La mort, au travail

Page 10 sur 20 Précédent  1 ... 6 ... 9, 10, 11 ... 15 ... 20  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Jeu 10 Mai 2012 - 14:28

C'est plus connu que "Fébrèze"... Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Jeu 7 Juin 2012 - 13:29




Je replace ce que j'ai écrit sur fdc:


J'ai dévoré quasiment tout Bradbury de 13 à 15 ans. J'ai toujours ma collection des "présence du futur" (Denoël) d'époque.
Fahrenheit 451 fut le premier. C'était après avoir vu le Truffaut, et ce fut une totale révélation. Jusqu'alors, j'étais plongé dans les Bob Morane. Je n'ai pas relu Fahrenheit, mais j'en garde un énorme souvenir, le souvenir d'être "entré en littérature", pour employer une expression vieillotte.

Puis j'ai enchainé avec tous ses recueils de nouvelles. Je ne lisais que ça, je trouvais ça génial. Toutes les nouvelles n'étaient pas extraordinaires, il y en avait parfois qui faisaient dans le poétique chichiteux ou grandiloquent (là aussi, c'était peut-être un prob de traduction), mais la plupart témoignaient d'une imagination fabuleuse dans le registre du fantastique, principalement. A mes yeux, Bradbury fut surtout un écrivain du fantastique, de l'étrange (après lui, j'ai d'ailleurs découvert Buzzati, qui a confirmé mon amour du genre, et là aussi j'ai dévoré toutes ses nouvelles).

Je garde une énorme tendresse pour le bonhomme et ses livres.
Les Chroniques évidemment, L'Homme illustré, Les Pommes d'or du soleil, Le Pays d'octobre, Les Machines à bonheur, Un Remède à la mélancolie, Je Chante le corps électrique, Bien après minuit, etc. Dans chacun de ces recueils, il y a toujours au moins 3 ou 4 histoires fascinantes, à tomber, qui pourraient donner la matière de grands films. Une mine d'or toujours pas exploitée, comprends pas...

Bradbury n'a pas eu de chance avec le cinéma. Truffaut mis à part (avec le recul, un joli film, bancal à mon sens, en deçà de la richesse et de la puissance du contenu du livre), les rares adaptations se sont révélées nanardesques: La Foire des ténèbres (un autre roman, mais raté celui-là pour moi) par Jack Clayton, qui pourtant signa le très beau The Innocents; Les Chroniques, devenues série tv (atrocement plate) réalisée par Michael Anderson, et pourtant scénarisée par Richard Matheson (qui a écrit quelques nouvelles fameuses qui ont toutes eu bcp plus de chance au cinéma, sans parler de "je suis une légende"). Faut rappeler également qu'il adapta Moby Dick pour John Huston.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Borges le Ven 8 Juin 2012 - 9:27

hi Jerzy,
comment va?

Neil Gaiman, un autre type que l'oeuvre de RB a marqué, et curieusement, comme pour toi, c'est une histoire d'enfance.

Yesterday afternoon I was in a studio recording an audiobook version of a short story I had written for Ray Bradbury's 90th birthday. It's a monologue called The Man Who Forgot Ray Bradbury, and was a way of talking about the impact that Ray Bradbury had on me as a boy, and as an adult, and, as far as I could, about what he had done to the world. And I wrote it last year as a love letter and as a thank you and as a birthday present for an author who made me dream, taught me about words and what they could accomplish, and who never let me down as a reader or as a person as I grew up.

Last week, at dinner, a friend told me that when he was a boy of 11 or 12 he met Ray Bradbury. When Bradbury found out that he wanted to be a writer, he invited him to his office and spent half a day telling him the important stuff: if you want to be a writer, you have to write. Every day. Whether you feel like it or not. That you can't write one book and stop. That it's work, but the best kind of work. My friend grew up to be a writer, the kind who writes and supports himself through writing.

Ray Bradbury was the kind of person who would give half a day to a kid who wanted to be a writer when he grew up.

I encountered Ray Bradbury's stories as a boy. The first one I read was Homecoming, about a human child in a world of Addams Family-style monsters, who wanted to fit in. It was the first time anyone had ever written a story that spoke to me personally. There was a copy of The Silver Locusts (the UK title of The Martian Chronicles) knocking about my house. I read it, loved it, and bought all the Bradbury books I could from the travelling bookshop that set up once a term in my school. I learned about Poe from Bradbury. There was poetry in the short stories, and it didn't matter that I was missing so much as a boy: what I took from the stories was enough.

Some authors I read and loved as a boy disappointed me as I aged. Bradbury never did. His horror stories remained as chilling, his dark fantasies as darkly fantastic, his science fiction (he never cared about the science, only about the people, which was why the stories worked so well) as much of an exploration of the sense of wonder, as they had when I was a child.

He was a good writer, and he wrote well in many disciplines. He was one of the first science fiction writers to escape the "pulp" magazines and to be published in the "slicks". He wrote scripts for Hollywood films. Good films were made from his novels and stories. Long before I was a writer, Bradbury was one of the writers that other writers aspired to become. And none of them ever did.

A Ray Bradbury story meant something on its own – it told you nothing about what the story would be about, but it told you about atmosphere, about language, about some sort of magic escaping into the world. Death is a Lonely Business, his detective novel, is as much a Bradbury story as Something Wicked This Way Comes or Fahrenheit 451 or any of the horror, or science fiction, or magical realism, or realism you'll find in the short story collections. He was a genre on his own, and on his own terms. A young man from Waukegan, Illinois, who went to Los Angeles, educated himself in libraries, and wrote until he got good, then transcended genre and became a genre of one; often emulated, absolutely inimitable.

I met him first when I was a young writer and he was in the UK for his 70th birthday celebrations, held at the Natural History Museum. We became friends in an odd, upside-down way, sitting beside each other at book-signings, at events. I would be there when Ray spoke in public over the years. Sometimes I'd introduce him to the audience. I was the master of ceremonies when Ray was given his grand master award, by the Science Fiction Writers of America: he told them about a child he had watched, teased by his friends for wanting to enter a toy shop because they said it was too young for him, and how much Ray had wanted to persuade the child to ignore his friends and play with the toys.

He'd speak about the practicalities of a writer's life ("You have to write!" he would tell people. "You have to write every day! I still write every day!") and about being a child inside (he said he had a photographic memory, going back to babyhood, and perhaps he did) about joy, about love.

He was kind, and gentle, with that midwestern niceness that's a positive thing rather than an absence of character. He was enthusiastic, and it seemed that that enthusiasm would keep him going forever. He genuinely liked people. He left the world a better place, and left better places in it: the red sands and canals of Mars, the midwestern Halloweens and small towns and dark carnivals. And he kept writing.

"Looking back over a lifetime, you see that love was the answer to everything," Ray said once, in an interview.

He gave people so many reasons to love him. And we did.


A man who won't forget Ray Bradbury

Fantasy writer Neil Gaiman remembers his friend Ray Bradbury who has died at the age of 91


avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par gertrud04 le Ven 8 Juin 2012 - 11:49

Mon préféré des préférés thèmes de Hermann (avec celui de Mrs Muir) :

avatar
gertrud04

Messages : 241

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Ven 8 Juin 2012 - 13:04

salut jerz'
garde une énorme tendresse pour le bonhomme et ses livres.
Les Chroniques évidemment, L'Homme illustré, Les Pommes d'or du soleil, Le Pays d'octobre, Les Machines à bonheur, Un Remède à la mélancolie, Je Chante le corps électrique, Bien après minuit, etc.

I sing the body electric,
The armies of those I love engirth me and I engirth them,
They will not let me off till I go with them, respond to them,
And discorrupt them, and charge them full with the charge of the soul.

Was it doubted that those who corrupt their own bodies conceal themselves?
And if those who defile the living are as bad as they who defile the dead?
And if the body does not do fully as much as the soul?
And if the body were not the soul, what is the soul?
Walt Whitman

j'ai aussi beaucoup aimé Bradbury. pas trop Les chroniques mais Les pommes d'or du soleil et L'homme tatoué, à la folie. il y a longtemps que je n'ai pas relu L'homme tatoué. je crois bien que je n'y ai jamais rien compris - c'est dire si j'ai aimé.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Lun 25 Juin 2012 - 14:57


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Borges le Lun 25 Juin 2012 - 15:25

jerzy P a écrit:Lonesome George




http://www.slate.fr/lien/58373/lonesome-george-tortue-geante






(à 4'30")









quand j'ai appris ça, j'ai pensé à deux chansons, sans originalité; sa vie n'a pas du être simple.
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Lun 25 Juin 2012 - 18:54

Elle a eu de la chance, il n'est pas rare que le moment de la découverte d'une "nouvelle" espèce endémique soit aussi celui de sa disparition (parfois par le fait même des prélèvements des scientifiques).
D'ailleurs ils devraient éviter de confondre une "nouvelle" espèce avec une espèce "inconnue".

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par wootsuibrick le Jeu 12 Juil 2012 - 17:15

Yamada Isuzu :


avatar
wootsuibrick

Messages : 1841

Voir le profil de l'utilisateur http://mondesducinema.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Dr. Apfelgluck le Lun 16 Juil 2012 - 20:33



avatar
Dr. Apfelgluck

Messages : 470

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Borges le Mar 17 Juil 2012 - 8:20

avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Lun 30 Juil 2012 - 11:56

Après Bradbury Chris Marker Sad

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Lun 30 Juil 2012 - 18:52

Je verse peut-être dans une déploration un peu pompeuse et égocentrique, mais si sa mort à 91 ans (je le croyais plus jeune) est dans l'ordre des choses, je suis navré de ne plus me sentie le contemporain du point de vue de Marker sur monde. Le Joli Mai, Sans Soleil ou Level 5 ont représentés beaucoup pour moi, une ouverture sur le réel et l'histoire que l'université n'offrait pas, même si les apprécider de cette manière les réduit sans doute à des faits culturels.
C'est un peu maladroitement exprimé, mais Marker était pour moi le cinéaste qui mettait sur le même plan les notions de critique du réel et de partage du sensible.
Il ya trois ans j'ai vu avc une amie le Tombeau de Medvedkine à l'Ecran Total, et c'est de mes derniers très bons souvenirs de films vu en salle. C'était presque comme faire un voyage avec elle, même si le trajet du film n'est pas géographique; son seul objet c'est une idéologie quand elle est sasie par la nostalgie, la même nostalgie déjà à l'époque de Staline qui se retrouve Jirinovski.
Donc oui parler d'une idéologie comme d'un voyage est peut-être scabreux, et il y a peut-être là une limite, mais la percevoir était l'effet d'une transmission et d'un apprentissage (une belle anecdote que raconte Lanzmann dans "le Lièvre de Patagonie", invité avec lui à partciper ) un voyage à Pyong Yong organisé par le PCF juste après la guerre de Corée , Marker avait emporté en guise de présent diplomatique des tonnes d'exemplaire de sa biographie de Giraudoux, qu'il comptait distribuer en version dédicacée aux masses d'un pays à refaire, pour les stimuler. Il semble avoir été vexé de l'indifférence et de l'incompréhension qu'il a rencontré, et n'avoir rien dit à Claude Lanzmann de tut le séjour (Lanzmann le raconte sans acrimonie, il est vrai qu'il était parti lui-même dans une histoire particulière). Il y a à la fois une naïveté par rapport à sa propre position dans l'histoire, et une lucidité roublarde sur le monolithisme d'une dictature où l'art n'existe pas, en fait un régime politique impossible à renverser mais facile à défier tant qu'il ignore les notion de legs et de dons).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Lun 20 Aoû 2012 - 6:52


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Lun 20 Aoû 2012 - 9:28

eh oui. certains réalisateurs ne devraient jamais se décider à regarder leurs propres films.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Lun 20 Aoû 2012 - 18:21

c'est si sévère et si faux : c'est humour ou sérieux ? Je te laisse une chance : dans l'un comme l'autre cas je ne pas très rassuré !

Sans m'étendre j'ai toujours un peu de mansuétude pour celui qui " passe à l'oeuvre ", qui fait quelque chose, un petit quelque chose. C'est préférable à rien, non ?

S'il y a un truc que j'ai en horreur, c'est le malthusianisme dans tous les domaines.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Lun 20 Aoû 2012 - 19:19

trembles Slimfast, je ne suis jamais aussi sérieux que quand je fais de l'humour.
et par prudence, je ne relis jamais mes textes. Wink


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Lun 20 Aoû 2012 - 20:17

tu préfères manier le paradoxe !

Basketball

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Sam 25 Aoû 2012 - 21:24

Maïté Nahyr, qui a notamment joué dans le Locataire:


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Dim 26 Aoû 2012 - 9:29

Neil Armstrong.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Sam 15 Sep 2012 - 20:05





Lucio Dalla est mort en mars dernier justement.
Je ne connais de lui que son personnages dans "les Subversifs" bedonnant et nihiliste, quasi-punk (dans une histoire où l'hétérosexualité sociologique est la limite de la vérité politique du PCI, pas mal vu) génial, malaisé et bouversant

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par adeline le Dim 23 Sep 2012 - 10:30


adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Dim 23 Sep 2012 - 10:36

ça me chagrine.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Invité le Dim 23 Sep 2012 - 19:25

je n'ai pas vu beaucoup de ses films mais il se trouve qu'à presque chaque fois il était là pour les présenter et en discuter avec beaucoup d'humilité et de conviction.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, au travail

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 10 sur 20 Précédent  1 ... 6 ... 9, 10, 11 ... 15 ... 20  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum