O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Borges le Sam 29 Déc 2012 - 9:44

on a envie de causer avec toi tony, mais on ne sait jamais vraiment de quoi tu parles, pas de la même chose que moi en tous les cas : le titre du topic n'a rien de parano, c'est juste une citation du fameux énoncé attribué à aristote sur son lit de mort, s'adressant à ses amis... (longuement discuté par derrida dans politique de l'amitié ): y a de l'humour, du paradoxe...et ça vise aussi ce type d'amitié "inventé" par facebook...
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Dr. Apfelgluck le Lun 7 Jan 2013 - 8:30

Borges a écrit: Surprise, surprise, et on ne doit pas rire, le film de l'année selon Monte Hellman : "SKYFALL". Si on était gaulois, on aurait peur pour l'avenir du goût cinéphilique, mais faut plutôt se dire que c'est original et que ça nous change de tous ces tops 2012 qui placent systématiquement "Holy Motors" à la première place.

Hellman fait maintenant de l'auto-promo pour des "Master Class privées sur le cinéma" qu'il donne chez lui. Il en souligne d'ailleurs le succès en ajoutant : "The first to sign up is coming all the way from Iran!" Évidemment, il n'en précise pas le prix.
avatar
Dr. Apfelgluck

Messages : 470

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Invité le Mer 9 Jan 2013 - 0:16

Excusez-moi de faire du mauvais esprit là-dessus, mais ce ne serait pas plutôt la page Facebook qui devrait inviter à se rassembler devant les magasins?


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Borges le Sam 9 Fév 2013 - 11:16

Quand j'ai bloqué les Spectres du cinéma (trop de fatigue), m'est revenu que, par le passé, je n'avais bloqué qu'un seul autre compte.
• 14 personnes aiment ça.

Clément Graminiès Moi aussi ils me fatiguent
mercredi, à 21:59 via mobile • 5

Daniel Dos Santos Ils fatiguent tout le monde.
mercredi, à 22:05 via mobile • 17

Emmanuel Burdeau je ne voulais pas les accabler. je pensais plutôt à l'autre compte bloqué.
mercredi, à 22:08

Michèle Collery une discussion à la con à propos de Rohmer a failli me rendre dingue.
mercredi, à 22:11 • Modifié • 2

Clément Graminiès Moi, je ne les bloque pas. Je préfère les surveiller quand ils font du name bashing sur les rédacteurs de Critikat.
mercredi, à 22:15 • 1

Matthieu Santelli Moi j'ai jamais été pote avec eux, c'est plus simple.
mercredi, à 22:28 • 3

Thomas Clolus Disons que lorsque l'on prône le fascisme culturel (ce sont mes mots), on ne peut pas se faire que des amis...
mercredi, à 22:29 • 2

Pierre Léon ah, je ne connais pas
mercredi, à 22:33 • 1

Thomas Clolus Il suffit d'une tentative de discussion pour se faire son opinion...
mercredi, à 22:36 • 1

Thomas Clolus Hasardez vous à leur porter la contradiction pour voir le châtiment qui vous sera réservé.
mercredi, à 22:41 • 1

Emmanuel Burdeau Je voulais faire le malin sur l'autre compte bloqué, entretenir le secret et tout, c'est rapé !
mercredi, à 22:41 • 5

Jean-Jacky Goldberg Je crois savoir qui c'est...
mercredi, à 22:42 via mobile • 3

Emmanuel Burdeau je l'avais oublié celui-là ! ! ça fait 3 en tout.
mercredi, à 22:43 • 2

Thomas Clolus Oui, tu pensais feinter d'un coté pour tirer de l'autre, mais bon, c'était sans compter la ténacité du traumatisme collectif qu'endurent encore les victimes des Spectres...
mercredi, à 22:44 • 2

Jean-Jacky Goldberg Qu'entends-tu par fascisme culturel ? (Je me suis toujours éloigné de ces trolls et ne connais pas bien leurs opinions - un post ou deux m'avaient suffit à l'époque du forum des cahiers)
mercredi, à 22:45 via mobile

Thomas Clolus Disons que je ne souhaiterai pas m'étendre pour dire du mal dans le dos des gens, mais ma petite expérience de discussion avec au moins l'un d'entre eux s'est à chaque reprise soldé en impasse. A savoir que dans le cas ou tu oses exprimer un point de vue différent du leur, ils te font comprendre que tu n'as pas la légitimité suffisante pour leur porter la contradiction. Là, pour justifier que l'exposition de ton point de vue est inacceptable, ils mettent systématiquement en cause ta déficience vis à vis d'eux. (Soit que tu n'aurais pas lu ou pas su lire tel texte, ou que ton argumentation révèlerait à n'en pas douter que tu ne respectes pas les lois du ""bien raisonner" ou du "bien penser"). A exposer un regard différent, tu te heurtes à te faire insulter personnellement. Ils adoptent une position de supériorité qui les fait juge et parti dans le décryptage et le partage de ce qui relèverait absolument et nécessairement de La Vérité d'un coté, et de ce qui ressortirait de l'erreur, du faux, de l'autre. A chaque fois, j'ai ressenti avec un certain dépit et une certaine tristesse que pour eux, discourir à l'endroit du Cinéma ou de la chose culturelle au sens large relevait d'une volonté d'imposer une loi unique, la leur, c'est-à-dire celle issue de leurs réflexions.
mercredi, à 23:06 • 3

Matthieu Santelli C'est EXACTEMENT ça. D'après leur raisonnement, je suis même un zemmourien réac raciste.
mercredi, à 23:11 • 1

Thomas Clolus Rien que cela...
mercredi, à 23:12

Matthieu Santelli A quoi bon faire dans le demi-mesure ? c'est pas drôle sinon !
mercredi, à 23:28

Ceci Dit Ils se sont bien trouvés en tout cas. Rendons leur au moins ça
mercredi, à 23:30 • 1

Daniel Dos Santos D'ailleurs Emmanuel, si je ne me trompe "celui-là" aime bien les Spectres.
mercredi, à 23:36

Emmanuel Burdeau Je n'en sais rien.
mercredi, à 23:36

Daniel Dos Santos C'était la conclusion à laquelle j'étais arrivé. Il en parle éventuellement et n'en dit jamais de mal. C'est peut-être un peu maigre comme hypothèse, mais dans le cas précis, c'est très suspicieux.
mercredi, à 23:39

Emmanuel Burdeau Je suis dans le brouillard.
mercredi, à 23:40

Daniel Dos Santos Je me trompe peut-être de "celui-là", ceci dit. Je m'imagine un "celui-là" trop logique peut-être.
mercredi, à 23:43 • 1

Gaël Martin Sérieux ce fil de commentaires est assez abscons. Pour moi les spectres du cinéma c'est juste des sortes d'archivistes d'une certaine iconographie du cinéma au stade facebook, rien de plus. J'ai pu observer quelques échangent houleux. Que dire des spectres? Une certaine violence dans le choix des mots qui sont d'autant plus violents qu'ils sont écrits. J'ai l'impression que (si l'on parle des mêmes, puisque visiblement il y a plusieurs compte facebook, dont l'un est connu que des "connaisseurs") ce qui perturbe est cette violence dans le langage plus que leurs analyses. Oui, il semblerait qu'ils aient des comptes a rendre avec Critikat, j'avoue que parfois je suis assez d'accord avec les Spectres, même si le ton qu'ils adoptent n'est pas forcement le plus adapté pour permettre la mise en place d'un débat constructif. Mais au final, j'ai l'impression que personne ne les a déjà rencontré dans la vraie vie. Il serait peut être plus interessant d'organiser une rencontre plutôt que de les bloquer. Ils ne sont pas idiots, loin de là. (bon je dis ça mais visiblement je les connais encore moins que vous tous qui vous êtes fait votre avis.) Les passions sur le net c'est devenu la norme, pourquoi le prendre mal? Brisons la glace, rencontrons nous!
jeudi, à 02:05 • 1

Sidy Sakho Martin : ferme-là et va t'coucher (c'est un Spectre qui te parle).
jeudi, à 02:12 • 2

Benoit 'bub' Forgeot Quel intérêt de parler des spectres? Moi je veux savoir qui est l'autre compte bloqué! Tets, ils te traient pas de Zémourrien réac, mais de type trop idiot pour prendre conscience de tes préjugés racialistes (et par là même de ton zémourrisme réac). Pardon, pas toi, ton texte.
jeudi, à 05:06 • Modifié

Matthieu Santelli lol ! Des gens nuancés quoi...
jeudi, à 08:51

Olivier Eyquem Je me suis retiré après une semaine, lassé par leurs petites haines rancies, ressassées jour après jour. Si je dois tomber dans la répétition sénile, autant que j'en sois seul responsable.
jeudi, à 17:18 • 1

Jacques Aumont Ravi de me trouver en bonne compagnie et de voir que je ne suis pas seul à avoir trouvé pénibles ces «Spectres» anonymes.
jeudi, à 21:36 • 1

Maxime Werner L'autre compte bloqué : j'ai ma petite idée. Souvenez-vous des messages "bizarres" laissés un jour sur le mur de Capricci... (j'ai bon?)

Les Spectres : grand souvenir d'une discussion en ligne où les types s'en prenaient à l'abus de termes anglais dans les Cahiers alors qu'eux-mêmes, à cette époque, débutaient systématiquement leurs messages par "Hello" et les ponctuaient régulièrement de "lol". J'ai aussi le souvenir d'une projection des Histoire(s) du cinéma à Lyon où deux spectres (dont un certain Jean-Maurice) n'ont cessé de répéter qu'ils n'avaient pas de légitimité particulière à venir présenter ces films, attendant ensuite que quelqu'un du public se décide à prendre la parole (gros blanc pendant cinq minutes).
il y a 12 heures
Maxime Werner (Emmanuel, je crois qu'on peut rajouter Jean-Maurice à la liste des prénoms désuets)
il y a 12 heures • 1


(page facebook de Burdeau, of course)

avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Borges le Sam 9 Fév 2013 - 11:22

Quelle surprise de retrouver dans cette belle communauté "bub langouste"; mais le plus étonnant c'est cet anonyme qui se fait passer pour jacques aumont. Quelle idée tout de même : jacques aumont comme pseudo; une manque d'ambition du point de vue du moi idéal ou de l'idéal du moi assez consternant...


-olivier eyquem, qui se fait sa petite légende, le pauvre : je l'avais foutu à la porte de la page facebook des spectres, bloqué comme ils disent; le mec on s'en souvient était entré dans la légende, et dans la vie des spectres, il y a quelques années, avant même que les spectres aient un page facebook, en demandant à Eyquem de changer de pseudo pour ne pas nuire à sa réputation, à l'honneur de son nom; Eyquem avait bien entendu refusé, contrairement aux éditeurs de Michel Eyqyem.



Notons le courage de Gaël Martin, sa différence...



Thomas Clolus : Essaye de changer de profil, c'est pas celui du héros dans le tarantino, mais du méchant, si tu te souviens. En ce qui me concerne, personnellement, pour le dire simplement, sans condescendance, ou politesse hypocrite, je n'adopte pas une position de supériorité à ton égard quand je discute avec toi, mon point de vue est tout simplement supérieur au tien, sans doute parce qu'il n'est pas simplement un point de vue dans une discussion (je renvoie à deleuze, analysant leibniz, et nietzsche); la seule manière pour toi de dépasser tes opinions sans le moindre intérêt, c'est de faire attention à ce que je te dis, et quand tu ne piges tu me demandes des précisions...


-Burdeau : comme statut on fait pas mieux dans la dénégation...

avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Invité le Sam 9 Fév 2013 - 12:18

Borges a écrit:
Quelle surprise de retrouver dans cette belle communauté "bub langouste"; mais le plus étonnant c'est cet anonyme qui se fait passer pour jacques aumont. Quelle idée tout de même : jacques aumont comme pseudo; une manque d'ambition du point de vue du moi idéal ou de l'idéal du moi assez consternant...


-olivier eyquem, qui se fait sa petite légende, le pauvre : je l'avais foutu à la porte de la page facebook des spectres, bloqué comme ils disent; le mec on s'en souvient était entré dans la légende, et dans la vie des spectres, il y a quelques années, avant même que les spectres aient un page facebook, en demandant à Eyquem de changer de pseudo pour ne pas nuire à sa réputation, à l'honneur de son nom; Eyquem avait bien entendu refusé, contrairement aux éditeurs de Michel Eyqyem.



Notons le courage de Gaël Martin, sa différence...



Thomas Clolus : Essaye de changer de profil, c'est pas celui du héros dans le tarantino, mais du méchant, si tu te souviens. En ce qui me concerne, personnellement, pour le dire simplement, sans condescendance, ou politesse hypocrite, je n'adopte pas une position de supériorité à ton égard quand je discute avec toi, mon point de vue est tout simplement supérieur au tien, sans doute parce qu'il n'est pas simplement un point de vue dans une discussion (je renvoie à deleuze, analysant leibniz, et nietzsche); la seule manière pour toi de dépasser tes opinions sans le moindre intérêt, c'est de faire attention à ce que je te dis, et quand tu ne piges tu me demandes des précisions...


-Burdeau : comme statut on fait pas mieux dans la dénégation...


c'est comique que Borges relève ce pseudo de Jacques Aumont.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Borges le Sam 9 Fév 2013 - 12:24



C'était juste pour marquer mon étonnement de le voir traîner là, car c'est bien entendu lui; ce qui confirme, j'en doutais encore, que Jacques Aumont est un pseudo théoricien du cinéma...

je compte plus le nombre de livres, ou de textes, de ce type que j'ai laissé tomber au bout de quelques pages...

avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Invité le Sam 9 Fév 2013 - 12:35

je te rassure t'es pas le seul alors que j'ai toujours fini une nouvelle de Borges Wink
mais qu'est-ce-que c'est cette histoire d'anonymat ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Borges le Sam 9 Fév 2013 - 12:43

slimfast a écrit:je te rassure t'es pas le seul alors que j'ai toujours fini une nouvelle de Borges Wink
mais qu'est-ce-que c'est cette histoire d'anonymat ?

je sais pas, j'ai eu un échange avec lui, sur la page facebook de la revue débordement (que je respecte); j'ai été très poli et tout, mais il a fini par s'énerver; en plus de ce que je disais, ça le gavait de discuter avec un anonyme...ça me tue, tous ces gens qui ne veulent discuter qu'avec des gens connus, reconnus, des célébrités, des critiques, des intellectuels, en vue et tout, et pas avec des gens aussi inconnu, anonyme... que les spectres... terrible.

Son article était du tonnerre (plein de sémiologie structuraliste un peu psy élémentaire bidon), la thèse, très simple, limpide : le cinéma américain raconte des histoires d'amour entre des femmes et des hommes; toutes les histoires possibles...

avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Invité le Sam 9 Fév 2013 - 12:47

effectivement pour une thèse simple ... elle l'est !!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Invité le Sam 9 Fév 2013 - 15:39

Apostille au cas Santelli (Matthieu), ou le pendule de Faux-cul.

Matthieu Santelli en colloque sur Facebook: "Moi j'ai jamais été pote avec eux, c'est plus simple".

J'ai jamais cherché à être pote avec Tetsuo non plus, ça je peux le dire sans trembler du genou. La vague cordialité évoquée dans ma mise au point (sur le fait que j'ignorais que MS = Tetsuo) résultait plutôt d'un MP flatteur qu'il m'adressa le mois passé sur fdc, suite à un texte où je me moquais un peu des manières de winneur de Karloff, un des piliers du tronc du culte:


Tetsuo: Very Happy Tu viens d'exprimer d'un coup ce que j'ai jamais osé dire et que j'ai sur le coeur depuis plusieurs années ! Ca fait du bien. Pour ça, merci.
***


C'est quand-même comique: il devrait me remercier également, ou remercier les lois du hasard nécessaire, les fameuses synchronicités, d'avoir pu exprimer, là aussi d'un coup, le "retour du refoulé" de la connerie "édulcorée" qu'il trimbalait sur le cœur depuis plusieurs années. Il devrait se sentir plus léger, soulagé d'un grand poids, ce fin nuancier exigeant. Qui a fait l'école de la "rigueur": celle "qui n'est pas passée par la case-volonté de séduire un plus large public", comme dit son paternaliste et protecteur pair, l'onctueux Graminée, "très engagé dans la volonté de transmission" des lumières de la "connaissance", sans rire, qui se dévoue généreusement pour émanciper, instruire le peuple inculte des petits-enfants de son lectorat "peu familier de l'analyse". (je viens de m'éduquer à l'instant en consultant son truc radiophonique ainsi que sa parole aliasée: j'ai failli me faire pipi dessus, sorry. http://www.franceculture.fr/2009-09-07-la-webcritique-de-cinema-de-twitter-aux-textes-sans-limites.html ).

(Dois-je rappeler encore qu'avant de tomber sur un lien sur son "article", je n'avais jamais rien lu de ce qui s'écrit sur cricriskat. Je ne connaissais même pas l'existence de ce site kikiscrate; pas plus que je ne connaissais l'existence de ce Santelli (Matthieu) et de ce Graminée (Clément). Moi, sur le ciné, je ne consulte que la rubrique qui recense les "étoiles" sur allociné, pour me tenir vaguement au courant des valeurs à la hausse ou à la baisse sur le marché de l'Opinion. Le reste, la critique ciné, le petit monde des critiques, ou autre, ça m'intéresse absolument pas. Je sais pas qui sont ces gens. Des penseurs, sans doute, de fins analystes, sans doute... Je sais pas. J'ai pas le réflexe de les lire. Faut vraiment que ça me tombe sous le nez, par hasard. Ce qui m'intéresse davantage, m'interpelle, oserais-je dire m'affecte, ce sont les manifestations de la connerie, multiples et exponentielles. On me dira: "et quid de la tienne, l'abruti?". Ben oui, je m'en occupe aussi, so what?

Donc, cette idée burlesque, exprimée par quelques uns sur "facebook", que j'aurais (mon texte) des comptes à régler avec kitékat, faut vraiment se croire le, ou au, centre du monde. Quant à Facebook, je n'y vais jamais, ça m'intéresse pas. C'est que je me plais mieux sur les fora, où on peut déplier davantage ses considérations désœuvrées. Je sais absolument pas qui sont ces personnes qui s'excitent à propos des spectres, de leurs "rancœurs séniles": des personnes "importantes", sans doute, j'imagine; quelques valets, quelques maîtres - en tout cas des personnes de "bonne compagnie", plutôt "éduquées" et pas "naïves" (selon la terminologie santellienne), "réalistes sans illusion" et pas "vertueusement idéalistes" pour un sou, avec qui il vaut mieux être "pote" que "pas-pote", qu'il vaut mieux flatter qu'indisposer; ça peut toujours servir, profiter, et ils sauront sans doute s'en souvenir, le moment venu...
Maintenant, j'ai rien à redire au fait que les spectres, dont je m'honore de faire partie, postent de temps à autre là-bas un truc ou l'autre que je ponds ici. ça me fait même plaisir, même si je ne goûte pas toutes les joies des "rebonds" qui s'ensuivent sur les murs dédiés. Les Spectres peuvent aussi poster cette réponse - ou la partie concernée - s'ils trouvent que c'est approprié.)


*** Ce que j'étais parvenu à exprimer d'un coup, et qui lui fit du bien, à Tetsuo, le mois passé:



[topic: "l'argent et vous"]

[...]
En soi, non. Puisqu'il faut expliciter ce qui était patent: c'est plutôt le fait de présenter cette info comme incidente, secondaire (à tout prendre banale, routinière) par rapport à l'info communiquée dans le cadre du topic (une liste de 30 films) qui produit un effet de "pause". Il y a l'info objective, et l'info "subliminale" qu'on communique derrière l'info objective. Il est clair (du moins pour moi) que le contenu, l'info importants de ce message, ce n'est pas: "parmi ces films, peu connus, lesquels me conseillez-vous?", mais "je dois prendre un avion" (je suis un mec affairé, jouissant d'une certaine stature socio-économique, ou train de vie).

Ce sont des effets de communication récurrents qui m'amusent assez chez Karloff.
Par exemple, plus haut, une info subliminale, la vraie info en fait, dans sa précision superfétatoire sur le luxe qui est une drogue, surtout en voyage, ce n'est pas tant que quand il prend des hôtels plus "haut de gamme", revenir à du "moyen de gamme" lui est difficile. En soi, cette info ne communique rien de spécial, ou qui casserait trois pattes à un canard. La véritable info, la véritable communication, dans cette phrase, c'est que dans cette difficulté à rétrograder, son "plancher" est le "moyen de gamme": Karloff ne fait pas dans le "bas de gamme", c'est pas son truc, ou c'est plus son truc. Il en a fini avec le "bas de gamme", à tel point que même retourner au "moyen de gamme", ça lui est difficile, ça ne sied plus, désormais, à un homme de sa stature: c'est ça que Karloff tient à dire, à rappeler, dans ce codicille sur "l'argent et vous", trois ans après, à l'attention de ses contemporains forumeurs. Et dans leur frange, les "no-life". Et c'est là-dessus que j'ironise.

Autre exemple. Quand Karloff nous livre une info du genre: "il est possible que cette année je ne sois pas présent à la Quinzaine des réalisateurs". La véritable info n'est pas que cette année-là, la programmation de la Quinzaine est trop nulle (ou d'autre motifs dont la mention présenterait un intérêt objectif pour le lecteur), mais, latéralement, que Karloff est d'habitude présent à la Quinzaine des réalisateurs. ça le pose là, dans un statut, une place valorisante socialement (dans un environnement cinéphile, ou plutôt, dans un certain imaginaire, partagé par certains interlocuteurs, de ce que serait la "cinéphilie" - celui d'un establishment apparaissant à leurs yeux comme l'accomplissement d'un désir), comme le mec qui a sa place logique, naturelle, dans une manifestation de cet ordre, un homme de festivals ou à festivals, et qui est susceptible de déroger à cette habitude. Info suffisamment intéressante, ou importante, pour être communiquée et régulièrement rappelée.
Etc, etc. Y a plein de petits effets, de petites marques d'auto-valorisation "socio-économique" de ce type, dans les communications de Karloff, qui ont l'air superflues, comme ça, mais qui ont une fonction de signalisation, ajoutant à ses "critiques" formatées et passe-partout, toutes en formules pré-digérées (je trouve, c'est pas gentil je sais) - et qui sans ça passeraient sans doute inaperçues -, le signe, la plus value voyante du professionnel, du mec dont c'est le bizeness, homme affairé, homme pressé, presque blasé par tout ce luxe ostentatoire. En cela, il est très "pro", en effet: il assure constamment son statut, se rassure aussi, donne des marques de sa "légitimité". Petit jeu de pouvoir, de domination symbolique, comme on dit en sociologie...

ça me fait marrer, c'est tout. Je peux vous faire une liste détaillée des petites phrases amusantes de Karloff, pour le fun. Mais il n'est pas sûr que nous nous amusions tous des mêmes choses, sur le thème "l'argent et vous". Comment? You're talking to me? Rolling Eyes


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Baldanders le Lun 30 Juin 2014 - 7:18

Des utilisateurs de Facebook « manipulés » pour une expérience psychologique

Sans le savoir, près de 700 000 utilisateurs anglophones de Facebook ont été « manipulés » par le réseau social, associé à des scientifiques, pour voir si les émotions exprimées par leurs contacts influençaient leur humeur.

Cette recherche, menée pendant une semaine, du 11 au 18 janvier 2012 par Facebook et des scientifiques des universités Cornell et de Californie à San Francisco, portait sur la « contagion émotionnelle ».

Les flux d'actualité de 689 003 personnes, choisies au hasard, ont ainsi été modifiés pour faire apparaître soit davantage de messages positifs, soit davantage de messages négatifs. Et les messages postés par les utilisateurs « surveillés » étaient ensuite décryptés pour savoir s'ils étaient influencés par l'humeur ambiante.

L'étude, publiée dans la revue scientifique américaine Comptes rendus de l'Académie nationale des sciences (PNAS) le 17 juin, a constaté que les utilisateurs ciblés commençaient à utiliser davantage de mots négatifs ou positifs selon l'ampleur des contenus auxquels ils avaient été « exposés ».

« Les états émotionnels sont communicatifs et peuvent se transmettre par un phénomène de contagion, conduisant les autres personnes à ressentir les mêmes émotions sans en être conscientes. » Selon les auteurs, « ces résultats montrent la réalité d'une contagion émotionnelle de masse via les réseaux sociaux ». D'autres recherches se sont déjà penchées sur ce phénomène, mais cette étude est unique au sens où ses auteurs « ont manipulé », selon leurs propres mots, les données. Ils ont d'ailleurs pris soin de souligner que la recherche était « compatible avec la politique d'utilisation des données à laquelle tous les utilisateurs doivent souscrire en créant un compte Facebook ».

Leur étude, d'abord passée inaperçue dans les grands médias américains, suscite néanmoins une attention grandissante sur la toile après des articles publiés samedi sur Slate et sur les sites du magazine The Atlantic et de Forbes. « C'est sans doute légal, mais est-ce éthique ? », s'est demandé The Atlantic dans son article.

Certains internautes ont exprimé « leur trouble profond » ou qualifié la méthode utilisée « d'alarmante » ou de « démoniaque ». « Facebook a manipulé son "fil d'actualité" pour une expérience psychologique. Le moment est venu de fermer votre compte Facebook », s'échauffait un utilisateur sur Twitter.

Susan Fiske, de l'université de Princeton, qui a édité la recherche, a indiqué à The Atlantic avoir contacté les auteurs pour leur faire part de ses préoccupations quant à leurs travaux. Ils lui ont dit que les autorités de leurs universités avaient approuvé ces travaux « car Facebook, apparemment, manipule systématiquement le contenu des informations diffusées ». Sollicitée par l'AFP, Mme Fiske a reconnu que les questions éthiques soulevées par cette étude « ont sans aucun doute touché une corde sensible. Mais je pense que c'est à Facebook d'apporter une réponse aux inquiétudes » de ses utilisateurs.

Facebook, plus grand réseau social avec plus d'un milliard d'utilisateurs, a rejeté les accusations. « Cette recherche a été menée pendant seulement une semaine et aucune donnée utilisée n'était liée au compte d'une personne en particulier », a indiqué une porte-parole, Isabel Hernandez.

« Nous faisons des recherches pour améliorer nos services (...) et une grande partie consiste à comprendre comment les gens répondent à différents contenus positifs ou négatifs. Nous examinons soigneusement les recherches que nous faisons et avons un processus interne d'examen très strict. »

Le Monde.fr avec AFP | 30.06.2014
avatar
Baldanders

Messages : 351

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Baldanders le Sam 27 Juin 2015 - 9:12

La suractivité de Pierre Léon et de ses amis Facebook m'inquiète. J'espère qu'ils trouvent le temps de penser.

25 juin, 10:32
Macheret Mathieu
Mais où sont passés les Spectres du cinéma ?
Ça fait longtemps qu'ils ne m'ont pas remonté les bretelles.

Raphaël Nieuwjaer
Tu cherches à attirer la foudre ?

Antoine Thunder Mocquet
Ils ont dû se lasser du cinéma. Ou de la vie.

Macheret Mathieu
Je m'inquiète. J'espère qu'ils vont bien.

Gabriel Bortzmeyer
Ah mon avis, ils se sont dissous comme tous les groupuscules dignes de ce nom, et préparent un come-back sous le nom de "Les Gargamel de la critique"

Macheret Mathieu
Impayable !

Tom Browny
Tiens, rouvrons les vieux dossiers : quelqu'un sait pourquoi le forum des cahiers du cinéma avaient été fermé, à l'époque ? (puisqu'une grosse partie des Spectres en sont issus, il me semble)

Macheret Mathieu
Ben non, je n'en sais pouic...

Pierre Léon
Peut-être ont-ils enfin trouvé quelque chose à faire ?
avatar
Baldanders

Messages : 351

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Invité le Sam 27 Juin 2015 - 11:48

C'est pas un des ces intervenants qui, à l'acmé d'un pic de démagogie positionniste, avait traité "Eau Argentée" de film "kouchnérien"? OK je vois.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par scienezma le Dim 28 Juin 2015 - 11:44

C'est quoi ce petit cercle de crétins à l'humour d'un coussin péteur ? Dites-moi s'ils écrivent des textes ou réalisent des films, que j'évite tout ça.


La nuit dernière j'ai fait un rêve étrange avec Borges et Jerzy.

scienezma

Messages : 55

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Invité le Mer 8 Juil 2015 - 10:01

Antoine Thunder Mocquet :
Ils ont dû se lasser du cinéma. Ou de la vie.



Marrant, ça: quand vous délaissez les fora parce que vous avez davantage de choses à faire dans la "vie", et qu'il n'y a quasi rien à raconter du non-cinéma qui sort majoritairement en ce moment, vous vous lassez du cinéma, ou de la vie.

Ces pauvres bougres très vivants, qui n'ont tellement rien à dire, de toute éternité, sur rien, comment diable pourrait-on avoir envie de les lire (même pour en rire: après quelques lignes, on a compris qu'il y avait des trucs plus intéressants à faire dans la vie), ou de les googliser pour prendre de leurs nouvelles.

Et a-t-on idée de s'appeler Thunder Mocquet? Franchement... Tss.



La nuit dernière j'ai fait un rêve étrange avec Borges et Jerzy.

Salut JM. Raconte. Quoi de neuf en Chine?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par scienezma le Jeu 9 Juil 2015 - 16:59

Bonjour syndoc,

Borges communiquait avec moi par l'intermédiaire d'une machine envoyant des trucs ressemblant à des pneumatiques. Je ne le vois pas. Je regarde ses messages et je ne comprends pas tout de suite. Au bout d'un moment je réalise qu'il s'agit de plans et d'instructions très détaillées pour mener un projet seditieux de grande ampleur,quelque chose de très important. C'est une espèce d'envoi testamentaire. Je découvre une photo de Borges sur les documents, apres l'avoir bien regardée, je crois reconnaître Jerzy grimé avec de gros sourcils, un faux nez (grâce à la photo qui est sur son blog)...

scienezma

Messages : 55

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Borges le Sam 18 Juil 2015 - 10:58

Baldanders a écrit:La suractivité de Pierre Léon et de ses amis Facebook m'inquiète. J'espère qu'ils trouvent le temps de penser.


Gabriel Bortzmeyer
Ah mon avis, ils se sont dissous comme tous les groupuscules dignes de ce nom, et préparent un come-back sous le nom de "Les Gargamel de la critique"


Gabriel Bortzmeyer : même à la lecture des Schtroumpfs, tu ne dois pas piger grand-chose.  

Je viens de parcourir, faut me dire merci, ton truc sur Vice versa; t'attends pas à un scoop, c'est nul; on se demande de quoi tu essayes de causer, et quel but tu poursuis en essayant de transformer des banalités  en révolutions épistémiques pixar... Je ne vais pas corriger toutes tes erreurs, juste deux ou trois remarques :

-Descartes n'a jamais rêvé d'un animal-machine, il a "pensé" l'animal comme une machine, pour le distinguer de l'homme...

- "L’intériorité, longtemps, fut avant tout pensée comme texte." Faut que tu précises pour donner un sens à ce non-sens, parce que si on lit un peu le jeune Derrida (la voix et le phénomène, de la grammatologie) c'est plutôt l'inverse qui s'est passé,  on a toujours essayé d'exclure le signe, l'écriture, le texte, si tu veux, même si ce mot a un autre sens, de la conscience, de l'intériorité... Sans avoir lu Derrida, suffit juste  de penser à quelques expressions ordinaires pour voir que l'intériorité, c'est la voix,   "voix de la conscience", "voix intérieure"... Au cinéma, on parle de voix off, et pas d'écriture off; quand un personnage écrit ou lit pour rendre sensible le travail d'intériorisation du sens, des affects,  ou leur expression, on redouble le texte par la voix... Bref, y a que dans la BD que l'intériorité est représentée par du texte...

- "Ce qui manque à cette géographie psychique modelée d’après les plans d’un parc d’attraction, c’est l’inconscient. Il y a bien un subconscient, territoire des vieilles frayeurs, et une déchetterie où s’oblitèrent les souvenirs. Mais rien qui ressemble à ce volcan secret où s’écrit réellement la vie psychique du sujet, pas de zone d’ombre propice au refoulé. Ce nouvel individu acté par Pixar est dépourvu de tout double-fond, de toute cave où se tiendrait cachée une vérité ne trouvant sa valeur que d’être soustraite à la conscience."

"Volcan", "cave", mais où que tu vas chercher ton idée de l'inconscient, ton imagerie psychanalytique, mon gars?  Je ne sais pas s'il y a ou pas de l'inconscient dans le pixar,  mais je crois que l'inconscient est plus proche des machines, de l'automatisme, de la répétition...  que des volcans et des cave...
etc.
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par librebelgique le Sam 18 Juil 2015 - 15:41

Salut Borges : j'aimerais pas avoir la place de challenger sous tes uppercuts.
avatar
librebelgique

Messages : 308

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Borges le Lun 20 Juil 2015 - 15:49

Salut librebelgique, avec toi ce serait plutôt un tennis Wink
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par librebelgique le Lun 20 Juil 2015 - 19:11

tout le plaisir serait pour moi Wink
avatar
librebelgique

Messages : 308

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: O mes amis, il n'y a pas d'amis (La vie sur Facebook)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum