La mort, au travail

Page 4 sur 20 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 12 ... 20  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par ^x^ le Dim 27 Déc 2009 - 12:31

Borges a écrit:vc c'est bien mais que ça n'a rien de particulièrement extraordinaire...

Certaines de ses chansons le sont pourtant, à mes yeux.



Franchement, il est des albums qui méritent mieux que ces temps de superficialité et de tendances futiles, North Star Deserter de Vic Chesnutt est de ceux là. Album ample d'une générosité inouïe, North Star Deserter célèbre la rencontre de Vic Chesnutt et des musiciens de Thee Silver Mt. Zion Memorial Orchestra and Tra-la-la Band, soit la fine fleur du label Constellation et l'un des meilleurs paroliers de l'americana contemporaine, réunis sous la houlette du réalisateur de film : Jem Cohen. Un réalisateur comme producteur ? Hé oui, les artistes ont parfois besoin de changer de casquette, c'est bien connu. Cohen s'en explique d'ailleurs en ces termes dans le livret de l'album :"J'avais besoin de faire ce disque avec Vic, une personne que je connais depuis plus de 20 ans, un ami dont le travail me touche plus que je ne serais le dire et avec qui j'avais envie de travailler depuis de longues années". Voilà pour la petite histoire, celle de sessions ferventes, enregistrées un certain hiver 2006 à l'Hotel2Tango de Montréal.

Concernant la musique proprement dite, c'est à la fois aussi simple et plus compliqué. Bien sûr il y a la poésie que Vic Chesnutt clame de sa voix cassée de baladin alcoolique (ce qu'il a longtemps été, et qu'il avoue sur son fameux album Drunk), ses métaphores teintées de religion ("Glossolalia"), ses histoires de villes abandonnées, ses constatations désabusées sur la vie, l'amour, le passé, la mémoire et la douleur existentielle. Et puis il y a l'accompagnement du Silver Mt. Zion Memorial Orchestra, tour à tour incandescent, tout de saturation et d'électricité (le mémorable "Everything I Say", "Splendid", le terrible "Debriefing"), intimiste et tout à l'écoute du chanteur ("Warm", "Wallace Stevens", le poignant "Fodder on Her Wings") quand ce n'est pas carrément d'une légèreté ahurissante (l'anthologique "You are Never Alone" accompagné du chœur du Tra-la-la Band). Sur North Star Deserter, les chansons de celles qui vous plaquent contre les murs pour mieux vous faire pleurer ensuite.
On y retrouve la rage contenue typique des productions du groupe de Montréal, sans le bruitisme obsessionnel de leurs premiers enregistrements. Les musiciens savent se poser et offrir un espace d'expression au poète américain et s'accorde parfaitement aux ambiances de Chesnutt. North Star Deserter, est bel et bien une rencontre entre deux univers solidaires. Chesnutt comme les piliers de Constellation semblent animés d'idées communes et d'une vision complémentaire, si ce n'est similaire, du monde en général et de l'art en particulier. A bien réfléchir, et pour peu que l'on connaisse un peu leurs œuvres respectives, on se dit que ces artistes ne pouvaient que se rencontrer. C'est aujourd'hui chose faîte
avatar
^x^

Messages : 609

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par lorinlouis le Dim 27 Déc 2009 - 12:53

Borges a écrit:vc c'est bien mais que ça n'a rien de particulièrement extraordinaire...

Que tu dis, Borges, que tu dis.

Wink

Edit: Yep, Careful, très bon l'album de 2007. J'aime beaucoup la sobriété et la gravité des arrangements, bien que ce soit évidemment l'acoustique qui me captive chez VC.
avatar
lorinlouis

Messages : 1691

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par adeline le Lun 11 Jan 2010 - 11:07

Mano Solo est mort hier.

Je l'ai écouté en boucle il y a des éternités, et j'étais heureuse d'apprendre régulièrement qu'il avait encore sorti un album. Je me disais, il est malade, mais il ne mourra jamais...




adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Largo le Lun 11 Jan 2010 - 17:27



Eric Rohmer, cinéaste phare de la Nouvelle Vague, est mort à l'âge de 89 ans, lundi, selon l'une de ses productrices. (AFP)







avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Largo le Lun 11 Jan 2010 - 19:52

avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Lun 11 Jan 2010 - 22:14

oui, c'est triste.
j'aime bien ton choix de photos.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par ^x^ le Mar 12 Jan 2010 - 7:13

j'imagine


Dernière édition par Karim le Mar 4 Mai 2010 - 10:00, édité 1 fois
avatar
^x^

Messages : 609

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Mar 12 Jan 2010 - 15:29

Daniel Bensaïd, un des fondateurs de la LCR, est mort

Daniel Bensaïd, un des fondateurs de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) qui avait également participé activement à la création du NPA d'Olivier Besancenot en février dernier, est mort mardi matin à 63 ans, des suites d'une longue maladie, a indiqué le NPA.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Borges le Mar 12 Jan 2010 - 15:58

JM a écrit:
Daniel Bensaïd, un des fondateurs de la LCR, est mort

Daniel Bensaïd, un des fondateurs de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) qui avait également participé activement à la création du NPA d'Olivier Besancenot en février dernier, est mort mardi matin à 63 ans, des suites d'une longue maladie, a indiqué le NPA.

Trop triste

Sad
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par ^x^ le Jeu 21 Jan 2010 - 9:18

j'imagine


Dernière édition par careful le Dim 2 Mai 2010 - 18:49, édité 1 fois
avatar
^x^

Messages : 609

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Jeu 21 Jan 2010 - 19:18

Teddy Pendergrass alias Teddy Bear est mort mercredi à l'hôpital de Philadelphie. Atteint d'un cancer du colon, il avait subi huit mois auparavant une opération dont "il s'était mal remis" a indiqué son fils, Teddy Pendergrass II.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par ^x^ le Jeu 21 Jan 2010 - 20:47

j'imagine


Dernière édition par careful le Dim 2 Mai 2010 - 18:47, édité 1 fois
avatar
^x^

Messages : 609

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Eyquem le Jeu 28 Jan 2010 - 18:31



- Vous voulez lire un vrai livre d'histoire, prenez le Howard Zinn, Une histoire populaire des Etats-Unis. Celui-là va vous laisser sur le cul.
- Plus que "La Fabrique du consentement" de Chomsky ? Tu trouves que ça, c'est un bon livre ?
- Vous me faites trop rire, tous. Vous claquez tout votre fric pour vous entourer de bouquins et c'est jamais les bons.
- C'est quoi, les bons livres, Will ?
- Tout ce qui décoiffe.

(extrait de "Will Hunting")


Howard Zinn est mort. Crying or Very sad






Cette histoire des États-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d’histoire parlent habituellement peu. L’auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu’aux victimes contemporaines de la politique intérieure et étrangère américaine, viennent ainsi battre en brèche la conception unanimiste de l’histoire officielle.

Une histoire populaire des États-Unis a reçu le prix des « Amis du Monde diplomatique » en 2003.
Howard Zinn a enseigné l’histoire et les sciences politiques à la Boston University, où il est aujourd’hui professeur émérite. Son œuvre (une vingtaine d’ouvrages) est essentiellement consacrée à l’incidence des mouvements populaires sur la société américaine.
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par adeline le Jeu 28 Jan 2010 - 19:04



Crying or Very sad

une pensée pour toi, Borges...

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par ^x^ le Jeu 28 Jan 2010 - 20:46

j'imagine


Dernière édition par careful le Dim 2 Mai 2010 - 18:47, édité 1 fois
avatar
^x^

Messages : 609

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Borges le Jeu 28 Jan 2010 - 23:04

salinliège


— Tu connais la chanson « Si un cœur attrape un cœur qui vient à travers les seigles » ? Je voudrais...

— C'est « Si un corps rencontre un corps qui vient à travers les seigles ». C'est un poème de Robert Burns.

- Je croyais que c'était "Si un cœur attrape un cœur". Bon. Je me représente tous ces petits mômes qui jouent à je ne sais quoi dans le grand champ de seigle et tout. Des milliers de petits mômes et personne avec eux je veux dire pas de grandes personnes – rien que moi. Et moi je suis planté au bord d'une saleté de falaise. Ce que j'ai à faire c'est attraper les mômes s'ils s'approchent trop près du bord. Je veux dire s'ils courent sans regarder où ils vont, moi je rapplique et je les attrape. C'est ce que je ferais toute la journée. Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. D'accord, c'est dingue. »
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par ^x^ le Ven 29 Jan 2010 - 0:35

J'imagine


Dernière édition par careful le Mar 4 Mai 2010 - 8:49, édité 1 fois
avatar
^x^

Messages : 609

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Largo le Ven 29 Jan 2010 - 9:19

Crying or Very sad
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Largo le Ven 29 Jan 2010 - 9:59

"Bien des hommes ont été tout aussi troublés moralement et spirituellement que tu l'es en ce moment. Par chance, quelques-uns ont écrit le récit de leurs troubles. Si tu le veux, tu apprendras beaucoup en les lisant. De même que d'autres, un jour, si tu as quelque chose à offrir, d'autres apprendront en te lisant. Et c...e n'est pas de l'éducation. C'est de l'histoire. C'est de la poésie."
avatar
Largo

Messages : 3181

Voir le profil de l'utilisateur http://www.raphaelclairefond.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Sam 30 Jan 2010 - 10:13

Il y a une semaine, mais je l'apprend seulement maintenant : Jean Simmons est décédée à l'âge de 81 ans.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Borges le Sam 30 Jan 2010 - 16:10

le grand historien, Howard Zinn, du peuple et des histoires que ne raconte pas Hollywood
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Sam 30 Jan 2010 - 17:09

Borges a écrit:
le grand historien, Howard Zinn, du peuple et des histoires que ne raconte pas Hollywood

mouais.. en même temps tu prends un film comme "Pickup on South Street" de Fuller, c'est un film "hollywoodien" et c'est proche de ce que j'ai pu feuilleter de Zinn, du point de vue où il se place pour raconter les usa, c'est évident qu'il y en a plein d'autres dans l'histoire d'Hollywood... Ceci dit, je n'ai pas lu tout le bouquin sur l'histoire des EU, une collègue le laissait trainer dans le coin au boulot l'année dernière et j'ai juste eu l'occasion de lire quelques pages..la mort de Zinn m'a personnellement surtout rappelé cette camarade.

Howard loved watching independent and Hollywood films and he and I and Roz [Howard's wife] saw many films together while I was in Boston. I remember how we quarreled over "Last Tango in Paris." I loved the film, but he disagreed. ButHoward disagreed in a way that was persuasive and instructive. He listened, stood his ground, and, if he was wrong, often said something like, "O.K., you got a point," always accompanied by that broad and wonderful smile.

http://www.zmag.org/znet/viewArticle/23780

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Borges le Sam 30 Jan 2010 - 17:34

Fuller... mouais..


avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Sam 27 Fév 2010 - 18:59


Séverin Blanchet, acteur dans Jardins en automne d'Otar Iosseliani.


KABOUL (AFP) - Le réalisateur de films documentaires Séverin Blanchet, tué vendredi dans l'attentat qui a fait au moins seize morts à Kaboul, était un homme "spécial" qui sera "difficile à remplacer", a déclaré samedi un de ses anciens étudiants afghans, Taj Mohammad Bakhtari.

"C'est très difficile d'exprimer son émotion. C'était un homme spécial, notre professeur. Il nous a beaucoup aidés. Il sera difficile à remplacer", a dit, très ému, un des jeunes réalisateurs afghans qui suivaient l'enseignement de Séverin Blanchet.

Le réalisateur français de 67 ans était arrivé jeudi à Kaboul pour un séjour d'une semaine "avec des nouvelles idées de projets".

"On aurait dû le rencontrer aujourd'hui, parler des projets", regrette M. Bakhtari.

Quand il a appris qu'un attentat s'était produit vendredi matin à la résidence hôtelière Park Residence, Taj a d'abord essayé d'appeler Blanchet, puis a accouru avec sa caméra. "Il y avait des véhicules blindés de l'armée française. Et le corps de Séverin sous une bâche. Je ne voyais que ses jambes".

Selon lui, le réalisateur se trouvait dans sa chambre quand les talibans ont fait irruption et l'ont abattu.

Son corps a ensuite été transporté à l'aéroport militaire. "On aurait voulu avec d'autres étudiants porter son corps dans l'avion. Mais ça n'était pas possible. C'est une perte énorme pour nous. Encore plus grande que pour sa famille. Il a tellement fait pour nous", dit Taj.

Séverin Blanchet s'était consacré depuis 2006 à la formation de jeunes cinéastes afghans au film documentaire et avait réalisé avec eux plus de vingt films. Il s'était rendu une trentaine de fois ces trois dernières années à Kaboul pour diriger une vingtaine de stagiaires cinéastes en fin d'études.

©️ 2010 AFP

http://www.liberation.fr/depeches/0109621625-le-francais-tue-dans-l-attentat-de-kaboul-etait-un-cineaste-engage



Séverin Blanchet, Français tué à Kaboul, était un cinéaste engagé (proche)
26.02.10 | 13h32

Séverin Blanchet, le Français tué vendredi matin dans un attentat qui a fait 16 morts à Kaboul, était un documentariste engagé qui oeuvrait depuis des années à la formation de jeunes cinéastes en Afghanistan et à travers le monde, a-t-on appris auprès d'une de ses proches.

"Il était arrivé hier matin à Kaboul: il formait de jeunes réalisateurs. Il devait voir les stagiaires pour déterminer les sujets des prochains films. Nous sommes effondrés", a déclaré à l'AFP Hélène Vietti, proche collaboratrice de Séverin Blanchet au sein de l'association des Ateliers Varan.

"Il travaillait depuis 2006 avec de jeunes réalisateurs afghans. En 2008, ils avaient réalisé +les enfants de Kaboul", une série de documentaires faits par de jeunes cinéastes afghans, qui a été présentée au Festival de Cannes (2009)", a-t-elle ajouté.

Séverin Blanchet, 66 ans, réalisateur d'une dizaine de films documentaires, est à l'origine, avec le célèbre documentariste et ethnologue français Jean Rouch, de la création en 1969 du Laboratoire de l'université de Paris X et en 1980 des Ateliers Varan.

Il a contribué à la création de nombreux ateliers dans différents pays du monde et plus particulièrement en Papouasie.

En Afghanistan, son atelier de formation était le fruit d'un partenariat entre les Ateliers Varan, l'ambassade de France, la faculté des Beaux-Arts de Kaboul et le Goethe Institut.

Ce nouveau stage organisé à Kaboul devait "consolider ce qui était en train de devenir un véritable atelier de production de cinéma documentaire afghan", a ajouté Hélène Vietti.

Dans l'après-midi, le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a salué la mémoire d'un "grand réalisateur de films documentaires" et "un partenaire privilégié de l'action culturelle française en Afghanistan".

"Nous poursuivrons avec détermination l'oeuvre qu'il avait engagée avec tant de générosité et de solidarité", a assuré le ministre, après avoir condamné "avec la plus grande fermeté l'attentat".

L'attentat suicide, revendiqué par les talibans, s'est produit à proximité de la résidence hôtelière Park Residence, où séjournait Séverin Blanchet.

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-41802356@7-54,0.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Dim 28 Fév 2010 - 17:55

http://www.mediapart.fr/club/blog/pol/270210/mort-dun-cineaste
Mort d'un cinéaste
27 Février 2010 Par POL

À la radio, sur R.F.I., ils ont dit qu'un Français était mort. Hier soir, à un dîner entre documentaristes, un de mes copains arrive et dit: Vous êtes au courant, Séverin Blanchet a été tué dans l'attentat à Kaboul! Tous le monde connaît la nouvelle sauf moi. Mes amis s'étonnent! Ils le connaissaient tous, je n'arrivais pas à mettre un visage sur ce nom. Je ne me souviens jamais des noms! Par contre, évidemment, quand ils m'ont parlé des Ateliers Varan, j'ai su que nous étions de la même famille du cinéma direct, nous tous présent à ce dîner. Et puis, un ange est passé, j'ai fait le clown, comme d'habitude, et tout le monde a embrayé. Nous avons parlé du collectif des cinéastes qui défend les sans-papiers - nous en sommes tous membres - et nous avons parlé de notre camarade Christophe Ruggia. Et nous étions inquiet pour lui ecomme si nous étions tous sa mère juive. il est tellement parfait Christophe dans ses engagements. J'avais un peu honte, de ne pas être comme mes amis, dans la rue ou derriére la caméra pour soutenir la lutte des sans-papiers... Bref, nous ne parlions plus de Séverin Blanchet. J'ai pensé pourtant à Marianne Denicourt qui avait fait un beau documentaire, modeste et précis là-bas. Nous pensions tous, aux risques. Notre silence, était probablement de la pudeur... À un moment j'ai parlé de ma lâcheté, à ne pas faire certaines actions ou certains films... Ma lâcheté c'était une sorte d'hommage, je n'y ai pensé que ce matin en regardant la photo de Séverin Blanchet, que j'avais croisé à Lussas, et au Festival du Réel. Je me suis dit que je n'avais probablement jamais parlé à cet homme, que voilà une occasion manquée. Je travaille pourtant la plupart du temps avec un ingénieur du son, pilier des ateliers Varan.

Un cinéaste du réel est mort, c'était un militant réellement. C'est Jean-Luc Godard qui - dans Pierrot le fou - faisait dire au personnage d'Ana Karina qu'il faut donner les noms des morts à la radio. Mais dire le nom cela ne suffit pas, faire un résumé sur sa vie, c'est tellement idiot. Un documentaire, cela essaie de rendre compte de la complexité du monde...



Bernard Kouchner à fait diffusé un communiqué que je cite: Je salue la mémoire de notre compatriote Séverin Blanchet, membre fondateur du centre de formation à la réalisation documentaire "Les ateliers Varan" tué lors de l’attaque d’aujourd’hui dans le centre de Kaboul.



Séverin Blanchet, grand réalisateur de films documentaires, s’était consacré depuis 2006 à la formation de jeunes cinéastes afghans au film documentaire et avait réalisé avec eux plus de vingt films, dont plusieurs salués par la critique internationale. Il était un partenaire privilégié de l’action culturelle française en Afghanistan. Nous poursuivrons avec détermination l’œuvre qu’il avait engagée avec tant de générosité et de solidarité.

C'est fou comme ce texte, pesé, clair et sans erreur, est si éloigné de la réalité, si éloigné de la pratique d'un documentariste. Saluer la mémoire d'un gars comme cela avec des termes si convenus, est-ce que ce serait presqu'une insulte? Même pour lui rendre hommage, le texte est coulé dans un format. Alors que nous les cinéastes, nous nous battons contre les formats, nous inventons à chaque fois, nous cherchons à rendre compte, nous cherchons à montrer le monde comme pour la première fois. C'est la première et la dernière fois que Séverin Blanchet mourra, et les journalistes en faisant honnêtement leur travail, on réduit son existence en une brève de quelques secondes. Édouard Levé avait déjà probablement écrit le texte de ce fait divers, dans Journal, où il a écrit tous les articles en supprimant simplement les références des lieux et des époques. Le résumé du livre édité chez P.O.L. dit: C'est un journal : terrorisme, guerre civile, guerre, dictature, catastrophe, diplomatie, politique, économie politique, agriculture, manifestation, religion, people, vie sociale, vie locale, transport, accident, medias, justice, homicide, suicide, viol, pédophilie, drogue, vol, folie, économie, entreprise, bourse, science, technologie, annonce immobilière, annonce de décès, annonce de naissance, offre d’emploi, météo, sport, littérature, art, musique, théâtre, danse, cinéma, télévision. La dépêche de presse, le reportage de télévision, le communiqué du ministre c'est une histoire qui raconte toujours la même histoire, la même dépêche et qui finit par faire exactement le contraire de ce que les locuteurs prétendent faire. Ce que Journal décrit parfaitement. La mort des cinéastes est déjà digérée avant même de ce produire. Édouard Levé qui s'est suicidé avant que Séverin Blanchet ne meurt dans un attentat, savait déjà qu'en France, il n'y a plus de place pour les créateurs sauf à être instrumentalisés dans un communiqué tout à fait corrcct. La France est en guerre en Afghanistan, autant de morts au combat dans l'Armée Française, que de suicide à France-Télécom. Dans cette fausse corrélation, une question, où est la guerre? En tout cas Séverin Blanchet était un cinéaste engagé, engagé dans une guerre sociale, politique, engagé dans une vie. Il ne faudrait pas qu'il devienne seulement un sujet de dépêche d'agence, ou le prétexte d'un billet dans un blog.

Si vous allez regarder la bande annonce du film d'Otar Iosselani vous verrez comment un documentariste rit.

http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=164164.html



http://www.ateliersvaran.com/spip.php?article302


Otar Iosseliani et Séverin Blanchet


Michel Piccoli et Séverin Blanchet

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 20 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 12 ... 20  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum