Mad Max fury Road 2015 George Miller

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mad Max fury Road 2015 George Miller

Message par Invité le Mer 20 Mai 2015 - 16:21

en y repensant, oisif, je me disais que peut être il fallait comprendre le film sous l'angle du spectacle hollywoodien; en général. (c'est une manière de voir).
Le personnage de Furiosa propose au début, en image, une déviation par rapport aux codes actuels_ ce n'est plus le code Hayes mais disons d'autres critères qui uniformisent les productions américaines.
Miller semble avoir pensé son objet, filmé pour une grande part loin des studios, dans un désert zambien, comme une effraction à ciel ouvert, à œil ouvert; les femmes-objets d'immortan-Joe seraient ces corps stéréotypés de l'imaginaire contemporain qui glacent le rêve publicitaire ou cinématographique. Leur fuite offre en parallèle la vision d'autres corps, ceux des sans/sous terre, sans eau, sans rien, corps manquant, manqués, ces corps nôtres vieillissants, pétris, vus par l’œil médical de Miller.
Je laisse de côté l'aspect symbolique, mais non pas politique (le film est construit sur ces deux rails); Les femmes de Joe lui ont laissé un message dans la chambre forte langienne où il les conserve jalousement: "Nous ne porterons pas dans nos ventres tes war boys", les guerriers demeurés de ses conflits incessants pour le pouvoir, entre lait maternel et pétrole des profondeurs.
J'ai lu quelque part un journaliste faire le rapprochement avec les intégristes de El; ce me semblait vraiment discutable. Si l'on part du postulat, que l'on peut discuter itoo, d'une réflexion sur ce que, disons, "véhicule" le spectacle hollywoodien, avec comme grand ponte des studios Immortan Joe, alors l'extrémisme à l'écran à une toute autre virtualité dans le réel. C'est l'idéologie du spectacle des studios qui porte un intégrisme, une univocité guerrière et aveugle. Le regard, ce qui l'empêche, l'obscurci, est un des thèmes mis en image. (Le guitariste par exemple que l'on peut voir dans la bande annonce est aveugle, un cri métallique sur fond de hard-rock comme performance).
Un autre point qui relie celui ci, ce sont les voix. A cette univocité du discours répondent les voix qui hantent l'esprit de Max.
Mad Max n'est pas le personnage central (d'ailleurs l'acteur est vraiment nul) mais agit comme accoucheur du récit, voix multiples et désordonnées de ses démons, des cavernes insondables du corps, des enfants perdus, de la culpabilité. Miller accorde sa scénographie à cette idée que lui fournie également la 3d obligatoire et son impossible focalisation (les deux têtes du lézard qu'ingère Max au début). Multiples personnalités pour deux plans inconciliables mais proches qui font relief. Ainsi nombre de plans présentent une tête avec en arrière plan les corps, les idées, dans un ballet flou et poussiéreux, comme les voix inaudibles que perçoivent seuls les fous et qu'ignorent les autres.
A la fin, quand ils décident de revenir de là où ils étaient partis, ces voix, par un mouvement quasi dialectique, se juxtaposent, font corps, et lancent le dernier harpon de l'histoire, avec au premier plan le visage concentré de furiosa.
Un drapeau rouge et un drapeau noir sur le véhicule à la fin; qu'en penser?
Je trouve, s'il s'agissait aussi de mettre à distance les normes hollywoodiennes, le projet esthétique très pauvre; bien peu de plans, essentiellement à la fin, offrent un peu d'altération, d'écart, finalement.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mad Max fury Road 2015 George Miller

Message par Borges le Mer 3 Juin 2015 - 12:16

Hi;

Vu le film, j'attends de le revoir pour en dire quelque chose de plus que : beaucoup de vitesse, de bruits pour pas grand-chose. Un remake des dix commandements, mais revisité d'après la récente histoire d'Israël; y a la ligne droite de la fuite, et puis le retour chez soi. On fuit les soldats du pharaon, puis on fait demi tour pour s'emparer de l'Egypte, comme y a pas de terre promise. Abraham devenant Ulysse, pour le plus grand malheur de Levinas, qui avait fait semblant d'ignorer le désir de retour dans la pensée judaïque.

(Pour ceux qui n'auraient pas saisi la réécriture des "10 commandements" , comparer la séquence de la tempête de sable à la traversée de la mer rouge)

Sinon, y a pas une idée dans le film, pas une, contrairement à ce que racontent les simplets extasiés de filmdeculte. Des emprunts à des tas de trucs, remaquillés, plus ou moins astucieusement. Un western réduit à la poursuite de la diligence par les indiens; à la grande époque du western, les gens seraient sortis de la salle, mais l'exigence cinématographique a baissé et le désir de cinéma se satisfait d'images accélérées.

Sinon, les allusions aux fascistes de  Daesh et Boko Haram me semblent évidentes. Le film nous offre même une conversion, celle du jeune kamikaze  qui veut rejoindre le Valhala (valAllah, si on veut).


Dernière édition par Borges le Mer 3 Juin 2015 - 13:36, édité 1 fois
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mad Max fury Road 2015 George Miller

Message par Baldanders le Mer 3 Juin 2015 - 12:21

Borges a écrit:Sinon, les allusions aux fascistes abrutis de  Daesh et Boko Haram me semblent évidentes. Le film nous offre même une conversion, celle du jeune kamikaze qui veut rejoindre le Valhala (valAllah, si on veut).

Absolument ! Ça m'a aussi frappé. Daech et Hollywood sont dans le même délire. Sauf que des premiers on dira que c'est ignoble, et du second que c'est un "rêve de cinéma".



avatar
Baldanders

Messages : 351

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mad Max fury Road 2015 George Miller

Message par Borges le Mer 3 Juin 2015 - 12:52

Hi : tout ce que les "damnés de la terre" vivent réellement, Hollywood veut le faire vivre imaginairement à ses spectateurs occidentaux, aux américains. C'est sa manière de s'inscrire dans le réel, de lutter contre les images du monde et de s'en nourrir. Comment donner corps à une image de plus en plus vidée de la vie, du réel, du sens, de l'histoire, de tout référent? C'est le problème. L'image est vide sans le réel, le réel aveugle sans l'image, dirait l'autre. Le réel aveugle, c'est l'histoire pleine de bruits de de fureur des autres, l'image vide, c'est la vie en Occident. Il faut lier les deux : relever le réel du malheur dans l'imaginaire du corps américain.   Aucun pays ne souffre autant que les USA, imaginairement.  Une espèce d'envie, de ressentiment, à l'égard du malheur, du réel douloureux des autres : nous aussi on veut souffrir, avoir nos guerres, nos tremblements de terre, nos villes détruites, nos famines, notre manque d'eau, nos déserts...  Désir inverse du désir des "damnés de la terre", qui rêvent juste de traverser la méditerranée pour vivre. Bref, l'occident est toujours chrétien, dans le mauvais sens du mot, celui que Nietzsche avait dénoncé : désir de passion, de croix, de mort. Mais on ne va pas trop loin dans ce désir, si on excepte quelques cinglés qui veulent donner corps à cet imaginaire, on reste prudemment à distance, comme un sniper, ou un contrôleur de drones, de la mort. On laisse  aux autres la saleté du malheur pour en jouir esthétiquement dans la fiction. Aux uns le documentaire, aux autres la fiction, disait Godard. Et la fiction suppose le corps blanc, qui seul peut incarner l'événement du malheur imaginaire.


avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mad Max fury Road 2015 George Miller

Message par Invité le Jeu 4 Juin 2015 - 12:41

Borges a écrit:Abraham devenant Ulysse, pour le plus grand malheur de Levinas, qui avait fait semblant d'ignorer le désir de retour dans la pensée judaïque.

J'ai connu des gens qui se flattaient de comprendre du premier coup n'importe quel livre écrit par un philosophe, mais faire de même pour n'importe quel livre non-écrit par un philosophe est encore un cran au-dessus.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mad Max fury Road 2015 George Miller

Message par Borges le Jeu 4 Juin 2015 - 15:07

Tony le Mort a écrit:
Borges a écrit:Abraham devenant Ulysse, pour le plus grand malheur de Levinas, qui avait fait semblant d'ignorer le désir de retour dans la pensée judaïque.

J'ai connu des gens qui se flattaient de comprendre du premier coup n'importe quel livre écrit par un philosophe, mais faire de même pour n'importe quel livre non-écrit par un philosophe est encore un cran au-dessus.

Salut Tony;

Moi, je connais un mort qui voudrait discuter avec un spectre, de trucs dont il ne sait que deux ou trois choses; durant toutes les années de ma vie qui ne furent pas vanité des vanités, j'ai potassé tous les auteurs dont je cause, sans m'être jamais pris pour stephen dedalus ou sinbad le marin; l'opposition entre ulysse et abraham est un cliché pour ceux qui ont un peu erré dans les parages de la pensée de levinas.


"Au mythe d'Ulysse retournant à Ithaque, nous voudrions opposer l'histoire d'Abraham quittant à jamais sa patrie pour une terre encore inconnue et interdisant à son serviteur
de ramener même son fils à ce point de départ."

(Levinas)

Pour la seconde partie de ma phrase, il s'agit d'une allusion aux "critiques" éthiques et politiques adressées par derrida à levinas dans certains de ses livres tardifs (références sur demande)


avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mad Max fury Road 2015 George Miller

Message par Invité le Jeu 4 Juin 2015 - 18:00

Il y a surtout un livre de Benny Levy sur la Pensée du Retour chez Levinas, mais je ne sais pas dans quelle mesure Levinas endosserait lui-même la lecture qu'en fait Benny Levy, et s'il n'y a pas forçage, et d'abord il faudrait déterminer ce que recouvre exactement le terme "la pensée judaïque".

Excuse-moi, mais tel que tu l'as formulé, cela veut un peu dire que Levinas, étant juif, a dissimulé le fait qu'il pensait plus que ce qu'il a dit.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mad Max fury Road 2015 George Miller

Message par Borges le Jeu 4 Juin 2015 - 18:14


-Benny Lévy, plus que Derrida? Si je peux me permettre, Benny Levy est une ordure fasciste.
-La pensée judaïque idéalisée, c'est l'altérité, la transcendance, l'autre avant l'être, l'arrachement à la nature, au lieu, au territoire, le désert, l'errance...l'infini contre la totalité...le "je" non plus comme sujet mais comme "me", accusatif, accusé, otage de l'autre; en quelques mots, le judaïsme, c'est : tu nourriras l'affamé; l'orphelin et la veuve, tu protégeras; tu accueilleras l'étranger...
-Comme je l'ai souvent dit, idéologiquement, Levinas c'est une idéalisation du peuple de l'autre (le peuple juif, qui se trouve être son peuple, ce qui rend ambivalente la pensée de l'altérité...puisque cela revient finalement à dire "nous sommes les meilleurs" ou comme chantait queen nous sommes les champions sauf qu'ici c'est plutôt nous sommes les non champions... ) en réaction au peuple de l'être (Heidegger, les Grecs-allemands). Levinas n'a jamais émis la moindre critique sérieuse politique, morale, à l'égard d'Israël; de ce point de vue son souci de l'autre homme, son désir de sortir de l'essence vers l'autrement valait presque celui de Heidegger.
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mad Max fury Road 2015 George Miller

Message par Invité le Ven 5 Juin 2015 - 3:36

J'ai connu des gens qui se flattaient de comprendre du premier coup n'importe quel livre écrit par un philosophe...

Toute la biographie intellectuelle de tlm résumée en une seule ligne, à l'insu de son plein gré: stupéfiant. Comment ne pas rire.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mad Max fury Road 2015 George Miller

Message par librebelgique le Sam 6 Juin 2015 - 1:29

comment ne pas rire ? mais comme toi, tout simplement ... Wink
avatar
librebelgique

Messages : 144

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mad Max fury Road 2015 George Miller

Message par Invité le Lun 8 Juin 2015 - 21:24

Ce qui est effrayant, c'est de qualifier Daech et Boko Haram  de "fascistes" et non pas d'"islamistes" ou même "djihadistes", cette aveuglement (ou refus) quand il s'agît d'employer le mot adéquat est effarant à plusieurs titres:

-ontologiquement, ce transfert (ce n'est même pas une comparaison) suppose qu'il existe un sorte d'essence transcendantale du fascisme, avec des propriétés positives qui relieraient des contextes historiques et politiques différents. Or ceux qui se sont élévés le plus tôt et le plus efficacement contre le fascisme étaient au contraire sensibles à ce qu'il niait ou ce à quoi il n'arrivait pas à accéder, même des conservateurs comme Mann ou Voegelin pensent sa langue comme une langue de l'aliénation, construite contre l'humanité et la culture, à la fois grandiloquente, abstraite et matérialiste.

-historiquement, la confusion des termes "fascistes" et "nazis" sert une vision conservatrice et europeo-centriste de la crise actuelle. Lorsque le FIS terrorisait l'Algérie dans les années 90 et faisait principalement des victimes algériennes, on le qualifiait par le nom qu'il s'était lui-même choisi: islamiste, mais maintenant que cette idéologie intimide l'Europe et l'Amérique du Nord, on devrait employer le terme de "nazisme"? Il y aurait donc deux classes de victimes de l'islamisles, d'après lesquelles désigner de façon différentes la même idéologie?

-cette réduction cache de manière honteuse toute la complexité des contextes historiques respectifs . L'arrivée au pouvoir des nazis s'est fait au moyen d'élections, via des  parti qui ont intégré leur activisme putchiste dans un discours électoral qui aveit une audience auprès de toutes les classes sociales. Les partis conservateurs allemands ont ensuite choisi d'être absorbés dans un régime parti unique. L'annexion de l'Autriche a été plébiscitée. Le fascisme italien a organisée un simulacre d'élection pluraliste un an après la marche sur Rome.  Rien de tout cela dans l'islamisme. En Algérie il est apparu dans un contexte radicalement différent de celui des fascisme européén, à partir d'une transition ratée partant d'un régime de parti unique bureaucratique (l'état FLN), vers un multipartisme, qui a été confisqué. L'état-parti algérien tiens encore aujorud'hui à la fois à l'intérieur et diplomatiquement par la peur du retour du FIS. Quelque chose d'analogue s'est produit dans les autres foyers les plus important du jihadisme, avec l'échec du baasisme (défait par ses prorpes dirigeants) en Irak et en Syrie. L'EI n'a jamais été un parti politique, n'a pas, ne serait-ce que dans sa propagande, de discours sur la représentation et la participation du peuple au pouvoir. Le traitee de fasciste revint à supposer que ceux qu'il séduit actuellement auraient été automatiquement fascistes s'ils avaient hypothétiquement vécus dans les années 30. On considère alors l'islamisme non comme un discours, mais uniquement comme la forme objectivée de l'aliénation de ceux qu'il séduit, alors que c'est l'inverse: c'est un discours de récupération de cette aliénation, qu'il ne cherche pas à surmonter mais à dissimuler.
L'assimilation des islamistes aux nazis est si massivee qu'elle obscurcit aussi complètement la compréhension de l'actualité récente. Ainsi depuis la situation syrienne on oublie complètement ce qui s'est passé en Egypte depuis deux ans, et notamment la condamnation à mort de Morsi, vraisemblablement inique et obtenue à l'issue d'un procès basés sur des charges truquées (et qui vise sans doute à renforcer in fine l'islamisme pour limiter toute chance de transition démocratique). On a ainsi eu cette semaine une  visite de soutien de Marine le Pen au régime égyptien. Parler correctement ces réalités demande un minimum d'information et de scrupule dans l'usage des mots. Pour moi l'emploi du mot nazisme dans un contexte entretient l'amnésie à la fois vis-vis du passé et du présent.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mad Max fury Road 2015 George Miller

Message par Borges le Mar 9 Juin 2015 - 7:48

Tony le Mort a écrit:Ce qui est effrayant, c'est de qualifier Daech et Boko Haram  de "fascistes" et non pas d'"islamistes" ou même  "djihadistes", cette aveuglement (ou refus) quand il s'agît d'employer le mot adéquat est effarant à plusieurs titres:


Tu auras remarqué sans doute que les journalistes, les médias, les experts, les flics, les gars des services spéciaux, les politiciens... utilisent les mots adéquats, "islamiste", "djihadiste"....
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mad Max fury Road 2015 George Miller

Message par librebelgique le Mar 9 Juin 2015 - 9:09

je ne sais pas pour ma part ce qu'en aurait pensé un gars si peu autorisé que notre Pier Paolo de coeur ? Wink
avatar
librebelgique

Messages : 144

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mad Max fury Road 2015 George Miller

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum