Montage, mon beau souci

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Montage, mon beau souci

Message par librebelgique le Dim 19 Juil 2015 - 13:19

Quand mon grand-père regardait le résumé filmé des matchs de foot à la télé, invariablement nous surprenions ce commentaire pénétrant : "il y a eu beaucoup de buts dans cette partie" ... Pépé, laisse tomber !

Dans le même ordre d'idée, à savoir ne pas voir que les images, le cinéma, sont affaire de montage, ce commentaire de Niels Bohr, Nobel de physique, contemporain d'Enstein et spécialiste de mécanique quantique, au  sortir d'un cinéma où il avait entraîné des collègues voir un western avec Tom Mix en 1931 :

"Je n'ai pas aimé ce spectacle il est trop incroyable. Que le bandit se sauve avec la jolie fille, c'est logique - c'est toujours comme ça. Que le pont s'effondre sous leur carriole, c'est invraisemblable mais je le crois volontiers. Que l'héroïne reste suspendue entre ciel et terre au dessus du précipice, c'est encore moins vraisemblable, mais je l'accepte aussi. Je tiens même aisément pour vrai qu'au même moment Tom Mix accoure sur son cheval pour la sauver. Mais que l'opérateur ait pu au même moment se trouver là et enregistrer sur la pellicule toute cette diablerie, voila qui excède les limites de ma crédulité ".

Dans ce dossier NB de la revue Cinéma /4 de 2002, plusieurs textes de 1996 tirés d'une revue soviétique sont traduits par Jacques Aumont. Sous la signature Igor Mantsov on peut lire :

Le film dit "joué" est un composé de narration, de fable, de littérature (story) d'un côté, et de points de vue, de représentation (ikon) de l'autre.../...Ce avec quoi NB, dans toutes ses formulations ("invraisemblable", "encore moins vraisemblable"), est d'accord, ce n'est rien d'autre que la partie littérature. N'avez-vous pas l'impression que NB est un lecteur invétéré, incorrigible ?.../... Si nous avons caractérisé NB comme un lecteur, alors Godard - d'où le titre du topic   Wink  - est à cent pour cent un "voyeur" : un spectateur  à proprement parler. L'histoire avec Tom Mix aurait été intéressante pour lui, dans la mesure où elle était enregistrée sur pellicule. Godard sait déjà que "toute cette diablerie" n'existe pas autrement que comme réalisation photographique.

librebelgique

Messages : 253

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Montage, mon beau souci

Message par librebelgique le Mer 22 Juil 2015 - 10:46

en regardant, peut être une minute, le début de Fanny et Alexandre, je crois enfin tenir la différence entre montage et découpage (mieux vaut tard que jamais !) par ce truc étrange que parfois la caméra précède l'action (auquel fait allusion NB : qui sait ?). Alexandre est dans la pièce où sont accueillis les invités de la grand-mère, sa mère lui demande d'aller chercher sa tante, la caméra le suit et là, coupe et raccord sur le palier où la caméra déjà installée en surplomb le saisit au passage !! je suis vraiment un débutant.

librebelgique

Messages : 253

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Montage, mon beau souci

Message par librebelgique le Jeu 23 Juil 2015 - 3:06

Montage, mon beau souci, manifeste de Godard  sur les rapports entre cinéaste et monteur  est publié par Bazin dans le cahier n° 65 de 1956. Dans cet article, écrit avant qu'il ne fasse des films, Godard convoque le monteur au tournage ce qui est peu réaliste, en revanche quelques formules ont fait florès : "monter est un battement de coeur", "le montage métamorphose le hasard en destin"...


Spoiler:
On sauvera ça au montage : vraie de James Cruze, Griffith, Stroheim, cette maxime ne l'était déjà presque plus de Murnau, Chaplin, et devient irrémédiablement fausse de tout le parlant. Pourquoi ? Parce que dans un film tel qu’Octobre (et plus encore Que Viva Mexico) le montage est avant tout le fin mot de la mise en scène. On ne sépare pas l'un de l’autre sans danger. Autant vouloir séparer le rythme de la mélodie. Elena tout comme Arkadin est un modèle de montage parce que chacun dans leur genre modèle de mise en scène… Nous sauverons tout ça au montage : axiome type de producteur, donc. Ce qu'apportera au grand maximum le montage correctement fait d'un film par ailleurs dénué d'intérêt c'est précisément d'abord l'impression d'avoir été mis en scène. Il redonnera au pris sur le vif cette grâce éphémère que négligent le snob et l'amateur, ou métamorphosera le hasard en destin. Est-il plus vif éloge de ce que le public tout venant confond à juste titre avec le découpage ?

Si mettre en scène est un regard, monter est un battement de cœur. Prévoir est le propre des deux ; mais ce que l'une cherche à prévoir dans l'espace, l'autre, le cherche dans le temps. Supposons que vous aperceviez dans la rue une jeune fille qui vous plaise. Vous hésitez à la suivre. Un quart de seconde. Comment rendre cette hésitation ? A la question : « Comment l'accoster ? » répondra la mise en scène. Mais pour rendre explicite cette autre question : « Vais-je l'aimer ? » force vous est d'accorder de l'importance au quart de seconde pendant lequel elles naissent toutes deux. Il se peut donc que ce ne soit plus à la mise en scène proprement dite d’exprimer avec autant d'exactitude que d'évidence la durée d'une idée, ou son brusque jaillissement en cours de narration, mais que ce soit au montage de le faire. Quand ? Sans jeu de mot, chaque fois que la situation l'exige, qu'à l'intérieur du plan un effet de choc demande à prendre la place d'une arabesque, que d'une scène a l'autre la continuité profonde du film impose avec le changement de plan de superposer la description d'un caractère à celle de l'intrigue. On voit par cet exemple que parler mise en scène c'est automatiquement parler encore et déjà montage. Quand des effets de montage l'emporteront en efficacité sur des effets de mise en scène, la beauté de celle-ci s'en trouvera doublée, de son charme l'imprévu dévoilant les secrets par une opération analogue à celle qui consiste dans les mathématiques à mettre une inconnue en évidence.

Qui cède à l'attraction du montage cède aussi à la tentation du plan court. Comment ? En faisant du regard la pièce maîtresse de son jeu. Raccorder sur un regard, c'est presque la définition du montage, son ambition suprême en même temps que son assujettissement à la mise en scène. C'est en effet faire ressortir l'âme sous l'esprit, la passion derrière la machination, faire prévaloir le cœur sur l'intelligence en détruisant la notion d'espace au profit de celle du temps. La fameuse séquence des cymbales dans la nouvelle version de L'Homme qui en savait trop en est la meilleure preuve. Savoir jusqu'où l'on peut faire durer une scène c'est déjà du montage, de même que se soucier des raccords, fait encore partie des problèmes du tournage. Un film génialement mis en scène donne l'impression d'un simple bout à bout, certes, mais un film génialement monté donne l'impression d'avoir supprimé toute mise en scène. Cinématographiquement parlant, à sujet égal, la bataille d’Alexandre Newsky ne le cède en rien à La Croisière du Navigator. En somme, donner l'impression de la durée par le mouvement, du gros plan par un plan d'ensemble serait l'un des buts de la mise en scène et l'inverse l'un de ceux du montage. On improvise, on invente devant la moviola comme sur le plateau. Couper un mouvement d'appareil en quatre peut se révéler plus efficace que de le garder tel qu'il a été tourné. Un échange de regard, pour reprendre le même exemple que tout à l'heure, seul un adroit effet de montage peut l'exprimer avec assez de mordant lorsqu'il le faut. Quand dans « Une Ténébreuse Affaire » de Balzac, Peyrade et Corentin forcent la porte du salon Saint-Cygne, leur premier regard est pour Laurence : « On t'aura ma petite » — « Vous ne saurez rien ». La fière jeune femme et les espions de Fouché ont deviné d'un seul coup d’œil leur plus mortel ennemi. Ce terrible échange de regard, un simple champ-contre champ de par sa sobriété même le rendra avec plus de force qu'aucun travelling ou panoramique prémédité. Ce qu'il s'agit de rendre c'est combien de temps durera la lutte puis sur quel terrain va-t-elle se dérouler. Le montage, par conséquent, en même temps qu'il la nie annonce et prépare la mise en scène ; l'un et l'autre sont interdépendants. Mettre en scène c'est machiner, et d'une machination on dira qu'elle est bien ou mal montée.

Voila pourquoi dire qu'un metteur en scène se doit de superviser de fort près le montage de son film revient à dire que le monteur se doit aussi de quitter l'odeur de la colle et de la pellicule pour la chaleur des projecteurs. Rôdant sur le plateau il verrait exactement sur quoi se porte l'intérêt d'une scène, quels en sont les moments forts ou faibles, ce qui incite à changer de plans, et ne céderait donc pas uniquement pour les couper à la tentation du raccord dans le mouvement, a b c du montage, j'en conviens, mais à la stricte condition de ne point l'utiliser de façon trop mécanique, comme par exemple Marguerite Renoir qui donne souvent l'impression de couper une scène alors qu'elle allait devenir intéressante. Chemin faisant, du monteur ce seront alors les premiers pas de cinéaste.

Jean-Luc GODARD.

Mais c'est d'encore autre chose dont il est question dans la réflexion de Niels Bohr.

librebelgique

Messages : 253

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Montage, mon beau souci

Message par BK le Jeu 23 Juil 2015 - 10:58

j'adore cette scène de Eisenstein, la musique de Prokofiev colle parfaitement aux plans et a l'ambiance que ça surprend réellement la première fois:



BK

Messages : 173

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Montage, mon beau souci

Message par librebelgique le Jeu 23 Juil 2015 - 12:18

c'est vrai, surtout des scènes de foule et la manière dont elles sont mises en scène !

librebelgique

Messages : 253

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Montage, mon beau souci

Message par BK le Jeu 23 Juil 2015 - 13:39

J'aime surtout l'arrivée des allemands et les plans quand ils sont à chevaux avec leurs heaumes sur la tête drapés de noir et blanc. Leurs fanions ressemble à un échiquier et on voit les différentes pièces déboulés entre les pions et les pièces majeurs, cavaliers, fous et roi. ça semble surréaliste au premier abord !

BK

Messages : 173

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Montage, mon beau souci

Message par Invité le Jeu 23 Juil 2015 - 14:35

La cantate complète est géniale.

La meilleure interprétation actuellement sur youtube (the battle de 15' à 24')


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Montage, mon beau souci

Message par librebelgique le Jeu 23 Juil 2015 - 19:05

en musique, aussi, peut-être, tu es une médiathèque Wink

librebelgique

Messages : 253

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Montage, mon beau souci

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:40


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum