Super Size Me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Super Size Me

Message par Invité le Jeu 24 Mai 2012 - 11:27

un film de Morgan Spurlock
2004
prix du meilleur réalisateur au festival de sundance.

à l'occasion du procès que deux ado us obèses intentait à McDo, accusé de les avoir fait grossir : l'un des enjeux étant de pouvoir prouver que la nourriture McDo était bel et bien nocive. Spurlock décide de se livrer à la vérification en n'ingérant matin, midi et soir que des produits vendus par McDo, pendant trente jours.
le résultat est celui que l'on peut prévoir : prise de poids, surtension, élévation du taux de cholestérol, malaise général, addiction à la MacFood.
le film mélange reportage sur la performance du réalisateur, avec interviews de ses médecins, de sa nutritionniste, de sa girlfriend, et des séquences informatives sur la restauration collective, le lobby de la food-industry, la pub, etc..., avec interviews de différents protagonnistes et commentaires en voix off accompagnés d'images illustratives.

Spurlock a produit son film (65000 dollars) avec les bénéfices tirés de ses productions et réalisations pour la télé (MTV, etc...). et son film est formellement très proche des canons télévisuels :
-rythme staccato : plans brefs ou très brefs (jamais plus de dix secondes pour une interview, mais même là il n'hésite pas à couper la parole à l'un pour insérer une précision apportée par un autre, avant de revenir au premier ; hors interview, la fréquence des plans est vraiment très très élevée) ; jeu sur les contrastes entre des gros plans ou des plans rapprochés, généralement pris en intérieur, et des plans larges d'extérieur ; commentaires débités à toute vitesse et avec une grande teneur informative mais sans aucune redondance : perte de l'info...
-utilisation d'images choquantes : Spurlock dégueulant son premier menu Super Size ; opération chirurgicale d'un obèse, avec chair abondante et graisse dégoulinante...
-régime (si j'ose dire) presque uniquement illustratif des images
-univocité du propos : la junkfood est mauvaise et seule la décision des citoyens d'arrêter d'en consommer peut limiter l'appétit financier des industriels.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Super Size Me

Message par Invité le Jeu 24 Mai 2012 - 13:32

on peut aussi voir dans tout ça une logique input/output : on entre une donnée dans un système et on obtient un résultat et un seul selon l'état du système.
pour McDo, le système serait l'organisme, pris comme totalité psycho-corporel,e t la donnée serait principalement le complexe sucre/graisse/sel qui compose ses produits : abondance d'éléments énergétiques et misère des éléments structurels et de construction. avec deux états du système et deux résultats possibles : soit une hyper-réactivité, un énervement assez bien illustré dans le film par deux jeunes Noirs qui se vantent de bouffer du BigMac et de tout éponger avec deux heures sur le tapis de marche - deux gars très speed et vantant leur force, la force que leur donne McDo; soit une expansion de l'organisme par métastase de la donnée : obésité.
pour le film, le système serait l'organisation cognitive du spectateur et l'input est surdéterminé par l'appel à la responsabilité individuelle : richesse des éléments motionnels/émotionnels et misère de l'élucidation du fonctionnement du McDo sur l'organisme, de l'articulation des pouvoirs économiques et politiques, des motivations des consommateurs qui ne sont pas plus cons que d'autres et qui savent très bien la nocivité de ce qu'ils bouffent. et là encore, deux résultats : confirmation de leurs choix pour les anti-McDo et dégoût espéré chez les consommateurs.
de ce point de vue, le film et son objet marchent de la même façon, ce qui est déjà marrant.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum