Les Palmes qui ont fait de l'argent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les Palmes qui ont fait de l'argent

Message par careful le Lun 27 Mai 2013 - 15:14

Cela fait suite, ou inversement, à ce papier.

Pourquoi seulement maintenant ? Ils peuvent se le demander, entre deux lectures de blogs, voir de Martini méditerranéens So Filmeux.
Ils.





Au delà de l'atlantique... par exemple,mais si. Justement.

Le printemps vert disent ils à Hollywood; théâtre de chambre où il faut bien marqueter ton indignation avec ton époque vu sous le prisme de ton abonnement TV Box.


"A l'origine de ce mouvement, les problèmes des studios Rythm and Hues qui ont mis la clef sous la porte il y a à peine un mois alors que deux des films pour lesquels ils avaient réalisé les effets spéciaux - Blanche Neige et le chasseur et L’Odyssée de Pi – étaient nominés aux Oscars. Près d'un tiers des 700 employés de la société ont été licenciés."

"Le 24 février, le réalisateur Ang Lee a reçu l’Oscar du meilleur réalisateur. Lors de son discours, il n’a pas remercié la compagnie Rhythm & Hues, sans qui le film n’aurait pas pu exister"




J'entends B.Bejo remercier les Techniciens et Asghar Farhadi à l'instant sur mon replay de ma SFR box pendant que j'écris ces lignes, lors cette remise de prix de cette merde de bord de mer.



"la production de l’Odyssée de Pi a coûté environ 120 millions de dollars et en a rapporté près de 600 millions, l’entreprise à l’origine des effets spéciaux, Rhythm&Blues, ne touche pas de pourcentage en fonction des bénéfices générés. Elle est simplement sous contrat. De nombreux artistes qui ont travaillé soirs et week-ends pour créer les effets spéciaux du film se retrouvent sans emploi et attendent toujours d’être payés."

"Une meilleure réglementation des contrats pour encadrer les demandes abusives des producteurs, une retraite et une assurance santé pour tous les salariés, un intéressement sur les recettes d’un film, pas de déménagement pour trouver du travail tous les six mois, des journées de huit heures et une rémunération équitable sont réclamés. Selon un employé du milieu, les journées de travail peuvent s’étendre de 12 à 16 heures par jour, favorisant la montée en pression. « J’ai vu des moniteurs jetés à travers les fenêtres, j’ai vu poings traverser les moniteurs, indique Dave Rand, un vétéran de l’industrie hollywoodienne. Vous vivez au travail. Vous vivez à travers de la chose même que vous créez. Vous dormez, rêvez à son sujet. Vous vous réveillez et y pensez ».

250 employés de la compagnie Rhythm & Hues, qui a travaillé sur le film, ont été licenciés la semaine dernière. Nombre de ces employés s'étaient réunis près du Kodak Dolby Theatre où se tenait la cérémonie des Oscars.
La compagnie a fait faillite et ne payait plus les salaires depuis un moment, elle espérait cependant recevoir un prêt d'urgence de la part des studios 20th Century Fox et Universal, d'un montant de 17 millions de dollars, afin que leurs employés puissent au moins terminer les travaux en cours. Par exemple, les studios Legendary Pictures ont payé environ 5 millions de dollars pour que les effets spéciaux soient terminés sur le film The Seventh Son.


"Le 27 février, une pétition “Pour mettre fin à l’exportation des métiers des effets spéciaux vers les pays qui offrent des subventions déloyales” a été mise en ligne sur le site de la Maison Blanche. "


Mais faites donc.
Mais,
mais, je ne crois pas que Norrin Radd y fera grand chose.

Chauffage solaire par collecteurs fabriqués à bases de canettes




Khairul Aqmal :




Le discours d'enculé, pas si Little Richard sur le rock, lol, que j'ai entendu ce WD, en gros les conneries d'un Simon Reynolds sur le rock n roll par exemple...se synthétise ici par un :

Spoiler:
"Pour les connaisseurs, cette déferlante de statuettes ne faisait aucun doute, mais pour les détracteurs de la 3D-relief, c'est une véritable surprise. La version cinéma de ce roman réputé inadaptable a donc emporté les suffrages de l'Académie des Oscars devant les machines de guerre qu'étaient les autres nominés.

En récompensant un film en 3D-relief pour la seconde année (Hugo Cabret de Martin Scorsese avait reçu 5 Oscars en 2012), les votants considèrent donc que la 3D-relief est un élément de construction de l'histoire comme un autre, que ce soit le son, ou la lumière et non un artifice ou un gimmick. Il faut dire que la subtilité et la qualité du relief de "Pi" sont des exemples à suivre pour nombre de réalisateurs qui veulent se lancer dans le format, bien loin des effets gadgets que l'on trouve habituellement dans les productions hollywoodiennes.

Alors pourquoi, et ce depuis plus d'un an, est-il de bon ton dans la presse cinéma et culturelle d'enterrer la 3D et de n'avoir d'yeux que pour la 4K ? Les journalistes sont-ils téléguidés par les fabricants de matériel
audiovisuel qui envisagent déjà l¹avenir et intègrent désormais la 3D par défaut dans les caractéristiques de leurs nouveaux téléviseurs lancés sur le marché ? La HD n¹est plus un argument de vente, la 3D est entrée dans les moeurs, il faut bien vendre de la nouveauté.

Qu'en est-il vraiment de cette opposition 3D/4K ?

Pour nous, professionnels, cette opposition n'existe pas. En moins de 3 ans, la 3D a su s'imposer dans le paysage cinématographique mondial (la France a encore et toujours du retard mais quelques projets de films sont en cours et de nombreux documentaires ont été et sont en cours de production). Elle s'est imposée aussi bien au cinéma que chez les particuliers avec environ 20% de téléviseurs compatibles installés. Les ventes de BluRay 3D ont doublé en 2012 et semblent suivre la même direction en ce début 2013. Il existe une centaine de chaines 3D dans le monde (mais là encore la France fait figure de parent pauvre...), les particuliers équipés regardent en moyenne 10h de programme 3D par semaine.

Cette opposition n'existe pas, disais-je, car la 3D et le 4K sont deux choses totalement différentes. Là où la 3D apporte une nouvelle expérience pour le spectateur, la 4K n'est finalement qu'une amélioration de la HD qui tente de s'approcher de la qualité de l'image imprimée sur pellicule 35mm, en train de disparaître petit à petit. Il s'agit presque d'un retour aux sources, en tout cas d'un rattrapage sur la qualité perdue lors du passage de l'analogique au numérique.

Car la 4K n'a pour l'instant qu'un mode de diffusion possible, le cinéma.Et un certain nombre de films ont déjà été tournés dans ce format, y compris en 3D. La 4K n'est pas une nouveauté pour les réalisateurs, le battage médiatique fait autour du format n'a donc pas lieu d'être. En effet, en l¹état actuel des choses et en dehors des salles de cinéma et de quelques canaux de tests, la 4K se heurte à un problème majeur pour les diffuseurs, le coût de la bande passante.

Car là ou une chaine HD ou 3D est diffusée avec un débit allant de 5 à 12 Mbps, que ce soit sur les boxes ou le satellite, il faut en moyenne de 40 à 50Mbps pour diffuser une chaine en 4K. Quel diffuseur est prêt à payer de 5 à 10 fois plus cher un canal pour diffuser en 4K, à l'heure où la tendance est plutôt à la baisse du débit des chaines HD (le débit a été divisé par deux en quelques années) ? Aucun. Les chaines 4K ne sont donc pas pour tout de suite, et même l'avènement proche du H265 qui nous promet une qualité égale pour un débit divisé par deux ne changera rien à cet état de fait. J'en veux pour preuve le fait que la majorité des chaines actuelles ne sont pas encore passées à la HD presque 10 après son lancement...

La seule véritable avancée du 4K est finalement à mettre au bénéfice de... la 3D-relief qui, grâce à ce format se rapproche un peu plus de la 3D sans lunettes en améliorant la qualité de ce type de téléviseurs qui ont encore bien des progrès à faire. Mais là encore, on se heurtera au problème de la bande passante... Le serpent se mord la queue.

Alors que 31 films en 3D-relief sortiront en 2013 au Etats-Unis, il est temps pour les journalistes, qui s'empressent de vouloir enterrer la 3D au profit du 4K, de reconnaître leur erreur et d'applaudir à cette belle réussite qui confirme, s'il en était besoin, que la 3D a un bel avenir dans l'industrie cinématographique et en télévision.

Un papier de Fabien Remblier...
Fabien Remblier est réalisateur 3D relief, auteur du livre "Tourner en 3D relief", hein."







Les palmiers qui ont perdu de l'argent.
avatar
careful

Messages : 687

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Palmes qui ont fait de l'argent

Message par wootsuibrick le Mar 28 Mai 2013 - 5:19

Hors VFX, pour en revenir au post de Mangeclous, y a aussi l'histoire de Kechiche (ça renvoi à des discussion qu'il y a eu ici à propos du statut d'intermitent du spectacle, je crois...)

http://www.lemonde.fr/festival-de-cannes/article/2013/05/24/des-techniciens-racontent-le-tournage-de-la-vie-d-adele_3417150_766360.html
avatar
wootsuibrick

Messages : 1834

Voir le profil de l'utilisateur http://mondesducinema.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Palmes qui ont fait de l'argent

Message par careful le Mar 28 Mai 2013 - 9:56

(C' etait le lien en hypertexte justement que j avais posté au tout début. Mais je viens de relire mon post...et je crois qu il faudrait que j arrête la bière avant de venir ici. ^^)
avatar
careful

Messages : 687

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Palmes qui ont fait de l'argent

Message par wootsuibrick le Mar 28 Mai 2013 - 9:59

ok. Smile
avatar
wootsuibrick

Messages : 1834

Voir le profil de l'utilisateur http://mondesducinema.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Palmes qui ont fait de l'argent

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum