D'ailleurs Derrida (Safaa Fathy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

D'ailleurs Derrida (Safaa Fathy)

Message par dreampeace le Mar 28 Jan 2014 - 19:59

Borges a écrit:oui, j'ai vu, "d'ailleurs derrida"; penseur du cinéma, même quand il en cause pas, une pensée de la spectralité ne peut être qu'"une pensée du cinéma; je crois pas que derrida se soit intéressé aux zombies; aux loups-garous, oui; c'est dans ce film que l'on voit dans sa bibliothèque un bouquin de "anne rice"...?

Je ne sais plus pour Anne Rice, mais je vais vérifier d'ici peu, en le regardant de nouveau. J'ai trouvé quelques liens, malheureusement de qualité pas fameuse.

Quelques mots de Safaa Fathy

Nous avons pris le temps, le temps du film, et nous étions toujours pressé de conclure: ¨on arrête là.¨ Il le faut. Les voies sont multiples devant chaque expérience, nombre d’entres elles sont sans issue, elles nous acceuillent en disant ¨oui¨ , mais quand on y pénètre, on se rend compte qu’elles ne mènent nulle part. Comment savoir ? Dans la vie comme dans les tournages aucune pancarte ne signale le oui et le non, les voies sans issue et les routes qui mènent au juste bord. Seuls le désir et l’intuition guident, auwquels il faut se livrer. Or le désir, comme dit Blanchot, se tourne du côté de l’erreur. Alors on erre, seul comme dans le film, ou à plusieurs comme dans le tournage. L’intuition effleure ce quelque chose qui se cherche dans l’oubli d’une ruine, les journées sombres, le malentendu et la peur du lendemain.
Elle touche de temps en temps à cette rumeur encore muette, mais en train de devenir voix. Elle receuille de temps en temps cette lueur de promesse. Toujours et toujours, shut your eyes and see. Voir qui ou quoi les yeux fermés ? Le vrai, qui ne peut être que fiction, la lumière d’essence nocturne, le je toujours un autre, l’à côté d’ailleurs, le oui qui ne peut dire qu’un non, la mémoire qui se voue à l’oubli, et la mer. Champ d’oubli, parole de mémoire et recommencement, rythme et profondeur, rumeur et rivage, et toujours au-delà.
Une voix d’ailleurs, dont la mémoire murmure encore l’incandescent de ce qui a été. Elle aura apaisé les fureurs de ce bruit qui me parvient toujours. Et effacé, et effacé. Elle a oeuvré de sa loi, la loi des restes.




Les liens youtube pour voir le film:












avatar
dreampeace

Messages : 140

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum