les artistes

Page 38 sur 39 Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Ven 11 Jan 2013 - 20:03


Giacomtti, Le n ez

il y a là une invasion joyeuse du monde et une force destructrice que révèle aussi la bouche dans son obscène béance. La destruction du monde célébrée par les personnages s'effectue dans un grand éclat de rire, le rire de la transgression du carnaval qui a influencé Kubrick.

"lesthétique c'est ce qui corrige la nature, aussi la statuaire comme la peinture, ont elles tendance à diminuer la taille réelle des appendices nasaux".

image assez éloquente d'Hartman venant vérifier que rien ne dépasse du corps/cantine/boite.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Ven 11 Jan 2013 - 20:50


Sam Sheppard, Don't Come Knocking, 2005

Hopper, Chambre à Brooklyn, 1932

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Sam 12 Jan 2013 - 12:36


Femme debout, de 2m70 de hauteur, et son basculement, Pointe à l'oeil arme capable de percer la chair.


Giacometti écrit dans Hier, sables mouvants :"en fait de sollicitation mentale, à répétition, du même ordre, je me souviens qu'à la même époque, pendant des mois, je ne pus m'endormir le soir sans m'imaginer avoir traversé d'abord, au crépuscule, une épaisse forêt et être parvenu à un château gris qui se dressait à l'endroit le plus caché et ignoré. Là, je tuais sans qu'ils pussent se défendre, deux hommes ...Je violais, après avoir arraché leur robe, deux femmes, l'une de trente deux ans toute en noir, la figure comme de l'albâtre, puis la fille sur laquelle flottaient des voiles blancs. Toute la forêt retentissait de leurs cris et de leurs gémissements. Je les tuais aussi, mais très lentement ... souvent à côté d'un étang aux eaux vertes croupissantes, qui se trouvait devant le château. Chaque fois avec de légères variantes. Je brûlais alors le château et, content, je m'endormais".

Ce rêve se décompose en deux axes, un vertical, le château, sadien et son basculement horizontal dans les eaux marécageuses - il y a dans le personnage de Pyle, la Baleine, de Full Metal Jacjet ce rêve de dissolution et de basculement du corps, de contamination comme la tâche de l'ascenceur contamine l'écran : Hartman lui crie :"Fous le camp de mon obstacle ! au trot ! Magne toi, je vais t'arracher les couilles pour que tu ne contamines pas la terre entière".

L'oeuvre de Giacometti ne peut se comprendre qu'au regard des fantasmes sadiques de coupures, viols et pénétration intégrés au travail de la matière même de son oeuvre et l'acharnement auquel il se livre sur la matière des sculptures dont le corps est comme lacéré, parcouru de blessures figées dans le bronze.
La mise en scène de la mascarade orgiaque et sanguinaire d'Orange Mécanique qui use du nez comme d'une arme meurtrière n'est pas sans rappeler - la château/la maison, le viol - les fantasmes de Giacometti.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Sam 12 Jan 2013 - 13:26

Poliakoff, Composition en gris et noir, 1951

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Sam 12 Jan 2013 - 13:35


Braque peint moins que jamais "des choses" et plus que jamais "l'entre-deux des choses" - comme plus tard le dira JLG.
Braque et Poliakoff apparaissent comme les représentants éminents d'une peinture spécifiquement "française".

Le billard, 1945

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Sam 12 Jan 2013 - 13:43


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 20:44

Pialat, Van Gogh, 1991


Jean Hélion, Parodie grave, 1979

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 20:53


Fritz Lang, Les Nibelungen, 1924

Arnold Bocklin, le Silence de la Forêt, 1885

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Marcher

Message par Invité le Mar 15 Jan 2013 - 22:17

"Demeurer le moins possible assis : ne prêter foi à aucune pensée qui n'ait été composée au grand air, dans le libre mouvement du corps - à aucune idée où les muscles n'aient été aussi de la fête. Tout préjugé vient des entrailles. Etre "cul de plomb", je le répète, c'est le vrai péché contre l'esprit". Nietzsche, Ecce Homo (pourquoi je suis si avisé).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Mer 16 Jan 2013 - 10:59


Meindert Hobbema, L'allée de Middelharnis, 1689
Pour donner l'échelle, un promeneur avec son chien marche vers le spectateur. Comme sa tête coïncide avec le point de fuite on a l'impression que la rencontre va avoir lieu à mi-chemin.
En plaçant le point de fuite directement en face du spectateur, il l'attire à l'intérieur de son tableau.
Cette symétrie faciale est exactement celle employée par Kukrick à de nombreuses reprises. Lors de l'instruction des marines, dans le labyrinthe de Shining...
Bresson dans pickpocket utilise un dispositif tout autre, fluide et informel : quand le prestidigitateur l'attire dans un café, il est hors-champ côté droit, quelques mètres en avant de Michel qui marche: la caméra recule mais est décalée par rapport à Michel, elle est entre les deux personnages ; ce dispositif très beau montre si l'on s'en tient au regard de biais de Michel et au mutisme de l'autre personnage son appréhension et à la fois son envie de suivre cet inconnu, qui pourrait s'avérer être un flic.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Mer 16 Jan 2013 - 16:06



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Mer 16 Jan 2013 - 16:20


Bathroom II, Farah Atassi, 2010

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Mer 16 Jan 2013 - 16:25


Pylône 02, Simon Boudvin, 2009

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par BK le Mer 16 Jan 2013 - 18:22

L'élucidation des mystères qui entourent la vie et l'oeuvre de Max Castle va devenir une véritable obsession pour Gates. À l'issue de sa quête, qui le mènera des sommets de l'industrie cinématographique (Orson Welles, John Huston...) jusqu'au coeur des sociétés secrètes, où plane l'ombre des cathares, il apprendra l'incroyable vérité sur ce maître des illusions que fut Max Castle et mettra au jour un terrifiant complot.

Un roman devenu culte, salué par une critique unanime, et qui devrait prochainement être adapté au cinéma.

http://www.amazon.fr/La-Conspiration-t%C3%A9n%C3%A8bres-Theodore-Roszak/dp/2253112887

avatar
BK

Messages : 178

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Mer 16 Jan 2013 - 18:26

paru en 91 : j'avais détesté.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Mer 16 Jan 2013 - 21:14


Andy, Warhol, Cocteau, 1983

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Mer 16 Jan 2013 - 21:18


Diego Rivera, Cocteau, 1918

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Mer 16 Jan 2013 - 21:23


Picasso, Cocteau, 1916

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Mer 16 Jan 2013 - 21:25


Man Ray, Cocteau

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Jeu 17 Jan 2013 - 18:06


Autoportrait, 1917

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Jeu 17 Jan 2013 - 18:08


Cocteau par Picasso, 1917

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Jeu 17 Jan 2013 - 19:45


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Jeu 17 Jan 2013 - 19:58


L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux, 1998

Richard Prince, sans titre ( cow boy ), 1989

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Jeu 17 Jan 2013 - 21:08

"Je ne puis vous donner une adresse en réponse à ceci, car j'ignore personnellement où je me serai trouvé entraîné prochainement, et par quelles routes, et pour où, et pour quoi, et comment !". Rimbaud, lettre d'Aden, 1884.

Pour Verlaine il était "l'homme aux semelles de vent".

Jeune, Rimbaud s'était jugé ainsi :"je suis un piéton, rien de plus".

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Invité le Jeu 17 Jan 2013 - 21:16

Stevenson, Voyage avec un âne dans les Cévennes :

"A présent pour se goûter convenablement, une randonnée à pied doit être faite seule. Si vous l'entreprenez en groupe, ou même à deux, elle n'a plus de la randonnée pédestre que le nom ; c'est quelque chose d'autre qui se rapprocherait davantage du pique-nique. Une randonnée à pied doit se faire seul, car la liberté est essentielle , parce que vous devez être libre de vous arrêter et de continuer, et de suivre ce chemin-ci ou cet autre, au gré de votre fantaisie ; et parce que vous devez marcher à votre allure".

Rimbaud, Nietzsche, Thoreau, Rousseau ... marchaient seuls.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les artistes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 38 sur 39 Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum