Tarantino : Django Unchained

Page 5 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:15

Ce n'est pas de l'originalité à tout prix ni une fascination pour l'abstraction, mais uniquement le fait qu'internet n'autorise pas le tutoiement (tojjorus un mensonge ou une dissimulation), et escamote le vouvoiement comme une vieillerie qui est pourtant le seul domaine où il permet un échange réel. Du coup rédéfinir ou souligner les termes des énoncés et la forme la plus voisine du dialogue, la seule chance de faire survenir une hétérogénïté ou une multiplicité de discours qui ne soit pas irrationnelle..


Dernière édition par Tony le Mort le Jeu 31 Jan 2013 - 20:20, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:19

Vous me racontez des cracs, cher ami:

je n'ai point oublié votre intervention nocturne dans la shoutbox d'enculture, où anonymement vous vous êtes senti tenu de passer m'insulter (alors que j'étais en position de faiblesse: attaqué par plusieurs et me défendant seul), me traiter de crétin, de couillon, qui croit que les francmacs lui ont volé son travail (alors que c'était un running gag de ma part). Et au fil de votre diatribe vengeresse, vous n'avez nullement usité du vouvoiement à mon égard. J'ai la mémoire des offenses: voulez-vous que je vous rafraichisse la mémoire par l'émission de quelque archive de la Mère Docu? lol

Charité bien ordonnée commence par soi-même, apôtre du Réel.


Dernière édition par Baudouin II de Barvaux le Jeu 31 Jan 2013 - 20:29, édité 4 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:20

le protestant est dans la vie, ne croit pas au dogme de l'immaculée conception d'où mon trouble quand j'ai vu, assez jeune, le film de Oliveira, Bénilde ou la vierge mère ou durant la projection tout est fait pour que l'on croit à cette vierge mère et qu'a la fin de façon insidieuse, pas très claire, soit évoquée la possibilité d'une scène de théâtre. J'avais flippé.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:21

Baudouin II de Barvaux a écrit:Vous me racontez des cracs, cher ami:

je n'ai point oublié votre intervention nocturne dans la shoutbox d'enculture, où anonymement vous vous êtes senti tenu de passer m'insulter, me traiter de crétin, de couillon, qui croit que les francmacs lui ont volé son travail (alors que c'était un running gag de ma part). Et au fil de votre diatribe vengeresse, vous n'avez nullement usité du vouvoiement. J'ai la mémoire des offenses: voulez-vous que je vous rafraichisse la mémoire par l'émission de quelque archive de la Mère Docu? lol

Charité bien ordonnée commence par soi-même, apôtre du Réel.

L'hystérie commence à deux., et quand on fait sur un forum comme si on n'était que deux il faut accepter le retour du boomerang.


Dernière édition par Tony le Mort le Jeu 31 Jan 2013 - 20:23, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:21

Baudouin II de Barvaux a écrit:Vous me racontez des cracs, cher ami:

je n'ai point oublié votre intervention nocturne dans la shoutbox d'enculture, où anonymement vous vous êtes senti tenu de passer m'insulter, me traiter de crétin, de couillon, qui croit que les francmacs lui ont volé son travail (alors que c'était un running gag de ma part). Et au fil de votre diatribe vengeresse, vous n'avez nullement usité du vouvoiement à monégard. J'ai la mémoire des offenses: voulez-vous que je vous rafraichisse la mémoire par l'émission de quelque archive de la Mère Docu? lol

Charité bien ordonnée commence par soi-même, apôtre du Réel.

c'est quoi ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:26

Tony le Mort a écrit:

L'hystérie commence à deux., et quand on fait sur un forum comme si on était que deux il faut accepter le retour du boomerang.

Encore une belle connerie sous votre clavier, le morbide. Vous vous passez bien de l'autre pour être hystérique. Votre "retour du boomerang" consistait à intervenir anonymement dans une controverse entre trois personnes, au moins, par l'émission de seules insultes, et ne comportait ni "retour" ni "boomerang": juste la petite jouissance médiocre d'un anonyme qui s'autorise ce qu'il condamne chez les autres.
Dorez votre pilule si ça vous chante, mais pas sur mon dos.


Dernière édition par Baudouin II de Barvaux le Jeu 31 Jan 2013 - 20:27, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:26

Et pourquoi ce serait un running gag avec franmac? Imagine que quelqu'un mentionne un autre groupe (les Flamands, les Arabes, les Chômeurs en fin de droit, les Chômeurs en milieu de droit). Ni la logique ni la raison du propos ne serait changée finalement.

Donc il y a la running gag qui ressemble à du racisme mais qui n'est pas grave parce qu'elle n'est qu'une running gag, et l'inverse qui est dangereux. Mais qui distingue à part toi? Ne pas l'expliquer cela revient à vouloir dire que la séparation entre le racisme et le mauvais esprit conscient de soi est dans le groupe que l'on cible.


Dernière édition par Tony le Mort le Jeu 31 Jan 2013 - 20:29, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:28

C'est un running gag, amplement explicité à de nombreuses occasions. Maintenant, lâchez moi la grappe, votre compagnie forcée me fatique et ne me sied point. Fin de l'interlude, retour au sujet.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:30

Bauouin, t'es-tu posé un jour cette question qui va t'apparaître sans doute vertigineuse, je n'en doute pas une seconde: quel était le statut d'un running gag, quand il a été dit pour la première fois?
En d'autre terme, vaut-il mieux attaquer la connerie par le début, ou par la fin?
On est en plein dans le sujet en fait.


Dernière édition par Tony le Mort le Jeu 31 Jan 2013 - 20:37, édité 4 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:32

je suis naïf dans ces zones là ! Mais de quoi vous parlez au juste.




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:36

La vérité du running gag est manifeste quand on lit mes trucs sur mon blog (personne ne vous y oblige, bien évidemment): je parlais de "franc-maçonnerie" à un moment, pour le fun (j'y crois même pas, à la "franc-maçonnerie", ça n'a aucune existence pour moi), et d'autre part, de "Verviers".
(je n'ai jamais parlé de francs-maçons à Verviers: c'est vous qui étiez venu tenter de me ridiculiser dans la shout en me traitant de crétin et couillon qui "fantasme que les francs-maçons de Verviers lui ont volé son job", ce qui est à la fois une projection délirante de votre part, et un signe de votre connerie récurrente, et comme si ça devait décrédibiliser mes interventions dans le jadis-débat sur Sartre).

Le running gag, c'est, par définition, un gag répété, le comique naissant du retour d'un motif insignifiant. Comme "cinéphile verviétois", etc.

Maintenant, lâchez moi la grappe, again. C'est suffisamment pénible d'essayer de deviner au pif le sens de vos posts, à la sémantique erratique et torchés directement avec le derrière. Wink


Dernière édition par Baudouin II de Barvaux le Jeu 31 Jan 2013 - 20:54, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:39

bon y'a de l'eau dans le gaz. Mais vous êtes voisins, non ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:40

Un jour sur le froum des Cahiers quelqu'un (pas moi, mais c'était justement un Belge) a fait remarquer au détour de la manière dont tu parlais de la belgitude (comme un provincialisme subi) que tu ne mettais avant que ce que tu considérais comme un handicap, avec cette manière de croire lutter contre un cliché rien qu'en le confirmant par l'absurde.
Pas faux.
C'est quand-même une manière d'habiter sa mauvaise foi.


Dernière édition par Tony le Mort le Jeu 31 Jan 2013 - 22:34, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:41

Y a pas d'eau dans le gaz. Y a pas d'eau. Y a pas de gaz. Y a pas de Tony. Pour moi, Tony, c'est juste une phraséologie imbitable et des amphigouris argumentatifs incompréhensibles. Et il n'est pas le seul à pratiquer ça, donc il se confond pour moi avec plein de forumeurs qui écrivent de cette façon, en se torchant et en prenant leur interlocuteur pour un torche-cul.

Bonsoir Tony. rhzz

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:45

j'ai pas tout compris T'es pressé Tony : tu veux que tout tienne en trop peu de mot : c'est quoi cette histoire de cliché confirmé par l'absurde ? Où il est l'absurde là dedans ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:48

Baudouin II de Barvaux a écrit:Y a pas d'eau dans le gaz. Y a pas d'eau. Y a pas de gaz. Y a pas de Tony. Pour moi, Tony, c'est juste une phraséologie imbitable et des amphigouris argumentatifs incompréhensibles. Et il n'est pas le seul à pratiquer ça, donc il se confond pour moi avec plein de forumeurs qui écrivent de cette façon, en se torchant et en prenant leur interlocuteur pour un torche-cul.

Bonsoir Tony. rhzz

faut te reconnaître ce mérite tu parles on ne peut plus clairement.
en revanche je crois que tu te dis plus méchant que tu ne l'es. c'est un souhait ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:50

Il y a quand-même une disproportion entre l'insistance avec laquelle tu intimes autrui (moi en l'occurrence) de se justifier (comme si le manque de rigueur de son discours était d'emblée l'usurpation d'une autorité), et ta stratégie lorsque c'est à toi que cette justification est demandée: évasif jusqu'à l'insulte.

Comme si l'insulte chez toi remplissait la fonction du mythe platonicien: mettre en scène les apories d'un discours ou les paradoxes d'une position sans les assumer. Du coup, oui, personne n'est irréprochable avec toi par le seul fait qu'il ne l'est pas en général, et c'est pour toi la tragédie de la normalité elle-même.


Dernière édition par Tony le Mort le Jeu 31 Jan 2013 - 20:58, édité 4 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 20:54

oh non tu exagères Tony ; d'abord il ne méprises pas et ensuite il s'explique souvent par de grandes tartines. Là c'est un de tes complexes de je ne sais quoi, dont tu fais montre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 21:00

Ouai j'ai des complexes, et je n'aime pas qu'"on joue avec", ou plus précisément avoir l'impression qu'on s'appuie sur le fait d'avoir des compexees comparables pour savoir comment les accuser. Cela met quand-même en jeu les formes générales de la sociabilité d'une personne, et pas que sur un forum.
Ces situations subies de manière inexpliquées sont souvent reproduites ailleurs à la mauvaise place par celui qui en a souffert initialement...
Il y a peut-être trop de philosophes sur ce forum, et pas assez de psychologues. L'asymétrie christique du sacrifice, et de ses voies détournées (sauver les autres en les agressant, c'est souvent un trop beau rôle) c'est bien joli et peut être utile une fois ou deux, mais la réciprocité est parfois pas mal non plus.
Enfin c'est mon point de vue de toche-cul.


Dernière édition par Tony le Mort le Jeu 31 Jan 2013 - 22:35, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 21:18

tu te fais des idées Tony : les reproches que tu crois qu'on te fait sont à la vérité ceux que tu t'adresses à toi même. Personne ne déplore qui, et ce que tu es. Ce forum est fait de gens intelligents et souvent sensibles. Réjouis toi d'en faire parie, d'en être aussi l'artisan. Ne sois pas impatient. Donne aux autres ce que tu aimerais qu'on te donne.
C'est pas du prêchi-prêcha, j'y crois. Faut jamais perdre de vie sa croyance.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 21:23

A vrai dire tu touches juste: je crois que ma croyance dans le cinéma diminue en même temps que ma croyance dans le sérieux général de l'existence (bref je me désole de vieillir et en fait un sujet). Et je soupçonne que le fait de voir le Tarantino ne va pas arranger les choses.
Je cherche plutôt des refuges idéologiques que des vérités (Lévinas a dit je crois que Heidegger méconaissait que la technologie, comme refuge, pouvait être belle et légitime, justement depuis l'intérieur de ce qui en fait une idéologie).
C'est un peu embrouillé, mais finalement Tarantino a toujours mis en scènes des refuges: les Muscle Cars pieusement conservées puis détruites ou bien coquilles contre le mal, le B: le fait d'être à la fois devant sa télé et à l'intérieur du film, protégé et exposé, c'est son sujet.A l'époque de Pulp Fiction, on ne savait pas que ce refuge serait décliné à travers les époques.


Dernière édition par Tony le Mort le Jeu 31 Jan 2013 - 21:45, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 21:32

Il y a des raisons objectives à la baisse de la foi dans le cinéma, bien connues.
Il n'est pas sûr que le médium de la salle soit encore adapté technologiquement au XXIème siècle: disparition de la réalité physique de la projection qui était pourtant l'occasion d'une expérience partagée.

Ensuite la vieillesse du cinéma accuse un clivage à l'intérieur de la projection, entre cinéma commercial diffusé dans un marché (qui se clive lui-même entre salle, DVD déjà en crise, puis VOD), les festivals (qui deviennent sans doute le vrai lieu du "cinéma du milieu"), et cinéma alternatif (diffusé hors du circuit commercial, ouvert sur la contre-culture ou la sous-culture).
Disons que le cinéma commercial cesse d'être lui-même un vecteur de critique, de "travail du négatif" (ceux qui s'estiment les propriétaires du concept vont encore hurler), alors qu'il a pu l'être entre Lubitsch, Renoir, Lang et les années 2000.

"Adieu" de Des Pallières pa exemple, c'était déjà terne, même si le film avait des mérites: un film de Resnais comme "La Guerre est Fine" me semblait plus vivant, plus travaillé par le réel. A la limite dans le Woody Allen de Vicky Christina et Match Point, le négatif bougeait encore un peu (Allen l'a découvert mourant sembe-t-il).

Un fait indique que les films ne constituent plus des évènement: ils se retrouvent en DVD presque en même temps qu'ils sont en salle, le renom de l'auteur devient proportionnel au délai temporel qui sépare els deux supports (lent pour Godard, moyen pour Bigelow, court pour Denis Villeneuve).


Dernière édition par Tony le Mort le Jeu 31 Jan 2013 - 22:37, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 21:46

Collectivement, j'échangeais plus sur le cinéma à 9 ans qu'à 35....je me souviens à l'école primaire, on parlait de Platoon, de Twin Peaks, d'Apocalyse Now,de la mort de Coluche.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 22:03

pourquoi tu mélanges tout la vie et le cinéma ? moi la croyance en la vie et en le cinéma ne m'ont jamais quitté malgré tous les pisse-froid - je parle du cinéma - qui veulent en rabattre, parce qu'ils ont su placer une idée. Tu t'aperçois bien vite que cette idée c'est toujours la même si t'arrive pas à formuler correctement une des 25 000 qui t'ont traversé l'esprit pendant ce temps là. Pas grave ce qu'on ne fait pas aujourd'hui on le fera demain.
y'en a qui ont des pensées structurées qui lisent dans le texte de a à z. Moi aussi je vais de a à z en empruntant une multitudes de voies de traverses. je ne m'oblige à rien. je ne fait les trucs que par plaisir et celui qui viendra le manger sur mon dos il n'est pas encore né. faut s'imposer dans ce monde quand t'as un con en face de toi d'une façon ou d'une autre il faut lui dire qui tu es.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Invité le Jeu 31 Jan 2013 - 22:23

C'est clair les idées sur le cinéma survivront à l'expérience du cinéma lui-même. On parlera du cinéma comme on parle du jansénisme aujourd'hui: il fallait se dplacer en salle, Bazin comparait le négatif au suaire de Turin, l'excès de travelling suscitait une interrogation adornienne sur la complaisance silencieuse mais socilogiquement intégrée envers le mal, les Straub en 2005 interpellaient Sarko avec un film, le cinéma du milieu a essayé de survivre en essayant de donner un visage aux sans-papers pour le reste de la collectivité, mais achoppait sur le fait que les Sans-Papiers étaient aussi la collectivité, et puis Google a libéré une parole qui peut se substituer au cinéma, rendue à la fois plus contrôlée et moins visible.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarantino : Django Unchained

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum