La bataille de Solferino de Justine Triet - 2013

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La bataille de Solferino de Justine Triet - 2013

Message par Invité le Mer 18 Sep 2013 - 18:06

C'est un premier film. La réalisatrice a clamé un peu partout ses ambitions, ce qui la sépare du cinéma français. Soit. Mais la réalisation n'est pas à la hauteur de ses ambitions. Elle est comme le disque de musique classique qu'écoute l'ami, vague salarié d'un cabinet d'avocats, qu'il trouve triste et gai, "un art totalisant". Tout le monde de se payer sa tête et le spectateur de penser de ce film, qu'il est sans intérêt à force d'être fécondé par des forces originelles qui devraient en faire un objet étourdissant d'ingéniosité novatrice. C'est quand même en grande partie raté sur cet aspect-là.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Solferino de Justine Triet - 2013

Message par adeline le Sam 12 Oct 2013 - 21:16

Ah mais je ne suis pas du tout d'accord avec toi slimfast. J'ai trouvé le film réussi, en tout cas marquant et remarquable. La première moitié est épatante, jusqu'aux plans de la rue de Solférino, plans de foule rarement vus, très bien filmés. La deuxième partie est très longue, trop longue, mais rend de manière très juste l'énervement, l'agacement et l'épuisement provoqués par Vincent Macaigne (que je ne supporte pas, qui est insupportable dans tous ses rôles, mais là miraculeusement, ça colle). Le film est riche aussi : la critique des médias, de la politique absente, du militantisme mort (et tellement drôle), des journalistes idiots, des flics horribles…

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Solferino de Justine Triet - 2013

Message par Borges le Dim 13 Oct 2013 - 9:02

Pour moi, y a des moments enthousiasmants au début du film, et puis ça devient atrocement insupportable; une impression politique : suffit que le cinéma filme la télé (journalistique-politique) pour la déconstruire, la rendre totalement minable... l'élection présidentielle et sa construction médiatique, les électeurs et leur lieux communs, sont la chose la moins intéressante qui soit, la plus comique...
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Solferino de Justine Triet - 2013

Message par DB le Lun 14 Oct 2013 - 15:54

Hello,

Je n'en ai pas un souvenir incroyable non plus. Ou plutôt mitigé.

Il y a de très beaux moments dans la partie extérieure, lorsqu'elle est sur la moto, que son ex-mari vient rejoindre les enfants, que l'on suit la foule pour individualiser Macaigne. D'ailleurs il faut se décider, il faut faire quelque chose ce type est partout, il est infect, il est exaspérant. Sa voix est insupportable, c'est terrible. Mais bon toute cette partie dehors dans la rue est quand même super.

D'accord avec adeline que le côté un peu cra-cra, irritant, repoussant de macaigne est très bien utilisé dans ce film. Le moment où il s'énerve dans la rue pour je ne sais plus quelle raison mais en répétant que "ça ne se fait pas, qu'on ne fait pas comme ça" j'avais trouvé ça fort. Comme une expression un peu triste, un peu vide qu'on répète sans s'arrêter.


(( Ou alors c'est que les hurlements et l'hystérie collective familiale l'est tellement plus que du coup it even the odds ? ))

Après toute la fin m'a fatigué avec Virgile Vernier avec ces longues séquences de discussion interminables qui ne m'ont laissé aucun souvenir précis. Je pense que la réalisatrice voulait capter

Mais il y a là ce qu'il faudrait dans plus de premiers films: de l'envie, du désir de cinéma, de l'invention et de la promesse. Promesse d'un autre film.
avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Solferino de Justine Triet - 2013

Message par Borges le Lun 14 Oct 2013 - 16:17

adeline a écrit: La deuxième partie est très longue, trop longue, mais rend de manière très juste l'énervement, l'agacement et l'épuisement...
épuisement, c'est aussi un mot qui revient souvent à propos de la vie de adèle, et AK, en général;

les pleurs de la gosse au début du film sont aussi épuisants, insupportables, comme est insupportable l'apathie du baby sitter...

(deleuze liait fortement le naturalisme à une idée de durée qui finit en dégradation, décomposition; le premier dans la littérature à construire la durée, une durée non bergsonienne, ce fut Flaubert, au cinéma ce fut von stroheim...


avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bataille de Solferino de Justine Triet - 2013

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum