Redoubler d'attention (Camille redouble - N Lvovsky)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Redoubler d'attention (Camille redouble - N Lvovsky)

Message par DB le Mar 25 Sep 2012 - 9:07

Noémie Lvosky n'a pas refait Peggy Sue Got Married. Elle se souvient, peut-être, l'avoir aimé. Comme beaucoup, comme certains. Et au fond, qu'est-ce que ça peut bien nous faire ? Dans Camille redouble, le personnage de Noémie retourne en 1985; et, en 1985, Peggy Sue n'est pas encore sorti. Laissons ces querelles de bénitiers ou ces suspicions de remake inavoués ou de droits inavouables qui n'intéressent que les désintéressés.

Il n'y pas lieu de parler de remake, ou de copie, ou de ré-édite. La réponse est dans le titre. Noémie Lvosky a redoublé Peggy Sue. Elle ne l'a pas refait, elle l'a redoublé. Redoubler ce n'est pas "remaker", refaire; redoubler c'est réaliser à nouveau la même chose différemment. On redouble quelque chose en le refaisant mais pas forcément à l'identique.
Redoubler ça n'est pas reproduire; redoubler, ça n'est pas exact, ça n'est pas précis. Redoubler, c'est être conscient qu'on refait à nouveau. Reproduire c'est apporter un pendant, une copie conforme; c'est refaire la même chose avec ce souci de refaire exactement ce "même".

Redoubler d'attention, c'est une vraie expression française qui aurait pu être aussi le titre du film où un cortège d'attention se fait incessant. Camille n'est pas angoissée par son retour dans le passé, elle en est ravie ; et rarement Noémie Lvosky n'aura été aussi solaire. Revivre le passé, c'est l'occasion de le redoubler, de lui donner une texture plus épaisse ou bien dissemblable.
Ce que l'on a pas pu dire à ses parents, par faute de temps, d'envie, d'inadéquation : Camille peut le refaire. Mais si elle ne l'a pas fait, c'est qu'elle a juste eu envie de le faire, elle ne peut pas le refaire ; elle aurait eu envie de le faire. Redoubler d'attention, c'est justement faire ce qu'on aurait eu envie de faire sans l'avoir fait avant mais avec l'occasion de le faire à nouveau.

Souvent, Camille redouble est fait de jump-cut bien tranchés comme si on passait d'une prise à l'autre, d'un plan à l'autre ; comme si les scènes étaient été redoublées de quelque chose. Tout le film est traversé de cette attention à redoubler l'acte fondateur... ou bien l’événement. Ces jump-cut sont la partie la plus visible du redoublement, ils en sont l'illustration la plus flagrante. Les actes et leurs conséquences sont là, l’événement s'est bien produit (je serais malheureuse avec cet homme, je perdrais mes parents, la vue, je donnerais naissance à un enfant...la liste peut s'allonger) - ou plutôt, confirme qu'il va se produire - et l'artifice du film ne peut que redoubler l’événement. Jamais l'altérer.

Quand j'allais encore à l'école, la menace c'était le redoublement. Et pour tous les autres enfants qui ne suivaient pas, ne voulaient pas suivre ou bien avaient décroché, redoubler c'était cette espèce de couperet. Revivre un truc dont on était pas sur d'avoir, de toute façon, envie, besoin, je sais pas, il faudrait trouver.

Mais on s'en foutait. Parfois, on faisait croire qu'on s'en foutait, parce que ça rend plus fort et puis, aussi, souvent ; pas pour tous - on s'en foutait vraiment. Et c'était peut-être aussi ça le malheur. Dans Camille redouble, on s'en fout aussi de savoir pourquoi on est revenu en arrière, dans le passé. Quand on en parle c'est pour en rigoler, un peu trop même.

Aujourd'hui, l'Éducation Nationale préfère dire "maintien". Mais maintenir quelque chose ça n'a rien à voir avec redoubler. Maintenir c'est tenir en suspens un état, le laisser à un niveau quelconque. Camille maintient, ç'aurait été trop laid.


avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Redoubler d'attention (Camille redouble - N Lvovsky)

Message par Eyquem le Mar 25 Sep 2012 - 18:25

Salut Simon,

J'ai vu le film aussi, j'aime bien Lvovsky, mais là, on peut pas dire que le redoublement soit profitable. J'ai ri sans me forcer mais y a vraiment pas de quoi se relever la nuit.
"Redoubler", dans le titre, me fait moins penser à "redoubler d'attention" qu'à "redoubler d'efforts" : les profs adorent cette expression au moment des bulletins (puisqu'on file la métaphore du scolaire). "Redoubler d'efforts" au sens : "en remettre une couche", pour se dépasser.
Camille redouble, mais elle dépasse rien. Le redoublement de la vie n'ouvre sur aucun vertige métaphysique, il prend seulement la forme d'une vague nostalgie pour le ringard eighties, aimé pour lui-même et transcendé par rien.
Son titre précédent, c'était : "Faut que ça danse". Bon, ben elle y est pas encore.

C'est un film trop gentil : il ne reste rien de l'âpreté de ses débuts, "Oublie-moi" ou "Petites" (son meilleur film, à mon avis).

"Peggy Sue", on y pense forcément, d'autant que le film le reprend, de bout en bout, mais sans rien y apporter, sans le dépasser en quoi que ce soit. C'est juste la même chose, à tous points de vue.

Sur cette affaire de redoublement, ça me fait penser à ce petit passage de Karen Blixen, avec Lvovsky dans le rôle de la vieille dame :
Une vieille dame qui, dans une réunion, parlait de sa vie passée, déclarait qu'elle la recommencerait volontiers tout entière une fois de plus et elle y voyait la preuve d'une vie sage et bien menée: sa vie a été de ces vies qu'il faut vivre deux fois pour avoir le sentiment de les avoir vécues.
On peut reprendre un refrain, une petite mélodie, un air de danse, mais il n'y a pas de "da capo" pour une symphonie, pas plus que pour une tragédie en cinq actes.
Si on les reprend, c'est qu'elles n'ont pas été interprétées comme elles auraient dû l'être.
Oh! ma jeunesse! Je ne veux pas te quitter sans que tu m'aies béni; mais alors je te quitterai.
Un texte très beau, je trouve (c'est dans "La ferme africaine").


Dernière édition par Eyquem le Mer 26 Sep 2012 - 9:41, édité 1 fois
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Redoubler d'attention (Camille redouble - N Lvovsky)

Message par DB le Mar 25 Sep 2012 - 20:21

Hello Sebastien, je suis d'accord avec toi, le film redouble d'effort comme pour en remettre une couche.

Par contre je suis pas d'accord avec toi sur le dépassement de quelque chose. Il est assez beau son monologue à la fin où elle lui parle de ses lèvres. C'est un petit pas en avant toutefois mais il est là.

Oui c'est un film gentil, peut être même gentillet parfois mais ça m'a fait beaucoup de bien. Je trouve que ça correspond assez à une envie
Ouais la nostalgie 80's c'est un peu relou parce que c'est moche mais elle en fait quelque chose avec les cassettes, le walkman, les différentes couches de v^tements...

Non, il n'y a certainement pas de quoi se relever la nuit et je ne crois pas que ce soit son ambition à la Lvosky. J'aime bien cette simplicité et cette gentillesse qui anime le film, on a le sentiment que le tournage devait être très agréable. Il y a un truc où tout le monde a l'air content de jouer là, d'être dans ce film. Je sais bien qu'on peut me rétorquer que justement, la vie c'est trop la poisse et tout ça que se fendre la poire sur un plateau c'est pas un argument. Mais justement la vie c'est trop la poisse et là camille redouble ça venait comme un courant d'air frais dans un cou qui transpirait abondamment.

Là où c'est dommage c'est que ça ne réinvente rien en effet. Seulement un courant d'air frais parfois, c'est agréable. Effectivement la chaleur est toujours là, tout ça.

Bel extrait, oui, ça me donne envie de lire la suite.
avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Redoubler d'attention (Camille redouble - N Lvovsky)

Message par Eyquem le Mer 26 Sep 2012 - 10:07

on a le sentiment que le tournage devait être très agréable. Il y a un truc où tout le monde a l'air content de jouer là, d'être dans ce film.
Oui, et la salle où je l'ai vu marchait à fond, était complice : "Ah! Jean-Pierre Léaud!"... "Oh! mais c'est Mathieu, sous la barbe!"... "Ca lui va bien, cette nouvelle coiffure, à Yolande", etc. Il y a un côté "petite bande" dans le film, pas désagréable du tout, c'est vrai (le modèle, c'est autant "Peggy Sue" que "Les beaux gosses", dont on retrouve les acteurs, mais aussi pas mal de l'esprit potache)

Je ne reproche rien de bien sérieux au film ; c'est juste que le film fait vieux: il s'agit moins de revivre sa jeunesse que de bien vieillir ; on met ses affaires en ordre, on collectionne pour la postérité, on se réconcilie avec tout le monde, etc.
Lvovsky :
Mon film est hanté par la perte : la disparition de ceux qu'on aime, la mort de l'amour, la fin de la jeunesse.
Je sens moins la hantise que l'effort pour en guérir, la volonté de se rassurer en jouant avec les "doudous" de son enfance. Le film ne se lâche jamais, c'est toujours trop sage, trop calculé dans ses effets. La perte dans le film, c'est une petite poussée de mélancolie, un bobo nostalgique, qu'on pleure et qu'on chérit en même temps.
avatar
Eyquem

Messages : 3126

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Redoubler d'attention (Camille redouble - N Lvovsky)

Message par gertrud04 le Ven 5 Oct 2012 - 23:48

j'ai été très ému par le film. la meme émotion que celle qui m'étreint quand à la fin de AI de Spielberg , David est autorisé à revivre une journée avec sa maman, sachant qu'il n'y en aura pas d'autre.
C'est vrai que c'est copié sur Peggie Sue mais je trouve le film plus sombre (sous ses airs gentils) : dans son périple, Noémi va devoir quand meme revivre (ou vivre pour la première fois en direct) un des moments les plus douloureux de sa vie, dans l'impuissance la plus totale. La scène est poignante (ceux qui ont vu le film la reconnaitront). Il n'y en a pas d'aussi forte dans Peggy Sue.

Balthazar, je crois n'aime pas trop non plus le film (à moins que j'aie rêvé son message..).

2 contre 2 donc Smile
avatar
gertrud04

Messages : 241

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Redoubler d'attention (Camille redouble - N Lvovsky)

Message par adeline le Sam 6 Oct 2012 - 9:40

Juste pour équilibrer encore la balance, je dirais que je suis d'accord avec tout le monde Wink

J'ai aussi été très émue par le film, mais justement par ce côté qu'Eyquem relève, la grande tristesse qui se dégage de cette aventure qui "organise" la vie, qui réconcilie l'héroïne avec le temps qui passe, et le gâchis des choses. Elle subit, et c'est une sorte de processus zen, d'acceptation de ce qui est. C'est très beau et émouvant lorsqu'il est question de la mort des êtres qu'on aime, contre quoi on ne peut rien, mais ça laisse un goût de fatalité aussi désagréable. Il faut revivre ce qui a été pour comprendre que rien ne vient de nulle part, et qu'on doit accepter ce qui est, c'est un peu la morale du film. À la fois magnifique (si on est zen) et insupportable (quand le film n'est en effet que "joli"). Je n'ai pas vu Peggy Sue, je ne sais pas comment le scénario résout le retour dans le passé, mais dans Camille redouble, je trouve que la résolution est ratée. Même si elle m'a en partie grandement émue. L'horloger maître du temps, celui qui permet l'entrée dans le rêve et sa fin, qui n'est pas vraiment un rêve car l'une ou l'autre rencontre, l'un ou l'autre objet rendent l'histoire réelle, est une solution trop parfaite, trop ronde. Il y a une explication, le jeu du temps, sur le temps, avec le temps du vieux monsieur qui organise les secondes, mais quand même quelques indices qui rendent l'aventure un peu fantastique, et le tout en devient mièvre. Voilà, il y a une dimension de mièvrerie qui annule la grande émotion qui se dégage de certaines situations…

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Redoubler d'attention (Camille redouble - N Lvovsky)

Message par Invité le Sam 6 Oct 2012 - 10:40

C'est la même Julia Faure que dans "Sauvag Innocence" de Garrel?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Redoubler d'attention (Camille redouble - N Lvovsky)

Message par glj le Sam 6 Oct 2012 - 11:45

Noemie lvosky, eternelle nouvel espoir du cinema avec son pote desplechin... Si Desplechin m a toujours intéressé même si il s'est passablement fourvoyé sur ces derniers films, aucun film de lvosky ne m'a réellement conquis. Il y a des ratages complets comme "les sentiments" et une tendance lourde à parler et à filmer l'adolescence. Pas vu Camille mais si dans sa manière de filmer, de structurer le recit, de monter ses scènes elle essaye toujours d'être originale ou tout du moins de se mettre hors des sentiers battues , j'ai toujours pensé qu'elle ne savait pas trop quoi raconter ( sauf justement quand elle questionne l'adolescence car noemie ne sait pas ou se placer dans le cinéma donc les questions liées à la puberté rejoignent ses considerations professionelles) et du coup une bonne partie des scènes de ses films sonnés faux. Cela dit, et c'est peut-être le plus inquietant là-dedans, elle reste interessante par rapport à la majorité des autres cineastes francais des générations suivantes.
avatar
glj

Messages : 518

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Redoubler d'attention (Camille redouble - N Lvovsky)

Message par DB le Jeu 11 Oct 2012 - 6:58

Oui je crois aussi que Lvosky se préoccupe un peu trop de ne pas faire comme les autres (la chorale dans les sentiments) et de chercher des dispositifs qui lui permettraient de s'en affranchir.


Mais tout comme adeline et gertrud04, cette idée qu'on fait le chemin pour le refaire sans but véritable, c'est une belle idée. Dommage aussi que l'horloger ne soit pas aussi prescient qu'on aurait pu le souhaiter. Adeline touche juste, la deuxième scène, le retour au réel n'est pas aussi réussi que la première scène avec la bague.

Ce que je trouve vraiment beau et réussi dans le film c'est ce montage tout en sursaut. C'est très réussi.
avatar
DB

Messages : 1528

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Redoubler d'attention (Camille redouble - N Lvovsky)

Message par IQI le Jeu 11 Oct 2012 - 18:28

sauf justement quand elle questionne l'adolescence car noemie ne sait pas ou se placer dans le cinéma donc les questions liées à la puberté rejoignent ses considerations professionelles

Ah GLJ, là, je te dois un bon éclat de rire, t'as trouvé la formule pour que je me bidonne un soir de pluie...

Pas vu le film, évidemment, pas vu de films du tout depuis 18 mois.

IQI

Messages : 66

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Redoubler d'attention (Camille redouble - N Lvovsky)

Message par balthazar claes le Ven 17 Mai 2013 - 10:39

Les réalisatrices françaises doivent adhérer au modèle masculin si elles ne veulent pas être rejetées. Elles sont prises dans une contradiction : pour se faire une place au soleil, il faut adhérer aux valeurs dominantes. Prenez le film de Noémie Lvovsky, Les Sentiments. Elle y fait l'apologie de la manière dont un homme d'âge mûr peut être régénéré par une femme-enfant, le tout en dévalorisant complètement la femme d'âge mûr, Nathalie Baye, montrée comme hors service. Son dernier film, Camille redouble, prouve que Noémie Lvovsky n'arrive pas à se détacher de sa fascination pour l'adolescence. Son héroïne ne s'assume pas à 50 ans. Comme elle, les femmes ont intériorisé la dévalorisation de la femme d'âge mûre.

http://www.francetvinfo.fr/au-cinema-les-hommes-ont-le-droit-de-vieillir-pas-les-femmes_302119.html


à noter que les Zadistes de notre Dame des Landes se font tous et toutes appeler Camille.

balthazar claes

Messages : 1009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Redoubler d'attention (Camille redouble - N Lvovsky)

Message par Invité le Ven 17 Mai 2013 - 13:32

ça doit être un joyeux bordel de s'appeler tous pareil !

Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Redoubler d'attention (Camille redouble - N Lvovsky)

Message par Invité le Jeu 4 Juil 2013 - 20:35

J'ai vu Camille : c'est un film triste avec une pirouette scénaristique à la fin. Non pas qu'il n'y ait pas de belles choses sur l'adolescence mais elles sont recouvertes par l'idée de la mort inéluctable là où Noémie L. est le plus à l'aise dans ce film là et qui commence très tôt dans le film, dans ce gros plan sur elle dans le bus, calée contre la fenêtre, et triste à mourir.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Redoubler d'attention (Camille redouble - N Lvovsky)

Message par Invité le Jeu 4 Juil 2013 - 20:37

J'ai vu Camille : c'est un film triste avec une pirouette scénaristique à la fin. Non pas qu'il n'y ait pas de belles choses sur l'adolescence mais elles sont recouvertes par l'idée de la mort inéluctable et très souvent implicitement évoquée. C'est là où Noémie L. est le plus à l'aise dans ce film-là et cela commence tout au début du film, dans ce gros plan sur elle dans le bus, calée contre la fenêtre, triste à mourir et qui voudrait s'abstraire du monde. Le redoublement est aussi celui de l'ombre que fait Camille à son personnage et qui finit par le gagner. Il y a beaucoup de masochisme douloureusement redoublé par les mines - la pantomime - sucrée de Camille. L'idée est belle, une comédie grinçante, mais pas totalement aboutie : le père est ridicule, les profs aussi, sans pour autant faire rire.
La pièce de théâtre dans le film en revanche est une bouffée d'oxygène.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Redoubler d'attention (Camille redouble - N Lvovsky)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum