Le mélodrame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le mélodrame

Message par Invité le Ven 6 Juil 2012 - 21:28

Madame Bovary de Minnelli est l'histoire d'une femme qui s'attend à ce que la vie reproduise la littérature, sans savoir que la littérature n'était pas la réplique de la vie au départ".

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mélodrame

Message par Borges le Sam 7 Juil 2012 - 10:20

c'est sirk qui définissait étymologiquement le mélodrame comme (je cite de mémoire) "un drame accompagné de musique"; il y a la surface, l'image, et puis les sentiments comme profondeur rendue sensible par la musique; le mélodrame c'est la tragédie autrement dit; le mélodrame, c'est pas seulement une affaire de féminisme, c'est l'intrusion de la tragédie dans le cinéma populaire : le drame de la non-reconnaissance de la femme, qui succède au drame de la non-reconnaissance du héros par les dieux : le ciel ne permet pas tout; et le ciel dans le mélodrame, c'est la société; les dieux sont redescendus sur terre, ils ne croient plus en leur existence, et encore moins en celle de l'homme; la plus belle recréation du drame de l'incarnation, de la méconnaissance, c'est "imitation de la vie" ( titre qui doit résonner à la fois dans son sens platonicien et en accord avec "l'imitation de jésus-christ") la jeune fille blanche dans l'image et noire par ses origines. De quelle couleur est jésus dit-elle à un moment? Jésus n'a pas de couleur disent les autres, mais elle, elle sait que jésus est blanc, et qu'il vaut mieux être blanc, mais en même temps le film nous dit absolument le contraire, jésus est noir : car jésus c'est le mec qui n'a pas été reconnu, ni en tant que dieu, ni en tant qu'homme; jésus, c'est l'être non reconnu; en ce sens, le film dépasse à la fois l'affirmation "dieu n'a pas de couleur", et "dieu est blanc" .













cela pourrait être dieu, pensant au destin de son fils; mais à la fin de "imitation of life", c'est Dieu qui meurt. Et Nietzsche qui a raison; il y a rien derrière les surfaces; sans la musique la vie est une erreur, et nous avons le cinéma pour ne pas aller au fond, pour imiter la vie.


avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mélodrame

Message par Invité le Sam 7 Juil 2012 - 14:41

Mitry disait que le mélodrame ignore la lutte des classes mais du tout la différence de classe sur laquelle au contraire il se fonde.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mélodrame

Message par Borges le Sam 7 Juil 2012 - 14:56

My Heroes are all what I call "split characters".



(because i'm convinced that split characters are the truly interesting ones)
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mélodrame

Message par Invité le Sam 7 Juil 2012 - 17:35

comment ne pas être d'accord avec Sirk ! Le mélodrame c'est aussi " le naturalisme de la vie rêvée ".

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mélodrame

Message par Invité le Dim 8 Juil 2012 - 18:02

Le Baptême deuxieme des trois films de la trilogie sur la famille de René Féret, avec La communion solennelle et L'enfant du pays est aussi le moins bien, le moins bien vu, au fond une assez plate chronique familiale sur une trentaine d'années, émouvante, bon : il aurait "suffit" d'un peu d'audace, d'un peu de caractérisation abstraite des personnages, de glacer le tout et on le tenait : le mélo !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mélodrame

Message par Invité le Dim 8 Juil 2012 - 18:05

Mais Féret n'est pas homme de mélo : il est trop sentimental et pas assez élégant.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mélodrame

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum