Cote inscrit dans la filiation de Stan Brakhage, fait penser au dernier Cavalier, auquel on aurait enlevé l'histoire et presque tout repère figuratif : des plans, souvent beaux, décadrés, axés sur les angles morts, les recoins, loin de la scène, là où il n'y a rien à voir, ou plutôt, où ce qu'il y a à voir, formes et taches, ne donne rien à penser, à réfléchir. Vision bouchée, qui ouvre la possibilité d'une contemplation. Matières brutes filmées en gros plans, effets de la lumière sur toutes sortes de surfaces ; textures, modulations, ondes, variations d'intensité, le tout dans le plus grand silence, avec le ronronnement du projecteur en fond. Cote, déclare qu'il tient beaucoup, dans ses propres films également muets, à ce ronronnement du projecteur 16 mm dans la salle.

Films oppressants, laissant le spectateur seul avec lui-même. SEDIMENTS de Philippe Cote, le plus extrême de la série, qualifié par l'auteur de "cinéma haptique", c'est-à-dire filmé sans se servir des yeux, en laissant la main qui tient la caméra produire des mouvements aléatoires. Film qui se réduit à l'effet stroboscopique, psychédélique, de variations d'intensité sur des taches de lumière mouvantes.

EVERGREEN de Robert Todd, présenté par Cote comme l'un des cinéastes contemporains les plus importants de cette mouvance du film de voyance : beaucoup plus figuratif, images léchées, supérieurement filmé et cadré. Première partie, de jolies plantes, de gentils épis, un champ d'été tout doré, de belles et chaudes et douces couleurs, de gentils insectes ; en fond, une espèce de bourdonnement indus ; rupture ! deuxième partie, un port industriel, d'énormes bateaux couverts de rouille, des myriades de containers, puis l'entrepôt où ils sont empilés, entouré de murs gigantesques et de barbelés très méchants, le côté démesuré et inhumain de tout ça, avec comme contrepoint, quelques oiseaux qui viennent se poser en bordure de la zone, et, sur un container, le mot "Evergreen". Message gnangnan, on pense aux Métamorphoses du paysage industriel de Rohmer qui racontaient un peu la même chose en 1964.

DES NUAGES AUX FÊLURES DE LA TERRE de Philippe Cote : des paysages de montagne, des nuages, des petits nuages, des gros nuages, passant parfois lentement, parfois en accéléré, parfois en couleur, parfois en noir et blanc ; le tout exprimant, selon la discussion avec le public, l'idée de l'ascension. Vraiment très beau, même si on ne peut s'empêcher de penser que l'auteur, parti pour une semaine de ski, a dû se casser une jambe le premier jour et que c'est pour ça qu'on se retrouve là.

Discussion avec Cote, qui explique le côté très pauvre, précaire, artisanal, à la fois voulu et imposé, de sa démarche. Ses films n'existent qu'en une seule copie, il n'a pas encore trouvé le temps d'aborder dans son travail la question du son ; ce qui l'intéresse c'est l'opacité et le silence des choses, et de laisser le spectateur libre de faire ce qu'il veut.

BERLINER STILLEBEN, film de 1931, qu'on pourrait qualifier de poésie documentaire : des plans de rue, sur des visages de vieilles femmes, des ouvriers, des enfants qui jouent, des bâtiments, des cours d'immeuble. Le montage est encore plus serré que dans les films actuels, beaucoup de plans ne durent pas plus d'une seconde. Assez beau.

IN THE STREET de Helen Levitt, 1952, avec la participation de James Agee. Un peu le même que celui d'avant ; on suit les jeux d'une troupe d'enfants dans les rues d'une grande ville des usa.

KALIGHAT FETISH de Ashish Avikunthak : film indien plus récent, années 80 je crois, assez pénible, bruyant. Centré sur le personnage de l'officiant d'une cérémonie sacrificielle où trois chèvres sont décapitées, le film semble à la fois vouloir se moquer de ce rite et respecter sa dimension esthétique. On voit le sorcier longuement préparer son costume, son maquillage, peindre son visage en bleu, et placer une fausse langue énorme et pendante entre ses dents. Puis on le voit, dans les coulisses du rituel, ôter sa fausse langue pour boire du coca-cola et fumer une cigarette l'air pensif; puis, enlever piteusement son costume sali dans une ruelle sordide à la fin. Dans la chambre où il se prépare, il y a un poster de Jean-Claude Vandamme. Mise en parallèle de l'isolement du faux personnage sacré qui s'ennuie en fumant ses clopes, et de la foule innombrable traînant ses pieds dans une immense plaine boueuse. Musique assourdissante et effets de colorisation plutôt naïfs ; le tout fait 22 minutes en se répétant beaucoup.

Parti avant le BLACK AND WHITE TRYPPS NUMBER THREE de Ben Russell, qui était annoncé comme fort audacieux.

balthazar claes

Messages : 1009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le programme de Dérives à Lyon

Message par Borges le Mar 17 Nov 2009 - 13:59

balthazar claes a écrit:



Veni, vidi (....................) Parti (avant le BLACK AND WHITE TRYPPS NUMBER THREE de Ben Russell, qui était annoncé comme fort audacieux.)

Wink
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le programme de Dérives à Lyon

Message par Largo le Lun 7 Déc 2009 - 15:02

A noter qu'Independencia organise une rencontre avec la revue Derives, ce vendredi au 104, 19h. Si des Spectres y vont, ce sera bien de le dire pour s'organiser. Moi je ne sais pas encore :-)
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le programme de Dérives à Lyon

Message par ^x^ le Lun 7 Déc 2009 - 20:50

Et pr les non parisiens de la capitale France, c'est quoi le "104" ?
avatar
^x^

Messages : 609

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le programme de Dérives à Lyon

Message par Largo le Lun 7 Déc 2009 - 22:03

C'est le petit nid douillet, pardon, la résidence d'artistes où crèche Independencia et aussi Nicolas Klotz et aussi pas mal d'autres. Mais c'est assez froid et vide pour un nid douillet, surtout en hive. Wink

T'en avais pas entendu parler Careful ? Pourtant ça a été lancé en grande pompe, avec un concert gratuit de Tricky !

http://www.104.fr/#fr/
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Projections/rencontres Dérives à Lyon Zaatari/Devaux/Teguia, Dwoskin/Hernández/Corringer...

Message par dav28 le Ven 22 Jan 2010 - 18:56

> Projections/Rencontres Dérives à Lyon lors du festival les inattendus,
les 26, 28, 29 et 30 janvier.


-------------------------------------------------
Autour de Dérives numéro 2. Zaatari/Devaux/Teguia
-------------------------------------------------
http://www.derives.tv/spip.php?article397

# Mardi 26 janvier
L’Elysée, 14, Rue basse Combalot, 69007 Lyon
Entrée libre

20h

AL YOUM de Akram Zaatari
(2003/Liban/86’)
Résultat de trois années de recherche, le film entremêle les images des archives
photos, de la télévision et d’internet, dessinant le paysage mental d'un
réalisateur aujourd’hui au Moyen-Orient.

(en présence de François Cheval, directeur du Musée de la photographie Nicéphore
Niépce)


K Exil et K (acugher acimi) de Frédérique Devaux
(2008/France/ 9’ et 8’)
K (Exil) est au 2/3 composé d’images de femmes et d’enfants restés seuls au
pays, au moment de l’exil des hommes.
K (acugher acimi) est composé de photogrammes posés à la main dans la tireuse
selon la loi du hasard.

(en présence de Frédérique Devaux)


# Jeudi 28 janvier
Cinéma Comoedia, 13 avenue Berthelot, 69007 Lyon
Entrée 4Euros50

20h30

FERRAILLES D’ATTENTE de Tariq Téguia
(1998/Algérie/7’)
Réalisé en collaboration avec un graphiste et un musicien, Ferrailles d’attente
est une déambulation visuelle et sonore dans le chaos architectural de
l’Algérie contemporaine.


ROME PLUTOT QUE VOUS de Tariq Téguia
(2006/Algérie/111’)
Depuis plus de dix années, l'Algérie vit une guerre lente, une guerre sans ligne
de front mais ayant causé plus de 100 000 morts. C'est ce désert que Zina et
Kamel - deux jeunes algérois tantôt hallucinés et joyeux, tantôt abattus et
sereins - voudront sillonner une dernière fois avant de le quitter.


-------------------------------------------------------
Autour de Dérives numéro 3. Dwoskin/Hernández/Corringer
-------------------------------------------------------
http://www.derives.tv/spip.php?article399

# Vendredi 29 janvier
L’Elysée, 14, Rue basse Combalot, 69007 Lyon
Entrée libre

20h

MOMENT de Stephen Dwoskin
1968, 12 min, 16 mm, couleur
Rouge. Le temps d’une cigarette.

DAD de Stephen Dwoskin
2003, 15 min, Beta SP, couleur & NB
La filiation
Hommage au père. Montage d’archives.

BEHINDERT (HINDERED) de Stephen Dwoskin
1974, 96 min, 16 mm sur Beta SP, couleur
Le couple.
La femme aimée, actrice et amante. Un homme, le cinéaste, sur ses béquilles ne
la quitte pas des yeux. Journal intime.

23h

PAS DE CIEL de Téo Hernández
1987, 29 min, 16 mm, couleur, silencieux
Danse.
Un homme. Le vent. La mer. Le sol. « Intensité. Vide. Mouvement »

SMOOTH de Catherine Corringer
2009, 23 min, BETA SP, couleur & NB
« Voyage dans et sur les corps, il réinvente autrement, littéralement, la
naissance et la sexuation. »


# Samedi 30 janvier
L’Elysée, 14, Rue basse Combalot, 69007 Lyon
Entrée libre

22h

TRIXI de Stephen Dwoskin
1969, 30 min, 16 mm, couleur
La rencontre.
Jeux de pouvoir cinématographique.

THE SUN AND THE MOON de Stephen Dwoskin
2007, 60 min, Beta SP, couleur
Sacrifice. La belle et la bête.

A partir de minuit

DREAM HOUSE de Stephen Dwoskin
2009 – Installation sur trois écrans
La maison.
La multiplication des corps.

Informations pratiques sur http://www.festival-inattendus.com/

dav28

Messages : 18

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le programme de Dérives à Lyon

Message par adeline le Ven 22 Jan 2010 - 19:09

Hello David,

merci d'avoir directement posté le programme ici, j'allais justement le faire en voyant la newsletter dans mes mails.

Encore un bien beau programme Wink

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le programme de Dérives à Lyon

Message par Largo le Mer 26 Mai 2010 - 22:51

Bonjour,

Dérives numéro 2 autour de Akram Zaatari et Tariq Teguia est sortie.
Il est disponible par correspondance :
http://www.derives.tv/spip.php?article5

ou dans certaines librairies à Paris : Centre Pompidou, Cinémathèque, La Hune, Equipages, L'atelier d'à côté.

A lire dans le journal l'Humanité du 12 mai 2010
La chronique cinéma d'Emile Breton
Dérives avec un cinéaste pour retrouver le réel
http://www.humanite.fr/2010-05-12_Cultures_Derives-avec-un-cineaste-pour-retrouver-le-reel

Aussi la revue est disponible à Lyon dans le lieu DodesKaden - Zone Cinématographique Temporaire - 51 montée de la grande côte, 69001 Lyon - pendant les projections :

Samedi 29 mai - 19h - Cycle Olivier Derousseau
nous avons besoin du cinéma pour habiter ce qui nous manque
(Bruit de fond, une place sur terre - Dreyer pour mémoire - Accoster)

Dimanche 30 mai - 20h - Collectif & Cinéma : la fabrique d’un commun ?
En présence de membres du groupe Boris Barnet, de la Coordination des intermittents et précaires d’Île-de-France et de Grand Ensemble.

Samedi 12 juin - 20h30 - Carte blanche à Angela Terrail et Soufiane Adel
(Solange vous parle - Devant elle - Kamel s’est suicidé six fois, son père est mort - La cassette)

Pour plus d'informations : http://www.derives.tv/spip.php?article465

Bien à vous,
David Yon pour Dérives
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le programme de Dérives à Lyon

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum