Radiostars, la première comédie-Apatow à la française

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Radiostars, la première comédie-Apatow à la française

Message par Borges le Dim 29 Avr 2012 - 18:45

erwan a écrit:
l'autre jour un pote m'avait enjoint à l'accompagner voir une comédie française. J'avais pas d'abjection, comme aurait dit Jean Yanne.

Il paraît que un ou des critiques présents à une émission de canal +, le cercle, s'étaient montrés dithyrambiques vis à vis de cet objet, Radiostars, un jalon pour le genre en France semble-t-il, si on est dans une démarche prospectiviste: chronique "douce amère" de la vie microcosmique d'une bande d'animateurs, des professionnels de la vanne, qui officient au sein de la tranche matinale d'une radio évoquant skyrock ou Fun, ou nrj, je sais pas trop.

Peut être que sociologiquement, ya une certaine pertinence, dans le tracé des différents characters.

Le point de vue adopté est celui d'un jeune homme juif, Ben, revenant des states, fan des stars du stand up ou de Woody allen, très ancré dans une culture geek, dilettante, culture, monde, qui semble comme un eden, un idéal auquel il faut se conformer, pour le réalisateur, amateur des comédies d'Apatow.

En regardant ce film, certaines scènes, je pensais à l'inquiétude que j'avais ressenti en voyant Case départ de Thomas Ngijol et Fabrice Eboué, une manière souvent, d'enfermer les personnages dans des représentations confinées, stéréotypées, leur refuser toute potentialité de mouvement, de pensée, par exemple la description très scolaire, emprunte de maladresse, des esclaves de la plantation, réduits à l'état de marionnettes dans ce jeu de miroir entre situation politique présente, et la pratique de l'esclavage dans les îles françaises de la Caraïbe au XVIIIè siècle. Le voyage dans le passé ne se traduisait pas par une expérience de l'altérité, ou un affrontement des regards : tout est déjà écrit, mais constamment est souligné un décalage minimal, comique, entre le présent et le situation passée, pour dire en fait que ce qui compte c'est le présent, les conflits mémoriels, la manière de les percevoir, de s'en amuser, de dire qu'une mémoire doit subsister _ "l'acte d'affranchissement de leur ancêtre"_ , mais laquelle?

Dans Radiostars, à un moment, dans un bus _ils font la tournée des popotes en province pendant l'été_ le jeune type avoue au personnage joué par Manu Payet qu'il s'est fait lourder par sa petite amie, qui le jugeait comme un looser; pour ce faire, elle lui avait envoyé un sachet de M&M's singulier puisque sur chaque M&M était imprimé ce qualificatif de looser: depuis le type transporte ce sachet inentamé avec ses affaires. Manu Payet prend un des M&M et le gobe, sous le regard sidéré de l'autre: cet acte n'est peut être pas anodin : symboliquement, le fait d'ingérer un repas, des aliments, avec un groupe, un individu, créé un lien, social, de partage, ou d'acceptation au sein d'un communauté, ou exprime le désir d'accaparer, des traits, des attitudes, des pouvoirs, que sais-je.

Peut être que c'est ainsi qu'il faut comprendre une scène assez fumeuse : dans une boite de nuit, de province, ils rencontrent une blonde gironde, assez allumée. Ben pense toujours à son ex. Son pote, Payet, veut le dégriser. La blonde commence à balancer des insanités antisémites. Payet, en pro de la vanne, et amateur des retournements de situation, en inversions lourdes, fait en sorte que Ben se tape la « nazie », en faisant mine de jouer son jeu, en utilisant ses propres armes contre elle. Sordide.

Dans une autre scène un cliché de rappeur black aux textes misogynes et violents est débarrassé de ces oripeaux embarrassants et pas suffisamment consensuels, lors d'une confession émouvante chantée à la guitare folk exprimant d'une voix douce sa perte de repère et son désir de fuite lol, au sein de l'émission radio des animateurs, qui, comble du conformisme idéal, a lieu dans un mc donald … A la fin ya un concert, le public est invité sur scène, tout le monde danse, c'est beau cette osmose entre l'élite de la parole, celle qui parle pour, et le petit peuple , invisible, silencieux, aurait dit Sarkozy. On leur prédit un grand succès. Mais en sortant de la salle, on se dit que c'est long quand même, cinq ans.
avatar
Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Radiostars, la première comédie-Apatow à la française

Message par Invité le Dim 29 Avr 2012 - 19:45

erwan a écrit:

l'autre jour un pote
m'avait enjoint à l'accompagner voir une comédie française. J'avais pas
d'abjection, comme aurait dit Jean Yanne.

la première fois que je t'ai lu, trop rapidement, j'avais compris que tu étais allé à la comédie française !! je comprenais ta gêne mais une fois relu, au fond, je ne la comprends plus.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Radiostars, la première comédie-Apatow à la française

Message par adeline le Dim 29 Avr 2012 - 20:39

lol : moi aussi j'avais lu ça ! Wink

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Radiostars, la première comédie-Apatow à la française

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum