Man of steel : Disaster Porn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Man of steel : Disaster Porn

Message par Borges le Lun 24 Juin 2013 - 12:34

Mark Waid a écrit:And then we got to The Battle of Metropolis, and I truly, genuinely started to feel nauseous at all the Disaster Porn. Minute after minute after endless minute of Some Giant Machine laying so much waste to Metropolis that it’s inconceivable that we weren’t watching millions of people die in every single shot. And what’s Superman doing while all this is going on? He’s halfway around the world, fighting an identical machine but with no one around to be directly threatened, so it’s only slightly less noticeable that thousands of innocents per second are dying gruesomely on his watch. Seriously, back in Metropolis, entire skyscrapers are toppling in slo-mo and the city is a smoking, gray ruin for miles in every direction, it’s Hiroshima, and Michael Bay and Roland Emmerich are somewhere muttering “Too far, man, too far”…

Un film immonde, et pas seulement à cause de l'usage qui est fait de l'imagerie "malickienne".




"You will give the people of Earth an ideal to strive towards. They will race behind you. They will stumble. They will fall. But in time, they will join you in the sun. In time, you will help them accomplish wonders."
Jor-El
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Man of steel : Disaster Porn

Message par wootsuibrick le Jeu 27 Juin 2013 - 11:26

Passons sur la débilité et l'incohérence du scénario, on pourrait excuser ses travers par la loi du genre... (enfin... j'aime le premier superman et un tas de trucs de super héros)
Ne parlons que de l'essentiel, qui comme tu le dit est assez immonde : A la fin du film, Ka-El, alias Clark Kent, se défini comme un américain qui a grandi à la campagne pour signifier à des militaires qui le surveille, le peu de danger qu’il représente pour son pays d’accueil. C’est un alien intégré qui certes n’est pas né là mais a grandi et a été éduqué dans les valeurs américaines, paysannes et prolétaires d’autant plus. On le voit durant le film, en plus de son enfance à la campagne, passer du métier de pêcheur à celui de serveur dans un bar. Le Clark Kent journaliste des premiers films de superman n’apparaît qu’à la toute fin.
Mais l’ultime acte de Clark Kent (en plus de sa compréhension de la foi, révélée dans une église grâce aux propos d'un prêtre) pour signifier son intégration, semble avoir été (certes sous pression) d’annihiler les derniers représentants de son peuple d’origine. En évitant l’invasion de la terre par les derniers membres de son espèce, il n’a pas pu non plus accomplir le rêve de son père, une cohabitation entre les deux « races ». Il est l’exception, la seule exception, et ne confirme aucune règle.
Et ce n’est sans doute pas non plus un hasard si les couleurs du costume de superman sont celles du drapeau américain.
Le peuple américain qui ici semble représenter la terre entière, comme il est de coutume dans les blockbusters hollywoodien, fut d’abord alien avant d'exterminer les native american… un peu comme les derniers kryptoniens planifiaient un génocide sur terre, il ne s'agit pas juste d'exterminer physiquement, il s'agit aussi de créer les conditions climatiques (sociales) à une adaptation immédiate des colons à leur nouvelle terre, conditions qui évidemment rejetent la possibilité des anciens habitants d'y survivre. Vision paradoxale, schizophrène ou négationiste?
avatar
wootsuibrick

Messages : 1841

Voir le profil de l'utilisateur http://mondesducinema.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Man of steel : Disaster Porn

Message par Borges le Jeu 27 Juin 2013 - 13:32



Hi woot

-La colonisation, c'est la question politique du film, politique de survie bien entendu : dans ce genre de trucs, la politique n'est jamais affaire de vie, mais toujours de survie, c'est-à-dire le contraire même de la politique. Les kryptoniens doivent leur disparition au fait qu'ils ont cessé leur dissémination sur les autres planètes, épuisant ainsi l'énergie de Krypton; en classe quand on découvre le petit CK, son institutrice pose à la classe une question sur les premiers colonisateurs du Kansas...

-Qui sont les premiers colonisateurs du Kansas?

-Le grand événement dans ce superman, c'est qu'il tue, ce qui pose pas mal de problèmes aux fans de superman, de l'idée de superman : superman ne tue pas; on connaît l'histoire de Alan Moore ( "Whatever Happened to the Man of Tomorrow?"), où superman après avoir été obligé de tuer un super super méchant (Mxyzptlk) "se suicide" symboliquement et se retire  : "No one has the right to kill. Not you, not Mxyzptlk, not Superman... especially not Superman."

-Dans  le film, il tue, et consolé par sa copine, et la vie reprend; tuer "un gars de sa race" est même un gage de son appartenance à son peuple d'adoption...il ne tue pas l'idée superman, mais confirme au contraire la réalité superman, son sérieux, son américanité, son amour des valeurs américaines, démocratiques : le choix, du bien, qui doit parfois se salir les mains. On connaît la tarte à la crème idéologique, qui traîne dans les têtes depuis au moins la guerre froide : nous les démocrates nous sommes trop bons; nos ennemis n'ont pas de valeurs morales, comme nous... si on veut gagner faudra que nous soyons méchants, ah le drame...La méchante kryptonienne (une des réussite du film, je trouve)  dit à superman : "nous allons gagner, parce que tu as des principes moraux, qui sont des handicaps"; quelle idiote...

-Le choix (moins Kierkegaard que démocratie comme supermarché), c'est la raison de la venue au monde de superman, naturelle, contre le système de reproduction génétique qui organise les naissances sur Krypton; un système assez proche du modèle de la république platonicienne, chacun à sa place, de la naissance à la mort. Sur terre, gosse, on voit C Kent lire un bouquin sur Platon, sans doute l'autre platon, le platon idéaliste, qui dit qu'il vaut mieux subir une injustice que la commettre...Le petit Kent ne répond pas aux gosses qui l'attaquent, alors...



-comme dans dernier batman, et avengers, on retrouve dans ce film l'éloge du sacrifice, de la belle et bonne mort, mais c'est pas superman qui se sacrifie, malgré son statut christique, et la situation, qui rejoue les Evangiles, la remise de Jésus aux Romains...



(Je trouve admirable que des amateurs de comics s'opposent à ce film sur un point, bien entendu, essentiel, mais qui semble si futile quand on voit ce qui se fait dans le monde, et au cinéma...)

avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Man of steel : Disaster Porn

Message par wootsuibrick le Jeu 27 Juin 2013 - 14:35

-Le grand événement dans ce superman, c'est qu'il tue, ce qui pose pas mal de problèmes aux fans de superman, de l'idée de superman : superman ne tue pas; on connaît l'histoire de Alan Moore ( "Whatever Happened to the Man of Tomorrow?"), où superman après avoir été obligé de tuer un super super méchant (Mxyzptlk) "se suicide" symboliquement et se retire  : "No one has the right to kill. Not you, not Mxyzptlk, not Superman... especially not Superman."

ça me fait penser à...
Dans la série d'animation Hunter x Hunter y a deux types de méchants...
Y a les méchants quand même humains, ceux qui bien que très peu altruistes envers ceux qui n'appartiennent pas à leur groupe sont quand même humains entre eux...
et les méchants super méchants, qui mêmes entre eux se comportent comme des bêtes... d'ailleurs cette dernière catégorie de méchants n'est pas de l'espèce humaine dans la série.
Le héros Gon qui hésite d'abord à s'imaginer les tuer, les exterminer (bien qu'ils représentent une menace pour l'humanité entière), fini suite à un combat par dire qu'il n'hésitera plus vu qu'il semble que ces supers méchants se traitent entre eux d'ordures et ne respectent pas leurs propres vies. (Peut-être aurait-il hésiter à tuer le super méchant kryptonien de man of steel, vu qu'il se bat pour son peuple...)
Le mentor du héros pense alors à ce qu'il risquerait d'arriver si le héros Gon se rendait compte que ces super méchants peuvent aussi avoir de la compassion pour les autres individus de leur espèce...
pourra-t-il leur faire la guerre sans état d'âme?
Les supers méchants sont des fourmis chimères, c'est à dire des fourmis qui se reproduisent en utilisant le code génétique des espèces qu'elles mangent... et qui notamment en se nourissant d'humains combinent leurs facultés à celles des humains... dans cette série il est donc aussi, comme dans man of steel, question de survie et de l'affrontement mortel entre deux espèces. Mais la question n'est plus celle de la colonisation, c'est carrément celle de la nourriture... je n'en suit pas encore arrivé à cette partie de la série, mais il semblerait qu'à un moment le roi des fourmis chimères pose cette question aux humains : avez vous des états d'âme lorsque vous vous nourrissez d'autres espèces... de cochons, de canards ou de poissons?
Question que se posait (il me semble) l'un des personnages de L'insoutenable légéreté de l'être de Kundera à propos d'extraterrestres qui nous seraient "supérieurs" en matière d'intelligence. Ne pourraient-ils pas nous voir comme un élément qui prendrait place dans leur chaîne alimentaire?

Autre point à rapprocher de Man of steel : la société des fourmis chimères s'organise assez sur le modèle de celle des fourmis que nous connaissons... c'est à dire que génétiquement chacun a une place déterminée dans l'organisation sociale. Bien qu'une part d'individualité apportée par le code génétique humain vient un peu troubler l'ordre d'origine.

Il me semble qu'à une époque et encore aujourd'hui, bien qu'admirant les facultés sociales des jaunes et surtout des japonais, comme pour les exclure de l'humanité de la civilisation occidentale, il arrivait, il arrive qu'on les compare à des fourmis sans individualité...
avatar
wootsuibrick

Messages : 1841

Voir le profil de l'utilisateur http://mondesducinema.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Man of steel : Disaster Porn

Message par Borges le Mer 3 Juil 2013 - 16:00

Hi

Dans son  petit livre (très bon) sur "Voyage en Italie", Bergala écrit : Rossellini, contrairement aux films riches, qui détruisent le décor et laissent intact les acteurs-personnages, détruit les acteurs-personnages et laisse intact le décor...

(Et encore... il parlait pas des blockbusters super héroïques...)

Ce qui me rappelle les bagarres dans le dernier WKW, "The Grandmaster"; l'un des impératifs (esthétique, moral, de maîtrise) quand elles se passent en intérieur, c'est de ne rien casser : "Qui casse, perd".
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Man of steel : Disaster Porn

Message par wootsuibrick le Jeu 4 Juil 2013 - 6:47

ou qui se fait casser son biscuit, perd.
avatar
wootsuibrick

Messages : 1841

Voir le profil de l'utilisateur http://mondesducinema.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Man of steel : Disaster Porn

Message par DB le Mer 31 Juil 2013 - 18:16

It's a credible Superman for now. But I'm not sure about the killing thing. I don't want to sound like some fuddy-duddy Silver Age apologist but I've noticed a lot recently of people saying Batman should kill the Joker and, yeah, Superman should kill, he should make the tough moral decisions we all have to make every day. I don't know about you, but the last moral decision I made didn't have anything to do with killing people. And I don't think many of us ever have to make the decision whether or not to kill. In fact, the more you think about it, unless you're in one of the Armed Forces, killing is illegal and immoral. Why would we want our superheroes to do that?

There is a certain demand for it, but I just keep wondering why people insist that this is the sort of thing we'd all do if we were in Superman's place and had to make the tough decision and we'd kill Zod. Would we? Very few of us have ever killed anything. What is this weird bloodlust in watching our superheroes kill the villains?
avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Man of steel : Disaster Porn

Message par balthazar claes le Mer 16 Avr 2014 - 13:28

La légende d'Hercule, naissance d'un héros - 300 : naissance d'un empire

Cette fascination pour la Grèce antique relève certainement de l'idéologie définie comme reflet inversé de la réalité. A l'heure où la Grèce se fait assassiner par l'Europe, cette figure d'un Grec héroïque constitue le degré maximal d'écart entre le réel et la fiction.

De genre crypto-gay : c'est le paradis du torse huilé et de la jupe pour homme, mais sans ambiguité aucune. Fondation fantasmée d'un occident chrétien, torride mais pas inverti ; saine camaraderie des vestiaires moites. On comprend que le public logique de ces films puisse s'opposer au mariage pour tous car effectivement y'a danger ; ce serait la porte ouverte à toutes les fenêtres. Ça doit être l'envers du familialisme, côté fondements positifs de l'idéologie conservatrice ; à côté du home sweet home, il y a la fraternité militaire, fondée sur la discipline, l'esprit de corps, le sens de l'égalitarisme sacrificiel : on va tous y passer, le combat est perdu d'avance... : ce n'est donc pas à titre personnel qu'on sera sacrifié, et c'est là une forme de justice, de progrès social. Famille & armée, les deux piliers de l'ordre du monde.

Eva Green est envoyée par le roi des Perses à la tête d'une armée innombrable  pour éradiquer les Grecs et leur saleté de démocratie (démocratie = être tout nu entre hommes sans être gay, donc). Choisie pour ses compétences tactiques hors du commun, elle se contente poutant de déléguer toutes les opérations. Sa seule prise de décision consiste à coucher avec le chef des Grecs pour tenter de l'entrainer dans son camp : sans succès ; puis elle meurt. En fait c'est le même rôle que celui d'une méchante James Bond Girl, tel qu'expliqué par Umberto Eco quelque part ; rôle qu'elle avait déjà tenu : traumatisée par une enfance violente, elle devient traitre à son camp, avant d'être révélée charnellement par le héros, puis de décéder bêtement.

Hercule est présenté à peu près comme le Christ brutal du sketch des Inconnus : fils de Dieu, il va leur en mettre plein la gueule - "Je n'ai jamais vu distribuer autant de pains à la fois", comme ils disaient. D'une facture plus que médiocre, le film est tout de même moins pénible à voir que 300. D'une part à cause des  gerbes de sang épais, visqueux, qui viennent recouvrir l'écran en slow motion dans ce dernier : c'est vraiment dégoûtant.

Au mépris des sources mythologiques, Hercule est transformé en chef d'armée, en meneur. Au moins ne l'est-il pas tout le temps, et accomplit-il quelques exploits en solo. (les 12 travaux n'ont pas encore commencé ; ils comptent placer une ou deux suites). 300-2 en revanche se cantonne au registre du film de guerre ; et c'est vraiment rasoir de regarder des hordes de figurants pixellisés tomber comme des mouches au ralenti.

L'épopée prend son sens autour de la figure du héros jeté au milieu de la mêlée ; un peuple n'est rien sans ses héros. (De la même manière, les films récents consacrés à Persée et Thésée étaient moins nases que 300, à mon sens - mais ça se discute, bien sûr.) Le chef naturel, dans 300-2, se distingue par des qualités dans le genre de celles d'Ulysse, ruse et sens de la stratégie. C'est un peu déplacé, comme le serait le profil d'un enquêteur subtil style Sherlock Holmes dans "Massacre à la tronçonneuse".

balthazar claes

Messages : 1009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Man of steel : Disaster Porn

Message par Borges le Mer 16 Avr 2014 - 14:17

balthazar claes a écrit: et c'est vraiment rasoir de regarder des hordes de figurants pixellisés tomber comme des mouches au ralenti.

Hi;

Serge Daney disait je sais plus où n'avoir jamais aimé le dessin animé (cartoons)  parce qu'y manquait le négatif, la possibilité de mort, avant "Qui veut la peau de R.R.?", qui marque  l'intrusion de la mort dans un domaine qui l'ignorait,  et donc de l'amour, si on doit en croire derrida : on ne peut aimer qu'un être mortel...

la pixellisation, c'est le mouvement inverse, le rêve de Hitchcock, qui enviait walt disney : "s'il est pas content, il lui suffit d'effacer, et de jeter à la poubelle", fantasme enfantin, ou divin, de toute puissance; politiquement,   c'est un déplacement de ce que disait Badiou :  zéro mort, parce que mort de zéros...

on a la même chose dans le "Noah"...où les hommes méchants subissent le sort des horribles créatures du seigneur des A, et du hobbit...

la mort est rare au cinéma, elle est réservé aux bons, qui ne meurent pas...


avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Man of steel : Disaster Porn

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum