Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Page 5 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Invité le Lun 3 Sep 2012 - 20:04

http://encyclo.voila.fr/wiki/No%C3%ABl_Simsolo

M le Maudit, un film de Fritz lang

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Invité le Mar 4 Sep 2012 - 14:50

Singulière la différence entre le Daney période Cahiers ("la Maison Cinéma et le Monde" 1) et celui de la période Libé ("Ciné Journal"). Palpable quand il parle des des Morfalous en esquivant d'avance les polémiques à la Amélie Poulain ("les critiques parlent pour une élite, défendent un cinéma qui n'intéresse personne" etc... pour dire "mais c'est vrai"). Comparer comment la manière dont il parle de van der Keuken évolue est intéressant (il interprète "vers le Sud" comme une jouissance résignée qui suit la mort de la confiance en la politique et dans le témoignage, à mon sens il se goure et fait un contresens même si c'est bien écrit). Dans ces dernières chroniques, la morale et la jouissance sont des formes de rédemptions de l'échec d'une prise au sérieux du monde par le cinéma. Mais c'est un motif constant, un prisme qui ne fait l'objet d'aucune nuance, ni d'aucune épreuve.

Dans les années 80, il ne perçoit plus l'absence de médiation entre l’œuvre et son public (telle que peut l'être la critique) que comme l'effet d'un rapport spontané, brutal et passionnel du public au cinéma (et à l'image).
Mais il n'a jamais l'intuition que cette absence de médiation peut être elle aussi le résultat d'un travail (c'est tout l'intérêt du lettrisme, dont il ne parle jamais).
Par contre, dans les années 70, quand il parle de la mode rétro à propos de Portiers de Nuit et Lacombe Lucien, c'est l'inverse, il a un pensée beaucoup plus subtile sur ce point, peut-être plus militante mais aussi paradoxalement moins idéologique.

Il y a des trucs géniaux chez lui (sa déconstruction de "Théorème"), parfois de grands aveuglements (quand il interprète Charulata comme un personnage bovaryen qui ne se suiciderait pas, il voit la Normandie à Calcutta).


Dernière édition par Tony le Mort le Mar 4 Sep 2012 - 17:08, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Invité le Mar 4 Sep 2012 - 16:04

Son refus de considérer la politique comme un contenu explicite est tel qu'il en vient à dire que la partie calabraise de "Vers le Sud" concerne un curé qui lutte contre "l'exode rural".

Non, rien à voir:
-le curé en question lutte contre la mafia et l'abandon de la lutte contre elle par l'état (et sa propre hiérarchie catholique), ainsi que contre la mort de la culture populaire et de l'espace public que mafia, chômage et prolétarisation dans un production mécanisée induisent conjointement. Ce curé risque de se faire buter à tout moment.
-van der Keuken n’interview et ne filme par uniquement le curé, mais aussi des ouvrières et ouvriers qui essayent de se maintenir hors des réseaux mafieux.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Invité le Mar 4 Sep 2012 - 17:09

Ceci dit facile de comprendre les limites de Daney, nous nous tenons à l'époque de la mort de télévision comme média de masse à la pointe de la technique, qui répondait à un désir indifférencié du public.
La mort du broadcast, qui devient quelque chose d'archéologique. Même dans TCP/IP il n'existera bientôt plus.
Peut-être est-on à une époque avec Internet où l'expression remplace l'image, en étant toujours un phénomène ou un évènement à rentabiliser.
Internet permet de savoir "Qu'est-ce que la cousine fait pendant les vacances, est-ce que c'est elle qui a la garde de son enfant?", "qui d'autre a lu les mêmes pages que moi de Hegel?", "Ardisson est-ce qu'il est juif royaliste ou corse républicain ou ni l'un ni l'autre?" c'est toujours la même forme d'intérêt dans ces questions, finalement la même question, la même façon de se tenir, de savoir quelque chose d'un autre par un tiers interposé qui est le monde lui-même. On obtient toujours la réponse, même quand la question ne nous intéresse pas ou nous répugne. La puissance est du côté de celui qui pose la question ou recherche l'information, la faiblesse du côté de qui en fait l'objet (l'inverse de la télé).


Il n'y a pas de question sur l’origine de l'image télé, qui vient (de manière de plus en plus finissante) de Berlusconi, Hersant, Bouygues, Lagardère ou de tel ou tel ministre (c'est la même chose).

Pas tellement non plus sur le film, qui survit en vendant la représentation de sa propre production dans toutes les strates du public (la star a le même sens aujourd’hui que dans les années 30, la même fadeur au moment de son apparition, puis plus tard la même notion de la culture est un détour pour permettre la représentation directe de sa vieillesse biologique ).

Par contre Internet est différent, Facebook perd des millions parce que la firme n'arrive pas à comprendre elle-même qui s'en sert et pourquoi.


Dernière édition par Tony le Mort le Mar 4 Sep 2012 - 17:45, édité 10 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Invité le Mar 4 Sep 2012 - 17:28

Il n'y pas de disparition possible dans Internet.
On n'imagine pas un Giscard voulant passer par le bord du cadre à jamais sur YouTube.
La toute-puissance implique de ne plus préméditer sa disparition.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Sibelius le Mer 5 Sep 2012 - 12:35

Aucun souci, en ce moment je ne lis pas de livres de Luc Ferry.

Sibelius

Messages : 102

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Borges le Mer 5 Sep 2012 - 13:24

faut pas jouer les provocateurs, sinon tu vas vite te retrouver avec les livres de tes andouilles favorites...

Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Sibelius le Mer 5 Sep 2012 - 13:33

Quand même pas Heidegger?? Non, en ce moment, je fais une petite pause Embarassed

Sibelius

Messages : 102

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Invité le Mer 5 Sep 2012 - 20:53

pas plus en avance qu'Adeline avec Les corrections je démarre Les disparus de Daniel Mendelsohn.

Les corrections ne m'avait vraiment pas accroché au début, malgré tout le battage médiatique qui avait été fait et contrairement à Adeline qui raconte dans un autre fil qu'elle avait insisté pour "mériter" le livre, j'avoue être un infâme lecteur et n'avoir pas persisté.

Le début des disparus au contraire m'accroche ; cet enfant, le narrateur - l'auteur - qui raconte comment tout jeune il ne comprend rien à sa famille qui a gardé ses tics, de langage et ses histoires où tout le monde interrompt tout le monde et où il ne sait pas ce qui déclenche l'hilarité générale ni pourquoi ils s'appellent par de drôles de noms alors qu'ils sont en Amérique depuis plus de quarante ans. Ca donne envie d'en savoir plus.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Invité le Jeu 27 Sep 2012 - 20:36


couverture ... ironique, prof de philo à nanterre exergue : "je m'adresse uniquement à ceux dont l'affinité avec la musique est immédiate, pour qui la musique est, en quelque sorte, le giron maternel, et dont le commerce avec les choses est presque exclusivement constitué d'iconscients rapports musicaux."

les habitués reconnaissent nietzsche, la naissance de la tragédie.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Invité le Jeu 27 Sep 2012 - 20:41

je dois dire que la lecture de ce livre s'est imposée après une seconde vision de The Tree Of Life où les voix off, mais pas seulement, n'ont cessé de m'intriguer.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par balthazar claes le Mar 16 Oct 2012 - 15:30

Quelqu'un a-t-il lu Les Bienveillantes de John Littell, prix Goncourt et de l'académie française 2006 ?

A mon avis, ce livre et son auteur J. Littell sont d'un genre très douteux. Mais je n'en suis pas sûr. C'est évident, non ? Une immense complaisance pour l'érotico-macabre, se donnant comme alibi un bottin de détails historiques, pour délirer à son aise sur la confusion entre les victimes et les bourreaux... C'est une affreuse et archi-douteuse ironie. Non ?

Je ne l'ai pas lu d'ailleurs, mais j'ai lu un paquet de textes à son propos. Est-il nécessaire de lire un truc pareil pour deviner ce dont il s'agit. C'est marrant, si on tape le nom du bouquin plus "pornographie" ou "immonde" ou "atroce" ou "dégueulasse", on tombe sur des éloges du bouquin, vu que tout ça est déjà dedans : c'est même le sujet. Ou comment faire bugguer google et se rendre invisible à toute critique : il suffit de faire le pire.

Parmi les rares articles qu'on trouve allant dans le bon sens selon moi :

http://www.revue-texto.net/docannexe/file/2133/charlotte_lacoste_les_bienveillantes.pdf

http://jcdurbant.wordpress.com/2007/07/07/litterature-quand-lecriture-du-mal-devient-complaisante-literature-as-aestheticization-of-horror-2/

J'aurais envie de rapprocher ça de Gaspard Noé en cinéma, par exemple, mais en pire encore, plus sournois.

Plus précisément : il y a un argument qui insiste sur le fait que le héros SS reçoit une balle en pleine tête à Stalingrad, s'en remet, et que la dérive de son comportement s'explique dès lors par un problème neurologique causé par cet "accident". Cette explication n'étant précisée nulle part dans le bouquin, le sens du récit serait réservé à l'appréciation du neurologue. Mais qu'est-ce que ça change dans le fond ? Le bouquin ne reste-t-il pas un tissu de complaisances morbides ?

balthazar claes

Messages : 1009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Borges le Mar 16 Oct 2012 - 18:14

Hi BC; j'en ai lu une dizaine de pages, puis j'ai laissé tomber...

Borges

Messages : 6047

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par adeline le Mar 16 Oct 2012 - 18:38

Salut BC,

quand je l'avais lu ce livre, j'avais été pendant le premier tiers très impressionnée, disons que je trouvais ça à tout le moins marquant. Puis, au fur et à mesure du livre, j'en ai été peu à peu dégoutée. Mais les deux liens que tu donnes me semblent au moins aussi douteux que le livre Wink Le deuxième lien : es-tu allé voir le "à propo", sur l'auteur ? Un mec qui écrit ce genre de présentation de lui-même, moi je ne lis même pas ses critiques… Quand au pdf, ton premier lien, j'ai parcouru la fin, et j'ai eu l'impression qu'elle cherchait à tout prix à nous démontrer que le narrateur qui est nazi est vraiment un nazi puisqu'il se comporte comme un nazi. Révélation des révélations… Et quand elle veut prévenir le lecteur que le narrateur, horreur des horreurs, le manipule, je me marre.

C'est un livre sur la pornographie de la violence morale. Il en est venu à me dégouter de le lire, par accumulation et ras-le-bol, mais je pense que c'est quelque chose que l'auteur recherche. Finalement si je ne l'ai pas aimé, c'est que j'ai trouvé que ce qu'il dit de l'origine du mal chez les nazis est ras des pâquerettes et puant (le règne des pervers sexuels frustrés, ou homosexuels refoulés, des fous instables et psychologiquement faibles, etc.) et n'aide en rien à comprendre la possibilité de tels crimes (rien du fait que le nazisme était une politique, et que c'était toi ou moi ou tout un chacun qui a agi, et pas uniquement des "fous"). Mais ça n'est ni un livre minable, mal écrit, critiquable en raison de son style ou de son absence de style (il est à tout le moins remarquable par le choc qu'il provoque chez le lecteur, ce qui n'est pas forcément admirable non plus) ; ni un livre sans conscience, une apologie du mal, de la violence et de la pornographie. Je ne l'ai pas aimé, mais à mon avis il existe assez fort pour qu'on le lise pour s'en faire une idée.

Il y a de nombreux articles sur le livre sur le site cairn.info, donc celui-ci : Les Bienveillantes ou l'histoire à l'épreuve de la fiction . Il est trop élogieux à mon goût, mais il est fouillé, sur la réception du livre dans les milieux critiques et non critiques, et replace bien le livre dans l'horizon qui est le sien, la fiction.

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Invité le Mar 16 Oct 2012 - 19:18

je l'ai lu à sa sortie et je l'ai beaucoup aimé, du début à la fin, à cause de l'ambiguïté, ou si tu veux du procédé littéraire qui consiste à remettre systématiquement en doute le personnage, à mettre en cause les situations dans lesquelles ils se trouve.

Ce petit décalage que permet la fiction est l'exact espace par ou s'engouffre la fiction en la redant plausible.

Je regrette de le dire, d'en faire le parallèle, mais ce même décalage est la raison pour laquelle j'aime La comtesse aux pieds nus à laquelle je crois d'autant plus qu'elle est improbable.

Je lis, je vois des films plus pour me mettre en cause, me juger d'abord moi, que pour juger les autres.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par balthazar claes le Mar 16 Oct 2012 - 22:45

Salut,

merci pour vos réponses.

Effectivement Adeline, le « à propos » du site du second lien révèle un auteur bien peu fréquentable, mea culpa. Cela dit il s'agissait surtout sur la page en question d'une compilation d'articles divers écrits par d'autres que lui.

Y a des sujets comme ça... c'est pas très malin de lancer sans raison des polémiques godwin. Moi c'est suite à la récente affaire Millet (le fan de Breivik), que je me suis penché sur ce bouquin, dont Millet avait été l'éditeur. Ça laissait supposer l'existence d'un nid de non-progressistes dans les milieux littérateurs germanopratins. Je partis donc bravement à la chasse au nazi, tout en n'ayant pas du tout l'intention de lire ce livre : j'ai horreur du glauque même éthiquement justifié, moi – mais ça doit exister, sûrement. De toute façon m'en fiche, je suis sûr que j'ai quand même raison. Lol.

Le (super-)héros est de tous les fronts, à Paris, à Stalingrad, rencontre tout le monde, lit Blanchot et Flaubert avec passion. Il massacre ses parents à la hache et parle sans fin de son caca. Il y a une scène burlesque avec Hitler à un moment. Il est aussi lourdement signifié aussi que nazis et pédés, même combat. La nazisploitation, pourquoi pas, mais pas avec un vernis de respectabilité et de bonne conscience comme ça. C'est juste débile.

Je cite encore tout de même le type qui a fait la liste des anglicismes, expressions incorrectes ou mal tournées dans le livre, il en trouve entre 5 et 10 par page, des milliers donc, et bon nombre d'entre eux sont flagrants, ce qui fait que, quand même, « prix de l'académie française », c'est un peu abusé. Grande littérature, quand tu nous tiens. Bon, en soi, c'est très bien de ne pas respecter la langue, de la trafiquer, la détourner, la faire bégayer, chaque deleuzien sait cela (alors que Millet trouve ça abominable). Mais il y a contradiction entre l'idée d'une langue impure/mineure, et la nature de ce projet pharaonique, titanesque, majeur de visiter la grande question du 20e siècle sous tous ses aspects à la fois, histoire, géographie, psychiatrie, littérature et j'en passe.




Une puanteur abominable me saisit le visage ? ? : «me saisit la gorge »

Des milliers de lourdes mouches voletaient ? ? : « des milliers de grosses mouches volaient » (voleter pour une mouche, c’est un peu curieux !)

Il me cria d’un air exorbité : « les yeux exorbités ». Celle-ci est assez jolie.

Il y eut un long moment de flottement incertain : « flottement » suffit largement ! !

sa peau blanche était marbrée de contusions ? ? : « par les coups »

Ça ne fait rien : « peu importe ». Heydrich l’interrompt : « ça ne fait rien »  ne veut rien dire dans ce contexte

Il se pencha vers le briquet tendu de Thomas : « vers le briquet tendu par Thomas »

Une prairie intensivement cultivée : anglicisme. De plus une prairie n’est pas cultivée.

Sur des kilomètres sans fin : ridicule. « sur des kilomètres et des kilomètres »

nos actions se trouvaient frustrées par l’apathie de la population locale : « contrecarrées »

Dodelina la tête ? ? ? : « dodelina de la tête ». Charabia

S. eut une moue : « fit la moue » ou « fit une moue dubitative » par exemple.

Son affliction : anglais affliction. Ici, ce serait « maladie », ou « détresse » à la rigueur.

nous sommes en train d’amasser la plus vaste armée : charabia : « de réunir/constituer/former »

il est prêt à travailler avec nous sur le long terme et cela ne nous laisse plus d’options : anglicismes. « il est prêt à travailler avec nous pendant longtemps et nous n’avons pas le choix »

un jeune homme sanglotait violemment mais en silence : étonnant !

poissons morts qui barbotaient dans le sillage du canot ? ? ? : pour barboter, il vaut mieux être vivant !

patrouiller chaque village : « patrouiller dans chaque village ». anglais : to patrol

mes mains picotaient : « je sentis un picotement aux mains ».

chacun gardait son opinion pour soi, mais on sentait bien que les nouvelles tâches leur pesaient : « tous gardaient…leur pesaient ». Nécessaire pour la cohérence : deux sujets au pluriel.

Qui confirma l’exécution : « la sentence/la décision »

ils ne veulent pas prêter le flanc à notre propagande : ce n’est pas exactement ce qu’il faut dire. On prête le flanc à la critique. « Ils ne veulent pas nourrir/alimenter notre propagande ».

mes pensées réverbéraient dans ma tête : mauvaise traduction de l’anglais reverberate. Ici : « retentissaient/ résonnaient ».

il semblait concerné : « préoccupé » - anglais : concerned

Cet ordre travaillait en direction du Führer selon sa ligne et vers son but : phrase totalement incompréhensible, qualifiée de si belle expression ! Mein Gott ! On essaie de comprendre : « cet ordre du jour répondait aux directives et aux objectifs du Führer ».


Une très belle ville murée : c’est un rêve, donc tout est possible. Mais « une ville entourée de murs/murailles » semble probable.

Blobel se passait les nerfs sur les officiers : « passait ses nerfs sur » - beau solécisme .

soulager le problème : pour le best of. « faciliter la solution du problème ».

je tombais comme une pierre dès que je m’étendais : ça ne veut rien dire ! « je dormais comme une souche dès que je m’étendais ».

Mussolini avait abattu toutes les contraintes sur les hommes au pouvoir : « avait levé toutes les contraintes pesant sur les hommes au pouvoir ».

langues caucasiques : « langues caucasiennes/langues du Caucase ». Ce caucasique lamentable revient à longueur de pages. Comment un tel barbarisme a-t-il pu échapper à la relecture ? Ce qui est surprenant c’est que l’anglais dit Caucasian et non Caucasic.

Je sortais étirer mes jambes : en français, c’est évidemment « je sortais pour me dégourdir les jambes ». anglais : to stretch one’s leg(s),qui peut vouloir dire les deux


une poupée dont on a sectionné les fils ? ? ? ? : puppet, marionnette. Faute de débutant !

etc, c'est sans fin.

www.themodernnovel.com/usa/littell/les_bienveillantes.rtf

C'est la preuve quasi-scientifique que le livre a été écrit en anglais, vite et mal traduit, et que cette traduction n'a pas été avouée. Enfin il y a anguille sous roche, et dans tous les cas, en l'état c'est un livre pour le moins très mal écrit. Alors faut arrêter de nous faire croire des trucs.

balthazar claes

Messages : 1009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par adeline le Mer 17 Oct 2012 - 18:48

Lol, je serais hyper mauvaise dans un jury littéraire : si en effet toutes les fautes que ce mec a relevées sont dans le livre, c'est une horreur !

Que Millet en soi l'éditeur ne plaide évidemment pas en faveur du livre, en faveur duquel je n'ai pas non plus envie de plaider finalement. Tu as raison sur tout Wink

adeline

Messages : 3000

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Invité le Mer 17 Oct 2012 - 20:17

Pas trop intéressé par le Littell.
par contre est que vous connaissez "un Bon Allemand" de Hörst Kruger? C'est le récit (si je me souviens bien écrit dans les années 60) autobiographique, assez court, d'un soldat qui oscille entre résistance et résignation. Complètement à charge contre ses parents, paumés et conformistes. Il démonte l'argument selon lequel le "suivisme" ne peut pas faire l'objet d'un jugement moral ou politique. C'est intéressant, car il parle à la fois des meetings, de l'école, des prisons, du parti, de l'armée, de la vie de famille dans la petite bourgeoisie comme une série d'environnements en fait contigus et reliés les uns aux autres. On comprend pourquoi cette classe croyait en Hitler, et où elle s'aveuglait (un peu à la manière de Kracauer, des gens aculturés, consicentes de leur isolement, mais sans esprit critique par rapport à l'état, étaient prêts à voir dans le nazisme une culture)

Il y aussi un passage intéressant sur la RDA (un ancien ami, résistant assez courageux, s’affaisse lui-même dans la langue de bois et la passivité idéologique une fois journaliste reconnu en Allemagne de l'Est)
J'ai l'impression que ce livre fait comprendre plus de chose que le Littell.
Ceci dit le livre n'est pas sans effet de manche (un nihilisme désabusé qui devient une manière e romancer du réel , la posture perpétuellement vindicative du narrateur, qui n'analyse pas grand chose en fait)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par balthazar claes le Jeu 18 Oct 2012 - 9:25

J'ai une connaissance, une dame d'un certain âge qui collectionne les prix Goncourt depuis 1980 ou quelque chose comme ça. Elle les a tous lus, elle ne lit à peu près que ça. Tous lus, sauf celui-ci, qu'elle a lâché au bout de quelques pages, semble-t-il pour les mêmes raisons que celles que j'essaie de mettre en avant : mais quelle idée de raconter des trucs aussi sinistres et dégoûtants ? Cela dit, sur la période en question, la personnalité à laquelle elle accorde la plus haute estime est sans doute Lady Diana. Il est bien possible que nous n'ayons pas raison sur tout. Wink

balthazar claes

Messages : 1009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Invité le Sam 27 Oct 2012 - 21:42


le projet est intéressant, vouloir démythifier Renoir mais ce que j'ai lu déjà de Mérigeau n'est pas soutenu par un style.
je me demande si le jeu en vaut la chandelle.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Invité le Mer 7 Nov 2012 - 21:47


C'est le dernier Ajar, 1979. Dans un article intitulé La parole éloignée j'ai lu que le dédoublement de la personnalité littéraire de Gary l'avait conduit à un surcroît de protection jusque dans ce roman là par exemple où le téléphone, qui distancie la parole du corps, entrait abondamment dans la trame littéraire. Le résumé commence ainsi : Salomon Rubinstein, 84 ans, ancien roi du prêt-à-porter, lutte contre l'angoisse de la mort, qu'il refuse. Pour calmer celle des autres, il emploie des jeunes gens qui répondent aux appels des désespérés.

Hasard ou pas, la pièce Le père noël est une ordure sort dans la foulée où se joue une nouvelle géographie urbaine qui transgresse - avec succès - des interdits.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Invité le Jeu 15 Nov 2012 - 15:32



les deux livres adaptés par Kubrick pour FMJ. Gustav Hasford trop fêlé a été écarté pour le scénario quoique le film garde la trace de son écriture déjantée :
Ben, j'sais pas trop
Mais on m'a raconté
Qu'les chattes des femmes Esquimos
Sont comme des crèmes glacées...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Invité le Jeu 15 Nov 2012 - 23:32

Dans le bien écrit mais un peu superficiel petit bouquin d'Arthur Danto sur Warhol (dédié à Michèle et Barack Obama, on sent dans tout le livre une sorte de nationalisme patriotique démocrate un peu présomptueux qui est in-fine le sens du pop art et de l'art dans son entier pour Danto,et qui culmine dans cette dédicace très "moi Platon, toi Périclès". Malgré cela le livre est agréable, une sorte de roman de la Factory, et des années 60-90 considérés comme des astres éteints. Le ratage de la période "telé/art de grande série" y est bien décrit et de façon émouvante: Danto croît en la solitude du capitalisme, la mort totale du communisme est source d'ironie pour lui, mais n'est pas sûr de sa victoire, et fait de Warohl un artiste politique qui avec le fameux quart d'heure de célébrité a cessé de répondre à Duchamp pour répondre au réalisme socialiste: intéressant mais douteux) il y a quand-même ce passage que j'aime bien et auquel la discussion d'hier m'a fait penser:

Les années 1960 furent une décennie de mouvement, le discours étant défini par le Pop Art, le minimalisme, et l'art conceptuel. Dans les années 1970,il n'y avait aucun mouvement historique au sens strict, et aucune orientation historique."Que s'est-il passé dans les Seventies?" demanda Roy Lichtenstein une fois la décennie terminée. Rien sous-entendait-il. C'est aller trop loin. Des artistes firent leur apparition, surtout en photographie: Cindy Sherman, Nan Goldin, Robert Mapplethorpe. Mais le pluralisme qui allait s'emparer du monde de l'art était déjà là. Chaque artiste devait trouver sa propre voie. L'histoire de l'art avait radicalement changé de forme, grâce aux oeuvres de Warhol dans les années 1960, notamment. Comme tout autre artiste, il était seul.

Sinon un truc qui m'a fasciné:Warhol aurait expérimenté la vidéo dès le milieu des années 1960. Est-ce que l'on peut voir ces oeuvres?


Dernière édition par Tony le Mort le Ven 16 Nov 2012 - 12:43, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Dr. Apfelgluck le Ven 16 Nov 2012 - 8:02



Où l'on apprend que les parquets des salles des concerts ayant abrités les Beatles et leurs fans sentent l'urine.

Dr. Apfelgluck

Messages : 470

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Invité le Ven 23 Nov 2012 - 9:22



je ne les ai pas lu mais ça a l'air très intéressant : Murch est un monteur (Coppola) et un sound-designer

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans quel bouquin êtes vous plongés ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum