Le pouvoir (P. Rotman)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le pouvoir (P. Rotman)

Message par DB le Ven 21 Juin 2013 - 10:20

Au début du film, un panneau introductif explique la démarche du film, l'exclusivité de son tournage, sa date de fin. Pour renforcer cet aspect "ce-qu'on-en-a-de-la-chance-d'être-là", les premiers instants du film montrent la passation de pouvoir entre Nicolas Sarkozy et François Hollande d'un point de vue idéal, très dégagé (le rêve du documentariste, le cauchemar pour les journalistes).

L'idée dans ces plans (très longue investiture) pour Rotman c'est d'écraser les journalistes, les reporters, tous ceux qui sont à côté et voudraient la même exclusivité. Ce n'est pas tant la passation de pouvoir entre un ex et un futur président; c'est l'exercice du pouvoir de l'homme du pouvoir, le documentariste bien placé au réseau énorme, le type qui filme des présidents.  

Bref; les premières minutes le font comprendre, ici, c'est l'immersion : pénétrer les arcanes du pouvoir. Raymond Depardon pointe le bout de son nez dans une séquence exposant les coulisses de la photo présidentielle. Mais ça s'arrête là; on est loin de Partie de Campagne. Jamais on ne remettra le discours de communicant en cause; jamais de contradictons ne sont font apparentes. Jamais le pouvoir en tant que tel n'est filmé pour ce qu'il est.

La seule chose que le film montre c'est à quel point la politique d'aujourd'hui est gangrénée par la communication, vampirisée par les éléments de langage. Le plus horripilant est une voix off, probablement le fruit d'un entretien avec François Hollande, qui vient rythmer, ponctuer le film de ses phrases vides dont le sens est entièrement tourné vers une représentation du pouvoir millimétrée.

En fin de compte, c'est à l'Elysée ce que La maison de la radio était à Radio France. Un film sans idées, plat; se faisant passer pour un ersatz wisemanien alors qu'il s'agit d'une commande déguisée. Que Rezo films produise et distribue le film me laisse pantois.

C'est assez épuisant comme sensation d'aller voir un film armé d'idées préconçues, bardé de prénotions... et de se les voir toutes confirmer par l'exécution, la distance, la mise en scène dudit film.
avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir (P. Rotman)

Message par Borges le Ven 21 Juin 2013 - 15:05

DB a écrit:C'est assez épuisant comme sensation d'aller voir un film armé d'idées préconçues, bardé de prénotions... et de se les voir toutes confirmer par l'exécution, la distance, la mise en scène dudit film.

-tu veux dire que tu es allé voir le film en te disant qu'il serait con, et qu'il a  confirmé tes craintes?
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir (P. Rotman)

Message par DB le Ven 21 Juin 2013 - 16:25

Tout a fait!
avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir (P. Rotman)

Message par Invité le Ven 21 Juin 2013 - 18:19

t'as pas été déçu alors, le film a vérifié tes certitudes, t'as du être comblé, lol

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir (P. Rotman)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum